Skip to main content

Full text of "L'union"

See other formats


BU0UT1XB 

CADEAUX POUR MARIAGI 


HORLOGERIE— DIAMAND8 ET 
BIJOUX 

10212. AVE. JASPER, EDMONTON 


AVE. JASPER 

T4Uphon« 5866 


T. Fifuenns, proprIHairt. tdlUor 
Madame Anna Sindeff, r^dacteur 
BUREAUX: 10866, 1034me RUE (Bloc 
do l’HOtol Richelieu) — TtMphone 5907 


Canada f 1.60 par an B.-U. 82.00 par 
. Europe 82 50 par an 
Tartf do publidM tnroj4 aur denial 


DIES FA!RE ET LA1SSER DIRE 


5c It Q<m)<ro 


Journal independant paraissant le jeudi de chaque semaine 


EDMONTON, ALBERTA, LE 18 SEPTEMBRE 1919 


Deoziemc annee No 45 


NOUVELLES LOCALES 


CALENDRIER 


LES SOIREES FAMILIALES I,c R. P. Duehau 

Ainsi quo son nom Pimliquc, est de retour de la 
ces soirees reunissent les membres tannique, il se repo 
de la memo paroisse et leurs amis tout en continuant 
des paroisses environnnantes. lit t «'* r a ires. 

(’est unc forme de visile* gencrulc 
on y eoinpte ses amis, on a cons¬ 
cience de sa force morale. 

On s’y amuse, puisque ehneune 
de ees soirees comport c parties de 
cartes avec prix, causeries chant 
et musi(|iie. Ces amusements sont 
en general instructifs de sorte 
qu en s’en retoiirnant rlioz soi 
on cmporte qiiclqucs chose, on a 
appris on sail, le coeur est plus 
legcr et I’intelligencc plus garnie. 

La paroisse de 1 ’Immaculee 
( onception iiiaiigurc ses soirees 
familiales diip. le 21 sept et pro- 
met d etre Ires intcressante. I’n 
Com i to (('organisation s’ext for¬ 
me sous la presidenee de M. Car¬ 
dinal, le devour malt re < 
de la paroisse; e’est etre assure 
(In sneers des soirees 
pour eet liivor. 

Le R. A. Lepage a annonce le 
titre de la eauscrie: “Ce (pic Ton 
trou ve dans line corbcille de 
lioccs’ ! Titre suggest if s'il en 
est... Les jeunes filies viendront 
en foulc pour savoir d’avance ce 
(pi’elles trouveront dans leur cor- 
beilles de nocc; les jeunes femmes 
pour voir si M. le cure n’a rien 
oublie et les grand’meres, oh l les 


Grande Exposition agrieole, 
Bonnyville vient d'avoir ra troi- 
sieme expositions agricole. C’est 
rcellcment merveillcux de voir 
quelle aetivite, a une si grande 
Le l)r. A. Blais est parti dans distance du chemin de for. Bon- 
1 Est, il reviendra prochainement. nyville 6tant a 110 milles au word 
- est de Yegre ville, la plus proehc 

M Philippe Rov Reprcsentant Sta,io "' ct « 45 n,illes ■« » or d de 

du Canada a Paris est arrive a St Paul des Mpt,R - P as loin 
Edmonton. de Iiake - Le 8 sept. veille de 

__ TExposition liombreuses furent les 

M. 0. Tiiiant de Clvde est a entr6e8 ‘ 1)es « cn * qui c " du 

Edmonton pour affaires. mauva.s etat des ehemins sont ve- 

_ mis d’unc trentaine de milles, 

M. Q. Pepin, le constructeur co,,d,,ire les b ^ es * eornw 
d'Orgnes bien connu, est parti des cbe ' aux e,c< etc avons 

pour Medicine Hat oil il va ins- m6me e " 1,honneur d ’ BVoir un 
taller un orgue a tuvaux II sera trou P eAU de <*evaux apparte- 

ahsent d’Edmonton 3 on 4 se- tenant a M P ' Rober (? e de St 

maines. Edouard a une distance de 57 

, ... i milles de Bonnyville. 

In ( lioeur - 

Rcvenus du front e # t arrives di- M - Eerrault notre habile 
familiales P‘ anc,ie a Edmonton, le R. P. Ta- maire conjointement avec ses 
vernier 0. M l. apres 22 mois de conseillers a declare le 9 sept, fe- 
lervicc aetif dans 1‘armce en tc civi,c - Les eeoles furent fer- 
Franee et le R. 1\ Angin 0. M. I. nu ‘ cs ce .i our '^ afin de donner 
en aetivite de service depuis le 1 ‘occasion h notre jeunesse de vi- 
& aout 1914. siter 1 exposition, car ees jeunes 


Lune: — Nouvelle le 23. Premier quartier le 2 octobre 


FfiTES ET ASSEMBLIES 


a 2 heures reunion des Enfants dc Marie a St Joachim. 
*— Reunion des Tertiaires franciscains, Chapelle des 
R.R. P.P. Franciscains North Edmonton. 

— Soiree familiale a PImmaculee Conception. 


Le Prince de Galles a Edmonton 


/A Les decorations de la Ville etaient faites pour donner au Yisiteur 
Royal |^ne impression de gaite malgre le temps pluvieux. 

Un programme des plus surcharges, qui scmblait presque impos¬ 
sible & remplir a ete execute par le jeune Prince avec bonne grace et 
amabilitS . D’apres son dernier discours il n’a pas dit adieu a PAlber- 
ta Ensoleillce mais Au Revoir avec promesse dc revenir. 

Le Prince de Galles a su des, son apparition, s’attirer tous les 
coeurs on pourrait lui adapter le vieil adage: 11 est venu, il n ete vu, 
il a vaincu. 

La pose de la premiere pierre du “Memorial flail”, a etc Facte le 
'plus important de la premiere journ6e, e’est la consecration solcnnel- 
1c du monument aux “Morts pour la Patrie’V 

La visitc de la ville, les receptions et les banquets n’orit etc que 
les accessoires de la visite du Prflice, Dans un Empire democratique. 
il est bon que le pcuple connaissc cclui qui sera le chef dc ses destinces, 
il est necessaire que le futur Roi et Empereur soit pour quelques ins¬ 
tant mel6 k ses sujets. Dans ees jours, le jeune Heritier du Trone s’est 
trouv£ entoure, acclame par la foulc et surement il aura ete sensible 
aux demonstrations d’affection qu’il a revues; mais qui aura parle 
plus haut a son coeur s’est de s’etre trouve quelques instants au mi¬ 
lieu des soldats qui ont combattus en France. Il les a reconnus, il 
leur a serre la main, il est venu voir clicz eux ces pionniers dc la civi¬ 
lisation dans POucst et il sQmble qu’a cc moment il s’est nouc entre 
le P.rince et les Veterans un lien d’amitie qui ne saurait se briser. 
L’Empire a eu besoin de defense, les hommes ont repondu a Fappel.. 
Le fils du Roi, qui a combattu avec eux, vient au nom de 1’Empire 
j remercier ceux qui sont revenus et consaCrer le monument a la memoi- 
TeJde ceux qui sont tombes. 

De toutes les fetes en son honneur la visite Royale laissera dans 
le coeur des citoyens de 1 ’Alberta le souvenir de ces deux pensees: 
devouement et reconnaissance. 

Les “Sampede” de Saskatoon, et la presentation des chefs In¬ 
dians du Lac Ste. Anne Alta, ont ete les originalites du voyage dans 
TOuest. 

La decoration et 1’illumination du Palais du Parlement avaient 
quelques chose de feerique. • 

Tous les discours exprimaient les sentiments qui animaient la 
foule, affection et admiration pour le jeune prince, fidelite a la 
Maison R&gnante. 


iseigner sur 4 la P arwi ** e <*» Uornement qui, de »^PWflen. Nomhreux fu- deAyrshire appartenant i 

ans la ,mk4m des conm^im <9*^ ,es visjteurs^ fit Paul, „ imiH des Shortorns 

eurs petites- veritable oeuvre d’art, Vincent, Ste. Lina. Thirrien, fit «es Herrfonls, des Angus de pirn 

M. 0. Lauehot de Montreal est Rdo " ard - C,dd L « k( ' Pte -- ~ CC ’ “ nssi pll,sipUrS beSliaux oroi 

de passage a Edmonton l’anui nos clistinprm's visiteurs on aes - .Letait vranuent admirable 

est a l’Ho- Parti do St Paul des Metis il v remar( l uai t M le cure Tessier de de volr ce * to quantl,e de tau ‘ 

: gravement « quelqnes annees, il v retonrne St Pa,d ’ M - le curf Desroches de '‘ eaux ’ va( ‘ b es, veaux, si bien net- 

ssitanl Tin- eomme reprt'seolant de la Mai- St Vi »ecnt M. Roberge et sa da- to - yes \ br08s6s ct P^pares ponr 1* 
ieiis speeia- sf>|1 Senii Ready dc Montreal. In<; Rc,l,, il et sa dame IVf. Mcu- i 

te sons pen Tailleur experimente et cons- A. Oiiellet de 'IherrieB ju- Le b nquet sur le terrain de 1’- 

ns interpre- eiencieux il esjierc rctronver ses RC pollr * cs legumes et le grain, exposition au dire dc quelques 

s nombreux noinbreux clients et amis. Mmc. A. Oucllct dc Plierrien ju- uus eteit la classc des chcvaiix. 

lore en lui Speciality de Vctements sur gC |,our , lcs ouvrages d, ‘ fa " tHlsic P«rcherous, Ardannais, Clydes, 

et entiere mesure, Nettoyage et pressnge. JJ;, La p chc rt Beauchamp, Hamiltoniens faisaieut bonne fi- 

_ Mile. Lapierre Mile. I aulicu etc. gure. 11 y avait aussi une- grande 

M. G. Gross est de passage a • Tr ° P nom,,rcux pta ’ cnt ,,os vi ‘ «i«a»tite dechcvaux de selle, che- 

; Cure de la Edmonton pour affaires II a Slte " rS P ° Ur P ° UV0,r les llommer vaux de trait etc - La des 

t en ville la visite le nord de la Saskatche- , ouvrages de fantaisie eteit splen- 

achete une wan. La moisson est ii P eu pres ^ Jour "f du 9 sept fut .“- dlde - on se wo.vad au museed’une 

la Western finie partout; le battage bat Sion L ,rre- grande ville. Les^ hommes de 

plein B prochable, M. le President W. Bonnyville doivent etre felicitfe 


TERRIBLE ACCIDENT 


8AYEZ-V0US OtT TRODVER LE MEILLEUR TAB AO CANADIEN? 
YOYEZ AUSSI TOUS UBS JOURNAUX FRAN^AIS XT CAN AD JENS 


A L’UNITED TOBACCO A NEWS LIMITED, 10320 AVENUE JASPER 


l &< McNXtt, QtoANT 











FOP- 

YOUK 


■■ r $FV' 


«rw 1 * 


Interets 


EN FRAH0AI8 , « 

T«nx ntsoniuktiM, ww«* ®"n* Le Prince de Galles etait aur leu 
ran X ip*ciaui poor «««■■■•*“! 1’estrade de l’Hotel de Ville de lea 

remeat ” 1 . ^errtcf^lu Oanadlen fran- Hull, Quebec, et £coUtait la foule les 
c ,-j- service d« unit at d . jour T«< 5363 i’ acc i ameri lorsqu’un des person- 

THE BOOT TIP-E Co. nugea de sa suite ljii dit quelques 

.(“remli. & nauf. Quand mo t8 en anglais. Le Prince aussi- 
les seraellea de vo. aouliera aont uatcs ^ j e ge re t 0U rner et de lui re 

asm *•••««■■ * « 

MSSJS JTWS 

D eut etre encore plus longtemp* q u « 

pric^demment. Vcne* jeter uu coup ET LB FRANQAIS 

a’ocil sur noire ouvrage, vous saurez 


Slfcr.B SOCIAL MONTREAL 

11* SuccurMlet en CftMd* 

frpltal auloriae.|10 000 

Capital pave et fond* de ro»erv« 7.7QO, 

Aclif total, pin* de .... 6U>U» 

Succursolcs dans I'Alberta: I 
monton; St. Albert; 81. # Paul < 
Metis; Morinville. 

Sous-Agence a Legal.. * 

ALEX IMPORT 

Gerant de la Soccuoale d’Edmon 


Vous pouvez encore vuu. r* 
curer ces lainages de si bonne 

qualitc au 

Magasln La Flfechc 

ou I'on vous confect ionnera un 
VO lenient d’une coupe »rr*pro* 
chable. 

Jja cf leche cftcieA 

_— «.u wmm %*tk. 


patrie a reconnu les uroiw ei ie» 
parle tradition de la race Canadienne- penbionnat 
fran^aise dans les lois et les trai- CONCEPTION, 
tes qit’elle a passes, il Ini faut al>- DirigSe par lea 
' solument Recorder i\ eette race 

»nten- Canadienne frangaise, les moyens 
“ dent pas, d’autres qui entendent de se perpetuer et de se develop- 

plus mul. 11 est fort possible que notre per dans le sens de ses traditions 
,lus sftr, it- _ ouvernem ent appartienne a la et de ses droits, non seulement 
». • premi . re cat ^ gorie , ft moins que dans uue province, mais dans tou- 

IEA AND ce ne soit a la deuxiftme comme tes les provinces du Dominion. 

Imonton ajouterait La Paliee. Le.Prince C’ert ee qii’expnme en d au- 
T^le 2763 de Galles venu parmi nous le sou tres termes M. Morley quand il 

- 1 - rire aux lftvres et la main tendue dit: “Reeonnaitre en parob-s et en 

iR n ’a pas cm mieux faire (pie d’ad- actions que les Canadiens-fyan^ais 

rTPPRlEN- resser la parole en fram-ais dans possedent ^ un droit de citoyens 

CAMPAQNE toils les endroits de la Province egal au notre sera notre contri¬ 
de Quebec. La loi Federate rend bution a I’union des deux races. 6370 

obligatoire il Ottawa, capitate C’est par It! qu il taut com- t ^ s 

d’un pays bilingue, l’emploi des mciiccr”. - 

deux langues, et depuis le com- Puis eette condition essentiel- vou, 
mencement de la session on n’en- le remplie, il importe que I’An- crgn 
tend pas pftrler autre chose que glo-saxon, ou tout autre qni emi- Ltd. 
l’anglais. C’est ce qui a pousse le gre au Canada, se penetre hiende Uc] 
senateur David ft faire son dis- l’idee qu il ne vftnt pas ici sim- i» c 
eours au senat dans notre lan- plement pour faire de 1 argent, " olt 
gue en maniere de protestation mais que, en mettant le pied sur thi 
comptant, le et de revendication de nos droits la terre Canadienne oft il vent de- _ 

Et c’est iontre beaucoup d’insul- meurer, il est canadien avee tons 

• les droits et toutes les obligations ^ 

que I’ecrivain et l’homme d’etat que cc titre coinporte. M. Arthur ^ 
qu’est le senateur David a parle Hawkes a appuyc sur ce point, 
en franoais. La plus recente c’est dans unc note qui remonte a 1907 933 
conteste le fait que I’on n’a et qui se trouve contenue dans son 
pas mis fin seul mot fran S ais dernier ouvrage: “The Birth- 
dans 1 ’inscription gravee sur la right”. “Premierement, dit-il fon- p 
pierre placee par le prince de Gal- element, finalement, lc Canada |M 
les prfts des Edifices du Parlement. doit passer le premier dans tout I 
Si l’ou croit avoir trouv6 la un cc que nous disons, dans tout ce ■ 
mnven de uromouvoir l’harmo- que nous pensons, tout ce que 


de L’lMMACUliiE 
VE ORB VILLE, ALTA 

FILLEB DE LA PRO¬ 
VIDENCE, DE 8TBBIBUC 
Cette institution a pour but de don- 
ner aux enfants une Education clue* 
tienne, de lea former A la vertu, aux 
bonnea inanni^rea et aux aoina du rn 
nace. Le programme arolaire com- 
prend torn* lea coura d*4tudea de 1 4e°lc 
a4pmr4e, en anglaia et en fran^aia. Les 
Detita yarcona au deaaoua de onr.e :n . 
y aont ad m is. Pour renseignemeuO 
particuliera a’adresser A la R6v4rendc 


Cormack Mackj^ 

AVOCATS Etc. 

Chambre 318, fidif. McLeod 
Edmonton, Alberta 


L. A. 6IR0UX, B.A 

de la Soci4t4 Legale 


Mere 8 up 4 rleure 


AVOCATS ET NOT AIRES 

Edifice Banque Molson, Edmonton 
T414phones: Offices 6622 BAs. 82252 
ARGENT A PBfiTEB 


r do Violon, thiorle et aolffcge. ■ ■■ ■■ 1 

i: 201, edifice Alberta, WUpbone . w/r A nADC 

On pripare les Wives pour toua LOUIS MADUKC 
amens. Toutes classos sont accep- 

AVOCAT et NOTAIRE 

—--- J , rnft Autrefois du barreau de Montreal 

rpafmoisT envoyan* votre 714-716 JHcLEOD BUILDING 
ft la NORTHERN CREAMERIES EDMONTON, ALBERTA 


adressez- Bloc Alberta Loau (an face 

du bureau du JMnial) 1014me Rue 
EDMONTON, ALBERTA 

taper T61 $phone. 4207 — Boite poaUle o46 
?rop. — 

Edmonton pj eur8 Bouquets, Decorations 
*e et r6pa- Funeraires 

BBS do trfts walter RAMSEY, Ltd. 

_ FLEUR1STES • 

. n 10218, Ave. Jasper Tele. 5535 
K|Y I n EDMONTO N, ALTA. _ 

* ^ AUX FERMIERS. — Si vous voules 

changer votre crime en or, adresse*- 
vous k nous. Nous payons i _ 

- meilleur prix obtenable.. __ 

EDIFICE de L’HOTEL CORONA E ntbrprisE DAIRY Limited tCfJ que y on a f a i tes notre race 
Accessoires pour Automobiles 93 ii>-105A At*. - TUftpton. 6368 
GROS ET DETAIL EDMONTON, ALBERTA 

Nous sommes agents pour les fa- nous soluoitonb votre visite 

metises batteries ‘WILLARD MAGASIN de QUINCAILLERIE sans 

- - MBdandi,. d. lire QadiU 

Vous trouverez les plus beaux g . voug d ^ sircz des articles de 
CADEAUX 1 quincaillcrie, nous avons ce qu’il 

Pour le pere, la mire, la soeur, V0U 8 faut. Notre assortiment 
le frfcre et toute la famille AU d’articles pour cuisine est tf^s 
. A ^ - tm m m comDlet; visitez nos rayons au 


Telephone 6818 


bonnes conditions 


AVOCAT, NOTAIRE 

Autrefois du barreau d’Ontario 
Chambre 307, Edifice McLeod 
EDMONTON, ALTA. 


AVOOAT NOTAIRE 

LUCIEN DUBUC 

de la Soci6t6 L6gale Edwards A Du 
423 Tegler Block, Edmonton ’ 


ASSURANCES 

H MILTON MARTIN 

729 Teglor Blk. Edmonton 
Incendie, grele, accidents, vie, animaux 
automobiles, vols, etc. 


ONUMENTB FUNflRAIRES 


dema/ider nos prix 
North West Granite and 
Marble Co. 

8537, 109&me RUE 
Telephone 31575 
EDMONTON SUD 


PHARMACIE FRANQAISE 

Dr Henri L’ASNIER 
OHIRUROIBN 

10327, Ave Jasper, au dessus du thea 


T414phone 4771 


tre Regent 


SUR L’AVENUE JASPER 
Eutre ia 3eme et la 4fcme RUE 


DOMINION DRUG STORE Ltd 
Coin 104me rue et Jasper 
Telephone 1756 


se lourueni vers uu .uue Inauguration du Monument 

un autre peuple, une autre poll- ° Cartier 

tique est un etranger ici,. quelles v Baltimore, oii lc Rai Geor- 
que soient les lettres de creance jres sc trouvaille (i Septembre, ie 
qu’il detieune. Le Canada comp- 
te malheureusement un trop 
grand nombre de ces ettfangers et 
c’est ce'qui retarde les progres de 
la bonne entente entre les races. 

Saluons en M. Morley, un ami 
sincere de la justice, cn meme 
temps qu’un citoyen desireux de 
voir notre cher Canada grandir re 

sous la pqussee du travail har- nom sera toujours .intimement 
monieux et commun des repre- uni a la force, au progres et a la 

sentants des deux grandes nation prosperity du Dominiom. signe 

de l’univers. Nous avons tous les Georges R E. „ 

• faire 

pie ge- IJn aeroplane, inaugurant le 
’allons service de Paris a -Londres, a 

Gnillar execute en moins de.six heures Achat et vente.de toute espdee d’ins- 

P le traiet aller et retour avee des trumonts de musique. W. NEZDROPA 

i • “ 9/29, Ave Jan»er — Edmonton 

vovageurs et ses cons - . . 

r TfNm »x * 


ALBERTA BRIDGING THE GHA8M. 

the clash ‘‘Le Pont sur l’Abime” 

Lit6s par William D e nouveaux noms s’ajoutent 

solutl ) on Ua d n u t plus sans .cease k la liste,-jamais trop 
lien par un hom- longue—des amis de la cause Ca- 

nadienne-frangaise, (Ians l’Onta- 
devrait pouvoir rio et les autres Provinces du Do- 

U plui; V En vent* minion. Amiti6 non-senlement 
rairie SMITH’S d’admiration ou de simple sym- 
ru6 et pathie, mais amiti6 d ’action, de 
~ propagande; la meilleure. Der- 
*aphea Gerhard n i£ re ment, nous parlions de M. 
ecords Victor Arthur Hawkes, nous sommes 
iO HOUSE heureux de lui adjoindre au- 
E JASPER joud’hui uq jeune Ontarien pro- 
iphiques Ansco testant: M. Percival P. Morley, 
rales pour la auteur d’un remarquable ouvrage 616meuts 
inissage de tra- "Bridging the Chasm” (Le pout du peupl 
lateurs. ! sur t'abime) destine a promon- n4reuXt , 
fO HOUSE voir ,a bonue eutente au sein de pas fain 

E JASPER / la population canadienne. ce8 tr6sc 

— Edmonton L’etude du texte complct et de- 

-finitif permet de mieux se rendre g r i d gi n g 

H? TE p L hop c« m Pte du caractere et de la por- j Morlc 

(tes affaires t6e de r ° euvre de M ‘ Mo, ' le y- 11 et fils I 
un suffit pour demontrer, une fois de 

Sdtal " plus, a quelles conclusions favo- L 

. 11 ^ <bi a *0 francaise en arrivent necessaire- Sermo 

de $1 50 a $5 francaise en avaient necessaire- -M. Mari 

lOl&me Rue men t ceux de nos concitoyens Canadiei 

- Plan Europ6en anglo-saxons qui scrutent, de Fevrier, 

bonne foi et loyalement le prpbl£- chure. I 

nrnnnc ^ r 


Monument ft Cartier a ete dfivoi- "TS” 

le. Sa Majesty a envoy# le tele- THE N OK In-WES I 

gramme suivant: “En imtugu- FINANCIAL Co. 

rant le Monument a *Cart;er, gra- A. ROBITAILLE, Qdraut 

r» to merveiltcuse p,do »-» 

de 1 ’electricite, quoique me trou- ---- 

vant ft unc distance de plus de Agences DE BLWS TOIBAUBBAU 

3.000 milles, je suis heureux de BOgj Agency Bldg Edmonton, A1U 

m’unir au peuple du Canada dans - 

la Commemoration du centcnai- ERNEST CLOUTIER 

de son illustre cito\ r en dout le AGENT D'immeubles assuran¬ 
ces VIE ET INOENDIES 
ARGENT A PRfiTER 

ST-PAUL DES M£TIS 


ST VOUS VOU T E 


Canadiens-anglais c’est l’existen- oLULAiKJSH 

ce et la mise ,en force du Regie- L Hon. George P. Smith, minis- 
ment XVII dans les 6colcs de la tre de l’instruction vient de nom- 
Province d’Ontario. mer cinq nouveaux Inspecteurs 

N’est-il Das raisonnable. dit-il. Scolaires pour I’Alberta Trois 


201 MacLaod Bldg., Edmonton,a 


PATRONNEZ NOS 


ANNONCEURS 


Essayez les boissons de temperance 
x EDMONTON BEER 
et IMPERIAL 8TO0T 
Rafraichissantes et nutritives 
fettea par 


ais-je pas di- kes nouveaux Inspecteurs sont: Le depute Levy Thompson de 
Us reclamons B. Youle, Fort Saskatchewan; Qu’Appelle veut proposer une re- 

celui de coo- R * J - Gaunt Athabasca; P. (A. solution fixaht le temps que de¬ 
les traditions Beveridge M. A. Peace Rfver; O. yront durer les discours autant. 

i veut-on que Williams B. A. Cardston; R. B. a la Chambre des Communes 

tis recoivent Brooks B. A. Stony plain. qu’aux Comites. 


Edmonton, 121m« Rut 


^THE CLASH" prix $1.75 par maUe$1.90 FAITES LE LIRE 


UNITED TOBACCO * NEWS 

ISrcwp? lei c?TOa#ode* tXJMiTED, J0320 kvumjisyq 







JEUDI 18 8EPTEMBRE 1919 


NoOVelles Rcgiooales 


DesM Bocquene <lr culture dans les provinces prai- sans exception. 

ries ct il serait opportun maiutc- Nous sommes done en droit de 

pro- •onclure que le ministere C16- 
et federal continuent menceau, s’il ne veut pas re¬ 
oeuvre commencee par cette nouer avec Rome, ne fait montr£ 

ie. • ( d’aucune volont£ agressive vi n-h- 

ce que le Cana- vis des catholiques Fraugais, ou 
lent en nc manu- vis-a-vis du Vatican lui-meme. 
line simple facturant pas dans ses limites les Il\est aussi incontestable que 
-ocme. bat- matieres premieres qu’il produit les arguments issus du souci des 
appe- lc colonel Dennis a declare que intirets de la France dans le Le¬ 
an dernier, par exemple, nous vant s’imposent avec d’autant 
avions exporte pour $15 000.000 plus de force que ses Allies lui 
le pulpe, ee qui aurait font en Orient, une vive eoncur- 
represente pour nous la somme de rence sur le terrain religieux. 
$79,000,000 si le papier av&it ete Certains liberaux se demandent 
fabrique an pays. comment la France pourrait af- 

feeter a Finterieur, pour servir 

LA FRANCE ET LE VATICAN. son P rosti P e Dupres des commu- 

nautes chretiennes d’Orient, un 
catholicisme qu’elle a repudil 

s 'abstient chez elle ' 

On s’etonnera silrement de lire 
ee (pie Gustave Herve lui-meme 
ecrit dans son journal: 


cst a Edmonton 

sous pen dans nant que les gouvernements 
)f d. vinciaux 

ues vivres a etc reeonnue tout a Venn du diocese de Yaunes | 

Tail de circonstance; enfin Pro- dans la forte Bretagne. Ic R. IV grande 
sentation de Charlie Chaplin, par B#cquene appartenait aux mis- Pour 
*M. Roy qui nous a promis un pro- sions du Yicariat 
gramme bien interessant pour la En 1014, il partit e< 
proehaine panic do cartes qui an- soldat incorporc an 
i a lieu dans 15 jours. tail Ion des chasseur a pied 

Lc piano <*tait teuu par Mile. I»*s “Diahles bleus'V II fit toute la P 
Albertine Narsan qui, toujouns campagne, prit part a la batail 
dc\oucf en parcille occasion, a lc de Verdun. fut bless/* t fois ei- dc bois ( 
i ccti les sy mpat hie bien meritees to a Pordre du our, fut decor/* de 
de 1 auditoire. lit croix do guerre! 

^ - Le R. P. Rocquem* cut Finsi- 

VERMILION gne honneur d’etre Pun des deux 

La quutrnzicmc Exposition an- sohlats qui out assit/* dans la ca- 
nuelh‘ a etc inaugurce par Ic thedrale dc Strasbourg a la cere- , . . . 

I I’cmier Ministrc Stcwarr qui a monie du retour dc I Alsace a la ca t ° ,( 1 ,! ° lamjais 

cu des paroles d’eloges pour Ic France et do serrer la main a T 
rcsultat > raiment enenurageant t ’lenieneeau , IOn ’ * 1C * 0n 

obtenu par Fmdustne a-ricole _ de tout execs de langage anticle- 

dnns ectte panic de PAlberta. La Poste Aerienne r^*' 4 1>ar,Hnt du r01 ° de *. Catho 

tout promet Paide du gimvcnie- lieutenant Col. Verret D.S. I,( l ues pendant la guerre, lisions- 

ment pour 1 Education des jemies °* as8istant 80,18 . Ministrc des nous drt,,s un article communique “Au risque de para it re a quel- 
plumes one son fusil (,>slurK1 { l u 11 y avail opu person generations. Postes acciunpagnera lui-meme P ar comite catholique de pro- ques lecteurs de la “Ymtoirc” un 

tu e’etait nn nnadrimp Ip ' l "p” Mes ( ‘ cltc ^cmonstrid ion parois- I/Hon. Duncan Marshall rap Ia somaine P r °chaine la premiere pagande, du Cardinal Aniette, du affreux calotin, comme Yiviani 

Le produit de sa chasse impro- - , * rt * "•» coli.i <le toutes les Pro- L aeroplane sera pilot.- par le Q “ * "T de ^bonnements, comme no 

visee lui a rapporle la jolie son,- ELM PARK vinw * . . •!<" <lepense le ^M-'taine .fenny. Inn des pion- pectue, ' x ,)e "»> discours, quel- temps d4ji lointain—il y a plus 

me de $50.00 Lir le marche d’Ed- , * > ,lus I"""' *Ulor les Expositions J| le ” de 1 AviHt'o.i an Canada ; <}"«» Phases «ont a retemn- d un an -ou j'ai, en ce journal 

monton Nous avons eu dimanche der- et les Concours Agricolcs. II feli- *' lc troisiftme Canadipn et le Je ne vcux faire aucune catego- passionnement laique et repupli- 

' nier notre premiere partie de car- cite le district pour la r.'-ussite de l ! lltleme par " rdre d’ancienne- ne entre les franqais, je veux cain, r6clamd, pour aprta la vic- 

Nos sympathy a M. Gorhe.l. tes e t la sa.le paroissia.e etait CExposition qui est uue defplus IwtVTvLfS* ^ m ° n PfemiW mrtt * tri ' toire ’ ,a P acification "ligieuse, je 

f Ue P ass «K e f‘] preshytere a pleine. N’os amis de l’lmmaculee Lelies qui ait jamais eues dans la ‘ '__' bune so,t P our ^Peter ce (jue parie que la proehaine Chambre, 

roccasion de la preparation a In Conception et d’autres paroisses Province. ' I’naviatenr anglais a quitt6 ,10us avons d6 ^ dit 80UVent: Hue que le president du Conseil 8 f ap- 

confirmation, le R. I’. Boileau, O. voisines out repondu a notre in- bi * ,as<> aerienne de St Raphael ^ 0,I!S fran^ais ont, au meme pelle V'iviani, iBriaud ou Mille- 

M. I. professeur au scolasticat vitation avec une bienveillanee CHAUVIN P onr effet ^uer d’unseul trait le litre, fait leur devoir; ,iuc les rand, retahlira I’amluuundn dn 

T7 ..* * on, ... „ „ 0 i,. K Z& 

V site de Mgr. Pilon ct confuma^ ont emportes nos beaux prix et leur rendement que les eultiva- _ 

tion— Par unc tempera!me idealc nous sonnues lieureux qu’ils les fours ne Favaient espere. Le bat- Lo journal “Toronto Times” 

de mi-ete mi-autonme, il nous a a lent gagnes. Du reste, diman- fage bat son plein. Lc hi/* est de successeur du “Toronto News” 

etc donne de voir un spectacle de che prochain nous leur rendrons belle qualilc. - suspend ses publications. 

demonstration religieuse comme leur visile et nous esperons ga- M. Jos Soucv ammnee la nais- - 

nous cn voyons dans les vieillcs gner quelques mis des lours. sauce de son petit garcon. vnR pv qqattdppq 

paroisses de la Province-mere. Bien de plus profitable pour La socicte Odd Fellow fait cons- 08 N ATTT p FTTP o 

Lne trentaine d autos pavoisees Funion des Canadicns-franeais fruirc sur la 2eme. ave. une sal- rtAlUKbLLES 

decorees engirlandees s etaient que ces soirees familiales ou cha- lc pour ieurs reunions; cette salle Pans un discours qipil prohon- 

donrie rendez vous a la limite cun se sent le membre d'uri corps *servira uussi dc salle publique ccs j°°rs derniers a Calgary 

nord dc la paroisse sur la route plein de vie et d’espoir. C’est la pour le village. au Fongres Industriel de FAlber- 

d Edmojiton A 4 mil les. A 1 mille aussi que nous perpetuons les La banque des Marchands ha- la > ,c 00 *°«el J. S. Dennis, com- 

de 1 6glise, en fa^a tie la magnifi- usages et les legitimes aspira- tit un nouvel edifice en briques lld8S{dr ^ chef du departemCnt 

que residence de Mr. Pierre He- tions de notre race fran^aise. Iso- qui n’aura pas moins de etagos. dc colonisation et du Develop- 

rub4, une cinquantaine de cava- les, nous nous perdrions dans la M. J. Leonor et Mile, do 8t Al- P ( ‘ m ent pour la coinpagnie du Pa- 

liers dont bon nqmbre en khaki masse comme Peau douce des fon- bert etaient, en visile la semaine Canadien, a declare qu'il 

marquaient la second^, ctape du taines dans 4e vaste ocean , derniere chez M. F. Paget ct chez 

voyage. # . Groupcs au contraire, nous eon- M. Lcger Roy. * 

A cet endrqit Mgr. Pilon.des- servons notre ssaveur Canadien- M. Lcger Roy ct M. J Couloin- 

cendit d’auto pour prendre sa ne, be ont ete a Edmonton en auto 

place avec Mr. le Cure dans un Fasse le ciel que Fentrain et la Le bop etat ties routes leur a per- 

carosse ouvert traine par deux cordialite toute Quebeequoise mis de faire un yoyage des plus 

superbes jument^noires, pdoprie qui nous a taut pin dimanche der- agreabies. 

te ae ce dernier ... Puis la nro- nier nuisse continuer font ppttp • I^e o-m 1 VPfn flm flnl • P., L • 


BEAUMONT 


= Epiceries de toutes natures i prix ralsonnables. Satisfaction garantle. — 
E Tabacs et cigares, cigarettes, pipes et tous autres articles pour fumeurs. E 
— Spdclallte de glace & la erdme (Ice Oroam). M. Bruyftre Invite tout le E 
s monde i, venir gouter sa glace falte avec dc la erdme de premidre qualltd s 

E 10713 — lOleme. rue. Edmonton T414phone 2466 = 

S La route qu 'on doit suivre pour se rendre chez M. Bruydre est une belle 
5 ; promenade pour ceux qui veulent prendre le bon air que 1 ’on trouve j-. 
E a ytuur de la ville, Cette place devra de venir le rendez-vous deg Cana- E 
E diens-franqais et se trouve situde snf la droite entre la barridre du E 
S chemin de fer et le marehd d foin. 

-iiiiiiiiiiiiiiimimiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiMiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir? 

j^iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiliiiiiiiiiiiiiiiMiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiu 
| MACHINES A COUDRE SINGER I 


E Agent pour 1’Alberta pour les machines & coudre SINGER 
Reparations pour toute marque de machines a coudre 
E Agent pour la Compagnie do Rouet de St-Hyacinthe . E 
| 10713—lOleme RUE, EDMONTON — Telephone 2466 f 

fiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii^ 


IS 


P. FEGUENNE, Imprimeur, Proprietaire 


^ L CANADIENS - FRANQAI 8 
AYANT DES AMIS QUI DESIRENT S’INSTALLER DANS L’OUEST, 

RECOMMANDEZ-LES A 


EN FAISANT FAIRE VOS TRAVAUX 
D’IMPRIMERIE PAR L’UNION, VOUS 

Exes assures qu’ils seront irrE- 

PROCHABLES SOUS TOUS LES RAP¬ 
PORTS. — AFFICHES DELIVREES DANS 
LA JOURNEE. — NOS PRIX DEFIENT 
TOUTE CONCURRENCE 
ESSAYER POUR SE CONVAINCRE 


AIL SOIGNE - PRIX MODERES 


COURTIER EN FERMES — BUREAU DE L’UNION 

P • •• 1 , . - • a ;i. ... *- v ' , • ; /, ‘ • 

IL LEUR FOURNIRA TOUS LES REN S EIGNEMENTS UTILES 

j” ,NE Jtg . ,«V, I'- - 'WlPSfll 

y . - ,,: c' •• inf'* , •• • . ‘ -vj" . 

SUR LES PAROISSE DU NORD DE L’ALBERT A 


GROUARD. 

Mr. O.C. Mac Dermott pendant 
bien des annees g6rant du Poste 
de la Hudson Bay Cy, en f’olom- 
bie Britannique, a Peace River et 
ces 'deruidres annees a Grouard 
vient de prendre sa retraite. 

Le R.P. Falher de Grouard est a 
Edmonton pour affaires. 


ASSUREZ VOUS CONTRE LA GRElE 


TRAVAUX ANGLAIS 


TRAVAUX FRANQAIS 













• f 



UN€ PC PCRPUC 


PC TROUV£€S 


GEORGE DE BOUCHERVILLE 






. 




Peuilleton do L'UNION 


Page 


>» 


53 


favorisant l’abordage des pirates. Le tumulte est a sou comble. Tout eat 
confusion. Pirates et Zephyr sout coufondus. C'est une lutte acharnie, d’hom- 
me a liomme; tout se culbute et se relive pour rouler et se culbuter eueore. 
Les fusils ne serveut plus; les pistolets sont deeharges. Le sang ruisselle et 
rend le pont glissant. Tous les pirates sont maintenaut montes. Le gaillard 
d’avant est trop petit pour les conteuir. Les Zephirs semblent coder sous les 
efforts prodigieux de Cabrera et de ses gens. La flanime bleuatre de l’alcool 
et des combustibles, qui brulent dans le chaudron, repand une lueur blafarde 
sur les figures, couvertes de poudre et de sang. Ils sont serres en masse 
compacte et pressent devant eux les Zephyrs qui reeulent pied a pied, mais 
en ordre. 

Le capitaine Pierre n'est pas avec eux, il est a l arriere, debout sur son 
banc de quart, son porte-voix a la main; il suit avec sang-froid la lutte 
il ne craint rien, car il sait que c’est une manoeuvre qu’ils 
executent afiu d’amener les pirates sous la portee de ses deux canons. Arives 
pres du mat d’artimon, les Zephyrs deehargent leurs derniers coups de pistol- 
et; les pirates hfaitent, s arrotent et se pressent en masse serree. 

—Ventre k terre! cria le capitaine a travers son porte-voix. 

>— Peu!. 

Et les deux canons partent ensemble, enfilant le pont de bout, k la 
hauteur de poitrine d’homme; la mitraille balaye et fauehe a travers les rangs 
des pirates qui sont rest£s debout. Ceux qui ne sont pas tombes. se retirent 
precipitamment vers le beau pre pour sauter dans les chaloupes. Mais 
Cabrera est 14, il les arete de savoix: —“Je tue le premier qui recule, crie-t-il, 
en avant! suivez-moi !” Et il Balance encore une fois a la tete des siens. 
Mais cette fois, Pierre est aux premiers rangs de ses braves Zephyrs. La 
mort suit leurt sabres qui tranchent et fauchent dans les rangs des pirates. 
Cabrera a reconnu Pierre, et c’est sur lui que se concentrent toute sa rage et 
c’est sur lui que se conceutrant toute sa rage et toute sa fureur. 11 fait des 
efforts inouis pour le rejoindre En vain son sabre promene la mort devant 

OonHer roe travaux W■— 4 L’UNION c’est Hrt garanti d un 
travail soigne 4 an prix Iris modM, si voxts considers! sa qnalitl. 





Page 5G 


Feuilleton de L’UNION 


un Stranger. Personne ne le connaissait, mais il etait si beau, si bien fait, si 
noble dans ses raanier.es, si riche, qu'il devint bientot Uobjet dfe l’admiration 
de toutes les jeunes filles de la cite. Tous les jours il venait k la ville mont6 
sur un magnifique cheval barbe, qu’il maniait avec grace; il descendait 
d'ojjpinaire au Caf6 de la Regence oh, apres avoir jete la bride de son cheval 
au gar^on d'ecurie, il entrait prendre une tasse de chocolat et furaer un ci- 
garitto. Il lisait les journaux, ecoutait les nouvelles, et allait ensuite faire 
un tour sur le quais, d’ou il revenait au cafe reprendre son cheval, aprhs 
s*6tre promene quelque temps dans les- rues de Matance, regardant les Nou- 
vautes et lorgnant les jolies signorittas. 

En general, les jeunes et jolies filles n’aiment pas qu’on les lorgne, 
mais quand c’est un grand et beau jeune liomine, a la taille souple, aux yeux 
noirs si vifs, au teint bruii si male, a la moustache si fine, corame notre nou¬ 
veau planteur; oh! alors c’est bien different. Elies pardonnent volontiers 
meme un peu de hardiesse, pourvu quelle puissent paraitre ne pas s’en aper- 
cevoir. Or, ce n’etait pas par la tiraidite que phchait notre beau cavalier, 
tant s’en faut. 

Tous les apr6s midi, vers six heures, quand le soleil brulant des tro- 
piques coraraengait k disparaitre derrihre les palraiers et les cocotiers, et que 
la brise du soir venait rafraichir l’atmosphere si lourd, oh! alors, comme les 
splendides promenades de Matance devenaient animees! Toute la ville sem- 
blait se r6veiller de la longue sieste, pour venir respirer la vie avec le parfum 
des fleurs. Les vives et folatres jeunes filles de Tile de Cuba, aux yepx 
noirs et aux longs cheveux soyeux, au teint chaud, au temperament ardent, 
venaient boire k longs traits, k la coupe des plaisire dans ce delicieux atmos¬ 
phere de la reine des AXntilles. Les volantes, ces nochalantes voitures de 
Cuba, aux somptueux attelages argentes, trainees par des mules sur iesquei- 
les etaient montes les cal6scros, avec leurs fantastiques chaussures; les che- 
vaux pur sang, avec leura cavaliers aux larges sombreros; les piltons avec 
leure badines et leura cigarettes; tout se trouvait k la promenade, car c’est 
une fete de tous les jours aux Antilles que I’heure oh le soleil se couche C’est 
le rendez-vous de toute la ville: des gens d’affaires pour leura transactions, 
des amants pour leura amours. Or, yous sentez bien que notre riche et 616- 
gant planteur he manquait pas de s’y rendre tous les soira, sur son beau et 
fringant cheval barbe. Comme les jeunes filles admiraient la fermete avec 
laquelle il se tenait en seile, la vigueur et l’elegance avec laquelle il faisait 
bondir et^aracoler son destrier, dont les naseaux brulants semblaient jeter 
des flammes! Quelquefois par un bizzar caprice, il lan^ait au galop, k tra¬ 
vers la campagne, et au moment*"oh il semblait emport6 dans sa course imp6- 
tueuse, il 1’arretait tout court en le jeUnt sur ses hanches, et le faisait se dres¬ 


ser tout droit sur ses jarrets. 

_Quel 616gant cavalier! disait une belle jeune fille, au teint un peu 

pile et aux longs cheveux blonds boucl6s, k sa vielle gouvernante, qui 6tait 
aaaise pres d’elle dana^une magnifique yolante. Il y a plusieura jours que je 
l e rencontre, et je ne le vois jamais parler k personne; j aimerai beauconp 

Voua prenons un aoin tout partienlier aux travaux qui nous sont enroyk 
par k pocte, tels que brochures, titea de lettm, factum, envefcppes, etc., etc. 






Feuilleton de L'UNION 


lui, la melee est trop affreuse, des masses d’hommes le separent de celui qu'il 
voudrait tenir sous sa main. 

D4j& les pirates cadent au nombre; ils h4sitent, ils reculent; Cabrera 
en vain les exhortent k le suivre, quand tout k coup un cri pergant retentit 
Cabrera, qui voit que tout est perdu, Balance pour sauter par dessus le bord, 
phdre de la reine des Antilles. Les volantes, ces nonclialantes Voitures de 
pour s’en relever tout en feu. C’est un homme! Les combattants s'arretent 
a ce ph4nomene inattendu; les flammes Tenveloppent de langues de feu, la 
douleur lui arrache des cris qui ne sont pas humains. 

II ne voit plus, il se precipite partout, se darde k travers les rangs des 
pirates; ses pistolets a six coups ont pris feu et partent d’eux-meraes, tuant 
et blessant k droite et k gauche ceux qui 1 ’entourent. ~ 

Le capitaine, qui a compris et reconnu l’infortune comte d’Alcantara, 
profite de la confusion et pousse les pirates le sabre dans les reins. 


Le pont 

est jonch4 de cadavres; tous ceux qui 4chappent k la mort sautent a la mer. 
Cabrera, qui voit que tout est perdu, s'elance pour sautre par dessus le bord, 
mais une main de fer le saisit par le collet de son habit, et lui crie dans les 
oreilles: 

—Ah! ah! c’est vous qui a*vez voulu me frotter a Matance, nous allons 
voir; c’est k mon tour maintenant. 

Mais k peine Tom a-t-il le temps de lui porter une couple de coups de 
poing, que trois a quatre Zephyrs se jettent sur Cabrera et le font prisonnier. 
Avec Cabrera finit le combat, qui avajt dur4 prea d'une demiheure avec un 
epouvantable acharnement. 

On est parvenu, non sans peine, ft a’emparer du comte d’Alcantara et 
a eteindrc le feu qui le devorait. II est gri&vement bruie. On le transporte 
dans la cabine oq les soins les plus empresses lui sont donn6s par Sir Gosford. 
Hcureusemcnt qu'il ne s'est fait aucun mal dans sa chtite. Apr&s avoir lav6 
blessures, on lui applique du coton en ouate pour soutirer le feu de ses plaies, 
qui le font souffrir cruellement, quoiqu’elles n’aient rien de dangereux. 

Pendant ce temps-lik, Pierre sur le pont, Cinq pirates sont prisoniers et 
4troitement lies. Les matelots du Zephyr sont ranges sur le pont^et 
repondent a rappel. Le resultat de Tappel fait voir qu’il y a eu trente-deux 
blesses et cinq morts. Les pirates ont laiss4 treize morts sur le pont, sans 
compter ceux qui tombdrent a la mer sous le feu de la premiere dfaharge, 


BOIS PE CONSTRUCTION 

AYANT REGEMMENT OUVERT DBS OOURS A BOIS A. 9 

ST PAUL DB METIS—BADWAY CENTER—BBLLIS—VILNA BT ASHMONT 
NODS 80MME8 EN POSITION DE V0U8 FOURNIR TOUT LE BOIS BT AUTRB8 
MATERIAUX DB CONSTRUCTION DONT VOUS POUVBZ AVOIR BBSOIM.— 
VBNSZ EXAMINER NOTRE STOCK. — 81 VOUS VOULBZ LBS MEILLEURS 
MATERIAUX, NOUS LES AVONB 


Hayward LOnjbcr Co., Ltd 


8t Paul de M6tis — Radway Center — Belli* — Vilna — Aihmont 


















Peuilleton de I/UNION 


Page 55 


et dix prisonniers y compris Cabrera. Les autres avaient saut6 par-dessus 
bord dans l’espoir de regagner leur navire. 

Quand le capitaine eut assists au pansement de ses blesses, e\ qu’il eut 
vu que tout avait 6t6 remis en ordre sur le pont, il descendit k la cabine pour 
changer ses vetements couverts de sang et en lambeaux. En le voyant 
entrer dans la cabine, Clarisse fondit en larmes; elle voulut parler, mais son 
Emotion 6tait trop forte. Son amie, assise sur le sofa, n'avait pas la force 
de se lever et ne touvait pas une parole pour expritner au capitaine tout ce 
qu ’elle ressentait de reconnaissance. Sir Gosford vint tendre la main k Pier¬ 
re et lui dit: “Vous etes mon ami"! 

—J’accepte; maintenant permette que j’aille changer de toilette, dit 
le Capitaine, en montrant sa chemise tachee de sang et son gilet en lambeaux; 
et si vous le voulez bien, nous preudrons un reveillon ensemble. 

Trois quart d’heure apr&s, un splendide reveillon fut servi par le 
maitre d’H’6tel. Le champagne et toutes les richesses de M. Lafond, le 
maitre d.hotel, furent mis en requisition, et contribu&rent puissamment k 
bannir les sombres reflets, qui restaient encore, des scenes dont le Zephyr 
avait ete si recemment le theatre. La conversation roula tout naturellement 
sur ce qui £tait arrive au malheureux comte d’Alcantara. 

—II parait, capitaine, que le chef de ces brigands est en ce moment 
prisonnier et en vos mains, demands Sir Gosford. 

—Oui, monsieur, et c’est un terrible homme. C’est dommage qu'il 
se soit laisse entrainer a ce genre de vie, il aurait pu jouer un role dans la 
soci6t£. 

—Et que pensez-vouS qu’on en fera? 

—Oh! ils seront pendus lui et les autres prisonniers, c ’est le sort qui les 
attend. 

—Je serais bien curieux de le voir. 

—Eh bien! si vous le voulez suivez-moi. Ils sont en ce moment sur 
le pont, lies et garrottes aupr&s du cabestan. 

Clarisse et Sara se pressdrent contre Sir Gosford et suivirent le capi¬ 
taine. 

Quand ils arriverent anprta du cabestan, Cabrera retourna fterement 
la tete vers les nouveaux arrivants. Sara pressa convulsivement la main de 
Clarisse, lacha un cri dechirant et tomba sans connaissance dans les bras de 
Sir Gosford, en murmurant le nom "d’Antonio”. 

En ce moment la lune se levait,*et la brise eommen?ait k se faire sentir. 


CHAPITRE Vm. 

LA REVUE DES tROUPES 


Depuis deux k trois mois, un jeune homme avait fait 1’acquisition 
d’une des plus belles plantations des environs de la ville de Matance. C’6tait 

S’abonner k l’UNION, c’est contribuer a maintenir la langne franqaise at par 
le fait mime difeadre le droit des Oanadiens-frangaii an Canada. 










JEIDI 18 SEPTEMBUE 1919 



t ’ 0 H t 0 N 


PA0* S 





* 4 i.’4irl rmlimrr f«l »• 


plw I«i 



Page des Cultivateurs 


tt 


r * U % %*• 


• • • 





COURS DU MARCHE 


•iiiuiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiMiHiiimiiiiiiiiiiiiiiiitiiintiiiiiniiiiiiimiiiimiimiiimiiii 

| Paps I’acbat d’Oi) corset, la Sai?tc cst 
| df prcn>iere in>portai)cc 


ana jLiir x ciivriie i i-jsiv ceaux, on y mcitani ues cious ue 3 0 eufs (lc clioix 

TIES — DIVERS PROOEdES jcirofle eoncasses, mais pas de poi Boeufa quality ordinaire 

POUR LE SALER ET LE vre qui noircirait la chair Le 

CONSERVER. —PREPARA. pore reste ainsi* dans le saloir V ac hea. 

TION DU COCHON DE LAIT. jHMidnnt un mois oil six seraaines Tauraux 

-— Lorsqiron vent le eonsommer y eaux 

suite prnmptement sur les lieux memes Moutons gras 

morceaux du pore jusqu’au dor- <lc la production, les morceaux jVgneaux 
nier. II est bon de remplir le sa- sont trenipes dans Peau houil- pores 

loir, de maniere qu’il n'y existc retires rapidement, nettoyes et Vaehcs dc reproduction 

'point de vide# Pour evitcr eet seches; ensuite on les conserve PRIX DES C£R£j 

inconvenient ct dans lc cas ou le suspendus dans un endroit hien ni , , v _ 4l 

saloir no scrait pas plein, ou v acre 
met par-dessus line large eouelie 
de sol. et Poll reeouvre lc tout 


Sons le rapport de la Sante la 
femme ne doit pas tergiverser. 
Ce point important decide nous 
voyons que beaucoup de’ malaises 
et de maladies dependent d’un 
mauvais corset. La femme qui 
achete un corset sans se preoccu- 
per des qualites hygieniques de 
celui-ci va * a grands pas vers 
l’hopital. 

Nos corsetieres comprennent 1 hy¬ 
giene moderne du corset. I’er- 
mettez-leur de vous ajuster un 


Allemagne, on a adoptc 
re met bode qui eonsiste 
verser sur le pore sale et emba* 
ille, comine a lordiimire, line 
diimure liquidc, de maniere 
Voiei comment on pout opercr qu’il on soit entierement recou- 
aussi la salaison du pore. vert. Quand les morceaux sont 

Les poitrines, les jambons et petits, on ne les laisse que de qua 
le lard gras pour piquer.se salent tre a cinq jours dans eette sau- 
dans des barbantales en pierre mur. .Les jambons et les epaules, 
remplies de saumure (sel fo.ndu) destines a £tre simplement seches 
ou les poitrines et les jambons a lair libre, doivente v rester 15 
acquidrent le degre convenable jours.Pour hater lc seeliage des 
de salaison air bout de dix a dou- morceaux, on les essuie bien et 
ze jours scion lour grosseur. 11 on en absorbe encore l’bumidite 
est a remarquer, dans cctte ope- avec du son. 
ration, qu’il ne suffit pas de Mais pour conserver le lard 
bien ehoisir la viande, mais qu il et les jambons apres qu’ils ont 
faut apporter encore le mcrae ete bien prepares et seches de la 
soin au choix du sel, d’ou depend sorte, on proud un tormeau ou 
la bonte de la viande salee. une eaisse suffisamment grande 

J1 faut done que le sel quon et on met au fond une epaisse 
emploie soit bien epure .et de eouchc de foin. Puis on envelop- 
bonne quality. pe chaque piece de pore dans de 

Nous croyons inutile d’entrer la paillc d’orge, en avant soin 
dans les details des divers autres do mettre du foiu par dessus,dc 
procedcs de salaison, tols que la sorte que chaque piece se trouve 
salaison liquidc, quo noirs avons.entrc deux couches differentes 
cite plus haut, est une applica- de paillc et de foin s’alternant 
tion, de la salaison seche, laquel- Pune a Pautre. On place ensuite 
le revient mcme A landmine ine Ip tonneau ainsi dispose dans un 
thode que nous avons deja fait lieu sec. Par ce moyen, le pore 
conns tire. Nous parlerons moins conserve Iongtemps son excellent 
encore des met bodes di verses de gout, avec toltte sa fratcheur 
conserver la viande de pore, m primitive. * 

du mode de son desseehement,ni 11 exist c divers autres proce- 
de toutes les inventions quis'y des de salaisons qui different 
rapportent; car tons ces procedes peu les uns des autres; nous nous 
ne different guere du procede born crons seulement a citer le 
usucl qui nous semblc lour etre suivaiit, qui est pratique en 
preferable sous tons les rapports., Espagnc dans plusiours localites 
Mais ce qu’il importe, avant tout de la Catalogue, 
pour que la salaison conserve en On met sur une table la quanti 
tierement la viande et lui donne te de sel qui est necessaire pour 
un bon gout, e’est que la chair la quantite de viande qu’on veut 
elle meme soit d’une bonne qua- saler ( 14 .de livre de spl pourl 
lite et tres fralche, afin quelle livre dc viande). On frotte avec 
lie risque pas de se corrompre. soin chaque morceau, de maniere 
Quand a la maniere de tuer que le sel en penetre bien toutes 
et de disposer le cochon de lait les parties.Ensuite on dispose, 
elle est des plus simple. soit un saloir, soit une barrique, 

Apres Pavoir saigne on Pechau proprement lessivee et solidement 
dc avec de I’eau bouillante, on cerclcc. On etend au fond du 
le gratte pour retirer les soies et saloir ou de la barrique, 
on le nettoic avec soin. un lit dc sel, et on y plaice regulie 

Lorsqu’il est ainsi‘bien nettoye rement des morceaux ainsi frot- 
on le laisse raffermir pendant tes. Ce premier lit fait, on saupou 
douze heures. On le dispose»on- dre largement, dc sel ct I on con- 
suite pour lc preparer en cuisine, tinue de la meme maniere jusqiv 
ainsi que nous l’indiquerons dans a la fin de reparation. On a soin 
un des chapitrcs suivants. de bien presser chaque morceau 

Nous venous de transerirc les pour qu’il n’y ait aucun vide. On 
procedes les plus simples pour couvre le tout avec une planchc 
operer le salage des pores., Tou- qui prend exactement le contours 
tefois, nous ne terminerons point de la piece. Enfin, on met par des 
ce chapitre sans mentionner d^att sus, pour presser les chairs, des 
tres method^&jgui sont pratiques pierres bien lav6es; on reeouvre 
dans diverses contfees. en dernier lieu le tout d’un linge 

Ainsi, dans le Nord de la Fran sortant de la lessive, puis encore 
ce, le pore fratchement tue est d’un couvercle. 
depe^e, et les morceaux destines Au bout de quinze jours, les 
a la salaison sont mis a part, Catalans font usage de cctte sa¬ 
les jambons ct les epaules etant laisoh, en ayant soin de retirer 
ordinairement reserves pour le avec une fourchette 


de renomee mondiale, le plus par 
fait des corsets laces par devant 

Prix de tO 7d 11 ftft 


EDMONTON, ALBERTA 

nlllllllllllllllll |llllllllllllllllllllllillllllllllllllllllllllllllllllllllllllillllllllllllMlllliMI1 ^ 

tiUIMIIIIIIIIIMilllllllllllllllllllllllll | l |llll,l| l |lll,lll,,,l| llll | lllll | lllll ,| llll || ll ,m llllll | ^ 

S systeme europeen bonnes chambres = 

= Table d’Hfite — T616phoue 1716 — avec eau froide et oau chaude = 

1 HOTEL RICHELIEU | 

= COIN 103eme RUE et 103cme AVENUE | 

1 HOTEL CANADIEN FRAtfQAIS = 

1 HOTEL ST ELMO I 

| 10158 AVENUE FRASER, EDMONTON = 

Pension et chambre $1.00 et $1.25 par jour 5 

FRANK MAINTROID, Prop. = 

SlIIMIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIHIIHHIIIIIIIIIIHIIIIHIIIIIIIIIIIIIIHHIIIlllHIIHHIIHIIIIIIIIIIHIrt 

siiiiiiiiiiiii!iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii>ii>>'iimiiiiiiiiiiuiimimimmiiiimmminmiiim^ 
I DU BOIS A BON MARCHE | 

5 Nous avons un assortment considerable dc bois de construe- s 
I tion, bardcaux, lattes, fenetres, portes, materiaux pour.con- | 
1 vcrt.ures de toits. napier uoudronne. etc. Nos prix sont d une = 


P.R. Fraser & Co.,Ltd 


Magasio 


I 201 AVE., NAMAYO, EDMONTON — Telephone 1630 = 

..nun..... 

..ilium...... 

Edmonton, profitez en pour faire faire une = 


= AU COIN DE L’AVENUE JASPER ET DE LA NAMAYO—. = 
| ON PARLE FRANQAIS \ 

fiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimmiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiimiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiimiH 

£iuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuunuuuuuuuuuuuuuuuuuuunuiiiui{£ 

| Vtqtz QoOS Voir et parlez Frao^ais I 


Quand vous venez a 


BONNE PHOTOGRAPHIE 

ET LA MEILLEURE PLACE EST 

be Alberta StCidio 


Telephone 5519 — Boite Postale 665 — 271 RUE RICE 


Telephone 5350 


§ 10214—lOlfeme RUE, EDMONTON 

SuiuiuuiiHuuinuuiiiuuiinuuiuuinnuiuuiuuiuuiuuiuHuuiuuinuuiiiiunif; 

....... 

i gystfeme de service: soi-meme y Confiserie, Patisene ^ 


TRAINEAUX ADAM — CENTRIFUGE STANDARD 


SEPARATEURS WATERLOO 


TRACTEURS HEIDER 


MOULINS A VENTS ET POMPES 


N’oCibliez pas de Voir 
Dos n) 0 (ilii)S a battre 


NOS .INSTITUTIONS NATIONALES 

La Society des v 
ArtiSaoS CapadieijS FraocaiS 

de 1 ’IMMAGULEE CONCEPTION No. 473 


McClary Hardware Ltd 


8uccursale 


Nous avons un assortiment complct de quincailLerics, Emailles, 5 
Poeles et Ustensiles de Jardins au plus bas prix. 

Demandez nos prix pour tout ce dout vous avez besoin pour 5 
votre maison ou autres batimenta. 

ON PARLE FRANgAIS , | 

10258 lOUme. RUE, En faoe de PHotel Royal George s 
EDMONTON TfiLfiPHONB 2112 | 

iiiiiiiiiimiiiiiHiiiiiiiiiimiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiuiiiiiiimiiiiR 

uiiiiiiiiiiiiiiiiiKiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiic 


reserves pour le avec une fourchette ou un cou- 

fumage tete, ainsi que les teau les morceaux dont ils ont be 

pieds, le sang, et les tripes de- soin. Ils se gardent bien surtout 

vant £tre consommes aussitot. de mettre les mains dans la sau- 

Avant de saler la viande, on a mure. 

soin de la laver dans de l’ejiu 

fralche; on Tessuie av^ec un linge . _ 

blanc et on la met ensuite dans le ^ 

saloir; On l’arrange de maniere Marie avez-vous lave les poissons 

que les morceaux de quality in- avant de le mettre dans la fritu- 

ferieure occupent le fond, les , ‘ 

mediocres viennent ensuite et ^ on ’ madame ‘ C Cta,t P “ 8 la 

ne. 

les meilieurs se placent au dessus Pourquoi f * 

;enfin les plates cotea couvrent Dame_Ils avaient dej^ passe 

le tout. On laisse le moins possi- toute leur vie dans I’eau! 


La mm des A«ti,an Canadiens Francis, la plus j 
Soci^te de secours mutuels “franga.se d Amenque , enrole 
sous sa baniere, les Canadiens-frtmgais, les Acadiens et les 
Franco-Am6ricains. 

Elle admet les hommes, les femmes et les enfanta; 

Elle nave aux beneficiaires’ des societaires decedes une m- 

demnite au dec&s de $100.00 a $5,000.00, 

JElle pave $5.00 ou $10.00 par sema.ne, pendant lo semaines 
par annee, a ses societaires, qui, par maladie ou accidents, 

sont dans l’incapacite de travaiUer; _ .. 

Durant l’ann6« 1918, la Suocursale Immacul6e Conception 
No. 473 a pay6 4 sea maladea, la jolie somme de 143.90 

Pour plus d’information veuille* vous adresaer au Secretaire 
u 10R44 f)3eme rue. Edmonton — Tele. 4932 


jjj ENCANTEUR8, fiVALUATEURS, MAROHANDS DE SECONDS MAIN 

BCarchandlses de seconds main en tons genre — Prix modtrts 
10135, 100 A AVENUE, EDMONTON, ALTA 

3 Rue Howard, en face Massey Harris T 616 phone 1314 

TtiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimtimiiiiimimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimfuiii 


Sons aigulsoni 1 m rasoira, lames de raaoira (safety), oiseaux el instrnmenta 


Ohamonniers popnlaires, dictionnaires franoo-anglaia et Larousse Iran 

“ yWTEn «Iffil nwrrep, WW AVI 
























































JEUDI 18 8EPTEMBRE 1919 


l'enfant. M et Mme Jean Cha- * GLA. Cudmore, de Toronto 
lut; Mile Ella Landry, intitutrice nomm6 Chef dee Statistiques de 
k Lafond; M. et Mme Hector Lan- Tlnatruction pour le Bureau dea 
dry; M. Albert Landry frtre de Statistiques an Miniature du Com 
Mme Chalut et pluaieurs autres merce et de l’lndustric k Ottawa. 

me mb res de la famille Landry. 11 

Pui. M. et Mme C. J. Lirette, M. * Winnipeg le* charpentier* 

J. Dusaault, M. Jos Lirette Inrti- ont obtenu °- 75 de rheure avec 
tnteur k Bonny ville ct nn grand de 0,80 pour Tannec 

nombre d autres amis. Nous of- pi^cnaine. 

frons nos condolences et sympa- . _ .... 

a yt * xt \\7 n Le Dr. Norton de Philadelphia 
thies 4 M. et Mme W. Chalut . . lf . 

. . ... expert en Temtnres. declare quc 

pour la grande perte qu ils vien- 1# ; , . A , . , , ,» A1 

«ft 1 Amenque est cmaticipee de 1 A1 

nent d eprouver. , ^ \ 


ETABLIB EN 1886 LIMITED 

Grand magaain a departments, coin Avenue Jasper 
et 1026me rue, Edmonton, Alberta 


N06S avoqs cocort qCidqCics bi- 
doqs Vidcs ct ooOS ScriOQS bici> 
obliges Si v/oOS yodlicz i>o(iS 

aider a les rcnjplir 

• «* 

Voycz i>oS agcQtS locaCiz 0C1 «- 
pcdicz ooOS dircctcn>ci}t. €i> 
toOS caS V0C1S rcctVrcz Votrt ar- 
gti>t con>ptai)t *t Scrqz bicp pay's 


Cashmires. Gabardines. Tweeds, Ineotines, etc. 
Nov nomhrenx clients trouveront chez nous une 
grande Yariete d’fctoffea dans toutes les eouleurs. 
a des prix qui penveut etre compares avec ceux 
des Maisons de gros. — Nos Marchandises 
sont dircctement importees des marches Euro¬ 
peans Des Echantillons sont envov^s sur demandc 
l’n employe parlant les deux langucs est toujours 
an service des personnes de longue franqaise. 


JOHNSTONE WALKER LIMITED 


TELEPHONE 9266 


C’cs let samedi 27 septembre 
que doit avoir lieu la eelebre vo- 
tation pour le. cheinin evitant le 
et en fut un bon, ear nos actrices sable du Moose Lake. En gens Mait 
et acteurs se sont montres a la intclligents montrez aux gens du 
hauteur de la situation. Nos fell- dehors que vous comprenez votre **pj 
citations aux interesses. interet. Votez pour le nouveau vant 

En somme nous avons lieu chemin! Cost une question ca- 
d’etre tr6s satisfaits ct meme pitale-pour le progres de Bonny- 
fiers de noire succes en ce beau ville, Durlingville, Ardmore, etc. 
jour du 9 sept. Votre interet a toiw v est engage V 

II y a des gens qui n’ont pas en¬ 
core compris l’economie veritable 
Ayant de bons'Chemins vos terres 
auront plus de valeur ; vos mar- ^ 
chandises seront moins chores; , 

prod nits fic vendront mieux 
et vous recevrez plus d argent 

-* ces marchandises, les visi- qqq 

M. E. teurs pourront venir plus facile- ^ 
ment, feront connaitre votre pla- dftn 
ce il rentrera plus de co’ons et 

ifovme ; ™sultat fi nal tout le m *> ncl e en ^ 
t tres beneficiera. Conprenez done une cbe 
g kde fois pour toutc votre interet et j^ er 
’i j| e ^essayez pas de vous croirc, vous yj c 

( V)eur seul P lus ^ clalra Q ue tous les au ' Gr 8 
Venez tres enseml)le N’ayez pas peur 
entre °* e ( l ue ^ ( l ues miserables sous .que gen 
se de- vous serez obliges de d£bourser 
diques car ^ reviendra des piastres dans qq- 
, c > es ^ votre gousset. Les taxes ne se- 

le des ron ^ P as s * alev ^ es Q ue vous le P en 
• sez et en retour vous aurez la sa- 

lb IUc- 

• tisfaction de vous rendre le 16- 
oi ne i„ 

jolies mol £ na g e Q ue vous avez fait quel- 

cadrer 01116 cll0se d’important pour le cur 

•ndroit P u bb° tout en en beneficiant vous ^ es 

exte- mames - I 1 ne faut P as otre clas- mei 

pelant 86 avec ce t te categorie de gens ^ ll< 

Sainte °t u ^ 011t P eur °^ e d 0111161 * un 

“Loin t 50111 ^ avolr Ul1 boeuf. Comprenez tai 

est un ^ one s ^ vous-plait votre interet. ^ re! 

3 trou- Votons pour le nouveau chemin! 

Ce n’est pas bien de rester indif- ter 

ferent dans une question sembla- C011 

ble. II faut tous vous rendre pour °* u 
igence . . . 

voter et voter pour l emprunt. Le 
iSUran “ . ., TT I 

gouvernement nous aidera. Vous 

SSU connaissez le proverbe ‘Aide-toi 
isuran ^ j e c j e j t , a ^ era , » N’oubliez pas 1)01 

incen ^ ^ j a votation, le 27 sep- a V 

tembre’ et votez bien. 


BONNYVILLE 


EDMONTON, ALBERTA 


.ill/ 


yaux “Casavant” * Le neuvieme vaisseau eonstruit jeuner suivant:. 2 oeufs poch6s, 

rE 7H73 Edmonton les 3 derniers jours de dang , es chanticrs de Trois Ri . pain et beurre une tasse de cho- 

cettc semaine. vieres (Que.) a etc lance avec colat au lait. 

1 La Duchesse et Lady Dorothy 

1 ’accompagneront. La ville garde 

PARTHITT 8on aspect • de fete, les decora- 7 * • i Beurre de pommes. 

r/UUUUl tions restent en place. Les diver- Le vapeur (olombla ' ,0 prC ; A trois gallons de pommes 

tissement continneront et ainsi nuer bateau do pas r 8a " cr , w , ' nl houillies ajoute* un quart de vi- 
[NCENDIE le peuple d’Edmonton se souvien- quitte ,c Nord de 1 Ir,audc k dfi ‘ lla 'g re de «dre et 5 livres de sn- 

:oosehorn, Man. dra longtcmps de ses holes puis Ia puorr< ' est arrlva a Ne T ' v cre brun - Laissez reduire d « moi- 
Vinnipeg a 6t6 royaux. York venailt de Londonderry Ir; ti6 et assaisonnez avec fte la can- 

cendie. ^ c ' s dl ' * Cornelius Vanderbilt fils du _—"■■■■■,...... ,u 

a environ 100.- , Le grand Lawson transport ae- Brigadicr G ^ n6ral Corn41ius Va n 

a M occasion- nen d une capacity de 26 passa- derbiu et h6ritier de p]mimn chambre k eoueher, Salle b ma 
n d une lampe gers a fait le trajet de Cb.cago a miuion8 vicnf d - acceptcr un era " ’ ’ 

du VlUagC ' S Wa " ke<! ‘r UnC m0y0nnC dC Ploi dans un ournal de New York 8’adresser Boife 26 4 L-Union Edmon 
— 100 mules a 1 heure. . , or ton. 

, . , aux appointements de 2b dollars ■ ■ — ■■ - . ■. ■■ ■ 

!*T Edward Le. .ntoritee eiviles de V.n- P” ON DEMANDS Un homme pool 

■* w (■*“<-*; “»•" b-O- «' i. vi- ^ u „„ onitt , riu „ is j P .‘I, ”” 

representi-.nt la Site de la flotte des Etats-Ums r ;_ hollr _ P . nnt „,] nnt /. „ n e mo- n ois -. i._ 


et opticien licencie sera a Bonny- 
ville chez M. W. Ouimet le 28 
sept. Ceux qui desirent se faire 
examiner la vuc on changer les vos 
verres de leurs lunettes, lorguons 
etc., feront bien de rendre visite pour 
a notre bon concitoycn 
Rousseau 


i a venare jpi.suo avec 
paiement, comprenant: 

. manger, 

Cnizlne, Cabinet, D6pense, Eau, Ecu 
rie, Poulailler, gGarage. Bonne Cloture 


Trois cent mille boisscaux de aans un ^ ant on Canadien-Fran^aia, 

ble ont ete detruits par un incen- Maurice Blaquifcre, Cardiff Alta. Don- 
die d’elevateurs a Pittsburg,P.A. ne8 - la de8cr iption du terrain et le prix. 

-— A VENDRE Ayrshire pur sang, de 

Le surplus de poisson congele toute a ^ e » s’adresser k M. W. Ouimet, 
provenant des provisions mili- Bonn y vil l e > Alta- 

taires Canadiennes en Angleterre A VENDEE y 2 section i Edison i 6 

a ete distribue gratuitement dans “ lles (le w estlock, k 1 mile de l’teole, 
, „ , 60 acres culture le reste facile a, 

les villages anglais d6fricher, toute cloturde et cloturp 


La Legislation du Yukon a pro 
mulgue la loi abolissant la vente 
des liqueurs. 


Le vicomte Grey nouvel ambas 
sadeur de Grande Bretagne aux 
Etats Unis s’embarque le 20 Sep 
tembre sur le Mauretania. 


PERDU une vache 


Mr. R.A. Riggl’organisatcur de 
rinternationnale dans 1 ’Ouest 

est convaincu que le mouvement coop6rera avec la commission fe- 
pour “One Big Union” n’a -eu derale dn commerce pour lutter 

aucun succ6s en ce qui concerne contre les profiteurs. D’apr^s un TERRES a VENDRE PAR j. a. MO- 

Regina, Saskatoon et Moo.«je Jaw. tclegramme envove au juge Rob- a I lpo1t ,U «oo a* L’Union. 

J , ; J A DEOAL—$22 de l’acre.—sy t mlUes 

son dll bureau du procurcur ge- Je Legal deux demie-sections dont l’u- 

Sir Douglas Haig est alle a n 6ral, il fournira la police neces- 5\ cu i tiv ^ 8ans avoir 4 a « 

Washington ptrttb signer le traite saire pour- faire des enquetes sur bois (loo acres^onreioturlsYt^o^c^ 

conclu avec les Etats Unis pour l es plaintes au sujet de soupgons “ ne P remi ^ re ^olte) Sur 

la protection des p6cheries de dfaccaparements ou autres ma- pr^ts 4 atre 225 acres 8<mt 

saumon sur la riviere Fro.*er en noeuvres suspectes. " Il fournira Sa8ka **«wan 06 

Colombie Britannique. aussi un conseil pour la poursui- tions) dont 600 ^cres^n patu're^TrSe 

te des coupablcs. a d , enc % et batime »ts nd- 

F v cessaire a u*e ferme de cette importan- 

que les machines. Boutique de 
reparation et engin pour pompef l’ean 
des tables et dcuries Le troupeau se 
compose de 80 chevaux, .100 bfites 4 
156 eochons, un troupean de 
animaux produeteure 
resser k M. A. Morin 
lion. 

; 836 DE L*AORB 

ons presque tout en 
bien cldturd et trde 

EirrfimnnH i , a ? 16 ‘°0 § 

Lgreraond % de section, 2 mille de W 

station du C.N.R., bien cloturd, bati 
et 60 acres en cult*r« l« u “ 


AUX PROFITEURS! 

Le gouvernement de TAlberta ® 8t . partl i lune blanche sur le front. 

Quiconque aurait des informations est 
prid de les communiquer k M. 0. Arcand 
O" Albert. 01 n 


la Grande 

Sask. de- P0UR ^ MfiNAGilEE 
nt du 10 % Qturts de peau noifg — 

^it par le p our rcdonnar aux g an f S no i r8 ^ 

Board ne une n0 uvelles fraicheur, melanger de P ur « race, s’adr 
nes manes un peu de blanc avee de 

la classe j a b onne e nere noire. Mettez le 2 belles demi-secti 

gant sur votre main et frottez biei^baties 6 t0Ut 1 

avec un chiffon doux tremne dans A VENDEE pour 
New York le m61ange . 

de Galles un te- - 

tant l’invitation, Un gateau au choeolat qui tur : 

>plane, de visiter prend deux heures de votre vili 

devenir citoyen temps pour le confectionner n’est eau 

w York. pas plus nourrissant que le de- 


la Banque avee .sa dame et quel- 1 apvcs-miai. M. le cure J^E. La- 
ques amis sont alles au Goose La- lu les pri6res lithurgiques Un 

ke, et ont pris une grande quan- le P e tit corps fut port6 au jnaugi 

• titc, de poissons et tue beaucoup cimeti^re par M. Albert Landry et Maroc 

• de gibier. Landry. Une foule d’amis for* 

Samedi 13 il y a eu enean de m erent upe procession et accom- £) an 
chevaux, une trentaine furent P a r r nerent la petite defuute a la Nouve 
vendus k bon march6. M. H. fa sfte - fitaient k l’enterrement ] e 
Hetu notre Juge de paix 6tait et Mme. F. Laundr>' grand- prenn< 
Tencanteur et M. R. Ostigny mar- P ar ^nt de 1 enfant. p ar y 

quait les entrees. M. et Mine Chalut, parents de pecteu 


Nous tenons on “HdPITAL POUR LES PIPES 


Amenoz nous vos oty vous seres satisfaits de notre traitement | Album des bellmi Images 300 pages de gravures 

LVI* JASPER, J. A. M c NEIL , QMrant Tabaoi Oanad ien s , hach6s ou en fenilles, aussi tabao k priser “MAKA 


avec explications en frangais 
BA”, i Oigarea et Cigarettes 





IT* 


■ v-*** V 

if: 


\ / 

’ 4 . * ' 

»• > y V it 

A ’ •