Skip to main content

Full text of "L'union"

See other formats




JBUD1 2® NOVKMUr.F- 192K 


PAGE 2 


lirn parfois ai difficile* de la tip. . koi dniveut porter 
To ne nb pent-etre paa eneore | pour ameliorrr nol 
« q» ! il y a parfoM da gAnArosit- 

dan» le dAvooemer.t d'un homnir. 
en BiSmr Mop* que de aoufframv 
dana aa wnnibilitV- 
Tu le Miiraa plus tard,. c* riftnc 
plna tard qoi nous apprend taut 
ft Unt de rhoars 

Mai* sou. bonne — toujour*. 

Frele crealurr qui ne conuais 
ilans la vie que le eote rose, e'esl 
(Ktiir tni et par toi aou vent qu’il 
souffre. 

ftparifin- I in ties regret*, Apar- 
gne-toi den remords Sois lionnr 
et ta belle aim- s<>ra laujnnr* sur 
ton beau front 


Meublons centames de maisons 


Poor Nos Foyers CaijadieijS 


aittinger fait Applau 
dir les Congregations 
A Orleans 


pin* prcvieux que lu valenr de 

I'art qui a'v tleploie et de* riche* 
*e* qui y aoiil acctttnuhVs. 


fliRNITURe 


les Fermiers 

QUELQUFS IV.ANTES 

DK DALE' TINE 


10136 ■ 100A rue 


Pour vous Madame ou 
Mademoiselle 


Hu parlant <1 ivrate ncmee dans 
le froment Notre Seigneur parle 
d’une mechaneete eonnue de ae* 
1 nuditeur*. et que In loi romaiue 
•I'alors puniiouiit I n Aerivtuu mo 
derne, Roberts, affiruie <|Ur dan* 
I I tide, eft aete de lualiee nr renou 
velle eneore; '' Vlljez. dit-il, re d>- 
quill atlelitif an iiioment oil son 
voisin InlMiiireru son ehinnp; d6* 
qlle le elimup cut enseineiiee. il s'y 
rend ii non tour de unit, el y rt- 
pand oe que les Hindous appellpnl 
•'painlinellu, test ildire de l'i 
vruie; file cruit avant la liomie se 
monee et *e propugi 1 rapidemeiit, 
d< sorte que le mulhcurcax pro- 
prietaire ilu champ doit attendre 
de* miiires nvaiit de pouvoir ae 
deliarrasser (le eette plante iiui 
aible”. 


Le Mtntvi .— L» roynoiiK *i<~ 
cieux «t M'uiblahh' a no grnni -le 
•ell.'VI ipi'uu hoinuie prit >1 wlnu 
daa* »*n eliamp" 

I<e sctievc est lu iinnitlieij. Iji 
" sinapi* nigra" on "inniitunir 
noire” de Palestine est nil • plailte 
annuelle. au.\ rameanv iiiiiiihidis 
et a larges feuilles 

Toua les voyugeui' rap|n.i I. nl 
qu'en Terre Saiule. file iitl-’inl. 
menu- ii I'Atat sauvage. de grandes 
proportions et a alive souvil' n 
pill* de dlX pieds lie haul fill de 
sorte que les mseaux <lu eiei |i”U- 
vent ne reposcr litternlenifii' sur 
ses raineaux 

l.’irrair —("est line planle all- 
mielle de Ih famille lies grum mires 
et de la trihu de* hnrdeacees, e 'est 
u-dire qu elle .“si un gram reuaem- 
blant a I'orge Celle de I evangile 
est le "loeium temulentum" ou 
ivraie enivrante Kile est commu¬ 
ne dans les moisnons d 'Europe 
■ omme en Palestine. "L'ivraie 


La Survivance Frangaise 

QUATRlfiME 


St MS BONNE 


Jeune epouse. disait tui jour 
ere Felix, dans line de ses plus 


EXCURSION 


K QUEST l.‘"OSNEKVATORF "I. agitation s'efforee de rreer 
RoMANO - ’ dans I'opinion pulilique « proinw 

ties nrtieles 70 et 71 de In loi de 
vutore Ho finances, dAelara M. Taitlinger. 
.•st le jour ,sit uiie agitation tnute de Hurfaee. 
ginent que A |„ (hainbrc meme eette ugita- 
reprisnmte ution n'a paa d'Achn, et lies depu- 
e ou du tm uotoirement affilies nux gron- 
pe* du Cartel, ni'ont declare qu'il* 
voteraieut it la Chnmhre le texte 
estiiuant qu'il 
e*t de leur devoir de faire passer 
Si I lea intercut de la patrie avant eeux 
leur parti". 

Et M. Taittinger ajouta; 
"N'oublions pas que, depuia la 
lerre, la France a perdu en Ex- 


ANN CELLS de* FRANCO CANADIEN8 de L’OUEST aux 

CHUTES NIAGARA, TORONTO. OTTAWA, MONTREAL, 
ST HYACINTHS, QUEBEC, JOLIETTE ainsi qu’un voyage k 
SAINTK-ANNE DE BEAUPRE 


tjlCisit.ee que I’Osscr 
manot Pour les un*. e'l 
rial du I’upe. lls s'imai 
lout ee qui y est writ 
I'opinion du Saint Pin 
inoins de son entourage. 

Encore riVemment. Son Excel 
lenee le deliglle a|KMtolique dujdtl gouvernement 
Vatican an pres de Washington 
rApondait a eette question 


affectkm* quelle stiscite dureni 
Qitand on a (lit d'une persoime 
■•C'es-t la bonte meme". la langue 
n'a plus rien ii ajouter, e'est |'e|n 
ge le plus eomplel 
Jeune epouse teinlrement Himce 
quand ton epoux revient, le soir. 
de sa journee de labeur, un pen 
fatiguA, un peu triste, domic un bon 
sourire, un lion mot. et quelque 
chose de plus — sois tendre. sois 
bonne, sois affectueuse. 

Tu ne sais peut-ctre pas ee qu'il 
a du peiner, Ion hoirune. dans eette 
bataille de la vie qoi n'est pas 
toujour* eomme dit le poite, un 
eoncert it dilater le eoeur. 

Sea forces se sont epuisei-s Des 
ileeonrngements 1'ont peut etre ae 
cable jusqu'A I Y-puiseinent. Des 
dffaites, des deboires lui ont navre 
le coeur d’amei-turae Que ta bonte 
le rendc fort. 

Et le recommencement de la lut- 
te est quotidien. Que ton affection 
ne se lnase pas. Quand tu le senti- 
ras envahi par eette immense tris- 
tease de la vie, soia meilleure. 

II faut une ame k un foyer. Le 
r61e n'est pas au dessua de U*s ofr- 
ees. Remplis-le. D'ailleurs, le 
bon Dieu t'a faite un peu pour 
cela, — "adjutorium ei" — son 
aide. Sois le toujours dans les aen- 


QUITTANT 

EDMONTON LE 13 DEC. 

pour reneontrer le 
TRAIN SPECIAL A REOINA 
U 14 d«c. 1028 


Chars-dortoirs 
d’Edmonton 
a destination 


I'organe papal ou du Saint-Si^ge, 
ees mota signifient seulenient que 
ee journal est I'organe dout le 
Saint 8i$gr se sert pour publier 
ses eommimique* offieiels. Dans 
son administration g£n£rate et ses 
articles et ses editoriaux ordinal- 
res. ee journal relive de son re- 
daeteur en chef. 

("est djlimite 


MatdrUI ronlaat modern*. OondnIU |wnonn«U* IlAcoption* an ronl* 

Vou* *11** trouv*r le trniet tri* agrfabl* *ur noire train qui *era 
MUNI D’UN RADIO et de» oonrerl* en fran^ni* wront tranemis de 
different* point* *ur la route. 


La Valeur Materielle 
des Edifices Reli- 
gieux de Rome 


TARIFS REDUITS 


POUR CETTE 

EXCURSION 


Poor pin* d* d41*11*. *'*dr*a**r an bureau da* bllleU, coin Ji 
100* ru*. (T*L 1712) Edmonton. An bureau de la (are—T4 


tes. Son nom lui vienl de I'es Rome—D'apr& 
|xVe d'ivresse qu'elle occasionin' faite par les exy 
et qui produit des Hymptdmes la valeur de la bi 
d'empoissonnement. des nau- I’ierre, avec tour 
sees, des vertiges". Par la cuisson ■ trftioni, eat de 22 
elle perd ses proprieties malfaisan A un chiffre pe 
tea. (-values les palai 

Avant de s'etre dt'veloppee l'i les musecs du Va 
vraie resscmble si fort au froment semble, les tiglise 1 
qu’il eat tris difficile de dixtin 500 milliards, 
guer lea deux planter l’une de l'au II est intf-ressa 
tre. Mais quand le bli commen savoir k quelles 
ee k former Api, l'ivraie fait de hies est evaluiV It 


r nettemenl jus- 
qu'ou va le earactire offieiel de 
1’Osaervatore Romano, eomme por- 
te parole du Pape. 

Cette raise au point empeehera 
plus d’un de donner une faiisse 
portAe aux opinions Amises par les 
rAdacteurs de ee journal romain. 


Si vous avez besoin d’un beau et bon auto 

- VENEZ CHEZ - 


Dee Ecoles Chinoiscs 
emploient le Francais 
Comme Langue 
Fondamentale 


i Les Murailles de Hai 
ont ete Decouvertes 


Ix< langnge dc la "Douce France" 
prime l’anglais.— Les JAsuites 
de r"Aurore” et le frangais.— 
Une dAelaration. 

Changhai.—L'lnstitut Tao Ming 
de PAkin craploiera la langue fran- 
Saise comme langue fondamentale 
de son Awcigneiqent avec le cbl- 
nois, inalgrA les suggestions de 
quclques-uns qui, pour rApondre k 
la poussAe des temps nouveaux, ea- 
timaient qu’il Atait prAfArntile de 
se “lancer dans 1'anglais”. 

Signalons A ce propos qu’on a- 
vait annoncA que les Pin’s JAsuites 
de I’UniversitA " Aurore" de Chan- 
ghai avaient, obAissant, eux aussi, 


Mme O. Brouard 


"Je suis heureuse de recommander lea Pilules Rouges qnl 
m'ont fait recouvrer les forces et la santA aprAs avoir AtA ai 
longtcmps foible et languissante. Des maladies prAmaturees 
m'avaient conduite k cet Atat de faiblesse. Je ne pouvais rien 
faire dans la maison sans ressentir immAdlatement de la fati- 
gue et des douleure dans tous les membres. J'avais aussi 
de frequents maux dg tAte, des Atoitrdisacnicnts, des palpita¬ 
tions de cocur, plus que cela je m'Avauouittsais tres souvent. 

DAsolAe dece que moil Atat ne s'nmAliornit pus, uiolgrA tous 
les reraides que je prensis, jc nie dAcidai de me mcltre sous 
les soius du mAilccin dc la Cie Chimique Franco- AmAricaine 
ct je ui'cu tins 6 ce qu'il tue recommnnda, c'est-4-dire les 
Pilules Rouges. Hu molnsd un mois, mou Atat s'amAliora 
dc telle facon que j'Atnis assurAe me rAtablir com- 
plAtement avec ce bon remede. 

Quelques mob de traitenicnt ont grandement augmcntA mes 
forces, cm port A mes ninhii'.es ct m'out pemib derepreudre 
monouvrage. Depuis treir.c ans les Pilules Rouges sont iron 
unique remede, je Ic^prcuds de temps it autre, e'est ce qui me 
conserve la santA. "Mme O. Brouard 138, 4Auie Avenue, 
Shawinignn Falls, P. Q. 


STUDEBAKER et ERSKINE 


Ixtndre.—Un tAIAgramme de JA 
rusalera nous apprend quo le doe 1 
tour Garstang, professeur d'Ar- 
chAologie de I'UniveraitA de Liver-, 
pool, chargA de diriger des fouil- 
lea pratiques k Hazor, au nord de 
la GalilAe, vient de publier un bul¬ 
letin annoncant que les ancicnncs 
murailles de Hai, la dtA royale de 
Chanson, ainsi que le lieu oil Jo- 
sue massacra les chananAcns, aprAs 
la victoire de JArico. viennent d’A- 
Ire dAcouvertea. 


pendant long temp* f aible 
et languiaaante doit aux 


PATRICK & BROWN 


de ae bien porter maintenanL 
Beaucoup d'autres remAdei 
ne lui avaient fait 
aucun bien. 


FOURRURES 


Le Monument a la 
Memoire de Benoit XV 


11 faut maintenant se preparer 
pour la saison d’hiver. 

UN MANTEAU DE FOURRURE 
est le soul vetement qui vous donnera 
le eonfort voulu et la Cie TRUDKL 
est la maison qui vous donnera le 
meilleur servicA et une marelmndise 
de prcmiAre qualitA. 

VENEZ VISITER NOS SALONS 


L*a Pilule* Koufe* wnl priaei et recommandSea au* femm** dan* Ii 


Rome— Le Pape a inaugurA 
dans In hasiliqne Saint-Pierre, le 
22 novemhre, le monument ArigA 
A la mAmoire du Pontiff ilAeAdA, 
Benoit XV, 

Le cardinal Mistrangelo, arehe- 
vAque de Florence, qui depuis la 
mort (lu cardinal Tonti son frArc 
d’ailleurs, de promotion est le plus 
ancien cardinal crAA par Benoit 
XV, a prononee un disennrs A 
eette oceasion. 


Chlorate, - An4_i. 
Faibleue *4n4rale 
Treuble* Nerraua 
Inrdgularitd* 


Douleur* p4iiodlque* 
Derangement. 

Trouble* d'**tomoc 
Treuble* du retour d'ige 


CONSULTATIONS MKDICAI.ES.- Afin d'aidervotrctraitrmrnt, vou* 
pouvex conaulter A *on bureau on per corretpondance noire MAdecin qui 
vous iadlquer* toujonr* le mrillenr rdgime A saivre. Dm* le* ca* requA- 
raut l'lnterventlon chlrurglcale, II vou* dirlgera an meilleur chlrnrgien 
de votre localitA. *' 11 


•le puis assurer qu il n est en au- 
rune niani&re, question de prendre 
une semhlable tnesure. Nous ne 
voyons pas quel avantage elle nous 
apporterait, dans Uenseigtiement 
des lettres. du droit, des sciences 
et do In inAdecine. L’expArience 
du passe nous montre dans quel 


Pilnlm ROUGES 

part out ou par la potto 

50c la bo ilu 
ou 3 pour %I.2S 


TRUDEL FUR MFC 


pour noire joHe brochure GRATUITE 
’’Santo de* Enfant*" Illuttrre par 
Bourgooi*. enroyee aua lairu 
do famiUo Hullm.nt 


IJHITEr* 

10028 -102c ave. Edmonton Telephone 2213 


Pour Uempoisoitiicmen! par 
I’eau tie javelle. hoire du i.iil nil 
de l'huile. 


Proti I.i con on •argaont lot Pilultt ROUGES 
oa va 

Cll CHIMIQUK PSANCO-AMC RICAINK LTBB, 1870 , «u« »T. DCNIB, MONTREAL, 


mpri’8 role purlngern le elmntier de hols rendu pns qu'en liolis neeroisannt, nuns nvona 
snurit dii piannier: A I'aide d'un ridenii, on dCg^iifrA. 
e dit lui fers mi coin qui sent A idle, oil J'aime que mitre noNvrlle mnilroKt’* 

ion nr- elle nurn aon lit ct ses livres. Avnnt se renseigne sur In nnissnnee de In 
le I,n- les nmiAes d'nbnndnnre, II y a len an- colonic, Le vleux LabbA contc A ce 
iiAen de pntntus et de Inrd, elle nmngcrn snjel de pitureaques dAtnils qui meltem 
iiiAiuea -mis se plniiidre le Inrd et le* pntutea. le fou rire nu* veux de In sfrieiise Hen- 
poliea: Elle ne deviendrn cumbotiva qnl ai un riot to. Lui itenl n ee prirllbgr, et je 
." Lu eonimissnire d’deoic trouvo qo'clle fait eroia qu'il en tire quelque eniiqdiiiiiiii 


... In soumettre A la loi des rAcoltes, 

men enfnnre et nia jeunessc in'ont-elles 
fait une Ante difffrente de eclle dc 
eette p.-tite privinelnle aupposAef Sans 
iloute, eomme moi, ee aoir, en entrant 
dnnx In chambre, pour fulr les feuil- 
lels qu'il fnudrnit relire, elle seruil nl- 
IA«> A In fenAtre, Poun ne pns songcr 
A ce qu’elle devrnit dire pour nv.hovor 
sa lettre, le nc* AcracA contre In Wire 
freiilc, elle aurait regard* lo pnvsnge 
que je sais par cocur A loutea salnons.. 

Que dltea-vouat Kile aurait regardA, 
regardA pour vous Kt snvet-voua, 
mou cousin, al jo ne l’nl paa faitT 
Le falaant, jo n'auraia pu choiair uno 

Deux journAea dc travail encore et qu'on pourra aortir du boia. Ooramo fait nutour d’ello, qu'on murmure: nous voir,. qui vou* ferait du bien. A ccrlulns | null plua vrnlment eanadioane. Pa* 

noua d* nous aurona fiui. MAmo ai lliivcr A- ollc eat dAalrAo la neigcl.. La maltrea- —"On salt bien, faut du frauqala, Ce* mots, je Ira ai souvent entendu moments, jo (loin vous dire dea chose* de nelge, non, mala un elel bleu d'aae 

s avaient tait trAs long et rlgouroux ot al noa so aourit en disant qu'elle n’a pa* peur main I'anglais eat bien utile paf leitc, prononcer aveo une socrAte nngolsso bauales, sinon, je auia certaine que Je puretA Incomparable, illuBiinAe do lu- 

dus avona bAtcs ne pouvent oe rendro aux meu du dcml-mllle qu'il faudra faire, de la dana l'Oueatl" dana la volx; ila m’impresalonnent voua feraia du mal et j# uo pula ou no. L'aatrc fait lo* ombrea oourtoa 

I’alr cat Iona de palllo, noua aurona saner, do terre des LabbA A la maison d’Aeole, La petite maitresae d’Acolo ae dA- toujouro. Ce aoir, lo bughey do Fred bller, malgrA tout, que vou* Atoa a*ul, ot clairea, gliasant au molndro noafflo 

a blonde* fourrage pour lea hivcmqr jiuqu’en a- par toua lea temps. Il eat vrat quo Fred fond, so dAbat, montre lea eablera do avait dApaaaA la elAture, loraque Milo malade, vieux et dAoo*pArA. «ur lo tapis ruguoux do brousallle* *A- 

at noire vrll. lui aaaure: <l*voa, prouvo que 1 'aaaelguement Saint-Jean a’oot retournAo encore pour Le* lAgende* indleune* de Nantne ol>e*. C'oat un ciel prtt pour to dA- 

ua a fait C# aoir noua avona au doa "veil- —"Y a paa do aoln", Madomolaollo do Panglala n'ert paa nAgllgA, quo me crier: ont trap do troiu dana mn mAmoire ploiemcnt doe Aeharpes multieolorea do 

iiona rap loux”. C'Ataient lea LabbA et la non- Saint-Jean, on n dea eayutea et un cut- i’lnapectour lul-mAmo a'cat diclarA am- —Vonex mo voir, bientAt.. pour voua las coater et ms vlo eat vide I'aurore ItorAnle. Partout, le gel met 

ea mor(l , B voile mnttroaae d'ioola qui prond pen- tor chex noual tiafnlt. Lea oaprita a’Aehauffont; on Ja eroia que j'nl rApoodu avee plus d'AvAnomonta. Voua n'Imagine* pas “* moraure nocturne pour marquer au 

« manctae »ion ehox eux et qu’on voulalt non* Ja no doute paa qua Frod attellera no aait d’ofl part la manvaiaa parole *t da ainoAritA que d'habitude. quo j« chaaee la caribou ou que je «''»’> de ITiiver, irrAmAdiablement, oa 

eutro loa prAaenter tout d’abord, un peu A eauae aon tralneau aoir et matin pour con- l'on apprend, na jour, quo Is maltrease —Out, Jo voua la promote. fuma le calumet do la palx au wigwan <I“'H n AparguA de vie lea unit* prA- 

rromalalt: du rmpeet attachA A la mAmoire de duire la jolie mattre*M d’Aeole, at j’en n requ ion oongA, tolla une "engagAo"! Il faudrait trouver quelque choae A volaint Qui aaitl voua ersignex pout eAdente*. Par un phAnomAue d’optiquo 

aa eomme mon pAro qui fut ai longtempa prAai- auia contento. 8i voua aavieg la via queleonqua. voua dire, former eette lettre et voua Atre pour moa eealpl.. HAIaal dana mn frAquent iei, lea plana AlolgnAe nppa- 

i ehemina ont de In Commission aeolnlro. do noa brave* petite* maltrease*.. Raaaurea-voua, ee ne sera paa IA I'hia- 1'envoyor.. J’nl laiaaA partlr la mallo maiaon perdue en payi neuf — je raiaaent let plua distinct*. Jo pour- 

rolaf Au —Une belle crAature, me dit le Beaueoup viennent dn QuAboc. Loin toire de Mile Saint-Jean. Au premier hier; durant hull joura, j'aural la re davraia dlra, en pay* sauvage — je "I* compter loa tronea argentAa de* 
■at targor grand Fred tree un ellgnement d'oell da leur famille, alias doivent parfoia eongrta dn Parlor franfaia, A Edmon- proeho de eea feuillcta attendant leur ne eours gnAra plus de dangers que tremblee allgnAa aur lo bord oppoaA dn 
eoonai(aeur. ae pensionner dana dea eondltlon* qui ton, on n pu appalor Lavcrnes la alu- dApart pour la France. nImport* quelle Jeone fille fraaqaiae Croyex-moi, j’al vu 1'eau vi- 

« qua set J* in regards. O’aat vral, elle a le lee rebuteraient ai olio* n'Ataient vail delle cnnadienne-fnmqaiae. Noua A- Je veux avoir la franchise de vou* habitant au eoeur de la province la ve ottaquA* par I'air aigu. Je I'al 

a de eon- pur typo de Oanadlanne, trait* rAgu- lantea apAtrea du parlor fran$ai*, lea tiona alors A peine trente fnmille*, je I'nvouer: U eufflt d’une allusion A In plus tranquUle. (A auivre) 

Bourgeois Bern, teint blane, yeox brun foneA et entAtAee dee tradition* national** qu'il n’oao pa* Aerire gronpAea, tellement votre Roman d'an tan, tronvAe au cour* Mon enfnnee farouche, mi jeunessc “OOAfMB JADJB.” eaten rente A 
. . _ . ....... . ... « • a * . -_lu... ji— i. _ I. ji... i..i _ __ .... _ _ t _—• a ■_ ... la Li brain fi d'Action (kiidiuu>rrtii* 


Feuilleton de ••L’ONION 


COMME JADIS 


par Magali MICHELET 


(SUITE)