Skip to main content

Full text of "Le Cid"

See other formats


Corneille, Pierre 
Le Cid 



1749 




k 



NOV-5 1996 

FEB " <^uu<i 



CORNEILLKS 



^^ 



LECID 



EDITED BY F. M. WARREN 



I 



Digitized by the Internet Archive 

in 2009 witii funding from 

University of Ottawa 



littp://www.arcliive.org/details/lecidcornOOcornuoft 



Wf 




1 






1 




^SI^^K^S^Ê 


^^^^B, 


B-v^ 


\>'<^': ' ^^H^^^^^^^^l 




^^^^IbB^ 




l^H 



PiKKRE Corneille. 



COKNEILLE'S 



Edited with Notes 
and Vocabukry by 

F. M. WARREN 



Le Cid 



D. C. HEATH AND COMPANY 
BOSTON 




il 



Copyright. 189s 
By F M. Warren 

( £2 



^61 



>. - 






Prioted io U. S. A. 



ONL'LP 



PREFACE. 



This édition of Le Cid aims especially at emphasizing 
its literary significance. For this reason it contains tiie 
articles written by Corneille in answer to his critics, and 
in which he judges his own work. The text follows that 
of the Marty-Laveaux édition (in the Hachette séries of 
" Les Grands Écrivains de la France "), reproduced from 
Corneille's last revision of 1682. In volume iii. of this 
édition may be found the variants to the play, the lines 
of Castro's Las Alocedades dcl Cid which were more par- 
ticularly imitated by Corneille, and an analysis of the 
Spanish drama. 

The history of the French stage after 1550 and pre- 
vious to 1630 is considered at length in E. Rigal's 
"Alexandre Hardy" (Paris, 1889). To understand the 
literary bearing of Le Cid and Corneille's dramatic ideas 
at the time, one should also consult the Spanish original 
{Las Mocedades del Cid, primera parte, edited by E. Me'ri- 
mée, Toulouse, 1890). For historical data concerning 
the hero and his surroundings there is nothing more 
récent than R. Dozy's '* Recherches sur l'histoire de 
l'Espagne" (third édition, Leyden, 1881). I can find 
no reliable account of the Cid's family. 



iv PREFACE. 

In the préparation of its notes this édition owes much 
to the two American éditions of Professors Joynes and 
Schele de Vere, and the French édition of Gustave 
Larroumet (Paris, Garnier Frères;. The " Lexique " oc- 
casionally cited is the one compiled by Marty-Laveaux in 
volumes xi. and xii. of his édition. Many of the liter- 
ary comments were suggested by the same scholar, by 
Scude'ry's Observations sur le Cid, and by the Academy's 
Sentiments — both published in Marty-Laveaux' twelfth 
volume. Références are also made to Voltaire's Be- 
juarques sur le Cid, included in his Commentaires sur Cor- 
neille^ and to Sainte-Beuve 's three articles on the play, 
in volume vii. of his " Nouv^eaux Lundis." The ques- 
tion of the unities of time and place in Le Cid, discussed 
in the Introduction, is argued more in détail in the 
Mo.lern Language Azotes for January, 1895, while for the 
rules of classical versification I am allowed to refer to 
Professor Eggert's Introduction to his édition of Athalic 
(D. C. Heath «Sc Co.j. 

F. M. WARREN. 
Cleveland, Ohio 



INTRODUCTION. 



I. LIFE OF CORNEILLE. 

Corneille's life, apart from the performance and publica 
tion of his works, is but imperfectly known, owing to the lack 
of contemporaneous records and allusions. He was born at 
Rouen, capital of the old province of Xormandy, on June 6, 
1606. At his christening on June 9 he received the name of 
Pierre, after his father and godfather. He was educated in the 
Jepult collège (academy) at Rouen, and obtained in 1620 a prize 
for excellence. Choosing his father's profession, he next stud- 
ied law, and was admitted to the bar on June 18, 1624. The 
office of attorney-general in the department of waters and for- 
ests was purchased by him on Dec. 16, 1628. The year follow- 
ing. Mondory, who, with a company of actors, was probably 
playing in Rouen, persuaded him to deliver to his troupe a 
comedy he had already written, and the season of 1629-30 
saw the play produced in Paris, at the newly established Ma- 
rais Théâtre. 

The success of this comedy, Mélite, confirmed Corneille in 
his purpose of writing for the stage, and led him to study the 
principles of dramatic art. While he continued to discharge 
his légal duties at Rouen, he frequently visited Paris to offer 
to Mondory some new play, or to mingle in the literary society 
of the capital. Occasional poetry in French and Latin bore 
witness to the beginning and progress of his réputation ; and 
the great minister, Richelieu, employed him as coliaDorator in 
one of his dramatic enterprises, La Comédie des Tuileries, in 
1635. 

V 



d LE CID. 

The divided life he thus lived before the production of /^ 
OV/. at thc end of 1636, seems to hâve almost ceased during 
the few ycars following that play, for he evidently remained 
at Rouen, busying himself with the defence of his drama. occu- 
pied with lawsuits, and saddened by family afflictions. Still, 
he must hâve been considering new theatrical ventures ail this 
time, for in 1639 he read to a few friends at l'aris his tragedy 
of Horace, and had it performed the next February. This 
pièce was followed by several others in {|uick succession, ail of 
which confirmed the success of Le Lu/, and united in placing 
their author at the head ot the playwrights of France. 

In the spring of 1641 Corneille niarried Marie de Lamperière, 
daughter of a Norman officiai. A Latin poem by Ménage 
tells us that the very night of his wedding he came near dy- 
ing of pneumonia. On Jan. 23, 1647, he was elected to the 
French Academy Xow the Fronde inter\ened and closed the 
cheatres of Paris, thus giving Corneille the opportunity of wind- 
ing up his affairs at Rouen. On March 18, 1650, he sold his 
office at the provincial court, but almost at the same time re- 
ceived another from the king, which occupied him until the 
winter following. From the beginning of 1651, however. he 
was entirely free from officiai carcs. The etïects of this leisure 
(vere seen in the appearance of new tragédies, in the publica- 
tion of poems, and notably in the translation into verse of 
Thomas a Kempis' Iinitaiion 0/ Jésus Christ. This was a 
devout undcrtaking. long meditatcd, and finally occasioned by 
the failure of Corneille's tragedy, Pertharite {\Q)^z). For the 
next four ycars this translation filled up the greater part of his 
time. He remained at Rouen, and there acted as treasurer of 
his home parish. 

liut the arrivai of Molière's company at Rouen in the sum- 
mer of 1658, and the charms of the actress, Mme du Parc, 
called Corneille again to the delights of theatrical composition. 
Œifipe, acted in iri5(). began a new séries of tragédies, which 
ended with the failure of Attila (1667). In the meantime he 



INTRODUCTION. vil 

had published (in 1660) an édition of his plays in three volumes, 
together with criticisms of each play (the " Examens ") and 
three essays on the laws and théories of dramatic art. He had 
been granted a royal pension in 1662, and in 1665 he had pub- 
lished a translation of poems written in honor of the Virgin. 
Possibly this same year he moved definitely to Paris. 

A few years later Corneille appeared once more as a dra- 
matist. At the command of Madame (Henrietta of England), he 
composed a play on the love of Titus and Bérénice. Racine 
had received a like order, and each author worked unknown to 
the other. Though at the public performance of the two 
pièces, in 1670, the younger poet won ail the applause, Cor- 
neille continued to write for the stage for four years longer, 
until the downfall of Suréna (1674) brought his theatrical 
career to a final close. Domestic bereavement and financial 
distresses contributed in embittering the last ten years of his 
eventful life, and only a few laudatory and supplicating poems, 
addressed to the king, reminded the public of its former favor- 
ite. In 1682 he published the final revision of his works, and 
in the night of Sept. 30 — Oct. i, 1684, he died at his house 
in rue d'Argenteuil, at Paris. He was buried at St. Roch 
the day following. 

The Personal appearance of the poet h as often been noted, 
while a portrait by Charles Le Brun, painted in 1647, furnishes 
his most reliable likeness. His contemporaries complained of 
his decidedly ordinar}^ présence and the neglect of his person. 
He was timid, though easily offended; his conversation was 
wearisome, and he always fell far below his actors in reciting 
his own works. It is a singular fact that he is reported never 
to hâve been able to speak French correctly. He was some- 
what self-sufficient, though no more so, perhaps, than his ge- 
nius warranted. Hewas avaricious, eager to make money, and 
yet he never succeeded in saving any. Of his six children four 
survived him. From his eldest, Marie, descended Charlotte 
Corday in the tourth génération. 



Tlll Lt CID. 



II. i.E cin. 

Thf- thirtieth ycar of his agc found Corneille alreafly thc 
Icading ])lav\vri;;ht of thc Frcnch capital. Hc had creatcd hy 
his own commf>n-.scnsc. dramatic in.stinct and the examples of 
riautus and 'iL-rencc, modem Krenth comedy in verse, had 
tried his hand at bombastic tragi-comedy, and exercLsed his 
talent on tragcdy, after the models of Seneca and thc (ireeks. 
Of ail thc kinds of theatrical composition in vogue in his da_\ 
he had neglected only the pastoral, which was becoming an- 
tiquatcd, and the farce, which was too vulgar for his notice, 
He had demonstrated not only his capability as a constructor 
of plays, but had also proved his originality by thc invention of 
new and simple plots. His vocabulary and versirication were 
far superior to the times in refinement and harmony. They 
clearly showed the influence of Malherbe's criticism and the 
taste of a Conrart or Chapelain. Alexandre Hardy, who had 
grafted on the old national stage of France the new concep- 
tions of the Pléiade drama, had ahvays remained a writer of 
the sixteenth century. After thirty years of labor at the Hôtel 
de Bourgogne he had passed away, just as Corneille was 
beginning at the Marais. But he had left as a permanent 
legacy the public he had formed and the scenerj- he had 
adapted. 

Corneille had attained unquestioned success in comedy, but 
had failed in tragedy. His .I/tv/<V, patterned too closely on 
the conceptions of Latin and Cireek antiquity, had satisfied 
neither the public nor its author. Profiting by this check, he 
resolvcd to abandon the imitation of the ancients. and seek a 
subjcc*^ among the national théâtres of contemporaneous peo- 
ples. The Spanish stage, under the leadership of Lope de 
Vega, was then pre-eminent on the Continent. So Corneille 
learned Spanish, read many of the plays which had aiready 
been edited in Spain, and selected from among them that one 
wiiich especially extoUed the nation"s hero. With the story of 



INTRODUCTION. ix 

the love and deeds of the Cid he aspired to open a new era in 
the history of French drama. 

In the last weeks of 1636 Corneille"s Cid appeared on the 
boards of the Marais. Its author had taken some time for its 
préparation — possibly a vear and a half — and Mondory, with 
his comedians, surpassed themselves in the magnificence of 
their costumes and tlie excellence of their acting. Corneille's 
rivais assert even that it was to their efforts the play owed its 
success. For it was a success beyond anything before known 
in France, a success instantaneous and universal. Day after 
day the théâtre was crowded with the best people of the 
court and city. As ÎMondory wrote to the great Balzac, 
under date of Jan. 18, 1637: "Il {le Cid) est si beau qu'il a 
donné de l'amour aux dames les plus continentes, dont la pas- 
sion a même plusieurs fois éclaté au théâtre public." Chape- 
lain, and Corneille himself, both bear out Mondory in his 
statements, while Mairet claims that the play gained for 
Corneille's family their letters of nobility. An anonymous 
disputant in the quarrel which followed this success says that 
the receipts of Le Cid were greater than of ten of the best 
pièces of the other dramatists, while Pellisson, in his " History 
of the Academy,"' published sixteen years later, writes : " Il est 
malaisé de s'imaginer avec quelle approbation cette pièce fut 
reçue de la cour et du public. On ne se pouvait lasser de la voir, 
on n'entendait autre chose dans les compagnies, chacun en 
savait quelque partie par cœur, on la faisait apprendre aux 
enfants, et en plusieurs endroits de la France il était passé en 
proverbe de dire : ' Cela est beau comme le Cid.'' " 

III. QUARREL OF LE CID. 

SucH popularity and renown were enough of themselves to 
excite the jealousy of the dramatists, who, before the appearance 
of Le Cid, had shared with Corneille the honors of the stage, 
but who were now left far behind on the road to famé. The 
prime minister also took umbrage at its astonishing success, 



X LE CID. 

whetlicr from literarj- envy, as has been charged, or from re- 
sentment at the independence Corneille h ad alvvays manifested, 
or from a feeling that the great réputation earned by Le Cid 
for its author, together with its expressions of feudal rights 
and mediccval justice, had injured for the tinie his paramount 
influence in the state, and antagonized his work of political 
centralization. The edicts against duelling had just been pro- 
mulgated, and hère duelling was publicly eulogized. 

Yet ail thèse individual envies and distrusts might hâve 
remained smouldering had not Corneille, emboldened by the 
gênerai applause, taken occasion to turn upon his old-time 
critics, and proclaim in his poem. Excuse à .Iris/e, both his 
disdain for thcm and. his own originality. This production, 
which its author avers was written long before Le Cid, seems 
to hâve performed the office of a safety-valve to his long- 
repressed émotions. The culmination of his resentment for 
past indignities, whether inflicted by the court or by literary 
rivais, is scen in thèse Unes : — 

Mon travail sans appui monte sur le théâtre: 
Chacun en liberté l'y blâme ou l'idolâtre; 
Là, sans que mes amis prêchent leurs sentiments. 
J'arrache quelquefois trop d'applaudissements; 
Là, content du succès que le mérite donne, 
Par d'illustres avis je n'éblouis personne: 
Je satisfais ensemble et peuple et courtisans, 
Et mes vers en tous lieux sont mes seuls partisans; 
Par leur seule beauté ma plume est estimée: 
Je ne dois qu'à moi seul toute ma renommée. 
Et pense toutefois n'avoir p<iint de rival 
A qui je fasse tort en le traitant d'égal. 

Hère we may find a considérable dose of vainglory, and no 
small amount of anger for the neglect shovvn him by the court; 
in ail more than enough to unité the despised dramatists and 
the suspicions premier together in a common assault on the 
presumptuous author of this rhymed satire. 



INTRODUCTION. xl 

Evidently an alliance between the offended parties was 
quickly formed after the publication of the Excuse, because 
the poets who were high in the Cardinal's favor led off in 
anonymous attacks. The first came from Mairet, then resid- 
ing at Le Mans, and was circulated in manuscript at Paris by 
his friend Claveret. This libel was a pretended demand from 
the Spanish poet on Corneille for the property stolen from him 
in Le Cid. Corneille answered in an indignant rondeau, which 
met with a reply signed openly by Mairet. 

The assailants were now re-enforced from another quarter. 
Scudéry, who had been on good terms with Corneille hitherto, 
but who was a créature of Richelieu's, came forward with his 
alleged impartial and scholarly Observations sur le Cid, the 
original title of which, Les Faiitzs retnarquées en la tragi- 
comédie du Cid, explains the nature of the contents. They 
were entirely condemnatory, antagonistic to the highest degree. 
The pamphlet must hâve had a large circulation, for it went 
through three éditions in the year 1637. After alluding to 
Corneille's arrogance in the Excuse à A ris te, Scudéry disclaims 
any personal enmity, but says he will combat Le Cid only. 
And he siates his captions: "Je prétends donc prouver contre 
cetre pièce du Cid : — 

Que le sujet ne vaut rien du tout ; 
Qu'il choque les principales règles du poème dramatique ; 
Qu'il manque de jugement en sa conduite ; 
Qu'il a beaucoup de méchants vers ; 
Que presque tout ce qu'il a de beautés sont dérobées ; 
Et qu'ainsi l'estime qu'on en fait est injuste." 

The substance of Scudéry's remarks is that the subject of Le 
Cid lacks probability and dignity, that it is against good 
breeding and family feeling, that the action is too hurried to 
be riatural, and that it contains digressive épisodes. He ad- 
mits, however, that the versification of Le Cid is the best Cor- 
neille had written, though hardly perfect enough to justify the 
ines of the Excuse à Ariste. 



t'n LE CID. 

Corneille returns Scudéry's diatribe with a most sarcastic 
defence, implying that his opponent's wrath was excited by an 
anonymous criticism, which he had erroneously attributed to 
Corneille. Other answers to Les Fautes were printed by ad- 
mirers of Le Cid, wliile its enemies gained an ally in the person 
of Claveret. To circulate ail thèse pamphlets the colporters of 
the officiai Gazette were pressed into service, and they hawked 
the literary war about the streets and bridges of Paris, until no 
educated man in the capital could hâve been ignorant of its 
virulence. 

Ail thèse measures, however, in no way affected the favor 
with which Le Cid was still received, and Scudëry, covertly 
supported by Richelieu, was forced to demand of the newly 
formed Academy an authoritative opinion on the matter. This 
body naturally demurred, but Richelieu's will was law, and 
after some negotiations with Corneille a committee of three 
was appointed to consider Le Cid as a whole (June i6, 1637). 
Its verse would be passed upon by ail the members acting to- 
gether. After some delay a report, based on Scudéry's Ohseï' 
vations, was drawn up by Chapelain and submitted to Richelieu, 
who favored it with comments in his own handwriting. The 
manuscript then underwent several revisions, was fînally sent 
to press, and the proof-sheets submitted to the Cardinal. The 
latter objected to so favorable a showing for Corneille, and the 
work was done over. At last, on Nov. 23, 1637, the new 
manuscript was given to the printer, and it appeared early in 
1638, under the title of Sentiments de r Académie française 
sur le Cid. But by this time the quarrel had spent itself. 
The impartial citizens of the town had had their say, and Mai- 
ret, who alone tried to continue the struggle. had been silenced 
bv a command from Richelieu, delivered on Oct. 6, 1637. So 
when the Academy's Sentiments were ready for the public, 
the public had lost interest in their contents. 

And, indeed, they added nothing new to the question, while 
their manifest intention to please both sides robbed them of 



INTRODUCTION. xiil 

any weight. Corneille derived some benefit from them in the 
matter of language and versification, and lost also in the same 
directions. They dwell at length on the precepts of Aristotle 
and the standards established by the théâtre of the Greeks, and 
ascribe to the philosopher the following rule on the duration of 
the time of the action : - A la vérité, Aristote a prescrit le 
temps des pièces de théâtre, et n'a donné aux actions qui en 
font le sujet que l'espace compris entre le lever et le coucher 
du soleil."' They conclude as follows : " Enfin nous concluons 
qu'encore que le sujet du Cid ne soit pas bon, qu'il pèche dans 
son dénouement, qu'il soit chargé d'épisodes inutiles, que la 
bienséance y manque en beaucoup de lieux, aussi bien que la 
bonne disposition du théâtre, et qu'il y ait beaucoup de vers bas 
et de façons de parler impures, néanmoins la naïveté et la véhé- 
mence de ses passions, la force et la délicatesse de plusieurs de 
ses pensées, et cet agrément inexplicable qui se mêle dans tous 
ses défauts, lui ont acquis un rang considérable entre les poèmes 
français de ce genre qui ont le plus donné de satisfaction.'' 
From ail thèse phrases, which are more or less sincère, there 
stands out one, •• et cet agrément inexplicable qui se mêle dans 
tous ses défauts," which best conveys to the mind of the reader 
of to-day the charm that the romantic verses of Le Cid exer- 
cised over the Parisians of the year 1637. 

IV. THE UNTTIES IX LE CID. 

How far Corneille was affected in his future dramatic work 
by the public attacks of Scudéry and Mairet, and the pedantic 
judgment of the Academy, does not clearly appear from the 
évidence available. It has been assumed by the great criticis 
of ail subséquent literary schools, Guizot, Sainte-Beuve, Ni- 
sard, and the rest, that his enemies succeeded in turning him 
away from his chosen road of subject and construction, and 
drove iiim into the narrow path he afterwards followed. Yet 
50 far as his own words show this does not seem to hâve beeq 



Xiy LE CID. 

the case. The préfaces he published during the time of the 
quarrel, and his letters to Boisrobert on the proposed judg- 
ment of the Academy, proceed rather from a resentful than a 
Bubmissive spirit. He thinks that the public will not be of the 
same mind as the Academy, and sums up his vievv of the play 
with this sentence : '• Le Cid sera toujours beau, et gardera sa 
réputation d'être la plus belle pièce qui ait paru sur le théâtre, 
jusques à ce qu'il en vienne une autre qui ne lasse point les 
spectateurs à la trentième fois."' 

The main fault found with Le Cid by thèse self-appointed 
critics lay in the nature of its subject, vvhich was too romantic 
to be confîned within the limits allowed by the rules of the 
classical stage. De Castro had placed an interval of perhaps 
a year and a half between the death of the count and the 
betrothal (and immédiate wedding) of the lovers. Corneille 
reduced it to the period of twenty-four hours, and thus earned 
for his drama the epithets of " inhuman " and " improbable."' 
It was his anxiety to observe tlie rules which had led him to 
this pass. 

So in regard to the unityof place, the Spanisli drama moved 
îreely over a good share of northern Spain. Corneille com- 
pels his to remain within the walls of a single city. But the 
variety of his épisodes does not admit of a strict unity of place, 
and so, in his désire to make concessions to the classicists, he 
invents a compromise by means of the fixed scenery in vogue 
at the time. He would hâve his characters corne out of their 
respective abodes (indicated by the fîxed, multiplex scenery) 
and stand in the centre of the stage. The audience was asked 
to consider them as still in their own apartments, or in the 
central space, according to the real locality of the events pre- 
sented. Such a notion gave an excuse to Scudérj- to complain 
of the indefiniteness of the setting, and compelled the Academy 
to admit that '• la bonne disposition du théâtre '" was somewhat 
impaired. Résides, the admission of the nobility to seats on 
the stage, as we learn from Mondorv's letter to Balzac, must 



INTRODUCTION. xv 

hâve hindered the movements of the actors and restricted them 
to practically one spot. AU thèse points of construction are 
discussed by Corneille in his " Examen "' to the play. He 
admits the justice of the criticisms, while at the same time de- 
fending his theor}-. But it resulted in his renouncing his in- 
vention for unity of place, as he had renounced his compromise 
for unity of time — a day for each act (see La Veuve and La 
Galerie du Palais). His later plays transgressed but slightly 
the assumed rules of Aristotle. 

Unity of action in Le Cid is broken in upon only by the 
Infanta's part, which is a survival of a more extended 7-ôle in 
the Spanish original. 

While, then, so far as the unities are concerned, it may be 
doubted whether the hostility of the critics influenced Corneille 
in his steady progress towards the full adoption of ail three, H 
must be considered probable that in his choice of subjects he 
was seriously affected by their ill-will. The purpose he formed 
in writing Le Cid was evidently to put on the stage the repré- 
sentation of life in its wider relations, and picture the varied 
émotions of pride, honor, love, duty, which actuate man in his 
daily exist.ence. To this end he would invent a stage where 
theatrical fiction would allow everything to happen. In other 
words he desired to confine a romantic thème having manifold 
bearings, both idéal and realistic in their nature, within the 
limits of a classical construction which has to deal with but 
one event and one émotion. The scheme was bound to break 
down in the long run, whatever the réception it might hâve 
been accorded in exceptional instances. An untrammelled 
théâtre was necessary to so broad a design. Twenty-four 
hours are too short for more than one great crisis. while a 
single localitv, however indefinite and conventional. cannot 
suftice for many and varied épisodes. So Corneille yielded to 
the inévitable, since he could not bring himself to antagonize 
his environment nor belie his previous record, and gave up 
for good the employment of gênerai s-ubjects. This much may 



xvl LE CID. 

be laid at the door of bis critics — or perhaps more fittingly at 
the door of his own intuitive or acquired notions of dramatic 
art. 

V. PLAN AND VERSIFICATION. 

It is hardly necessary to speak of the plan and versification 
of Le Cid. It followed Corneille's previous plays in observing 
the equilibrium of acts, and in Connecting the scènes by sight 
or Word of mouth. Occasionally, however, especiallv in the 
nrst act, he does not connect them at ail. He has shortened 
the soliloquies, made them less fréquent, and deprived them of 
the raving which was the delight of the audiences educated 
under Hardy. He would hâve done away with them altogether 
had not his actors insisted on them, as he testifies later on in 
his " Examen " of the play. The " stances," recited by Ro- 
drigue, and repeated by the Infanta, may be considered as the 
legacy of the lyric strains of the Pléiade choruses, though 
hymns and songs were often employed to interrupt the mo- 
notony of the national miracle plays. Whatever their origin, 
Corneille liked them, and retained them so long as he could 
(see note for Act I. Se. 6 of Le Cid). 

His verse is the alexandrine, divided generally at the sixth 
syllable, but foUowing no iron-clad rule. Consequently other 
cesuras occur. and overflow verse is not unknown. His rhyme 
is often rich, but rarely affectedly so. Wherein Le Cid was a 
révélation to the Parisians of 1636 may be seen in its choice 
of language and the harmony of its lines. In previous plays 
harmonious verse and noble expression had coincided more than 
once, yet continued to be the exception. But in Le Cid they 
were the rule, almost entirely supplanting the linguistic con- 
ceits so much in favor at the time. The Academy. to be sure, 
found much to censure (oftentimes rightfully). and it is prob- 
able that the actors had suggested many modilîcations before 
the public performances took place. At least so Scudéry as- 
serts in his appeal to the Academy. 



INTRODUCTION. xvii 

From ail thèse critics, friendly and hostile, Corneille must 
hâve received much assistance in polishing his verse. Yet 
what constitutes to modem ears its greatest drawback did not, 
however, apparently appeal to contemporaries. We object to 
the récurrence of set expressions, to the frequency of the same 
rhyme words ; but the âj/ie — JîainDic oi lines 5-6 reappears at 
almost regular intervais throughout the whole play, while vie — 
e/nu'e, which begins with lines 185-186, is repeated not less than 
six times within the one thousand verses following. Only less 
fréquent is the répétition of guerriers — lauriers (lines 31-32, 
etc.) and Jionneur — bo/iheitr (lines 143-144). Honte — Comte 
(lines 249-250) is found more than once, as is also cède — 
possède, and even Chimène — peine. 

Certain seeming peculiarities of rhyme in Le Cid are due to 
antiquated pronunciation, while to the same cause may be 
attributed the one syllable of hier, the three of meurtrier, and 
the one of fui, where such contractions or expansions are 
necessary to préserve the proper limits of the verse. 

Still, the flaws in the style of Le Cid are but few after ail. 
Corneille was an artist and a poet, and he carried into his 
dramatic work his instincts of poet and artist. His expres- 
sions, though refined above what he had used before, are still 
picturesque in many places, while his vocabulary shows but 
few traces of that eliminating process which was being cham- 
pioned by the leading critics of the day. To be sure, we must 
not forget that he called Le Cid a '• tragi-comedy " at first, 
and not a "tragedy." The latter title does not appear until 
the édition of 1648. And the nature of the plot, and its 
happy solution, may hâve had some influence on the construc- 
tion and language of the play, an influence in favor of greater 
freedom. 

But after ail concessions hâve been made, and due allowance 
meted out to Corneille's literarv environment — whether this 
environment were bénéficiai or injurious in its influence on his 
dramatic ideals — we must still admit that the principal ele- 



xviii LE CID. 

ment in the development of his draina is his own talent and 
innate genius. Corneille was a leader of men, not a foUower. 
He was capable of self-criticism, he was independent in 
thought and action, and the changes in his views of theatrical 
art proceeded as much fiom within as from vvithout. Accord- 
ing to the testimony of his own words he contributed to the 
shaping of tragedy and comedy in France, both by example 
and precept. Far from being a victim of his rivais, or a prey 
co the purists, he was confessedly the most powerful personality 
in literature — at least in theatrical literature — from the pass- 
ing of Hardy to the coming of Molière. The conclusion then 
is forced upon us that French classical tragedy and comedy 
became what they are, not in spite of Corneille, but because 
of him. He had always confessed the authority of the rules. 
even in his earliest productions, and Le Cid, notwithstanding 
its romantic subject, was in itself a long step towards the adop- 
tion of the dramatic standards of Seneca and the Pléiade. 



VI. HISTORY AND LEGEXD. 

The Cid was a historical character, Rodrigo (or Ruy) Diaz 
de Bivar, and is tirst mentioned in a diploma of 1064 given by 
Ferdinand I. of Castile and Léon. Before this date he was 
celebrated as a warrior. In 1071 he was the commander of 
the army of Sancho IL of Castile, and aided him against his 
sisters, Urraca and Elvira. On Sancho's death in 1072, the 
Cid became a subject of Alphonso VI. of Castile and Léon. 
On July 17, 1074, he married Ximena, daughter of Diego. 
Count of Oviedo, and a relative of the king. He led the royal 
troops in many campaigns, but was finally accused of embez- 
zling, and was dismissed from service in 1081. Becoming now 
a freebooter, he enlisted many mercenaries, made alliances with 
Moors and Christians, and won much territory from the former. 
His fréquent forays probably gained for him the title of Cam- 
peador. In 1090 Alphonso seized his wife and children, but 



INTRODUCTION. xix 

released them later on. After defeating and capturing Beren- 
gar, Count of Barcelona, he became master of Valencia in 
1094. His power now was equal to that of a hereditary king; 
but in 1099 he was defeated by the Moors, and in July of that 
year he died. His wife, Ximena, had him buried at San Pedro 
de Cardena, near Burgos. 

Legend has transformed this border ruffian, who sold his 
might to Christian and infidel alike, into a national hero. a de- 
fender of the faith. The transformation took place with won- 
derful rapidity. Even in his lifetime a Latin poem in his 
honor seems to hâve been written, and within fifty years aftei 
his death he was the thème of popular song. The almost epic 
Poema del Cid, which dates from towards 1 150. seems to hâve 
been based on shorter poetical narratives, previously existing. 
It begins with the exile of 1081, relates the expéditions against 
the Moors, Count Berengar and Valencia, the bestowal of his 
daughters, in obédience to the king, on the Infants of Carrion, 
their sufferings at the hands of their brutal and cowardly hus- 
bands, the dissolution of their marital bonds, and their subsé- 
quent happy union with the Infants of Navarre and Aragon, 
It is the story of a loyal subject unjustly accused by his sove- 
reign, a champion of Christianity, the terror of Moslems and 
Jews. 

The Cronica ritiiada, a poetical narrative of the middle of 
the thirteenth century, dwells on the early years of the hero, 
his ancestry, his quarrel with Gormas, and his espousal in later 
years of his enemy's daughter. Ximena, at the king's command. 
Hère the Cid is a modest and retiring soldier, disclaiming ail 
désire to rise above his station. Varions other documents 
attest his popularity, notably the Cronica gênerai of Alphonso 
the Wise, written before 1260, which reflects the songs of the 
border ballads in the part relating to Rodrigo's career. This 
chronicle, in its turn, gave rise to later romances, more literary 
in character. 

So great was the mass of popular songs celebrating the 



XX LE CID. 

nation's heroes and crusades against the Arabs, that at the be- 
ginning of the sixteenth century it was found advisal)le to 
collect and publish them. A " Cancionero gênerai " appeared 
in 151 1 at Valencia, was received with favor, enlarged and re- 
edited, and led to the composition of other ballad books. Out 
of ail thèse collections the '• Romancero gênerai '' of 1600 was 
constructed, which in turn was subdivided into various smaller 
compilations, such as the •' Romancero del Cid "of 161 2. From 
the " Romancero gênerai " and scattered publications of ro- 
mances, perhaps also from oral tradition, Guillen de Castro, a 
Valencian nobleman, poet, and dramatist (i 569-1631) took the 
material for his play Las Mocedades del Cid, in three acts or 
"days," and divided into a large numbcr of scènes. This 
drama was written before 1610. but Corneille found it in an 
édition of 1621. It was foUowed by a sequel called l'art II.. 
or by its own title, Las Hazanas del Cid. The fîrst plav nar- 
râtes the leading épisodes of Rodrigo's career from his knight- 
ing to his marriage. Its author has reduced the traditions to 
a somewhat regular plot, though he has retained many extra- 
neous épisodes, which interrupt the progress of the principal 
action — the love of Rodrigo for Ximena and their struggles 
between duty and honor. Castro is fond of his ballads, and 
quotes no less than twentv of them. embodying their very lines 
and stanzas in his pièce. Corneille took the Spanish play, 
simplified it still more, changed some of its characters, left 
out many épisodes, and reduced it to regular proportion. 
No clearer conception of the ideals of the French drama at 
this time can be gained than by a comparison of Le Cid with 
Las Mocedades del Cid. 



E P 1 T R E, 

x madame de combalet.l 
Madame, 

Ce portrait vivant que je vous offre représente un 
he'ros assez reconnaissable aux lauriers dont il est couvert. 
Sa vie a été une suite continuelle de victoires, son corps 
porté dans son armée a gagné des batailles après sa 
mort,^ et son nom au bout de six cents ans vient encore 
de triompher en France. Il y a trouvé une réception 
trop favorable pour se repentir d'être sorti de son pays, 
et d'avoir appris à parler une autre langue que la sienne. 
Ce succès a passé mes plus ambitieuses espérances, et 
m'a surpris d'abord, mais il a cessé de m'étonner depuis 
que j'ai vu la satisfaction que vous avez témoignée, quand 
il a paru devant vous ; alors j'ai osé me promettre de lui 
tout ce qui en est arrivé, et j'ai cru qu'après les éloges 
dont vous l'avez honoré, cet applaudissement universel 
ne lui pouvait manquer. Et véritablement. Madame, on 
ne peut douter avec raison de ce que vaut une chose qui 
a le bonheur de vous plaire : le jugement que vous en 
faites est la marque assurée de son prix ; et comme vous 
donnez toujours libéralement aux véritables beautés l'es- 
time qu'elles méritent, les fausses n'ont jamais le pouvoir 
de vous éblouir. Mais votre générosité ne s'arrête pas à 
des louanges stériles pour les ouvrages qui vous agréent, 
elle prend plaisir à s'étendre utilement sur ceux qui les 
produisent, et ne dédaigne point d'employer^ en leur faveui" 
ce grand crédit que votre qualité et vos vertus vous ont 



2 LE CID. 

acquis. J'en ai ressenti des effets qui me sont trop avan 
tageux pour m'en taire, et je ne vous dois pas moins de 
remerciements pour moi que pour le Cid. C'est une re- 
connaissance qui m'est glorieuse, puisqu'il m'est impos- 
sible de publier que je vous ai de grandes obligations, 
sans publier en même temps que vous m'avez assez estimé 
pour vouloir que je vous en eusse. Aussi, Madame, si 
je souliaite quelque dure'e pour cet heureux effort de 
ma plume, ce n'est point pour apprendre mon nom à la 
poste'rité, mais seulement pour laisser des marques éter- 
nelles de ce que je vous dois, et faire lire à ceux qui 
naîtront dans les autres siècles la protestation que je fais 
d'être toute ma vie, 

Madame, 
Votre très-humble, très-obéissant 

et très-obligé serviteur, 

CORNEILLE. 



AVERTISSEMENT. 

MA RI AXA.' 

Lib IV. (read IX.), de la Historia d'Espana, cap. V*. 

" AviA pocos dias^ antes hecho campo con don Gomez 
conde de Gormaz. Venciole y diole la muerte. Lo que 
resulto deste caso. fué que casd con dona Ximena, hija 
y heredera del mismo conde. Ella misma requirio al 
Rey que se le dièse por marido, ca estaba muy prendada 
de sus partes, d le castigase conforme â las leyes, por la 
n\uerte que did â su padre. Hizdse el casamiento, que 
â todos estaba â cuento, con el quai por el gran dote de 
su esposa, que se allegd al estado que el ténia de su 
padre, se aumentd en poder y riquezas." 

Voilà ce qu"a prêté l'histoire à D. Guillen de Castro, 
qui a mis ce fameux événement sur le théâtre avant moi. 
Ceux qui entendent l'espagnol y remarqueront deux cir- 
constances : l'une, que Chimène ne pouvant s'empêcher 
de reconnaître et d'aimer les belles qualités qu'elle voyait 
en don Rodrigue, quoiqu'il eût tué son père {esf<iba pren- 
dada de sus partes), alla proposer elle-même au Roi cette 
généreuse alternative, ou qu'il le lui donnât pour mari, 
ou qu'il le fît punir suivant les lois : l'autre, que se 
mariage se fit au gré de tout le monde (à todos estaba â 
cuento). Deux chroniques du Cid^ ajoutent qu'il fut célé- 
bré par l'archevêque de Séville. en présence du Roi et de 
toute sa cour : mais je me suis contenté du texte de l'his- 

3 



4 LE CID. 

torien, parce que toutes les deux ont quelque chose qui 
sent le roman, et peuvent ne persuader pas davantage 
que^ celles que nos Français ont faites de Charlemagne et 
de Roland.'' Ce que j'ai rapporté de Mariana suffit pour 
faire voir l'état qu'on fit de Chimène et de son mariage 
dans son siècle même, où elle vécut en un tel éclat, que 
les rois d'Aragon et de Navarre' tinrent à honneur d'être 
ses gendres, en épousant ses deux filles. Quelques-uns 
ne l'ont pas si bien traitée dans le nôtre; et sans parler de 
ce qu'on a dit de la Chimène du théâtre, celui qui a com- 
posé l'histoire d'Espagne en français* l'a notée® dans son 
livre de s'être tôt et aisément consolée de la mort de son 
père, et a voulu taxer de légèreté une action qui fut im- 
putée à grandeur de courage par ceux qui en furent les 
témoins. Deux romances espagnols, que je vous donnerai 
ensuite de cet Avertissetnent, parlent encore plus en sa 
faveur. Ces sortes de petits poèmes sont comme des 
originaux décousus de leurs anciennes histoires ; et je 
serais ingrat envers la mémoire de cette héroïne, si, après 
l'avoir fait connaître en France, et m'y être fait connaître 
par elle, je ne lâchais de la tirer de la honte qu'on lui a 
voulu faire, parce qu'elle a passé par mes mains. Je vous 
donne donc ces pièces justificatives de la réputation où 
elle a vécu, sans dessein de justifier la façon dont je l'ai 
fait parler français. Le temps l'a fait pour moi, et les 
traductions' qu'on en a faites en toutes les langues qui 
servent aujourd'hui à la scène, et chez tous les peuples 
où l'on voit des théâtres, je veux dire en italien, fiamand 
et anglais, sont d'assez glorieuses apologies contre tout 
ce qu'on en a dit. Je n'y ajouterai pour toute chose qu'en- 
viron une douzaine de vers espagnols qui semblent faits 
exprès pour la défendre. Ils sont du même auteur qui 
l'a traitée avant moi. D. Guillen de Castro, qui. dans une 



AVERTISSEMENT. 5 

autre comédie qu'il intitule Enganarse engaîiando} fait dire 
à une princesse de Béarn'^ : — 

A mirar^ 
bien el mundo, que el tener 
apetitos que vencer, 
y ocasiones que dexar, 

Examinan el valor 
en la muger, yo dixera 
lo que siento, porque fuera 
luzimiento de mi honor. 

Pero malicias fundadas 
en honras mal entendidas, 
de tentaciones vencidas 
hacen culpas declaradas: 

Y asi, la que el desear 
con el résistif apunta, 
vence dos veces, si junta 
con el resistir el callar. 

C'est, si je ne me trompe, comme agit Chimène dans 
mon ouvrage, en pre'sence du Roi et de l'Infante. Je dis 
en pre'sence du Roi et de l'Infante, parce que quand elle 
est seule, ou avec sa confidente, ou avec son amant, c'est 
une autre chose. Ses mœurs sont inégalement égales,* 
pour parler en termes de notre Aristote, et changent 
suivant les circonstances des lieux, des personnes, des 
temps et des occasions, en conservant toujours le même 
principe. 

Au reste, je me sens obligé de désabuser le public de 
deux erreuis qui s'y sont glissées touchant cette tragédie. 
La première est^ que j'aie convenu de juges touchant son 
mérite, et m'en sois rapporté au sentiment de ceux qu'on 
a priés d'en juger. Je m'en tairais encore, si ce faux 
bruit n'avait été jusque chez M. de Balzac^ dans sa pro- 
vince, ou, pour me servir de ses paroles mêmes, dans son 



6 LE CID. 

désert, et si je n'avais vu depuis peu les marques dans 
cette admirable lettre qu'il a écrite sur ce sujet, et qui ne 
fait pas la moindre richesse des deux derniers trésors' qu'il 
nous a donnés. Or comme tout ce qui part de sa plume 
regarde toute la postérité, maintenant que mon nom est 
assuré de passer jusqu'à elle dans cette lettre incom- 
parable, il me serait honteux qu'il y passât avec cette 
tache, et qu'on pût à jamais me reprocher d'avoir com- 
promis de'^ma réputation. C'est une chose qui jusqu'à 
présent est sans exemple ; et de tous ceux qui ont été at- 
taqués comme moi, aucun que je sache n'a eu assez de 
faiblesse pour convenir d'arbitres avec ses censeurs ; et 
s'ils ont laissé tout le monde dans la liberté publique d'en 
juger, ainsi que j'ai fait, c'a été sans s'obliger, non plus 
que moi, à en croire personne ; outre que dans la conjonc- 
ture où étaient lors les affaires du Ciil, il ne fallait pas 
être grand devin pour prévoir ce que nous en avons vu 
arriver. A moins que d'être tout à fait stupide, on ne 
pouvait pas ignorer que comme les questions de cette 
nature ne concernent ni la religion, ni l'Etat, on en peut 
décider par les règles de la prudence humaine, aussi bien 
que par celles du théâtre, et tourner sans scrupule" le sens 
du bon Aristote du côté de la politique. Ce n'est pas 
que je sache si ceux qui ont jugé du Cid en ont jugé 
suivant leur sentiment ou non, ni même que je veuille dire 
qu'ils en aient bien ou mal jugé, mais seulement que ce 
n'a jamais été de mon consentement qu'ils en ont jugé, 
et que peut-être je l'aurais justifié sans beaucoup de 
peine, si la même raison qui les a fait parler ne m'avait 
obligé à me taire. Aristote ne s'est pas expliqué si claire- 
ment^ dans sa Poétique, que nous n'en puissions faire 
ainsi que les philosophes, qui le tirent chacun à leur parti 
clans leurs opinions contraires : et comme c'est un pays 



AVERTISSEMENT. 7 

inconnu pour beaucoup de monde, les plus ze'le's partisans 
du Cid en ont cru ses censeurs sur leur parole, et se sont 
imagine's avoir pleinement satisfait à toutes leurs objec- 
tions, quand ils ont soutenu qu'il importait peu qu'il fût 
selon les règles d'Aristote, et qu'Aristote en avait fait 
pour son siècle et pour des Grecs, et non pas pour le 
nôtre et pour des Français. 

Cette seconde erreur, que mon silence a affermie, n'est 
pas moins injurieuse à Aristote qu'à moi. Ce grand 
homme a traité la poe'tique avec tant d'adresse et de 
jugement, que les préceptes qu'il nous en a laissés sont 
de tous les temps et de tous les peuples ; et bien loin de 
s'amuser au détail des bienséances et des agréments, qui 
peuvent être divers selon que ces deux circonstances sont 
diverses, il a été droit aux mouvements de l'âme, dont la 
nature ne change point. Il a montré quelles passions 
la tragédie doit exciter dans celles de ses auditeurs ; il a 
cherché quelles conditions sont nécessaires, et aux per- 
sonnes qu'on introduit, et aux événements qu'on repré- 
sente, pour les y faire naître ; il en a laissé des moyens 
qui auraient produit leur effet partout dès la création du 
monde, et qui seront capables de le produire encore par- 
tout, tant qu'il y aura des théâtres et des acteurs ; et pour 
le reste, que les lieux et les temps peuvent changer, il l'a 
négligé, et n'a pas même prescrit le nombre des actes, 
qui n'a été réglé que par Horace^ beaucoup après lui. 

Et certes, je serais le premier qui condamnerais le Cid, 
s'il péchait contre ces grandes et souveraines maximes 
que nous tenons de ce philosophe ; mais bien loin d'en 
demeurer d'accord, j'ose dire que cet heureux poème n'a 
si extraordinairement réussi que parce qu'on y voit les 
deux maîtresses conditions (permettez-moi cet épithète)'' 
que demande ce grand maître aux excellentes tragédies, 



8 LE CID. 

et qui se trouvent si rarement assemblées dans un même 
ouvrage, qu'un des plus doctes commentateurs' de cedivin 
traite' qu'il en a fait, soutient que toute l'antiquité ne les 
a vues se rencontrer que dans le seul Oiiiipe. La pre- 
mière est que celui qui souffre et est persécuté ne soit ni 
tout méchant ni tout vertueux, mais un homme plus 
vertueux que méchant, qui par quelque trait de faiblesse 
humaine qui ne soit pas un crime, tombe dans un mal- 
heur qu'il ne me'rite pas ; l'autre, que la persécution et le 
péril ne viennent point d'un ennemi, ni d'un indifférent, 
mais d'une personne qui doive aimer celui qui souffre 
et en être aimée. Et voilà, pour en parler sainement, la 
véritable et seule cause de tout le succès du OV, en qui 
l'on ne peut méconnaître ces deux conditions, sans s'aveu- 
gler soi-même pour lui faire injustice. J'achève donc en 
m'acquittant de ma parole; et après vous avoir dit en 
passant ces deux mots pour le Ci»/ du théâtre, je vous 
donne, en faveur de la Chimène de l'histoire, les deux 
romances que je vous ai promis. 

J'oubliais* à vous dire que quantité de mes amis ayant 
jugé à propos que je rendisse compte au public de ce 
que j'avais emprunté de l'auteur espagnol dans cet ou- 
vrage, et m'ayant témoigné le souhaiter, j'ai bien voulu 
leur donner cette satisfaction. Vous trouverez donc tout 
ce que j'en ai traduit imprimé d'une autre lettre,* avec 
un chiffre au commencement, qui servira de marque de 
renvoi pour trouver les vers espagnols au bas de la 
même page. Je garderai ce même ordre dans /</ Mort 
de Pompée, pour les vers de Lucain, ce qui n'empêche- 
ra pas que je ne continue aussi ce même changement 
de lettre toutes les fois que nos acteurs rapportent 
quelque chose qui s'est dit ailleurs que sur le théâtre, 
où vous n'imputerez rien qu'à moi si vous n'y voyez ce 



AVERTISSEMENT. 9 

chiffre pour marque, et le texte d'un autre auteur au 
dessous. 

ROMANCE PRIMERO.i 

Delante el rey de Léon 
dona Ximena una tarde 
se pone a pedir justicia 
por la muerte de su padre. 

Para contra el Cid la pide, 
don Rodrigo de Bivare, 
que huerfana la dexô, 
nina, y de muy poca edade. 

Si tengo razon, 6 non, 
bien, Rey, lo alcanzas y sabes, 
que los negocios de honra 
no pueden disimularse. 

Cada dia que amanece, 
veo al lobo de mi sangre, 
caballero en un caballo, 
por darme mayor pesare. 

Mandale, buen rey, pues puedes, 
que no me ronde mi calle : 
que no se venga en mugeres 
el hombre que mucho vale. 

Si mi padre afrentô al suyo, 
bien ha vengado a su padre, 
que si honras pagaron muertes, 
para su disculpa basten. 

Encomendada me tienes, 
no consientas que rne agravien, 
que el que â mi se fiziere, 
a tu corona se faze. 

— Calledes, dona Ximena, 
que me dades pena grande, 
que yo daré buen remedio 
para todos vuestros maies. 

Al Cid no le he de ofender, 
que es hombre que mucho vale. 



10 LE CID. 



y me defiende mis reynos, 
y quiero que me los guarde. 

Pero yo faré un partido 
con él, que no os esté maie, 
de tomalle la palabra 
para que con vos se case. 

Contenta quedô Ximena 
con la merced que le faze, 
que quien huerfana la fizo 
aquesse mismo la ampare. 

ROMANCE SECUNDO. 1 

A Ximena y â Rodrigo 
prendiô el Rey palabra y mano, 
de juntarlos para en une 
en presencia de Layn Calvo.'^ 

Las enemistades viejas 
con amor se conformaron, 
que donde préside el amor 
se olvidan muchos agravios. 

Llegaron juntos los novios, 
y al dar la mano, y abraço, 
el Cid mirando â la novia, 
le dix6 todo turbado: 

Maté â tu padre, Ximena, 
pero no â desaguisado, 
matéle de hombre â hombre, 
para vengar cierto agravio. 

Maté hombre, y hombre doy; 
aquî estoy â tu mandado, 
y en lugar del muerto padre 
cobraste un marido honrado. 

A todos pareciô bien; 
su discrecion alabaron, 
y asi se hizieron las bodas 
de Rodrigo el Castellano. 



EXAMEN.' 

Ce pobme a tant d'avantages du côte du sujet et de* 
pensées brillantes dont il est semé, que la plupart de ses 
auditeurs n'ont pas voulu voir les défauts de sa conduite,' 
et ont laissé enlever leurs suffrages au plaisir' que leur a 
donné sa représentation. Bien que ce soit celui de tous 
mes ouvrages réguliers où je me suis permis le plus de 
licence, il passe encore pour le plus beau auprès de ceux 
qui ne s'attachent pas à la dernière sévérité des règles ; 
et depuis cinciuante ans* qu'il tient sa place sur nos 
théâtres, l'histoire ni l'effort de l'imagination n'y ont rien 
fait voir qui en aie effacé l'éclat. Aussi' a-t-il les deu.x 
grandes conditions que demande Aristote au.x tragédies 
parfaites, et dont l'assemblage se rencontre si rarement 
chez les anciens ni* chez les modernes; il les assemble 
même plus fortement et plus noblement que les espèces 
que pose ce philo<;ophe. Une maîtresse' que son devoir 
force à poursuivre la mort de son amant, qu'elle tremble 
d'obtenir, a les passions plus vives et plus allumées que 
tout ce qui peut se passer entre un mari et sa femme, une 
mère et son fils, un frère et sa soeur ; et la haute vertu 
dans un naturel sensible à ces passions, qu'elle dompte 
sans les affaiblir, et à qui elle laisse toute leur force pour 
en triompher plus glorieusement, a quelque chose de plus 
touchant, de plus élevé et de plus aimable que cette 
médiocre bonté, capable dune faiblesse, et même d'un 
crime, où nos anciens étaient contraints d'arrêter le 
caractère le plus parfait des rois et des princes dont il? 



12 LK CID. 

faisaient leurs héros, afin que ces taches et ces forfaits, 
dc'figurant ce qu'ils leur laissaient de vertu, s'accommodât' 
au goût et aux souhaits de leurs spectateurs, et fortifiât 
l'horreur qu'ils avaient conçue de leur domination et de 
la monarchie. 

Rodrigue suit ici son devoir sans rien relâcher de sa 
passion ; Chimène fait la même chose à son tour, sans 
laisser e'branler son dessein par la douleur ou elle se voit 
abîmée par là ; et si la présence de son amant lui fait 
faire quelque faux pas, c'est une glissade dont elle se 
relève à l'heure même ; et non seulement elle connaît si 
bien sa faute qu'elle nous en avertit, mais elle fait un 
prompt désaveu de tout ce qu'une vue si chère lui a pu 
arracher. Il n'est point besoin qu'on lui reproche qu'il 
lui est honteux de souffrir l'entretien de son amant après 
qu'il a tué son père ; elle avoue que c'est la seule prise 
que la médisance aura sur elle. Si elle s'emporte jusqu'à 
lui dire qu'elle veut bien qu'on sache qu'elle l'adore et le 
poursuit, ce n'est point une résolution si ferme, qu'elle 
l'empêche de cacher son amour de tout son possible lors- 
qu'elle est en la présence du Roi. S'il lui échappe de l'en- 
courager au combat contre don Sanche par ces paroles : 

Sors vainqueur d'un combat dont Chimène est le prix,* 

elle ne se contente pas de s'enfuir de honte au même 
moment; mais sitôt qu'elle est avec Elvire. à qui elle ne 
déguise rien de ce qui se passe dans son âme, et que la 
vue de ce cher objet ne lui fait plus de violence, elle 
forme un souhait plus raisonnable, qui satisfait sa vertu 
et son amour tout ensemble, et demande au ciel que le 
combat se termine 

Sans faire aucun des deux ni vaincu ni vainqueur.» 



EXAMEN. 13 

Si elle ne dissimule point qu'elle penche du côté de Ro- 
drigue, de peur d'être à Don Sanclie, pour qui elle a de 
l'aversion, cela ne de'truit point la protestation qu'elle a 
faite un peu auparavant, que maigre' la loi de ce combat, 
et les promesses que le Roi a faites à Rodrigue, elle lui 
fera mille autres ennemis, s'il en sort victorieux. Ce 
grand éclat même qu'elle laisse faire à son amour après 
qu'elle le croit mort, est suivi d'une opposition vigoureuse 
à l'exécution de cette loi qui la donne à son amant, et 
elle ne se tait qu'après que le Roi l'a différée, et lui a 
laissé lieu d'espérer qu'avec le temps il y pourra survenir 
quelque obstacle. Je sais bien que le silence passe d'or- 
dinaire pour une marque de consentement : mais quand 
les rois parlent, c'en est une de contradiction : on ne 
manque jamais à leur applaudir quand on entre dans 
leurs sentiments ; et le seul moyen de leur contredire 
avec le respect qui leur est dû, c'est de se taire, quand 
leurs ordres ne sont pas si pressants qu'on ne puisse 
remettre à s'excuser de leur obéir lorsque le temps en 
sera venu, et conserver cependant une espérance légitime 
d'un empêchement, qu'on ne peut encore déterminément^ 
prévoir. 

Il est vrai que dans ce sujet il faut se contenter de 
tirer Rodrigue de péril, sans le pousser jusqu'à son 
mariage avec Chimène. Il est historique, et a plu en son 
temps ; mais bien sûrement il déplairait au nôtre ; et j'ai 
peine à voir que Chimène y consente chez l'auteur espa- 
gnol, bien qu'il donne plus de trois ans^ de durée à la co- 
médie qu'il en a faite. Pour ne pas contredire l'histoire, 
j'ai cru ne me pouvoir dispenser d'en jeter quelque idée, 
mais avec incertitude de l'effet; et ce n'était que par là 
que je pouvais accorder la bienséance du théâtre avec la 
vérité de l'événement. 



14 LE CID 

Les deux visites* que Rodrigue fait à sa maîtresse ont 
quelque chose qui choque cette bienséance de la part de 
celle qui les souffre ; la rigueur du devoir voulait qu'elle 
refusât de lui parler, et s'enfermât dans son cabinet, au 
lieu de l'écouter; mais permettez-moi de dire avec un des 
premiers esprits' de notre siècle, " que leur conversation 
est remplie de si beaux sentiments que plusieurs n'ont 
pas connu ce défaut, et que ceux qui l'ont connu l'ont 
toléré." J'irai plus outre, et dirai que tous presque ont 
souhaité que ces entretiens se fissent; et j'ai remarqué 
aux premières représentations qu'alors que ce malheureux 
amant se présentait devant elle, il s'élevait un certain 
frémissement dans l'assemblée, qui marquait une curiosité 
merveilleuse et un redoublement d'attention pour ce 
qu'ils avaient à se dire dans un état si pitoyable. Aristote 
dit' qu'il y a des absurdités qu'il faut laisser dans un 
poème, quand on peut espérer qu'elles seront bien reçues ; 
et il est du devoir du poète, en ce cas, de les couvrir de 
tant de brillants qu'elles puissent éblouir. Je laisse au 
jugement de mes auditeurs si je me suis assez bien ac- 
quitté de ce devoir pour justifier par là ces deux scènes. 
Les pensées de la première des deux sont quelquefois 
trop spirituelles pour partir de personnes fort affligées; 
mais outre que je n'ai fait que la paraphraser de l'espa- 
gnol,* si nous ne nous permettions quelque chose de plus 
ingénieux que le cours ordinaire de la passion, nos 
poèmes ramperaient souvent, et les grandes douleurs ne 
mettraient dans la bouche de nos acteurs que des excla- 
mations et des hélas. Pour ne déguiser rien, cette offre 
que fait Rodrigue de son épée à Chimène, et cette protes- 
tation de se laisser tuer par don Sanche, ne me plairaient 
pas maintenant. Ces beautés étaient de mise en ce 
temps-là, et ne le seraient plus en celui-ci. La première 



EXAMEN. 15 

est dans l'original espagnol, et l'autre est tire'e sur ce 
modèle. Toutes les deux ont fait leur effet en ma 
faveur ; mais je ferais scrupule d'en étaler de pareilles à 
l'avenir sur notre théâtre. 

J'ai dit ailleurs ma pense'e touchant l'Infante et le Roi ;^ 
il reste ne'anmoins quelque chose à examiner sur la mani- 
ère dont ce dernier agit, qui ne paraît pas assez vigoureuse, 
en ce qu'il ne fait pas arrêter le Comte après le soufflet 
donné, et n'envoie pas des gardes à don Diègue et à son 
fils. Sur quoi on peut considérer que don Fernand étant 
le premier roi de Castille, et ceux qui en avaient été 
maîtres auparavant lui n'ayant eu titre que de comtes, il 
n'était peut-être pas assez absolu sur les grands seigneurs 
de son royaume pour le pouvoir faire. Chez don 
Guillen de Castro, qui a traité ce sujet avant moi, et qui 
devait mieux connaître que moi quelle était l'autorité de 
ce premier monarque de son pays, le soufflet se donne en 
sa présence'' et en celle de deux ministres d'Etat, qui 
lui conseillent, après que le Comte s'est retiré fièrement 
et avec bravade, et que don Diègue a fait la même chose 
en soupirant, de ne le pousser point à bout, parce qu'il a 
quantités d'amis dans les Asturies, qui se pourraient 
révolter, et prendre parti avec les Maures dont son Etat 
est environné. Ainsi il se résout d'accommoder l'affaire 
sans bruit, et recommande le secret à ces deux ministres, 
qui ont été seuls témoins de l'action. C'est sur cet ex- 
emple que je me suis cru bien fondé à le faire agir plus 
mollement qu'on ne ferait en ce temps-ci, où l'autorité 
royale est plus absolue. Je ne pense pas non plus qu'il 
fasse une faute bien grande de ne jeter point l'alarme de 
nuit dans sa ville, sur l'avis incertain qu'il a du dessein 
des Maures, puisqu'on faisait bonne garde sur les murs 
et sur le port ; mais il est inexcusable de n'y donner 



16 LE CID. 

aucun ordre après leur arrivée, et de laisser tout faire à 
Rodrigue. La loi du combat quil propose à Chimène 
avant que de le permettre à don Sanche contre Rodrigue, 
n'est pas si injuste que quelques-uns ont voulu le dire, 
parce qu'elle est plutôt une menace pour la faire dédire 
de la demande de ce combat qu'un arrêt qu'il lui veuille 
faire exécuter. Cela paraît en ce qu'après la victoire de 
Rodrigue il n'en exige pas précisément l'effet de sa parole, 
et la laisse en état d'espérer que cette condition n'aura 
point de lieu. 

Je ne puis dénier que la règle des vingt et quatre* heures 
presse trop les incidents de cette pièce. La mort du 
Comte et l'arrivée des Maures s'y pouvaient entresuivre 
d'aussi près qu'elles font, parce que cette arrivée est une 
surprise qui n'a point de communication ni de mesures à 
prendre avec le reste ; mais il n'en va pas ainsi du 
combat de don Sanche, dont le Roi était le maître, et 
pouvait lui choisir un autre temps que deux heures après 
la fuite des Maures. Leur défaite avait assez fatigué 
Rodrigue toute la nuit pour mériter deux ou trois jours 
de repos, et même il y avait quelque apparence qu'il n'en 
était pas échappé sans blessures, quoique je n'en aie 
rien dit, parce qu'elles n'auraient fait que nuire à la con- 
clusion de l'action. 

Cette même règle presse aussi trop Chimène de deman- 
der justice au Roi la seconde fois. Elle l'avait fait le 
soir d'auparavant, et n'avait aucun sujet d'y retourner le 
lendemain matin pour en importuner le Roi, dont elle 
n'avait encore aucun lieu de se plaindre, puisqu'elle ne 
pouvait encore dire qu'il lui eût manqué de promesse. 
Le roman lui aurait donné sept ou huit jours de patience, 
avant que de l'en presser de nouveau : mais les vingt et 
quatre heures ne l'ont pas permis. 



EXAMEN. 17 

C'est l'incommodité de la règle ; passons à celle de 
l'unité de lieu, qui ne m'a pas donné moins de gêne^ en 
cette pièce. Je l'ai placé dans Séville,^ bien que don Fer- 
nandn'en aie' jamais été le maître, et j'ai été obligé à cette 
falsification, pour former quelque vraisemblance à la de- 
scente des Maures, dont l'armée ne pouvait venir si vite 
par terre que par eau. Je ne voudrais pas assurer toute- 
fois que le flux de la mer* monte effectivement jusque- 
là ; mais comme dans notre Seine il fait encore plus de 
chemin qu'il ne lui en faut faire sur le Guadalquivir pour 
battre les murailles de cette ville, cela peut suffire à fon- 
der quelque probabilité parmi nous, pour ceux qui n'ont 
point été sur le lieu même. 

Cette arrivée des Maures* ne laisse pas d'avoir ce dé- 
faut, que j'ai marqué ailleurs, qu'ils se présentent d'eux- 
mêmes, sans être appelés dans la pièce, directement ni in- 
directement, par aucun acteur du premier acte. Ils ont 
plus de justesse dans l'irrégularité de l'auteur espagnol : 
Rodrigue, n'osant plus se montrer à la cour,® les va com- 
battre sur la frontière ; et ainsi le premier acteur les va 
chercher, et leur donne place dans le poème, au contraire 
de ce qui arrive ici, où ils semblent se venir faire de fête' 
exprès pour en être battus, et lui donner moyen de rendre 
à son roi un service d'importance, qui lui fasse obtenir sa 
grâce. C'est une seconde incommodité de la règle dans 
cette tragédie. 

Tout s'y passe donc dans Séville, et garde ainsi quelque 
espèce d'unité de lieu en général ; mais le lieu particulier 
change de scène en scène,* et tantôt c'est le palais du Roi. 
tantôt l'appartement de l'Infante, tantôt la maison de 
Chimène. et tantôt une rue ou place publique. On le 
détermine aisément pour les scènes détachées ; mais pour 
celles qui ont leur liaison ensemble, comme les quatre 



18 LE CID. 

dernières du premier acte, il est malaisé d'en choisir un 
qui convienne à toutes. Le Comte et don Diègue se 
querellent au sortir du palais ; cela se peut passer dans 
une rue ; mais après le soufflet reçu, don Diègue ne peut 
pas demeurer en cette rue à faire ses plaintes, attendant 
que son fils survienne, qu'il ne soit tout aussitôt environne' 
de peuple, et ne reçoive l'offre de quelques amis. Ainsi 
il serait plus à propos qu'il se plaignit dans sa maison,' où 
le met l'Espagnol, pour laisser aller ses sentiments en 
liberté' ; mais en ce cas il faudrait de'lier les scènes comme 
il a fait. En l'e'tat où elles sont ici, on peut dire qu'il 
faut quelquefois aider au the'âtre, et suppléer favorable- 
ment ce qui ne s'y peut représenter. Deux personnes s'y 
arrêtent pour parler, et quelquefois il faut présumer qu'ils 
marchent, ce qu'on ne peut exposer sensiblement à la vue, 
parce qu'ils échapperaient aux yeux avant que d'avoir pu 
dire ce qu'il est nécessaire qu'ils fassent savoir à l'auditeur. 
Ainsi, par une fiction de théâtre, on peut s'imaginer que 
don Diègue et le Comte, sortant du palais du Roi, avan- 
cent toujours en se querellant, et sont arrivés devant la 
maison de ce premier lorsqu'il reçoit le souffiet qui 
l'oblige à y entrer pour y chercher du secours. Si cette 
fiction poétique ne vous satisfait point, laissons-le dans 
la place publique, et disons que le concours du peuple 
autour de lui après cette offense, et les offres de service 
que lui font les premiers amis qui s'y rencontrent, sont 
des circonstances que le roman ne doit pas oublier ; mais 
que ces menues actions ne servant de rien à la principale, 
il n'est pas besoin que le poète s'en embarrasse sur la 
scène. Horace l'en dispense par ces vers :' 

Hoc amet, hoc spernat promissi carminis auctor, 
Pleraque negligat . . . 

Et ailleurs: 

Semper ad eventuni festinet. 



EXAMEN. 19 

C'est ce qui m'a fait ne'gliger. au troisième acte, de don- 
ner à don Diègue, pour aide à chercher son fils, aucun 
des cinq cents amis qu'il avait chez lui. Il y a grande 
apparence que quelques-uns d'eux l'y accompagnaient, 
et même que quelques autres le cherchaient pour lui d'un 
autre côté ; mais ces accompagnements inutiles de per- 
sonnes qui n'ont rien à dire, puisque celui qu'ils ac- 
compagnent a seul tout l'intérêt à l'action, ces sortes 
d'accompagnements, dis-je, ont toujours mauvaise grâce 
au théâtre, et d'autant plus que les comédiens n'emploient 
à ces personnages muets ^ que leurs moucheurs de chan- 
delles et leurs valets, qui ne savent quelle posture tenir. 

Les funérailles du Comte '^étaient encore une chose fort 
embarrassante, soit qu'elles se soient faites avant la fin 
de la pièce, soit que le corps aie demeuré en présence 
dans son hôtel, attendant qu'on y donnât ordre. Le 
moindre mot que j'en eusse laissé dire, pour en prendre 
soin, eût rompu toute la chaleur de l'attention, et rempli 
l'auditeur d'une fâcheuse idée. J'ai cru plus à propos de 
les dérober à son imagination par mon silence, aussi bien 
que le lieu précis de ces quatre scènes du premier acte 
dont je viens de parler ; et je m'assure que cet artifice 
m'a si bien réussi, que peu de personnes ont pris garde 
à l'un ni à l'autre, et que la plupart des spectateurs, 
laissant emporter leurs esprits à ce qu'ils ont vu et en- 
tendu de pathétique en ce poème, ne se sont point avisés 
de réfléchir sur ces deux considérations. 

J'achève par une remarque^ sur ce que dit Horace, 
que ce qu'on expose à la vue touche bien plus que ce 
qu'on n'apprend que par un récit. 

C'est sur quoi je me suis fondé pour faire voir le 
soufflet que reçoit don Diègue, et cacher aux yeux la 
mort du Comte, afin d'acquérir et conserver k mon 



20 LE CID. 

premier acteur l'amitié des auditeurs, si nécessaire pour 
réussir au théâtre. L'indignité d'un affront fait à un 
l'ieillard. chargé d'années et de victoires, les jette aisé- 
ment dans le parti de l'offensé ; et cette mort, qu'on 
vient dire au Roi tout simplement sans aucune narra- 
tion touchante, n'excite point en eux la commisération 
qu'y eût fait naître le spectacle de son sang, et ne leur 
donne aucune aversion pour ce malheureux amant, 
qu'ils ont vu forcé par ce qu'il devait à son honneur 
d'en venir à cette extrémité, malgré l'intérêt et la ten- 
dresse de son amour. 



LE CID 

TRAGÉDIE 



ACTEURS. 



DON FERXAND, premier roi de Castille. 

DONA URRAQUE, infante de Castille. 

DON DIËGUÉ, père de don Rodrigue. 

DON GOMÈS, comte de Germas, père de Chimène. 

DON RODRIGUE, amant de Chimène. 

DON SANCHE, amoureux de Chimène. 

DON ARIAS, 



AS, ) 

> cent 
)NSE, ) ^ 



. „ _ itilshommes castillans. 
DON ALONSE 

CHIMÈNE, fille de don Gomès. 

LÉONOR, gouvernante de l'Infante. 

ELVIRE, gouvernante de Chimène. 

Un Page de l'Infante. 

La scène est à Séville. 



ACTE I. 

SCÈNE PREMIÈRE. 
Chimèxe, Elvire. 

CHIMÈNE. 

Elvire, m'as-tu fait un rapport bien sincère? 
Ne déguises-tu rien de ce qu'a dit mon père ? 

ELVIRE. 

Tous mes sens à moi-même en sont encor charmés : 

Il estime Rodrigue autant que vous l'aimez, 

Et si je ne m'abuse à lire dans son âme, 

Il vous commandera de répondre à sa flamme. 

CHIMÈNE. 

Dis-moi donc, je te prie, une seconde fois 
Ce qui te fait juger qu'il approuve mon choix : 
Apprends-moi de nouveau quel espoir j'en dois prendre : 
Un si charmant discours ne se peut trop entendre ; i 

Tu ne peux trop promettre aux feux de notre amour 
La douce liberté de se montrer au jour. 
Que t'a-t-il répondu sur la secrète brigue 
Que font auprès de toi don Sanche et don Rodrigue { 
X'as-tu point trop fait voir quelle inégalité « 

Entre ces deux amants me penche d'un côté? 

23 



24 LE cm. 

ELVIRE. 

Non ; j'ai peint votre cœur dans une inditïe'rence 

Qui n'entle d'aucun d'eux ni détruit l'espcrance, 

Et sans les voir d'un œil trop sévère ou trop doux. 

Attend l'ordre d'un père à choisir un époux. 20 

Ce respect l'a ravi, sa bouche et son visage 

M'en ont donné sur l'heure un digne témoignage, 

P'.t puisqu'il vous en faut encor faire un récit, 

Voici d'eux et de vous ce qu'en hâte il m'a dit : 

" Elle est dans le devoir ; tous deux sont dignes d'elle, 28 

Tous deux formés d un sang noble, vaillant, fidèle, 

Jeunes, mais qui font lire aisément dans leurs yeux 

L'éclatante vertu de leurs braves a'i'eux. 

Don Rodrigue surtout n'a trait en son visage 

Qui d'un homme de cœur ne soit la haute image, ao 

Et sort d'une maison si féconde en guerriers, 

Qu'ils y prennent naissance au milieu des lauriers. 

La valeur de son père, en son temps sans pareille, 

Tant qu'a duré sa force, a passé pour merveille ; 

Ses rides sur son front ont gravé ses exploits, 35 

Et nous disent encor ce qu'il fut autrefois. 

Je me promets du fils ce que j'ai vu du père ; 

Et ma fille, en un mot, peut l'aimer et me plaire." 

Il allait au conseil, dont l'heure qui pressait 
A tranché ce discours qu'à peine il commençait; M 

Mais à ce peu de mots je crois que sa pensée 
Entre vos deux amants n'est pas fort balancée. 
Le Roi doit à son fils élire un gouverneur. 
Et c'est lui que regarde un tel degré d'honneur : 
Ce choix n'est pas douteux, et sa rare vaillance « 

Ne peut souffrir qu'on craigne aucune concurrence. 
Comme ses hauts exploits le rendent sans égal, 
Dans un espoir si jusie il sera sans rivai ; 



ACTE I. SCÈNE I. 25 

Et puisque don Rodrigue a résolu son père 

Au sortir du conseil à proposer l'affaire. M 

Je vous laisse à juger s'il prendra bien son temps, 

Et si tous vos de'sirs seront bientôt contents. 

CHIMÈNE. 

Il semble toutefois que mon âme trouble'e 

Refuse cette joie et s'en trouve accable'e : 

Un moment donne au sort des visages divers, S5 

Et dans ce grand bonheur je crains un grand revers. 

ELVIRE. 

Vous verrez cette crainte heureusement de'çue. 

CHIMÈNE. 

Allons, quoi qu'il en soit, en attendre l'issue. 

Variants to Scène I. 

Thèse two scènes were Consolidated by the poet in the édition of 
1664. 

SCÈNE PREMIÈRE. 

Le Comte, Elvire. 

ELVIRE. 

Entre tous ces amants dont la jeune ferveur 

Adore votre fille et brigue ma faveur, 

Don Rodrigue et don Sanche à l'envi font paraître 

Le beau feu qu'en leurs cœurs ses beautés ont fait naître. 

Ce n'est pas que Chimène écoute leurs soupirs, 

Ou d'un regard propice anime leurs désirs: 

Au contraire, pour tous dedans l'indifférence. 

Elle n'ôte à pas un ni donne d'espérance, 

Et sans les voir d'un œil trop sévère ou trop doux, 

C'est de votre seul choix qu'elle attend un époux. 



26 LE CID. 

To this speech the Coiint replies with thc lines quotcd by Elvire in 
the revised lext (1. 25-38), and adds after Une 38: — 

Va l'en entretenir; mais dans cet entretien 

Cache mon sentiment et découvre le sien. 

Je veux qu'à mon retour nous en parlions ensemble; 

L'heure à présent m'appelle au conseil qui s'assemble: 

Le Roi doit à son fils choisir un gouverneur, 

Ou plutôt m'élever à ce haut rang d'honneur; 

Ce que pour lui mon bras chaque jour exécute, 

Me défend de penser qu'aucun me le dispute. 

rhis speech was directly followed by — 

SCÈXK IL 

Chimènk, Ei.vire. 

El.viRE, seule. 
Quelle douce nouvelle à ces jeunes amants! 
Et que tout se dispose à leurs contentements! 



Eh bien! Elvire, entin que faut-il que j'espère? 
Que dois-je devenir, et que t'a dit mon père? 

EI.VIRIC. 

Deux mots dont tous vos sens doivent être charmés: 
Il estime Rodrigue autant que vous l'aimez. (Line 4 of 
revision.) 

CHIMÈNE. 

L'excès de ce bonheur me met en défiance: 
Puis-je à de tels discours donner quelque croyance? 



Il passe bien plus outre, il approuve ses (eux, 
Et vous doit commander de répondre à ses vœux. 
Jugez après cela, puisque tantôt son père 
Au sortir du conseil doit proposer l'affaire, 



ACTE I. SCÈNE II. 27 

S'il pouvait avoir lieu de mieux prendre son temps, 
Et si tous vos désirs seront bientôt contents. (Line 52 of 
revision.) 

The scène continues as in the revised text. 



SCENE IL 

L'Infante, Léonor, Page. 

l'infante. 
Page, allez avertir Chimène de ma part 
Qu'aujourd'hui pour me voir elle attend un peu tard, m 
Et que mon amitié se plaint de sa paresse. 

(Le Page rentre.) 

LÉONOR. 

Madame, chaque jour même de'sir vous presse ; 
Et dans son entretien je vous vois chaque jour 
Demander en quel point se trouve son amour. 

l'infante. 
Ce n'est pas sans sujet : je l'ai presque forcée 6.5 

A recevoir les traits dont son âme est blessée. 
Elle aime don Rodrigue, et le tient de ma main, 
Et par moi don Rodrigue a vaincu son dédain : 
Ainsi de ces amants ayant formés les chaînes, 
Je dois prendre intérêt à voir finir leurs peines. /o 

LÉONOR. 

Madame, toutefois parmi leurs bons succès 

Vous montrez un chagrin qui va jusqu'à l'excès. 

Cet amour, qui tous deux les com.ble d'allégresse, 

Fait-il de ce grand cœur la profonde tristesse. 

Et ce grand intérêt que vous prenez pour eux 75 



28 LE CID. 

Vous rend-il malheureuse alors qu'ils sont heureux? 
Mais je vais trop avant, et deviens indiscrète. 

l'infante. 
Ma tristesse redouble à la tenir secrète. 
Écoute, e'coute enfin comme j'ai combattu. 
Écoute quels assauts brave encor ma vertu. 8o 

L'amour est un tyran qui n'épargne personne : 
Ce jeune cavalier, cet amant que je donne, 
Je l'aime. 

LÉONOR. 

Vous l'aimez ! 

l'infante. 

Mets la main sur mon cceur. 
Et vois comme il se trouble au nom de son vainqueur. 
Comme il le reconnaît. 

LÉONOR. 

Pardonnez-moi, Madame. 85 

Si je sors du respect pour blâmer cette Hamme. 
Une grande princesse à ce point s'oublier 
Que d'admettre en son cœur un simple cavalier! 
Et que dirait le Roi ? que dirait la Castille ? 
Vous souvient-il encor de qui vous êtes fille ? Oi> 

l'infante. 
Il m'en souvient si bien que j'épandrai mon sang 
Avant que je m'abaisse à démentir mon rang. 
Je te repondrais bien que dans les belles âmes 
Le seul mérite a droit de produire des fiammes; 
Et si ma passion cherchait à s'excuser, ae 

Mille exemples fameux pourraient l'autoriser; 



ACTE I. SCÈNE II. 29 

Mais je n'en veux point suiv're où ma gloire s'engage; 

La surprise des sens n'abat point mon courage ; 

Et je me dis toujours qu'étant fille de roi, 

Tout autre qu'un monarque est indigne de moi. loo 

Quand je vis que mon cœur ne se pouvait défendre, 

Moi-même je donnai ce que je n'osais prendre. 

Je mis, au lieu de moi, Chimène en ses liens. 

Et j'allumai leurs feux pour éteindre les miens. 

Ne t'étonne donc plus si mon âme gênée 105 

Avec impatience attend leur hyménée : 

Tu vois que mon repos en dépend aujourd'hui. 

Si l'amour vit d'espoir, il périt avec lui : 

C'est un feu qui s'éteint, faute de nourriture ; 

Et malgré la rigueur de ma triste aventure, lie 

Si Chimène a jamais Rodrigue pour mari, 

Mon espérance est morte, et mon esprit guéri. 

Je souffre cependant un tourment incroyable : 

Jusques à cet hymen Rodrigue m'est aimable ; 

Je travaille à le perdre, et le perds à regret ; iii 

Et de là prend son cours mon déplaisir secret. 

Je vois avec chagrin que l'amour me contraigne 

A pousser des soupirs pour ce que je dédaigne ; 

Je sens en deux partis mon esprit divisé : 

Si mon courage est haut, mon cœur est embrasé ; 120 

Cet hymen m'est fatal, je le crains et souhaite : 

Je n'ose en espérer qu'une joie imparfaite. 

Ma gloire et mon amour ont pour moi tant d'appas, 

Que je meurs s'il s'achève ou ne s'achève pas. 

LÉOXOR. 

Madame, après cela je n'ai rien à vous dire, 128 

Sinon que de vos maux avec vous je soupire : 
Je vous blâmais tantôt, je vous plains à présent ; 



30 LE CID. 

Mais puisque dans un mal si doux et si cuisant, 

Votre vertu combat et son charme et sa force, 

En repousse l'assaut, en rejette l'amorce, 130 

Elle rendra le calme à vos esprits llottants. 

Espérez donc tout d'elle, et du secours du temps ; 

Kspe'rez tout du ciel : il a trop de justice 

Pour laisser la vertu dans un si long supplice. 

l'infante. 
Ma plus douce espérance est de perdre l'espoir. 135 

. LE PAGE. 

Par vos commandements Chimène vous vient voir. 

l'infante, à IJonor. 
Allez l'entretenir en cette galerie. 

léonor. 
Voulez-vous demeurer dedans la rêverie ? 

LTNFANTE. 

Non, je veux seulement, malgré mon déplaisir, 

Remettre mon visage un peu plus à loisir. 140 

Je vous suis. 

Juste ciel, d'où j'attends mon remède, 
Mets enfin quelque borne au mal qui me possède: 
Assure mon repos, assure mon honneur. 
Dans le bonheur d'autrui je cherche mon bonheur : 
Cet hyménée à trois également importe ; 145 

Rends son effet plus prompt, ou mon âme plus forte. 
D'un lien conjugal joindre ces deux amants, 
C'est briser tous mes fers, et finir mes tourments. 
Mais je tarde un peu trop : allons trouver Chimène, 
Et par son entretien soulager notre peine. 150 



ACTE I. SCENE III. 31 

SCÈXE III. 
Le Comte, Dox Diègue. 

LE COMTE. 

Enfin vous l'emportez, et la faveur du Roi 
Vous e'iève en un rang qui n'e'tait dû qu'à moi : 
Il vous fait gouverneur du prince de Castille. 

DOX DIÈGUE. 

Cette marque d'honneur qu'il met dans ma famille 
Montre à tous qu'il est juste, et fait connaître assez 155 
Qu'il sait récompenser les services passe's. 

LE COMTE. 

Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous 

sommes : 
Ils peuvent se tromper comme les autres hommes ; 
Et ce choix sert de preuve à tous les courtisans 
Qu'ils savent mal payer les services pre'sents. I60 

DON DIÈGUE. 

Ne parlons plus d'un choix dont votre esprit s'irrite : 
La faveur l'a pu faire autant que le me'rite ; 
Mais on doit ce respect au pouvoir absolu, 
De n'examiner rien quand un roi l'a voulu. 
A l'honneur qu'il m'a fait ajoutez-en un autre ; 165 

Joignons d'un sacré nœud ma maison à la vôtre: 
Vous n'avez qu'une fille, et moi je n'ai qu'un fils ; 
Leur hymen nous peut rendre à jamais plus qu'amis : 
Faites-nous cette grâce, et l'acceptez pour gendre. 



32 LE CID. 

LE COMTE. 

A des partis plus hauts ce beau fils doit pre'tendre ; i70 

Et le nouvel e'clat de votre dignité 

Lui doit enfler le cœur d'une autre vanité'. 

Exercez-la, Monsieur, et gouvernez le Prince : 
Montrez-lui comme il faut régir une province, 
Faire trembler partout les peuples sous sa loi, its 

Remplii les bons d'amour, et les méchants d'effroi. 
Joignez à ces vertus celles d'un capitaine : 
Montrez-lui comme il faut s'endurcir à la peine, 
Dans le métier de Mars se rendre sans égal. 
Passer les jours entiers et les nuits à cheval, iso 

Reposer tout armé, forcer une muraille, 
Et ne devoir qu'à soi le gain d'une bataille. 
Instruisez-le d'exemple, et rendez-le parfait, 
Expliquant à ses yeux vos leçons par l'effet. 

DON DIÈGUE. 

Pour s'instruire d'exemple, en dépit de l'envie, 1S5 

Il lira seulement l'histoire de ma vie. 

Là, dans un long tissu de belles actions, 

Il verra comme il faut dompter des nations, 

Attaquer une place, ordonner une armée. 

Et sur de grands exploits bâtir sa renommée. 190 

LE COMTE. 

Les exemples vivants sont d'un autre pouvoir; 

Un prince dans un livre apprend mal son devoir. 

Et qu'a fait après tout ce grand nombre d'années 

Que ne puisse égaler une de mes journées ? 

Si vous fûtes vaillant, je le suis aujourd'hui, 195 

Et ce bras du royaume est le plus ferme appui. 



ACTE I. SCENE III. 3S 

Grenade et l' Aragon tremblent quand ce fer brille; 

Mon nom sert de rempart à toute la Castille : 

Sans rr.oi, vous passeriez bientôt sous d'autres lois, 

Et vous auriez bientôt vos ennemis pour rois. 200 

Chaque jour, chaque instant, pour rehausser ma gloire, 

Met lauriers sur lauriers, victoire sur victoire. 

Le Prince à mes côtés ferait dans les combats 

L'essai de son courage à l'ombre de mon bras ; 

11 apprendrait à vaincre en me regardant faire ; 20:, 

Et pour répondre en hâte à son grand caractère, 

Il verrait . . . 

DON DIÈGUE. 

Je le sais, vous servez bien le Roi : 
Je vous ai vu combattre et commander sous moi. 
Quand l'âge dans mes nerfs a fait couler sa glace, 
Votre rare valeur a bien rempli ma place ; 21» 

Enfin, pour épargner des discours superflus. 
Vous êtes aujourd'hui ce qu'autrefois je fus. 
Vous voyez toutefois qu'en cette concurrence 
L'n monarque entre nous met quelque différence. 

LE COMTE. 

Ce que je méritais, vous l'avez emporté. 2i5 

DOX DIÈGUE. 

Qui l'a gagné sur vous l'avait mieux mérité. 

LE COMTE. 

Qui peut mieux l'exercer en est bien le plus digne. 

DOX DIÈGUE. 

En être refusé n'en est pas un bon signe. 



34 LK CID. 

LE COMTE. 

Vous l'avez eu par brigue, étant vieux courtisan. 

DON DIÈGUE. 

L'éclat de mes hauts faits fut mon seul partisan. 2ï(i 

LE COMTE. 

Parlons-en mi-iux, le Roi fait honneur à votre âge. 

DON DIÈGUE. 

Le Roi, quand il en fait, le mesure au courage. 

" LE COMTE. 

Et par là cet honneur n'était dû qu'à mon bras. 

DON DIÈGUE. 

Qui n'a pu l'obtenir ne le méritait pas. 

LE COMTE. 

Ne le méritait pas ! Moi .'' 

DON DIÈGUE. 

Vous. 

LE COMTE. 

Ton impudence. 225 
Téméraire vieillard, aura sa récompense. 

(// //// dontie un soidfflet), 

DON DIÈGUE, metiatit /\'pée à la main. 
Achève, et prends ma vie après un tel affront, 
Le premier dont ma race ait vu rougir son front. 

LE COMTE. 

Et que penses-tu faire avec tant de faiblesse } 



ACTE I. SCÈNE IV. 35 

DON DIÈGUE. 

O Dieu ! ma force usée en ce besoin me laisse ! 23u 

LE COMTE. 

Ton épe'e est à moi ; mais tu serais trop vain, 
Si ce honteux trophe'e avait chargé ma main. 

Adieu : fais lire au Prince, en dépit de l'envie, 
Pour son instruction, l'histoire de ta vie : 
D'un insolent discours ce juste châtiment 235 

Ne lui servira pas d'un petit ornement. 

SCÈNE IV. 

DOX DiÈGUE. 

o rage ! ô désespoir 1 ô vieillesse ennemie ! 

N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? 

Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers 

Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers .'' 240 

Mon bras, qu'avec respect toute l'Espagne admire, 

Mon bras, qui tant de fois a sauvé cet empire. 

Tant de fois affermi le trône de son roi. 

Trahit donc ma querelle, et ne fait rien pour moi .•* 

O cruel souvenir de ma gloire passée ! 245 

Œuvre de tant de jours en un jour effacée ! 

Nouvelle dignité, fatale à mon bonheur ! 

Précipice élevé d'où tombe mon honneur ! 

Faut-il de votre éclat voir triompher le Comte, 

Et mourir sans vengeance, ou vivre dans la honte? 250 

Comte, sois de mon prince à présent gouverneur : 

Ce haut rang n'admet point un homme sans honneur; 

Et ton jaloux orgueil par cet affront insigne. 

Malgré le choix du Roi, m'en a su rendre indigne. 



36 LE CID. 

Kt toi, de mes exploits glorieux instrument, V6 

Mais d'un corps tout de glace inutile ornement, 

Fer, jadis tant à craindre, et qui, dans cette offense, 

M'as servi de parade, et non pas de défense, 

Va, quitte désormais le dernier des humains, 

Passe, pour me venger, en de meilleures mains. aeo 



SCENE V. 
Dox DiÈGi'E, Don Rodrigue, 

DON DIÈGUE. 

Rodrigue, as-tu du cœur ? 

DON RODRIGUE. 

Tout autre que mon père 
L'éprouverait sur l'heure. 

DON DIÈGUE. 

Agréable colère ! 
Digne ressentiment à ma douleur bien doux ! 
Je reconnais mon sang à ce noble courroux ; 
Ma jeunesse revit en cette ardeur si prompte. 285 

Viens, mon fils, viens, mon sang, viens réparer nui honte; 
Viens me venger. 

DON RODRIGUE, 

De quoi ? 

DON DIÈGUE. 

D'un affront si cruel. 
Qu'à l'honneur de tous deux il porte un coup mortel: 



ACTE I. SCÈNE V. 37 

D'un soufflet. L'insolent en eût perdu la vie ; 

Mais mon âge a trompe' ma ge'ne'reuse envie : 270 

Et ce fer que mon bras ne peut plus soutenir, 

Je le remets au tien pour venger et punir. 

Va contre un arrogant éprouver ton courage : 
Ce n'est que dans le sang qu'on lave un tel outrage ; 
Meurs ou tue. Au surplus, pour ne te point flatter, 275 
Je te donne à combattre un homme à redouter : 
Je l'ai vu, tout couvert de sang et de poussière. 
Porter partout l'effroi dans une arme'e entière. 
J'ai vu par sa valeur cent escadrons rompus; 
Et pour t'en dire encor quelque chose de plus, 280 

Plus que brave soldat, plus que grand capitaine, 
C'est . . . 

DON RODRIGUE. 

De grâce, achevez. 

DON DIÈGUE. 

Le père de Chimène. 



DON RODRIGUE. 



Le . . . 



DON DIEGUE. 

Ne réplique point, je connais ton amour; 
Mais qui peut vivre infâme est indigne du jour. 
Plus l'offenseur est cher, et plus grande est l'offense. 285 
Enfin tu sais l'affront, et tu tiens la vengeance : 
Je ne te dis plus rien. Venge-moi, venge-toi ; 
Montre-toi digne fils d'un père tel que moi. 
Accablé des malheurs oij le destin me range, 
Je vais les déplorer : va, cours, vole, et nous venge. 290 



88 LE CID. 

SCÈNK VI. 

Don RoDRif.uE. 

Percé jusques au fond du ccLur 
D'une atteinte imprévue aussi bit-n que mortelle, 
Misérable vengeur d'une juste C|uerelle, 
Et malheureux objet d'une injuste rigueur, 
Je demeure immobile, et mon âme abattue 296 

Cède au coup qui me tue. 
Si près de voir mon feu récompensé, 

O Dieu, l'étrange peine ! 
En cet affront mon père est l'offensé, 
Et l'offenseur le père de C'himène ! 300 

Que je sens de rudes combats! 
Contre mon propre honneur mon amour s'intéresse : 
Il faut venger un père, et perdre une maîtresse: 
L'un m'anime le cœur, l'autre retient mon bras. 
Réduit au triste choix ou de trahir ma flamme, soe 

Ou de vivre en infâme. 
Des deux côtés mon mal est infini. 

O Dieu, l'étrange peine! 
Faut-il laisser un affront impuni ? 
Faut-il punir le père de Chimène? 3i« 

Père, maîtresse, honneur, amour. 
Noble et dure contrainte, aimable tyrannie. 
Tous mes plaisirs sont morts, ou ma gloire ternie. 
L'un me rend malheureux, l'autre indigne du jour. 
Cher et cruel espoir d'une âme généreuse, 315 

Mais ensemble amoureuse. 
Digne ennemi de mon plus grand bonheur, 
Fer qui causes ma peine, 



ACTE I. SCÈNE VI. 39 

M'es-tu donné pour venger mon honneur ? 

M'es-tu donne' pour perdre ma Chiniène ? 320 

Il vaut mieux courir au tre'pas. 
Je dois à ma maîtresse aussi bien qu'à mon père: 
J'attire en me vengeant sa haine et sa colère ; 
J'attire ses mépris en ne me vengeant pas. 
A mon plus doux espoir l'un me rend infidèle, 325 

Et l'autre indigne d'elle. 
Mon mal augmente à le vouloir guérir ; 

Tout redouble ma peine. 
Allons, mon âme ; et puisqu'il faut mourir, 
Mourons du moins sans offenser Chimène. 330 

Mourir sans tirer ma raison ! 
Rechercher un trépas si mortel à ma gloire ! 
Endurer que l'Espagne impute à ma mémoire 
D'avoir mal soutenu l'honneur de ma maison ! 
Respecter un amour dont mon âme égarée 335 

Voit la perte assurée ! 
N'écoutons plus ce penser suborneur. 

Qui ne sert qu'à ma peine. 
Allons, mon bras, sauvons du moins l'honneur, 
Puisqu'après tout il faut perdre Chimène. 340 

Oui, mon esprit s'était déçu. 
Je dois tout à mon père avant qu'à ma maîtresse : 
Que je meure au combat, ou meure de tristesse, 
Je rendrai mon sang pur comme je l'ai reçu. 
Je m'accuse déjà de trop de négligence : 345 

Courons à la vengeance ; 
Et tout honteux d'avoir tant balancé, 

Ne soyons plus en peine, 
Puisqu'aujourd'hui mon père est l'offensé, 
Si l'offenseur est père de Chimène. 350 



ACTi: II. 

SCÈNE PREMIERE. 
Don Akias, Lk Comte. 

LE COMTE. 

Je l'avoue entre nous, mon sang un peu trop chaud 
S'est trop emu d'un mot, et l'a porte' trop haut ; 
Mais, puisque c'en est fait, le coup est sans remède. 

DON AKIAS. 

Qu'aux volonte's du Roi ce grand courage cède : 

11 y prend grande part, et son cœur irrité 355 

Agira contre vous de pleine autorité. 

Aussi vous n'avez point de valable défense : 

Le rang de l'offensé, la grandeur de l'offense, 

Demandent des devoirs, et des soumissions 

Qui passent le commun des satisfactions. seo 

LE COM rE. 
Le Roi peut à son gré disposer de ma vie. 

DON ARIAS. 

De trop d'emportement votre faute est suivie. 
Le roi vous aime encore ; apaisez son courroux. 
Il a dit : " Je le veux ; " désobéirez-vous .'' 

40 



ACTE II. SCENE I. 41 

LE COMTE. 

Monsieur, pour conserver tout ce que j'ai d'estime, ses 
Désobe'ii" un peu n'est pas un si grand crime ; 
Et quelque grand qu'il soit, mes services pre'sents 
Pour le faire abolir sont plus que suffisants. 

DON ARIAS. 

Quoi qu'on fasse d'illustre et de conside'rable. 

Jamais à son sujet un roi n'est redevable. 370 

Vous vous flattez beaucoup, et vous devez savoir 

Que qui sert bien son roi ne fait que son devoir. 

Vous vous perdrez, Monsieur, sur cette confiance. 

LE COMTE. 

Je ne vous en croirai qu'après l'expe'rience. 

DON ARIAS. 

Vous devez redouter la puissance d'un roi. 376 

LE COMTE. 

Un jour seul ne perd pas un homme tel que moi. 
Que toute sa grandeur s'arme pour mon supplice, 
Tout l'État pe'rira, s'il faut que je périsse. 

DON ARIAS. 

Quoi ! vous craignez si peu le pouvoir souverain . . 

LE COMTE. 

D'un sceptre qui sans moi tomberait de sa main. 380 

Il a trop d'intérêt lui-même en ma personne, 
Et ma tête en tombant ferait choir sa couronne. 

DON ARIAS 

Souffrez que la raison remette vos esprits. 
Prenez un bon conseil. 



42 LF, CID. 

LE COMIE. 

Le conseil en est pris. 

DON ARIAS. 

Que lui dirai-je enfin? je lui dois rendre compte. iis 

LE COMTE. 

Que je ne puis du tout consentir à ma honte. 

DON ARIAS. 

Mais songez que les rois veulent être absolus. 

LE COMTE. 

Le sort en est jeté, Monsieur, n'en parlons plus. 

DON ARIAS. 

Adieu donc, puisqu'en vain je tâche à vous résoudre : 
Avec tous vos lauriers craignez encor le foudre. 39t: 

LE COMTE. 

Je l'attendrai sans peur. 

DON ARIAS. 

Mais non pas sans effet. 

LE COMTE. 

Nous verrons donc par là don Diègue satisfait. 

{//est sfti/.) 
Qui ne craint point la mort ne craint point les menaces. 
J'ai le cœur au-dessus des plus fières disgrâces ; 
£t l'on peut me réduire à vivre sans bonheur, 39b 

Mais non pas me résoudre à vivre sans honneur. 



ACTE II. SCÈNE II. 43 

SCÈNE II. 

Le Comte, Don Rodrigue. 

don rodrigue. 
A moi, Comte, deux mots. 

LE COMTE. 

Parle. 

DON RODRIGUE. 

Ote-moi d'un doute. 
Connais-tu bien don Diègue ? 

LE COMTE. 

Oui. 

DON RODRIGUE. 

Parlons bas ; écoute. 
Sais-tu que ce vieillard fut la même vertu. 
La vaillance et Thonneur de son temps ? le sais-tu .'' 400 

LE COMTE. 

Peut-être. 

DON RODRIGUE. 

Cette ardeur que dans les yeux je porte, 
Sais-tu que c'est son sang ? le sais-tu ? 

LE COMTE. 

Que m'importe ? 

DON RODRIGUE. 

A. quatre pas d'ici je te le fais savoir. 



44 LE CID. 

LE COMTE. 

Jeune présomptueux ! 

DON RODRIGUE. 

Parle sans t'e'mouvoir. 
Je suis jeune, il est vrai ; mais aux âmes bien nées 405 
La valeur n'attend pas le nombre des années. 

LE COMTE. 

Te mesurer à moi ! Qui t'a rendu si vain, 
Toi qu'on n'a jamais vu les armes à la main .'' 

■DON RODRIOUE. 

Mes pareils à deux fois ne se font point connaître, 

Et pour leurs coups d'essai veulent des coups de maître. 4io 

LE COMTE. 

Sais-tu bien qui je suis.'' 

DON RODRIGUE. 

Oui ; tout autre que moi 
Au seul bruit de ton nom pourrait trembler d'effroi. 
Les palmes dont je vois ta tête si couverte 
Semblent porter écrit le destin de ma perte. 
J'attaque en téméraire un bras toujours vainqueur ; 415 
Mais j'aurai trop de force, ayant assez de cœur. 
A qui venge son père il n'est rien impossible. 
Ton bras est invaincu, mais non pas invincible. 

LE COMTE. 

Ce grand cœur qui paraît aux discours que tu tiens, 
Par tes yeux, chaque jour, se découvrait aux miens ; 420 
Et croyant voir en toi l'honneur de la Castille, 
Mon âme avec plaisir te destinait ma fille. 



V 



ACTE II. SCENE II. 45 

Je sais ta passion, et suis ravi de voir 

Que tous ses mouvements cèdent à ton devoir; 

Qu'ils n'ont point affaibli cette ardeur magnanime ; 425 

Que ta haute vertu re'pond à mon estime ; 

Et que voulant pour gendre un cavalier parfait, 

Je ne me trompais point au choix que j'avais fait : 

Mais je sens que pour toi ma pitié s'intéresse; 

J'admire ton courage, et je plains ta jeunesse. 430 

Ne cherche point à faire un coup d'essai fatal ; 

Dispense ma valeur d'un combat inégal ; 

Trop peu d'honneur pour m^i suivrait cette victoire : 

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. 

On te croirait toujours abattu sans effort ; 435 

Et j'aurais seulement le regret de ta mort. 

DON RODRIGUE. 

D'une indigne pitié ton audace est suivie : 

Qui m'ose ôter l'honneur craint de m'ôter la vie ! 

LE COMTE. 

Retire-toi d'ici. 

DON RODRIGUE. 

Marchons sans discourir. 

LE COMTE. 

Es-tu si las de vivre ? 

DON RODRIGUE. 

As-tu peur de mourir? 449 

LE COMTE. 

Viens, tu fais ton devoir, et le fils dégénère 
Qui survit un moment à l'honneur de son père. 



46 LE CID. 



SCENE m. 

L'Infante, Chi.mène, Lkonor. 

l'infante. 
Apaise, ma Chimène, apaise ta douleur : 
Fais agir ta constance en ce coup de malheur. 
Tu reverras le calme après ce faible orage ; 445 

Ton bonheur n'est couvert que d'un peu de nuage, 
Et tu n'as rien perdu pour le voir différer. 

CHIMÈNE. 

Mon cœur outre' d'ennuis n'ose rien espérer. 

Un orage si prompt qui trouble une bonace 

D'un naufrage certain nous porte la menace : 450 

Je n'en saurais douter, je pe'ris dans le port. 

J'aimais, j'e'tais aime'e, et nos pères d'accord ; 

Et je vous en contais la charmante nouvelle, 

Au malheureux moment que naissait leur querelle. 

Dont le récit fatal, sitôt qu'on vous l'a fait, 455 

D'une si douce attente a ruiné l'elïet. 

Maudite ambition, détestable manie, 
Dont les plus généreux souffrent la tyrannie ! 
Honneur impitoyable à mes plus chers désirs, 
Que tu me vas coûter de pleurs, et de soupirs ! 46o 

l'infante. 
Tu n'as dans leur querelle aucun sujet de craindre : 
Un moment l'a fait naître, un moment \a l'éteindre. 
Elle a fait trop de bruit pour ne pas s'accorder. 
Puisque déjà le Roi les veut accommoder ; 
Et tu sais que mon âme, à tes ennuis sensible, 465 

Pour en tarir la source y fera l'impossible. 



ACTE II. SCENE III. 47 

CHIMÈNE. 

Les accommodements ne font rien en ce point : 

De si mortels affronts ne se re'parent point. 

En v^ain on fait agir la force ou la prudence : 

Si l'on gue'rit le mal, ce n'est qu'en apparence. 470 

La haine que les cœurs conservent au dedans 

Nourrit des feux cachés, mais d'autant plus ardents. 

l'infante. 
Le saint nœud qui joindra don Rodrigue et Chimène 
Des pères ennemis dissipera la haine ; 
Et nous verrons bientôt votre amour le plus fort 47^ 

Par un heureux hymen étouffer ce discord. 

CHIMÈNE. 

Je le souhaite ainsi plus que je ne l'espère : 

Don Diègue est trop altier, et je connais mon père. 

Je sens couler des pleurs que je veux retenir ; 

Le passé me tourmente, et je crains l'avenir. 480 

l'infante. 
Que crains-tu? d'un vieillard l'impuissante faiblesse? 

CHIMÈNE. 

Rodrigue a du courage. 

l'infante. 

II a trop de jeunesse. 

CHIMÈNE. 

Les hommes valeureux le sont du premier coup. 

l'infante. 
Tu ne dois pas pourtant 'e redouter beaucoup: 
Il est trop amoureux pour te ^^ouloir déplaire, iSj 

Et deux mots de ta bouche arrêtent sa colère. 



48 Lt UIL». 

CHIMÈNE. 

S'il ne m'obéit point, quel comble à mon ennui! 

Et s'il peut m'obéir, que dira-t-on de lui ? 

Étant ne' ce qu'il est, souffrir un tel outrage ! 

Soit qu'il cède ou résiste au feu qui me l'engage, tâ9 

Mon esprit ne peut qu'être ou honteux ou confus, 

De son trop de respect, ou d'un juste refus. 

l'infante. 
Chimène a 1 "âme haute, et quoiqu'inte'ressée, 
Elle ne peut souffrir une basse pense'e ; 
Mais si jusques au jour de l'accommodement *95 

Je fais mon prisonnier de ce parfait amant, 
Et que j'empêche ainsi l'effet de son courage. 
Ton esprit amoureux n'aura-t-il point d'ombrage ? 

CHIMÈNE. 

Ah ! Madame, en ce cas je n'ai plus de souci. 

SCÈNE IV. 

L'Infante, Chimène, Léonor, le Page. 

l'infante. 
Page, cherchez Rodrigue, et l'amenez ici. 600 

LE PAGE. 

Le Comte de Germas et lui . . . 

CHIMÈNE. 

Bon Dieu ! je tremble. 

l'infante. 
Parlez. 



ACTE II. SCENE V. 49 

LE PAGE. 

De ce palais ils sont sortis ensemble. 

CHIMÈNE. 

Seuls? 

LE PAGE. 

Seuls, et qui semblaient tout bas se quereller. 

CHIMÈNE. 

Sans doute ils sont aux mains, il n'en faut plus parler. 
Madame, pardonnez à cette promptitude. 505 

SCÈNE V. 

L'Infante, Léonor. 

l'infante. 
Hélas ! que dans l'esprit je sens d'inquie'tude ! 
Je pleure ses malheurs, son amant me ravit ; 
Mon repos m'abandonne, et ma flamme revit. 
Ce qui va se'parer Rodrigue de Chimène 
Fait renaître à la fois mon espoir et ma peine ; 510 

Et leur division, que je vois à regret, 
Dans mon esprit charme' jette un plaisir secret. 

LÉONOR. 

Cette haute vertu qui règne dans votre âme 
Se rend-elle sitôt à cette lâche flamme ? 

l'infante. 
Ne la nomme point lâche, à pre'sent que chez moi 5i3 

Pompeuse et triomphante elle me fait la loi : 
Porte-lui du respect, puisqu'elle m'est si chère. 



50 LE CID. 

Ma vertu la combat, mais malgré moi j'espère; 

Et d'un si fol espoir mon cœur mal défendu 

Vole après un amant que Chimène a perdu. 520 

LÉONOR. 

Vous laisser choir ainsi ce glorieux courage, 
Et la raison chez vous perd ainsi son usage ? 

l'infante. 
Ah ! qu'avec peu d'effet on entend la raison, 
Quand le cœur est atteint d'un si charmant poison ! 
Et lorsque le malade aime sa maladie, 525 

Qu'il a peine à souffrir que l'on y remédie ! 

LÉONOR. 

Votre espoir vous séduit, votre mal vous est doux ; 
Mais enfin ce Rodrigue est indigne de vous. 

l'infante. 
Je ne le sais que trop ; mais si ma vertu cède. 
Apprends comme l'amour flatte un cœur qu'il possède. 530 

Si Rodrigue une fois sort vainqueur du combat. 
Si dessous sa valeur ce grand guerrier s'abat. 
Je puis en faire cas, je puis l'aimer sans honte. 
Que ne fera-t-il point, s'il peut vaincre le Comte ? 
J'ose m'imaginer qu'à ses moindres exploits 535 

Les royaumes entiers tomberont sous ses lois ; 
Et mon amour flatteur déjà me persuade 
Que je le vois assis au trône de Grenade, 
Les Mores subjugués trembler en l'adorant, 
L'Aragon recevoir ce nouveau conquérant, B40 

Le Portugal se rendre, et ses nobles journées 
Porter delà les mers ses hautes destinées. 



ACIE II SCENK VI. 51 

Ou sang des Africains arroser - rs : 

Enfin, tout ce qu'on dit des plu> : \ guerriers. 

Je l'attends de Rodrigue après cette victoire, ms 

Et fais de son amour un sujet de ma gloire. 

LÉOSOR. 

Mais, Nfadame, voyez oli vous portez son bras. 
Ensuite d'un combat qui peut-être n'est pas. 

l'infante. 

Rodrigue est oiïens<f ; le Comte a fait l'outrage ; 

lis sont sortis ensemble : en faut-il davantage? IN 

l£onor. 

Eh bien ! ils se battront» puisque vous le voulez ; 
Mais Rodrigue ira-t-il si loin que vous allez? 

l'inkante. 

Que veux-tu ? je suis folle, et mon esprit s'égare : 

lu vois p.ir là quels maux cet amour me prépare. 

\ iens dans mon cabinet cotiNoIer mes ennuis, 6M 

Et ne me quitte point dans le trouble où je suis. 



SCENE VI. 
DtJN Fkr.na.m), I)«)\ .Vkias, Don Sanchk. 

DON FERNAND. 

Le Comte est donc si vain et si peu raisonnable! 
Use-t-il croire encor son crime pardonnable? 



52 LE CID. 

DON ARIAS. 

Je l'ai de votre part longtemps entretenu ; 

J'ai fait mon pouvoir, Sire, et n'ai rien obtenu. eee 

DON FERNAND. 

Justes cieux ! ainsi donc un sujet te'méraire 

A si peu de respect et de soin de me plaire ! 

Il offense don Diègue, et me'prise son roi ! 

Au milieu de ma cour il me donne la loi ! 

Qu'il soit brave guerrier, qu'il soit grand capitaine, 565 

Je saurai bien rabattre une humeur si hautaine. 

Fût-il la valeur même, et le dieu des combats, 

Il verra ce que c'est que de n'obéir pas. 

Quoi qu'ait pu mériter une telle insolence, 

Je l'ai voulu d'abord traiter sans violence ; 670 

Mais puisqu'il en abuse, allez dès aujourd'hui, 

Soit qu'il résiste ou non, vous assurer de lui. 

DON SANCHE. 

Peut-être un peu de temps le rendrait moins rebelle : 

On l'a pris tout bouillant encor de sa querelle ; 

Sire, dans la chaleur d'un premier mouvement, 576 

Un cœur si généreux se rend malaisément. 

Il voit bien qu'il a tort, mais une âme si haute 

N'est pas sitôt réduite à confesser sa faute. 

DON FERNAND. 

Don Sanche, taisez-vous, et soyez averti 
Qu'on se rend criminel à prendre son parti. 

DON SANCHE. 

J'obéis, et me tais ; mais, de grâce encor, Sire, 
Deux mots en sa défense. 



580 



ACTE II. SCENE VI. 53 

DON FEKNAXD. 

Et que pouvez-vous dire ? 

DON SANCHE. 

Qu'une âme accoutume'e aux grandes actions 

Xe se peut abaisser à des soumissions : 

Elle n'en conçoit point qui s'expliquent sans honte; 585 

Et c'est à ce mot seul qu'a résisté le Comte. 

11 trouve en son devoir un peu trop de rigueur, 

Et vous obéirait, s'il avait moins de cœur. 

Commandez que son bras, nourri dans les alarmes, 

Répare cette injure à la pointe des armes ; 690 

Il satisfera, Sire ; et vienne qui voudra, 

Attendant qu'il l'ait su, voici qui répondra. 

DON FEKNAND. 

Vous perdez le respect; mais je pardonne à l'âge, 
Et j'excuse l'ardeur en un jeune courage. 

Un roi dont la prudence a de meilleurs objets 595 

Est meilleur ménager du sang de ses sujets : 
Je veille pour les miens, mes soucis les conservent. 
Comme le chef a soin des membres qui le servent. 
Ainsi votre raison n'est pas raison pour moi : 
Vous parlez en soldat ; je dois agir en roi ; 600 

Et quoi qu'on veuille dire, et quoi qu'il ose croire, 
Le Comte à m'obéir ne peut perdre sa gloire. 
D'ailleurs l'affront me touche : il a perdu d'honneur 
Celui que de mon tils j'ai fait le gouverneur ; 
S'attaquer à mon choix, c'est se prendre à moi-même, 605 
Et faire un attentat sur le pouvoir suprême. 
N'en parlons plus. Au reste, on a vu dix vaisseaux 
Ue nos vieux ennemis arborer les drapeaux ; 
Vers la bouche du fleuve ils ont osé paraître. 



»4 LE CID. 

DON ARIAS. 

Les Mores ont appris par force à vous connaître, eio 

Et tant de fois vaincus, ils ont perdu le cœur 

De se plus hasarder contre un si grand vainqueur. 

DON FERNAND. 

Ils ne verront jamais sans quelque jalousie 

Mon sceptre, en de'pit d'eux, re'gir l'Andalousie ; 

Et ce pays si beau, qu'ils ont trop posse'de' eis 

Avec un œil d'envie est toujours regardé. 

C'est l'unique raison qui m'a fait dans Se'ville 

Placer depuis dix ans le trône de Castille, 

Pour les voir de plus près, et d'un ordre plus prompt 

Renverser aussitôt ce qu'ils entreprendront. 620 

DON ARIAS. 

Ils savent aux de'pens de leurs plus dignes têtes 
Combien votre pre'sence assure vos conquêtes : 
"Vous n'avez rien à craindre. 

DON FERNAND. 

Et rien à ne'gliger : 
Le trop de confiance attire le danger ; 
Et vous n'ignorez pas qu'avec fort peu de peine 6J5 

Un flux de pleine mer jusqu'ici les amène. 
Toutefois j'aurais tort de jeter dans les cœurs, 
L'avis étant mal sûr, de paniques terreurs. 
L'effroi que produirait cette alarme inutile. 
Dans la nuit qui survient troublerait trop la ville : 630 

Faites doubler la garde aux murs et sur le port. 
C'est assez pour ce soir. 



ACTE II. SCÈNE VIL 55 

SCÈNE VIL 
Don Fernand, Don Sanxhe, Don Alonse. 

DON alonse. 

Sire, le Comte est mort: 
Don Diègue, par son fils, a vengé son offense. 

DON FERNAXD. 

Dès que j'ai su l'affront, j'ai prévu la vengeance ; 

Et j'ai voulu dès lors prévenir ce malheur. 635 

DON ALONSE. 

Chimène à vos genoux apporte sa douleur ; 

Elle vient toute en pleurs vous demander justice. 

DON FERNAND. 

Bien qu'à ses déplaisirs mon âme compatisse, 

Ce que le Comte a fait semble avoir mérité 

Ce digne châtiment de sa témérité. 640 

Quelque juste pourtant que puisse être sa peine, 

Je ne puis sans regret perdre un tel capitaine. 

Après un long service à mon État rendu, 

Après son sang pour moi mille fois répandu, 

A quelque sentiment que son orgueil m'oblige, C45 

Sa perte m'affaiblit, et son trépas m'afflige. 



66 LE CID. 



SCENE VI TI. 

Don Fernand, Don Diègue, Chimène, Don Sanche, 
Don Arias, Don Alonse. 

CHIMÈNE. 

Sire, Sire, justice! 

don diègue. 

Ah ! Sire, e'coutez-nous. 

CHIMÈNE. 



Je me jette à vos pieds. 



Je demande justice. 



DON DIEGUE. 

J'embrasse vos genoux. 

CHIMÈNE. 
DON DIÈGUE. 

Entendez ma défense. 



CHIMÈNE. 

D'un jeune audacieux punissez l'insolence : 660 

Il a de votre sceptre abattu le soutien, 
Il a tue' mon père. 

DON DIÈGUE. 

Il a venge' le sien. 

CHIMÈNE. 

Au sang de ses sujets un roi doit la justice. 

DON DIÈGUE. 

Pour la juste vengeance il n'est point de supplice. 



ACTE II. SCÈNE VIII. 57 

DON FERNAND. 

Levez-vous l'un et l'autre, et parlez à loisir, 655 

Chimène, je prends part à votre déplaisir ; 
D'une égale douleur je sens mon âme atteinte. 
Vous parlerez après ; ne troublez pas sa plainte. 

CHIMÈNE. 

Sire, mon père est mort ; mes yeux ont vu son sang 

Couler à gros bouillons de son généreux flanc ; eer 

Ce sang qui tant de fois garantit vos murailles, 

Ce sang qui tant de fois vous gagna des batailles, 

Ce sang qui tout sorti fume encor de courroux 

De se voir répandu pour d'autres que pour vous, 

Qu'au milieu des hasards n'osait verser la guerre, 665 

Rodrigue en votre cour vient d'en couvrir la terre. 

J'ai couru sur le lieu, sans force et sans couleur : 

je l'ai trouvé sans vie. Excusez ma douleur. 

Sire, la voix me manque à ce récit funeste ; 

Mes pleurs et mes soupirs vous diront mieux le reste. 670 

DON FERNAND. 

Prends courage, ma fille, et sache qu'aujourd'hui 
Ton roi te veut servir de père au lieu de lui. 

CHIMÈNE. 

Sire, de trop d'honneur ma misère est suivie. 

Je vous l'ai déjà dit, je l'ai trouvé sans vie ; 

Son flanc était ouvert ; et pour mieux m'émouvoir, 675 

Son sang sur la poussière écrivait mon devoir ; 

Ou plutôt sa valeur en cet état réduite 

Me parlait par sa plaie, et hâtait ma poursuite ; 

Et, pour se faire entendre au plus juste des rois, 



68 LK CID. 

Par cette triste bouche elle empruntait ma voix. 680 

Sire, ne souffrez pas que sous votre puissance 
Règne devant vos yeux une telle licence ; 
Que les plus valeureux, avec impunité, 
Soient exposés aux coups de la témérité ; 
Qu'un jeune audacieux triomphe de leur gloire, 68^ 

Se baigne dans leur sang, et brave leur mémoire. 
Un si vaillant guerrier qu'on vient de vous ravir 
Kteint, s'il n'est vengé, l'ardeur de vous servir. 
Enfin mon père est mort, j'en demande vengeance, 
Plus pour votre intérêt que pour mon allégeance. eao 

Vous perdez en la mort d'un homme de son rang : 
Vengez-la par une autre, et le sang par le sang. 
Immolez, non à moi, mais à votre couronne. 
Mais à votre grandeur, mais à votre personne ; 
Immolez, dis-je. Sire, au bien de tout l'État 695 

Tout ce qu'enorgueillit un si haut attentat. 

DON FERNAND. 

Don Diègue, répondez. 

DON DIÈGUE. 

Qu'on est digne d'envie 
Lorsqu'en perdant la force on perd aussi la vie. 
Et qu'un long âge apprête aux hommes généreux. 
Au bout de leur carrière, un destin malheureux ! 700 

Moi, dont les longs travaux ont acquis tant de gloire, 
Moi, que jadis partout a suivi la victoire. 
Je me vois aujourd'hui, pour avoir trop vécu. 
Recevoir un affront et demeurer vaincu. 
Ce que n'a pu jamais combat, siège, embuscade, 705 

Ce que n'a pu jamais Aragon ni Grenade, 



ACTE II. SCÈNE VIII. 69 

Ni tous vos ennemis, ni tous mes envieux, 

Le Comte en votre cour l'a fait presqu'à vos yeux, 

Jaloux de votre choix, et fier de l'avantage 

Que lui donnait sur moi l'impuissance de l'âge. 7io 

Sire, ainsi ces cheveux blanchis sous le harnois, 
Ce sang pour vous servir prodigué tant de fois, 
Ce bras, jadis l'efifroi d'une armée ennemie, 
Descendaient au tombeau tous chargés d'infamie, 
Si je n'eusse produit un fils digne dé moi, 715 

Digne de son pays et digne de son roi. 
Il m'a prêté sa main, il a tué le Comte ; 
11 m'a rendu l'honneur, il a lavé ma honte. 
Si montrer du courage et du ressentiment, 
Si venger un soufflet mérite un châtiment, 720 

Sur moi seul doit tomber l'éclat de la tempête : 
Quand le bras a failli, l'on en punit la tête. 
Qu'on nomme crime, ou non, ce qui fait nos débats, 
Sire, j'en suis la tête, il n'en est que le bras. 
Si Chimène se plaint qu'il a tué son père, 725 

Il ne l'eût jamais fait si je l'eusse pu faire. 
Immolez donc ce chef que les ans vont ravir. 
Et conservez pour vous le bras qui peut servir. 
Aux dépens de mon sang satisfaites Chimène : 
Je n'y résiste point, je consens à ma peine : 730 

Et loin de murmurer d'un rigoureux décret, 
Mourant sans déshonneur, je mourrai sans regret. 

DON FERNVND. 

L'affaire est d'importance, et, bien considérée, 
Mérite en plein conseil d'être délibérée. 

Don Sanche, remettez Chimène en sa maison. 736 

Don Diègue aura ma cour et sa foi pour prison. 
Qu'on me cherche son fils. Je vous ferai justice. 



W LE CID. 

CHIMÈNE. 

Il est juste, grand Roi, qu'un meurtrier pe'risse. 

DON FERNAND. 

Prends du repos, ma fille, et calme tes douleurs. 

CHIMÈNE. 

M'ordonner du repos, c'est croître mes malheurs. 740 



ACTE III. 

SCÈNE PREMIÈRK 
Don Rodrigue, Elvire. 

ELVIRE. 

Rodrigue, qu'as-tu fait ? où viens-tu, misérable ? 

DON RODRIGUE. 

Suivre le triste cours de mon sort déplorable. 

ELVIRE. 

Où prends-tu cette audace et ce nouvel orgueil, 
De paraître en des lieux que tu remplis de deuil ? 
Quoi ? viens-tu jusqu'ici braver l'ombre du Comte ? 745 
Ne l'as-tu pas tué ? 

DON RODRIGUE. 

Sa vie était ma honte : 
Mon honneur de ma main a voulu cet effort. 

ELVIRE, 

Mais chercher ton asile en la maison du mort ! 
Jamais un meurtrier en fit-il son refuge ? 

DON RODRIGUE. 

Et je n'y viens aussi que m'offrir à mon juge. 750 

Ne me regarde plus d'un visage étonné; 

61 



62 LE CID. 

Je cherche le trépas après l'avoir donné. 

Mon juge est mon amour, mon juge est ma Chimène : 

Je mérite la mort de mériter sa haine, 

Et j'en viens recevoir, comme un bien souverain, 755 

Et l'arrêt de sa bouche, et le coup de sa main. 

ELVIRE. 

Fuis plutôt de ses yeux, fuis de sa violence ; 

A ses premiers transports dérobe ta présence : 

Va, ne t'expose point aux premiers mouvements 

Que poussera l'ardeur, de ses ressentiments. 760 

DON RODRIGUE. 

Non, non, ce cher objet à qui j'ai pu déplaire 
Ne peut pour mon supplice avoir trop de colère; 
¥a j'évite cent morts qui me vont accabler. 
Si pour mourir plus tôt je puis la redoubler. 

EI.VIKE. 

Chimène est au palais, de pleurs toute baignée, 7C5 

Et n'en reviendra point que bien accompagnée. 
Rodrigue, fuis, de grâce ; ôte-moi de souci. 
Que ne dira-t-on point si l'on te voit ici .' 
Veux-tu qu'un médisant, pour comble à sa misère, 
L'accuse d'y souffrir l'assassin de son père ? 770 

Elle va revenir ; elle vient, je la voi : 
Du moins, pour son honneur, Rodrigue, cache-toi. 



ACTE III. SCENE II. 68 

SCÈNE II. 

Don Sanche, Chimène, Elvire. 

don sanche. 

Oui, Madame, il vous faut de sanglantes victimes : 

Votre colère est juste, et vos pleurs le'gitimes ; 

Et je n'entreprends pas, à force de parler, 775 

Ni de vous adoucir, ni de vous consoler. 

Mais si de vous servir je puis être capable, 

Employez mon e'pe'e à punir le coupable ; 

Employez mon amour à venger cette mort : 

Sous vos commandements mon bras sera trop fort. 780 



Malheureuse ! 



CHIMENE. 
DON SANCHE. 

De grâce, acceptez mon service. 



CHIMENE. 

J'offenserais le Roi, qui m'a promis justice. 

DON SANCHE. 

Vous savez qu'elle marche avec tant de langueur, 

Qu'assez souvent le crime échappe à sa longueur ; 

Son cours lent et douteux fait trop perdre de larmes. 785 

Souffrez qu'un cavalier vous venge par les armes : 

La voie en est plus sûre, et plus prompte à punir. ' 

CHIMENE. 

C'est le dernier remède ; et s'il y faut venir. 

Et que de mes malheurs cette pitié vous dure. 

Vous serez libre alors de venger mon injure, 790 



64 LE CID. 

DON' SAN'CHE. 

C'est l'unique bonheur ou mon âme prétend ; 
Et pouvant l'espe'rer je m'en vais trop content. 



SCÈNE III. 
Chimène, Elvire. 

CHIMÈNK. 

Enfin je me vois libre, et je puis sans contrainte 

De mes vives douleurs te faire voir l'atteinte ; 

Je puis donner passage à mes tristes soupirs ; 795 

Je puis t'ouvrir mon âme et tous mes de'plaisirs. 

Mon père est mort. Elvire ; et la première épée 
Dont s'est armé Rodrigue a sa trame coupée. 
Pleurez, pleurez, mes yeux, et fondez-vous en eau ! 
La moitié de ma vie a mis l'autre au tombeau, 800 

Et m'oblige à venger, après ce coup funeste, 
Celle que je n'ai plus sur celle qui me reste. 

ELVIRE. 

Reposez-vous, Madame. 

CHIMÈNE. 

Ah ! que mal à propos 
Dans un malheur si grand tu parles de repos ! 
Par où sera jamais ma douleur apaisée, M6 

Si je ne puis haïr la main qui l'a causée ? 
Et que dois-je espérer qu'un tourment éternel, 
Si je poursuis un crime, aimant le criminel ? 

ELVIRE. 

Il vous prive d'un père, et vous l'aimez encore ! 



ACTE III. SCENE III. 66 

CHIMÈNE. 

C'est peu de dire aimer. Elvire : je l'adore ; 8io 

Ma passion s'oppose à mon ressentiment ; 

Dedans mon ennemi je trouve mon amant; 

Et je sens qu'en de'pit de toute ma colère 

Rodrigue dans mon cœur combat encor mon père : 

Il l'attaque, il le presse, il cède, il se de'fend, 8i6 

Tantôt fort, tantôt faible, et tantôt triomphant ; 

Mais en ce dur combat de colère et de flamme, 

Il de'chire mon cœur sans partager mon âme ; 

Et quoi que mon amour ait sur moi de pouvoir, 

Je ne consulte point pour suivre mon devoir : 820 

je cours sans balancer où mon honneur m'oblige. 

Rodrigue m'est bien cher, son inte'rêt m'afflige ; 

Mon cœur prend son parti ; mais malgré son effort, 

Je sais ce que je suis, et que mon père est mort. 

ELVIRE. 

Pensez-vous le poursuivre ? 

CHIMÈNE. 

Ah ! cruelle pensée 1 826 

Et cruelle poursuite où je me vois forcée ! 
Je demande sa tête, et crains de l'obtenir : 
Ma mort suivra la sienne, et je le veux punir 1 

ELVIRE. 

Quittez, quittez, Madame, un dessein si tragique ; 

Ne vous imposez point de loi si tyrannique. 830 

CHIMÈNE. 

Quoi ! mon père étant mort, et presque entre mes bras, 
Son sang criera vengeance, et je ne l'orrai pas ! 



66 LE CID. 

Mon cœur, honteusement surpris par d'autres charmes, 
Croira ne lui devoir que d'impuissantes larmes! 
Et je pourrai souffrir qu'un amour suborneur sa; 

Sous un lâche silence e'touffe mon honneur ! 

ELVIRE. 

Madame, croyez-moi, vous serez excusable 

D'avoir moins de chaleur contre un objet aimable, 

Contre un amant si cher : vous avez assez fait. 

Vous avez vu le Roi ; n'en pressez point l'effet, sa 

Ne vous obstinez point en cette humeur e'trange. 

CHIMiiNE. 

Il y va de ma gloire, il faut que je me venge ; 
Et de quoi que nous flatte un désir amoureux, 
Toute excuse est honteuse aux esprits ge'ne'reux. 

ELVIRE. 

Mais vous aimez Rodrigue, il ne vous peut de'plaire. 84t 

CHIMÈNE. 

/e l'avoue. 

ELVIRE. 

Après tout, que pensez-vous donc faire ? 

CHIMÈNE. 

Pour conserver ma gloire et finir mon ennui. 
Le poursuivre, le perdre, et mourir après lui. 

SCÈNE IV. 

Don Rodrigue, Chimène, Elvire. 

don rodrigue. 
Eh bien ! sans vous donner la peine de poursuivre. 
Assurez-vous l'honneur de m'empècher de vivre. 850 



ACTE III. SCÈNE IV. 67 

CHIMÈNE. 

Elvire, cù sommes-nous, et qu'est-ce que je voi? 
Rodrigue en ma maison ! Rodrigue devant moi ! 

DON RODRIGUE. 

N'épargnez point mon sang : goûtez sans re'sistance 
La douceur de ma perte et de votre vengeance. 

CHIMÈNE. 

Hélas ! 

DON RODRIGUE. 

Écoute-moi. 

CHIMÈNE. 

Je me meurs. 



DON RODRIGUE. 



Un moment. 855 



CHIMENE. 

Va, laisse-moi mourir. 

DON RODRIGUE. 

Quatre mots seulement : 
Après ne me réponds qu'avecque cette épée. 

CHIMÈNE. 

Quoi ! du sang de mon père encor toute trempée ! 

DON RODRIGUE. 

Ma Chimène . . . 

CHIMÈNE. 

Ote-moi cet objet odieux, 
Qui reproche ton crime et ta vie à mes yeux. 860 



) 



68 LE CID 

DON RODRIGUE. 

Regarde-le plutôt pour exciter ta haine, 
Pour croître ta colère, et pour hâter ma peine. 

CHIMÈNE. 

-11 est teint de mon sang. 

DON RODRIGUE. 

Plonge-le dans le mien, 
Et fais-lui perdre ainsi la teinture du tien. 

. CHIMKNE. 

Ah ! quelle cruauté', qui tout en un jour tue — 866 

Le père par le fer, la fille par la vue ! 
Ote-moi cet objet, je ne le puis souffrir : 
- Tu veux que je t'écoute, et tu me fais mourir ! 

DON RODRIGUE. 

Je fais ce que tu veux, mais sans quitter l'envie 

De finir par tes mains ma de'plorable vie ; 870 

Car enfin n'attends pas de mon affection 

Un lâche repentir d'une bonne action. 

L'irréparable effet d'une chaleur trop prompte 

De'shonorait mon père, et me couvrait de honte. 

Tu sais comme un soufflet touche un homme de cœur ; 875 

J'avais part à l'affront, j'en ai cherché l'auteur : 

Je l'ai vu, j'ai vengé mon honneur et mon père ; 

Je le ferais encor, si j'avais à le faire. 

Ce n'est pas qu'en effet contre mon père et moi 

Ma flamme assez longtemps n'ait combattu pour toi; 880 

Juge de son pouvoir: dans une telle offense 

J'ai pu délibérer si j'en prendrais vengeance. 

Réduit à te déplaire, ou souffrir un affront, 

Vai pensé qu'à son tour mon bras était trop prompt; 



ACTE III. SCENE IV. 69 

Je me suis accusé de trop de violence ; 885 

Et ta beauté sans doute emportait la balance, 

A moins que d'opposer à tes plus forts appas 

Qu'un homme sans honneur ne te méritait pas ; 

Que malgré cette part que j'avais en ton âme, 

Qui m'aima généreux me haïrait infâme ; 890 

Qu'écouter ton amour, obéir à sa voix, 

C'était m'en rendre indigne et diffamer Ton choix. 

Je te le dis encore ; et quoique j'en soupire, 

Jusqu'au dernier soupir je veux bien le redire : 

Je t'ai fait une offense, et j'ai dû m'y porter^ V 895 

Pour effacer ma honte, et pour te mériter ; 

Mais quitte envers l'honneur, et quitte envers mon père, 

C'est maintenant à toi que je viens satisfaire : 

C'est pour t'offrir mon sang qu'en ce lieu tu me vois. 

J'ai fait ce que j'ai dû, je fais ce que je dois. 900 

Je sais qu'un père mort t'arme contre mon crime; 

Je ne t'ai pas voulu dérober ta victime : 

Immole avec courage au sang qu'il a perdu 

Celui qui met sa gloire à l'avoir répandu. 

CHIMÈNE. 

Ah ! Rodrigue, il est vrai, quoique ton ennemie, 905 

Je ne te puis blâmer d'avoir fui l'infamie ; 

Et de quelque façon qu'éclatent mes douleurs, 

Je ne t'accuse point, je pleure mes malheurs. 

Je sais ce que l'honneur, après un tel outrage, 

Demandait à l'ardeur d'un généreux courage : 9io 

Tu n'as fait le devoir que d'un homme de bien ; 

Mais aussi, le faisant, tu m'as appris le mien. 

Ta funeste valeur m'instruit par ta victoire ; 

Elle a vengé ton père et soutenu ta gloire : 

Même soin me regarde, et j'ai, pour m'affliger, 915 



70 LE CID. 

Ma gloire à soutenir, et mon père à venger. 

He'las! ton intérêt ici me de'sespère : 

Si quelque autre malheur m'avait ravi mon père, 

jMon âme aurait trouvé dans le bien de te voir 

L'unique allégement qu'elle eût pu recevoir ; 920 

Et contre ma douleur j'aurais senti des charmes, 

Quand une main si chère eût essuyé mes larmes. 

Mais il me faut te perdre après l'avoir perdu ; 

Cet effort sur ma flamme à irion honneur est dû : 

Et cet affreux devoir, dont l'ordre m'assassine. 920 

Me force à travailler m.oi-même à ta ruine. 

Car enfin n'attends pas de mon affection 

De lâches sentiments pour ta punition. 

De quoi qu'en ta faveur notre amour m'entretienne, 

Ma générosité doit répondre à la tienne : 930 

Tu t'es, en m'offensant, montré digne_de moi ; 

Je me dois, par ta mort, montrer digne de toi. 

DON RODRIGUE. 

Ne dift'ère donc plus ce que l'honneur t'ordonne: 

11 demande ma tête, et je te l'abandonne ; 

Fais-en un sacrifice à ce noble intérêt : 935 

Le coup m'en sera doux, aussi bien que l'arrêt. 

Attendre après mon crime une lente justice. 

C'est reculer ta gloire autant que mon supplice. 

Je mourrai trop heureux, mourant d'un coup si beau. 

CHIMÈNE. 

Va, je suis ta partie, et non pas ton bourreau. 94<? 

^,tu- m'offres ta tête, est-ce à. malxie lapreadrei 
Je la dois attaquer, mais tu dois la défendre ; 
C'est d'un autre que toi qu'il me faut l'obtenir. 
Et je dois te poursuivre, et non pas te punir. 



ACTE III. SCÈNE IV. 71 

DON RODRIGUE. 

De quoi qu'e n ma faveur notre amour t'entretienne, 945 

Ta générosité doit répondre à la mienn e y 

Et pour venger un père emprunter d'autres bras, 

Ma Chimène, crois-moi, c'est n'y répondre pas : 

Ma main s eule du mien a su venger l'offe nse, 

Ta main seule du tien doit prendre la vengeance. 950 

CHIMÈNE. 

Cruel ! à quel propos sur ce point t'obstiner ? 

Tu t'es vengé sans aide, et tu m'en veux donner ! 

Je suivrai ton exemple, et j'ai trop de courage ■^' 

Pour souffrir qu'avec toi ma gloire se partage. 

Mon père et mon honneur ne veulent rien devoir 955 

Aux traits de ton amour ni de ton désespoir. 

DON RODRIGUE. 

Rigoureux point d'honneur ! hélas ! quoi que je fasse, 

Xe pourrai-je à la fin obtenir cette grâce ? 

Au nom d'un père mort, ou de notre amitié, 

Punis-moi par vengeance, ou du moins par pitié. 960 

Ton malheureux amant aura bien moins de peine 

A mourir par ta main qu'à vivre avec ta haine. 

CHIMÈNE. 

Va, je ne te hais po'mt. 

DON RODRIGUE. 

Tu le dois. 



CHIMENE. 



je ne puis. 



DON RODRIGUE. 

Crains-tu si peu le blâme, et si peu les faux bruits ? 
Quand on saura mon crim.e et que ta flamme dure. 96fî 



Que je meure ! 



DON RODRIGUE. 
CHIMÈNE. 

Va-t'en. 



970 



72 LE CID. 

Que ne publieront point l'envie et l'imposture ! 
Force-les au silence, et sans plus discourir, 
Sauve ta renommée en me faisant mourir. 

CHIMÈNE. 

Elle éclate bien mieux en te laissant la vie ; 

Et je veux que la voix de la plus noire envie 

Élève au ciel ma gloire et plaigne mes ennuis, 

Sachant que je t'adore et que je te poursuis. 

Va-t'en, ne montre plus à ma douleur extrême 

Ce qu'il faut que je perde, encore que je l'aime. 

Dans l'ombre de la nuit cache bien ton départ : 975 

Si l'on te voit sortir, mon honneur court hasard. 

La seule occasion qu'aura la médisance, 

C'est de savoir qu'ici j'ai souffert ta présence : 

Ne lui donne point lieu d'attaquer ma vertu. 



DON RODRIGUE. 

A quoi ce résous-tu ? 980 

CHIMÈNE. 

Malgré des feux si beaux, qui troublent ma colère, 
|e ferai mon possible à bien venger mon père ; 
Mais malgré la rigueur d'un si cruel devoir. 
Mon unique souhait est de ne rien pouvoir. 

DON RODRIGUE. 

O miracle d'amour ! 

CHIMKNK. 

O comble de misères ! 985 



ACTE III. SCÈNE IV. 7S 

DON RODRIGUE. 

Que de maux et de pleurs nous coûteront nos pères I 

CHIMÈNE. 

.j Rodrigue, q j ^i l'eût cru > 

X. DON RODRIGUE. 



CHIMENE. 

Que notre heur fût si proche et sitôt se perdît ? 
y 

.O DON RODRIGUE. 

^" \ Et que si près du port, contre toute apparence, 

(^ Un orage si prompt brisât notre espe'rance ? 99C 

CHIMÈNE. 

Ah ! mortelles douleurs ! 

DON RODRIGUE. 

Ah ! regrets superflus ! 

CHIMÈNE. 

Va-t'en, encore un coup, je ne t'e'coute plus. 

DON RODRIGUE. 

Adieu : je vais traîner une mourante vie, 

Tant que par ta poursuite elle me soit ravie. 

CHIMÈNE. 

Si j'en obtiens l'efifet, je t'engage ma foi 995 

De ne respirer pas un moment après toi. 

Adieu : sors, et surtout garde bien qu'on te voie. 

ELVIRE. 

Madame, quelques maux que le ciel nous envoie . . , 



74 LE CID. 



rHIMKNE. 



Ne m'importune plus, laisse -moi soupirer, 

Je cherche le silence et la nuit pour pleurer. looc 



SCÈNE V. 

DOX DiÈGUE. 

Jamais nous ne goiàtons de parfaite allégresse ! 

Nos plus heureux succès sont mêle's de tristesse ; 

Toujours quelques soucis en ces événements 

Troublent la pureté de nos contentements. 

Au milieu du bonheur mon âme en sent l'atteinte : looe 

Je nage dans la joie, et je tremble de crainte. 

J'ai vu mort l'ennemi qui m'avait outragé ; 

Et je ne saurais voir la main qui m'a vengé. 

En vain je m'y travaille, et d'un soin inutile, 

Tout cassé que je suis, je cours toute la ville : loïc 

Ce peu que mes vieux ans m'ont laissé de vigueur 

Se consume sans fruit à chercher ce vainqueur. 

A toute heure, en tous lieux, dans une nuit si sombre, 

Je pense l'embrasser, et n'embrasse qu'une ombre ; 

Et mon amour, déçu par cet objet trompeur, 1015 

3e forme des soupçons qui redoublent ma peur. 

Je ne découvre point de marques de sa fuite ; 

Je crains du Comte mort les amis et la suite ; 

Leur nombre m'épouvante et confond ma raison. 

Rodrigue ne vit plus, ou respire en prison. 1020 

fustes cieux ! me trompé-je encore à l'apparence. 

Ou si je vois enfin mon unique espérance ? 

C'est lui, n'en doutons plus ; mes vœux sont exaucés, 

Ma crainte est dissipée, ut mes ennuis cessés. 



ACTE II î. SCENE VI. VS 

SCÈNE VI. 

Don Diègue, Don Rodrigue. 

don diègue. 
Rodrigue, enfin le ciel permet que je te voie ! 1025 

DON RODRIGUE. 

Hélas ! 

DON DIÈGUE. 

Ne mêle point de soupirs à ma joie; 
Laisse-moi prendre haleine afin de te louer. 
Ma valeur n'a point lieu de te désavouer : 
Tu l'as bien imitée, et ton illustre audace 
Fait bien revivre en toi les héros de ma race : lo.îo 

C'est d'eux que tu descends, c'est de moi que tu viens : 
Ton premier coup d'épée égale tous les miens ; 
Et dune belle ardeur ta jeunesse animée 
Par cette grande épreuve atteint ma renommée. 
Appui de ma vieillesse, et comble de mon heur, 1035 

Touche ces cheveux blancs à qui tu rends l'honneur, 
Viens baiser cette joue, et reconnais la place 
Où fut empreint l'affront que ton courage efface. 

DON RODRIGUE. 

L'honniiur vous en est dû : je ne pouvais pas moins. 
Étant sorti de vous et nourri par vos soins. 1040 

Je m'en tiens trop heureux, et mon âme est ravie 
Que mon coup d'essai plaise à qui je dois la vie ; 
Mais parmi vos plaisirs ne soyez point jaloux 
Si je m'ose à mon tour satisfaire après vous. 
Souffrez qu'en liberté mon désespoir éclate ; 1045 

Assez et trop longtemps votre discours le flatte. 



«o LE CID. 

Je ne me repens point de vous avoir servi ; 

Mais rendez-moi le bien que ce coup m'a ravi. 

Mon bras, pour vous venger, armé contre ma flamme. 

Par ce coup glorieux m'a prive' de mon âme ; 1050 

Ne me dites plus rien ; pour vous j'ai tout perdu : 

Ce que je vous devais, je vous l'ai bien rendu. 

DON DIÈGUE. 

Porte, porte plus haut le fruit de ta victoire : 

Je t'ai donné la vie, et tu me rends ma gloire ; 

Et d'autant que l'honneur m'est plus cher que îe jour, 1055 

D'autant plus maintenant je te dois de retour. 

Mais d'un cœur magnanime éloigne ces faiblesses ; 

Nous n'avons qu'un honneur, il est tant de maîtresses ! 

L'amour n'est qu'un plaisir, l'honneur est un devoir. 

DON RODRIGUE. 

Ah ! que me dites-vous ? 

DON DIÈGU2. 

Ce que tu dois savoir. loeo 

DON RODRIGUE. 

Mon honneur offensé sur moi-même se venge ; 

Et vous m'osez pousser à la honte du change ! 

L'infamie est pareille, et suit également 

Le guerrier sans courage et le perfide amant. 

A ma fidélité ne faites point d'injure ; i065 

Souffrez-moi généreux sans me rendre parjure : 

Mes liens sont trop forts pour être ainsi rompus ; 

Ma foi m'engage encor si je n'espère plus ; 

Et ne pouvant quitter ni posséder Chimène, 

Le trépas que je cherche est ma plus douce peine. 1070 



ACTE III. SCÎ^A'E VI. 77 

DON DIÈGUE. 

Il n'est pas temps encor de chercher le tre'pas : 

Ton prince et ton pays ont besoin de ton bras. 

La flotte qu'on craignait, dans ce grand fleuve entre'e, 

Croit surprendre la ville, et piller la contre'e. 

Les Mores vont descendre, et le flux et la nuit iotô 

Dans une heure à nos murs les amène sans bruit. 

La cour est en de'sordre, et le peuple en alarmes : 

On n'entend que des cris, on ne voit que des larmes. 

Dans ce malheur public mon bonheur a permis 

Que j'ai trouve' chez moi cinq cents de mes amis, loso 

Qui sachant mon affront, poussés d'un même zèle, 

Se venaient tous offrir à venger ma querelle. 

Tu les as pre'venus ; mais leurs vaillantes mains 

Se tremperont bien mieux au sang des Africains. 

Va marcher à leur tête ou l'honneur te demande : 1085 
C'est toi que veut pour chef leur ge'ne'reuse bande. 
De ces vieux ennemis va soutenir l'abord : 
Là, si tu veux mourir, trouve une belle mort ; 
Prends-en l'occasion, puisqu'elle t'est offerte ; 
Fais devoir à ton roi son salut à ta perte ; 1090 

Mais reviens-en plutôt les palmes sur le front. 
Ne borne pas ta gloire à venger un affront ; 
Porte-la plus avant : force par ta vaillance 
La justice au pardon, et Chimène au silence ; 
Si tu l'aimes, apprends que revenir vainqueur !095 

C'est l'unique moyen de regagner son cœur. 
Mais le temps est trop cher pour le perdre en paroles ; 
Je t'arrête en discours, et je veux que tu voles. 
Viens, suis-moi, va combattre, et montrer à ton roi 
Que ce qu'il perd au Comte il le recouvre en toi. lioo 



ACTE IV. 

SCÈNE PREMIÈRE. 

Chimène, Elvire. 

CHIMÈNE. 

N'est-ce point un faux bruit ? le sais-tu bien, Elvire .'' 

ELVIRE. 

Vous ne croiriez jamais comme chacun l'admire, 

Et porte jusqu'au ciel, d'une commune voix, 

De ce jeune héros les glorieux exploits. 

Les Mores devant lui n'ont paru qu'à leur honte ; nos 

Leur abord fut bien prompt, leur fuite encor plus prompte. 

Trois heures de combat laissent à nos guerriers 

Une victoire entière et deux rois prisonniers. 

La valeur de leur chef ne trouvait point d'obstacles. 

CHIMÈNE. 

Et la main de Rodrigue a fait tous ces miracles ? nio 

ELVIRE. 

De ses nobles efforts ces deux rois sont le prix : 
Sa main les a vaincus, et sa main les a pris. 

CHIMÈNE. 

De qui peux-tu savoir ces nouvelles e'tranges } 

7S 



ACTE IV. SCENE I. 79 

ELVIRE. 

Du peuple, qui partout fait sonner ses louanges, 

Le nomme de sa joie et l'objet et l'auteur, lUS 

Son ange tutélaire, et son libérateur. 

CHIMÈNE. 

Et le Roi, de quel œil voit-il tant de vaillance ? 

ELVIRE. 

Rodrigue n'ose encor paraître en sa présence ; 

Mais don Diègue ravi lui présente enchaînés, 

Au nom de ce vainqueur, ces captifs couronnés, 1120 

Et demande pour grâce à ce généreux prince 

Qu'il daigne voir la main qui sauve la province. 

CHIMÈNE. 

Mais n'est-il point blessé ? 

ELVIRE. 

Je n'en ai rien appris. 
Vous changez de couleur ! reprenez vos esprits. 

CHIMÈNE. 

Reprenons donc aussi ma colère afifaiblie : 1125 

Pour avoir soin de lui faut-il que je m'oublie? 

On le vante, on le loue, et mon cœur y consent ! 

Mon honneur est muet, mon devoir impuissant ! 

Silence, mon amour, laisse agir ma colère : 

S'il a vaincu deux rois, il a tué mon père ; 1130 

Ces tristes vêtements, où je lis mon malheur, 

Sont les premiers effets qu'ait produit sa valeur ; 

Et quoi qu'on die ailleurs d'un cœur si magnanime, 

Ici tous les objets me parlent de son crime. 

Vous qui rendes la force à mes ressentiments. :i35 



80 LE CID. 

Voiles, crêpes, habits, lugubres ornements, 

l'ompe que me prescrit sa première victoire. 

Contre ma passion soutenez bien ma gloire ; 

Et lorsque mon amour prendra trop de pouvoir. 

Parlez à mon esprit de mon triste devoir, luo 

Attaquez sans rien craindre une main triomphante. 

ELVIRE. 

Modérez ces transports, voici venir l'Infante. 

. SCÈNE II. 

L'Infante, Chi.mène, Léonor, Elvire. 

l'infante. 
Je ne viens pas ici consoler tes douleurs ; 
Je viens plutôt mêler mes soupirs à tes pleurs. 

CHIMÈNE. 

Prenez bien plutôt part à la commune joie, 1145 

Et goûtez le bonheur que le ciel vous envoie. 

Madame : autre que moi n"a droit de soupirer. 

Le péril dont Rodrigue a su nous retirer, 

Et le salut public que vous rendent ses armes. 

A moi seule aujourd'hui souffrent encor les larmes: 1150 

Il a sauvé la ville, il a servi son roi; 

Et son bras valeureux n'est funeste qu'à moi. 

l'infante. 
Ma Chimène, il est vrai qu'il a fait des merveilles. 

chi.mène. 
Déjà ce bruit fâcheux a frappé mes oreilles ; 
Et je l'entends partout publier hautement ns.*; 

Aussi brave guerrier que malheureux amant. 



ACTE IV. SCENE II. 81 



L IXFAXTE. 



Qu'a de fâcheux pour toi ce discours populaire? 

Ce jeune Mars qu'il loue a su jadis te plaire : 

il posse'dait ton âme. il vivait sous tes lois; 

Et vanter sa valeur, c'est honorer ton choix. iieo 

CHIMÈNE. 

Chacun peut le vanter avec quelque justice : 

Mais pour moi sa louange est un nouveau supplice. 

On aigrit ma douleur en l'élevant si haut : 

Je vois ce que je perds quand je vois ce qu'il vaut. 

Ah ! cruels de'plaisirs à l'esprit d'une amante ! nés 

Plus j'apprends son me'rite. et plus mon feu s'augmente : 

Cependant mon devoir est toujours le plus fort, 

Et, malgré mon amour, va poursuivre sa mort. 

l'ixfante. 

Hier ce devoir te mit en une haute estime ; 

L'effort que tu te fis parut si magnanime, ii7o 

Si digne d'un grand cœur, que chacun à la cour 

Admirait ton courage et plaignait ton amour. 

Mais croirais-tu l'avis dune amitié fidèle ? 

CHIMÈNE. 

Ne vous obéir pas me rendrait criminelle, 

l'infante. 

Ce qui fut juste alors ne l'est plus aujourd'hui. (175 

Rodrigue maintenant est notre unique appui, 
L'espérance et l'amour d'un peuple qui l'adore, 
Le soutien de Castille, et la terreur du More. 
Le Roi même est d'accord de cette vérité, 



82 LE CID. 

Que ton père en lui seul se voit ressuscite' ; iiso 

Et si tu veux enfin qu'en deux mots je m'explique, 

Tu poursuis en sa mort la ruine publique. 

Quoi ! pour venger un père est-il jamais permis 

De livrer sa patrie aux mains des ennemis ? 

Contre nous ta poursuite est-elle le'gitime, îi85 

Et pour être punis avons-nous part au crime ? 

Ce n'est pas qu'après tout tu doives e'pouser 

Celui qu'un père mort t'obligeait d'accuser : 

Je te voudrais moi-même en arracher l'envie ; 

Ote-lui ton amour, mais laisse-nous sa vie. 1190 

CHIMÈNE. 

Ah ! ce n'est pas à moi d'avoir tant de bonté ; 

Le devoir qui m'aigrit n'a rien de limité. 

Quoique pour ce vainqueur mon âme s'intéresse, 

Quoiqu'un peuple l'adore et qu'un roi le caresse, 

Qu'il soit environné des plus vaillants guerriers, 1195 

J'irai sous mes cyprès accabler ses lauriers. 

l'infante. 

C'est générosité, quand pour venger un père 

Notre devoir attaque une tête si chère ; 

Mais c'en est une encor d'un plus illustre rang, 

Quand on donne au public les intérêts du sang. 120c 

Non, crois-moi, c'est assez que d'éteindre ta flamme ; 

Il sera trop puni s'il n'est plus dans ton âme. 

Que le bien du pays t'impose cette loi : 

Aussi bien, que crois-tu que t'accorde le Roi ? 

CHIMÈNE. 

Il peut me refuser, mais je ne puis me taire. 1205 



ACTE IV. SCÈNE III. 83 

l'infante. 
Pense bien, ma Chimène, à ce que tu veux faire. 
Adieu : tu pourras seule y songer à loisir. 

CHIMÈNE. 

Après mon père mort, je n'ai point à choisir. 

SCÈNE III. 

Don Fernand, Don Dikcuk, Don Arias, Don Ro- 
drigue, Don Sanche. 

don fernand. 
Généreux héritier d'une illustre famille, 
Qui fut toujours la gloire et l'appui de Castille, 1210 

Race de tant d'aïeux en valeur signalés, 
Que l'essai de la tienne a sitôt égalés. 
Pour te récompenser ma force est trop petite ; 
Et j'ai moins de pouvoir que tu n'as de mérite. 
Le pays délivré d'un si rude ennemi, 1215 

Mon sceptre dans ma main par la tienne affermi. 
Et les Mores défaits, avant qu'en ces alarmes 
J'eusse pu donner ordre à repousser leurs armes, 
Ne sont point des exploits qui laissent à ton roi 
Le moyen ni l'espoir de s'acquitter vers toi, 122c 

Mais deux rois tes captifs feront ta récompense. 
Ils t'ont nommé tous deux leur Cid en ma présence : 
Puisque Cid en leur langue est autant que seigneur, 
Je ne t'envierai pas ce beau titre d'honneur. 

Sois désormais le Cid : qu'à ce grand nom tout cède ; 1225 
Qu'il comble d'épouvante et Grenade et Tolède, 
Et qu'il marque à tous ceux qui vivent sous mes lois 
Et ce que tu me vaux, et ce que je te dois. 



g4 LE CID. 

DON RODRIGUE. 

Que Votre Majesté, Sire, épargne ma honte. 

D'un si faible service elle fait trop de compte, 12.!". 

Et me force à rougir devant un si grand roi 

De mériter si peu l'honneur que j'en reçoi. 

Je sais trop que je dois au bien de votre empire. 

Et le sang qui m'anime, et l'air que je respire ; 

Et quand je les perdrai pour un si digne objet, 1235 

Je ferai seulement le devoir d'un sujet. 

• DON FERNAND. 

Tous ceux que ce devoir h mon service engage 

Ne s'en acquittent pas avec même courage ; 

Et lorsque la valeur ne va point dans l'excès, 

Elle ne produit point de si rares succès. 1240 

Souffre donc qu'on te loue, et de cette victoire 

Apprends-moi plus au long la véritable histoire. 

DON RODRIGUE. 

Sire, vous avez su qu'en ce danger pressant, 

Qui jeta dans la ville un effroi si puissant, 

Une troupe d'amis chez mon père assemblée 1245 

Sollicita mon âme encor toute troublée. . . . 

Mais, Sire, pardonnez à ma témérité, 

Si j'osai l'employer sans votre autorité : 

Le péril approchait ; leur brigade était prête ; 

Me montrant à la cour, je hasardais ma tête ; i-25C 

Et s'il fallait la perdre, il m'était bien plus doux 

De sortir de la vie en combattant pour vous. 

DON FERNAND. 

J'excuse ta chaleur à venger ton offense ; 
Et l'État défendu me parle en ta défense : 



ACTE IV. SCÈNE III. 85 

Crois que dorénavant Chimène a beau parler, 1255 

Je ne Técoute plus que pour la consoler. 
Mais poursuis. 

DON RODRIGUE. 

Sous moi donc cette troupe s'avance, 
Et porte sur le front une mâle assurance. 
Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt renfort, 
Xous nous vîmes trois mille en arrivant au port, 126O 

Tant, à nous voir marcher avec un tel visage, 
Les plus e'pouvante's reprenaient de courage ! 
J'en cache les deux tiers, aussitôt qu'arrive's, 
Dans le fond des vaisseaux qui lors furent trouve's ; 
Le reste, dont le nombre augmentait à toute heure, 1265 
Brûlant d'impatience autour de moi demeure. 
Se couche contre terre, et sans faire aucun bruit. 
Passe une bonne part d'une si belle nuit. 
Par mon commandement la garde en fait de même, 
Et se tenant cache'e, aide à mon stratagème ; 1270 

Et je feins hardiment d'avoir reçu de vous 
L'ordre qu'on me voit suivre et que je donne à tous. 

Cette obscure clarté qui tombe des étoiles 
Enfin avec le flux nous fait voir trente voiles; 
L'onde s'enfle dessous, et d'un commun effort 1275 

Les Mores et la mer montent jusques au port. 
On les laisse passer ; tout leur paraît tranquille ; 
Point de soldats au port, point aux murs de la ville. 
Notre profond silence abusant leurs esprits, 
Ils n'osent plus douter de nous avoir surpris ; 128« 

Ils abordent sans peur, ils ancrent, ils descendent. 
Et courent se livrer aux mains qui les attendent. 
Nous nous levons alors, et tous en même temps 
Poussons jusques au ciel mille cris éclatants. 



86 LE CID. 

Les nôtres à ces cris de nos vaisseaux répondent ; 1285 

Ils paraissent arme's, les Mores se confondent, 

L'e'pouvante les prend à demi descendus ; 

Avant que de combattre, ils s'estiment perdus. 

Ils couraient au pillage, et rencontrent la guerre; 

Nous les pressons sur l'eau, nous les pressons sur terre, 1290 

Et nous faisons courir des ruisseaux de leur sang. 

Avant qu'aucun re'siste, ou reprenne son rang. 

Mais bientôt, malgré nous, leurs princes les rallient; 

Leur courage renaît, et leurs terreurs s'oublient : 

La honte de mourir sans avoir combattu 1295 

Arrête leur désordre, et leur rend la vertu. 

Contre nous de pied ferme ils tirent leurs alfanges. 

De notre sang au leur font d'horribles mélanges ; 

Et la terre, ei le fleuve, et leur flotte, et le port. 

Sont des champs de carnage où triomphe la mort. 1300 

O combien d'actions, combien d'exploits célèbres 
Sont demeurés sans gloire au milieu des ténèbres. 
Où chacun, seul témoin des grands coups qu'il donnait, 
Ne pouvait discerner où le sort inclinait ! 
J'allais de tous côtés encourager les nôtres, 1305 

Faire avancer les uns, et soutenir les autres, 
Ranger ceux qui venaient, les pousser à leur tour, 
Et ne l'ai pu savoir jusques au point du jour. 
Mais entin sa clarté montre notre avantage : 
Le More voit sa perte, et perd soudain courage ; isic 

Et voyant un renfort qui nous vient secourir. 
L'ardeur de vaincre cède à la peur de mourir. 
Ils gagnent leurs vaisseaux, ils en coupent les câbles, 
Poussent jusques aux cieux des cris épouvantables, 
Font retraite en tumulte, et sans considérer i3is 

Si leurs rois avec eux peuvent se retirer. 
Pour souffrir ce devoir leur frayeur est trop forte : 



ACTE IV. SCÈNE IV. 87 

Le flux les apporta ; le reflux les remporte, 

Cependant que leurs rois, engage's parmi nous, 

Et quelque peu des leurs, tous perce's de nos coups, 1320 

Disputent vaillamment et vendent bien leur vie. 

A se rendre moi-même en vain je les convie : 

Le cimeterre au poing ils ne m'e'coutent pas ; 

Mais voyant à leurs pieds tomber tous leurs soldats, 

Et que seuls désormais en vain ils se de'fendent, i?25 

Ils demandent le chef : je me nomme, ils se rendent. 

Je vous les envoyai tous deux en même temps ; 

Et le combat cessa faute de combattants. 

C'est de cette façon que, pour votre service . . . 

SCÈNE IV. 

Dox Ferxaxd, Don Diègue, Don Rodrigue, 
Don Arias, Don Alonse, Don Sanche. 

don alonse. 
Sire, Chimène vient vous demander justice. 1330 

DON FERNAND. 

La fâcheuse nouvelle, et l'importun devoir ! 

Va, je ne la veux pas obliger à te voir, 

Pour tous remercîments il faut que je te chasse ; 

Mais avant que sortir, viens, que ton roi t'embrasse. 

{Don Rodrigue rentre^ 

DON DIÈGUE, 

Chimène le poursuit, et voudrait le sauver. 1335 

DON FERNAND. 

On m'a dit qu'elle l'aime, et je vais l'e'prouver. 
Montrez un œil plus tristf^. 



88 LE CID. 



SCÈNE V. 

Don Fernand, Don Diègue, Don Arias, Don" 
Sanche, Don Alonse, Chimène, ï^lvire. 

don fernand. 

Enfin soyez contente, 
Chimène, le succès répond à votre attente : 
Si de nos ennemis Rodrigue a le dessus, 
Il est mort à nos ye.ux des coups qu'il a reçus ; 1840 

Rendez grâces au ciel, qui vous en a venge'e. 

(A don Dicgiic.) 
Voyez comme déjà sa couleur est changée. 

DON DIÈGUE. 

Mais voyez qu'elle pâme, et d'un amour parfait, 

Dars cette pâmoison, Sire, admirez l'effet. 

Sa douleur a trahi les secrets de son âme, 1345 

Et ne vous permet plus de douter de sa Hamme. 

CHLMÈNE. 

Quoi ! Rodrigue est donc mort .'' 

DON FERNAND. 

Non, non, il voit le jour. 
Et te conserve encore un immuable amour : 
Calme cette douleur qui pour lui s'intéresse. 

CHIMÈNE. 

Sire, on pâme de joie, ainsi que de tristesse : 1350 

Un excès de plaisir nous rend tous languissants, 
Et quand il surprend l'âme, il accable les sens. 



ACTE IV. SCËNE V. 89 

DON FERNAND. 

t*u veux qu'en ta faveur nous croyions l'impossible? 
Chimène, ta douleur a paru trop visible. 

CHIMÈNE. 

Eh bien ! Sire, ajoutez ce comble à mon malheur, 1355 

Nommez ma pâmoison l'effet de ma douleur : 

Un juste déplaisir à ce point m'a réduite. 

Son trépas dérobait sa tête à ma poursuite ; 

S'il meurt des coups reçus pour le bien du pays, 

Ma vengeance est perdue, et mes desseins trahis : i36o 

Une si belle fin m'est trop injurieuse. 

Je demande sa mort, mais non pas glorieuse. 

Non pas dans un éclat qui l'élève si haut. 

Non pas au lit d'honneur, mais sur un échafaud-, 

Qu'il meure pour mon père, et non pour la patrie ; 1365 

Que son nom soit taché, sa mémoire flétrie. 

Mourir pour le pays n'est pas un triste sort ; 

C'est s'immortaliser par une belle mort. 

J'aime donc sa victoire, et je le puis sans crime ; 
Elle assure l'État, et me rend ma victime, 1370 

Mais noble, mais fameuse entre tous les guerriers. 
Le chef, au lieu de fleurs, couronné de lauriers ; 
Et pour dire en un mot ce que j'en considère. 
Digne d'être immolée aux mânes de mon père . . . 

Hélas ! à quel espoir me laissé-je emporter ! 1376 

Rodrigue de ma part n'a rien à redouter : 
Que pourraient contre lui des larmes qu'on méprist i* 
Pour lui tout votre empire est un lieu de franchise ; 
Là, sous votre pouvoir, tout lui devient permis ; 
Il triomphe de moi comme des ennemis. i380 

Dans leur sang répandu la justice étouffée 
A.UX crimes du vainqueur sert d'un nouveau trophée , 



90 LE CID. 

Nous en croissons la pompe, et le mépris des lois 
Nous fait suivre son char au milieu de deux rois. 

DON FERNAND. 

Ma fille, ces transports ont trop de violence. nss 

Quand on rend la justice, on met tout en balance: 

On a tue' ton père, il e'tait l'agresseur ; 

Et la même e'quité m'ordonne la douceur. 

Avant que d'accuser ce que j'en fais paraître, 

Consulte bien ton cœur : Rodrigue en est le maître, 1390 

Et ta flamme en secret rend grâces à ton roi, 

Dont la faveur conserve un tel amant pour toi. 

CHIMENE. 

Pour moi ! mon ennemi ! l'objet de ma colère ! 
L'auteur de mes malheurs ! l'assassin de mon père ! 
De ma juste poursuite on fait si peu de cas 1395 

Qu'on me croit obliger en ne m'e'coutant pas ! 

Puisque vous refusez la justice à mes larmes, 
Sire, permetttjz-moi de recourir aux armes ; 
C'est par là seulement qu'il a su m'outrager, 
Et c'est aussi par là que je me dois venger. uoo 

A tous vos cavaliers je demande sa tête : 
Oui, qu'un d'eux me l'apporte, et je suis sa conquête ; 
Qu'ils le combattent. Sire ; et le combat fini, 
J'e'pouse le vainqueur, si Rodrigue est puni. 
Sous votre autorité souffrez qu'on le publie. 1405 

DON FERNAND. 

Cette vieille coutume en ces lieux établie, 

Sous couleur de punir un injuste attentat. 

Des meilleurs combattants aftaiblit un État; 

Souvent de cet abus le succès déplorable 

Opprime l'innocent, et soutient le coupable. hio 



ACTE IV. SCENE V. 91 

J 'en dispense Rodrigue : il m'est trop pre'cieux 
Pour l'exposer aux coups d'un sort capricieux ; 
Et quoi qu'ait pu commettre un cœur si magnanime, 
Les Mores en fuyant ont emporté son crime. 

DON DIÈGUE. 

Quoi ! Sire, pour lui seul, vous renversez des lois 1415 

Qu'a vu toute la cour observer tant de fois ! 

Que croira votre peuple, et que dira l'envie, 

Si sous votre de'fense il ménage sa vie. 

Et s'en fait un prétexte à ne paraître pas 

Où tous les gens d'honneur cherchent un beau trépas ? 1420 

De pareilles faveurs terniraient trop sa gloire : 

Qu'il goûte sans rougir les fruits de sa victoire. 

Le Comte eut de l'audace ; il l'en a su punir : 

Il l'a fait en brave homme, et le doit maintenir. 

DOX FERNAND. 

Puisque vous le voulez j'accorde qu'il le fasse ; 1425 

Mais d'un guerrier vaincu mille prendraient la place, 

Et le prix que Chimène au vainqueur a promis 

De tous mes cavaliers ferait ses ennemis. 

L'opposer seul à tous serait trop d'injustice : 

Il suffit qu'une fois il entre dans la lice. 1430 

Choisis qui tu voudras, Chimène, et choisis bien ; 
Mais après ce combat ne demande plus rien. 

DON DIÈGUE. 

N'excusez point par là ceux que son bras étonne : 

Laissez un champ ouvert, où n'entrera personne. 

Après ce que Rodrigue a fait voir aujourd'hui, liss 

Quel courage assez vain s'oserait prendre à lui ? 

Qui se hasarderait contre un tel adversaire ? 

Qui serait ce vaillant, ou bien ce téméraire: 



02 LE CID. 

DON SANCHE. 

Faites ouvrir le champ: vous voyez l'assaillant; 

Je suis ce te'méraire, ou plutôt ce vaillant. U4o 

Accordez cette grâce à l'ardeur qui me presse, 
Madame : vous savez quelle est votre promesse. 

DON FERNAND. 

( himène. remets-tu ta querelle en sa main ? 

CHIMÈNE. 

Sire, je l'ai promis, 

DON PERNAND. 

Soyez prêt à demain. 

DON DIÈGUE. 

Non, Sire, il ne faut pas différer davantage : 1445 

On est toujours trop prêt quand on a du courage. 

DON FERNAND. 

Sortir d'une bataille, et combattre à l'instant! 

DON DIÈGUE. 

Rodrigue a pris haleine en vous la racontant. 

DON FERNAND. 

Du moins une heure ou deux je veux qu'il se délasse. 
Mais de peur qu'en exemple un tel combat ne passe, 14.50 
Pour témoigner à tous qu'à regret je permets 
Un sanglant procédé qui ne me plut jamais, 
De moi ni de ma cour il n'aura la présence. 

(^11 parle à don Arias.') 
Vous seul des combattants jugerez la vaillance : 
Ayez soin que tous deux fassent en gens de cœur, 1455 
Et le combat fini, m'amenez le vainqueur. 
Quel qu'il soit, même prix est acquis à sa peine; 



ACTE IV. SCÈNE V. 93 

Je le veux de ma main pre'senter à Chimène, 
Et que pour récompense il reçoive sa foi. 

CHIMÈNE. 

Quoi ! Sire, m'imposer une si dure loi ! 1460 

DON FERNAND. 

Tu t'en plains ; mais ton feu, loin d'avouer ta plainte, 
Si Rodrigue est vainqueur, l'accepte sans contrainte. 
Cesse de murmurer contre un arrêt si doux , 
Qui que ce soit des deux, j'en ferai ton époux. 



ACTE V. 

SCÈNE PREMIERE. 
Don Rodrigue, Chimèxe. 

CHI.MÈNE. 

Quoi ! Rodrigue, en plein jour ! d'où te vient cette audace ? 
Va, tu me perds d'honneur ; retire-toi de grâce. ^*^ 

DON RODRIGUE. 

Je vais mourir. Madame, et vous viens en ce Heu, 
Avant le coup mortel, dire un dernier adieu : 
Cet immuable amour qui sous vos lois m'engage 
N'ose accepter ma mort sans vous en faire hommage. 1470 

CHI.MÈNE. 

Tu vas mourir ! 

DON RODRIGUE. 

Je cours à ces heureux moments 
Qui vont livrer ma vie à vos ressentiments. 

CHIMÈNE. 

Tu vas mourir ! Don Sanche est-il si redoutable 
Qu'il donne l'épouvante à ce cœur indomptable ? 
Qui t'a rendu si faible, ou qui le rend si fort ? 1475 

Rodrigue va combattre, et se croit déjà mort ! 
Celui qui n'a pas craint les Mores, ni mon père, 

94 



ACTE V. SCENE I. 05 

Va combattre don Sanche, et déjà désespère ! 
Ainsi donc au besoin ton courage s'abat! 

DOX RODRIGUE. 

Je cours à mon supplice, et non pas au combat- 1480 

Et ma fidèle ardeur sait bien m'ôter l'envie, 
Quand vous cherchez ma mort, de défendre ma vie. 

J'ai toujours même cœur; mais je n'ai point de bras 
Quand il faut conserver ce qui ne vous plaît pas ; 
Et déjà cette nuit m'aurait été mortelle, U65 

Si j'eusse combattu pour ma seule querelle ; 
Mais défendant mon roi, son peuple et mon pays, 
A me défendre mal je les aurais trahis. 
Mon esprit généreux ne hait pas tant la vie, 
Qu'il en veuille sortir par une perfidie. 1490 

Maintenant qu'il s'agit de mon seul intérêt, 
Vous demandez ma mort, j'en accepte l'arrêt. 
Votre ressentiment choisit la main d'un autre 
(Je ne méritais pas de mourir de la vôtre) : 
Ou ne me verra point en repousser les coups; i-i95 

Je dois plus de respect à qui combat pour vous ; 
Et ravi de penser que c'est de vous qu'ils viennent. 
Puisque c'est votre honneur que ses armes soutiennent, 
Je vais lui présenter mon estomac ouvert, 
Adorant en sa main la vôtre qui me perd. isoc 

CHIMÈXE. 

Si d'un triste devoir la juste violence, 

Qui me fait malgré moi poursuivre ta vaillance. 

Prescrit à ton amour une si forte loi 

Qu'il te rend sans défense à qui combat pour moi, 

En cet aveuglement ne perds pas la mémoire 1505 

Qu'ainsi que de ta vie il y va de ta gloire, 



P6 LE CID. 

Et que dans quelque éclat que Rodrigue ait ve'cu, 
Quand on le saura mort, on le croira vaincu. 

Ton honneur t'est plus cher que je ne te suis chère, 
Puisqu'il trempe tes mains dans le sang de mon père, isic 
Et te fait renoncer, malgré ta passion, 
A l'espoir le plus doux de ma possession : 
Je t'en vois cependant faire si peu de compte, 
Que sans rendre combat tu veux qu'on te surmonte. 
Quelle ine'galite' ravale ta vertu .-' 1515 

Pourquoi ne l'as-tu plus, ou pourquoi l'avais-tu ? 
Quoi ? n'es-tu géne'reux que pour me faire outrage ? 
S'il ne faut m'ofïenser, n'as-tu point de courage ? 
Et traites-tu mon père avec tant de rigueur, 
Qu'après l'avoir vaincu tu souffres un vainqueur ? 1520 
Va, sans vouloir mourir, laisse-moi te poursuivre. 
Et de'fends ton honneur, si tu ne veux plus vivre. 

DON RODRIGUE. 

Après la mort du Comte, et les Mores de'faits. 

Faudrait-il à ma gloire encor d'autres effets ? 

Elle peut dédaigner le soin de me défendre : 1526 

On sait que mon courage ose tout entreprendre, 

Que ma valeur peut tout, et que dessous les cieux, 

Auprès de mon honneur, rien ne m'est précieux. 

Non, non, en ce combat, quoi que vous veuillez croire, 

Rodrigue peut mourir sans hasarder sa gloire, 1530 

Sans qu'on l'ose accuser d'avoir manqué de cœur, 

Sans passer pour vaincu, sans souffrir un vainqueur. 

On dira seulement : '' U adorait Chimène ; 

Il n'a pas voulu vivre et mériter sa haine ; 

Il a cédé lui-même à la rigueur du sort iSi 

Qui forçait sa maîtresse à poursuivre sa mort : 

Elle voulait sa tête ; et son cœur magnanime, 



ACTE V, SCÈNE I. 97 

S'il l'en eût refusée, eût pensé faire un crime. 

Pour venger son honneur il perdit son amour. 

Pour venger sa maîtresse il a quitté le jour. 1540 

Préférant, quelque espoir qu'eût son âme asservie, 

Son honneur à Chimëne, et Chimène à sa vie.'" 

Amsi donc vous verrez ma mort en ce combat, 

Loin d'obscurcir ma gloire, en rehausser l'éclat ; 

Et cet honneur suivra mon trépas volontaire 1545 

Que tout autre que moi n'eût pu vous satisfaire. 

CHIMÈNE. 

Puisque, pour t'empêcher de courir au trépas. 

Ta vie et ton honneur sont de faibles appas, 

Si jamais je t'aimai, cher Rodrigue, en revanche, 

Défends-toi maintenant pour m'ôter à don Sanche ; 1550 

Combats pour m'affranchir d'une condition 

Qui me donne à l'objet de mon aversion. 

Te dirai-je encor plus ? va, songe à ta défense, 

Pour forcer mon devoir, pour m'imposer silence ; 

Et si tu sens pour moi ton cœur encore épris, 1555 

Sors vainqueur d'un combat dont Chimène est le prix. 

Adieu : ce mot lâché me fait rougir de honte. 

DON RODRIGUE. 

Est-il quelque ennemi qu'à présent je ne dompte ? 

Paraissez, Navarrais, Mores et Castillans, 

Et tout ce que l'Espagne a nourri de vaillants ; 1560 

Unissez-vous ensemble, et faites une armée. 

Pour combattre une main de la sorte animée : 

Joignez tous vos efiforts contre un espoir si doux ; 

Pour en venir à bout, c'est trop peu que de vous. 



98 LE CID. 

SCÈNE. II. 
L' Infante. 

T'écouterai-je encor, respect de ma naissance, 1565 

Qui fais un crime de mes feux ? 
T'e'couterai-je, amour, dont la douce puissance 
Contre ce fier tyran fait re'volter mes vœux ? 

Pauvre princesse, auquel des deux 

Dois-tu prêter obe'issance ? 1570 

Rodrigue, ta valeur te rend digne de moi ; 
Mais pour être vaillant, tu n'es pas fils de roi. 

Impitoyable sort, dont la rigueur se'pare 

Ma gloire d'avec mes de'sirs ! 
Est-il dit que le choix d'une vertu si rare 1075 

Coûte à ma passion de si grands de'plaisirs ? 

O cieux ! à combien de soupirs 

Faut-il que mon cœur se prépare, 
Si jamais il n'obtient sur un si long tourment 
Ni d'e'teindre l'amour, ni d'accepter l'amant ? 1580 

Mais c'est trop de scrupule, et ma raison s'étonne 

Du mépris d'un si digne choix : 
Bien qu'aux monarques seuls ma naissance me donne, 
E-odrigue, avec honneur je vivrai sous tes lois. 

Après avoir vaincu deux rois, i585 

Pourrais-tu manquer de couronne ? 
Et ce grand nom de Cid que tu viens de gagner 
Ne fait-il pas trop voir sur qui tu dois régner .-' 

Il est digne de moi, mais il est à Chimène ; 

Le don que j'en ai fait me nuit. 159c 



ACTE V. SCÈNE III. 99 

Entre eux la mort d'un père a si peu mis de haine, 
Que le devoir du sang à regret le poursuit : 

Ainsi n'espérons aucun fruit 

De son crime, ni de ma peine, 
Puisque pour me punir le destin a permis 1595 

Que l'amour dure même entre deux ennemis. 



SCÈNE m. 

L'Infante, Léonor. 

l'infante. 
Où viens-tu Le'onor .'' 

LÉONOR. 

Vous applaudir. Madame, 
Sur le repos qu'enfin a retrouvé votre âme. 

l'infante. 
D'où viendrait ce repos dans un comble d'ennui } 

LÉONOR. 

Si l'amour vit d'espoir, et s'il meurt avec lui, I600 

Rodrigue ne peut plus charmer votre courage. 
Vous savez le combat où Chimène l'engage : 
Puisqu'il faut qu'il y meure, ou qu'il soit son mari, 
Votre espérance est morte, et votre esprit guéri. 

l'infante. 
Ah ! qu'il s'en faut encor ! 

LÉONOR. 

Que pouvez-vous prétendre ? 1G05 



100 LE CID. 

l'infante. 
Mais plutôt quel espoir me pourrais-tu défendre ? 
Si Rodrigue combat sous ces conditions. 
Pour en rompre l'effet, j'ai trop d'inventions. 
L'amour, ce doux auteur de mes cruels supplices, 
Aux esprits des amants apprend trop d'artifices. leio 

LÉONOR. 

Pourrez-vous quelque chose, après qu'un père mort 

N'a pu dans leurs esprits allumer de discord ? 

Car Chimène aisément montre par sa conduite 

Que la haine aujourd'hui ne fait pas sa poursuite. 

Elle obtient un combat, et pour son combattant 1615 

C'est le premier offert qu'elle accepte à l'instant : 

Elle n'a point recours à ces mains généreuses 

Que tant d'exploits fameux rendent si glorieuses; 

Don Sanche lui sufiit, et mérite son choix, 

Parce qu'il va s'armer pour la première fois. 1620 

Elle aime en ce duel son peu d'expérience ; 

Comme il est sans renom, elle est sans défiance ; 

Et sa facilité vous doit bien faire voir 

Qu'elle cherche un combat qui force son devoir. 

Qui livre à son Rodrigue une victoire aisée, 1625 

Et l'autorise enfin à paraître apaisée. 

l'infante. 
Je le remarque assez, et toutefois mon cœur 
A l'envi de Chimène adore ce vainqueur. 
A quoi me résoudrai-je, amante infortunée ? 

LÉONOR. 

A vous mieux souvenir de qui vous êtes née : 1630 

Le ciel vous doit un roi. vous aimez un sujet ! 



ACTE V. SCÈNE IV. 101 

L'IXFANTE. 

Mon inclination a bien changé d'objet. 

Je n'aime plus Rodrigue, un simple gentilhomme; 

Non, ce n'est plus ainsi que mon amour le nomme : 

Si j'aime, c'est l'auteur de tant de beaux exploits, i635 

C'est le valeureux Cid, le maître de deux rois. 

Je me vaincrai pourtant, non de peur d'aucun blâme, 
Mais pour ne troubler pas une si belle tlamme ; 
Et quand pour m'obliger on l'aurait couronné, 
Je ne veux point reprendre un bien que j'ai donné. i640 
Puisqu'en un tel combat sa victoire est certaine, 
Allons encore un coup le donner à Chimène. 
Et toi, qui vois les traits dont mon cœur est percé, 
Viens me voir achever comme j'ai commencé. 



SCÈNE IV. 

Chimèxe. Elvire. 

CHIMÈNE. 

Elvire, que je souffre, et que je suis à plaindre ! ig45 

Je ne sais qu'espérer, et je vois tout à craindre ; 

Aucun vœu ne m'échappe où j'ose consentir ; 

Je ne souhaite rien sans un prompt repentir. 

A deux rivaux pour moi je fais prendre les armes : 

Le plus heureux succès me coûtera des larmes ; i65C 

Et quoi qu'en ma faveur en ordonne le sort. 

Mon père est sans vengeance, ou mon amant est mort. 

ELVIRE. 

D'un et d'autre côté je vous vois soulagée : 
Ou vous avez Rodrigue, ou vous êtes vengée ; 



102 LE CID. 

Et quoi que Je destin puisse ordonner de vous, 1655 

Il soutient votre gloire, et vous donne un époux. 

CHIMÈNE. 

Quoi ! l'objet de ma haine ou de tant de colère ! 

L'assassin de Rodrigue ou celui de mon père ! 

De tous les deux côtés on me donne un mari 

Encor tout teint du sang que j'ai le plus chéri ; I66O 

De tous les deux côtés mon âme se rebelle ; 

Je crains plus que la mort la fin de ma querelle. 

Allez, vengeance, attiour, qui troublez mes esprits. 

Vous n'avez point pour moi de douceurs à ce prix ; 

Et toi, puissant moteur du destin qui m'outrage, icoô 

Termine ce combat sans aucun avantage, 

Sans faire aucun des deux ni vaincu ni vainqueur. 

ELVIRE, 

Ce serait vous traiter avec trop de rigueur. 

Ce combat pour votre âme est un nouveau supplice, 

S'il vous laisse obligée à demander justice, i670 

A témoigner toujours ce haut ressentiment. 

Et poursuivre toujours la mort de votre amant. 

Madame, il vaut bien mieux que sa rare vaillance, 

Lui couronnant le front, vous impose silence; 

Que la loi du combat étouffe vos soupirs, 1675 

Et que le Roi vous force à suivre vos désirs. 

CHIMÈNE. 

Quand il sera vainqueur, crois-tu que je me rende ? 

Mon devoir est trop fort, et ma perte trop grande ; 

Et ce n'est pas assez pour leur faire la loi. 

Que celle du combat et le vouloir du Roi. 168O 

11 peut vaincre don Sanche avec fort peu de peine, 



ACTE V. SCÈNE IV. 103 

Mais non pas avec lui la gloire de Chimène ; 
Et quoi qu"à sa victoire un monarque ait promis, 
Mon honneur lui fera mille autres ennemis. 

ELVIRE. 

Gardez, pour vous punir de cet orgueil étrange, 168S 

Que le ciel à la fin ne souffre qu'on vous venge. 

Quoi ! vous voulez encor refuser le bonheur 

De pouvoir maintenant vous taire avec honneur ? 

Que pre'tend ce devoir, et qu'est-ce qu'il espère ? 

La mort de votre amant vous rendra-t-elle un père ? leu'' 

Est-ce trop peu pour vous que d'un coup de malheur ? 

Faut-il perte sur perte, et douleur sur douleur ? 

Allez, dans le caprice où votre humeur s'obstine, 

Vous ne me'ritez pas l'amant qu'on vous destine ; 

Et nous verrons du ciel l'e'quitable courroux 1693 

Vous laisser, par sa mort, don Sanche pour époux. 

CHIMÈNE. 

Elvire, c'est assez des peines que j'endure, 

Ne les redouble point de ce funeste augure. 

Je veux, si je le puis, les éviter tous deux ; 

Sinon, en ce combat Rodrigue a tous mes vœux : 1700 

Non qu'une folle ardeur de son côté me penche ; 

Mais s'il était vaincu, je serais à don Sanche : 

Cette appréhension fait naître mon souhait. 

Que vois-je, malheureuse ? Elvire, c'en est fait. 



104 LE CID. 

SCÈNE V. 

Don Sanche, Chimène, Ei.vire. 

don sanche. 
Obligé d'apporter à vos pieds cette épe'e . . . ira- 

CHIMÈNE. 

Quoi ? du sang de Rodrigue encor toute trempée ? 
l'erfide, oses-tu bien te montrer à mes yeux, 
Après m'avoir ôté ce que j'aimais le mieux? 

Éclate, mon amour, tu n'as plus rien à craindre : 
Mon père est satisfait, cesse de te contraindre. i7io 

Un même coup a mis ma gloire en sûreté, 
"Mon âme au désespoir, ma flamme en liberté. 

DON SANCHE. 

D'un esprit plus rassis . . . 

CHI.MÈNE. 

Tu me parles encore, 
Exécrable assassin d'un héros que j'adore ? 
Va, tu l'as pris en traître ; un guerrier si vaillant i7U 

N'eût jamais succombé sous un tel assaillant. 
N'espère rien de moi, tu ne m'as point servie : 
En croyant me venger, tu m'as ôté la vie. 

DON SANCHE. 

Étrange impression, qui loin de m'écouter . . 

CHIMÈNE. 

Veux-tu que de sa mort je t'écoute vanter, itm 

Que j'entende à loisir avec quelle insolence 

Tu peindras son malheur, mon crime et ta vaillance ? 



ACTE V. SCÈNE VI. 105 

SCÈNE VI. 

Don Fernand, Don Diègue, Don Arias, Don Sanche, 
Don Alonse, Chimène, Elvire. 

CHLMÈNE. 

Sire, il n'est plus besoin de vous dissimuler 

Ce que tous mes efforts ne vous ont pu celer. 

J "aimais, vous l'avez su ; mais pour venger mon père, 1725 

J'ai bien voulu proscrire une tête si chère : 

Votre Majesté, Sire, elle-même a pu voir 

Comme j"ai fait ce'der mon amour au devoir. 

Enfin Rodrigue est mort, et sa mort m'a changée 

D'implacable ennemie en amante affligée. 1730 

J"ai dû cette vengeance à qui m'a mise au jour, 

Et je dois maintenant ces pleurs à mon amour. 

Don Sanche m'a perdue en prenant ma défense, 

Et du bras qui me perd je suis la récompense ! 

Sire, si la pitié peut émouvoir un roi, 1735 

De grâce, révoquez une si dure loi ; 
Pour prix d'une victoire où je perds ce que j'aime, 
Je lui laisse mon bien ; qu'il me laisse à moi-même ; 
Qu'en un cloître sacré je pleure incessamment, 
Jusqu'au dernier soupir, mon père et mon amant. ma 

don diègue. 
Enfin elle aime. Sire, et ne croit plus un crime 
D'avouer par sa bouche un amour légitime. 

don fernand. 

Chimène, sors d'erreur, ton amant n'est pas mort, 
Et don Sanche vaincu t'a fait un faux rapport. 



106 LE eu». 

DON SANCHE, 

Sire, un peu trop d'ardeur malgré moi l'a déçue : itw 

Je venais du combat lui raconter l'issue. 

Ce généreux guerrier, dont son cœur est charmé: 

" Ne crains rien, m"a-t-il dit, quand il m'a désarmé; 

Je laisserais plutôt la victoire incertaine. 

Que de répandre un sang hasardé pour Chimène ; \:ôo 

Mais puisque mon devoir m'appelle auprès du Roi, 

Va de notre combat l'entretenir pour moi, 

De la part du vainqueur lui porter ton épée." 

Sire, j'y suis venu :' cet objet l'a trompée ; 

Elle m'a cru vainqueur, me voyant de retour, 1755 

Et soudain sa colère a trahi son amour 

Avec tant de transport et tant d'impatience, 

Que je n'ai pu gagner un moment d'audience. 

Pour moi, bien que vaincu, je me répute heureux ; 
Et malgré l'intérêt de mon cœur amoureux, i7so 

Perdant infiniment, j'aime encore ma défaite, 
Qui fait le beau succès d'une amour si parfaite. 

DON FERN\ND. 

Ma fille, il ne faut point rougir d'un si beau feu, 

Ni chercher les moyens d'en faire un désaveu. 

Une louable honte en vain t'en sollicite: itgs 

Ta gloire est dégagée, et ton devoir est quitte ; 

Ton père est satisfait, et c'était le venger 

Que mettre tant de fois ton Rodrigue en danger. 

Tu vois comme le ciel autrement en dispose. 

Ayant tant fait pour lui, fais pour toi quelque chose, itto 

Et ne sois point rebelle à mon commandement, 

Qui te donne un époux aimé si chèremeni. 



ACTE V. SCÈNE VI7. 107 



SCÈNE VIL 

Don Fernand, Don Di »;•;£, Don Rodrigue, Don 

Alonse, Don Sanche, L'Infante, Chimène, Léonor, 

Elvire. 

l'infante. 
Sèche tes pleurs, Chimène, et reçois sans tristesse 
Ce géne'reux vainqueur des mains de ta princesse. 

DON RODRIGUE. 

Ne vous offensez point, Sire, si devant vous 1776 

Un respect amoureux me jette à ses genoux. 

Je ne viens point ici demander ma conquête : 
Je viens tout de nouveau vous apporter ma tête, 
Madame ; mon amour n'emploiera point pour moi 
Ni la loi du combat, ni le vouloir du Roi. i78C 

Si tout ce qui s'est fait est trop peu pour un père, 
Dites par quels moyens il vous faut satisfaire. 
Faut-il combattre encor mille et mille rivaux, 
Aux deux bouts de la terre étendre mes travaux. 
Forcer moi seul un camp, mettre en fuite une armée, 1785 
Des héros fabuleux passer la renommée ? 
Si mon crime par là se peut enfin laver, 
J'ose tout entreprendre, et puis tout achever; 
Mais si ce fier honneur, toujours inexorable, 
Ne se peut apaiser sans la mort du coupable, 1790 

N'armez plus contre moi le pouvoir des humains : 
Ma tête est à vos pieds, vengez-vous par vos mains , 
Vos mains seules ont droit de vaincre un invincible; 
Prenez une vengeance à tout autre impossible. 
Mais du moins que ma mort suffise à me punir : 1795 



108 LE CID. 

Ne me bannissez point de votre souvenir ; 

Et puisque mon tre'pas conserve votre gloire, 

Pour vous en revancher conservez ma mémoire, 

Et dites quelquefois, en de'plorant mon sort : 

" S'il ne m'avait aime'e, il ne serait pas mort." isoo 

CHIMÈNE. 

Relève-toi, Rodrigue. Il faut l'avouer, Sire, 

Je vous en ai trop dit pour m'en pouvoir dc'dire. 

Rodrigue a des vertus que je ne puis haïr ; 

Et quand un roi commande, on lui doit obe'ir. 

Mais à quoi que déjà vous m'ayez condamnée, i805 

Pourrez-vous à vos yeux soufifrir cet hyménée > 

Et quand de mon devoir vous voulez cet effort, 

Toute votre justice en est-elle d'accord ? 

Si Rodrigue à l'État devient si nécessaire, 

De ce qu'il fait pour vous dois-je être le salaire, isio 

Et me livrer moi-même au reproche éternel 

D'avoir trempé mes mains dans le sang paternel ? 

DON FERNAND. 

Le temps assez souvent a rendu légitime 
Ce qui semblait d'abord ne se pouvoir sans crime : 
Rodrigue t'a gagnée, et tu dois être à lui. isir, 

Mais quoique sa valeur t'ait conquise aujourd'hui, 
Il faudrait que je fusse ennemi de ta gloire, 
Pour lui donner sitôt le prix de sa victoire. 
Cet hymen différé ne rompt point une loi 
Qui, sans marquer de temps, lui destine ta foi. iS2o 

Prends un an. si tu veux, pour essuyer tes larmes. 
Rodrigue, cependant il faut prendre les armes. 
Après avoir vaincu les Mores sur nos bords. 
Renversé leurs desseins, repoussé leurs efforts. 



ACTE V. SCÈNE VII. 109 

Va jusqu'en leur pays leur reporter la guerre, 1825 

Commander mon armée, et ravager leur terre : 
A ce seul nom de Cid ils trembleront d'effroi ; 
Ils t'ont nommé seigneur, et te voudront pour roi. 
Mais parmi tes hauts faits sois-lui toujours fidèle : 
Reviens-en, s'il se peut, encor plus digne d'elle ; 183« 

Et par tes grands exploits fais-toi si bien priser, 
Qu'il lui soit glorieux alors de t'épouser. 

DON RODRIGUE. 

Pour posséder Chimène, et pour votre service. 
Que peut-on m'ordonner que mon bras n'accomplisse .'' 
Quoi qu'absent de ses yeux il me faille endurer, 1835 

Sire, ce m'est trop d'heur de pouvoir espérer. 

DON FERNAND. 

Espère en ton courage, espère en ma promesse ; 

Et possédant déjà le cœur de ta maîtresse. 

Pour vaincre un point d'honneur qui combat contre toi, 

Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi. i840 



NOTES. 



ÉPÎTRE. 

Page 1. — I. Madame de Combalet. In the éditions 1648- 
1656 this dcdicalion reads "A Madame la Duchesse d'Aiguillon." 
Beginning with ihe gênerai édition of 1660, the dedications and pré- 
faces of the plays published previous to that date were suppressed, 
and the " Examens " took their place. The patroness of the poet 
hère addressed was Marie-Madeleine de Vignerot, a nièce of Richelieu 
who had married Antoine de Beauvoir, Seigneur de Combalet. He 
had been killed in the campaign of 162 1. She became later on lady 
of honor to the queen, and in 1638 was made Duchesse d'Aiguillon. 
She died in 1675. Tallemant des Réaux, in his Historiettes (vol. ii, 
p. 26, etc.), says it was due to her example that widows began to 
wear ail colors excepting green. 

2. a gagné des batailles après sa mort. In Castro's Mocedades 
del Cid (.\ct II, Se. 7 of Mérimée's édition) the Cid shames his at- 
tendants by rescuing a leper from a ditch by the roadside, and then 
clothing him and giving hini food from his own dish. The hero soon 
after falls asleep. A strange sensation, caused by the leper breathing 
the Hoiy Spirit into his body, wakens him. He sees the leper clad in 
white, hears from him that he has befriended Saint Lazarus, receives 
the saint's blessing, and with it the promise that he shall conquer his 
enemies even after death. This promise was fulfîlled when his widow, 
besieged in Valencia by the Moors, broke through their lines by caus- 
ing the Cid's body to be placed on his horse, and advancing with him 
thus défiant against the terror-stricken foe. 

3. et ne dédaigne point d'employer. Refers to the quarrel of 
Le Cid, and the supposed intercession of Mme de r'nmbalet with the 
Cardinal ia Corneille's behalf. 

111 



112 NOTES. 



AVERTISSEMENT. 

This préface is foiind oiily in the éditions 1648-1656. 

Page 3. — I. Mariana. Juan de (1536-1624). A Spanish his- 
torian. Ile wnile a lii>lory of Spain, at first in Latin, then translated 
it into Spanish, pul)lishing the translation from 1601 on. Corneille 
made a mistakc in his référence and printed L. 4° for L. 9'. 

2. Avia pocos dias, etc. Corneille has juggled with the t.xt. 
Mariana had written that Rodrigo was now thirty years old, and that 
the duel had taken place " a few days before " that anniversary. Cor- 
neille would make it appear that the duel preceded the wedding by 
" a few days." The Spanish play allows approximately a year and a 
half between thèse twoevents, while the romances speak of Ximena 
as being a mère child when she was orphaned. See " Romance 
primero " at the end of the "Avertissement." 

The translation of the passage is: "A few days before, he had 
fought a duel with don Gomez, Count of Gormaz. He overcame him 
and killed him. The conséquence of this deed was that he married 
donna Ximena, daughter and heiress of this very count. She herself 
demanded of the king that he should either be given to her as hus- 
band — for she was nnich taken with his person and prowess — or 
that he should be punished according to law for the death of her 
father. The marriage took place, pleasing every one; through which 
— the large dowry of his wife increasing the property he received 
from his father — he grew in power and wealth." 

3. Deux chroniques du Cid. Probably the Cronica général of 
Alphonso the Wise and the Cronica del CiJ, a revision of a part of 
the former. Both of thèse chronicles had been edited several times 
during the sixteenth century. 

Pag'e 4. — I. davantage que = ///c5 que. A phrase which was 
in good use as late as the eigliteenth century. 

2. de Charlemagne et de Roland. Corneille refers to the popu- 
larized prose versions of the medioeval epics. The bookseller Costé of 
Rouen was one of the most extensive publishers of thèse chap-books 
at the beginning of the seventeenth century. 

3. que les rois d'Aragon et de Navarre. Thèse daughters were 
perhaps cf the blood royal through their mother Ximena. Their real 
names may hâve been Christina and Maria. In fiction they are called 



AVERTISSEMENT. 113 

Elvira and Sol. The Infant of Aragon may hâve been Berengar III, 
Count of Barcelona. See Introduction, under " History and Legend." 

4. celui qui ... en français. Louis de Mayerne Turquet (a. 
1550-1618), author of a Histoire générale d' Espagne, published at 
Lyons in 1587. The third édition appeared at Paris in 1635, just as 
Corneille was about to write his Cid. See Marty-Laveaux éd. vol. 
iii, p. 81, note 2. 

5. l'a notée = /'« blâmée. A meaning quite common at the tinie. 

6. les traductions, etc. Fontenelle, Corneille's nephew, says in 
his Vie de Corneille ("Œuvres," vol. ii, p. 338) that his uncle had 
collected the translations of Le Cid which had appeared during his 
lifelime. The English translation in verse, by J. Rutter, dates from 
1637 ; the Flemish, in prose, from 1641. The Italian must also hâve 
appeared before 1648, the date of this préface. 

Page o. — I. EngaSarse engaHando. This comedy is found in 
the second volume of Castro's works, published at Valencia in 1625. 
Corneille does not quote this édition exactly, and may hâve used a 
copy of another édition. Trans. " Deceived while Deceiving." 

2. Béarn. Old province in the extrême south-west of France. 

3. A mirar, etc. " If the world were right in this, that having 
appetites to overcome and occasions to avoid, tests the worth of a 
woman, I would say what I think, because it would be a glory for my 
honor. But evil speaking, bascd on misconstrued ideas of honor, 
niakes open faults of conquered temptations. And thus she who 
heightens désire by her résistance conquers twice if she joins silence to 
résistance." — A good instance of the swollen conceits warranted by 
the literary fashion of the day. 

4. Ses mœurs sont inégalement égales. Corneille discusses 
this opinion of Aristotle in his Discours du poème dramatique (Marty- 
Laveaux éd. vol. i, p. 37). 

5. La première est, etc., refers to the self-constituted tribunal of 
the Academy, which Corneille never recognized. 

6. M. de Balzac. Jean-Louis Guez de Balzac (1597-1655) was a 
Iclter-writer and essayist, and also historiographer to Louis XIII. 
But incurring Richelieu's hostility, he retired to his estate near An- 
goulênie, whence he corresponded with the literary men of the capital. 
The quotation, "dans son désert," refers to a letter he wrote to 



114 NOTES. 

Scudéry, in answer lo the rcceipt of the latter's Observations sur le 
Cid. Balzac, without opcnly taking sides, there reveals his admira- 
tion for the piay. 

Page 6. — I. des deux derniers trésors. A collection of Bal- 
zac's letters in two parts, published in 1647. Balzac was the first to 
elaborate that prose style which has corne to be known in France as 
" acadeniic." 

2. d'avoir compromis de. The lexicographers of the seventeenih 
century allowed de with compromettre only in the légal sensé of sub- 
mjtting a suit to arbitration. See " Lexique " of Marty-Laveaux éd. 

3. et tourner sans scrupule, etc. An obscure phrase, which 
probably nieans that Aristotle's opinions on tragedy were twisted to 
serve the private interests of the judge, and in that way oblained for 
the latter the Cardinal's favor. 

4. Aristote ne s'est pas expliqué si clairement, etc. The critics 
of the day claimed that Aristotle's Poetics was the source of the rule 
of the three unities. Corneille look up this statement later on, and 
examined it in his Discours des trois unités (1660). Ile concludes 
that Aristotle advises approximate unity of time, but has nothing to 
say about unity of place. Corneille infers, therefore, that the latter 
should dépend on the nature of the subject, but should not extend be- 
yond the limits of a single town (éd. vol. i, pp. 1 17-120). Neverthe- 
less, the subséquent plays of our author reveal, ail of them, the efforts 
he made to conform to the very rules he so lightly passes over hère. 

Page 7. — I. qui n'a été réglé que par Horace. The Greeks 
knew of no divisions of plays into acts and scènes. When the actors 
were not on the stage the chorus came forward with a hymn or with 
opinions delivered in song. But Horace, in his .Irs poelica (v. 189, 
190), shows that the Romans had made laws for the internai structure 
of dramas, and affirms that thèse should not contain more nor less 
than five acts. Seneca, whom the Renaissance playwrights took for 
their model, divides his tragédies into five acts, which are separated 
from one another by choruses. For the discussion of this subjeci 
see J. Lemaître's Corneille et la Poétique d\4ristote (Paris, 18S8, 
brochure). 

2. épithète. Notice that the gender was still masculine, following 
ils neulcr ctymon in Latin. 



AVERTISSEMENT. 115 

Page S. — I. qu'un des plus doctes commentateurs, etc. This 
is the Italiaii philologist, Fraiicesco Robortello (151Ô-1567J, who 
edited, in 1548, Aristotle's Foetus. Corneille speaks of him again 
in this connection in his Discoitrs de la tragédie (éd. vol. i, pp. 33, 
59). The play referred to is evidently Sophocles' Œdipus Tyrannus. 

2. J'oubliais, etc. For the quotations acknowledged hy Corneille, 
see >rartyTvaveaux éd. vol. iii, pp. 1 99-207. 

3. d'une autre lettre. Italics. AU the éditions published by 
Corneille, as uell as tbe one edited by his brother Thomas, in 1692, 
also print in italics ail the quotations made by the actors in their parts. 

Page 9. — I . Romance primero. This romance and the one 
following wcre probably taken from the " Romancero del Cid," pub- 
lished at Alcali in 1612. They are numbered 735 and 739, respec- 
tively, in Duran's édition in the Biblioteca de autores espanoles, vols. 
X and xvi. Corneille's spelling differs but slightly from the forms 
given hère, which are taken from the Marty-Laveaux éd. Ile, how- 
ever, commenced every line with a capital, contrary to the Spanish 
custom. The rhyme, which connects the second and fourth verses 
only in each strophe, is assonance, on the tonic syllable. 

Translation of the first romance: " Donna Ximena came before the 
King of Leoii one evening to demand justice for the death of her 
father. She demands it on the Cid, don Rodrigo of Bivar, who made 
her an orphan when she was a child and quite young. ' Whether I am 
right or not, O King, you understand and know well that the affairs 
of honor cannot be concealed. Every day that dawns I see the wolf of 
my blood, a horseman on a horse, [go by] to give me greater grief. 
Command him, good King, since you can do so, not to fréquent my 
Street, for a man of merit does not avenge himself on women. If my 
father insulted his, he has well avenged his father; and if death pays 
for honor, let this sufïîce him for his payment. You hold me in ward; 
do not consent to my being disturbed, sirce he who offends me does 
offense to your crown.' — ' Be still, donna Ximena, you afflict me 
sore; I will offer a good remedy for your ills. I must not offend the 
Cid, for he is a man of great worth, and défends my realms, and I 
wish him to guard them for me. But I will corne to an agreement 
with him, which shall not be a bad thing for you, and I will get his 
promise to marry you.' Xiir.ena was satisfied with the favor she was 



116 NOTES. 

granted, that the very one who niade her an orphan should protect 
her." 

Page 10. — I. Translation of the second romance: " From 
Ximena and Rodrigo the king received their word and hand to join 
them together in the présence of Layn Calvo. Their old enmities 
were reconciled by love, for where love présides many wrongs are for- 
gotten. . . . The betrothed ones came there together, and on giving 
the bride his hand and embrace, the Cid looked at her and said to her, 
much troubled, ' I killed your father, Ximena, but not treacherously; 
I killed him man to man to avenge a real injury. I killed a man and 
I give a man; hère am I at your orders, and you hâve received an 
honored husband in the place of the father slain.' This was approved 
by ail; they praised his discreetness, and thus was celebrated the mar- 
riage of Rodrigo the Castillan." 

2. Layn Calvo. According to Mariana, a judge of Castile and the 
Cid's ancestor in the fourth génération. But the romances would 
seem to make him Rodrigo's grandfather. 

EXAMEN. 

Page 11. — I. Corneille fîrst published the "Examens" to his 
plays in the gênerai édition of i66o, where they displaced the former 
préfaces. There they were grouped together at the beginning of the 
volume which contained the plays to which they belonged. Thomas 
Corneille separated ihem in his édition of 1692, and placed each indi- 
vidual "Examen" before its particular play. In thèse notices we 
find Corneille's own views of his work, his censure or défense of what 
he had done, his answer to his critics, and his préoccupation to hâve 
his method agrée so far as may be with the rules for the unities. 

2. conduite, plan. 

3. au plaisir =/.;/- /<?//</n/>. 

4. depuis cinquante ans. The text hère given is from the édition 
of 1682, Corneille's last revision. Some variations, in words and 
ïyntax, from the previous éditions occur, and may be found in the 
foot-notes to the Marty-Laveaux édition (vol. iii, pp. 91-102). 

5. Aussi = C^ est que. — les deux grandes conditions. Already 
pointed out in the " Avertissement," po 7 8. 



EXAMEN. 117 

6. ni chez les modernes. The expression si rarement has evi- 
dently suggested ni hcre. See " Lexique " under ni. 

7. Une maîtresse, etc. For a development of this idea see the 
Discours de la tragédie (éd. vol. i, p. 65). 

Page 12. — I. s'accommodât . . . fortifiât. We hère adopt 
the reading which Corneille gave in ail his éditions. Marty-Laveaux 
has foUowed the correction of Thomas Corneille (éd. of 1692), which 
puts both thèse verbs in the plural. The plural seems better for the 
sensé. 

2. Sors vainqueur, etc. Line 1556 of Le Cid. 

3. Sans faire, etc. Lir.e 1667 of Le Cid. 

Page 13. — I. déterminément = /^vVww,!-;//. 

2. bien qu'il donne plus de trois ans. An erroi. Castro can 
hardly allow more than a year and a half for the duration of his 
action. 

Page 14, — I. Les deux visites. See Act III, Se. 4; Act V, 
Se. I. 

2. avec un des premiers esprits. This is Balzac. The référence 
is to his letter to Scudéry mentioned above. 

3. Aristote dit. Allusion to c. 24 of his L'oetics, where he says 
ihat if the plot contains anything improbable, " and nevertheless if il 
itself appears sufficiently reasonable, what is even absurd may be 
allowed in it. . . . But the style of the minor portions, which pré- 
sent neither manners nor ideas, must be carefully looked after." 

4. mais outre que je n'ai fait que la paraphraser de l'espa- 
gnol. See the Spanish for 1. 849-]. 997 of Le Cid m the Marty- 
Laveaux éd. vol. iii, pp. 203-205. 

Page 15. — I. J'ai dit ailleurs ma pensée touchant l'In- 
fante et le Roi. See Discours du poème dramatique (vol. i, p. 48), 
(he " Ex.imen "' to Clitandre (vol. i, p. 272), and the " Examen " to 
//orme (vol. iii, pp. 277-279). In thèse three passages Corneille 
admits ihat the part of the Infanta is no help to the action, and that 
[he king lacks dignity. 

2. le soufflet se donne en sa présence. See Las Mocedades, Act 
I, Se. 3. Cf. below note for 1. 226 of Le Cid. 



118 NOTES. 

Paçe 16. — I. vingt et quatre. Richelet's Z>?V//<7«Mrtz>^ (1680) 
.says that custom was then beginning to autliorizc " vingl-deux," etc. 
Ilowever, the Academy's lexicon of 1694 wouid not admit the 
new terni. See " Lexique," under et. In his first édition of the 
" Exanrien " (1660) Corneille wrote " vingt-quatre," bolh hère and 
at the end of the next paragraph. See éd. vol. iii, p. 97, notes 
I and 2. 

Page 17. — I. gêne, trouble. Cf. below note for 1. 105 of le 
Cid. 

2. Je l'ai placé dans Séville. See below, at beginning of the 
notes to l.e Cid, the note on the stage setting. 

3. aie. Old form of. 3d sing. près. sub. lor aiet. 

4. le flux de la mer. The tide is felt for nxjre than thirty miles 
above Seville. Cf. below note for 1. 626 of l.e Cid. 

5. Cette arrivée des Maures. See Discours du poème dramatique 
(éd. vol. i, p. 43). 

6. Rodrigue, n'osant plus se montrer à la cour. In Las Mo<e- 
dades (Act II, Se. 12) Rodrigo is sent by Don Diego to attack the 
Moors who had invaded Castile. 

7. se venir faire de fête = survenir, sans avoir éié appelés. See 
" Lexique," under/t'/f. 

8. mais le lieu particulier change de scène en scène. S<.e 
Introduction under "The Unities in Le Cid;" also Discours des 
trots unités (éd. vol. i, p. 120). 

Page 18. — I. dans sa maison, etc. In .Set I, Se. 5, of /.as 
Mocedadcs. 
2. Horace l'en dispense par ces vers. The correct jinesare: 

" Pleraque différât, et praesens in tenipus omittat : 
Hoc aniet, hoc spernat proniissi carniinis auctor."' 

(De oitc poetica, v. 44, 45.) 
and 

" Semper ad eventum festinat "' (,v. 148). 

Page 19. — I. les comédiens n'emploient à ces personnages 
muets, etc. This interesting passage gives valuable information con- 
cerning the supernumeraries and the stage properties in Corneille's 
time. Candies furnished the only light for bolh actors and spectators 



TEXT OF LE CID. 119 

until the invention of the Argand burner, shortly before the French 
Révolution. The tradition is still retained in the candelabras of to-day. 
The continuai snuffing which thus went on must hâve had unfortunate 
results on the more dramatic situations, while the subséquent appear- 
înces of the snuffers as Spanish grandecs or Roman citizens could not 
hâve conduced to the dignity of the action. Care in the use of super- 
numeraries is only of récent date. (See E. Despois, Le théâtre sotts 
Loitis X/V, pp. 150-154.) 

2. Les funérailles du Comte, etc. Scudéry makes much of this 
defect in the plot, and wonders what Rodrigo's attitude was lowards 
the father's dead body, which he must hâve passed in the outer hall on 
bis way to ihe daughter's apartments. This situation, hosvever, is 
found in the Spanish play. See Las Mocedades, Act II, Se. 7-10. 

3. J'achève par une remarque, etc. Horace's words are 

'• Segnius irritant animos demissa f)er aurem, 
Quam quae sunt oculis subjecta fidelibus." . . . 

{De arte foetica, v. iSo, l8l.) 

TEXT OF LE CID. 

Acteurs was the usual term for the list of characters in the seven- 
teenth century. The word " personnages " was substituted for it in 
the last part uf the eighteenth. 

Don Fernand. Ferdinand 1, king of Castile and Léon from 1033 
to 1065. He waged constant warfare against the Moors, and was 
frequently embroiled with his relatives, the rulers of neighboring 
States. He had two daughters, Urraca and Elvira. 

Other names for his characters were suggested to Corneille by 
Mariana (see " Avertissement ") and by Guillen de Castro. See the 
latter's Lus Mocedades for the changes in the parts of Don Sanche and 
Don Alonse. 

Séville. Corneille, in his " Examen " (which see), confesses the 
anachronism of placing Seville under Christian rule at this time. It 
was, in fact, not redeemed until 1248, 

For the place of the action, see also the " Examen " and under 
" The Unities in Le Cid'' of Introduction. Nowadays the scenery in 
the play is changed at each change of locality. 



XaO NOTES. 



ACTE I. Scène I. 



The variants for the first two scènes (sce below) now replace Scène 
I on the stage of the Comédie Française. 

3. encor. A spelling still used in poetry, in order to avoid the 
extra syllable made before a consonant by the e of encore. 

5. à lire = en lisant. Voltaire, in bis Commentaires sur Corneille, 
censures this use of the infinitive with à ; yet it remains in good stand- 
ing with modem authors. 

10. ne se peut trop entendre. This position of se, before the 
auxiliary, instead of before its verb {^entendre^, was customary at the 
time, and is still affected by writers imbued with the classical tradition. 

11. feux de notre amour, our ardent love. The affected sensé 
given to feux., chaînes (1. 69), and so on, by the exquisites of the 
Hôtel de Rambouillet and their admirers influenced Corneille's lan- 
guage from the time he began to solicit favor with Parisian audiences. 
The father of thèse symbolical expressions — at least in the vernacular 
Uterature — seems to hâve been Petrarch, from whose sonnets indeed 
flowed the great current of euphuism. See Sonnet CVI of /« Vita 
Ji AI. Laura. 

16. me penche. Pencher is in essence a neuter verb, but, in the 
seventeenth century, had the active meaning which monter, descendre, 
etc., sometimes assume nowadays. 

20. Attend ... à choisir. A is hère for pour ; a common use 
among the classical dramatists, due, perhaps, to the influence of the 
Latin ad with the gerund. 

23. en faut encor faire. Another illustration (see 1. 10) of the 
position of the pronoun before the auxiliary verb. 

25. Elle est dans le devoir. Littré cites this somewhat obscure 
passage under his first définition of the noun devoir. It seems to 
mean, " She is aware of what is fitting." 

29. n'a trait = «'a aucun trait. Corneille is often influenced by 
the custom of the older language to suppress the article. Cf. 1. 281, 
1, 882, etc. 

35- Ses rides sur, etc. A genuine Cornelian verse, which has be 
corne famous. Racine parodies it in Les Plaideurs (1. 154), where he 
says of a bailiff : '♦ Ses rides sur son front gravaient tous ses exploits," 
exploit hère meaning " writ." 



ACTE I. SCÈNE IL 121 

43. à son fils. Again, à for />onr. 

44. regarde, Mongs /<>. 

46. souffrir, allow. A meaning fréquent in the seventeenth 
century. 

49. résolu, persuaùeJ. A meaning not infrequent in Corneillc's 
plays. 

51. s'il prendra. -Sï with the future is to be translated by 
" whether." 

52. contents, satisfied. A fréquent meaning in Corneille. See 
" Lexique." 

55. Un moment, etc. Another sententious line of the dramatist's. 
Cf. 1. 81. 

Scène IL 

Notice that the place of the action changes for this scène. The 
stage is vacant for a lime, the actors going out and those coming in 
being supposed to hâve no idea of one another's présence. For over 
a century (i 734-1872) this scène was omitted, owing to the objection, 
generally felt to the part of the Infanla. 

62. même désir = le iiiême désir. A permissible omission at the 
tinie. 

64. Demander en quel point. A poor line, criticised by both 
Scudéry and Voltaire, and changed twice (see variants in Marty- 
Laveaux) by Corneille. 

66. traits, arrows of Cupid. Somewhat affected. 

67. le tient de ma main, has rerei-'ed hitn from viy hands. 

71. parmi leurs bons succès. Notice the original meaning of 
succh as a resuit of any kind. This meaning is not infrequent at the 
présent day. 

78. à la tenir. See note for 1. 5. 

79. comme = comment. A confusion which Malherbe fostered. 
but which was censured by the grammarian Vaugelas in his Remarque;^ 
sur la langue française (1647). Notice the force gained by repeat- 
ing écoute. Cf. 1. 132. 

82. Ce jeune cavalier. Corneille wrote at first chevalier, but the 
fashion of the time prevailed against his choice. Cavalier was a new 
Word then, and meant ''gentleman" as well as " horseman," while 
chevalier meant "horseman" and "knight." Cavalier was bor- 



122 NOTES. 

rowed from the Italians. Nowadays iî is usually nstricted to ils lit 
eral meaning. Sce " Lexique," under tavnlier. 

88. en son cœur. The use of en was gradually narrowcd during 
the sevciUeeiith century; in such constructions as the one hcre it was 
fiualiy displacc'd hy dans. 

91. j'épandrai = je répandrai to-day. See " Lexique." 

94. Le seul mérite = le viirile seul, 

produire des flammes. Cf. note for 1. 11. See aUc 1, 104. 

97. Mais je n'en veux point, etc. But I will follow none {tx^xn- 
pies) 'ivhere m y dignity is eoiiiproinised, 

98. courage, steadfastness. Stands often for cœur in the seven- 
tcenth century. 

104. Et j'allumai, etc. Corneille is fond of antithèses, and no 
douht lias grL-ally influenced Hugo in this fcature of the latter's style. 

105. mon âme gênée, my distressed (or lortitred ?) soûl. The 
y>'oxà gêner has lost in intensity of meaning since the beginning of the 
>eventeenth century. Corneille's use of it is therefore somewh?t 
uncertain, as in this case. 

108. Si l'amour, etc. Another of Corneille's sententious verses. 

110. triste aventure, sad expérience (in love). 

111, 112. The rhyme hère arises from the old pronunciation o\ 
^uari for guéri. The word was so spelled in the sixteenth century. 

114. a.\m.a\AG, capalde of being loved {hy xuq'). The Latin sensé of 
the word. 

116. déplaisir, ajffliction. Another word which has lost force 
since 1636. Notice the inversion of subject and predicate. 

117. me contraigne. Notice the subjunctive: " would constrain." 
121. je le crains et souhaite. The omission of the pronoun ob- 

ject, as before souùaite^ was not unknown in the seventeenth century, 
though the Academy censures this particular instance. It was a relie 
of the Renaissance Latinisms, which served the poels at times in good 
stead. 

124. Que je meurs, etc. Corneille had written at first: 

" Que je meurs s'il s'achève et ne s'achève pas." 

Boch Scudéry and the Academy censuring the omission of the f.ubject 
âtler et, it was replaced by ou in the édition of 1660. The meaning 
is; "1 shall die whether the niarriage takes place or not.'* 



ACTE 1. SCÈNE III. 123 

135. Ma plus douce, etc. This antithesis is condemned by 
Scudéry, bvt praised by the Academy. Larroumet finds for ail such 
phrases on " hope " and " despair" a modal in Virgil's JEtieid, II, 
l. 354: " Una salus victis nullam sperare salutem." 

138. dedans. This adverb was often used for the préposition 
dans, and was allowed to poets by Vaugelas. See " Lexique." 

Scène III. 

Boileau, aided by Racine, Furetière and Chapelle, parodied this 
scène and the remaining scènes of Act I, together with the second 
scène of Act II, in a burlesque, published under the title of Chapelain 
dicoiffé. The pièce is not a satire on Le Cid, but on Boileau's 
literary scape-goats, Chapelain, La Serre and Cassaigne, to whom 
are given the parts in his comedy. — Notice that the place of action 
changes again hère. — In the eighteenth century version of Le Cid 
the actors began the play at this point. See Marty-Laveaux éd. vol. 
iii, p. 51. 

151. vous l'emportez, you gain the day. The /' may hère be 
neuter: "it.'' 

152. Vous élève en un rang. F.nlor à. See "Lexique." 

153. prince de Castille. Don Sancho, the Sancho II of history 
(1065-1072). 

157. Pour grands que = Quelque grands que. 

163. Mais on doit, etc. The substitution of thèse two Unes, ir» 
1660, for the original (see variant in Marty-Laveaux éd.) appears like 
a direct flattery of the political views of Louis XIV. Cf. LLorace, 11. 

843-846. 

173. Monsieur. The use of this word in tragedy ceased with Cor- 
neille. Even he sought to replace it with another terni from 1660 on. 

177- igo. Thèse verses are direct imitations of lines in Las Moce- 
dades, as Corneille himself shows. See Marty-Laveaux éd. vol. iii, 
pp. 199 and 209. 

191. d'un autre pouvoir, of a greater poiver. A common use of 
autre with good authors. The variant reads: "ont bien plus de 
pouvoir." 

195. Si vous fiâtes. Condition according to fact, rarely put in 
the prétérit uowadays. 

197. Grenade et l'Aragon. Granada was in the power of the 



124 NOTES. 

Moors, but Aragon was already a Christian kingdom under Ramiro I. 
However, Corneille does not prétend to be strictly historical Tsee 
" Examen," etc.), though he may refer hère to the wars constantly 
waged between the Spanish states even in face of the common enemy. 
— The whole passage is a good portrayal of the Spanish boaster. Cf. 
Le Menteur and V Illusion comique. 

209. Quand l'âge, etc. Comeille's style was not devoid of ima- 
gery in his earlier plays. He representcd a new era, and was not 
averse to what are since known as roniantic phrases. Later his pic- 
turesqueness diminishes and almost disappears. 

218. En être refusé. Etre refusé Je quelque chose is no longer 
admissible. 

221. Parlons-en mieux, I.et us rallier say. 

226. (Stage direction.) Il lui donne un soufflet. This blow is 
criticised by Voltaire as beneath tragic dignity. Later writers consider 
it eminently dramatic. It is borrowed from the Spanish play. Sec 
"Examen," pp. 19, 20. 

227. Achève, et prends ma vie is parodied by Racine, in Les 
Plaideurs, with "Achève, prends ce sac " (1. 601). 

228. Le premier, etc. A figure of speech censured by the Acad- 
emy, but defended by Voltaire. 

233. en dépit de l'envie. This line ironically repeats the cadence 
of 1. 1S5. Compare also 1. 234 with 1. 186. 

Scène IV. 

Monologues were still in favor (see Introduction under " Plan and 
Versification"), though soon to fall before the altacks of the " com» 
mon-sense " critics. By the middle of the century a confidant was 
almost obligatory. Ilere the idea was suggested by Act I, Se. 6, of 
Las Alocedades. 

249. Faut-il de votre éclat. Votre evidently looks to dignité 
for an antécédent, z.nà précipice, in the previous line, may be taken as 
a synonym of digttité. 

SCENE V. 

261. Rodrigue, as-tu du cœur? The jealousy of Richelieu and 
his favorite draniatists, caused by the success of Le Cid, is well illus' 
trated by what Tallemant des Réaux says regarding this passage, in 
his chapter on Boisrobert : " Pour divertir le Cardinal et contenter en 



ACTE I. SCËNE VI. 125 

même temps l'envie qu'il avait contre Le Cid, il [Boisrobert] le fit 
jouer devant lui en ridicule par les laquais et les marmitons. Entre 
autres choses, en cet endroit où D. Diègue dit à son fils : 

Rodrigue, as-tu du cœur ? 
Rodrigue répondait : 

Te n'ai que du carreau.-' 

{Historiettes, vol. il, p. 395.) 

Boileau (or Racine), in Chapelain décoiffé, makes no attempt at a 
witticism herc. 

266. Viens, mon fils, etc., is also parodied by Racine with "... 
Viens, mon sang, viens, ma fille " (^Les Plaideurs, 1. 36S). 

272. venger et punir. Compare for rhetorical effect and force 
with ^/eurs ou tue (1. 275). 

285. l'offenseur. From Scudéry's remarks it would seem that this 
Word was unusual in his time. Garnier, however, used it in tragedy 
long before Corneille. See " Lexique." 

289. range, suhjects. Quite a common meaning in Corneille. 

290. Je vais, etc. Allitération is not at ail in favor with French 
authors. Hère it rather strengthens the emphasis of Don Diègue's 
closing words, while the combination of monosyllables (and the im- 
perative mood also) illustrâtes his eagerness to be avenged. 

Scène VI. 

The insertion of strophes, lyric in their nature, into the midst of the 
sober alexandrine couplets, was much practised by the dramatists of 
the Renaissance and their immédiate successors. Even at the crown- 
ing-point of French tragedy Racine relies on them for much of the 
beauty which adorns Esther and Athalie. The origin of thèse 
strophes is undoubtedly to be found in the Greek tragic choruses, 
which were made known to the Renaissance dramatists through 
Seneca's Latin tragédies. The prominence those playwrights gave at 
first to the chorus was much diminished by Hardy, but the public still 
favored them, even when the lyric parts were intrusted to one actor, 
and the chorus was entirely banished. It is possible that this liking 
had been already cultivated, before the imitations of Seneca, by the 
hymns and songs which broke at intervais into the monotony of the old 
Mysteries and Miracle Plays. — Thèse particular strophes in Le Cià 
met with ereat applause at its Derformance. Notice their antithetical 



126 NOTES. 

style, bringing out so clearly Rodrigue's struggle between love and 
diity (honor). The ideas and refrain hère were, howcver, suggested 
by De Castro. See Act I, Se. lo, of Las A/ocedaJes. 

294. injuste rigueur. Du sort to be supplied. 

316. ensemble = en tnênie temps. 

322. Je dois à, / hâve duties towards. An absolute use of devoir, 
censured by ihe Academy as "vague," but to be found elsewhere in 
good writers. Cf. 1. 342. 

331. tirer ma raison = tirer raison, " obtain satisfaction." 

337. penser. The infinitive used as a substantive was niuch more 
fréquent in the seventeenth century than it is to-day. — In spite of the 
rhetorical artifices which are so apparent in this soliloquy, the charm 
of its thought and style has made it one of the favorite monologues of 
the French drama. Its gênerai popularity with court and nation is 
attested by the many parodies whicli it has occasioned. 

ACTE II. Scène I. 

351. The original of this line contained the phrase "je lui fis." 
The Academy objected to the tense of the verb, preferring " ai fuit,'' 
whereupon Corneille changed the couplet, to the détriment of the 
sensé. See variant, éd. vol. iii, p. 125. 

352. l'a porté trop haut, was too hau^hty about it. 

353. Mais, etc. Not a strictiy tragic line, yet perhaps the more 
emphatic for its familiar phrases. 

355- Il y prend grande part, lîe is muai interested in it (your 
submission). 

359. devoirs, concessions. 

360. Qui passent, etc. The Academy found this line decidedly 
commonplaco, "et peu française. " 

368. Pour le faire abolir, To hâve it pardoned. For this technical 
meaning of abolir, see " Lexique. " 

Tradition has preserved the following four verses (placed by Voltaire 
after 1. 368), which Corneille suppressed in his first édition of 1637, 
on account of Richelieu's edicts against duelling: — 

" Ces satisfactions n'apaisent point une âme : 
Qui les reçoit n"a rien, qui les fait se diffame, 
Et de pareils accords l'effet le plus commun 
Est de fKjrdre d'honneur deux hommes au lieu d'un. " 



ACTE II. SCÈNE II. 127 

( See Marty-Laveaux éd. vol. iii, p. 17). The original of thèse 
four lines is to be found in the Spanish play. 

370. Again Corneille poses, though somewhat earlier in date than in 
1. 163, as an advocale of ihe current views on royal authority. 

373. sur cette confiance, relying on this belief of yours. 

376. Larroumet notes an imitation of this rhythm in Racine's 
rJièiire : "Un jour seul ne fait point d'un mortel vertueux," etc. (1. 
1099). — Un jour seul for Un seul jour. 

378. A réminiscence of Cataline's sentiments. Cf. Sallust's Ca- 
la lina. 

385. compte. Corneille, however, always spells conU for compte. 

390. The ancients believed that laurcl was a protection against 
lightning. — Note the gender of foudre. Corneille wrote la foudre 
until 1660. See " Lexique." 

391. tfietf soiiie resull. 
394. fières, signal. 

Sainte-Beuve, in his second article on Le Cid (" Nouveaux Lundis," 
vol. vii), characterizes the Count's sentiments in this scène as " l'écho 
de cette altière et féodale arrogance que Richelieu achevait à peine 
d'abattre et de niveler" (p. 269). 

Scène II. 

399. la même vertu = la vertu même. Both phrases, having 
identical meaning, were in good use in the seventeenth century. 

405, 406. One of Corneille's famous sentences, the idea of which 
has been oflen expressed in the literature of ail times. 

409. Mes pareils, etc., Men such as / need no second introduction. 

416. trop de force, strength and to spare. 

417. rien impossible. The omission of the partitive is quite 
fréquent in Corneille, and is in keeping with his omission of the article. 

418. invaincu. An unusual word, but nol at ail rare in the six- 
teenth and seventeenth centuries. 

423, 424. Thèse two lines contain the idea of the play: the confîicl 
of love and honor. 

428. au choix. The préposition à was given a wide use in the 
seventeenth century. Cf. 11. 264, 405, etc. 

434. A vaincre, etc. A probal)le réminiscence of Seneca's " et 
scit eum sine gloria vinci qui sine periculo vincitur "(/?<■ Providentia, 
ch. 3). 



128 NOTES. 

439, 440. Sainte-Beuve déclares thèse divided Unes of attack and 
repuise, "l'essence de la tragédie," and peculiarly Corneille's glory. 
See, however, Seneca and Las Mocedades, for the same style of verse. 

Scène III. 

447. pour le voir différer. Pour with the infinitive, iox parce que 
with a finite mood. See " Lexique." 

448. ennuis, tomients. A word which has to-day lost much of its 
force. 

449. bonace, calm at sca. 

454. Au malheureux moment que. After a noun of lime or 
place, que is often found for où, dans, etc., in seventeenth century 
aulhors. 

459. impitoyable à is found in other passages of our author. Now 
rarely used with a préposition. 

464. accommoder = mettre jh accord. 

468. Unwise criticism on the part of the Academy caused Corneille 
to soften the stronger expression (" Les affronts à l'honneur," etc.) of 
the original text. Notice the equivocal rhyme. 

476. discord = discorde. A word which was already passing out 
of use. 

483. Les hommes, etc. Second répétition of the idea. Cf. 11. 405, 
409. le refers to valeureux. 

491, 492. Striking antithèses. 

ScÈXE IV. 

502. De ce palais. A comparison with the variant (" Hors de la 
ville " ) shows that the author was not quite sure of the place of action 
in the second act. 

505. promptitude. Her hasty departure on hearingthe fatal news- 

Scène V. 
510-512. Further subtle plays on words. 
524. charmant poison. A genuine conceit of the Italian variety. 

532. dessous = sous. Condemned by Vaugelas as a préposition. 

533. en faire cas, make »tiuh of him, or enhance his ivorik. 

<;39. Les Mores. Corne'Ue prefers this spelling in Le Cid, bui 
writes " Maures " in his prose commentaries on the play. 

541. Le Portugal, etc. Ananachrpnism. The name Portugal was 



ACTE II. SCENE VI. 129 

first used under this same king of Castile, who made a province out 
of the land he won from the Moors in 1064-1065, and placed it iu 
charge of a count. 

ses nobles journées, victories, or deeàs ; an expression censured 
by the Academy. 

542. delà les mers = au delà des mers. 

548. Ensuite = A la suite. 

553. Que veux-tu ? What can you expect ? 

Scène VI. 

560. J'ai fait mon pouvoir = J'ai fait ce que f ai pu. 

574. tout bouillant, etc. An expression criticised by the Academy, 
but praised by Voltaire. 

579-582. The assumption of dignity on the part of the king, and 
his quick retraction in thèse Unes, reminds one strongly of Don Carlos' 
changes in Hugo's Heruani (Act II, Se. l). See below, 1. 588. 

589. son bras, nourri, etc. Censured by the Academy as an im- 
possible conception. 

592. Attendant, etc. Until he learns of it, Jure is the one who 
will ans'uer. 

596. Est meilleur ménager, Is a better steward. 

598. le chef. In the variant, after line 260 (see éd. vol. iii, 
p. 119), Scudéry had criticised the use oi chef iox tête as antiquated, 
but the Academy had defended it. Scudéry was undoubtedly right, 
though chef in its literal meaning is occasionally found even down to 
the time of Chateaubriand. 

603, 604. il a perdu d'honneur Celui, he has dishonored him. 
Notice also the overfîow verse. 

606. Au reste = Cependant. In the seventeenth century au reste 
was used with this meaning, even when there was a break in the 
subject of the conversation. See " Lexique." 

609. du fleuve. The Guadalquivir, which flows by Seville. 

617, 618. See note on Séville before Act I. 

621. têtes, leaders. 

626. Un flux de pleine mer. Corneille, in the " Examen " (p. 17), 
confesses his ignorance of the exactness of this assertion. The tide, 
however, does flow beyond Seville, and the river is navigable for 
large vessels as far as Cordova. 



130 NOTES. 

628. mal sûr = peu sûr. 

632. The careless way in which tlie king receives the news of tlie 
coming invasion, and his delay in taking measures to meet it, provokes 
sharp criticism from Sainte-Beuve, who adds that Corneille oftcn 
makes his noble personagcs ridiculous. Corneille offers this same 
criticism in his " Examen,"' pp. 15, 16. 

Scène VII. 

634. On this line see Corneille's rcmarks in his " Examen," p. 15. 

637. toute en pleurs. \'augelas endeavored to fix the orthography 
of tout used as an adverb, but the adjective spelling generally prevailed 
throughout the seventeenth century. 

64 1 . peine, punishmenl. 

.Scène VIII. 

The situation in this scène, where the heroine demands justice on 
her lover, excited Voltaire's admiration. The idea and sentences 
corne from Guillen de Castro (Act II, Se. 4). — Sainte-Beuve praises 
the swift fencing of the dialogue. 

653. doit la justice. A more emphatic phrase than the customary 
doit justice. 

656. déplaisir. See note for 1. 116. 

659. Sire, etc. Thèse rhetorical and unnatural phrases did not 
provoke any criticism from our author's contemporaries, for they were 
greater sinners in such inflated sentiments than he. The influence of 
Seneca's bombastic tragédies was much felt by the Renaissance drani- 
atists and their followers, and was perhaps perpetuated longer tliun 
was natural by the fashion of Gongorism. Cf. 11. 663, 676, 680. — 
The last two lines are imitated from the Spanish original. 

690. allégeance = soulagement. 

693-696. The variant, suppressed for its hyperbole, is a good con.- 
mentary on thèse verses. See Marty-Laveaux éd. vol. iii, p. 144. 

697. (Don Diègue.) Sainte-Beuve considers this reply most ad- 
mirable: " Sa langue est la vraie langue du grand Corneille: c'est la 
pure moelle du lion; c'est la sève du vieux chêne" ("Nouveaux 
Lundis," vol. vii, p. 274). 

703. trop vécu, lived too long. Other instances of trop for trop 
longtemps are to be found in the play. Cf. 1. 615. 

705-707. Larroumet is reminded of Virgil's: 



ACTE III. SCÈNES I, II. 131 

" Quos neque Tj'dides, nec Larissaeus Achilles, 
Non anni doniuere decem, non mille carinae.'" 

{.^ncui, II, 11. 197, 19S.) 

711. blanchis sous le harnois lias become a stock quotation. 

714. Descendaient. The imperfect indicative, for the past condi- 
lional, is used hcre as a more vis-id form of statement. 

721. A sonorous verse. 

723. The variant of ihis line was condcnined by thc .Academy, and 
the linc itself V)y Voltaire. It is certainly prosy and lacking in force. 

735. It is not Don Sancho, a suitor, but her relaiivc, Peransules, 
who escorts Ximena in the Spanish play. 

740. croître = augmenter. The use of croître as a transitive verb, 
condemned by Vaugelas, was nevertheless common in Corneille. It 
may be found in Racine also, and was sanctioned by the Academy's 
Dictionary. See " Lexique." 

ACTE III. Scène I. 

The scène hcre changes to Chimène's house. 

749. meurtrier has hère three syllables for the versification. 

751. étonné =^ stupéfait. The word étonner has lost in force 
since the seventeenth century. 

754. de vaéxitex =^ puisque je mérite. 

763. Corneille, to avoid the use of heur, which was becoming anti- 
quated, changed the original of this line: 

" Et d'un heur sans pareil je me verrai combler ; " 

yet in the phrase cent morts he hardly improved on his fîrst choice, 
but rnthor confused the thought of the sentence. 

771 . vol. — Note the vividness of the description. — This old îorni 
of the first person sing. près. ind. is still used in poetry, where the 
rhynie requires it. The s of the first person is not etymological (cf. 
Latin prts. ind.), but was added in French in ail conjugations but the 
first through the influence of the ending of the second person. 

Scène II. 
The part of Don Sanche in the action is anything but interesting. 
He merely serves to bring out the love of Chimène for Rodrigue. The 
critics, however, think the intention of Corneille was to show ho\» 



132 NOTES. 

great dévotion Chimène could inspire in her suitors. If this be true, 
îhen ihe purpose of the rôle is exactly similar to the idea which brings 
in the Infanla. The fact that Don Sancho in the Spanish play bas no 
dealings with Ximena, and that the latter has no suitor other than 
Rodrigo, woiild seem to indicate that Corneille wished to make the 
relation of Don Sanche to Chimène the counterpart of the Infanta's te 
Rodrigue. 

781. Malheureuse! An exclamation of self-pity most effective in 
revealing the heroine's real sentiments. 

783, 784. Notice the résonance given thèse lines by their rich 
rhymes. 

789. Et que, etc. Que is to avoid the répétition of si. — dure 
= persiste. 

Scène III. 

In the Spanish play (Act II, Se. 9) there is no interview with any 
one but Elvira. Corneille has made a second interview evidently to 
suit the purpose mentioned above. 

798. a sa trame coupée. This construction, which placed the 
object between the auxiliary and the past participle — the latter gen- 
erally agreeing with it in gender and number — was becoming obsolète 
in Corneille's time, and he gradually dropped it. 

799-802. A combination of rhetoric and Gongorism, which dis- 
pleased Scudéry and was declared unnatural by Voltaire. The idea 
of 800-S02 is from the Spanish. Cf. 11. 863, 864. 

805, 806. The original read: 

" Par cil sera jamais mon âme satisfaite, 
Si je pleure ma perte et la main qui l'a faite? " 

The Academy objected to '■'■ je pleure . . . la main " as an impossi- 
ble conception, and Corneille sacrificed his couplet to meet this 
objection. 

807. qu'un tourment. Translate r/// l>y " but." 

817. combat de colère et de 3amme. Notice the combination 
of a literal meaning {^colère^ with a figurative {flamme). 

S20. consulte = délibère. 

822. son intérêt m'afflige. Criticised by the Academy for unit- 
ing a word meaning good or bad fortune {intérêt') with one meaning 
only bad {afflige). — son intérêt. See l. 917. note. 



ACTE III. SCÈNE IV. 133 

832. orrai. Future of oiiir. Corneille also uses other finite tenses 
of the verb. which are now obsolète. 

848. Le poursuivre, etc. Voltaire and Sainte-Beuve agrée in con- 
sidering this verse an epitome of the play. It was suggested by the 
Spanish original, and reproduced most happily by Corneille. 

Scène IV. 

Corneille comments on this scène in his " Examen " (p. 14). 

855. Ecoute-moi. The change of number from vous to tu is of 
great service to French dramatists, since they can indicate by it, most 
simply and strongly, a complète change in the situation. 

857. avecque. This spelling became antiquated while Corneille 
was writing. He retains it where it is necessary to his verse. 

864. Et fais-lui perdre, etc. Somewhat finical in its play on 
words and sentiment. Corneille is aware of this defect (cf. !. 866, 
etc.), and speaks of it in his " Exartïen " (pp. 14, 15). Cf. 11. 893, 
894. 

867. Notice the force gained by repeating '■'■Ole-moi cet objet,'''' 
from 1. 859. 

8S7. A moins que d' = A moins d\ a usage of the seventeenth 
century. See note for 1. 1334. — opposer. The objects of opposer 
are the three foUowing clauses, each introduced by çue. — appas 
seems a decided affectation in such a genuine outburst of feeling. 

895. et j'ai dû m'y porter, I had to bring myself to it (to offend 
you). 

897. quitte. The adjective. 

901. un père mort. See note for 1. 1208. 

906. fui is pronounced as one syllable. 

91 1. que = sinon, a fréquent meaning in the seventeenth century. 

917. ton intérêt ici, your share in the matter, Y>XQh2ih\y. 

919. bien — bonheur. 

923. te perdre, destroy you. Contrasi with /^ra'?^, **lost." 

927, 92S. Thèse lines are the imitation and the adaptation of 
11. 871, 872. Such répétitions were considered dramatic and forceful. 
Cf. 11. 929, 930 and 11. 945, 946. 

929. De quoi qu' = De quelque chose que, A favorite construc- 
tion with Corneille, now quite unusual. 

963. Va, je ne te hais point. A celebraled phrase. 



134 NOTES. 

974. encore que = bien çtte. Common in the seventeenth century. 

984, etc. The disappearance of the arguments, based on duty and 
honor, before the regrets and tenderness of the leave-taking (which 
the shorter lines express so vividly) makes the scène unsurpassed in 
beauty and pathos. See Act II, Se. 10, of the Spanish. 

985. heur stands hère as well as elsewhere in Corneille. It became 
antiquated at the end of the century. Cf. note for 1. 763. 

989, 990. A most éloquent and natural metaphor. 

994. Tant que =^ /usqu^ à ce que. This phrase was censured — in 
variant to 1. 894 — by the Academy, but it remained in good use, and 
still occurs. 

997- garde bien qu'on te voie ^= prends garde, etc. Quite com- 
mon, boih with ne and without, in the poetry of ihe century. 

Sainte-Beuve, in summing up this scène, says: " Telle est cette belle 
scène qui ne sera surpassée que par une seconde du même genre. 
L'exécution ne se soutient pas également dans toute la durée; mais 
quel beau motif, quelle belle musique, quel bel air, si les paroles man- 
quent quelquefois ! Nous avons là, au reste, le plus beau de Cor- 
neille. . . . Shakspeare n'aurait pas inventé cela; c'est trop peu 
naturel; il y a trop de compartiments, de contradictions sul)tile5; 
mais c'est beau, d'un beau qui suppose le chevalresque et le point 
d'honneur du Moyen- Age. Et aussi la partie humaine, éternelle, s'y 
retrouve: c'est l'amour " ("Xouv. Lundis," vol. vii, pp. 279, 280) 

Scène V. 

This scène (suggested by De Castro, Act II, Se. 11), in spite of 
the admirable couplet with which it begins (compare, " Nos plaisirs 
les plus doux ne vont point sans tristesse, "Horace, 1. 1407), has been 
censured by the critics for having no connection with the preceding 
dialogue, and consequently for interrupting the unity of action. — 
Notice that the actors come and go hère, as elsewhere in the play, 
without seeing one another. 

1004. contentements. The plural of this word was often used in 
seventeenth century poetry, and is evcn found in its earlier prose. 
See "Lexique." 

1009. je m'y travaille = ;V w'j' applique. This phrase, in good 
standing during the seventeenth century, became obsolète in the 
eighteenth. 



ACTE III. SCÈNE VI. 135 

IOI2. consume. The first éditions hâve consomme. Vaugelas de- 
fined ihe two words, and led Corneille to the change indicated. 

I022. Ou si je vois. This use of si in questions is censured by 
Voltaire, but is supported by the example of the best authors. 

In the Spanish play Don Diego awaits Rodrigo at a place agreed 
upon by both, and speaks his part while listening to the distant gallop 
of Rodrigo's horse. 

Scène VI. 

1028. lieu = raison. Notice again the omission of the indefînite 
de. 

1039, 1040. Larroumet rccalls Malherbe's lines on the sons of 
Henry IV, in his sonnet to that king (" Poésies," XXV): 

'• Que toujours on dira qu'ils ne pouvaient moins faire, 
Puisqu'ils avaient l'honneur d'être sortis de vous " (11. 13, 14). 

1053. Porte . . . haut = exalte. 

1062. change = infidélité. A common meaning at this tinie. 

1064, 1065. Notice the maxims in this scène, especially hère and in 

I. 1058 and 1. 1059. 

1076. amène. Notice the singular of the verb, found in every 
édition. 

1080. cinq cents. The number given by Guillen de Castro (.\ct 

II, Se. 12). This allusion to feudal customs suddenly transfers us 
from the absolute monarchy of Louis XIII to the lawless lifc of 
mediaeval chivalry. 

1082. Se venaient tous offrir. A striking example of the cusiom- 
ary position of the pronoun, object of the dépendent infînitive, in 
the first décades of the century. 

1084. Larroumet fînds hère an écho of Horace's: 

" Audiet cives acuisse ferrum 
Que graves Persae melius périrent." 

{Odes, I, c. 2. 11. 21, 22.) 

The idea of the sentence was given by the Spanish play. 

1090. Notice the syntax of this line. 

1097. cher ^précieux. Often found with this meaning in the lit- 
eratare of the century. 

iioo. au = dans le. See note for 1. 428. 



136 NOTES. 



ACTE IV. Scène I. 

Between the end of Act III and the beginning of Act IV there is an 
interval of several hours. The night has passed, and Rodrigue has 
defeated the Moors. Still, strictly speaking, unity of time may be 
observed in Le Cid, for the events of the preceding day may hâve ail 
taken place toward evening. Corneille, in fact, implies that this was 
the case, when he says: "Je ne puis dénier que la règle des vingt et 
quatre heures presse trop les incidents de cette pièce " (" Examen," 
p. l6). Cf. also 1. 1107 and Introduction under "The Unities in Le 

cidr 

1 124. reprenez = regagnez. 

II 26. Pour dLVQÏX = Parce qtic fai. A construction with pour 
which is now coming inlo use again. 

1132. produit. We hâve departed hère from the reading of 
Marty-Laveaux ("produits"), because Corneille hz.s produit in every 
édition. In the seventeenth century the rule for the agreement of the 
past participle with the object preceding was not universally recog- 
nized, though Corneille generally observed it. This is one of the few 
instances where he did not. 

11 33. Et, quoi qu'on die. This early form of the près. subj. 
(^die from dicat) was still found in good writers of the day. Molière's 
ridicule of Trissotin's sonnet in Les Femmes Sava/i/es (1. 772) has 
made the phrase immortal. 

1142. voici venir. This construction has gradually become obso- 
lète, though it was perfectly good French. ^ 

.■ u -^ 

Scène II. 

AU crilics hâve censured this scène, which is merely a répétition of 
ihe former, the Infanta taking the place of Elvire. 

1147. autre que = «?// a^^/^^ ^?/if nowadays. 

1157. discours, talk. 

I169. Hier. Pronounced as one syllablc. 

1196. cyprès, the sign of mourning; lauriers, the emblem of 
triumph. 

1200. donne = 5(7rr//f^. 

1208. Après mon père mort. A construction which is an imita- 
tion of Latin syntax. It was quite common with the authors of the 



ACTE IV. SCENE III. 137 

rime. Cf. "Examen," p. 15, 11. 8, 9; p. iS, 1. 4; also 11. 901, 959, 
1018, etc. 

Scène III. 

Notice the declamatory beginning of the scène, like so maiiy of 
Corneille's introductions to new situations. Cf. Act I, Se. 3, Se. 5; 
Act II, Se. 7, etc. 

12 10. de Castille. Notice the omission of the article, not infre- 
quent in the early classical period. 

1 2 1 1 . Race =fih. 

1212. de la tienne. Agrées with valeur. 

1219. Ne sont point. The subjects of sont are the nouns pays, 
sceptre, and Mores. Notice that thèse are accompanied each by a 
past participle, a Latinism no longer in vogue. 

1220. vers = envers. A usage lasting into the eighteenth century. 
1223, Puisque Cid, etc. Cid is from the Arabie seid, meaning 

" lord." Tradition says that the title was gi%'en to Rodrigo by five 
Moorish kings whom he had conquered. Corneille gets his lines from 
a paraphrase of his Spanish original (Act II, Se. 20), where, how- 
ever, only four kings are eited. 

1226. Tolède. This city remained under Moorish rule until 1085. 

1229. honte. Both the Academy and Voltaire censure the use of 
honte for pudeur. 

1232. j'en reçoi. The latter day grammarians reject en when 
referring to persons. Yet the seventeenth century favored it as more 
concise and clearer than the personal pronoun or possessive adjeetive. 
Cf. 1. 533, See " Lexique." — Notice the omission of s in reçoi. See 
note for 1. 771. 

1239, 1240. Poor lines in style and rhythm. 

1255. Adroit allusion to the main subject of the play, to keep it 
before the audience. 

1264. \oxs= alors. Vaugelas' remarks on the proper use of lors 
induced Corneille to replace it with alors in various passages. 

1268. part = partie. 

1273. One of Corneille's famous verses, which the French critics 
compare with Milton's: 

" Xo light ; but rather darkness visible'' (Paradtse Lost^ I, 1. 63). 

1275. L'onde s'enfle dessous. Another poetical phrase tnost 



138 iNOTES. 

faithful to life. Below, in 1. 1281, Corneille i> just as félicitons in his 
use of the technical terni a>ure>it. 

1283, etc. This whole speech is an excellent example of the Ijo'^t 
qualifies of French draniatic writing. Descriptive, cieclamatory, con- 
cise, and flowing, Rodrigue"» lines improvc as they multiply. Ilcre 
are the sumnions to fight; farther on (1. 1301, etc.) the pjean of 
victory. 

1286. se confondent, arc Ûiro-cn info coii/iision. Cf. 1. 1293. 

1297. alfanges, scimilars. A Spanish word (^aijaiijc), borrowed 
this once only by Corneille. The actors, to avoid its strangeness, now 
make use of the two lines of the variant. See Marty-Laveaux éd. 
vol, iii, p. 173, note 4. 

1298. au leur = avec k h'i.y. 

1304. OÙ le sort inclinait. Larroumet sees hère Tacitus' "Neu- 
tre inclinaverat fortuna " (^HisL, III, c. 23). 

1308. The /' of rai must refer to sor/ in 1. 1304- 

1310. The lines now become inferior in style, and lose in clearness. 

1313. câbles. Nearly ail the éditions read diables, which is still 
the ordinary pronunciation of the word by the Seine boatnien. Cor- 
neille, as a native and résident of Rouen, a Norman of Normandy, 
prided himself on lus command of nautical terms, and used them in his 
earlier plays both freely and aptly. See Introduction, under " Plan 
and Versification." 

131 7. The original of this verse is better and clearer: 

" Ainsi leur devoir cède à la frayeur plus forte."' 

1319. Cependant que =^ Pendant que. Vaugelas condemned ce- 
pendant for pendant, but Corneille favored it, both in poetry and 
prose. See " Lexique." 

1328. Another line which lias become a familiar quotation. — 
Sainte-Beuve calls this speech a "Narration épique admirable. . . . 
C'est le plus noble des bulletins, le plus chevalresque des récils de 
guerre. . . . C'est le chant du clairon" ("Nouv. Lundis," vol* 
vii, pp. 287, 288). 

ScÈXE IV. 

1334. avant que sortir. In the sixteenth century avant was 
sometimes put directly before the infînitive. Later, avant que was pre- 
ferred, and, fînally, Vaugelas insisted on avant que de, which, how- 



ACTE IV. SCENE V. 139 

ever, was often too long for the limitations of poetry. Avant de was 
used in the seventeenth century by second-rate writers only. Cf. 
1. 1288. 

Scène V. 

1339. Si de ... le dessus. Now /^ t/<?5J?<5 5/<;- is customary. 

1340, 1341. Voltaire déclares this stratagem, borrowed by Corneille 
from the Spanish (^Las Mocedades, Act III, Se. 6), to be beneath the 
dignity of tragedy, and surmises that the Academy lot it pass because 
l.e Cl d was first entitled a tragi-comedy. 

1343. amour parfait. The phrase "parfait amour" is a tradi- 
tioïial one in France, and was an especial favorite in the sixteenth 
century. See Margaret of Navarre's lleptameron. Cf. parfait 
amant of 1. 496. 

1344. pâmoison is now anlicjuated. 

1367, 1368. Thèse two lines may hâve been inspired by Horace's 

" Uulce et décorum est pro patria mori " (Odes, III, c. 2). 

Corneille repeats the sentiment in his Horace : 

" Mourir pour le pays est un si digne sort " (1. 441). 

Thèse two passages may hâve suggested to Rouget de ITsle the re- 
frain to his song Roland à Roncevaux (1792) : 

'• Mourons pour la patrie, 
C'est le sort le plus beau. 
Le plus digne d'envie." 

Alexandre Dumas took up this refrain in his novel Le Chevalier de 
Maison- Rouge, and expanded it into a song in the drania of the same 
name in 1847. The song became popular during the Révolution of 
1848, and has ever since been known as the Chant des Girondins. 

1372. au lieu de fleurs. Flowers adorned the sacrificial victim. 

1378. lieu de franchise, place o/re/nge. 

1382. sert d'un nouveau trophée. To-day un woukl be omitted. 
Corneille seems to prêter this construction, since it occurs elsewhere 
in his plays. 

1383, 1384. Allusions to the Iriumphs of the Roman gênerais.— 
For croissons see note to 1. 740. — deux rois must refer to the Moor 
ish kings of 1. 1 108. 

1388. la même équité. See note to 1. 399. 



140 NOTES. 

1406. Cette vieille coutume. The mediœval one of demanding 

a champion to redress wrongs. 

1414. Another familiar quotation. Sainte-Beuve says of it: "Après 
avoir longtemps parlé comme un bailli, ce roi tout d'un coup s'ex- 
prime en roi" ("Nouv. Lundis," vol. vii, pp. 290, 291). 

1416. A poor line, in style and rhythm. 

1424. brave homme = homme brave. 

1445-1449. This haste to hâve ail the fighting over with was due to 
Corneille's anxiety regarding the unity of time. He himself regretteà 
later thèse Unes, and says, in his Discours de la tragédie: " Je me suis 
toujours repenti d'avoir fait dire au Roi, dans Le Cid, qu'il voulait que 
Rodrigue se délassât une heure ou deux après la défaite des Maures 
avant que de combattre don Sanche: je l'avais fait pour montrer que 
la pièce était dans les vingt-quatre heures; et cela n'a servi qu'à 
avertir les spectateurs de la contrainte avec laquelle je l'y ai réduite. 
Si j'avais fait résoudre ce combat sans en désigner l'heure, peut-être 
n'y aurait-on pas pris garde " (Marty-Laveaux éd. vol. i, p. 96). 
Cf. also " Examen," p. 16. 

1450-1453. Corneille hère makes a concession to the edicts against 
duelling. Notice the construction. 

1457. Qui qu'il soit. SeXàova \\%eàior quel qii''il soi/. 

1459. Et que pour récompense. The Spanish author made 
Ximena promise to marry the opponent of Rodrigo in case he was 
victor. But the king look no sides and gave no such command as he 
does hère. The Academy rightly censured this passage. See Las 
Mocedades, Act III, Se. 6. 

ACTE V. Scène I. 

1469, 1470. Thèse fines are a great improvement on the original 
in the variant, both in sensé and style. Cf. éd. vol, iii, p. 182. 

1479. au besoin = dans le péril. A not infrequent meaning in 
the poetry of the century. 

1483. même cœur = le même courage. 

1496. à qui = à celui qui. Cf. 1. 417. 

1499. estomac ouvert may not be considered particularly refined, 
yet it is found both in verse and prose down into the eighteenth cen- 
tury, estomac meaning poitrine. 

1514. rendre combat = livrer combat. See "Lexique " 



( 



ACTE V. SCÈNES II, III. 141 

1518. S'il ne faut m'offenser, Except to offend me. 

1522. Vo'taire expresses great admiration for this verse. 

1527. dessous = sous. Cf. note for 1. 532. 

1529. veuillez = vouliez. A form Corneille adopted, after much 
hésitation, instead oi veuilliez. The form is still found in the impera- 
tive. Previous to the fifteenth century the ending of the regular verbs 
in er and ir for the 2d plu. près. ?ubj. was ez. For the other conju- 
gations it was iez, a form whioh finally prevailed everywhere. Excep- 
tions to both classes were found, and this is one of them. 

1538. S'il l'en eût refusée. See note to 1. 218. 

1556. This famous line excited Scudéry's indignation, .nnd led him 
to denounce the heroine as a most shameless character. 

1559. Paraissez, etc. The actors formerly suppressed this out- 
burst of eiithusiasm and challenge to the whole vvorld. Vet the critics 
praise it, and Sainte-Beuve says: " Il n'y a pas d'exagération possible 
dans un tel moment: c'est plein de grandeur" ("Nouv. Lundis," 
vol. vii, p. 296). 

1564. c'est trop peu que de vous, you are too féru. Construe 
the phrase. 

Scène II. 

This monologue of the Infanta is cvidcntly designed to serve as 
pendant lo Rodrigue"s strophes at the end of Act I. Notice its great 
inferiority to its predecessor in both rhylhm and sentiment. 

1572. pour être = quoique tu sois. 

1575. dit, decreed. 

1579. s\XX,from. 

1591. la mort d'un père. Notice that Corneille has substituted 
the more genuine French phrase for the Latin un père mort of the 
variant. Cf. 1. 1208. 

Scène III. 

1601. courage = ^«rï/r. Hère we find the reverse of 1. 261 and 
1. 1483, where cœur meant courage. 

1600, 1603, 1604. Thèse lines are the répétition of the Infanta's 
verses in 1. 108 and 11. m, 112. Notice that mari and guéri rhyme 
as in 1. 112. 

1637-1640. Rather absurd reasons to be advanced by a princess. 

1642. encore un coup, once more. 



ï42 NOTES. 



Scène IV. 



1647. oïl = auquel. Cf. 1. l6o2. 

1659, 1660. Dtari rliymes with chéri, pronounced chari. Cf. note 
for 11. II I, 112. 

1661. se rebelle = 5^ révolte. After the middle of the century 5<f 
rebeller became antiquated. 

1662. querelle. At the présent day this word is ordinarily used 
only where two or more persons are concerned, and means "a lively 
dispute." 

1680. le vouloir = /rt volonté. The infînitive as substantive war 
much more commun in the older literature. — celle refers to la loi. 

1685. Gardez = Prenez garde. See note for 1. 997. 

1691. Sec 1. 1564. 

1696. Voltaire claims that Elvire's arguments help to justify Chi- 
mène's attitude towards Rodrigue, and incline the spectator to dcsirt 
the reconciliation of the lovers. 

1701. penche. Corneille spelled /^//t//^. 

Scène V. 

The Academy is severe in ils remarks on this scène, and says that 
Chimène's misapprehension is too long drawn out. This is évident 
when the play is read, but is less apparent when it is acted, owing to 
the sympathy excited in the audience by the heroine's émotion. — 
Notice, however, that the scène is much eut down from the original 
version (Marty-I^aveaux éd. vol. iii, p. 192, note 3). 

1706. Practically the same verse as 1. 858, and intended to call 
attention to Chimène's affection for Rodrigue, as equal to her love f<, r 
her father. 

171 5. tu l'as pris en traitre, j'ou came upon him tr cacher onsly. 

Scène VI. 

1726. bien = certainement. 

1741. ne croit, for ne le croit. 

175 1. mon devoir. This " duty " seems gotten up on the spur of 
the moment, in order to justify the preceding scène; for Rodrigue has 
not yet reached the palace. 

1753. lui porter ton épée. The custom of chivalry was to send 
the conquered to the conqueror's mistress or sovereign. 



ACTE V. SCÈNE VII. 143 

1758. audience. A wider sensé than the judicial hearingoi to-day. 

1762. UDe amour. Corneille made amour of both genders in his 
earlier plays, but later on preferred the masculine. Cf. 1. 1742, where 
the masculine bas replaced the orginal féminine. See " Lexique." 

1766. quitte. This word ordinarily applies to persons only, but 
Corneille uses it for things also. 

1 768. Que mettre = Que de me'tre. 

1772. chèrement = tenJrevient. 

Scène VII. 

1778. tout de nouveau. A not infrequent phrase with Corneille. 
— In regard to the sentiment expressed hère Voltaire says quite 
curtly: " Rodrigue a offert sa tête si souvent, que cette nouvelle offre 
ne peut plus produire le même effet." 

1783-1788. Enthusiasm turning to bombast. See 11. 1793, 1794. 

1784. travaux. The " labors " of Hercules perhaps. 

1798. revancher. Corneille seems fond of this verb, and uses it 
in both prose and poetry. It is now found only in familiar discourse. 
The nieaning of the line may be : " Retain the memory of me so as 
to aveng"^ yourself." 

1806-1811. Notice how Corneille hashere improved on his original 
verses (see Marty-Laveaux éd. vol. iii, p. 197, note l). Voltaire 
pronounces on the passage a most favorable judgment: "Il semble 
que ces derniers beaux vers que dit Chimène la justifient entièrement. 
Elle n'épouse point le Cid; elle fait même des remontrances au roi. 
J'avoue que je ne conçois pas comment on a pu l'accuser d'indécence 
[as Scudéry did (see note to 1. 1556)] au lieu de la plaindre et de 
l'admirer." 

18 14. ne se -çouvoir ^ ne pas êire possible. 

1822. cependant, meanwhile. 

1840. This last sonorous verse bore to the audience the author's 
final plea for the probability of his view of Chimène's character. The 
Academy censures this solution, Voltaire upholds it, while Sainte- 
Beuve refiects that "Tout est bien qui finit bien." 



VOCABULARY 



à, at, to, in, by, with, for, of. 

abaisser, abase, lower; s' — , 
humble oneself. 

abandonner, abandon, forsake. 

abattre, strike down; s' — , fall, 
be cast down. 

abattu, defeated, cast down. 

abîme, m. abyss. 

abîmé, plunged (in grief). 

abolir, abolish, destroy, pardon. 

abord, m. approach, attack; 
d' — , at first. 

aborder, approach. 

absolu, absolute, arbitrary. 

absurdité, /. absurdity. 

abus, m. abuse. 

abuser, abuse, deceive; s' — , 
be mistaken. 

accabler, ovcrwhelm, crush. 

accepter, accept. 

accommodement, m. recon- 
ciliation. 

accommoder, make up, recon- 
cile; s' — , be reconciled. 

accompagnement, m. accom- 
paniment, attendant. 

accompagner, accompany, at- 
tend. 

accomplir, accomplish. 

accord, m. accord, agreement; 
d' — , in accord; être d' — de, 
be in accord with, admit. 

accorder, grant, reconcile; s' — , 
be reconciled, be settled. 

accoutumer, accustom. 

accuser, accuse, blâme, re- 
proach. 

achever, finish, complète, ac- 
complish. 



acquérir, acquire, obtain, win. 
acquitter, acquit; s' — , dis- 
charge. 
acte, m. act. 
acteur, m. actor. 
action,/, action, deed. 
adieu, m. farewell. 
admettre, admit, allow. 
admirer, admire, wonder at. 
adorer, adore. 

adoucir, soothe, appease, calm. 
adresse,/, skill. 
adresser, address; s' — , be 

aimed. 
adversaire, m. adversary. 
affaiblir, weaken; s' — , fail. 
affaire, /. aftair, matter. 
affermir, conflrm, strengthen. 
aifliger, afiiict, grieve; pour 

m' — , to my grief. 
affranchir, free, liberate. 
affreux, -se, dreadful, fearful. 
affront, m. insuit. 
afin ; — de, in order to; — que, 

in order that. 
Africain, m. African. 
âge, m. âge. 
agir, act; faire — , employ, use; 

il s'agit de, it is a question of . 
agréable, pleasing. 
agresseur, m. aggressor. 
aide, /. aid, help. 
aider, aid, help, assist. 
aïeul, m. ancestor, forefather. 
aigrir, embitter, sting, irritate, 

increase. 
ailleurs, elsewhere; d' — , be- 

sides, moreover. 
aimable, cherished, pleasing. 
aimer, love. 



iAS 



146 



VOCABULARY 



ainsi, thus; — que, as well as. 
aisé, easy. 

aisément, easily, plainly. 
ajouter, add. 
alarme, /. alarm. 
alfange, tn. scimitar. 
allégeance,/, relief, consolation, 
allégement, m. solace, relief, 
allégresse,/, joy, happiness. 
aller, go, proceed, lead; allons, 

corne! s'en — , go away; il y 

va, it is a question, it con- 

cerns. 
allimier, kindle, light, stir up. 
alors, then; — que, when. 
altier, -ère, haughty, proud. 
amant, m. lover. 
ambitieux, -se, ambitious. 
âme,/, soûl, heart. 
amener, bring, lead. 
ami, m. friend. 
amitié, /. friendship, love._ 
amorce, /. allurement, bait. 
amour, w. /. love. 
amoureux, -se, in love, loving; 

lover, 
amuser (s'), amuse oneself. 
an, 7u. year. 
ancien, -ne, ancient, old, 

former, elder. 
ancrer, anchor. 
Andalousie, /. Andalusia {prov- 

ince of soiithern Spain). 
ange, m. angel. 
anglais, English. 
animer, animale, inspire, stim- 

ulate. 
année, /. year. 
apaiser, appease, pacify. 
apercevoir (s'), perceive, see, 

discover. 
apologie, /. defence, reply. 
apparence, /. appearance. 
appartement, m. apartment. 
appas, VI. attraction, charm. 
appeler, call, call to. 
applaudir, applaud, commend. 
applaudissement, w. applause. 



apporter, bring, bring in. 
apprendre, teach, acquaint 

with, learn. 
apprêter, prépare, 
approcher, approach, draw 

near. 
approuver, approve. 
appui, m. support, protection, 
après, after, ne.xt; d' — , after- 

ward; — que, after. 
arbitre, m. arbiter. 
arborer, raise, hoist. 
archevêque, m. archbishop. 
ardeur, /. ardor, passion, zeal. 
armée, /. army. 
armer, arm. 
armes,/, pi. arms; prendre les 

— , take up arms. 
arracher, snatch, wrest. 
arrêt, ;;;. decree. 
arrêter, arrest, stop, check, 

fix; s' — , stop, 
arrivée, /. arrivai, 
arriver, arrive, happen. 
arroser, water, bedew. 
asile, m. asylum, refuge, 
assaillant, m. assailant. 
assassiner, assassinate, grieve. 
assaut, m. assault, attack. 
assemblage, m. union, meeting, 
assemblée, /. assembly, audi- 
ence. 
assembler, assemble, coUect, 

unité. 
asservir, enthrall, enslave. 
assez, enough, quite, sufficient, 

very; c'est — de, they are 

enough. 
assis, seated, sitting. 
assurance, /. confidence, 
assuré, sure, certain, 
assurer, assure, make sure, se- 

cure; s' — , be sure. 
attacher, attach; s' — à, aim to. 
attaquer (s'), attack. challenge, 
atteindre, attain, reach, equal, 

afïect, attack. 
atteinte, /. blow, pang, shock. 



VOCABULARY 



147 



attendant que, until, till. 
attendre, await, wait, expect. 
attentat, m. crime, attempt. 
attente, /. liope, expectation. 
attirer, attract, draw. 
aucun, any, any one, either, 

none. 
audace, /. audacity, boldness. 
audacieux, -se, audacious, 

bold; hotspur. 
au-dessous, below. 
au-dessus, above, superior to. 
audience, /. hearing {see n. for 

l. 1758). 
auditeur, m. hearer. 
augmenter, increase. 
augure, ;«. omen, présage, 
aujourd'hui, to-day, now; dès 

— , this very day. 
auparavant, before. 
auprès de, near, next to, in 

comparison w-ith. 
aussi, also, so, as, therefore; 

— bien, moreover, besides. 
aussitôt, immediately; — que, 

as soon as. 
autant, as much, as many, so 

much, so many, as, so; — 

que, as much as, as good as, 

as well as; d' — plus, so much 

the more. 
auteur, fu. author. 
autoriser, authorize, justih-. 
autorité, /. authority. 
autour de, around, about, near. 
autre, other, greater, différent, 

another, any other; tout — , 

any other. 
autrefois, formerly. 
autrement, othermse. 
autrui, others. 
avancer, advance, hasten. 
avant, before; — que, before. 
avantage, m. advantage. 
avec, with; d' — , from. 
avecque = avec, 
avenir, w. future, henceforth. 
aventure, /. expérience, f ate. 



avertir, warn, inform. 

avertissement, m. notice. 

aveuglement, m. bUndness. 

aveugler, blind. 

avis, m. coun&el, advice, opin- 
ion, notice. 

aviser (s'), think. 

avoir, hâve; — beau, be in 
vain, do in vain; — besoin 
de, need; — part à, share in; 
— soin, take care; — tort, 
be wrong. 

avouer, confess, own, avow. 

B 

baigner, baihe. 

baiser, kiss. 

balance, /. balance, scales; 

mettre en — , weigh. 
balancer, waver, hesitate. 
bande, /. band, troop. 
bannir, banish, expel. 
bas, -se, low, base, in a low 

voice. 
bas, m. bottom. 
bataille,/, battle. 
bâtir, build. 
battre, beat, defeat; se — , 

hght. 
beau, bel, belle, beautiful, 

handsome, fine, splendid, 

noble; avoir — , be in vain, 
beaucoup, much, many, very. 
beauté, /. beauty. 
besoin, m. need, occasion; au 

— , in time of need, in péril; 

avoir — de, need. 
bien, well, wiseh', very, in- 

deed, much, many; — que, 

although. 
bien, m. welfare, wealth, hap- 

piness, good. 
bienséance, /. propriety. 
bientôt, soon. 
blâme, w. blâme, censure, 
blâmer, blâme, censure. 
blanc, -che, white, blank. 
blanchir, whiten, grow white. 



148 



VOCABULARY 



blesser, wound, offend. 

blessure, /. wound. 

bon, -ne, good. 

bonace, /. calm, smooth sea. 

bonheur, m. happiness, good 

fortune. 
bonté, /. goodness, kindness. 
bord, m. shore, border, 
borne,/, limit, bound. 
borner, limit, confine. 
bouche, /. mouth. 
bouillant, boiling, hot, angry. 
bouillon, m. bubble. 
bourreau, m. executioner. 
bout, m. end; à — , to extremi- 

ties; en venir à — , succeed. 
bras, m. arm. 
bravade, /. bravado. 
brave, brave, worthy. 
braver, brave, defy. 
brigade, /. troop. 
brigue, /. intrigue. 
briguer, sue for, solicit. 
brillant, brilliant; spangles, 

brilliant ornaments. 
briller, sparkle, shine. 
briser, break, shatter. 
bruit, m. noise, sound, rumor, 

report, talk. 
brûler, burn. 



cabinet, m. room. 

câble, m. cable. 

cacher, hide, conceal. 

calme, m. calmness, peace. 

calmer, calm, soothe. 

capitaine, m. captain. 

capricieux, -se, capricious. 

captif, -ve, captive. 

caractère, m. character. 

caresser, caress, praise. 

carrière,/, career. 

cas, m. case, attention; faire 
— de, esteem, value; faire 
si peu de — de, think so 
lightly of. 

casser, break, crush. 



castillan, Castilian. 

Castille, /. Castile {province of 

central S pain). 
cause, /. cause, reason. 
causer, cause. 
cavalier, m. cavalier, knight, 

gentleman. 
ce, cet, cette, ces, this, that, 

thèse, those. 
céder, yield, give up, give way, 
cela, that. 

célèbre, eminent, glorious. 
célébrer, celebrate, praise. 
celer, conceal, hide. 
celui, celle, ceux, celles, this 

one, that one, this, that, etc. 
censeur, m. censor. 
cent, hundred. 
cependant, however, mean- 

while; — que, while. 
certain, certain, sure. 
certes, assuredly. 
cesse, /. ceasing, stop, 
cesser, cease, stop, end. 
chacun, each, every one. 
chagrin, m. grief, 
chaîne, /. chain. 
chaleur,/, heat, warmth, anger. 
champ, m. field, lists. 
chandelle, /. candie, 
change, m. faithlessness, infi- 

delity. 
changement, m. change, 
changer, change, exchange; — 

de, change. 
chaque, each, every. 
char, m. car, chariot, 
charger, load, encumber, bur- 

den. 
charmant, charming, pleasing. 
charme, m. charm, spell, de- 

light. 
charmer, charm, delight, fasci- 

nate. 
chasser, drive away. 
châtiment, m. chastisement. 
chaud, hot, warm, ardent. 
chef, m. head, leader. 



VOCABULARY 



149 



chemin, m. way. 

cher, -ère, dear, precious. 

chercher, ^eek, look for, get, 

attempt. 
chèrement, dearly, tenderly. 
chérir, cherish. 
cheval, tn. horse; à — , on 

horseback. 
chevalier, m. knight. 
cheveux, m. pi. hair. 
chez, at the house of, in the 

apartment of, in, among, 

within, at. 
chiffre, m. figure. 
choir, fall. 

choisir, choose, sélect, 
choix, w. choice. 
choquer, ofïend, shock. 
chose,/, thing. 
chronique, /. chroaicle. 
ciel, cieux, m. heaven, heavens, 

sky. 
cimeterre, m. scimitar. 
cinq, five. 
cinquante, fifty. 
circonstance, /. circumstance. 
clairement, clearlj'. 
clarté,/, light, clearness. 
cloître, t>!. cloister. 
cœur, m. heart, courage, 
colère,/, anger, wrath. 
combat, m. battle, struggle, 

combat, confiict; rendre — , 

fight. 
combattant, m. combatant, 

warrior. 
combattre, fight, combat, re- 

sist. 
combien, how many, how 

much. 
comble, w. climax, culmina- 

tion, crowning, height; pour 

— à, to complète, to crown. 
combler, crown, fiU, over- 

whelm, heap up. 
comédie, /. comedy, play. 
comédien, ?h. actor. 
commandement, tn. command. 



commander, command, order. 
comme, how, as, like, as if. 
commencer, begin, commence, 
comment, how. 
commentateur, m. commenta- 

tor. 
commettre, commit, entrust. 
commisération, /. commiséra- 
tion, pil\'. 
commun, common, gênerai; 

common run. 
communication, /. connection. 
compatir, sympathize, pity. 
composer, compose. 
compromettre, compromise. 
compte, m. account; faire — , 

esteem, value; rendre — , 

give account. 
comte, m. count. 
concerner, concern, interest. 
concevoir, conceive. 
concours, m. crowd, gathering. 
concurrence, /. compétition, 
condamner, condemn. 
conduire, conduct, lead. 
conduite, /. behav'ior, conduct, 

phin. 
confesser, confess. 
confiance, /. confidence, re- 

liance. 
confidente, /. confidante. 
confondre, confound, confuse; 

se — , be confounded,, be 

thrown into confusion. 
confus, confused, perple.xed. 
conjoncture, /. situation. 
connaissance, /. knowledge, 

acquaintance. 
connaître, know, be acquainted 

with; faire — , make known. 
conquérant, w. conqueror. 
conquérir, conquer. 
conquête, /. conquest, prize. 
conseil, m. council, counsel, 

décision. 
conseiller, advise. 
consentement, m. consent, 
consentir, consent. 



150 



VOCABULARY 



conserver, keep, préserve, 
considérable, important, 
considération, /. considération, 
considérer, consider, think. 
consoler, console, 
constance, /. constancy, forti- 

tude. 
consulter, consult, delibcrate, 

hesitate. 
consumer, consume, e.xhaust; 

se — , be consumed. 
content, contented, satisfied. 
contentement, w. contentment, 

pleasure. 
contenter, please, satisfy. 
conter, relate, tell. 
continuel, -le, continuai, 

steady. 
continuer, continue, 
contraindre, constrain, compel. 
contrainte, /. constraint, com- 

pulsion. 
contraire, contrary, adverse; 

au — , on the contrary. 
contre, against; — terre, on 

the ground. 
contredire, contradict. 
contrée, /. country, région. 
convenir, suit; — de, admit, 

allow. 
convier, invite, summon. 
corps, )>!. body, corpse. 
côté, m. side; de tous — s, in ail 

directions; des deux — s, on 

both sides; du — de, on the 

part of, in the direction of, 

toward. 
coucher (se), lie down. 
couler, flow, run. 
couleur, /. color, pretext; sans 

— , pallid. 
coup, m. blow, stroke, time, 

deed, effort; — d'essai, tirst 

attempt; — de maître, mas- 

ter-stroke; du premier — , at 

once; encore un — , once 

more. 
coupable, m. culprit. 



couper, eut, eut short, eut off. 
cour,/, court. 

courage, in. courage, heart. 
courir, run, hasten, run 

through. 
couronne,/, crown. 
couronner, crown. 
courroux, m. anger, wrath. 
cours, m. course, 
courtisan, tu. courtier, 
coûter, cost. 
coutume,/, custom. 
couvrir, cover. 
craindre, fear, dread. 
crainte,/, fear. 
crédit, m. influence. 
crêpe, m. /. crape. 
cri, m. cr}'. 

crier, cry out, cry for. 
criminel, -le, criminal, guilty. 
croire, believe, think, trust; 

en — , rely on. 
croître, grow, increase. 
croyance,/, crédit, belief, faith. 
cruauté, /. cruelty. 
cuisant, sharp, poignant, 
cyprès, m. cj'press. 

D 

daigner, deign. 

dans, in, into, within, among. 

davantage, more, further. 

de, of, by, with, on, from, in, 

to, than. 
débat, m. contention, 
décevoir, deceive. 
déchirer, tear, rend, 
décider, décide, 
décousu, taken, ripped from. 
découvrir, discover, disclose, 
décret, »i. decree. 
dédaigner, disdain. 
dédain, m. disdain, scorn. 
dedans, within, in; au — , 

wilhin. 
dédire, deny, retract, with- 

draw. 
défaire, defeat. 



VOCABULARV 



151 



défaite,/, defeat. 

défaut, m. defect, fault. 

défendre, défend, forbid. 

défense, /. defence. 

défenseur, m. defender. 

défiance, /. distrust, suspi- 
cion. 

défigurer, disfigure. 

dégager, redeem. 

dégénérer, degenerate. 

degré, >n. degree, step. 

déguiser, disguise, conceal. 

déjà, aiready, now. 

delà, beyond. 

délasser (se), rest. 

délibérer, deliberate, waver. 

délier, disconnect. 

délivrer, free. 

demain, to-morrow. 

demande, f. request, pétition. 

demander, ask, ask for, de- 
mand. 

démentir, belle. 

demeurer, live, dwell, remain, 
stay. 

demi; à — , half. 

dénier, deny. 

départ, m. departure. 

dépendre, dépend. 

dépens, m. e.xpense, cost. 

dépit, m. spite; en — de, in 
spite of. 

déplaire, displease, offend. 

déplaisir, m. grief, sorrow. 

déplorable, sad. 

déplorer, déplore, lament. 

depuis, since, after; — que, 
since; — peu, recently. 

dernier, -ère, last, vil est, ex- 
trême. 

dérober, steal, take away, 
snatch. 

derrière, behind. 

dès, from, since, beginning 
wath; — que, as soon as. 

désabuser, disabuse, unde- 
ceive. 

désarmer, disarm. 



désaveu, m. disavowal, déniai 

désavouer, disown, disavow. 

descendre, descend, go down, 
land. 

descente, /. descent, landing. 

désespérer, drive to despair, 
despair. 

désespoir, m. despair. 

déshonneur, m. dishonor. 

déshonorer, dishonor. 

désir, m. désire, wish. 

désobéir, disobey. 

désordre, m. disorder, confu- 
sion. 

désormais, henceforth. 

dessein, m. design, purpose, in- 
tention. 

dessous, under, beneath, be- 
low; au de, under, be- 
neath. 

dessus, above, over; le — , 

victory; au de, above, 

superior; avoir le — , gain 
the victory. 

destin, m. destiny, fate, lot. 

destinée, /. destiny. 

destiner, destine. 

détacher, detach, separate. 

détail, m. détail. 

déterminément, precisely. 

déterminer, détermine. 

détruire, destroy. 

deuil, 7)1. mourning. 

deux, two; tous — , both. 

devant, before, in front of. 

devenir, become. 

devin, m. prophet. 

devoir, owe, be obliged, ought, 
should, must, be to, hâve to, 
hâve duties. 

devoir, m. duty, respect, con- 
cession; dans le — , dutiful. 

dévorer, devour. 

dieu, m. God; heavens! 

diffamer, defame, debase. 

différence, /. difi^erence. 

différer, defer, delay, put off. 

digne, worthy, noble. 



152 



VOCABTTLARY 



dignité,/, dignity, honor. 
dire, say, tell, mention, decree; 

vouloir — , mean. 
directement, dircctly. 
discerner, discern, distinguish. 
discord, m. discord, anger. 
discourir, discourse, talk. 
discours, m. talk, speech, 
disgrâce, /. disgrâce, misfor- 

tun.:. 
dispenser, dispense, exempt 

from. 
disposer, dispose, order. 
disputer, contest. 
dissimuler, dissemble, hide. 
dissiper, dispel. 
divers, diverse, différent. 
divin, divine. 
diviser, divide, separate. 
division, /. estrangement. 
dix, ten. 
docte, learned. 
domination, /. sway. 
dompter, master, subdue. 
don, m. gift. 

donc, then, therefore, pray. 
donner, give, bestow, dévote, 
dont, of which, from which, 

with whom, from whom, of 

whom, whose. 
dorénavant, henceforth. 
doubler, double. 
douceur,/, mildness, joy, clem- 

ency. 
douleur,/, grief, pain. 
doute, m. doubt; sans — , 

doubtless. 
douter, doubt, hesitate. 
douteux, -se, doubtful. 
doux, -ce, gentle, pleasing, 

kind. 
douzaine,/, dozen. 
drapeau, m. flag. 
droit, right, just, straight. 
droit, VI. right. 
dur, hard, harsh, rough. 
durée,/, duration. 
durer, persist, last. 



eau, /. water, tears. 
éblouir, dazzle. 
ébranler, shake, move. 
échafaud, m. scaffold. 
échapper, cscape; s' — , make 

oncs escape. 
éclat, m. outburst, noise, dis- 

play, splendor, glory. 
éclatant, brilliant, loud. 
éclater, break out, appear; 

faire — , display. 
écouter, listen. 
écrire, write. 
édit, m. edict, decree. 
effacer, blot out, destroy. 
effectivement, really. 
effet, 7n. effect, resuit, deed, 

accomplishment; en — , in 

fact; obtenir 1' — , succeed. 
effroi, m. fright, terror. 
égal, equal, like, the same. 
également, equally. 
égaler, rival, 
égaré, bewildered. 
égarer (s'), go astray, wander. 
élevé, loft}'. 

élever, raise, exalt, elevate. 
élire, elect, sélect, choose. 
éloge, m. eulogy. 
éloigner, remove, banish. 
embarrasser, embarrass. 
embraser, set on tire, 
embrasser, embrace, kiss. 
embuscade, /. ambuscade. 
émouvoir, move, excite; s' — , 

be moved. 
empêchement, m. hindrance. 
empêcher, hinder, prevent; 

s' — , keep from. 
empire, m. authority, empire, 
employer, use, employ. 
emportement, m. passion, \io- 

lence. 
emporter, carry away; 1' — . 

gain the day. 
empreindre, imprint, stamp. 
empresser (s'), hasten. 



VOCABULARY 



153 



emprunter, borrow. 

ému, moved. 

en, in, to, into, like, as. 

en, of it, from it. 

enchaîner, enchain, chain. 

encor(e), still, again, yet, even, 

more; — que, although. 
encourager, encourage, 
endurcir, harden. 
endurer, endure, suffer, bear. 
enfermer, shut up. 
enfin, at last, finally, in short, 
enfler, swell, fill; s' — , rise. 
enfuir (s'), flee away. 
engager, pledge, pligbt, en- 
gage; s' — , undertake. 
enlever, carry away, remove. 
ennemi, tu. enemy; adj. hostile, 

hateful. 
ennui, m. grief, sorrow, tor- 

ment. 
enorgueillir, puff up, make 

proud. 
ensemble, together, at the 

same time. 
ensuite, afterward, then, next, 

in conséquence. 
entendre, hear, understand, 

mean. 
entier, -ère, entire, whole. 
entrailles,/, pi. entrails, vitals. 
entre, between, among. 
entreprendre, undertake, at- 

tempt. 
entrer, enter, corne in, go in. 
entresuivre (s'), foUow each 

other. 
entretenir, speak, talk, con- 
verse, inform. 
entretien, m. conversation, 

talk. 
envers, toward, to, in regard to. 
envi ; à 1' — , in émulation, 
envie,/, envy, désire; avoir — , 

désire. 
envier, envy, begrudge. 
envieux, -se, envious, jealous. 
environ, around, about. 



environner, surround. 

envoyer, send. 

épandre, shed, pour out. 

épargner, spare, save. 

épée, /. sword. 

épithète, m. (/;/ Corneille) term. 

épître, /. epistle, letter. 

épouser, marry. 

épouvantable, dreadful. 

épouvante, /. fear, terror. 

épouvanter, frighten, terrify. 

époux, m. husband. 

épreuve, /. trial, test. 

épris, smitten, in love. 

éprouver, test, feel, expérience. 

équité, /. equity, justice. 

erreur,/, error, mistake. 

escadron, m. squadron, troop. 

Espagne, /. Spain. 

espagnol, Spanish; Spaniard. 

espèce,/, kind. 

espérance,/, hope, expectation. 

espérer, hope, e.xpect. 

espoir, w. hope, expectation. 

esprit, m. mind, spirit, heart, 
wit, sensé. 

essai, ?«. trial, attempt. 

essayer, try. 

essuyer, wipe away. 

estime, /. esteem. 

estimer, esteem, consider. 

estomac, m. breast. 

et, and. 

étabUr, estabUsh. 

étaler, display. 

état, 7)1. State, condition, es- 
teem, account. 

éteindre, extinguish, quench, 
stifle; s' — , die out. 

étendre, extend, spread. 

éternel, -le, eternal. 

étoile, /. star. 

étonner, astonish, amaze, daze, 
terrify; s' — , be astonished, 
wonder. 

étouffer, stifle, suppress. 

étrange, strange, extraordi- 
nary, wonderful. 



IS4 



VOCABULARY 



être, be, exist; — à, belong to; 
été, gonc. 

événement, m. event, out- 
comc. 

éviter, avoid. 

examen, m. examination, con- 
sidération. 

examiner, examine, consider. 

exaucer, hear, grant. 

excès, m. excess, extrême. 

exciter, excite, arouse. 

exclamation, /. outcry. 

excuser, excuse; s' — , be 
excused. 

exécrable, odious. 

exécuter, exécute, carry out. 

exemple, m. example. 

exercer, exercise, administer. 

exiger, dcmand, exact. 

expérience, /. expérience, test. 

expliquer, explain. 

exploit, m. exploit, deed. 

exposer, expose, set forth. 

exprès, on purpose. 

extrême, extrême, excessive. 

extrémité, /. extremity, dire 
need. 



fabuleux, -se, fabulous. 
fâcheux, -se, unpleasant, pain- 

ful.^ 
facilité, /. facility, compliance. 
façon, /. style, manner, way; 

de cette — , in this way; de 

quelque — que, in whatevcr 

way. 
faible, feeble, weak, slight. 
faiblesse, /. feebleness, weak- 

ness. 
faillir, fail, miss, err, corne very 

near. 
faire, do, make, act, cause, 

form, produce, accomplish; 

se — , take place; c'en est 

fait, it is ail over. 
fait, w. fact, deed; tout à — , 

entirelv. 



falloir, be necessary, be needed, 
be, must, should, ought, 
nccd; s'en — , be far from, 
lack. 

fameux, -se, famous. 

famille, /. family. 

fardeau, m. burden. 

faste, m. pomp, display. 

fatiguer, fatigue, weary. 

faute, /. fault, error; — de, for 
lack of. 

faux, -sse, false. 

faveur, /. favor. 

favorablement, favorably,. op- 
porluncly. 

fécond, fruitful, rich. 

feindre, feign, prétend. 

femme, /. woman, wife. 

fer, m. iron, steel, sword; pi. 
chains. 

ferme, firm, steady, solid. 

ferveur, /. fervor. 

fête, /. feast, festival {see p. 
17, n. 7). 

feu, m. are, âame, passion, 
love. 

fidèle, faithful, loyal, true. 

fidélité,/, fidelity. 

fier, proud, high-spirited, sig- 
nal. 

fièrement, proudly. 

figurer (se), fancy. 

fiUe, /. daughter. 

fils, ni. son. 

fin, /. end, aim; à la — , at 
length. at last. 

finir, end. finish, cease. 

flamand, Flcmish. 

flamme, /. flame, passion 
love. 

flanc, w;. side. 

flatter, flatter, soolhe, mislead. 

flatteur, -se, flattering, pleas- 
ins. 

flétrir, tarnish, fade, wither. 

fleur, /. flowcr. 

fleuve, m. river. 

flottant, wavering, irresoluie. 



VOCABULARY 



155 



flotte, /. fleet. 

flux, m. flow, tide. 

foi, /. faith, Word. 

fois, /. time; une — , once; 

deux — , twice; trois — , 

thrice; à la — , at the same 

time, at once, 
fond, m. bottom, depth, hold, 

rear. 
fonder, found, establish. 
fondre, melt, dissolve, 
force,/, force, strength, power; 

à — de, by dint of ; sans — , 

faint. 
forcer, force, compel, carry, 

storm. 
forfait, m. crime, 
former, form, work, make; 

se — , spring. 
fort, strong; verj', much. 
fortement, vigorously. 
fortifier, fortify. 
fou, fol, folle, mad, wild, fond, 
foudre, fn. f. lightning, thun- 

derbolt. 
foule, /. crowd; en — , in 

crowds. 
français, French. 
franchise, /. freedom, refuge. 
frapper, strike. 
frayeur,/, fright, terror. 
frémissement, m. quivering, 

shudder. 
frère, m. brother. 
front, m. brow, forehead. 
frontière, /. frontier, border, 
fruit, m. fruit, resuit; sans — , 

fruitlessly. 
fuir, flee, escape. 
fuite,/, flight, escape. 
fumer, smoke. 

funérîiilles, /. pi. funeral rites. 
fimeste, fatal, deadly, disas- 

trous. 



gagner, gain, win, reach. 
gain, m. gain, winning. 



galerie, /. gallery, corridor. 

garantir, protect, préserve. 

garde, /. guard; prendre — , 
take care, notice. 

garder, keep, watch, take care; 
se — de, take care not to, 
keep from. 

gendre, m. son-in-law. 

gêne, /. trouble. 

gêner, vex, distress, torment. 

généreux, -se, noble, high- 
minded, courageous. 

générosité, /. nobility, cour- 
age. 

genou, m. knee. 

gens, m. f. pi. people, persons, 
men. 

gentilhomme, m. nobleman. 

glace, /. ice, coldness, chill. 

gUssade, /. slip. 

gloire, /. réputation, glory, 
honor, famé, dignity. 

glorieusement, gloriously. 

glorieux, -se, glorious, honor- 
able, proud. 

goût, m. taste, pleasure. 

goûter, enjoy, taste. 

gouvernante, /. governess. 

gouverner, rear, instruct, gov- 
ern. 

gouverneur, wz. tutor, guard- 
ian. 

grâce, /. favor, pardon, ap- 
pearance; thanks; de — , 
I pray; rendre — s, give 
thanks; mauvaise — , ill 
grâce. 

grand, great, tall, noble. 

grandeur, /. grandeur, great- 
ness. 

graver, engrave, grave. 

gré, m. will, pleasure. 

grec, -que, Greek, Grecian. 

Grenade, /. Granada {city and 
province in soiithern S pain). 

gros, -se, big. 

guère, little; ne. . . — , hardly. 

guérir, cure, heal. 



156 



VOCABULARY 



guerre,/, war. 

guerrier, m. warrior; adj. war- 
like, martial. 

H 

habit, m. cloak. 

haine, /. halred, hâte. 

haïr, hatc. 

haleine, /. breath. 

hardiment, boldly. 

harnois, m. harness, armor. 

hasard, m. risk, hazard, chance. 

hasarder, risk. 

hâte,/, ha.ste; en — , in haste, 

forthwith. 
hâter, hasten. 
haut, high, lofty, tall, bold; 

aloud, boldly; le porter — , 

go far. 
hautain, haughty. 
hautement, loudiy. 
hélas, alas! 
héritier, vi. heir. 
héroïne, /. hcroine. 
héros, m. hero. 

heur = bonheur, m. happiness. 
heure, /. hour, time; à toute 

— , hourly; sur 1' — , at once, 
heureusement, happily. 
heureux, -se, happy, fortu- 

nate. 
hier, yesterday. 
histoire, /. history, story. 
historien, m. historian. 
historique, historical. 
hommage, m. homage; faire 

— , pay homage. 
homme, m. man. 
honneur, m. honor, state; 

perdre d' — , dishonor. 
honorer, honor. 

honte, /. shame, modesty, dis- 
grâce, 
honteusement, disgracefully. 
horreur, /. liurror, dread. 
hôtel, m. dwelling. 
huit, eight. 
humain; buman, humane. 



humain, m. human being; pi. 

mankind. 
humeur, /. mood, temper. 
hymen, m. marriage. 
hyménée, m. marriage. 

I 

ici, hcre. 

idée, /. idca, notion. 

ignorer, be ignorant of. 

il, he, it. 

image, /. likeness. 

imaginer, imagine; s' — , im- 
agine, fancy. 

imiter, imitate. 

immobile, motionless. 

immoler, sacrifice. 

immortaliser (s'), immortalize 
oneself. 

immuable, changeless. 

imparfait, imperfect. 

impitoyable, pitiless, cruel. 

importer, import, be important, 
concern. 

importun, importunate, trou- 
blesome. 

importuner, importune, trouble- 

imposer, impose on, lay on. 

imprévu, unforeseen, unex- 
pected. 

imprimer, print. 

impudence, /. presumption. 

impuissance, /. impotency. 

impuissant, impotent, power- 
less. 

impuni, unpunished. 

impunité, /. impunity. 

imputer, impute, charge. 

incertain, u.icertain, doubtful. 

incertitude, /. uncertainty. 

incessamment, constantl)*. 

incliner, incline. 

incommodité,/, inconvenience. 

inconnu, unknown. 

incroyable, incredible. 

indifférent, inditTerent. 

indigne, unworthy. 

indirectement, indirectlv. 



VOCABULARY 



157 



indiscret, -ète, indiscreet. 
indomptable, unconquerable. 
inégal, unequal, uneven. 
inégalement, unequally. 
inégalité, /. inequality, dispar- 

ity. 
infâme, infamous, base, 
infamie, /. infamj'. 
Infante, /. Infanta {Spanish 

king's daugliter). 
infidèle, faithless, false. 
infini, infinité. 
infiniment, infinitely. 
infortuné, unfortunate, hap- 

less. 
ingénieux, -se, clever, ingeni- 

ous. 
ingrat, ungrateful. 
injure,/, insuit, wrong, outrage, 
injurieux, -se, offensive, in- 
jurions, 
injuste, unjust, wrong. 
inquiétiide, /. distress, uneasi- 

ness. 
insigne, signal, noteworthy. 
instant, w. instant; à 1' — , im- 

mediately. 
instruire, teach, instruct. 
intéressé, interested, con- 

cerned. 
intéresser, interest; s' — , take 

interest in. 
intérêt, tn. interest, concern, 

profit, share, duty. 
intituler, entitle, call. 
introduire, introduce. 
inutile, useless, vain, 
invaincu, unconquered. 
irrégiilarité, /. irregularity. 
irriter, irritate, excite; s' — , 

be irritated. 
issue, /. outcome, resuit. 
italien, -ne, Italian. 



jadis, formerly, of old. 
jalousie, f. jealousy. 
jaloux, -se, jealous, grieved. 



jamais, ever; à — , forever; 
ne. . . — , never. 

jeter, cast, spread, tlirow out, 
give. 

jeune, young, youthful; youth. 

jexmesse,/. youth. 

joie, /. joy, delight. 

joindre, join, unité. 

jour, m. day, daylight, light, 
life; mettre au — , beget, 
produce; voir le — , live; 
en plein — , in broad day- 
Ught. 

journée, /. day, deed, battle. 

juge, m. judge. 

jugement, ;k. judgment, sen- 
tence. 

juger, judge, décide. 

jusque (s), to, as far as, even 
to; — à, to, up to, tUl; — ■ 
ici, thus far, tUl now; — là, 
so far, till then. 

juste, just, right, exactly. 

justesse,/, exactness, suitable- 
ness. 

justificatif, -ve, justifjring. 

justifier, justify. 



là, there; de — , thence; par 
— , by that, thereby. 

lâche, cowardly, base. 

lâcher, let slip. 

laisser, leave, leave alone, let, 
allow; — faire, cause, leave 
it to; — de, leave off, cease. 

langue, /. tcngue, language. 

langueur, /. languor, dullness. 

languissant, languishing, faint. 

larme,/, tear. 

las, -se, trred, weary. 

laurier, m. laurel; victory. 

laver, wash, wash away, wasK 
out. 

leçon, /. lesson, precept. 

légèreté, /. le\-ity, indiscrétion. 

légitime, legitimate, lawful. 

lendemain, m. next day. 



tS8 



VOCABULARY 



lent, slow, tardy. 

lettre, /. letter, type. 

leur, their; to them. 

lever (se), rise. 

liaison, /. linking, connection. 

libéralement, freely. 

libérateur, m. liberator. 

liberté, /. liberty, freedom. 

libre, free. 

lice, /. lists, arena. 

licence, /. license, liberty. 

lien, m. bond, lie, obligation. 

lieu, m. place, spot, stead, 

reason, room, cause; au — 

de, instead of; avoir — , 

take place, hâve cause; 

donner — , give rise. 
limiter, lirait. 
lire, read. 
lit, m. bed; — d'honneur, field 

of honor. 
livre, m. book. 
livrer, hand over, surrender. 
loi, /. law, rule, sway, course; 

faire la — , give thc law, 

control. 
loin, far, far off; — de, far from. 
loisir, m. leisure. 
long, -ue, long, prolonged. 
long, ))!. length; au — , at 

lenglh. 
longtemps, a long time. 
longueur, /. length, delay. 
lors, thcn; dès — , forthwith. 
lorsque, when. 
louable, praiseworthy. 
louange,/, praise. 
louer, praise. 

lugubre, funereal, melancholy. 
lui, he, him, it; to him, to her, 

to it. 
l?imière, /. light, day. 

M 
magnanime, noble, magnani- 

mous. 
raain, /. hand; help; être aux 

— s. corne to blows. 



maintenant, now, 
maintenir, maintain. 
mais, but, why. 
maison,/, house, faraily. 
maître, -sse, main, controUing. 
maître, w. master, chief. 
maîtresse, /. mistress, sweet- 

heart. 
majesté, /. majcsty. 
mal, ill, badly, hardly. 
mal, m., pi. maux, evil, ill, woe, 

misfortune. 
malade, m. f. patient, 
maladie, /. malady, sickness. 
malaisé, ditticult. 
malaisément, with difficulty. 

hardly. 
mâle, manly. 
malgré, in spite of. 
malheur, m. misfortune, dis- 

tress, sorrow. 
malheureux, -se, unfortunate, 

unhappy, wretched; wretch. 
mânes, m. pi. mânes, shades. 
manie, /. mania, madness, 

folly. 
manière, /. manner, way, fash- 

ion. 
manquer, fail, be wanting, 

lack, err. 
marcher, walk, go. 
mari, ;«. husband. 
mariage, w. marriage. 
marque, /. mark, token, sign. 
marquer, mark, trace, indicate. 
Mars, m. Mars; warrior. 
matin, m. morning. 
maudit, accursed. 
Maïu-e, m. f. Moor. 
mauvais, bad, mean, poor. 
maxime, /. ma.xim. 
méchant, evil, wicked, poor; 

evildoer, scoundrel. 
méconnaître, fail to recognize. 
médiocre, médiocre, ordinary. 
médisance, /. slander. 
médisant, m. slanderer. 
meilleur, better; le — , the best. 



VOCABULARY 



159 



mélange, m. mixture. 

mêler, niLx, mingle, blend. 

membre, m. limb. 

même, same, even, very, 
self. 

mémoire, /. memory, famé. 

menace, /. threat, menace. 

ménager, husband. 

ménager, m. steward. 

menu, lesser, minute. 

mépris, vi. scorn, contempt. 

mépriser, despise, scorn. 

mer, /. sea. 

mère,/, mother. 

mérite, m. merit. 

mériter, deserve, merit, gain. 

merveille, /. wonder, marvel. 

merveilleux, -se, marvelous. 

mesure, /. measure, modéra- 
tion. 

mesurer, measure; se — à, 
cope with. 

métier, m. profession, trade. 

mettre, put, set, place, put on, 
employ; — au jour, give 
life to; se — , set about, 
begin. 

meurtrier, m. marderer. 

mien, -ne, mine. 

mieux, better, rather, more; 
le — , the best, most. 

milieu, m. middle, midst; au 

— de, in the midst of. 
mille, thousand, a thousand; 

— et — , thousands and 
thousands. 

ministre, m. minister. 
miracle, m. miracle, wonder. 
mise, /.; être de — , be in 

vogue. 
misérable, wretched; wretch. 
misère, /. wretchedness, dis- 

tress. 
modèle, m. model. 
modérer, moderate. 
moderne, modem. 
mœurs, /. pi. morals, manners. 
moindre, less; le — , least. 



moins, less; au — , du — , at 

least; à — que, unless; le 

— , least. 
moitié,/, half. 

mollement, laxly, indulgently. 
monarchie, /. monarchy. 
monarque, m. monarch. 
monde, m. world, people; 

tout le — , everybody. 
monsieur, m. sir. 
monter, go up, ascend, mount. 
montrer, show, manifest; se 

— , appear. 
More, m. Moor. 
mort, dead, deathly. 
mort,/, death. 
mortel, -le, mortal, fatal. 
mot, m. Word, saying. 
moteur, m. mover, author. 
moucheur, m. snulïer. 
mourant, dying, languishing. 
mourir, die. 
mouvement, m. movement, 

émotion, passion, impulse, 
moyen, m. means, way. 
muet, -te, mute, silent. 
mur, m. wall. 
muraille, /. wall. 
murmurer, murmur, repine. 

N 
nager, swim, float. 
naissance, /. birth; prendre 

— , be born. 
naître, be born, spring, arise; 

faire — , give birth. 
naturel, m. nature, disposition, 
naufrage, m. shipwreck. 
Navarrois, m. of Navarre, 

Navarrese. 
ne, not. 

né, born; bien — , noble, 
néanmoins, nevertheless. 
nécessaire, m. necessity, the 

necessary. 
négliger, neglect, omit, 
nerf, m. sinew. 
ni, neither, nor. 



i6o 



VOCABULAHY 



noblement, nobly. 
nœud, tn. knot, lie, bond, 
noir, black, dark, base, 
nom, m. name, renown; au — 

de, in the name of. 
nombre, w. number. 
nommer, name. 
non, no, not. 
noter, blâme. 
notre, nos, our. 
nôtre, ours; les — s, our 

men. 
nourrir, nourish, rear, train. 
nourriture, /. nourishment, 

food. 
nouveau, -el, -elle, new, fresh, 

strange; de — , again. 
nouvelle, /. news. 
nuage, m. cloud. 
nuire, harm, injure. 
nuit,/, night; de — , by night. 

O 

obéir, obey. 

obéissance, /. obédience. 

obéissant, obedient. 

objet, 7n. object, subject, per- 

son, purpose. 
obligation, /.; avoir — , be 

undcr obligalion. 
obliger, oblige, compel. 
obscur, faint, dim. 
obscurcir, obscure, darken. 
observer, observe. 
obstiner, make obstinate; s'—, 

persist. 
obtenir, obtain, win, get; — de, 

succced in. 
occasion, /. occasion, oppor- 

tunity. 
odieux, -se, odious, hateful. 
œil, m. eye, glanée; face, 
œuvre,/, work. 
offense, /. offence, insuit. 
offenser, offend, insuit. 
offenseur, m. offender. 
offre,/, offer 
offrir, offer, présent. 



ombrage, m. umbrage, suspi- 
cion. 

ombre, /. shadow, protection, 
shade. 

on, one, we, any one, you, 
people, they. 

onde, /. wave. 

opposer, oppose; s' — , oppose. 

opprimer, oppress. 

orage, m. storm, tempest. 

ordinaire, customary, usual; 
d' — , ordinarily, usually. 

ordonner, ordain, decree, direct, 
arrange. 

ordre, m. order, command, care. 

oreille, /. ear. 

orgueil, vi. pride, arrogance. 

original, original; original ver- 
sion. 

ornement, m. ornament. 

oser, dare, venture. 

ôter, take from, take away. 

ou, or; — ... — , either...or. 

où, where, whither, when; in 
which, to which; d' — , 
whence; par — , how, in 
what way. 

oublier, forget. 

ouïr, hear. 

outrage, m. outrage, insuit; 
faire — , offend, insuit. 

outrager, insuit. 

outre, further, besides, aside; 
plus — , farther. 

outrer, e.xceed, provoke. 

ouvert, open, bare. 

ouvrage, m. work. 

ouvrir, open, lay bare. 



page, m. page {boy)\f. page, 
palais, m. palace, 
palme, /. palm, victory. 
pâmer, swoon, faint. 
pâmoison,/, fainting, swoon. 
panique, wild. 

par, by, through, from, by 
meaus of. 



VOCABULARY 



lÔI 



parade,/, display. 
paraître, appear, seem, be seen. 
paraphraser, paraphrase. 
parce que, because. 
pardonner, pardon, forgive. 
pareil, equal, such, like, simi- 

lar. 
paresse, /. indolence. 
parfait, perfect. 
parler, speak, talk, tell. 
parmi, among, with. 
parole, /. word, promise. 
part,/, part, share, place; avoir 

— à, share in; de la — de, 

from, in the name of; 

prendre — à, share in, take 

interest in. 
partager, divide. 
parti, m. party, match, part, 

side. 
particulier, -ère, particular, 

spécial. 
partie, /. part, adversary. 
partir, set out, départ, go 

away, leave. 
partisan, m. partisan, friend. 
partout, everywhere. 
pas, not. 

pas, m. step, pace. 
passé, m. past. 
passer, pass, pass by, surpass; 

se — , take place; se — de, 

do without. 
passion,/, passion, love. 
paternel, -le, paternal. 
pathétique, pathetic. 
patrie,/, fatherland. 
payer, pay, pay for. 
pays, m. country. 
peindre, paint, describe. 
peine, /. pain, distress, lard- 

ship, punishment; à — , 

hardly, scarcely; avoir — , 

regret, 
pencher, incline, bend. 
pensée, /. thought. 
penser, tn. thought. 
percer, pierce, penetrate. 



perdre, lose, ruin, destroy; se 
— , be lost. 

père, m. father. 

perfide, unfaithful,false; traitor. 

perfidie, /. perfidy. 

péril, m. péril, danger. 

périr, perish, die. 

personnage, m. character. 

personne, / person, anybody, 
any one; ne — , nobody, ne 
one. 

persuader, persuade, induce. 

perte, /. loss, f ail, destruction. 

petit, little, small. 

peu, m. httle, too little; hardly: 
tm — , a few. 

peuple, w. people. 

peur,/, fear; de — , for fear. 

peut-être, perhaps. 

philosophe, m. philosopher. 

pièce, /. pièce, play, room. 

pied, m. foot; de — ferme, 
firmly. 

piller, pillage, plunder. 

pitié,/ pity. 

pitoyable, pitiable. 

place, /. place, room, square, 
fortress. 

placer, put, place. 

plaie, /. wound. 

plaindre, pity; se — , complain. 

plainte, /. complaint, lamenta- 
tion. 

plaire, please; se — , take 
pleasure. 

plaisir, m. pleasure. 

plein, full, complète, open. 

pleinement, fully. 

pleurer, weep, weep for. 

pleurs, m. pi. tears. 

plonger, piunge, sink. 

plume,/ pen. 

plupart,/ most, larger part. 

plus, more, further; de — , 
more, moreover; le — , the 
most; non — , not either, 
neither; — ... — , the more 
. . . the more. 



102 



VOCABULARY 



plusieurs, several. 
plutôt, sooncr, rather. 
poème, m. poem. 
poète, »i. poet. 
poétique, /. art of poetry. 
poing, m. fist, hand; au — , in 

hand. 
point, not, not at ail; ne — , 

net, not at ail. 
point, m. point, matter, de- 

gree, state; — du jour, day- 

break. 
pointe, /. point, edge. 
politique, /. politics. 
pompe, /. pomp, splendor. 
pompeux, -se, pompousj splen- 

did. 
populaire, popular. 
port, m. port, haven. 
porte,/, door. 
porter, carrj-, bear, proclaim, 

show, strike, e.xalt. 
portrait, m. picture. 
poser, place, put, set, postu- 

latc. 
posséder, possess, win, be 

mastcr of. 
possible, ;«. utmost, best. 
pour, for, as, to, in order to; 

— grand que, however great. 
pourquoi, \vh\-, wherefore. 
poursuite, /. pursuit, prose- 

cution. 
poursuivre, pursue, prosecute. 
pourtant, however, neverthe- 

less. 
pousser, push, urge on, utter. 
poussière,/, dust. 
pouvoir, be ablc, can, may, 

might, avail; se — , be pos- 
sible. 
pouvoir, w. power, utmost, 

best. 
précepte, m. precept. 
précieux, -se, precious, dear. 
précipice, m. précipice, 
précis, précise. 
précisément, precisely. 



préférer, prefer. 

premier, ère, lirst. 

prendre, lake, seize, catch, get, 
choose, take up; se — à, at- 
tack, l)lame. 

près, near, near by, closel\. 

prescrire, prescribe, enjoin. 

présent, présent; à — , at prés- 
ent. 

présenter, présent, offer. 

présomptueux, -se, presump- 
tuous. 

presque, almost. 

pressant, urgent. 

presser, hurry, press, hasten, 
urgc on. 

présumer, présume. 

prêt, ready. 

prétendre, claim, cxpect, as- 
pire. 

prêter, lend. 

prétexte, m. pretext. 

preuve,/, proof. 

prévenir, anticipate, warn. 

prévoir, foresee. 

prier, pray, beg. 

princesse,/, princess. 

principe, m. principle. 

prise, /. hold. 

priser, prize. 

prisonnier, m. prisoner. 

priver, deprive. 

prix, m. price, prize, reward. 

probabilité, /. probability. 

procédé, m. proceeding, us- 
age. 

proche, near. 

prodiguer, lavish. 

produire, produce, cause, be- 
get, show. 

profond, deep, profound. 

promesse, /. promise. 

promettre, promise; se — , ex- 
pect. 

prompt, sudden, prompt, ready. 

promptitude, /. suddenness, 
promptness. 

propice, kindly disposed. 



VOCABULARY 



163 



propos, m. Word, occasion; à 
— , suit?ble, opportune; à 
quel — , why; mal à — , in- 
opportunel}'. 

proposer, propose, offer. 

propre, own, verj-, suitable. 

proscrire, proscribe. 

protestation,/, protest, affirma- 
tion. 

province,/, province, state. 

publier, publish, proclaim, dé- 
clare. 

puis, then, next. 

puisque, since. 

puissance,/, power. 

puissant, strong, mighty. 

punir, punish. 

punition, /. punishment. 

pur, pure, clean. 

pureté, /. purity. 



qualité, /. qualitj', character. 
quand, when, whenever, 

though. 
quant à, as to, as for. 
quantité,/, many. 
quatre, four, 
que, what, which, whom, that; 

as, than, how, when; since, 

in order that; if, but, be- 

cause; — de, how many, 

how much. 
quel, -le, what, what a, which. 
quelque, some, any; — ... 

que, however, whatever. 
quelquefois, sometimes. 
quelqu'un, some one, some- 

body; pi. some, a few. 
querelle, /. quarrel, cause, 
quereller, quarrel with; se — , 

quarrel. 
qui, who, whom, he who, which; 

— que, whoever. 
quitte, free, quit, clear. 
quitter, give up, forsake, 

leave. 



quoi, what, which; — que, 
whatever; de — que, how- 
ever. 

quoique, although. 



rabattre, humble, put down. 
race, /. race. Une, descendant. 
raconter, relate. 
raison, /. reason; tirer ma — , 

obtain satisfaction. 
raisonnable, reasonable, just; 

peu — , unreasonable. 
raÙier, rally. 
ramper, crawl along. 
rang, »i. rank, class. 
ranger, arrange, form in Une, 

reduce, subject. 
rapport, m. report, account. 
rapporter, report, recount, 

quote, refer. 
rarement, rarely. 
rassis, calm, composed. 
ravager, ravage, lay waste. 
ravaler, debase, lower. 
ravir, charm, delight, snatch 

away. 
rebelle, rebellions. 
rebeller (se), rebel. 
recevoir, receive, accept. 
rechercher, seek, seek out. 
récit, m. account, report, story. 
recommander, recommend. 
récompense, /. recompense, re- 

ward. 
récompenser, recompense, re- 

ward. 
reconnaissable, recognizable. 
reconnaissance, /. gratitude, 

acknowiedgment. 
reconnaître, recognize, ac- 

knowledge. 
recourir, hâve recourse, 
recours, m. recourse. 
recouvrir, recover, gain. 
reculer, delay, set back. 
redevable, obliged, indebted. 
redire, repeat, censure, 



164 



VOCABULARY 



redoublement, m. augmenting. 

redoubler, increasc. 

redoutable, formidable. 

redouter, fear, drcad. 

réduire, rcducc, conipel. 

réfléchir, reflect. 

reflux, m. ebb. 

refus, m. refusai, déniai. 

refuser, refuse, décline. 

regagner, regain, win back. 

regard, m. regard, look, aspect. 

regarder, regard, look at, con- 
cern. 

régir, rule, govern. 

règle, /. rule. 

régler, rule, regulate, control. 

régner, rule, reign. 

regret, m. regret; à — , regret- 
fully. 

régulier, -ère, regular, accord- 
ing to rule. 

rehausser, hcighten, enhance. 

rejeter, reject, throw back. 

relâcher, give up, relax. 

relever, set off, relieve; se — , 
rise, recover. 

remarque, /. remark, observa- 
tion. 

remarquer, observe, notice. 

remède, w. remedy, cure. 

remédier, remedy, cure. 

remercîment, m. thanks. 

remettre, put off, intrust, take 
back, commit, compose, re- 
store, deliver, pardon; s'en 
— à, Icavc it to. 

rempart, di. rampart, bulwark. 

remplir, t'iU again, fiU. 

remporter, carry off. 

renaître, be born again, re- 
vive, return. 

rencontrer, meet with, encoun- 
ter, find. 

rendre, render, restore, give 
back, make, offer; se — , 
suirender, become. 

renfort, vi. reinforcement. 

renom, m. renown, name. 



renommée, y. renown, famé. 

rentrer, reënter. 

renverser, overthrow, destroy, 

defeat, reverse, frustrate. 
renvoi, m. dismissal, référ- 
ence. 
répandre, shed, pour, 
réparer, repair, mend, retrieve, 

make amends for. 
repentir (se), repent. 
repentir, m. repentance. 
répliquer, reply. 
répondre, respond to, answer, 

agrée with, suit; — de, be 

responsible for. 
reporter, bear, bring back, 

carry. 
repos, m. repose, rest, peace. 
reposer (se), repose, rest, be 

calm; rely. 
repousser, repuise, reject, push 

l)ack. 
reprendre, take back, résume, 

recover; censure. 
représentation, /. performance, 
représenter, represent. 
reproche, m. reproach. 
reprocher, reproach, upbraid, 

blâme. 
réputer, estecm. 
résistance, /. résistance, hin- 

drance. 
résister, resist, oppose, 
résoudre, résolve, induce, per- 
suade; se — , résolve, be re- 

solved. 
respect, w. respect, honor; — 

de, respect for. 
respirer, breathe, live. 
ressentiment, m. resent ment, 

feeling. 
ressentir (se), feel, expérience, 

resent. 
ressusciter, rcsuscitate, revive, 
reste, m. rest, remainder; au 

— , bcsides, morcovcr, how- 

cver. 
rester, remain, be left. 



VOCABULARY 



165 



retenir, retain, keep back, re- 
strain. 

retirer, draw back, withdraw, 
rescue; se — , withdraw, re- 
treat. 

retour, m. return; de — , in 
return. 

retourner, return. 

retraite,/, retreat; faire — , re- 
treat. 

retrouver, find again, recover. 

réussir, succeed. 

revanche, /. retaliation. 

revancher, avenge; se — , rec- 
ompense for. 

revenir, return, corne back. 

rêverie,/, rêverie. 

revers, m. reverse. 

revivre, re\'ive. 

révolter, revolt, rebel. 

révoquer, revoke. 

richesse,/, riches. 

ride, /. wrinkle. 

rien, m. nothing; ne . . . — , 
nothing. 

rigoureux, -se, severe, strict. 

rigueur, /. rigor, severity, 
harshness. 

roi, m. king. 

rôle, m. part, rôle. 

roman, m. romance. 

romance, m. {in Corneille) bal- 
lad. 

rompre, break, interrupt, de- 
stroy. 

rougir, redden, blush, grow red. 

royaume, m. kingdom, realm. 

rude, rough, hard. 

rue, /. Street. 

ruine, /. ruin. 

ruiner, ruin, destroy. 

roisseau, m. stream, brook. 



sacré, sacred, holy. 
sainement, wisely, discreetly. 
saint, holy, sacred. 
salaire, m. reward. 



salut, ?«. safety. 

sang, 7«. blood, family, ofE- 

spring. 
sanglant, bleeding, bloody. 
sans, without, but for; — que, 

without. 
satisfaction, /. satisfaction, rép- 
aration. 
satisfaire, satisfy, give satis- 
faction. 
sauver, save, rescue. 
savoir, know, know how, learn, 

be able; faire — , inform. 
scène, /. scène, stage. 
sceptre, m. scepter. 
scruple, m. scruple, compunc- 

tion, reluctance. 
sécher, dry, dry up. 
secourir, aid, succor. 
secours, tn. aid, help. 
secret, tn. secrecy. 
séduire, beguile, mislead, 

charm. 
seigneur, m. lord, 
selon, according to. 
sembler, seem. 
semer, scatter, sow, strew. 
sens, m. sensé, feeling, mean- 

ing, direction. 
sensible, sensitive, responsive, 

sympathetic. 
sensiblement, reallj', literallj'. 
sentiment, m. feeling, opinion, 
sentir, feel, perceive, smack of. 
séparer, separate, divide. 
sept, seven. 
servir, serve, be of ser\àce; — 

de, serve as. 
serviteur, m. servant, 
seul, alone, only, sole, single, 

mère. 
seulement, only, solely, merely. 

even. 
sévère, harsh, severe. 
sévérité,/, severity. 
Séville, /. Se ville {cil y of An^ 

d ainsi a). 
si, if. whether. 



i66 



VOCABULARY 



si, so, such; un — , such a. 
siècle, m. century, âge. 
siège, m. siège, seat. 
sien, -ne, his, hcr, ils. 
signaler, signalizc, make emi- 

nent. 
signe, )ii. sign. 
simple, mcre, simple, 
simplement, simply. 
sincère, sincère. 
sinon, if not, unlcss. 
sire, m. sire, sir. 
sitôt, so soon; — que, as soon 

as. 
sœur,/, sister. 
soi, oneself. 
soin, m. care, trouble, notice; 

avoir — , take care, attend. 
soir, m. evening. 
soit ; — ... — , whether . . . 

or. 
soldat, m. soldier. 
solliciter, solicit, plead with. 
sombre, somber, dark. 
songer, think, dream. 
sonner, sound, ring; faire — , 

extol. 
sort, m. fate, fortune, lot. 
sorte, /. sort, kind, manner; 

de la — , in this way; de — 

que, so that. 
sortir, go eut, corne out, de- 
part, spring; — de, deviate 

from. 
souci, 7)1. care, an.xiet}-. 
soudain, sudden; suddenly. 
soufflet, in. slap, buffet. 
souffrir, sufïer, endure, allow, 

admit. 
souhait, m. wish, désire, 
souhaiter, wish, désire, wish 

for. 
soulager, solace, lighten, com- 

fort. 
soumission,/, submission, com- 

pliance. 
soupçon, 7)1. suspicion. 
soupir, I)!. sigh. 



soupirer, sigh, long for. 
source,/, source, origin. 
sous, undcr, beneath. 
soutenir, sustain, uphold, bear 

up. 
soutien, w. support, prop. 
souvenir (se), remember, recall. 
souvenir, w. memory, remem- 

l)rance. 
souvent, oflen. 

souverain, sovereign, suprême, 
spectacle, >n. sight, show, 
spectateur, tn. spectator. 
spirituel, -le, clever, witty. 
stérile, idle. 

stratagème, m. slratagem. 
stupide, stupid. 
subjuguer, subjugate, subdue. 
suborneur, -se, suborning, en- 

ticing. 
succès, m. outcome, resuit, 
succomber, succumb, fall. 
suffire, be enough, sulfice. 
suffisant, sufficient, enough. 
suffrage, ?«. support, favor. 
suite, /. suite, retinue, consé- 
quence, resuit; de — , in 

succession. 
suivant, according to. 
suivre, loUow, attend, accom- 

pany. 
sujet, 7u. subject, cause, reason, 

plot, occasion, 
superflu, superfluous. 
suppléer, supply, supplément. 
supplice, ?n. torture, punish- 

ment. 
suprême, suprême, 
sur, on, over, upon, from, by, 

to, about, after; — l'heure, 

at once, 
sûr, sure, certain, secure; mal 

— , uncertain. 
sûrement, surely. 
surmonter, overcome, sur- 

mount. 
surplus, »!.; au — , moreover. 
surprendre, surprise, beguile. 



VOCABULARY 



167 



surprise,/, surprise, confusion. 
surtout, esptcially, above ail. 
survenir, arise, arrive, happen 

along. 
survivre, survive, outlive. 



tache, /. spot, fault, blemish. 

tacher, spot, sull}'. 

tâcher, try. 

taire (se), be silent. 

tant, so, so much, so manj', so 

long; — de, so many; — que, 

so long as, until. 
tantôt, just now, presently, 

now. 
tard, la te. 
tarder, delay. 
tarir, dry up, remove. 
taxer, tax, accuse, 
teindre, stain, tinge. 
teintiire, /. color, tinge. 
tel, -le, such; un — , such a. 
téméraire, rash, presumptuous. 
témérité, /. rashness. 
témoignage, m. witness, tcsti- 

mony. 
témoigner, testify, bear wit- 
ness, show. 
témoin, jn. witness. 
tempête,/, tempest, storm. 
temps, w. time; en même — , 

at the same time. 
tendresse, /. tenderness. 
ténèbres,/, pi. darkness. 
tenir, hold, keep, hâve, take, 

receive, get. 
terme, »i. limit, end. 
terminer, terminale, end. 
ternir, tarnish, stain. 
terre, /. earth, land, ground; 

contre — , on the ground. 
terreur, /. terror, fear. 
tête, /. head, leader. 
texte, m. text. 
théâtre, m. theater, stage 
tien, -ne, thine. 
tiers, m. third. 



tirer, draw, pull, exact, get. 
tissu, tn. séries, succession, 
titre, m. litle. 

Tolède, /. Toledo {city of cen- 
tral Spahi). 
tolérer, tolerate. 
tombeau, w. tomb. 
tomber, fall, drop. 
tort, tn. wrong; avoir — , be 

wrong. 
tôt, soon. 

touchant, touching, affecting. 
toucher, touch, concern, affect. 
toujours, always, ever. 
tour, w. turn; à son — , in 

one's turn. 
tourment, m. torment, pain, 
tourmenter, torment 
tourner, turn. 
tout, ail, wholh', entirely; du 

— , at ail. 
toutefois, however. 
traduction, /. translation, 
traduire, translate. 
tragédie, /. tragedy. 
tragique, tragic. 
trahir, betray, deceive, bafBe. 
traîner, protract, prolong, 
trait, m. dart, stroke, feature, 

impulse. 
traité, m. treatise. 
traiter, treat; — de, treat as. 
traître, -sse, m. f. traitor; en 

— , treacherously. 
trame, /. thread, woof. 
trancher, eut short, interrupt. 
tranquille, tranquil. 
transport, m. rapture. 
travail, m. toil, labor. 
travailler, work, toil; se — , 

strive. 
trembler, tremble. 
tremper, dip, steep. 
trente, thirty. 
trépas, m. death, end. 
triomphant, triumphant. 
triompher, triumph. 
triste, sad. 



i68 



VOCABULARY 



tristesse,/, sadness, sorrow. 

trois, thrce. 

troisième, third. 

tromper, deceive; se — , be 
mislakcn. 

trompeur, -se, deceitful, de- 
lusive, false. 

trône, m. throne. 

trop, too, only toc, toc often; 
— de, too much, too many. 

trophée, m. trophy. 

trouble, m. trouble, distress. 

troubler, trouble, agitate, dis- 
tract; se — , be agitated. 

troupe,/, troop, band. 

trouver, fmd, seek; se —, be. 

tuer, kill, slay. 

tumulte, »!. tumult. 

tutélaire, tutelary, guardian. 

tyran, m. tyrant. 

tjrrannie, /. tyranny. 

tyrannique, tyrannical. 

U 

un, a, an; one. 

unique, only, sole. 

unir, unité, join. 

unité,/, unity. 

usage, m. usage, custom. 

user, wear out, use up; — de, 

make use of, use. 
utilement, with utility. 



vaillamment, valiantly. 

vaillance,/, valor, worlh. 

vaillant, valiant; valiant man. 

vain, vain, proud, useless. 

vaincre, conquer, overcome. 

vainqueur, w. conqueror, Vic- 
tor. 

vaisseau, m. vessel. 

valable, valid. 

valeur, /. valor, worth. 

valeureux, -se, valorous, val- 
iant. 

valoir, be worth; — mieux, be 
better. 



vanité, /. vanity, pride. 
vanter, boast, extol, vaunt, 

praise. 
veiller, watch, keep watch; — 

pour, watch over. 
vendre, sell; — bien, sell 

dearly. 
venger, avenge; se — , take 

vengeance, 
venir, come, proceed, happen; 

— de, hâve just. 
véritable, véritable, real, true. 
véritablement, really. 
vérité, /. truth. 
vers, toward, to. 
vers, m. verse, line. 
verser, shed, spill. 
vertu, /. virtue, valor, honor, 

courage, 
vertueux, -se, xnrtuous, coura- 

geous. 
vêtement, »!. garment, dress. 
victime,/, victim. 
victoire, /. victory. 
victorieux, -se, victorious. 
vie,/, life; mourante — , linger- 

ing life. 
vieillard, w. old man. 
vieillesse, /. old âge. 
vieux, vieil, vieille, old, aged. 
vif, -ve, liveh-, intense, keen. 
vigoureux, -se, vigorous. 
vigueur, /. vigor, strength. 
ville,/, city. 
vingt, twenty. 
visage, w. face, aspect, coun- 

tenance; remettre son — , 

compose oneself. 
visible, évident, clear. 
visite, /. visit. 
vite, quickly. 

vivant, Hving, alive, lively. 
vivre, live, be aUve; — de, 

hve on. 
vœu, m. wish, prayer. 
voici, sec hère, hère is, hère 

are, this is, thèse are. 
voie,/, way, means. 



VOC.\BULARY 



169 



voilà, see there, there is, there 

are, behold, that is, those 

are. 
voile, m. veU; /. sail. 
voir, see, look upon, watch; 

faire — , show. 
voix,/, voice, vote. 
voler, fly, hasten. 
volontaire, voluntary. 
volonté, /. will, wish. 
votre, vos, your. 
vôtre, yours. 
70uloir, wish, will, be willing, 

require, désire; — bien, be 



willing; — dire, mean; eu 

— à, aim at. 
vouloir, m. will. 
vrai, true, real. 
vraisemblance, /. probability. 
vue, /. \ie\v, sight. 



y, there, hère, in it; il — v« 
it concerns, is at stake. 



zèle, m. zeal, ardor. 
zélé, zealous, ardent 



ff i 



k 



?Q. 
1749 

A2W3 
1895 

Erindale 
Collège 



Corneille, Pierre 
Le Oid 



OCT 



2 4 «89