Skip to main content

Full text of "L'union"

See other formats


SERVICE DE 24 HBURK8 

Wilfrid Lefebvre 

BLUE Lm 

kps TttfohoM 6677 


IMKN FAIRS ET LAISSBR DIRE 


•>c le n.niirv 


EDMONTON. ALBERTA. LE JBIOI 29 N’OVEMBKK 192* 


DmuiAme Minn-, no. 6 


Chrysler Motor Cars 

Automobile* dt $1,300 4 $6 300 

Motordrome Ltd 


10187103* m« — Edmonton 
Tfl. 1706 


Public per LTnion Printing Ltd 
atJBXAU: 10347 -107* rn*— T*L M07 


Jo urn* I indApendant pareiaBant le jeudi de cheqoe semaine. 


5e le numtnj 



Un Dementi 


LES PROBLEM ES DE LA CULTURE 


N a vires nouveaux pour les Antilles 


MalgrA I 'avprtissement qur nous ar oils domic. In n«- dcrnicre. 
If* mtnncuvn* doloyalc* on! continue. 

On a fait cotirir le bruit que. w le eomitA >1 nehni nomine par 
1 VxAcutif de I'A. F. A. n'a pa* in-hoto LTNION c'eai paroe quo 
«on propriAtaitv nr |>ouvait paa vendre. Et I on voudrait faire eroire 
qne, ail ne pouvait pas vendre. e‘Atait pa rue qtf'un mi plusicur* liom 
mes politique* lui avail lie les mains. 

De plus, on voudrait faire eroire que nous, redaeteur. ne sonnn . 
que I'outil dun homme ou d'un parti politique. 

Par suite de ees manoeuvres indignc*. nous somme.* oblige* de 
donner un formel dementi. 

Nous avons done demands au proprielaire de LTNION de signer 
la declaration suivante et de nou* perraettre de la pnblier. 


CANADA 
l*rovinee d'Alberta. 

•le soussigne Pierre FAguenne, declare publiquement avoir toujours 
eo par le pawte comme aujourd'hui. plein droit et plein pouvoir de 
vendre el transferer a toul aeheteur de bonne foi mon atelier d’itnpri- 
merie et tontes lea parts do la Compagnie LTNION PRINTING 

IiIMIT&K 

Je desire aussi declarer publiquement que depuis Iannis* 1925 
je n’ai jamais requ aucun subaidr financier de qui que ee soit. 

Et je ticna surtout ft declarer 4 eauae de certaines rumeurs qui oni 
rftoemment circuit que je n'ai jamais rcqu de Monsieur Lucien Don 
dreau la moindre somme, soil comme pret, soit comme don. ni person- 
nellement, ni pour aucune den compagnie* ou je suis intAresso. 

Edmonton le 29 novembre 1929 

Pierre FfcGUEN'NE. Imprimeur 
Fail et declare devant moi A Edmonton, 

Alberta, ee 29eme jour de novembre 1928 
C K. OAH1EPV 

Commissairc. 

Termiuons en disant qu'en 1925 LTnion Printing Limitee rei;ut 
line eertaine somme en paiement d'annonces insArAos au sujot de la 
candidature de Monsieur Lessard au Sen at. et comme seeours au jour- 
ual qui, A oe moment, avuit A faire face A un lourd deficit. 

Quand a nous rAdaoteur, notre devoir A cette Apoque Atait de eon- 
server A l'un des notre* l’un des trois siAges senatoriau.x de la pro 
vinee. Convaincu que Monaieur Lessard etaii le seul candidat eanailien 
fram.ais qui pouvait aurement I'emporter eontre les concurrents de 
langue anglaise, nous n'avions pas A hesiter. et nous avons renipli ee 
devoir gratis, naturellement. G. 1$. 


mAKniftque navire est le "Lady Netoon," la premiere 
V. unite d'une flotte qui en compters cinq et qui aera 
mi*e en aervice par la Canadian National Stramahip* 
mire le* port* cafladien* de I'Attantiqu* et ceux des 
Bcrmudea, do Antilles, de la Guyanne Anglaise et de 
I'Honduras Brilannique. Le service ainai 4labli sera bi- 
mensucl pour les passagera et le fret. Le premier depart 
s'efTectuera d’llalifax le 14 dCcembre. Iji gravure. A 
droite reprfsenie le Dr. W. \V. White, maire de Saint Jean, 
N.B . souhaitant U bicnvenue au capitaine Keith qui a 
conduit le "Lady Nelson" de son chantier de construction, 
co Angletcrre, A Saint Jean, N.B. oA il a touchi pour la 
premiere (ois la terre canadicnnc. (Photo*, Canadien 


Chacun travaillait de son cote isolement. seule. In longtie et eofi- 
teuse experience Atait la maitresxe du progres. 

O n'eat quo trAs reeemment. bier. pour ainai dire, que les decou- 
vet-tes seienlifiques rendirent In lutte plus facile et le siieoes plus ra- 
pide. 


Ktudions 


puisque nous sommes fermiers Alberta ins, nos 
propres difficultes et eomment elles furent sur mon tees 

LA CULTURE A.MElIORE T-ELLE LE CLIMATf 
Beaueoup s'imaginent qne In culture amAliore le elimat et qu'il 
rst possible ensuite tie planter aveo *ueeAs des vAgAtaox qui. aux 
aux premiers temps, refusaient d'arriver a maturite. 

II est possible qu’il y ait la quelque vArite, mais. surtout apres 
I experience du mois d 'aout dernier, nous en doutons beaueoup. 

Nous estimons plus vraiacmbluble de eroire que lc elimat reate le 
memo et 


CE QUI INTERE3SE LES ALBERTAINS j La 


mere 


LE N It. a deckle de s'unir 
au ('. 1’. R. pour I'achat et l'opo 
ration du chemin do fer de la Ri 
viAre de la I’aix. Cela fait bien 
atigurer de* prog re* fiuprq du 
Nurd de l'Alborta. 


LA CONVENTION ANNE El 


que e’eat nous qui changeons, nous qui nous adaptons au 
nee du Fenal, qu'on vuit un elimat. nous qui apprenons A eultiver de npuvelles varietAa de cerealea, 
llage tout entier plouge dan* le de legumes, de fruitR plus rustiques, plus hatifa, et nous Ravons mieux 
mil par le dec A* de Mine Antonia comment pous v prendre pour en assurer le suecAs. 
prnander., habitant le liameatnit' LE FIFE ROUGE D’lL Y A VINGT AN8 

in-Jorge. La defunte, en effet. Lea plus anciens d’entre noua se souviennent qne. il y a vingt cl 
laLsse j fils, 30 petit* fils, 4<i or- quelqtiea antiAes. le ble Fife Rouge Atait le seul bon ble connu dans 
Are-pet its fils, 15 nevoux et S'! tout le Nord-Ouest avee le Ladoga, le Club, etc., d’infArieure qualit 

II nous souvient peraonnellemenl avoir semA du "Red Fife” trois 
ou quatre an nee* de suite, vu qu’il roussissait passablement bien en 
plnaieure endroits de l’AltH*rta. Mais notre terre n’Atait pas pereliAe 
sur one hauteur A l’abri des gelees. 

AprAs 3 on -1 an* dc bid gelA, nous, comme beaueoup d’autre*, 
envoyames la culture du ble A tous le* diables, jusqu’au jour ou neus 
vint le Marquis, puls le Garnet. 

Ceux qui pensent que le elimat s umAliore n'ont qu'A essayei au- 
jourd’hui si le Fife Rouge lour rcussira mieux qu’autrefois. 

UN CRfiATEUR DE BLfi 
Mais d'oii vient le Marquis et d 'ou vieut le Garnet t 
Du travail d’un homme, modeste, et dont le nom ne sera jamais 
assez connu. d'un excellent ami des Canadiens-Franvais et qui, bien 
qu’Anglais, n'a jamais repondu autremeut qu’en excellent fran?ais 
el quplquefois de *a propre main, aux nombreuses lettres que 


LE DES FERMIERS I NIS uma 
lieu l'an prochain A Edmonton du 
15 uj 1* junvier. Des resolutions 
l res import antes y seront discti 
tee*. Nous ne pouvons qu'encou- 
rager 1,-s fermiers Canadiens A y 
assister et. mi liesniii. A prendre 
part aux discussion*. 


L’A. C. F. A. ET LA PUBL1CITE 


f.KH 1 Ni ’ENDI ffrSft.- depuis 
quelque lemps frequents el di-sa*- 
treux. La capitale surtout eu 
so.iim*. t elle w-maiue. entre au- 
ires a vu un grand edifice, 1 edifice 
Liimson, lll.’IAme rue et I02eme ave 
devore en entier. Meromli deux 
enfant*, de nationulitA allcmande, 
mi! peri dans les flammes. 

("est line grave logon. Soynns 
toujour* prudents eontre I'inipla- 
,-flble et rapide enneiui qu'est I- 
feu. 


On so souvient qn'il fut un temps, ou I'A. t'. F. A. remporlait 
victoire sur victoire. 

L’apotliAosc fut le triomphe obtenu par le* Uanadiens-Franeais 
nux fetes du JubilA de la ConfAdAration, et le laueement, avee le 
eoneours de nos amis anglais, du Monument du PAre Laeombe. 

Cela vonait de ce que I’A. C. F. A. Atait devenue line force vivante, 
Aelatante. 

Et pile 1'etait devenue parce que. grace surtout A la magnifiqne 
activitA de M. J. A. Rioux. il ne se passnit guere de seniaine ou I'A. ('. 
F. A. n’otait pas miae en lumiAre par des articles publics dans les 
colonnes. meme "Aditorialcs” dc nos confrAre* les journaux anglais. 

Par cette publicite, nous el ions sans ccsse presente* A tous nos 
compatriotes d'autre langue. eonune l'un des groupes les plus aetifs dc 
l’Alberta. 

11 nous semble quo I'A. C. F. A. neglige Irop, depuis quelque 
temps, cette facile maniAre d'acquorir la force, de ennquerir la bicn- 
veillanee du grand publie, de maintenir l'entcnte cordiale avee tous 
les Albertains, de nous faire eonnnitre comme des oitoyens utiles qui 
ont leur role A jouer dans les deslinAe* de notre jeune province. 

Ne serait-il pas temps que l'nn en revienne A ce facile moyen de 
Buccest 


LE PAHLF.MKNT D'ALBEK- 
\ ouvrira su procliaiue session 
24 janvier. A moi ns de deiai inat 
ndu. Cette session dureru jus- 
le ver* le 10 mars. 


LE TRESORIEK PROVEN 
CIAL. 1'hon. M. lieid aimonce un 
surplus de $279.70:1 dans le budget 
du gouvernement. ("est bien beau, 
mais les taxes en sernnt-elles di 


La Dette Nette du 
Canada reduite de 
$ 84 , 923,297 


LES MENIt'lPALlTKS D AL- 
BERTA, durant le eongrA-s de leurs 
delAgues a Calgary, ont fait eaten 
dre leura voix. line des reclama¬ 
tions qu'elles ont voices csl que 
In moitiA des taxes sur la gnzoline 
et les licence's d‘automobiles ail- 
leiil au budget des muiiieipalites. 


non* 

ini avons adressees. 

Cct homme est M. C. E. Saunders, fils du fondateur de? formes 
expeiimentales du Canada et eArealistc du Dominion durant de lon¬ 
gues annAes. 

Kemarquons eu passant qu’avant lui A pen prAs rien n 'avail Ate 
fait pour le progrAs de la culture du hie dang l’Ouest et qu’aprAs on 
dApart A peu prAs rien non plus n’a AtA fait qui ait une rAelle impor¬ 
tance. 


Ottawa.—La dette uette elu Ca¬ 
nada a AtA reduite de .tB4.923,2H7 
durant les sept mois de I’annAe fis¬ 
c-alt' se terminant le 31 octobre der¬ 
nier. Pour les sept memes mois 
de la prceedente amice fiseale, la 
reduction avail AtA dc $78,516,005 
Dans cette meme pAriode cette an- 
tiee. les revenus dn gouvernement 
ont uugrnentA de $20,208,604, les 
depenses ordinuires ont aussi mon- 
tre une augmentation de $11,672, 
523. comparativeinent avee l’an- 
nee prAcedente. Ccs chiffres sont 


I N NOUVEAU CIIEMIN DE 
FER pour la region de la Riviere 
de la Paix et qui raocoureirait la 
route vers le Paeifiqne d ‘environ 
400 mint's, est en pro jet. 11 eon- 
terait quelque 8 millions. Un bill 
sera presentA A la prochaine ses¬ 
sion du parlement federal. 


Hommages a 


NT PERDONS PAS NOTRE NOM 


Dans une aArie d artieles. specialement Acrita pour L’UNION, 
nous tAcheron* de montrer a nos amis, les cnltivateure Candiens-Fran- 
cais d'Alberta, le travail qui a Ate fait pour nous par le savant dont 
nous venous de parler, par d’autres aussi. et peut-etre celui que nous 
faisons nous-meme sur notre propre ferine. 

RURAL 


Mgr. Mathieu 


Dans la frenesie qui s'ost einparAe des esprits, le moi* dernier, il 
faut eroire que le dAsarroi en vint A un point qui pent nous jouer 
<1 assez mauvais tours. 

Nous sommes A la veille, nous, les membres de 1 'A. C. F. A. d ‘y per- 
dre et d’y oublier jusqu'A notre nom. 

Dans la Icttre qne l'on nous a envoyAe et que nou* avons publiee 
la semaine deruiAre. le secretaire general de I'A ('. F. A. |>arlait de 
h'Association Catholique Fratico-Alberttiinr. 

Dans la circulaire publiee lc mois dernier, lc president fail suivre 
*a signature de ce litre: PrAsident gAneral de l.'Association t'n»<u/ini- 
tie Franco-Albertaine. 

la* ‘‘Patriote” A son tour,nous denomme. I.'Association Catholi¬ 
que tics Francu-Albertains. 

Et, si nous ne non* trompons pn notre nom veritable est celui ri: 
Association Canadicnne-Fran^aise dc I.'Alberta. 

Nous vniei done aujourdliui avee quatre appellations diffArcnte*. 
C’est beaueoup trop. 

Noun avons clioisi lc dernier nom menlionne apre* de lomtues 
delibArations, et pour de solides raisons. 

Si qnelqucs uns dcsirent ie changer, que l'on fasse bien attention 
aux consequences qui en resulteront incvitablement. Nous sommes 
persuades que ce serait une grave imprudence. 

Nous n'irons pas jusqu’A eroire que l'on cberehe a brouillcr les 
noms pour nous reliaptiser et placer notre Association sur de nouvelles 
londations extremement glissantes, mais nous avons cru urgent de 
donner wins tarder eet avertissement pour la securitA de notre A.C.F.A. 

G. B. 


LA NOUVELLE LIGNE ASH 
MONT-BONNYVILLK, du C. N 


S. (1. Mgr. Olivier El/.ear Ma- 
thieu vient de celebrer le dix-sep- 
tiAnie aniiiversaire do son introni 
silt ion comme awbeveque de lie 
gina. 

A cette occasion LTnion offre 
A Sa Grandeur les snubaits di 
limine fete des Franco-Albeetains 
et lui renouvelle le voeu de longue 
vie. 


R., va commeuct'r ses operations le 
3 deeembre. A raison de trois trains 
par semaine. C'cst le couroime- 
ment des longs efforts de nos frA- 
res de ln-bas. Bon -succAs et pros- 
peritc. 


A QUEL POINT LA GELEE NUIT-ELLE 
A LA QUAL1TE DU BLE 


(JUINZE TREMBLEMENTS I)E 
TERRE PAR JOUR PEN¬ 
DANT CINQ ANNfiES 


Quel est celui des lecteurs de L’UNION qui peut nous dire si 
le ble endomniage par la gelee peut eneore etre employA pour en faire 
de la farine, et quel est le degre de golAc qui rend le ble tout A fait 
impropre A la meunerie.l 

Personne d'outre vous, n’est-ce past 

Et bien, nons non plus. 

Et qui le sait f 

Le pi its ctonnant est qu’on en soil encore a ce poser cette question. 

Comme si c‘Atait la premiere fois que nous ayons du blA gele dans 
1 ‘Ouest. 

l) 0 |mis plus de 40 nns nous pnynns pout soutvnir des Kermcs ox|ierimenlal«*, 
des University, un Bureau National de Recherche* agricoles. Nous pnyons poor 
i ntretenlr des'iuboratoires coAtcux et des professenrs asset bien pnyfs. 

Kt il n’y n pas un homme en Canada, snuf le* gros meuniers pout-ttre, et 
qui ne le diront pas,—pas un homme qui suehc si lo bl6 touch6 par In gelid (at 
encore hou pour faire du pniu. 

Il nous semble qu’il est arehi-tciupa que nos "experts” s’oeeupent ira peu 
de la question. 

Ce serait enrieux s’ils trouvaient quo 1* bM gel* garde une bonne qunllti 
meuniire et qu'on apprenne que sa valour eat bien nnperiaure an prlx qu’oa en 
donnr aux fermier*. . 


LA QUESTION DES RES- 
SOURCES NATURELI.ES et 
leur tran*fert A la province d'Al¬ 
geria acru reprise le 12 ilAcembre 
par 17ion. M. Brownlee qui ira la 
diseuter a Ottawa. II espAre arri- 
ver enfin A une entente. 


son enfant 
bock de biere 


la? tribunal de Num- 
caton (Angleterre) a eondamne 
nuc mire de famille a deux mois 
de prison, pour -avoir neglige tie 
s'oeeuper de *ea enfant*. AgAs de 
ruit-il, a pen prAs tons satisfaits de 8 et 4 an*. Bien pins: cette rnAre 
la grand'route qui a AtA enfin ou-1 dAnaturee avail, auparavaut, ci'-de 
verte au trafic rapide. Le* auto- sou fils aine A des bohemieus i»our 


‘La Survivance Frangaise 

dberta, retENEZ VOS PLACES DE SUITE EN P AYANT 10 PIASTRES A L’AGENT LOCAL 


a la Province de Quebec 


Achetez par termes 


IRVING KLINE Opticien et bijoutii 




■■. u 


. i 


n 

r \ i