Skip to main content

Full text of "Bills as enacted, 1995-97, No.5-76"

See other formats


LEGISLATIVE  ASSEMBLY  OF  THE 
PROVINCE  OF  ONTARIO 


FIRST  SESSION 
THIRTY-SIXTH  PARLIAMENT 


BILLS 
AS  ENACTED 


SESSION 


From  September  26,  1995  to  December  14,  1995 

and 

January  29,  1996 

and 

from  March  18,  1996  to  June  27,  1996 

and 

from  September  24,  1996  to  December  19,  1996 

and 

January  13,  1997  to  March  6,  1997 

and 

April  1,  1997  to  April  11,  1997 

and 

April  21,  1997  to  June  26,  1997 

and 

July  3,  1997 

and 

August  18,  1997  to  October  9,  1997 

and 

November  17,  1997  to  December  18,  1997 

Prorogued  December  18,  1997 


INDEX 

FIRST  SESSION 

THIRTY-SIXTH  PARLIAMENT 

PUBLIC  BILLS 

(Government  and  Private  Members') 


Advocacy,  Consent  and  Substitute  Decisions 

Statute  Law.  Hoa  C.  Harnick 19 

Aggregate  and  Petroleum  Resources  Statute  Law.  Hoa  C.  Hodgson 52 

Agriculture,  Food  and  Rural  Affairs  (see  Ministry  of  Agriculture,  Food  and  Rural  Affairs) 

Alcohol,  Gaming  and  Charity  Funding  Public  Interest.  Hoa  D.  Tsubouchi 75 

Automobile  Insurance  Rate  Stability.  Hoa  E.  Eves 59 


B 


Better  Local  Government.  Hoa  A.  Leach 86 

Boxing  Day  Shopping.  Hoa  R.  Runciman 95 


Cancer  (see  Toronto  Hospital) 

Change  of  Name  (see  Community  Safety) 

Charity  Funding  (see  Alcohol,  Gaming  and  Charity  Funding  Public  Interest) 

Child  Support  Guidelines  (see  Uniform  Federal  and  Provincial  Child  Support  Guidelines) 

City  of  Toronto.  Hoa  A.  Leach 103 

City  of  Toronto  (No.  2).  Hoa  A.  Leach 148 

College  of  Teachers  (see  Ontario) 
Commercial  trucking  reforms  (see  Road  Safety) 

Community  Safety.  Hoa  R.  Runciman 102 

Community  Safety  (see  Police  Services) 

Comprehensive  Road  Safety.  Hoa  A.  Palladini. 138 

Consent  to  Treatment  (see  Advocacy) 

Consumer  Statutes  Administration  (see  Safety  and  Consumer  Statutes  Administration) 

Co-operative  Education  (see  Tax  Credits  and  Economic  Stimulation) 

Corporations  Informatioa  Hoa  N.  Sterling 6 

Cottagers  and  Others  Voting  Rights  (see  Education  Voting  Rights) 

Courts  Improvement.  Hoa  C.  Harnick 79 


Creighton-Davies  (see  Geographic  Township  of  Creighton-Davies) 

Crown  Foundations.  Hon  E.  Eves 71 


Delegation  of  the  administration  of  certain  designated  statutes  (see  Safety  and  Consumer  Statutes 
Administration) 

Development  Charges.  Hon.  A.  Leach 98 

Disability  Support  Program  (see  Social  Assistance  Reform) 
Drinking  and  driving  countermeasures  (see  Road  Safety) 


Economic  Stimulation  (see  Tax  Credits  and  Economic  Stimulation) 

Education.  Hon.  J.  Snobelen 34 

Education  (see  Fewer  School  Boards) 

Education  Quality  and  Accountability  Office.  Hoa  J.  Snobelen 30 

Education  Quality  Improvement.  Hoa  D.  Johnson  (Don  Mills). 160 

Education  Voting  Rights  (Cottagers  and  others).  Hoa  J.  Snobelen. 158 

Electioa  Hoa  E.  Eves 44 

Employment  Standards  (see  Public  Sector  Transition  Stability) 

Employment  Standards  Improvement.  Hoa  E.  Winner 49 

Environmental  Approvals  Improvement.  Hoa  N.  Sterling 57 

Environmental  Assessment  and  Consultation  Improvement.  Hoa  N.  Sterling 76 

Expanded  Nursing  Services  for  Patients.  Hoa  J.  Wilson 127 


Fair  Municipal  Finance.  Hoa  E.  Eves 106 

Fair  Municipal  Finance  (No.  2).  Hoa  E.  Eves 149 

Fairness  for  Parents  and  Employees  (Teachers'  Withdrawal  of  Services).  Hoa  J.  Flaherty 161 

Family  Benefits  (see  Social  Assistance  Reform) 

Family  Responsibility  and  Support  Arrears  Enforcement.  Hoa  C.  Hamick 82 

Fewer  Politicians.  Hoa  D.  Johnson  (Don  Mills) 81 

Fewer  School  Boards.  Hoa  J.  Snobelen. 104 

Film  Industry  Tax  Credits  (see  Tax  Credits  and  Economic  Stimulation) 

Financial  Services  Commission  of  Ontario.  Hoa  E.  Eves. 140 

Financial  support  of  Public  Institutions  (see  Crown  Foundations) 
Financing  of  local  government  (see  Fair  Municipal  Finance) 

Fire  Protection  and  Preventioa  Hoa  R.  Runciman 84 

Fish  and  Wildlife  Conservatioa  Hoa  J.  Snobelea 139 

Freezing  of  Compensation  for  Members  of  the  Assembly.  Hoa  E.  Eves 32 

Fuel  Tax  Agreement  Implementation  (see  International  Fuel  Tax  Agreement  Implementation) 


Game  and  Fish  (see  Fish  and  Wildlife  Conservation) 

Gaming  (see  Alcohol,  Gaming  and  Charity  Funding  Public  Interest) 

General  Welfare  Assistance  (see  Social  Assistance  Reform) 

Geographic  Township  of  Creighton-Davies.  Mr  F.  Laughren 167 

Good  Financial  Management.  Hon.  E.  Eves 93 

Government  Process  Simplification  (Ministry  of  the  Attorney  General). 

Hon-C.  Hamick 61 

Government  Process  Simplification  (Ministry  of  Citizenship,  Culture  and 

Recreation).  Hoa  I.  Bassett 63 

Government  Process  Simplification  (Ministry  of  Consumer  and 

Commercial  Relations).  Hoa  D.  Tsubouchi 64 

Government  Process  Simplification  (Ministry  of  Economic  Development,  Trade  and 

Tourism).  Hoa  A  Palladini 65 

Government  Process  Simplification  (Ministry  of  Environment  and 

Energy).  Hoa  N.  Sterling 66 

Government  Process  Simplification  (Ministry  of  Health).  Hoa  J.  Wilson 67 

Government  Process  Simplification  (Ministry  of  Northern  Development  and 

Mines).    Hoa  C.  Hodgson 68 

Government  Process  Simplification  (Ministries  of  the  Solicitor  General  and 

Correctional  Services).  Hon.  R.  Runciman 69 


H 


Healing  Arts  Radiation  Protection  (see  Expanded  Nursing  Services  for  Patients) 
Highway  Transport  Board  (see  Ontario  Highway  Transport  Board) 


Indemnities  and  Allowances  of  Members  of  the  Assembly  (see  Freezing  of  Compensation) 

International  Fuel  Tax  Agreement  Implementation.  Hoa  D.  Johnson  (Don  Mills) 48 


Job  creation  measures  (see  Tax  Credits  to  Create  Jobs) 

Job  Growth  and  Tax  Reductioa  Hoa  E.  Eves 129 

Job  Quotas.  Hoa  M.  Mushinski ...8 


Labour  Relations  and  Employment  Statute  Law.  Hoa  E.  Winner 7 

Land  Use  Planning  and  Protectioa  Hoa  A.  Leach 20 

Lennox  and  Addington  County  Board  of  Education  and  Teachers  Dispute  Settlement 

Hoa  J.  Snobelen...  113 


Medical  Laboratory  Technology  (see  Expanded  Nursing  Services  for  Patients) 

Milk.  Hoa  N.  Villeneuve 170 

Ministry  of  Agriculture,  Food  and  Rural  Affairs  Statute  Law.  Hoa  N.  Villeneuve 46 

Ministry  of  Correctional  Services  (see  Community  Safety) 

Ministry  of  Natural  Resources  Statute  Law.  Hoa  C.  Hodgson 36 

MPPs  Pension  and  Compensation  Reform.  Hoa  E.  Eves 42 

Municipal  (see  Better  Local  Government) 
Municipal  Accountability  (see  Development  Charges) 
Municipal  Elections  (see  Fewer  School  Boards) 


N 


Natural  Resources  (see  Ministry  of  Natural  Resources) 
Nursing  (see  Expanded  Nursing  Services  for  Patients) 


Occupational  Health  and  Safety  (see  Workers'  Compensation) 
Ontario  Cancer  Institute  (see  Toronto  Hospital) 

Ontario  College  of  Teachers.  Hoa  J.  Snobelen 31 

Ontario  Disability  Support  Program  (see  Social  Assistance  Reform) 

Ontario  Highway  Transport  Board  and  Public  Vehicles.  Hoa  A.  Palladini 39 

Ontario  Institute  for  Studies  in  Educatioa  Hoa  J.  Snobelen 45 

Ontario  Property  Assessment  Corporation  (see  Tax  Credits  to  Create  Jobs) 
Ontario  Works  (see  Social  Assistance  Reform) 


Pay  Equity  (see  Public  Sector  Transition  Stability) 

Pension  and  Compensation  Reform  (see  MPPs  Pension  and  Compensation  Reform) 

Personal  Property  Security.  Hoa  N.  Sterling 35 

Petroleum  Resources  Statute  Law  (see  Aggregate  and  Petroleum  Resources  Statute  Law) 


Police  Services.  Hon.  R.  Runciman 105 

Police  Services  (see  Community  Safety) 

Public  Sector  Restructuring  (see  Savings  and  Restructuring) 

Public  Sector  Transition  Stability.  Hoa  E.  Witmer. 136 

Public  Vehicles  (see  Ontario  Highway  Transport  Board) 


Red  Tape  Reduction  (Ministry  of  Finance).  Hoa  E.Eves 115 

Red  Tape  Reduction  (Ministry  of  Northern  Development  and  Mines).  Hoa  C.  Hodgson 120 

Regional  Municipality  of  Sudbury  Statute  Law.  MrR.  Bartolucci. 156 

Regional  Municipality  of  Waterloo.  Hoa  A.  Leach. 135 

Remembrance  Day  Observance.  Mr  M.  Kells 112 

Representation  (see  Fewer  Politicians) 

Residential  Tenancies  (see  Tenant  Protection) 

Respiratory  Therapy  (see  Expanded  Nursing  Services  for  Patients) 

Road  Safety.  Hoa  A.  Palladini 55 

Road  Safety  (No.  2).  Hoa  A.  Palladini 92 

Road  Safety  (see  Comprehensive  Road  Safety) 


S 


Safety  and  Consumer  Statutes  Administration  Hoa  N.  Sterling 54 

Safety  rating  system  for  commercial  carriers  (see  Road  Safety  (No.  2)) 

Savings  and  Restructuring.  Hoa  E.  Eves 26 

School  Boards  (see  Fewer  School  Boards) 

Services  Improvement.  Hoa  J.  Ecker 152 

Sewage  Services  (see  Water  and  Sewage  Services  Improvement) 

Shortline  Railways.  Hoa  A  Palladini 5 

Social  Assistance  Reform.  Hoa  J.  Ecker 142 

Substitute  Decisions  (see  Advocacy) 

Sudbury  (see  Regional  Municipality  of  Sudbury) 

Supply.  Hoa  E.  Eves 43,  143, 175 

Support  Arrears  Enforcement  (see  Family  Responsibility) 


Tax  Credits  and  Economic  Stimulatioa  Hoa  E.  Eves 70 

Tax  Credits  to  Create  Jobs.  Hoa  E.  Eves 164 

Tax  Cut  and  Economic  Growth.  Hoa  E.  Eves 47 

Tax  Reduction  (see  Job  Growth  and  Tax  Reduction) 

Teachers  Dispute  Settlement  (see  Lennox  and  Addington  County  Board  of  Education) 

Teachers'  Withdrawal  of  Services  (see  Fairness  for  Parents  and  Employees) 

Tenant  Protectioa  Hoa  A.  Leach  .  .96 


Toronto  (see  City  of  Toronto) 

Toronto  Hospital.  Mr  S.  Gilchrist 172 

Toronto  Islands.  Hoa  A.  Leach 38 


U 


Uniform  Federal  and  Provincial  Child  Support  Guidelines.  Hon.  C.  Hamick 128 

United  Empire  Loyalists'  Day.  Mr  H.  Danford 150 


Victims'  Bill  of  Rights.  Hoa  C.  Hamick 23 

Vital  Statistics  (see  Expanded  Nursing  Services  for  Patients) 
Vocational  Rehabilitation  Services  (see  Social  Assistance  Reform) 
Voting  Rights  (see  Education  Voting  Rights) 


W 


Water  and  Sewage  Services  Improvement.  Hoa  N.  Sterling 107 

Waterloo  (see  Regional  Municipality  of  Waterloo) 

Workers'  Compensation  and  Occupational  Health  and  Safety.  Hoa  E.  Witmer 15 

Workers'  Compensation  Reform.  Hoa  E.  Witmer 99 


PRIVATE  BILLS 


750  Spadina  Avenue  Association  Ms  I.  Bassett Pr75 

4588  Bathurst  Ms  I.  Bassett P*74 

1092040  Ontario  Inc.  Mr  D.  McGuinty Pr43 


Anglo  Canada  General  Insurance  Company.  Mr  B.  Wood  (London  South) Pr45 

Association  of  Architectural  Technologists  of  Ontario.  Mr  J.  Hastings Pr40 

Association  of  Ontario  Road  Superintendents.  Mr  T.  Amott Pr53 

Association  of  Registered  Graphic  Designers  of  Ontario.  Mrs  M.  Marland Pr56 


B 


Bank  of  Nova  Scotia  Trust  Company.  Ms  I.  Bassett Pr63 

Brampton,  City  of.  Mr  T.  Clement Pi9,  Pr31 

Brampton,  City  of.  Mr  J.  Spina Pr89 

Brantford,  City  of.  Mr  R.  Johnson  (Brantford) Pr60 


Canadian  Niagara  Power  Company,  Limited.  MrT.  Hudak Prl2 

Chinese  Cultural  Centre  of  Greater  Toronto  Foundation  Mr  A  Curling. Pr81 


Delzap  Construction  Limited.  Mr  C.  Stockwell Pr62 


Hamilton,  City  of.  MrD.  Christopherson Pr51 

Hamilton  ÇLicensing  Committee),  City  of.  Mrs  L.  Ross Pr65 

Huronia  Airport  Commissioa  Mr  B.  Grimmett Pr68 


Institute  for  Advanced  Judaic  Studies.  Mr  J.  Cordiano Pr95 


Jamaican  Canadian  Association.  Mr  M.  Sergio Pr94 

Japanese  Canadian  Cultural  Centre.  Mr  D.  Turnbull Pr84 


Kingston,  City  of.  Mr  J.  Gerretsen Pr59 

Kitchener  and  Waterloo,  Cities  of.  MrG.  Leadston Pr71 

Korean  Canadian  Cultural  Association  of  Metropolitan  Toronto.  Mr  J.  Brown  (Scarborough  West) ...  Pr87 


Lions  Foundation  of  Canada.  Mr  G.  Carr Pr58 

London  Community  Foundation.  Mr  B.  Wood  (London  South). Pr91 


M 


Milton,  Town  of.  Mr  T.  Chudleigh Pr50 

Mississauga,  City  of.  Mr  R.  Sampson Pt37 

Municipal  Law  Enforcement  Officers'  Association  (Ontario)  Inc.  Mr  J.  Tascona Pr83 


N 


National  Ballet  of  Canada.  Ms  I.  Bassett Pt64 

Nepean,  City  of.  Mr  J.  Baird Prl3,  Prl4 


Ontario  Association  of  Not-For-Profit  Credit  Counselling  Services.  Mr  B.  Crazier Pr82 

Ontario  Plumbing  Inspectors  Association  Inc.  Mr  J.  Cleary Pr67 

Ottawa,  City  of.  Mr  B.  Grandmaître. Pr34,  Pr47,  Pr48,  Pr73 

Ottawa  Civic  Hospital.  Mr  R.  Patten Pr35 


R 

Richmond  Hill,  Town  of.  Mr  F.  Klees Pril 

S 
Scarborough,  City  of.  Mr  D.  Newman Pr41,  Pr78 

T 


TD  Trust  Company.  Mr  R.  Marchese : Pr24 

Toronto,  City  of.  Ms  I.  Bassett Pr55,  Pr66 

Toronto  (Traffic  Calming),  City  of.  Ms  I.  Bassett Pr54 


U 

University  of  St.  Jerome's  College.  Mr  W.  Wettlaufer Pr72 

W 


Waterloo  County  Board  of  Education.  Mr  G.  Leadston Prll 

Waterloo-Guelph  Regional  Airport.  Mr  G.  Leadston Pr38 

Windsor  Utilities  Commission.  Mrs  S.  Pupatello Pr76 


Y 


York,  City  of.  Mr  M.  Colle Pr44,  Pr90 

Young  Women's  Christian  Association  of  Niagara  Falls.  Mr  B.  Maves. Pt80 


clerk 

of  THE  ~l 

Legislative  assembly 

1st  SESSION,  36th  LEGISLATURE,  ONTARIO 
44  ELIZABETH  II,  1995 


is  Honour 

THE 

Lieutenant  Governor 

)N,  36e  LEGISLATURE,  ONTARIO 
44  ELIZABETH  II,  1995 


Bill  5 


Projet  de  loi  5 


(Chapter  2 
Statutes  of  Ontario,  1995) 


(Chapitre  2 
Lois  de  l'Ontario  de  1995) 


An  Act  respecting 
Shortline  Railways 


Loi  concernant  les  chemins  de  fer 
d'intérêt  local 


The  Hon.  A.  Palladini 

Minister  of  Transportation 


L'honorable  A.  Palladini 

Ministre  des  Transports 


1st  Reading 

2nd  Reading 

3rd  Reading 

Royal  Assent 


October  3,  1995 
December  13,  1995 
December  13,  1995 
December  14,  1995 


lre lecture 

2e  lecture 

3e  lecture 

Sanction  royale 


3  octobre  1995 
13  décembre  1995 

13  décembre  1995 

14  décembre  1995 


Printed  by  the  Legislative  Assembly 
of  Ontario 


0 


Imprimé  par  l'Assemblée  législative 
de  l'Ontario 


Bill  5 


1995         Projet  de  loi  5 


1995 


An  Act  respecting 
Shortline  Railways 


Loi  concernant  les  chemins  de  fer 
d'intérêt  local 


CONTENTS 

1. 

Définitions 

2. 

Application 

3. 

Corporate  structure 

4. 

Licence 

5. 

Registrar 

6. 

Notification 

7. 

Suspension  or  revocation 

8. 

Notice 

9. 

Non-application 

10. 

Discontinuance 

11. 

Municipal  operation 

12. 

Subsequent  operators 

13. 

Agreements 

14. 

Inspectors 

15. 

Federal-provincial  agreements 

16. 

Crossings 

17. 

Fees 

18. 

Entry  for  safety  reasons 

19. 

Entry  in  emergencies 

20. 

Restoration  of  land 

21. 

Protection  from  liability 

22. 

Offence 

23. 

Regulations 

24. 

Commencement 

25. 

Short  title 

SOMMAIRE 

1. 

Définitions 

2. 

Champ  d'application 

3. 

Structure  des  personnes  morales 

4. 

Permis 

5. 

Registrateur 

6. 

Avis 

7. 

Suspension  ou  révocation 

8. 

Avis 

9. 

Non-application 

10. 

Cessation  d'exploitation 

11. 

Exploitation  par  une  municipalité 

12. 

Exploitants  ultérieurs 

13. 

Ententes 

14. 

Inspecteurs 

15. 

Ententes  fédérales-provinciales 

16. 

Franchissements 

17. 

Frais 

18. 

Entrée  pour  des  raisons  de  sécurité 

19. 

Entrée  en  cas  d'urgence 

20. 

Remise  en  état  du  bien-fonds 

21. 

Immunité 

22. 

Infraction 

23. 

Règlements 

24. 

Entrée  en  vigueur 

25. 

Titre  abrégé 

Her  Majesty,  by  and  with  the  advice  and 
consent  of  the  Legislative  Assembly  of  the 
Province  of  Ontario,  enacts  as  follows: 

Definitions  1.   In   this  Act, 


"Minister"  means  the  Minister  of  Transporta- 
tion; ("ministre") 

"municipality"  includes  a  regional,  metropoli- 
tan or  district  municipality  and  the  County 
of  Oxford;  ("municipalité") 

"railway"  means  a  railway  or  any  part  of  it 
including  railway  lines,  stations,  depots, 
wharves,  rolling  stock,  equipment,  stores, 
real  and  personal  property  and  works  con- 
nected with  a  railway  and  any  bridge, 
tunnel,  structure  and  crossings  used  in  the 
operation  of  a  railway;  ("chemin  de  fer") 


Sa  Majesté,  sur  l'avis  et  avec  le  consentement 
de  l'Assemblée  législative  de  la  province  de 
l'Ontario,  édicté  : 

1.  Les  définitions  qui  suivent  s'appliquent   Définitions 
à  la  présente  loi. 

«chemin  de  fer»  Tout  ou  partie  d'un  chemin 
de  fer,  notamment  les  lignes  ferroviaires,  les 
gares  et  stations,  les  dépôts  et  quais,  le  ma- 
tériel roulant,  l'équipement  et  les  fourni- 
tures, les  biens  meubles  et  immeubles  et  les 
ouvrages  qui  en  dépendent,  ainsi  que  les 
ponts,  les  tunnels,  les  constructions  et  les 
franchissements  qui  servent  à  son  exploita- 
tion. Le  terme  «ferroviaire»  a  un  sens  cor- 
respondant, («railway») 

«chemin  de  fer  d'intérêt  local»  Chemin  de  fer 
qui  relève  de  la  compétence  législative  de  la 
province  de  l'Ontario  et  qui  répond  à  l'une 
ou  l'autre  des  conditions  suivantes  : 


Bill  5 


SHORTLINE  RAILWAYS 


Sec/art.  1 


Application 


Corporate 
structure 


Licence 


Registrar 


Issuing 
licences 


"railway  line"  means  the  land,  structures  and 
track  on  which  a  railway  may  be  operated 
and  includes  any  part  of  it;  ("ligne  ferro- 
viaire") 

"shortline  railway"  means  a  railway  within  the 
legislative  jurisdiction  of  the  Province  of 
Ontario, 

(a)  that  has  been  the  subject  of  an  abandon- 
ment order,  discontinuance  or  a  convey- 
ance in  accordance  with  federal  laws  or, 
after  that  order,  discontinuance  or 
conveyance,  has  been  discontinued  or 
conveyed  under  this  Act,  or 

(b)  that  was  acquired  before  the  coming  into 
force  of  this  Act  by  a  corporation  incor- 
porated by  a  special  Act  in  accordance 
with  The  Railways  Act;  ("chemin  de  fer 
d'intérêt  local") 

"shortline  railway  company"  means  a  corpora- 
tion or  a  municipality  that  operates  or 
intends  to  operate  a  shortline  rail- 
way, ("compagnie  de  chemin  de  fer  d'in- 
térêt local") 


2.  This  Act  applies  and  The  Railways  Act 
does  not  apply  to  shortline  railways  operated 
by, 

(a)  a  corporation  incorporated  by  a  special 
Act  and  designated  in  the  regulations; 

(b)  a  corporation  incorporated  under  the 
Corporations  Act  whose  objects  permit 
the  operation  of  a  railway; 

(c)  a  corporation  incorporated  under  the 
Business  Corporations  Act;  or 

(d)  a  municipality. 

3.  The  Business  Corporations  Act  or  the 
Corporations  Act,  as  appropriate,  applies  to  a 
corporation  operating  a  shortline  railway 
despite  section  2  of  the  Business  Corporations 
Act,  sections  3,  4,  17,  117,  229  and  272  of  the 
Corporations  Act  and  The  Railways  Act. 


4.  No  person  or  municipality  shall  operate 
a  shortline  railway  unless  it  is  licensed  to  do 
so  under  this  Act. 


5.  (1)  The  Minister  may  appoint  a  registrar 
of  shortline  railways. 

(2)  The  registrar  may  issue  a  licence  to 
operate  a  shortline  railway  if  the  registrar  is 
satisfied, 


a)  il  a  fait  l'objet  d'un  arrêté  d'abandon, 
d'une  cessation  d'exploitation  ou  d'une 
cession  conformément  aux  lois  fédérales 
ou,  par  la  suite,  a  cessé  d'être  exploité 
ou  a  été  cédé  aux  termes  de  la  présente 
loi; 

b)  une  personne  morale  constituée  par  une 
loi  spéciale  conformément  à  la  loi  intitu- 
lée The  Railways  Act  en  a  fait  l'acquisi- 
tion avant  l'entrée  en  vigueur  de  la  pré- 
sente loi.  («shortline  railway») 

«compagnie  de  chemin  de  fer  d'intérêt  local» 
Personne  morale  ou  municipalité  qui  ex- 
ploite ou  qui  a  l'intention  d'exploiter  un 
chemin  de  fer  d'intérêt  local,  («shortline 
railway  company») 

«ligne  ferroviaire»  S'entend  des  biens-fonds, 
des  ouvrages  et  de  la  voie  sur  lesquels  un 
chemin  de  fer  peut  être  exploité,  y  compris 
un  tronçon  de  la  ligne,  («railway  line») 

«ministre»  Le  ministre  des  Transports.  («Min- 
ister») 

«municipalité»  S'entend  en  outre  d'une  muni- 
cipalité régionale,  d'une  municipalité  de 
district  ou  de  communauté  urbaine  et  du 
comté  d'Oxford,  («municipality») 

2.  La  présente  loi,  mais  non  la  loi  intitulée  Champ 
77ie  Railways  Act,  s'applique  aux  chemins  de  dïPP|,c»,lon 
fer  d'intérêt  local  exploités  par,  selon  le  cas  : 

a)  une  personne  morale  constituée  par  une 
loi  spéciale  et  désignée  dans  les  règle- 
ments; 

b)  une  personne  morale  constituée  en  ver- 
tu de  la  Loi  sur  les  personnes  morales  et 
dont  les  objets  permettent  l'exploitation 
d'un  chemin  de  fer; 

c)  une  personne  morale  constituée  en  ver- 
tu de  la  Loi  sur  les  sociétés  par  actions; 

d)  une  municipalité. 

3.  La  Loi  sur  les  sociétés  par  actions  ou  la   Structure  des 
Loi  sur  les  personnes  morales,  selon  le  cas,    [J^Je"es 
s'applique  aux  personnes  morales  qui  exploi- 
tent un  chemin  de  fer  d'intérêt  local,  malgré 

l'article  2  de  la  Loi  sur  les  sociétés  par 
actions,  les  articles  3,  4,  17,  117,  229  et  272 
de  la  Loi  sur  les  personnes  morales  et  la  loi 
intitulée  The  Railways  Act. 

4.  Aucune  personne  ni  aucune  municipalité   Permu 
ne  doit  exploiter  un  chemin  de  fer  d'intérêt 

local  sans  être  titulaire  d'un  permis  à  cet  effet 
délivré  en  vertu  de  la  présente  loi. 

5.  (1)  Le  ministre  peut  nommer  un  regis-   Registrateur 
trateur  des  chemins  de  fer  d'intérêt  local. 

(2)  Le  registrateur  peut  délivrer  un  permis  Délivrance 
d'exploitation  de  chemin  de  fer  d'intérêt  local  desPenm» 
s'il  est  convaincu  des  faits  suivants  : 


Sec/art.  5  (2) 


CHEMINS  DE  FER  D'INTÉRÊT  LOCAL 


Projet  5 


Conditions 


Fees 


Notification 


(a)  that  there  is  adequate  liability  insurance 
coverage  for  the  operation  of  the  short- 
line  railway;  and 

(b)  that  any  requirements  set  out  under  this 
Act  and  the  regulations  have  been  met. 

(3)  The    licence    may    contain    conditions 
which  may  vary  for  each  licensee. 

(4)  The    Minister    may    charge    fees    for 
licences. 

6.  The  licensee    shall    immediately    notify 
the  registrar  if, 


(a)  the  liability  insurance  coverage  is  can- 
celled or  altered; 

(b)  the  manner  in  which  the  railway  is 
operated  has  changed  so  that  the  liabil- 
ity insurance  coverage  may  no  longer 
be  adequate;  or 

(c)  the  address  of  the  licensee  changes. 


Suspension         7.  The  registrar  may  suspend  or  revoke  any 

or  revocation     licence 

(a)  if,  in  his  or  her  opinion,  the  liability 
insurance  coverage  is  no  longer  ade- 
quate; 

(b)  if  the  licensee  has  failed  to  pay  any  fee 
required  under  this  Act; 

(c)  if  the  licensee  has  failed  to  comply  with 
any  condition  of  the  licence;  or 

(d)  if  the  licensee  has  contravened  this  Act 
or  the  regulations. 

Notice  8.  (i)  if  the  registrar  refuses  to  issue  a 

licence  to  an  applicant  or  intends  to  revoke  or 
suspend  a  licence,  he  or  she  shall  notify  the 
applicant  or  licensee  of  the  refusal  or  inten- 
tion, 

(a)  by  sending  a  copy  of  the  notice  by 
registered  mail  to  the  last  address 
shown  on  the  records  of  the  registrar;  or 

(b)  by  having  a  copy  of  the  notice  delivered 
to  the  last  address  shown  on  the  records 
of  the  registrar. 

(2)  The  notice  shall  set  out  the  reasons  for 
the  refusal,  suspension  or  revocation  and 
advise  that  an  appeal  may  be  made  to  the 
Ontario  Municipal  Board  by  filing  a  request 
for  a  hearing  with  the  Board  and  with  the 
registrar  within  15  days  after  the  notice  is 
served  under  subsection  (1). 

Timing  (3)  The  notice  under  subsection  (1)  shall  be 

deemed  to  be  served  five  days  after  it  is 
mailed  under  clause  (1)  (a)  or  on  the  date  it  is 
delivered  under  clause  (1)  (b). 


Contents  of 
notice 


a)  l'exploitation  du  chemin  de  fer  bénéfi- 
cie d'une  assurance-responsabilité  suffi- 
sante; 

b)  les  exigences  établies  par  la  présente  loi 
et  les  règlements  ont  été  respectées. 

(3)  Le  permis  peut  être  assorti  de  condi-  Conditions 
fions  qui  diffèrent  selon  le  titulaire. 

(4)  Le  ministre  peut  exiger  des  droits  pour  Droits 
les  permis. 

6.  Le  titulaire  de  permis  avise  immédiate-  Avis 
ment  le  registrateur  dans  l'une  ou  l'autre  des 
situations  suivantes  : 

a)  F  assurance-responsabilité  est  annulée 
ou  modifiée; 

b)  le  mode  d'exploitation  du  chemin  de  fer 
a  changé  de  sorte  que  l' assurance-res- 
ponsabilité risque  de  ne  plus  être  suffi- 
sante; 

c)  le  titulaire  de  permis  a  changé  d'adres- 
se. 

7.  Le  registrateur  peut  suspendre  ou  révo-   Suspension 
quer  un  permis  si,  selon  le  cas  :  Pu  révoca" 

a)  il  est  d'avis  que  l' assurance-responsabi- 
lité n'est  plus  suffisante; 

b)  le  titulaire  n'a  pas  acquitté  les  droits 
exigés  en  vertu  de  la  présente  loi; 

c)  le  titulaire  n'a  pas  observé  une  condi- 
tion du  permis; 

d)  le  titulaire  a  contrevenu  à  la  présente  loi 
ou  aux  règlements. 

8.  (1)  Si  le  registrateur  refuse  de  délivrer  Avis 
un  permis  à  quiconque  en  fait  la  demande  ou 
qu'il  a  l'intention  de  révoquer  ou  de  suspendre 

un  permis,  il  en  avise  l'auteur  de  la  demande 
ou  le  titulaire  : 

a)  soit  en  envoyant  une  copie  de  l'avis  par 
courrier  recommandé  à  la  dernière 
adresse  figurant  dans  ses  registres; 

b)  soit  en  faisant  livrer  une  copie  de  l'avis 
à  la  dernière  adresse  figurant  dans  ses 
registres. 

(2)  L'avis  énonce  les  motifs  du  refus,  de  la 
suspension  ou  de  la  révocation  et  indique 
qu'un  appel  peut  être  interjeté  devant  la  Com- 
mission des  affaires  municipales  de  l'Ontario 
en  déposant  une  demande  d'audience  auprès 
d'elle  et  du  registrateur  dans  les  15  jours  qui 
suivent  la  signification  de  l'avis  aux  termes  du 
paragraphe  (1). 

(3)  L'avis  prévu  au  paragraphe  (1)  est  repu-  Moment  de 
té  signifié  cinq  jours  après  sa  mise  à  la  poste  []aonlgnifica~ 
aux  termes  de  l'alinéa  (1)  a)  ou  le  jour  de  sa 
livraison  aux  termes  de  l'alinéa  (1)  b). 


Contenu  de 
l'avis 


Bill  5 


SHORTLINE  RAILWAYS 


Sec/art.  8  (4) 


Immediate 
effect 


Hearing 


Parties 


Order 


Decision 
final 


Non- 
application 


Same 


Discontinu- 
ance 


Advertise- 
ment 


Contents 


(4)  The  suspension  or  revocation  takes 
effect  on  the  date  the  notice  is  deemed  to  be 
served  under  subsection  (3)  and  remains  in 
effect  even  if  an  appeal  is  filed  unless  the 
Ontario  Municipal  Board  orders  otherwise. 

(5)  One  member  of  the  Ontario  Municipal 
Board  shall  hold  a  hearing  on  the  appeal 
within  30  days  after  the  request  for  a  hearing 
is  filed  under  subsection  (2). 

(6)  The  only  parties  to  the  hearing  are  the 
registrar  and  the  applicant  or  licensee  who 
requested  the  hearing. 

(7)  The  Ontario  Municipal  Board  may  by 
order  affirm  the  refusal,  suspension  or  revoca- 
tion of  the  licence  or  may  make  such  other 
order  consistent  with  this  Act  that  the  Board 
considers  appropriate. 

(8)  The  decision  of  the  Ontario  Municipal 
Board  is  final. 


9.  (1)  Sections  5.1  and  21.2  of  the  Statu- 
tory Powers  Procedure  Act  and  sections  43,  94 
and  95  and  subsections  96  (1)  and  (2)  of  the 
Ontario  Municipal  Board  Act  do  not  apply  to 
any  hearing  under  this  Act. 


(2)  Part  V  of  the  Ontario  Municipal  Board 
Act  does  not  apply  to  the  Ontario  Municipal 
Board  in  respect  of  shortline  railways. 


10.  (1)  A  shortline  railway  company  shall 
comply  with  this  section  before  discontinuing 
the  operation  of  a  shortline  railway. 

(2)  A  shortline  railway  company  that  pro- 
poses to  discontinue  the  operation  of  a  railway 
shall, 

(a)  advertise  its  intention  to  do  so  in  a 
newspaper  or  newspapers  having  gen- 
eral circulation  in  the  municipalities 
most  affected  by  the  proposal;  and 

(b)  notify  the  registrar  of  its  intention. 


(3)  The  advertisement  shall  contain  the  fol- 
lowing information: 

1.  A  statement  that  the  shortline  railway 
company  no  longer  intends  to  operate  a 
shortline  railway. 

2.  A  statement  that  the  railway  line  is 
available  for  sale,  lease  or  transfer  for 


Ordonnance 


Décision 
définitive 


Non- 
application 


(4)  La  suspension  ou  la  révocation  prend   Prise  d  effet 
effet  le  jour  où  l'avis  est  réputé  signifié  aux   immédiate 
termes  du  paragraphe  (3)  et  demeure  en  effet 

même  si  un  appel  est  interjeté,  sauf  ordon- 
nance à  l'effet  contraire  de  la  Commission  des 
affaires  municipales  de  l'Ontario. 

(5)  Un    membre    de    la   Commission    des   Audience 
affaires  municipales  de  l'Ontario  tient  une  au- 
dience sur  l'appel  dans  les  30  jours  qui  suivent 

le  dépôt  de  la  demande  d'audience  aux  termes 
du  paragraphe  (2). 

(6)  Les  seules  parties  à  l'audience  sont  le  Parties 
registrateur  et  l'auteur  de  la  demande  ou  le 
titulaire  de  permis  qui  a  demandé  l'audience. 

(7)  La  Commission  des  affaires  munici- 
pales de  l'Ontario  peut  rendre  une  ordonnance 
confirmant  le  refus,  la  suspension  ou  la  révo- 
cation du  permis  ou  rendre  toute  autre  ordon- 
nance compatible  avec  la  présente  loi  qu'elle 
estime  opportune. 

(8)  La  décision  de  la  Commission  des 
affaires  municipales  de  l'Ontario  est  défini- 
tive. 

9.  (1)  Les  articles  5.1  et  21.2  de  la  Loi  sur 
l'exercice  des  compétences  légales  ainsi  que 
les  articles  43,  94  et  95  et  les  paragraphes  96 
(1)  et  (2)  de  la  Loi  sur  la  Commission  des 
affaires  municipales  de  l'Ontario  ne  s'appli- 
quent pas  aux  audiences  prévues  par  la  pré- 
sente loi. 

(2)  La  partie  V  de  la  Loi  sur  la  Commission   '<Jem 
des  affaires  municipales  de  l'Ontario  ne  s'ap- 
plique pas  à  la  Commission  des  affaires  muni- 
cipales de  l'Ontario  en  ce  qui  a  trait  aux  che- 
mins de  fer  d'intérêt  local. 

10.  (1)  La  compagnie  de  chemin   de   fer  Cessation 
d'intérêt  local  se  conforme  au  présent  article  fi(^,xploiU 
avant  de  cesser  d'exploiter  un  chemin  de  fer 
d'intérêt  local. 

(2)  La  compagnie  de  chemin  de  fer  d'inté-   Annonce 
rêt  local  qui  se  propose  de  cesser  d'exploiter 

un  chemin  de  fer  fait  ce  qui  suit  : 

a)  elle  annonce  son  intention  dans  un  ou 
plusieurs  journaux  généralement  lus 
dans  les  municipalités  les  plus  touchées 
par  la  proposition; 

b)  elle  avise  le  registrateur  de  son  inten- 
tion. 

(3)  L'annonce  contient  les  renseignements  Contenu 
suivants  : 

1.  La  mention  que  la  compagnie  de  che- 
min de  fer  d'intérêt  local  n'a  plus  l'in- 
tention d'exploiter  un  chemin  de  fer 
d'intérêt  local. 

2.  La  mention  que  la  ligne  ferroviaire  est  à 
vendre,  à  louer  ou  à  transférer  aux  fins 


Sec/art.  10  (3) 


CHEMINS  DE  FER  D'INTÉRÊT  LOCAL 


Projet  5 


Process 


Negotiations 


Failure  to 
transfer 


Acceptance 
of  offer 


Dispute 


Appraisal 


Binding 
determina- 
tion 


continued  operation  to  a  body  author- 
ized under  this  Act  to  operate  a  short- 
line  railway. 

3.  A  description  of  the  railway  line. 

4.  The  date  by  which  interested  persons 
must  make  their  interest  known  in  writ- 
ing to  the  company  which  date  must  be 
no  earlier  than  30  days  after  the  first 
publication  of  the  advertisement. 

(4)  The  shortline  railway  company  shall 
immediately  disclose  to  each  interested  person 
the  process  which  it  intends  to  follow  for 
receiving  and  evaluating  the  offers  it  receives. 

(5)  The  shortline  railway  company  shall 
negotiate  in  good  faith  and  in  accordance  with 
the  process  it  has  established. 

(6)  If  the  shortline  railway  company  fails  to 
reach  an  agreement  within  90  days  after  the 
final  date  stated  in  the  advertisement  or  if  an 
agreement  is  reached  but  the  transfer  is  not 
completed  in  accordance  with  the  agreement, 
the  shortline  railway  company  shall  offer  to 
sell,  lease  or  otherwise  transfer  the  railway 
line  for  its  net  salvage  value  to  the  Minister  on 
behalf  of  the  Government  of  Ontario  and  to 
the  council  of  each  municipality  in  which  the 
railway  line  is  located. 

(7)  The  Government  of  Ontario  or  any 
municipality  may  accept  the  offer  in  writing 
within  30  days  of  it  being  received  but  if  more 
than  one  of  them  accepts  the  offer  the  follow- 
ing shall  determine  which  offer  is  accepted: 

1.  The  Government  of  Ontario  is  first  in 
priority. 

2.  If  the  Government  of  Ontario  has  not 
accepted  the  offer  in  the  required  time 
period,  the  municipality  which  first  sub- 
mitted a  written  acceptance  is  next  in 
priority. 

3.  If  more  than  one  municipality  submits  a 
written  acceptance  on  the  same  day,  the 
matter  shall  be  determined  by  draw. 

(8)  If,  within  90  days  after  acceptance  of  an 
offer,  agreement  cannot  be  reached  between 
the  parties  on  the  net  salvage  value,  the  matter 
shall  be  referred  to  an  independent  appraiser. 

(9)  The  independent  appraiser  shall  investi- 
gate the  matter  and  determine  the  net  salvage 
value  no  later  than  30  days  after  the  matter  is 
referred  or  such  greater  time  period  as  may  be 
agreed  upon  by  the  parties. 

(10)  The  determination  of  the  independent 
appraiser  is  final  and  binding  on  the  parties. 


Absence  de 
transfert 


de  la  poursuite  de  son  exploitation  à 
une  entité  que  la  présente  loi  autorise  à 
exploiter  un  chemin  de  fer  d'intérêt 
local. 

3.  Une  description  de  la  ligne  ferroviaire. 

4.  La  date  limite  à  laquelle  les  intéressés 
doivent  manifester  par  écrit  leur  inten- 
tion à  la  compagnie,  cette  date  devant 
tomber  au  moins  30  jours  après  la  pre- 
mière publication  de  l'annonce. 

(4)  La  compagnie  de  chemin  de  fer  d'inté-   Processus 
rêt  local  communique  immédiatement  à  tous 

les  intéressés  le  processus  qu'elle  a  l'intention 
de  suivre  pour  recevoir  les  offres  et  les  éva- 
luer. 

(5)  La  compagnie  de  chemin  de  fer  d'inté-   Négociations 
rêt  local  doit  négocier  de  bonne  foi  et  confor- 
mément au  processus  qu'elle  a  mis  sur  pied. 

(6)  Si  la  compagnie  de  chemin  de  fer  d'in- 
térêt local  n'arrive  pas  à  une  entente  dans  les 
90  jours  qui  suivent  la  date  limite  mentionnée 
dans  l'annonce  ou  qu'elle  arrive  à  une  entente 
sans  que  le  transfert  ne  soit  complété  confor- 
mément à  celle-ci,  elle  offre  de  transférer,  no- 
tamment par  vente  ou  location,  la  ligne  ferro- 
viaire à  sa  valeur  nette  de  récupération  au 
ministre  pour  le  compte  du  gouvernement  de 
l'Ontario  et  au  conseil  de  chaque  municipalité 
dans  laquelle  est  située  la  ligne. 

(7)  Le  gouvernement  de  l'Ontario  ou  l'une 
ou  l'autre  des  municipalités  peut  accepter  l'of- 
fre par  écrit  dans  les  30  jours  qui  suivent  sa 
réception.  Toutefois,  si  plus  d'un  d'entre  eux 
accepte  l'offre,  les  règles  suivantes  détermi- 
nent celle  qui  est  acceptée  : 

1.  Le  gouvernement  de  l'Ontario  a  la  prio- 
rité. 

2.  La  première  municipalité  qui  a  présenté 
une  acceptation  écrite  vient  ensuite,  si 
le  gouvernement  de  l'Ontario  n'a  pas 
accepté  l'offre  dans  le  délai  imparti. 

3.  Si  plus  d'une  municipalité  présente  une 
acceptation  écrite  le  même  jour,  la 
question  est  tranchée  par  tirage  au  sort. 

(8)  Si,  dans  les  90  jours  qui  suivent  l'ac-   Différend 
ceptation  de  l'offre,  les  parties  n'arrivent  pas  à 
s'entendre  sur  la  valeur  nette  de  récupération, 

la  question  est  renvoyée  à  un  évaluateur  indé- 
pendant. 

(9)  L' évaluateur     indépendant     étudie     la  Évaluation 
question  et  établit  la  valeur  nette  de  récupéra- 
tion au  plus  tard  30  jours  après  que  la  ques- 
tion lui  est  renvoyée  ou  dans  le  délai  plus  long 

dont  conviennent  les  parties. 

(10)  La  décision  de  Pévaluateur  indépen-   Décision  dé- 
dant  est  définitive  et  lie  les  parties.  fimtive 


Acceptation 
de  l'offre 


Bill  5 


SHORTLINE  RAILWAYS 


Sec./art.  10(11) 


Costs 


No 
agreement 


Same 


Application 
of  Act 


Disposal 


Municipal 
operation 


Joint 
operation 


Taxes 


Subsequent 
operators 


Agreements 


Same,  new 
operations 


(11)  The  costs  of  the  appraiser  shall  be 
borne  equally  between  the  two  parties. 

(12)  If  the  parties  are  unable  to  agree  on  an 
independent  appraiser  to  determine  net  sal- 
vage value,  net  salvage  value  shall  be  deter- 
mined by  arbitration. 

(13)  If  the  parties  are  unable  to  agree  on  the 
arbitrator  or  the  terms  of  reference  of  the  arbi- 
tration, either  party  may  apply  to  a  judge  of 
the  Ontario  Court  (General  Division)  for  an 
order  appointing  an  arbitrator  and  fixing  the 
terms  of  arbitration. 


(14)  The  Arbitration  Act,  1991  applies  to 
the  arbitration. 

(15)  If  the  railway  line  or  the  shortline  rail- 
way company's  operating  interest  in  it  is  not 
transferred  under  this  section,  the  shortline 
railway  company  may  discontinue  operating 
the  railway  line  and,  if  applicable,  dispose  of 
any  or  all  of  the  assets  connected  with  the 
railway  line. 

11.  (1)  A  municipality  may  own  and  oper- 
ate a  shortline  railway  within  or  outside  of  its 
municipal  boundaries  so  long  as  part  of  the 
railway  line  is  located  within  the  municipality. 

(2)  A  municipality  may  enter  into  agree- 
ments with  other  municipalities  to  jointly 
operate  a  shortline  railway  so  long  as  part  of 
the  railway  line  is  located  within  each  of  the 
municipalities. 

(3)  Despite  paragraph  9  of  section  3  of  the 
Assessment  Act,  a  municipality  that  operates  a 
railway  line  outside  of  its  municipal  bound- 
aries is  liable  for  taxation  on  that  portion  of 
the  railway  line  located  on  land  outside  of  its 
municipal  boundaries. 

12.  If  a  corporation  or  municipality  that 
has  acquired  an  operating  railway  line  under 
section  10  intends  to  discontinue  the  operation 
of  the  railway  line,  it  shall  comply  with  the 
procedures  set  out  in  section  10  before  discon- 
tinuing the  operation. 

13.  (1)  If  a  commuter  rail  authority  or  a 
passenger  railway  company  operates  a  com- 
muter or  passenger  rail  service  over  any  part 
of  a  railway  line  of  a  shortline  railway  com- 
pany, the  shortline  railway  company  shall 
enter  into  an  agreement  with  the  authority  or 
company  to  allow  the  continued  use  of  the 
railway  line  for  that  purpose. 


(2)  If  a  commuter  rail  authority  or  a  passen- 
ger railway  company  wishes  to  initiate  oper- 


Exploitation 
par  une 
municipalité 


(11)  Les   frais   de   l'évaluateur   sont   à   la  Frais 
charge  des  deux  parties  à  parts  égales. 

(12)  Si  les  parties  n'arrivent  pas  à  s'enten-   Absence 
dre  sur  un  évaluateur  indépendant  pour  établir  d  enteme 
la  valeur  nette  de  récupération,  celle-ci   est 
établie  par  arbitrage. 

(13)  Si  les  parties  n'arrivent  pas  à  s'enten-  idem 
dre  sur  l'arbitre  ou  sur  les  paramètres  de  l'ar- 
bitrage, l'une  ou  l'autre  peut,  par  voie  de  re- 
quête, demander  à  un  juge  de  la  Cour  de 
l'Ontario  (Division  générale)  de  rendre  une 
ordonnance  nommant  l'arbitre  et  définissant 

les  paramètres  de  l'arbitrage. 

(14)  La  Loi  de  1991  sur  l'arbitrage  s'appli-   Application 
que  à  l'arbitrage. 

(15)  Si  la  ligne  ferroviaire,  ou  le  droit  de   Disposition 
l'exploiter  qu'a  la  compagnie  de  chemin  de 

fer  d'intérêt  local,  n'est  pas  transféré  aux 
termes  du  présent  article,  la  compagnie  de 
chemin  de  fer  d'intérêt  local  peut  cesser 
d'exploiter  la  ligne  et,  le  cas  échéant,  disposer 
de  tout  ou  partie  des  biens  qui  y  sont  rattachés. 

11.  (1)  Une  municipalité  peut  être  proprié- 
taire-exploitant d'un  chemin  de  fer  d'intérêt 
local  situé  sur  son  territoire  ou  à  l'extérieur  de 
celui-ci  tant  qu'un  tronçon  de  la  ligne  ferro- 
viaire est  situé  dans  la  municipalité. 

(2)  Une  municipalité  peut  conclure,  avec 
d'autres  municipalités,  une  entente  visant 
l'exploitation  conjointe  d'un  chemin  de  fer 
d'intérêt  local  tant  qu'un  tronçon  de  la  ligne 
ferroviaire  est  situé  dans  chacune  des  munici- 
palités. 

(3)  Malgré  la  disposition  9  de  l'article  3  de 
la  Loi  sur  l'évaluation  foncière,  la  municipali- 
té qui  exploite  une  ligne  ferroviaire  à  l'exté- 
rieur de  son  territoire  est  assujettie  à  l'impôt 
sur  le  tronçon  de  cette  ligne  qui  est  situé  à 
l'extérieur  de  son  territoire. 

12.  Si  la  personne  morale  ou  la  municipali- 
té qui  a  fait  l'acquisition  d'une  ligne  ferro- 
viaire en  exploitation  aux  termes  de  l'article 
10  a  l'intention  de  cesser  de  l'exploiter,  elle 
doit  se  conformer  à  la  marche  à  suivre  énon- 
cée à  l'article  10  avant  de  le  faire. 

13.  (1)  Si  une  administration  ferroviaire  de  Ententes 
banlieue  ou  une  compagnie  de  chemin  de  fer 
se  livrant  au  transport  de  passagers  exploite  un 
service  de  transport  en  commun  ferroviaire  de 
banlieue  ou  un  service  de  transport  ferroviaire 
de  passagers  sur  un  tronçon  de  la  ligne  ferro- 
viaire d'une  compagnie  de  chemin  de  fer  d'in- 
térêt local,  cette  dernière  doit  conclure,  avec 
l'administration  ou  la  compagnie,  une  entente 
permettant  la  poursuite  de  l'utilisation  de  la 
ligne  à  cette  fin. 


Exploitation 
conjointe 


Impots 


Exploitants 
ultérieurs 


(2)  Si    une    administration    ferroviaire    de 
banlieue  ou  une  compagnie  de  chemin  de  fer 


Idem, 

nouvelle 

exploitation 


Sec/art.  13(2) 


CHEMINS  DE  FER  D'INTÉRÊT  LOCAL 


Projet  5 


Limitation 


Contents 


Terms 


Failure  to 
agree 

Application 
to  court 


Application 
Inspectors 


Powers 


Inspection 
fees 

Same 


Federal- 
provincial 
agreements 


ations  over  any  part  of  the  railway  line  of  a 
shortline  railway  company,  it  shall  notify  the 
shortline  railway  company  which  shall  enter 
into  an  agreement  with  the  commuter  rail 
authority  or  passenger  railway  company  to 
allow  the  use  of  the  railway  line  for  that  pur- 
pose. 

(3)  Subsections  (1)  and  (2)  apply  only  to 
commuter  rail  service  operated  on  a  regularly 
scheduled  inter-regional  rail  transit  system  and 
to  passenger  rail  service  operated  between 
major  urban  centres  on  a  long  distance,  reg- 
ularly-scheduled basis. 


(4)  The  agreement  shall  set  out  such  terms 
as  may  be  appropriate  to  allow  the  operation 
of  the  commuter  or  passenger  rail  service, 
including  any  compensation  to  the  shortline 
railway  company. 


(5)  The  terms  must  be  fair  and  reasonable. 

(6)  If  the  parties  fail  to  reach  an  agreement, 
the  matter  shall  be  settled  by  arbitration. 

(7)  If  the  parties  are  unable  to  agree  on  the 
arbitrator  or  the  terms  of  reference  of  the  arbi- 
tration, either  party  may  apply  to  a  judge  of 
the  Ontario  Court  (General  Division)  for  an 
order  appointing  an  arbitrator  and  fixing  the 
terms  of  the  arbitration. 


(8)  The  Arbitration  Act,  1991  applies  to  the 
arbitration. 

14.  (1)  The  Minister  may  appoint  any  per- 
son, including  federal  railway  safety  inspec- 
tors designated  under  the  Railway  Safety  Act 
(Canada)  as  shortline  railway  inspectors  for 
the  purposes  of  this  Act. 

(2)  A  shortline  railway  inspector  appointed 
under  subsection  (1)  has  all  the  powers  of  a 
railway  safety  inspector  under  the  Railway 
Safety  Act  (Canada). 

(3)  The  Minister  may  charge  fees  for  the 
costs  of  carrying  out  inspections. 

(4)  The  fees  may  be  imposed  as  fixed 
charges  or  on  a  cost  recovery  basis  or  using 
any  other  criteria  that  the  Minister  considers 
to  be  reasonable. 

15.  (1)  The  Minister  may  enter  into  agree- 
ments with  the  federal  government  or  with  any 
federal  regulatory  authority,  person  or  class  of 
persons  concerning  the  administration  of  this 


se  livrant  au  transport  de  passagers  souhaite 
commencer  à  exploiter  un  service  de  transport 
sur  un  tronçon  de  la  ligne  ferroviaire  d'une 
compagnie  de  chemin  de  fer  d'intérêt  local, 
elle  en  avise  cette  dernière,  qui  doit  conclure, 
avec  l'administration  ou  la  compagnie,  une 
entente  permettant  l'utilisation  de  la  ligne  à 
cette  fin. 

(3)  Les  paragraphes  (1)  et  (2)  ne  s'appli-   Restriction 
quent  qu'aux  services  de  transport  en  commun 
ferroviaire  de  banlieue  exploités  sur  un  réseau 

de  transport  en  commun  ferroviaire  interrégio- 
nal à  horaire  fixe  et  aux  services  de  transport 
ferroviaire  de  passagers,  à  horaire  fixe  et  à 
long  parcours,  offerts  entre  de  grandes  agglo- 
mérations urbaines. 

(4)  L'entente  énonce  les  conditions  qui  sont  Contenu 
opportunes   pour  permettre   l'exploitation   du 
service  de  transport  en  commun  ferroviaire  de 
banlieue  ou  du  service  de  transport  ferroviaire 

de  passagers,  notamment  l'indemnité  à  verser 
à  la  compagnie  de  chemin  de  fer  d'intérêt 
local. 

(5)  Les  conditions  doivent  être  justes  et  rai-  Conditions 
sonnables. 

(6)  Si  les  parties  n'arrivent  pas  à  une  en-   incapacité  de 
tente,  la  question  est  réglée  par  arbitrage.  entente"  U"e 

(7)  Si  les  parties  n'arrivent  pas  à  s'entendre  Requête 
sur  l'arbitre  ou  sur  les  paramètres  de  l'arbi- 
trage, l'une  ou  l'autre  peut,  par  voie  de  re- 
quête, demander  à  un  juge  de  la  Cour  de 
l'Ontario  (Division  générale)  de  rendre  une 
ordonnance  nommant  l'arbitre  et  définissant 

les  paramètres  de  l'arbitrage. 

(8)  La  Loi  de  1991  sur  l'arbitrage  s'appli-   Application 
que  à  l'arbitrage. 

14.  (1)  Le  ministre  peut  nommer  quicon-  inspecteurs 
que  inspecteur  des  chemins  de  fer  d'intérêt 
local  pour  l'application  de  la  présente  loi,  no- 
tamment un  inspecteur  fédéral  de  la  sécurité 
ferroviaire  désigné  en  vertu  de  la  Loi  sur  la 
sécurité  ferroviaire  (Canada). 

(2)  Un  inspecteur  des  chemins  de  fer  d'in- 
térêt local  nommé  en  vertu  du  paragraphe  (1) 
a  tous  les  pouvoirs  que  la  Loi  sur  la  sécurité 
ferroviaire  (Canada)  confère  à  un  inspecteur 
de  la  sécurité  ferroviaire. 


Pouvoirs 


(3)  Le  ministre  peut  exiger  des  frais  en  rap-   Fnùsd'in- 
port  avec  le  coût  des  inspections.  specuon 

(4)  Les  frais  peuvent  être  établis  sous  forme   idem 
de  frais  fixes,  suivant  une  formule  de  recou- 
vrement des  coûts  ou  selon  tout  autre  critère 

que  le  ministre  juge  raisonnable. 

15.  (1)  Le  ministre  peut  conclure,  avec  le   Ententes 
gouvernement  fédéral,  un  organisme  de  régie-   ^"mcTaies 
mentation  fédéral,  une  personne  ou  une  caté- 
gorie de  personnes,  des  ententes  visant  l'appli- 


Bill  5 


SHORTLINE  RAILWAYS 


Sec/art.  15(1) 


Enforcement, 
administra- 
tion 


Crossings 


Definition 


Fees 


Same 


Entry  for 

safety 

reasons 


Entry  in 
emergencies 


Act  and  the  regulation  of  railway  safety,  acci- 
dent investigation  and  railway  crossings  in 
relation  to  shortline  railways  and  shortline 
railway  companies. 


(2)  For  the  purposes  of  subsection  (1)  the 
Minister  may,  by  agreement,  authorize  any 
federal  regulatory  authority,  person  or  class  of 
persons  to  enforce  and  administer  applicable 
federal  law,  as  it  exists  from  time  to  time,  in 
relation  to  shortline  railways  and  shortline 
railway  companies  in  the  same  manner  and  to 
the  same  extent  as  the  law  applies  to  railways 
within  federal  jurisdiction  or  in  accordance 
with  any  other  terms  as  agreed  upon. 


16.  (1)  Subject  to  the  Canada  Transporta- 
tion Act  (Canada),  every  decision,  order,  rule, 
regulation  and  direction  made  by  the  Canadian 
Transportation  Agency  or  any  predecessor 
thereof  in  relation  to  road  crossings  and  utility 
crossings  continue  to  apply  to  those  crossings, 
even  though  the  crossings  have  passed  from 
federal  to  provincial  jurisdiction,  until  revoked 
or  amended  by  the  Canadian  Transportation 
Agency  under  section  15  or  otherwise  under 
this  Act. 

(2)  In  this  section,  "road  crossings"  and 
"utility  crossings"  have  the  same  meaning  as 
in  the  Canada  Transportation  Act  (Canada). 

17.  (1)  The  Minister  may  charge  fees  for 
accident  investigations  and  any  other  costs 
incurred  by  the  Government  of  Ontario  in 
relation  to  shortline  railways  under  an  agree- 
ment with  the  federal  government. 

(2)  The  fees  may  be  imposed  as  fixed 
charges  or  on  a  cost  recovery  basis  or  using 
any  other  criteria  that  the  Minister  considers 
to  be  reasonable. 

18.  The  employees  and  agents  of  a  short- 
line  railway  company  may  enter  upon  land  not 
belonging  to  the  shortline  railway  company 
and  remove  from  that  land  anything,  including 
trees  and  brush,  that  might  threaten  the  safe 
operation  of  the  railway  by  obscuring  the  clear 
view  of  a  road  or  railway  line. 


19.  The  employees  and  agents  of  a  short- 
line  railway  company  may  enter  upon  land  not 
belonging  to  the  shortline  railway  company  if 
there  has  been  a  railway  accident  and  if  no 
other  course  of  action  is  practical. 


cation  de  la  présente  loi,  ainsi  que  la 
réglementation  de  la  sécurité  ferroviaire,  des 
enquêtes  sur  les  accidents  et  des  franchisse- 
ments ferroviaires,  en  rapport  avec  les 
chemins  de  fer  d'intérêt  local  et  les  compa- 
gnies de  chemin  de  fer  d'intérêt  local. 

(2)  Pour  l'application  du  paragraphe  (1),  le 
ministre  peut,  par  voie  d'entente,  autoriser  un 
organisme  de  réglementation  fédéral,  une  per- 
sonne ou  une  catégorie  de  personnes  à  exécu- 
ter et  à  appliquer  les  lois  fédérales  applicables, 
dans  leurs  versions  successives,  en  rapport 
avec  les  chemins  de  fer  d'intérêt  local  et  les 
compagnies  de  chemin  de  fer  d'intérêt  local 
de  la  même  manière  et  dans  la  même  mesure 
que  ces  lois  s'appliquent  aux  chemins  de  fer 
relevant  de  la  compétence  fédérale  ou  confor- 
mément aux  autres  conditions  dont  il  est  con- 
venu. 

16.  (1)  Sous  réserve  de  la  Loi  sur  les  trans- 
ports au  Canada  (Canada),  jusqu'à  ce  qu'ils 
soient  révoqués  ou  modifiés  par  l'Office  des 
transports  du  Canada  en  vertu  de  l'article  15 
ou  d'une  autre  façon  en  vertu  de  la  présente 
loi,  les  décisions,  arrêtés,  règles,  règlements  et 
directives  de  l'Office  des  transports  du  Canada 
ou  d'un  organisme  qu'il  remplace  concernant 
les  franchissements  routiers  et  les  franchisse- 
ments par  desserte  continuent  de  s'appliquer  à 
ceux-ci,  même  s'ils  sont  passés  de  la  compé- 
tence fédérale  à  la  compétence  provinciale. 

(2)  Dans  le  présent  article,  «franchisse- 
ments routiers»  et  «franchissements  par  des- 
serte» s'entendent  au  sens  de  la  Loi  sur  les 
transports  au  Canada  (Canada). 

17.  (1)  Le  ministre  peut  exiger  des  frais  en 
rapport  avec  les  enquêtes  sur  les  accidents  et 
les  autres  coûts  engagés  par  le  gouvernement 
de  l'Ontario  en  rapport  avec  les  chemins  de 
fer  d'intérêt  local  aux  termes  d'une  entente 
conclue  avec  le  gouvernement  fédéral. 

(2)  Les  frais  peuvent  être  établis  sous  forme 
de  frais  fixes,  suivant  une  formule  de  recou- 
vrement des  coûts  ou  selon  tout  autre  critère 
que  le  ministre  juge  raisonnable. 

18.  Les  employés  et  les  mandataires  d'une 
compagnie  de  chemin  de  fer  d'intérêt  local 
peuvent  entrer  sur  un  bien-fonds  qui  n'appar- 
tient pas  à  la  compagnie  et  en  enlever  quoi 
que  ce  soit,  notamment  des  arbres  et  des 
broussailles,  qui  risque  de  menacer  l'exploita- 
tion sécuritaire  du  chemin  de  fer  en  empê- 
chant de  bien  voir  une  route  ou  une  ligne 
ferroviaire. 

19.  Les  employés  et  les  mandataires  d'une 
compagnie  de  chemin  de  fer  d'intérêt  local 
peuvent,  à  défaut  d'autre  mesure  pratique,  en- 
trer sur  un  bien-fonds  qui  n'appartient  pas  à  la 
compagnie  s'il  s'est  produit  un  accident  ferro- 
viaire. 


Exécution  et 
application 


Franchisse- 
ments 


Définition 


Frais 


Idem 


Entrée  pour 
des  raisons 
de  sécurité 


Entrée  en  cas 
d'urgence 


Sec/art.  20 


CHEMINS  DE  FER  D'INTÉRÊT  LOCAL 


Projet  5 


Restoration 
of  land 


Protection 
from  liability 


Offence 


Same 


Exception 


Provincial 
offences 


Regulations 


20.  If  an  entry  is  made  under  section  18  or 
19,  the  shortline  railway  company  shall,  so  far 
as  is  practicable,  restore  the  land  to  its  original 
state. 

21.  No  action  or  other  proceeding  for  dam- 
ages may  be  instituted  against  any  employee 
or  agent  of  the  Crown  in  right  of  Ontario  for 
any  act  done  under  this  Act  in  good  faith  in 
the  execution  or  intended  execution  of  the  per- 
son's duty  or  for  any  alleged  neglect  or  default 
in  the  execution  in  good  faith  of  the  person's 
duty. 

22.  (1)  Every  person  or  municipality  which 
contravenes  this  Act  or  the  regulations  or  an 
order  made  under  this  Act  or  a  condition  of  a 
licence  is  guilty  of  an  offence  and,  on  convic- 
tion, is  liable  to, 

(a)  in  the  case  of  a  corporation  or  munici- 
pality, a  fine  of  not  more  than 
$100,000;  and 

(b)  in  the  case  of  an  individual,  a  fine  of 
not  more  than  $5,000  or  to  imprison- 
ment for  a  term  of  not  more  than  six 
months,  or  both. 

(2)  If  a  shortline  railway  company  is  guilty 
of  an  offence  under  subsection  (1),  any  officer 
or  director  of  the  company  who  authorizes, 
permits  or  acquiesces  in  the  offence  is  guilty 
of  an  offence  and  on  conviction  is  liable  to  a 
fine  of  not  more  than  $5,000  or  to  imprison- 
ment for  a  term  of  not  more  than  six  months, 
or  both. 


(3)  Subsection  (2)  does  not  apply  to  mem- 
bers of  council  of  a  municipality. 

(4)  Even  if  an  agreement  has  been  entered 
into  under  section  15  authorizing  a  federal 
regulatory  authority  to  enforce  and  administer 
applicable  federal  law,  the  offence  provisions 
set  out  in  this  Act  apply  and  the  federal 
offence  provisions  do  not  apply  to  shortline 
railways  and  shortline  railway  companies. 


23.  (1)  The  Lieutenant  Governor  in  Coun- 
cil may  make  regulations, 

(a)  designating  corporations  under  clause  2 
(a); 

(b)  prescribing  requirements  for  the  pur- 
pose of  clause  5  (2)  (b); 

(c)  respecting  the  discontinuance  of  short- 
line  railway  services  or  the  abandon- 
ment of  shortline  railway  lines; 


20.  En  cas  d'entrée  prévue  à  l'article  18  ou   Remise  en 
19,  la  compagnie  de  chemin  de  fer  d'intérêt  ^^bxn' 
local  remet,  dans  la  mesure  du  possible,  le 
bien-fonds  dans  l'état  où  il  se  trouvait. 

21.  Sont  irrecevables  les  actions  ou  autres   immunité 
instances    en    dommages-intérêts    introduites 
contre  un  employé  ou  un  mandataire  de  la 
Couronne  du  chef  de  l'Ontario  pour  un  acte 
accompli  de  bonne  foi  en  vertu  de  la  présente 

loi  dans  l'exercice  effectif  ou  censé  tel  de  ses 
fonctions  ou  pour  une  négligence  ou  un  man- 
quement qu'il  aurait  commis  dans  l'exercice 
de  bonne  foi  de  ses  fonctions. 

22.  (1)  Toute  personne  ou  municipalité  qui   infraction 
contrevient  à  la  présente  loi,  aux  règlements,  à 

un  ordre  donné  dans  le  cadre  de  la  présente  loi 
ou  à  une  condition  d'un  permis  est  coupable 
d'une  infraction  et  passible,  sur  déclaration  de 
culpabilité  : 

a)  d'une  amende  d'au  plus  100  000$,  s'il 
s'agit  d'une  personne  morale  ou  d'une 
municipalité; 

b)  d'une  amende  d'au  plus  5  000  $  et  d'un 
emprisonnement  d'au  plus  six  mois,  ou 
d'une  seule  de  ces  peines,  s'il  s'agit 
d'un  particulier. 

(2)  Si   une  compagnie  de  chemin  de  fer  Idem 
d'intérêt  local  est  coupable  d'une  infraction 
prévue  au  paragraphe  (1),  le  dirigeant  ou  l'ad- 
ministrateur de  cette  compagnie  qui  autorise 

ou  permet  l'infraction  ou  qui  y  consent  est 
coupable  d'une  infraction  et  passible,  sur  dé- 
claration de  culpabilité,  d'une  amende  d'au 
plus  5  000  $  et  d'un  emprisonnement  d'au 
plus  six  mois,  ou  d'une  seule  de  ces  peines. 

(3)  Le  paragraphe  (2)  ne  s'applique  pas  aux  Exception 
membres  du  conseil  d'une  municipalité. 

(4)  Même  si  une  entente  a  été  conclue  en 
vertu  de  l'article  15  en  vue  d'autoriser  un  or- 
ganisme de  réglementation  fédéral  à  exécuter 
et  à  appliquer  le  droit  fédéral  applicable,  les 
dispositions  de  la  présente  loi  relatives  aux 
infractions,  mais  non  les  dispositions  fédérales 
relatives  aux  infractions,  s'appliquent  aux  che- 
mins de  fer  d'intérêt  local  et  aux  compagnies 
de  chemin  de  fer  d'intérêt  local. 

23.  (1)  Le  lieutenant-gouverneur  en  con- 
seil peut,  par  règlement  : 

a)  désigner  les  personnes  morales  visées  à 
l'alinéa  2  a); 

b)  prescrire  les  exigences  pour  l'applica- 
tion de  l'alinéa  5  (2)  b); 

c)  traiter  de  la  cessation  de  services  de 
chemin  de  fer  d'intérêt  local  ou  de 
l'abandon  de  lignes  de  chemins  de  fer 
d'intérêt  local; 


Infractions 
provinciales 


Règlements 


10 


BillS 


SHORTLINE  RAILWAYS 


Sec/art.  23(1) 


Scope 


Commente- 


Short  title 


(d)  respecting  shortline  railway  inspectors 
and  shortline  railway  inspections; 

(e)  adopting  by  reference  in  whole  or  in 
part  with  such  changes  as  the  Lieuten- 
ant Governor  in  Council  considers 
necessary,  any  Act,  regulation,  code, 
standard,  procedure  or  rule  in  relation 
to  railways; 

(0  respecting  road  and  utility  crossings; 

(g)  respecting  the  operation  of  shortline 
railways; 

(h)  exempting  any  railway  or  shortline  rail- 
way company  from  the  application  of 
this  Act  or  any  part  of  this  Act. 

(2)  A  regulation  may  be  general  or  specific 
in  nature  and  may  apply  in  respect  of  any 
class  of  person  or  thing. 

24.  This  Act  comes  into  force  on  a  day  to  be 
named  by  proclamation  of  the  Lieutenant 
Governor. 

25.  The  short  title  or  this  Act  is  the  Short- 
line  Railways  Act,  1995. 


d)  traiter  des  inspecteurs  des  chemins  de 
fer  d'intérêt  local  et  de  l'inspection  de 
ces  chemins  de  fer; 

e)  adopter  par  renvoi,  avec  les  adaptations 
qu'il  juge  nécessaires,  tout  ou  partie 
d'une  loi,  d'un  règlement,  d'un  code, 
d'une  norme,  d'une  procédure  ou  d'une 
règle  relatif  aux  chemins  de  fer; 

0  traiter  des  franchissements  routiers  et 
des  franchissements  par  desserte; 

g)  traiter  de  l'exploitation  des  chemins  de 
fer  d'intérêt  local; 


h) 


(2) 


soustraire  un  chemin  de  fer  ou  une 
compagnie  de  chemin  de  fer  d'intérêt 
local  à  l'application  de  tout  ou  partie  de 
la  présente  loi. 


Ponée 


Un  règlement  peut  avoir  une  portée  gé- 
nérale ou  particulière  et  s'appliquer  à  toute 
catégorie  de  personnes  ou  de  choses. 

24.  La  présente  loi  entre  en  vigueur  le  jour   Entrée  en 
que  le  lieutenant-gouverneur  fixe  par  procla-    viBucur 
mation. 

25.  Le  titre  abrégé  de  la  présente  loi  est  Loi   Titre  abrégé 
de  1995  sur  les  chemins  defer  d'intérêt  local. 


o^ccJ^^ 


Clerk 

of  the 

Legislative  Assembly 


1st  SESSION,  36th  LEGISLATURE,  ONTARIO 
44  ELIZABETH  II,  1995 


Bill  6 


(Chapter  3 
Statutes  of  Ontario,  1995) 


An  Act  to  amend  the 
Corporations  Information  Act 


The  Hon.  N.  Sterling 

Minister  of  Consumer  and  Commercial  Relations 


1st  Reading 

2nd  Reading 

3rd  Reading 

Royal  Assent 


October  3,  1995 
December  13,  1995 
December  13,  1995 
December  14,  1995 


Printed  by  the  Legislative  Assembly 
of  Ontario 


lreS 


lONOUR 

THE 

iNANT  GOVERNOR 

ÏLATURE,  ONTARIO 
[  II,  1995 


Projet  de  loi  6 


(Chapitre  3 
Lois  de  l'Ontario  de  1995) 


Loi  modifiant  la  Loi  sur  les 

renseignements  exigés  des 

personnes  morales 


L'honorable  N.  Sterling 
Ministre  de  la  Consommation  et  du  Commerce 


lre  lecture 

2e  lecture 

3e  lecture 

Sanction  royale 


3  octobre  1995 
13  décembre  1995 

13  décembre  1995 

14  décembre  1995 


Imprimé  par  l'Assemblée  législative 
de  l'Ontario 


Bill  6 


1995         Projet  de  loi  6 


1995 


An  Act  to  amend  the 
Corporations  Information  Act 


Loi  modifiant 

la  Loi  sur  les  renseignements  exigés 

des  personnes  morales 


Application 


Same,  1995 
only 


Annual 
return 


Exception 


Corporation 
without  share 
capital 


Her  Majesty,  by  and  with  the  advice  and  con- 
sent of  the  Legislative  Assembly  of  the  Prov- 
ince of  Ontario,  enacts  as  follows: 

1.  (1)  Section  3.1  of  the  Corporations  Infor- 
mation Act,  as  enacted  by  the  Statutes  of  Onta- 
rio, 1994,  chapter  17,  section  35,  is  amended 
by  adding  the  following  subsections: 

(5)  This  section  does  not  apply  to  a  corpo- 
ration unless  the  anniversary  of  the  date  of  its 
incorporation  or  amalgamation,  whichever  is 
later,  occurs  between  April  1,  1995  and  June 
30, 1995. 

(6)  A  corporation  shall  not  file  a  return 
under  this  section  for  a  year  after  1995. 

(2)  Section  3.1  of  the  Act,  as  amended  by 
subsection  (1),  is  repealed  and  the  following 
substituted: 

3.1  (1)  Every  corporation,  other  than  a  cor- 
poration without  share  capital  or  a  corporation 
of  a  class  exempted  by  the  regulations,  shall 
file  a  return  each  year  with  the  Minister  by 
delivering  it  to  the  Minister  of  Finance. 


(2)  Instead  of  delivering  a  return  under 
subsection  (1)  to  the  Minister  of  Finance,  a 
corporation  may  deliver  the  return  to  the  Min- 
ister if, 

(a)  there  has  been  no  change  in  the  infor- 
mation required  to  be  included  in  the 
return  since  the  time  that  the  corpora- 
tion last  filed  a  return  or  a  notice  under 
this  Act;  and 

(b)  the  filing  is  made  in  the  prescribed 
manner. 

(3)  A  corporation  without  share  capital 
shall  file  a  return  each  year  with  the  Minister 
in  the  prescribed  manner  by  delivering  it  to 
the  Minister  on  the  anniversary  of  the  date  of 
its  incorporation  or  amalgamation,  whichever 
is  later,  or  within  60  days  after  the  anniver- 
sary. 


Idem,  pour 
1995  seule- 
ment 


Sa  Majesté,  sur  l'avis  et  avec  le  consentement 
de  l'Assemblée  législative  de  la  province  de 
l'Ontario,  édicté  : 

1.  (1)  L'article  3.1  de  la  Loi  sur  Us  rensei- 
gnements exigés  des  personnes  morales,  tel 
qu'il  est  adopté  par  l'article  35  du  chapitre  17 
des  Lois  de  l'Ontario  de  1994,  est  modifié  par 
adjonction  des  paragraphes  suivants  : 

(5)  Le  présent  article  ne  s'applique  qu'aux  Application 
personnes  morales  dont  la  date  d'anniversaire 

de  constitution  ou  de  fusion,  selon  celle  de  ces 
deux  dates  qui  est  postérieure  à  l'autre,  tombe 
entre  le  1er  avril  1995  et  le  30  juin  1995. 

(6)  Les  personnes  morales  ne  doivent  pas 
déposer  le  rapport  prévu  au  présent  article 
pour  les  années  postérieures  à  1995. 

(2)  L'article  3.1  de  la  Loi,  tel  qu'il  est  modi- 
fié par  le  paragraphe  (1),  est  abrogé  et  rempla- 
cé par  ce  qui  suit  : 

3.1  (1)  Toute  personne  morale,  à  l'exclu- 
sion d'une  personne  morale  sans  capital- 
actions  ou  d'une  personne  morale  d'une  caté- 
gorie qui  fait  l'objet  d'une  dispense  aux 
termes  des  règlements,  dépose  chaque  année 
un  rapport  auprès  du  ministre  en  le  remettant 
au  ministre  des  Finances. 

(2)  Au  lieu  de  remettre  le  rapport  visé  au   Exception 
paragraphe  (1)  au  ministre  des  Finances,  la 
personne  morale  peut  le  remettre  au  ministre 
si  les  conditions  suivantes  sont  réunies  : 

a)  les  renseignements  qui  doivent  être  in- 
clus dans  le  rapport  n'ont  pas  changé 
depuis  le  moment  où  la  personne 
morale  a  déposé  son  dernier  rapport  ou 
un  avis  prévu  à  la  présente  loi; 

b)  le  dépôt  s'effectue  de  la  manière  pres- 
crite. 


Rapport 
annuel 


(3)  Chaque  année,  les  personnes  morales 
sans  capital-actions  déposent  un  rapport  au- 
près du  ministre  de  la  manière  prescrite  en  le 
lui  remettant  à  la  date  d'anniversaire  de  leur 
constitution  ou  de  leur  fusion,  selon  celle  de 
ces  deux  dates  qui  est  postérieure  à  l'autre,  ou 
dans  les  60  jours  qui  suivent  cet  anniversaire. 


Personne 
morale  sans 
capital- 
actions 


Bill  6 


CORPORATIONS  INFORMATION 


Sec/art.  1  (2) 


Time  of 
delivery 


Same,  tax 
return 


One  return 
per  year 


Contents 


Form 


Incomplete 
return 


Transfer  of 

information 


Definition 


(4)  A  corporation  that  is  not  required  to 
deliver  a  tax  return  under  section  75  of  the 
Corporations  Tax  Act  shall  deliver  the  return 
mentioned  in  subsection  (1)  within  six  months 
of  its  financial  year  end. 

(5)  A  corporation  that  is  required  to  deliver 
a  tax  return  under  section  75  of  the  Corpora- 
tions Tax  Act  shall, 

(a)  deliver  the  return  mentioned  in  subsec- 
tion (1),  together  with  its  tax  return  for 
its  last  completed  taxation  year,  within 
the  time  period  for  delivery  of  the  tax 
return;  or 

(b)  deliver  the  return  mentioned  in  subsec- 
tion (1)  within  the  time  period  for  deliv- 
ery of  the  tax  return,  if  it  delivers  a 
return  to  the  Minister  under  subsection 
(2). 

(6)  A  corporation  that  is  required  to  deliver 
more  than  one  tax  return  in  a  year  under  sec- 
tion 75  of  the  Corporations  Tax  Act  is  required 
to  file  a  return  mentioned  in  subsection  (1) 
only  within  the  time  period  that  it  is  required 
to  deliver  its  first  tax  return  during  the  year. 


(7)  A  return  filed  under  this  section  shall 
set  out  the  prescribed  information  for  the  cor- 
poration as  of  the  date  of  delivery  under  this 
section. 

(8)  The  return  shall  be  in  a  form  approved 
by  the  Minister. 

(9)  The  Minister  may  accept  for  filing  a 
return  from  a  corporation  even  if  the  return 
does  not  comply  with  the  information  require- 
ments of  this  section,  but  the  corporation  shall 
be  deemed  not  to  have  complied  with  this 
section  until  all  of  the  requirements  are  satis- 
fied. 

(10)  The  Minister  of  Finance  shall  transmit 
the  information  in  every  return  received  under 
this  section  to  the  Minister  for  the  purposes  of 
recording  under  section  8. 

(11)  In  this  section, 

"tax  return"  means  a  return  for  a  taxation  year 
that  section  75  of  the  Corporations  Tax  Act 
requires  a  corporation  to  deliver  to  the  Min- 
ister of  Finance,  ("déclaration  de  revenus") 

2.  (1)  Subsection  4  (2)  of  the  Act,  as  re-en- 
acted by  the  Statutes  of  Ontario,  1994,  chapter 
17,  section  36,  is  amended  by  striking  out 
"subsection  2  (1),  3  (1)  or  3.1  (1)"  in  the  fourth 


(4)  La  personne  morale  qui  n'est  pas  tenue  Moment  de 
de  remettre  une  déclaration  de  revenus  aux  lirenuse 
termes  de  l'article  75  de  la  Loi  sur  l'imposi- 
tion des  corporations  remet  le  rapport  visé  au 
paragraphe  (1)  dans  les  six  mois  qui  suivent  la 
fin  de  son  exercice. 


Idem,  décla- 
ration de 
revenus 


Un  rapport 
par  année 


(5)  La  personne  morale  qui  est  tenue  de 
remettre  une  déclaration  de  revenus  aux 
termes  de  l'article  75  de  la  Loi  sur  l'imposi- 
tion des  corporations  : 

a)  soit  remet  le  rapport  visé  au  paragraphe 
(1)  avec  sa  déclaration  de  revenus  pour 
sa  dernière  année  d'imposition  com- 
plète dans  le  délai  imparti  pour  la  re- 
mise de  cette  déclaration; 

b)  soit  remet  le  rapport  visé  au  paragraphe 
(1)  dans  le  délai  imparti  pour  la  remise 
de  la  déclaration,  si  elle  remet  un  rap- 
port au  ministre  en  vertu  du  paragraphe 
(2). 

(6)  La  personne  morale  qui  est  tenue  de 
remettre  plus  d'une  déclaration  de  revenus 
pour  une  année  aux  termes  de  l'article  75  de  la 
Loi  sur  l'imposition  des  corporations  n'est  te- 
nue de  remettre  le  rapport  visé  au  paragraphe 
(1)  que  dans  le  délai  dans  lequel  elle  est  tenue 
de  remettre  sa  première  déclaration  de  revenus 
au  cours  de  l'année. 

(7)  Le  rapport  déposé  aux  termes  du  pré-  Teneur 
sent  article  indique  les  renseignements  pres- 
crits concernant  la  personne  morale  à  la  date 

de  remise  prévue  au  présent  article. 

(8)  Le  rapport  est  rédigé  selon  la  formule   Formule 
qu'approuve  le  ministre. 

(9)  Le  ministre  peut  accepter  le  dépôt  d'un   R»pp°rt 
rapport  d'une  personne  morale  même  si  le  rap-   ,ncomPle' 
port  n'est  pas  conforme  aux  exigences  du  pré- 
sent article  relatives  aux  renseignements,  mais 

la  personne  morale  est  réputée  ne  pas  s'être 
conformée  au  présent  article  tant  que  les  exi- 
gences ne  sont  pas  toutes  remplies. 

(10)  Le  ministre  des  Finances  communique 
au  ministre,  aux  fins  de  la  consignation  prévue 
à  l'article  8,  les  renseignements  contenus  dans 
tous  les  rapports  qu'il  reçoit  aux  termes  du 
présent  article. 

(11)  La  définition  qui   suit  s'applique  au   Définition 
présent  article. 

«déclaration  de  revenus»  Déclaration  pour  une 
année  d'imposition  que  l'article  75  de  la  Loi 
sur  l'imposition  des  corporations  oblige  une 
personne  morale  à  remettre  au  ministre  des 
Finances,  («tax  return») 

2.  (1)  Le  paragraphe  4  (2)  de  la  Loi,  tel 
qu'il  est  adopté  de  nouveau  par  l'article  36  du 
chapitre  17  des  Lois  de  l'Ontario  de  1994,  est 
modifié  par  substitution,  à  «paragraphe  2  (1), 


Communica- 
tion des  ren- 
seignements 


Sec/art.  2(1) 


RENSEIGNEMENTS  EXIGÉS  DES  PERSONNES  MORALES 


Projet  6 


line  and  substituting 
or  section  3.1". 


'subsection  2  (1)  or  3  (1) 


Content  of 
notice 


Record  and 
examination 


Record 


Date  of  filing 


Commence- 


Sarne 


Short  title 


(2)  Subsection  4  (3)  of  the  Act,  as  re-enacted 
by  the  Statutes  of  Ontario,  1994,  chapter  17, 
section  36,  is  repealed  and  the  following  sub- 
stituted: 

(3)  A  notice  filed  under  this  section  shall 
set  out  the  prescribed  information. 

3.  (1)  Subsection  5  (1)  of  the  Act,  as  re-en- 
acted by  the  Statutes  of  Ontario,  1994,  chapter 
17,  section  37,  is  amended  by  striking  out 
"subsection  2  (1),  3  (1)  or  3.1  (1)"  in  the  first 
and  second  Unes  and  substituting  "subsection 
2  (1)  or  3  (1)  or  section  3.1". 

(2)  Subsection  5  (2)  of  the  Act,  as  re-enacted 
by  the  Statutes  of  Ontario,  1994,  chapter  17, 
section  37,  is  repealed  and  the  following  sub- 
stituted: 

(2)  A  corporation  shall  maintain  an  up-to- 
date  paper  or  electronic  record  of  the  pre- 
scribed information  set  out  in  returns  and  noti- 
ces that  it  has  filed  under  this  Act  and  make 
the  record  available  for  examination  by  any 
shareholder,  member,  director,  officer  or  credi- 
tor of  the  corporation  during  its  normal  busi- 
ness hours  at  its  registered  office  or  principal 
place  of  business  in  Ontario. 

4.  Section  8  of  the  Act,  as  amended  by  the 
Statutes  of  Ontario,  1994,  chapter  17,  section 
39,  is  repealed  and  the  following  substituted: 

8.  (1)  The  Minister  shall  enter  into  a 
record  the  information  from  every  return  and 
notice  received  under  this  Act. 


(2)  The  effective  date  of  filing  for  every 
notice  and  return  received  under  this  Act  shall 
be  the  date  that  the  Minister  records  it. 


5.  (1)  Subject  to  subsection  (2),  this  Act 
comes  into  force  on  a  day  to  be  named  by 
proclamation  of  the  Lieutenant  Governor. 

(2)  Subsection  1  (1)  shall  be  deemed  to  have 
come  into  force  on  July  1, 1995. 

6.  The  short  title  of  this  Act  is  the  Corpora- 
tions Information  Amendment  Act,  1995. 


Dossier  et 
consultation 


3  (1)  ou  3.1  (1)»  à  la  cinquième  ligne,  de  «para- 
graphe 2  (1)  ou  3  (1)  ou  de  l'article  3.1». 

(2)  Le  paragraphe  4  (3)  de  la  Loi,  tel  qu'il 
est  adopté  de  nouveau  par  l'article  36  du  cha- 
pitre 17  des  Lois  de  l'Ontario  de  1994,  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(3)  L'avis  déposé  aux  termes  du  présent  Teneur  de 
article  indique  les  renseignements  prescrits.  '  avis 

3.  (1)  Le  paragraphe  5  (1)  de  la  Loi,  tel 
qu'il  est  adopté  de  nouveau  par  l'article  37  du 
chapitre  17  des  Lois  de  l'Ontario  de  1994,  est 
modifié  par  substitution,  à  «paragraphe  2  (1), 
3  (1)  ou  3.1  (1)»  aux  première  et  deuxième 
lignes,  de  «paragraphe  2  (1)  ou  3  (1)  ou  de 
l'article  3.1». 

(2)  Le  paragraphe  5  (2)  de  la  Loi,  tel  qu'il 
est  adopté  de  nouveau  par  l'article  37  du  cha- 
pitre 17  des  Lois  de  l'Ontario  de  1994,  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(2)  La  personne  morale  tient  à  jour  un  dos- 
sier sur  papier  ou  sur  support  électronique  des 
renseignements  prescrits  indiqués  dans  les  rap- 
ports et  avis  qu'elle  a  déposés  aux  termes  de 
la  présente  loi  et  le  met  à  la  disposition  de  ses 
actionnaires,  membres,  administrateurs,  diri- 
geants ou  créanciers  pour  qu'ils  puissent  le 
consulter  pendant  les  heures  de  bureau  à  son 
siège  social  ou  à  son  établissement  principal 
en  Ontario. 

4.  L'article  8  de  la  Loi,  tel  qu'il  est  modifié 
par  l'article  39  du  chapitre  17  des  Lois  de 
l'Ontario  de  1994,  est  abrogé  et  remplacé  par 
ce  qui  suit  : 

8.  (1)  Le  ministre  consigne  dans  un  dossier  Dossier 
les  renseignements  provenant  de  tous  les  rap- 
ports et  de  tous  les  avis  qu'il  reçoit  aux  termes 
de  la  présente  loi. 

(2)  La  date  effective  du  dépôt  de  tous  les   Date  du 
avis  et  de  tous  les  rapports  reçus  aux  termes  de  dépôt 
la  présente  loi  est  la  date  à  laquelle  le  ministre 
les  consigne. 

5.  (1)  Sous  réserve  du  paragraphe  (2),  la   Entrée  en 
présente  loi  entre  en  vigueur  le  jour  que  le   w8ueur 
lieutenant-gouverneur  fixe  par  proclamation. 

(2)  Le  paragraphe  1  (1)  est  réputé  être  entré   '<Jem 
en  vigueur  le  1er  juillet  1995. 

6.  Le  titre  abrégé  de  la  présente  loi  est  Loi  Titre  abrégé 
de  1995  modifiant  la  Loi  sur  les  renseignements 

exigés  des  personnes  morales. 


e&^eS^ 


Clerk 

of  THE 

LEGISLATIVE  ASSEMBLY 


1st  SESSION,  36th  LEGISLATURE,  ONTARIO 
44  ELIZABETH  II,  1995 


His  honour 

the 

Lieutenant  governor 

lrc  SESSION,  36e  LÉGISLATURE,  ONTARIO 
44  ELIZABETH  II,  1995 


Bill  7 


Projet  de  loi  7 


{Chapter  1 
Statutes  of  Ontario,  1995) 


(Chapitre  1 
Lois  de  l'Ontario  de  1995) 


An  Act  to  restore  balance  and  stability 

to  labour  relations  and  to  promote 

economic  prosperity  and  to  make 

consequential  changes  to  statutes 

concerning  labour  relations 


Loi  visant  à  rétablir  l'équilibre  et  la 

stabilité  dans  les  relations  de  travail 

et  à  promouvoir  la  prospérité 

économique  et  apportant  des 

modifications  corrélatives  à  des  lois  en 

ce  qui  concerne  les  relations  de  travail 


The  Hon.  E.  Witmer 

Minister  of  Labour 


L'honorable  E.  Witmer 

Ministre  du  Travail 


Government  Bill 


Projet  de  loi  du  gouvernement 


1st  Reading 

2nd  Reading 

3rd  Reading 

Royal  Assent 


October  4,  1995 
October  26,  1995 
October  31,  1995 
November  10,  1995 


lre  lecture 

2e lecture 

3e  lecture 

Sanction  royale 


4  octobre  1995 
26  octobre  1995 
31  octobre  1995 
10  novembre  1995 


Printed  by  the  Legislative  Assembly 
of  Ontario 


Imprimé  par  l'Assemblée  législative 
de  l'Ontario 


©e 


iH 
IT 

3TU3I I 


Bill  7 


1995        Projet  de  loi  7 


1995 


An  Act  to  restore  balance  and  stability 

to  labour  relations  and 
to  promote  economic  prosperity  and  to 

make  consequential  changes 
to  statutes  concerning  labour  relations 


Loi  visant  à  rétablir  l'équilibre  et  la 

stabilité  dans  les  relations  de  travail 

et  à  promouvoir  la  prospérité 

économique  et  apportant  des 

modifications  corrélatives 

à  des  lois  en  ce  qui  concerne  les 

relations  de  travail 


CONTENTS 

Part 

I         Labour  Relations  Act,  1 995 
Labour  Relations  Act,  1995 
Transitional  Provisions 


Crown  Employees  Collective 
Bargaining  Act,  1993  Amendments 

Crown  Employees  Collective 
Bargaining  Act,  1993 

Transitional  Provisions 


III  Employment  Standards  Act 
Amendments 

Employment  Standards  Act 
Transitional  Provisions 

IV  Other  Amendments 

Agricultural  Labour  Relations  Act, 

1994 
Freedom  of  Information  and 

Protection  of  Privacy  Act 
Municipal  Freedom  of  Information 

and  Protection  of  Privacy  Act 
Occupational  Health  and  Safety  Act 
Public  Service  Act 


V       Commencement  and  Short  Title 

Schedule  A 

Labour  Relations  Act,  1995 


Sections 
1-10 


11-70 


71-79 


80-85 


Partie 
I 


SOMMAIRE 

Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de 

travail 
Dispositions  transitoires 

II  Modification  de  la  Loi  de  1993  sur  la 
négociation  collective  des  employés  de 
la  Couronne 

Loi  de  1993  sur  la  négociation 
collective  des  employés  de  la 
Couronne 

Dispositions  transitoires 

III  Modification  de  la  Loi  sur  les  normes 
d'emploi 

Loi  sur  les  normes  d'emploi 
Dispositions  transitoires 


Articles 
1-10 


11-70 


IV      Autres  modifications 

Loi  de  1994  sur  les  relations  de 

travail  dans  l'agriculture 
Loi  sur  l'accès  à  l'information  et  la 

protection  de  la  vie  privée 
Loi  sur  l'accès  à  l'information 

municipale  et  la  protection  de  la 

vie  privée 
Loi  sur  la  santé  et  la  sécurité  au 

travail 
Loi  sur  la  fonction  publique 

86,  87  V       Entrée  en  vigueur  et  titre  abrégé 

Annexe  A 

Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


71-79 


80-85 


86,87 


Her  Majesty,  by  and  with  the  advice  and 
consent  of  the  Legislative  Assembly  of  the 
Province  of  Ontario,  enacts  as  follows: 


Sa  Majesté,  sur  l'avis  et  avec  le  consentement 
de  l'Assemblée  législative  de  la  province  de 
l'Ontario,  édicté  : 


Bill  7,  Part  I  labour  relations  and  employment  statute  law 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Sec/art.  1  (1) 


New  Act 


Repeal 


PARTI 
LABOUR  RELATIONS  ACT,  1995 

Labour  Relations  Act,  1995 

1.  (1)  The  Labour  Relations  Act,  1995,  as  set 
out  in  Schedule  A,  is  hereby  enacted. 

(2)  Subject  to  subsection  (3),  the  Labour 
Relations  Act  is  repealed. 

(3)  Section  64.2  of  the  Labour  Relations  Act, 
as  enacted  by  the  Statutes  of  Ontario,  1992, 
chapter  21,  section  31,  shall  be  deemed  to  have 
been  repealed  on  October  4, 1995. 

(4)  The  following  are  repealed: 

1.  The  Labour  Relations  Amendment  Act, 
1991. 

2.  Sections  1  to  60  and  section  63  of  the 
Labour  Relations  and  Employment  Stat- 
ute Law  Amendment  Act,  1992. 

3.  The  Labour  Relations  Amendment  Act, 
1993. 

4.  Section  67  of  the  Public  Service  and 
Labour  Relations  Statute  Law  Amend- 
ment Act,  1993. 

Transitional  Provisions 

2.  In  sections  3  to  10, 

"new  Act"  means  the  Labour  Relations  Act, 
1995;  ("nouvelle  loi") 

"old  Act"  means  the  Labour  Relations  Act  as  it 
reads  immediately  before  this  section  comes 
into  force,  ("ancienne  loi") 


Transition,         3.  (l)  This  section  applies  with  respect  to 
E2j2)        proceedings  commenced  under  the  old  Act  in 
which  a  final  decision  has  not  been  issued  on 
the  day  on  which  this  section  comes  into  force. 


(2)  A  proceeding  continuing  after  the  new 
Act  comes  into  force  shall  be  decided  as  if  the 
new  Act  had  been  in  force  at  all  material  times. 
The  presiding  person  or  body  shall  apply  the 
substantive  provisions  of  the  new  Act  as  well  as 
the  procedural  rules  established  under  ii. 


(3)  Despite  subsection  (2),  the  parties  to  a 
first  agreement  arbitration  under  section  41  of 
the  old  Act  may  agree  in  writing  that  the  arbi- 
tration proceed  in  accordance  with  the  old  AcL 


Transition, 
definition 


PARTIE  I 

LOI  DE  1995  SUR  LES  RELATIONS  DE 

TRAVAIL 

Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 

1.  (1)  Par  le  présent  paragraphe,  la  Loi  de   Nouvelle  loi 
1995  sur  les  relations  de  travail,  telle  qu'elle  est 
énoncée  à  l'annexe  A,  est  adoptée. 

(2)  Sous  réserve  du  paragraphe  (3),  la  Loi  Abrogation 
sur  les  relations  de  travail  est  abrogée. 

(3)  L'article  64.2  de  la  Loi  sur  tes  relations  de 
travail,  tel  qu'il  est  adopté  par  l'article  31  du 
chapitre  21  des  Lois  de  l'Ontario  de  1992,  est 
réputé  avoir  été  abrogé  le  4  octobre  1995. 

(4)  Les  lois  et  dispositions  suivantes  sont 
abrogées  : 

1.  La  Loi  de  1991  modifiant  la  Loi  sur  les 
relations  de  travail 

2.  Les  articles  1  à  60  et  l'article  63  de  la 
Loi  de  1992  modifiant  des  lois  en  ce  qui  a 
trait  aux  relations  de  travail  et  à  l'emploi. 

3.  La  Loi  de  1993  modifiant  la  Loi  sur  les 
relations  de  travail. 

4.  L'article  67  de  la  Loi  de  1993  modifiant 
des  lois  en  ce  qui  concerne  la  fonction 
publique  et  les  relations  de  travail. 


Dispositions  transitoires 

2.  Les  definitions  qui  suivent  s'appliquent 
aux  articles  3  à  10. 

«ancienne  loi»  La  Loi  sur  les  relations  de  travail 
telle  qu'elle  existe  immédiatement  avant 
l'entrée  en  vigueur  du  présent  article,  («old 
Act») 

«nouvelle  loi»  La  Loi  de  1995  sur  les  relations 
de  travail,  («new  Act») 

3.  (1)  Le  présent  article  s'applique  à  l'égard 
des  instances  introduites  en  vertu  de  l'ancienne 
loi  dans  lesquelles  une  décision  définitive  n'a 
pas  été  rendue  le  jour  de  l'entrée  en  vigueur  du 
présent  article. 

(2)  L'instance  qui  se  poursuit  après  l'entrée 
en  vigueur  de  la  nouvelle  loi  fait  l'objet  d'une 
décision  comme  si  la  nouvelle  loi  avait  été  en 
vigueur  aux  moments  pertinents.  La  personne 
ou  l'organisme  qui  préside  applique  les  dispo- 
sitions de  fond  de  la  nouvelle  loi  ainsi  que  les 
règles  de  procédure  établies  aux  termes  de 
celle-ci. 

(3)  Malgré  le  paragraphe  (2),  les  parties  à 
l'arbitrage  d'une  première  convention  aux 
termes  de  l'article  41  de  l'ancienne  loi  peuvent 
convenir  par  écrit  que  l'arbitrage  ait  lieu  con- 
formément à  l'ancienne  loi. 


Disposition 
transitoire, 
definition 


Dispositions 

transitoires, 

instances 

(dispositions 

générales) 


Sec/art.  3  (4) 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Labour  Relations  Act,  1995 


Partie  I,  Projet  7 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Transition, 

proceedings 

(services 

under 

contract) 


Transition, 
combined 
bargaining 
units  (full- 
time  and 
part-time 
employees) 


(4)  Despite  subsection  (2),  in  a  proceeding 
relating  to  an  application  for  certification  of  a 
trade  union  as  a  bargaining  agent,  the  pre- 
siding person  or  body  shall  apply  sections  5,  8, 
9  and  9.1  of  the  old  Act  and  not  sections  7,  8 
and  10  of  the  new  Act.  This  subsection  applies 
only  with  respect  to  applications  for  certifica- 
tion made  before  October  4, 1995. 


(5)  The  presiding  person  or  body  shall 
terminate  all  or  any  part  of  a  proceeding  if 
continuing  it  would  serve  no  practical  purpose, 
in  his,  her  or  its  opinion. 

(6)  Without  limiting  the  generality  of  subsec- 
tion (5),  that  part  of  a  proceeding  relating  to 
section  11.1,  subsection  41  (1.2),  section  64.1, 
73.1,  73.2,  75,  81.2  or  92.2  of  the  old  Act  or 
relating  to  a  provision  of  a  collective  agreement 
described  in  subsection  43.1  (1)  or  (3)  or  an 
agreement  described  in  subsection  73.2  (16)  of 
the  old  Act  shall  be  terminated. 


(7)  In  this  section, 


"proceeding"  includes  arbitration,  mediation, 
conciliation  and  a  prosecution  under  the 
Provincial  Offences  Act  but  does  not  include 
a  judicial  review  proceeding  or  an  appeal 
from  a  decision  on  a  judical  review. 


4.  An  interim  or  final  decision  issued  on  or 
after  October  4,  1995  in  a  proceeding  relating 
to  section  64.2  of  the  Labour  Relations  Act,  as  it 
reads  before  subsection  1  (3)  comes  into  force, 
is  void. 

5.  (1)  This  section  applies  with  respect  to 
bargaining  units  that  include  both  full-time 
and  part-time  employees  on  the  day  this  sec- 
tion comes  into  force  but  did  not  include  both 
full-time  and  part-time  employees  before  Janu- 
ary 1, 1993. 


(2)  The  employer  or  the  trade  union  that 
represents  the  employees  in  the  bargaining 
unit  may  apply  to  the  Ontario  Labour  Rela- 
tions Board  within  90  days  after  this  section 
comes  into  force  for  a  declaration  that  the  bar- 
gaining unit  is  not  appropriate  for  collective 
bargaining. 

(3)  The  Board  shall  issue  the  declaration 
unless  the  Board  is  satisfied  that  the  existing 
bargaining  unit  is  appropriate  because  a  com- 
munity of  interest  exists  between  the  full-time 
and  the  part-time  employees. 


(4)  Malgré  le  paragraphe  (2),  dans  une 
instance  relative  à  une  requête  en  accréditation 
d'un  syndicat  comme  agent  négociateur,  la  per- 
sonne ou  l'organisme  qui  préside  applique  les 
articles  5,  8,  9  et  9.1  de  l'ancienne  loi  et  non  les 
articles  7,  8  et  10  de  la  nouvelle  loi.  Le  présent 
paragraphe  ne  s'applique  qu'à  l'égard  des  re- 
quêtes en  accréditation  présentées  avant  le 
4  octobre  1995. 

(5)  La  personne  ou  l'organisme  qui  préside 
met  fin  à  l'instance  ou  à  une  partie  de  celle-ci 
si,  à  son  avis,  la  poursuite  de  l'instance  n'au- 
rait aucun  but  pratique. 

(6)  Sans  préjudice  de  la  portée  générale  du 
paragraphe  (5),  il  doit  être  mis  fin  à  la  partie 
d'une  instance  relative  à  l'article  11.1,  au  para- 
graphe 41  (1.2)  ou  à  l'article  64.1,  73.1,  73.2, 
75,  81.2  ou  92.2  de  l'ancienne  loi  ou  relative  à 
une  disposition  d'une  convention  collective  dé- 
crite au  paragraphe  43.1  (1)  ou  (3)  ou  à  une 
entente  décrite  au  paragraphe  73.2  (16)  de 
l'ancienne  loi. 

(7)  La  définition  qui  suit  s'applique  au  pré- 
sent article. 

«instance»  S'entend  en  outre  de  l'arbitrage,  de 
la  médiation,  de  la  conciliation  et  d'une 
poursuite  prévue  par  la  Loi  sur  les  infrac- 
tions provinciales.  Sont  toutefois  exclus  de  la 
présente  définition  une  instance  en  révision 
judiciaire  et  un  appel  d'une  décision  portant 
sur  une  révision  judiciaire. 

4.  Est  nulle  la  décision  provisoire  ou  défini- 
tive rendue  le  4  octobre  1995  ou  par  la  suite 
dans  une  instance  relative  à  l'article  64.2  de  la 
Loi  sur  les  relations  de  travail,  tel  qu'il  existe 
avant  l'entrée  en  vigueur  du  paragraphe  1  (3). 

5.  (1)  Le  présent  article  s'applique  à  l'égard 
des  unités  de  négociation  qui  comprennent  à  la 
fois  des  employés  à  temps  plein  et  des  em- 
ployés à  temps  partiel  le  jour  de  l'entrée  en 
vigueur  du  présent  article,  mais  qui  ne  com- 
prenaient pas  à  la  fois  des  employés  à  temps 
plein  et  des  employés  à  temps  partiel  avant  le 
1er  janvier  1993. 

(2)  L'employeur  ou  le  syndicat  qui  repré- 
sente les  employés  compris  dans  l'unité  de  né- 
gociation peut,  par  voie  de  requête,  demander 
à  la  Commission  des  relations  de  travail  de 
l'Ontario,  dans  les  90  jours  qui  suivent  l'entrée 
en  vigueur  du  présent  article,  de  déclarer  que 
l'unité  de  négociation  n'est  pas  appropriée 
pour  négocier  collectivement. 

(3)  La  Commission  fait  la  déclaration  à 
moins  qu'elle  ne  soit  convaincue  que  l'unité  de 
négociation  existante  est  appropriée  du  fait 
qu'il  existe  des  intérêts  communs  entre  les  em- 


Disposition 
transitoire, 
instances 
(services 
fournis  aux 
termes  d'un 
contrat) 
Dispositions 
transitoires, 
unités  de 
négociation 
combinées 
(employés  à 
temps  plein 
et  à  temps 
partiel) 


Bill  7,  Part  I 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Sec/art.  5  (3) 


Transition, 

combined 

bargaining 

units 

(general) 


(4)  The  following  occurs  upon  the  issuance 
of  a  declaration: 

1.  The  bargaining  unit  is  divided  into  two 
bargaining  units,  one  composed  of  full- 
time  employees  and  one  composed  of 
part-time  employees. 

2.  Subject  to  subsection  (6),  the  trade 
union  continues  to  represent  the 
employees  in  each  of  the  bargaining 
units. 

3.  Subject  to  subsection  (6),  the  collective 
agreement,  if  any,  continues  to  apply  to 
the  employees  in  each  bargaining  unit 
There  shall  be  deemed  to  be  two  collec- 
tive agreements,  one  for  each  bargaining 
unit 

(5)  Subject  to  subsection  (6),  upon  issuing  a 
declaration  the  Board  shall  certify  the  trade 
union  as  the  bargaining  agent  for  each  of  the 
bargaining  units  if  there  is  no  collective  agree- 
ment in  force. 

(6)  When  issuing  a  declaration,  the  Board 
may  make  such  orders  as  it  considers  appro- 
priate in  the  circumstances,  including  orders 
relating  to  the  collective  agreement  if  any. 

6.  (1)  This  section  applies  with  respect  to 
bargaining  units  that  were  combined  into  a 
single  bargaining  unit  under  section  7  of  the 
old  Act  or  that  were  combined  on  or  after  Jan- 
uary 1,  1993  and  before  this  section  comes  into 
force. 


(2)  Ninety  days  after  this  section  comes  into 
force,  the  combined  bargaining  unit  is  divided 
into  the  separate  bargaining  units  that  were 
combined. 


(3)  Subsection  (2)  does  not  apply  if  the 
employer  and  the  trade  union  that  represents 
the  employees  in  the  combined  bargaining  unit 
agree  in  writing  after  October  4,  1995  that  the 
bargaining  unit  shall  not  be  divided. 

(4)  The  trade  union  continues  to  represent 
the  employees  in  each  of  the  bargaining  units 
and,  subject  to  subsection  (8),  the  collective 
agreement  if  any,  continues  to  apply  to  them. 
There  shall  be  deemed  to  be  a  separate  collec- 
tive agreement  for  each  bargaining  unit 

(5)  The  trade  union  may  apply  to  the  Onta- 
rio Labour  Relations  Board  for  certification  as 
the  bargaining  agent  for  each  of  the  bargaining 


ployés  à  temps  plein  et  les  employés  à  temps 
partiel. 

(4)  Dès  qu'une  déclaration  est  faite,  il  se  pro- 
duit ce  qui  suit  : 

1.  L'unité  de  négociation  est  divisée  en 
deux  unités  de  négociation,  l'une  compo- 
sée d'employés  à  temps  plein  et  l'autre 
composée  d'employés  à  temps  partiel. 

2.  Sous  réserve  du  paragraphe  (6),  le  syn- 
dicat continue  de  représenter  les  em- 
ployés de  chacune  des  unités  de  négocia- 
tion. 

3.  Sous  réserve  du  paragraphe  (6),  la  con- 
vention collective,  le  cas  échéant  con- 
tinue de  s'appliquer  aux  employés  de 
chaque  unité  de  négociation.  Il  est  répu- 
té exister  deux  conventions  collectives, 
une  pour  chaque  unité  de  négociation. 

(5)  Sous  réserve  du  paragraphe  (6),  dès 
qu'elle  fait  une  déclaration,  la  Commission  ac- 
crédite le  syndicat  comme  agent  négociateur  de 
chacune  des  unités  de  négociation  si  aucune 
convention  collective  n'est  en  vigueur. 

(6)  Lorsqu'elle  fait  une  déclaration,  la  Com- 
mission rend  les  ordonnances  qu'elle  estime 
appropriées  dans  les  circonstances,  notamment 
des  ordonnances  relatives  à  la  convention  col- 
lective, le  cas  échéant 

6.  (1)  Le  présent  article  s'applique  à  l'égard 
des  unités  de  négociation  qui  ont  été  combinées 
en  une  seule  unité  de  négociation  aux  termes 
de  l'article  7  de  l'ancienne  loi  ou  qui  ont  été 
combinées  le  1er  janvier  1993  ou  par  la  suite, 
mais  avant  l'entrée  en  vigueur  du  présent 
article. 

(2)  Quatre-vingt-dix  jours  après  l'entrée  en 
vigueur  du  présent  article,  l'unité  de  négocia- 
tion combinée  est  divisée  de  manière  à  donner 
les  unités  de  négociation  distinctes  qui  avaient 
été  combinées. 

(3)  Le  paragraphe  (2)  ne  s'applique  pas  si 
l'employeur  et  le  syndicat  qui  représente  les 
employés  compris  dans  l'unité  de  négociation 
combinée  conviennent  par  écrit  après  le  4  octo- 
bre 1995  que  l'unité  de  négociation  ne  doit  pas 
être  divisée. 

(4)  Le  syndicat  continue  de  représenter  les 
employés  de  chacune  des  unités  de  négociation 
et  sous  réserve  du  paragraphe  (8),  la  conven- 
tion collective,  le  cas  échéant  continue  de  s'ap- 
pliquer à  ceux-ci.  Il  est  réputé  exister  une 
convention  collective  distincte  pour  chaque 
unité  de  négociation. 

(5)  Le  syndicat  peut  par  voie  de  requête, 
demander  à  la  Commission  des  relations  de 
travail    de   l'Ontario   de   l'accréditer   comme 


Dispositions 

transitoires, 

unités  de 

négociation 

combinées 

(dispositions 

générales) 


Sec/art.  6  (5) 


relations  de  travail  et  emploi  Partie  I,  Projet  7 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Transition, 
bargaining 
units  for 
members  of 
professions 


Transition, 
bargaining 
units  for 
security 
guards 


units  if  there  is  no  collective  agreement  in 
force. 


(6)  Upon  receiving  an  application  under  sub- 
section (5),  the  Board  shall  certify  the  trade 
union  as  the  bargaining  agent  for  each  of  the 
bargaining  units. 

(7)  The  employer  or  the  trade  union  may 
apply  to  the  Board  for  such  orders  as  the 
Board  considers  appropriate  in  the  circum- 
stances, including  orders  relating  to  the  collec- 
tive agreement,  if  any. 

(8)  The  Board  may  make  such  orders  on  an 
application  under  subsection  (7)  as  it  considers 
appropriate  in  the  circumstances. 

7.  (1)  This  section  applies  with  respect  to 
bargaining  units  that  include,  on  the  day  this 
section  comes  into  force,  persons  who  are  enti- 
tled to  practise  one  of  the  following  professions 
in  Ontario  and  who  are  employed  in  their  pro- 
fessional capacity: 

1.  Architecture. 

2.  Dentistry. 

3.  Land  Surveying. 

4.  Law. 

5.  Medicine. 

(2)  A  trade  union  that  is  the  bargaining 
agent  for  employees  in  a  bargaining  unit  that 
includes  persons  described  in  subsection  (1) 
ceases  to  represent  the  persons  described  in 
subsection  (1)  90  days  after  this  section  comes 
into  force. 

(3)  A  collective  agreement  that  applies  with 
respect  to  persons  described  in  subsection  (1) 
ceases  to  apply  to  them  on  the  earlier  of, 


(a)  the  day  on  which  the  collective  agree- 
ment expires;  and 

(b)  90  days  after  this  section  comes  into 
force. 

8.  (1)  This  section  applies  with  respect  to 
bargaining  units  that  include,  on  the  day  this 
section  comes  into  force,  guards  who  monitor 
other  employees  or  who  protect  the  property  of 
an  employer. 

(2)  Within  90  days  after  this  section  comes 
into  force,  an  employer  may  apply  to  the  Onta- 
rio Labour  Relations  Board  for  a  declaration 


agent  négociateur  de  chacune  des  unités  de  né- 
gociation si  aucune  convention  collective  n'est 
en  vigueur. 

(6)  Sur  réception  d'une  requête  visée  au  pa- 
ragraphe (5),  la  Commission  accrédite  le  syndi- 
cat comme  agent  négociateur  de  chacune  des 
unités  de  négociation. 

(7)  L'employeur  ou  le  syndicat  peut,  par  voie 
de  requête,  demander  à  la  Commission  de  ren- 
dre les  ordonnances  qu'elle  estime  appropriées 
dans  les  circonstances,  notamment  des  ordon- 
nances relatives  à  la  convention  collective,  le 
cas  échéant 

(8)  Sur  requête  présentée  en  vertu  du  para- 
graphe (7),  la  Commission  rend  les  ordon- 
nances qu'elle  estime  appropriées  dans  les  cir- 
constances. 

7.  (1)  Le  présent  article  s'applique  à  l'égard 
des  unités  de  négociation  qui,  le  jour  de  l'en- 
trée en  vigueur  du  présent  article,  compren- 
nent des  personnes  qui  sont  habilitées  à  exer- 
cer l'une  des  professions  suivantes  en  Ontario 
et  qui  sont  employées  en  leur  qualité  profes- 
sionnelle : 

1.  Architecture. 

2.  Dentisterie. 

3.  Arpentage. 

4.  Droit 

5.  Médecine. 

(2)  Le  syndicat  qui  est  l'agent  négociateur 
d'employés  compris  dans  une  unité  de  négocia- 
tion qui  comprend  des  personnes  visées  au  pa- 
ragraphe (1)  cesse  de  représenter  les  personnes 
visées  au  paragraphe  (1)  90  jours  après  l'en- 
trée en  vigueur  du  présent  article. 

(3)  La  convention  collective  qui  s'applique  à 
l'égard  de  personnes  visées  au  paragraphe  (1) 
cesse  de  s'appliquer  à  celles-ci  à  celui  des  deux 
jours  suivants  qui  est  antérieur  à  l'autre  : 

a)  le    jour    où    la    convention    collective 
expire; 

b)  le  jour  qui  tombe  90  jours  après  l'entrée 
en  vigueur  du  présent  article. 

8.  (1)  Le  présent  article  s'applique  à  l'égard 
des  unités  de  négociation  qui,  le  jour  de  l'en- 
trée en  vigueur  du  présent  article,  compren- 
nent des  gardiens  qui  surveillent  d'autres  em- 
ployés ou  qui  protègent  la  propriété  d'un 
employeur. 

(2)  Dans  les  90  jours  qui  suivent  l'entrée  en 
vigueur  du  présent  article,  un  employeur  peut, 
par  voie  de  requête,  demander  à  la  Commis- 
sion des  relations  de  travail  de  l'Ontario  de 


Dispositions 
transitoires, 
unités  de 
négociation 
pour  les 
membres  de 
professions 


Dispositions 
transitoires, 
unités  de 
négociation 
pour  les 
gardiens 


Bill  7,  Part  I 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Sec/art.  8  (2) 


that  a  trade  union  no  longer  represents  the 
guards  in  a  bargaining  unit, 

(a)  if  the  trade  union  admits  to  membership 
persons  who  are  not  guards;  or 

(b)  if  the  trade  union  is  chartered  by  or 
affiliated  with  an  organization  that 
admits  to  membership  persons  who  are 
not  guards. 

(3)  The  Board  shall  issue  the  declaration 
unless  the  trade  union  satisfies  the  Board  that 
no  conflict  of  interest  would  result  from  the 
trade  union  continuing  to  represent  the  guards. 

(4)  Within  90  days  after  this  section  comes 
into  force,  an  employer  may  apply  to  the 
Board  for  a  declaration  that  guards  are  no 
longer  members  of  a  bargaining  unit  that 
includes  other  employees. 

(5)  The  Board  shall  issue  the  declaration 
unless  the  trade  union  satisfies  the  Board  that 
no  conflict  of  interest  would  result  from  the 
guards  remaining  in  the  bargaining  unit 

(6)  The  Board  shall  consider  the  factors  set 
out  in  subsection  14  (5)  of  the  new  Act  in  deter- 
mining whether  a  conflict  of  interest  would 
result  for  the  purposes  of  subsection  (3)  or  (5). 

(7)  Upon  the  issuance  of  a  declaration  under 
this  section,  the  collective  agreement,  if  any, 
ceases  to  apply  with  respect  to  the  guards. 


Transition,         9.  Subsections  79  (3)  and  (4)  of  the  new  Act 

«rike'vot?  do  not  aPP,v  with  "spect  to  »  str»ke  that  be- 
gins before  the  day  on  which  the  Labour  Rela- 
tions Act,  1995  comes  into  force. 


No  reprisals 


Same 


Enforce- 
ment 


10.  (1)  This  section  applies  with  respect  to 
persons  referred  to  in  clause  1  (3)  (a)  of  the 
new  Act 

(2)  No  employer,  employer's  organization  or 
person  acting  on  behalf  of  an  employer  or 
employer's  organization  shall  refuse  to  employ 
a  person  or  discriminate  against  a  person 
described  in  subsection  (1)  in  regard  to 
employment  or  a  term  or  condition  of  employ- 
ment because  the  person  was  a  member  of  a 
trade  union  or  had  exercised  or  attempted  to 
exercise  any  rights  under  the  old  Act 

(3)  Subsection  (2)  may  be  enforced  under  the 
new  Act  as  if  it  formed  a  part  of  that  Act  For 
the  purposes  of  section  87  and  a  complaint 
under  section  96  of  that  Act  "person"  includes 
a  person  described  in  subsection  (1). 


déclarer  qu'un  syndicat  ne  représente  plus  les 
gardiens  compris  dans  une  unité  de  négocia- 
tion si,  selon  le  cas  : 

a)  le  syndicat  admet  comme  membres  des 
personnes  qui  ne  sont  pas  des  gardiens; 

b)  le  syndicat  tient  sa  charte  d'une  associa- 
tion qui  admet  comme  membres  des 
personnes  qui  ne  sont  pas  des  gardiens 
ou  est  affilié  à  une  telle  association. 

(3)  La  Commission  fait  la  déclaration  à 
moins  que  le  syndicat  ne  la  convainque  qu'au- 
cun conflit  d'intérêts  ne  s'ensuivrait  s'il  conti- 
nuait à  représenter  les  gardiens. 

(4)  Dans  les  90  jours  qui  suivent  l'entrée  en 
vigueur  du  présent  article,  un  employeur  peut 
par  voie  de  requête,  demander  à  la  Commis- 
sion de  déclarer  que  les  gardiens  ne  sont  plus 
membres  d'une  unité  de  négociation  qui  com- 
prend d'autres  employés. 

(5)  La  Commission  fait  la  déclaration  à 
moins  que  le  syndicat  ne  la  convainque  qu'au- 
cun conflit  d'intérêts  ne  s'ensuivrait  si  les  gar- 
diens demeuraient  membres  de  l'unité  de  négo- 
ciation. 

(6)  La  Commission  tient  compte  des  facteurs 
énoncés  au  paragraphe  14  (S)  de  la  nouvelle  loi 
lorsqu'elle  détermine  si  un  conflit  d'intérêts 
s'ensuivrait  pour  l'application  du  paragraphe 
(3)  ou  (5). 

(7)  Dès  qu'une  déclaration  est  faite  aux 
termes  du  présent  article,  la  convention  collec- 
tive, le  cas  échéant,  cesse  de  s'appliquer  à 
l'égard  des  gardiens. 

9.  Les  paragraphes  79  (3)  et  (4)  de  la  nou- 
velle loi  ne  s'appliquent  pas  à  l'égard  d'une 
grève  qui  débute  avant  le  jour  où  la  Loi  de 
1995  sur  les  relations  de  travail  entre  en  vi- 
gueur. 

10.  (1)  Le  présent  article  s'applique  à 
l'égard  des  personnes  visées  à  l'alinéa  1  (3)  a) 
de  la  nouvelle  loi. 

(2)  L'employeur,  l'association  patronale  ou 
quiconque  agit  pour  leur  compte  ne  doit  pas 
refuser  d'employer  une  personne  ou  pratiquer 
de  la  discrimination  contre  une  personne  visée 
au  paragraphe  (1)  en  ce  qui  concerne  l'emploi 
ou  une  condition  d'emploi  parce  qu'elle  était 
membre  d'un  syndicat  ou  qu'elle  avait  exercé 
ou  tenté  d'exercer  des  droits  prévus  par  l'an- 
cienne loi. 


(3)  Le  paragraphe  (2)  peut  être  appliqué  aux  Application 
termes  de  la  nouvelle  loi  comme  s'il  en  faisait 
partie.  Pour  l'application  de  l'article  87  et  à 
l'égard  d'une  plainte  visée  à  l'article  96  de 
cette  loi,  «personne»  s'entend  en  outre  d'une 
personne  visée  au  paragraphe  (1). 


Disposition 
transitoire, 
scrutin  de 
grève 
obligatoire 


Représailles 
interdites 


Idem 


Sec/art.  1 1 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993 


Partie  II,  Projet  7 
Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 
de  la  Couronne 


PART  II 

CROWN  EMPLOYEES  COLLECTIVE 

BARGAINING  ACT,  1993  AMENDMENTS 


Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act, 
1993 

11.  The  heading  for  Part  I  of  the  Crown 
Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993  is 
repealed  and  the  following  substituted: 


PARTI 
INTERPRETATION  AND  APPLICATION 

12.  (1)    Subsection    1    (1)    of   the    Act    is 
repealed  and  the  following  substituted: 

Definition  (1)  In  this  Act, 


"Crown  employee"  means  a  Crown  employee 
as  defined  in  the  Public  Service  Act. 


(2)  Section  1  of  the  Act  is  amended  by  add- 
ing the  following  subsection: 

"Crown"  (i.i)  References  to  the  Crown  in  this  Act 

shall  be  deemed  to  include  a  reference  to  the 
agencies  of  the  Crown  to  which  the  Act 
applies. 

(3)  Subsection  1  (2)  of  the  Act  is  amended  by 
striking  out  "Labour  Relations  Acf  in  the 
second  line  and  substituting  "Labour  Relations 
Act,  1995". 

13.  The  Act  is  amended  by  adding  the  fol- 
lowing section: 

Application         i.i  (i)  This  Act  applies  with  respect  to, 


(a)  Crown  employees  and  their  bargaining 
agents; 

(b)  the  Crown  and  those  agencies  of  the 
Crown  that  are  designated  under  clause 
29.1  (l)(a)  of  the  Public  Service  Act; 
and 

(c)  agencies  of  the  Crown  that  are  not  des- 
ignated under  clause  29.1  (1)  (a)  of  the 
Public  Service  Act  that  employ  Crown 
employees. 


Non- 
application 


(2)  This  Act  does  not  apply  with  respect  to, 

(a)  individuals  who  are  not  Crown  employ- 
ees; 

(b)  agencies  of  the  Crown  that  are  not  des- 
ignated under  clause  29.1  (1)  (a)  of  the 
Public   Service  Act  that   employ   only 


PARTIE  II 

MODIFICATION  DE  LA  LOI  DE  1993  SUR 

LA  NÉGOCIATION  COLLECTIVE  DES 

EMPLOYÉS  DE  LA  COURONNE 

Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective 
des  employés  de  la  couronne 

11.  Le  titre  de  la  Partie  I  de  la  Loi  de  1993 
sur  la  négociation  collective  des  employés  de  la 
Couronne  est  abrogé  et  remplacé  par  ce  qui 
suit  : 

PARTIE  I 
INTERPRÉTATION  ET  APPLICATION 

12.  (1)  Le  paragraphe  1  (1)  de  la  Loi  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(1)  La  définition  qui  suit  s'applique  à  la  Définition 
présente  loi. 

«employé  de  la  Couronne»  S'entend  d'un  em- 
ployé de  la  Couronne  au  sens  de  la  Loi  sur 
la  fonction  publique. 

(2)  L'article  1  de  la  Loi  est  modifié  par  ad- 
jonction du  paragraphe  suivant  : 

(1.1)  Les  mentions  de  la  Couronne  dans  la  «Couronne» 
présente  loi  sont  réputées  inclure  une  mention 
des  organismes  de  la  Couronne  auxquels  s'ap- 
plique la  Loi. 

(3)  Le  paragraphe  1  (2)  de  la  Loi  est  modifié 
par  substitution,  à  «Loi  sur  les  relations  de  tra- 
vail» à  la  deuxième  ligne,  de  «Loi  de  1995  sur 
les  relations  de  travail». 

13.  La  Loi  est  modifiée  par  adjonction  de 
l'article  suivant  : 

1.1  (1)  La     présente     loi      s'applique     à  Application 
l'égard  : 

a)  des  employés  de  la  Couronne  et  de  leurs 
agents  négociateurs; 

b)  de  la  Couronne  et  des  organismes  de  la 
Couronne  qui  sont  désignés  en  vertu  de 
l'alinéa  29.1  (1)  a)  de  la  Loi  sur  la  fonc- 
tion publique; 

c)  des  organismes  de  la  Couronne  qui  ne 
sont  pas  désignés  en  vertu  de  l'alinéa 
29.1  (1)  a)  de  la  Loi  sur  la  fonction 
publique  et  qui  emploient  des  employés 
de  la  Couronne. 

(2)  La  présente  loi  ne  s'applique  pas  à 
l'égard  : 

a)  d'une  part,  des  particuliers  qui  ne  sont 
pas  des  employés  de  la  Couronne; 

b)  d'autre  part,  des  organismes  de  la  Cou- 
ronne qui  ne  sont  pas  désignés  en  vertu 
de  l'alinéa  29.1  (1)  a)  de  la  Loi  sur  la 


Non- 
application 


Bill  7,  Part  II  LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW 

Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993 


Sec/art.  13 
Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 
de  la  Couronne 


Same 


individuals   who   are    not   Crown   em- 
ployees. 

(3)  This  Act  does  not  apply  with  respect  to 
the  following: 

1.  Members    of    the    Ontario    Provincial 
Police  Force. 

2.  Employees  of  a  college  of  applied  arts 
and  technology. 

3.  Architects   employed    in    their   profes- 
sional capacity. 

4.  Dentists  employed  in  their  professional 
capacity. 

5.  Lawyers  employed  in  their  professional 
capacity. 

6.  Physicians   employed   in    their   profes- 
sional capacity. 

7.  Provincial  judges. 

8.  Persons  employed  as  a  labour  mediator 
or  labour  conciliator. 


9.  Employees  exercising  managerial  func- 
tions or  employed  in  a  confidential 
capacity  in  relation  to  labour  relations. 

10.  Persons  employed  in  a  minister's  office 
in  a  position  confidential  to  a  minister 
of  the  Crown. 

11.  Persons  employed  in  the  Office  of  the 
Premier  or  in  Cabinet  Office. 


12.  Persons  who  provide  advice  to  Cabinet, 
a  board  or  committee  composed  of  min- 
isters of  the  Crown,  a  minister  or  a  dep- 
uty minister  about  employment-related 
legislation  that  directly  affects  the  terms 
and  conditions  of  employment  of 
employees  in  the  public  sector  as  it  is 
defined  in  subsection  1  (1)  of  the  Pay 
Equity  Act. 

13.  Persons  who  provide  advice  to  Cabinet, 
a  board  or  committee  composed  of  min- 
isters of  the  Crown,  the  Minister  of 
Finance,  the  Chair  of  Management 
Board  of  Cabinet,  a  deputy  minister  in 
the  Ministry  of  Finance  or  the  Secretary 
of  the  Management  Board  of  Cabinet  on 
any  matter  within  the  powers  or  duties 
of  Treasury  Board  under  sections  6,  7,  8 
or  9  of  the  Treasury  Board  Act,  1991. 


fonction  publique  et  qui  n'emploient 
que  des  particuliers  qui  ne  sont  pas  des 
employés  de  la  Couronne. 

(3)  La   présente   loi   ne   s'applique   pas   à  '<fcm 
l'égard  des  personnes  suivantes  : 

1.  Les  membres  de  la  Police  provinciale  de 
l'Ontario. 

2.  Les  employés  des  collèges  d'arts  appli- 
qués et  de  technologie. 

3.  Les  architectes  employés  en  leur  qualité 
professionnelle. 

4.  Les  dentistes  employés  en  leur  qualité 
professionnelle. 

5.  Les  avocats  employés  en  leur  qualité 
professionnelle. 

6.  Les  médecins  employés  en  leur  qualité 
professionnelle. 

7.  Les  juges  provinciaux. 

8.  Les  personnes  employées  comme  mé- 
diateurs ou  conciliateurs  en  matière  de 
relations  de  travail. 

9.  Les  employés  qui  exercent  des  fonctions 
de  direction  ou  sont  employés  à  un  poste 
de  confiance  ayant  trait  aux  relations  de 
travail. 

10.  Les  personnes  employées  dans  le  bureau 
d'un  ministre  à  un  poste  de  confiance 
auprès  d'un  ministre  de  la  Couronne. 

1 1 .  Les  personnes  employées  dans  le  bureau 
du  premier  ministre  ou  dans  le  bureau 
du  Conseil  des  ministres. 

12.  Les  personnes  qui  donnent  des  conseils 
au  Conseil  des  ministres,  à  un  conseil  ou 
comité  composé  de  ministres  de  la  Cou- 
ronne, à  un  ministre  ou  à  un  sous-minis- 
tre sur  les  lois  ayant  trait  à  l'emploi  qui 
touchent  directement  les  conditions 
d'emploi  des  employés  du  secteur  pu- 
blic au  sens  que  donne  à  ce  dernier 
terme  le  paragraphe  1  (1)  de  la  Loi  sur 
l 'équité  salariale. 

13.  Les  personnes  qui  donnent  des  conseils 
au  Conseil  des  ministres,  à  un  conseil  ou 
comité  composé  de  ministres  de  la  Cou- 
ronne, au  ministre  des  Finances,  au  pré- 
sident du  Conseil  de  gestion  du  gouver- 
nement, à  un  sous-ministre  du  ministère 
des  Finances  ou  au  secrétaire  du  Conseil 
de  gestion  du  gouvernement  sur  toute 
question  qui  relève  des  pouvoirs  ou 
fonctions  que  confèrent  au  Conseil  du 
Trésor  les  articles  6,  7,  8  et  9  de  la  Loi 
de  1991  sur  le  Conseil  du  Trésor. 


Sec/art.  13 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993 


Partie  II,  Projet  7 

Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 
de  la  Couronne 


Subs.  1  (4) 
(Related 
activities  or 
businesses) 


14.  Persons  employed  in  the  Ontario  Fi- 
nancing Authority  or  in  the  Ministry  of 
Finance  who  spend  a  significant  portion 
of  their  time  at  work  in  borrowing  or 
investing  money  for  the  Province  or  in 
managing  the  assets  and  liabilities  of  the 
Consolidated  Revenue  Fund,  including 
persons  employed  in  the  Authority  or 
the  Ministry  to  provide  technical,  spe- 
cialized or  clerical  services  necessary  to 
those  activities. 


15.  Other  persons  who  have  duties  or 
responsibilities  that,  in  the  opinion  of 
the  Ontario  Labour  Relations  Board, 
constitute  a  conflict  of  interest  with 
their  being  members  of  a  bargaining 
unit. 

14.  Section  2  of  the  Act  is  repealed  and  the 
following  substituted: 

2.  (1)  Subject  to  subsection  (2),  the  Labour 
Relations  Act,  1995  shall  be  deemed  to  form 
part  of  this  Act. 


Incorpora- 
tion of 
Labour 
Relations 
Act,  1995 
provisions 

Modifica-  (2)  This  Part  sets  out  modifications  to  the 

provisions  of  the  Labour  Relations  Act,  1995 
that  apply  in  the  circumstances  of  this  Act. 

15.  (1)  Subsection  3  (1)  of  the  Act  shall  be 
deemed  to  have  been  repealed  on  February  14, 

1994  and  the  following  substituted: 

(1)  Subsection  1  (4)  of  the  Labour  Relations 
Act  does  not  bind  the  Crown. 

(2)  On  the  day  on  which  this  Act  receives 
Royal  Assent,  subsection  3  (1)  of  the  Act,  as 
re-enacted  by  subsection  (1),  is  repealed  and 
the  following  substituted: 

(1)  Subsections  1  (3),  (4)  and  (5)  of  the 
Labour  Relations  Act,  1995  do  not  form  part  of 
this  Act. 

16.  The  Act  is  amended  by  adding  the  fol- 
lowing sections: 

3.1  Section  3  of  the  Labour  Relations  Act, 

1995  does  not  form  part  of  this  Act. 

3.2  Section  4  of  the  Labour  Relations  Act, 
1995  does  not  form  part  of  this  Act. 

17.  (1)  Subsection  4  (1)  of  the  Act  is 
repealed  and  the  following  substituted: 

s.  40(Volun-        (i)  The    operation    of   section    40    of   the 

îiSî)arbitra"     Labour  Relations  Act,  1995  is  subject  to  the 

modifications  set  out  in  this  section. 


s.  1  (Interpre- 
tation) 


s.  3  (Non- 
application) 


s.  4  (Certain 

Crown 

agencies) 


14.  Les  personnes  employées  à  l'Office  on- 
tarien  de  financement  ou  au  ministère 
des  Finances  qui  consacrent  au  travail 
une  partie  importante  de  leur  temps  à 
emprunter  ou  à  placer  des  fonds  pour  le 
compte  de  la  Province  ou  à  gérer  l'actif 
et  le  passif  du  Trésor,  y  compris  les  per- 
sonnes employées  à  l'Office  ou  au  mi- 
nistère pour  fournir  des  services  techni- 
ques ou  spécialisés  ou  des  services  de 
bureau,  si  ces  services  sont  nécessaires  à 
ces  fins. 

15.  Les  autres  personnes  dont  les  fonctions 
ou  les  responsabilités  constituent,  de 
l'avis  de  la  Commission  des  relations  de 
travail  de  l'Ontario,  un  conflit  d'intérêts 
lorsqu'elles  sont  membres  d'une  unité 
de  négociation. 

14.  L'article  2  de  la  Loi  est  abrogé  et  rem- 
placé par  ce  qui  suit  : 

2.  (1)  Sous  réserve  du  paragraphe  (2),  la  incorpora- 

Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail  est  'londe* 

,     ..  .  •      ■    ,         ,  ■    •  dispositions 

réputée  faire  partie  de  la  présente  loi.  de  la  Loi  de 

1995  sur  les 
relations  de 
travail 

(2)  La  présente  partie  énonce  les  adapta-   Adaptations 
tions  apportées  aux  dispositions  de  la  Loi  de 
1995  sur  les  relations  de  travail,  qui  s'appli- 
quent dans  le  cadre  de  la  présente  loi. 

15.  (1)  Le  paragraphe  3  (1)  de  la  Loi  est 
réputé  avoir  été  abrogé  le  14  février  1994  et 
remplacé  par  ce  qui  suit  : 


Par.  1  (4) 
(Entreprises 
ou  activités 
connexes) 


Art.  1  (Inter- 
prétation) 


(1)  Le  paragraphe  1  (4)  de  la  Loi  sur  les 
relations  de  travail  ne  lie  pas  la  Couronne. 

(2)  Le  jour  où  la  présente  loi  reçoit  la  sanc- 
tion royale,  le  paragraphe  3  (1)  de  la  Loi,  tel 
qu'il  est  adopté  de  nouveau  par  le  paragraphe 
(1),  est  abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(1)  Les  paragraphes  1  (3),  (4)  et  (5)  de  la 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail  ne  font 
pas  partie  de  la  présente  loi. 

16.  La  Loi  est  modifiée  par  adjonction  des 
articles  suivants  : 


3.1  L'article  3  de  la  Loi  de  1995  sur  les  Art.3(Non- 
relations  de  travail  ne  fait  pas  partie  de  la  aPPhcauon> 
présente  loi. 

3.2  L'article  4  de  la  Loi  de  1995  sur  les  Art.4(Cer- 
relations  de  travail  ne  fait  pas  partie  de  la  ^smesdeia 
présente  loi.  Couronne) 

17.  (1)  Le  paragraphe  4  (1)  de  la  Loi  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(1)  Le  fonctionnement  de  l'article  40  de  la  An.  40 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail  est  ^"jLej 
assujetti  aux  adaptations  énoncées  dans  le  pré- 
sent article. 


10 


Bill  7,  Part  II  LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW 

Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993 


Sec/art.  17(2) 
Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 
de  la  Couronne 


Same 


s.  48 

(Arbitration 

provision) 


(2)  Subsection  4  (6)  of  the  Act  is  amended  by 
striking  out  "section  110  of  the  Labour  Rela- 
tions Acf  in  the  fifth  line  and  substituting 
"section  117  of  the  Labour  Relations  Act, 
1995". 

(3)  Subsection  4  (15)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "Labour  Relations  Act"  in  the 
fifth  line  and  substituting  "Labour  Relations 
Act,  1995". 

18.  (1)  Subsection  5  (1)  of  the  Act  is 
amended  by  striking  out  "The  application  of 
section  41  of  the  Labour  Relations  Acf  in  the 
first  and  second  Unes  and  substituting  "The 
operation  of  section  43  of  the  Labour  Relations 
Act,  1995". 

(2)  Subsection  5  (3)  of  the  Act  is  amended  by 
striking  out  "subsection  41  (10)  of  the  Labour 
Relations  Acf  in  the  third  and  fourth  lines  and 
substituting  "subsection  43  (11)  of  the  Labour 
Relations  Act,  1995". 

(3)  Subsection  5  (4)  of  the  Act  is  amended  by 
striking  out  "subsection  41  (11)  of  the  Labour 
Relations  Acf  in  the  third  and  fourth  lines  and 
substituting  "subsection  43  (12)  of  the  Labour 
Relations  Act,  1995". 

(4)  Section  5  of  the  Act  is  amended  by  add- 
ing the  following  subsections: 

Restriction  (5)  An    arbitrator   or   board   of  arbitration 

shall  not  include  or  require  the  parties  to 
include  in  a  collective  agreement  a  term  that 
requires  the  employer  to  guarantee  an  offer  of 
a  job  for  employees  whose  positions  have  been 
or  may  be  eliminated  or  that  otherwise  com- 
pels the  employer  to  continue  to  employ  them. 

(6)  Subsection  (5)  does  not  apply  when  the 
employer  is  an  agency  of  the  Crown  desig- 
nated under  clause  29.1  (1)  (a)  of  the  Public 
Service  Act. 

19.  Section  6  of  the  Act  is  repealed. 

20.  (1)  Subsection  7  (1)  of  the  Act  is 
repealed  and  the  following  substituted: 

(1)  The  operation  of  section  48  of  the 
Labour  Relations  Act,  1995  is  subject  to  the 
modifications  set  out  in  this  section. 


Certain 
subss.  not  to 
apply 


(2)  Subsection  7  (2)  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 

(2)  Subsections  48  (1)  to  (6)  of  the  Labour 
Relations  Act,  1995  do  not  form  part  of  this 
Act. 

(3)  Subsection  7  (4)  of  the  Act  is  amended  by 
striking  out  "In  substituting  a  lesser  penalty 
under  subsection  45  (9)  of  the  Labour  Relations 


(2)  Le  paragraphe  4  (6)  de  la  Loi  est  modifié 
par  substitution,  à  «L'article  110  de  la  Loi  sur 
les  relations  de  travail»  aux  cinquième  et 
sixième  lignes,  de  «L'article  117  de  la  Loi  de 
1995  sur  les  relations  de  travail». 

(3)  Le  paragraphe  4  (15)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  substitution,  à  «Loi  sur  les  relations  de 
travail»  aux  cinquième  et  sixième  lignes,  de 
«Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail». 

18.  (1)  Le  paragraphe  5  (1)  de  la  Loi  est 
modifié  par  substitution,  à  «L'application  de 
l'article  41  de  la  Loi  sur  les  relations  de  travail 
est  assujettie»  aux  première  et  deuxième  lignes, 
de  «Le  fonctionnement  de  l'article  43  de  la  Loi 
de  1995  sur  les  relations  de  travail  est  assujet- 
ti». 

(2)  Le  paragraphe  5  (3)  de  la  Loi  est  modifié 
par  substitution,  à  «paragraphe  41  (10)  de  la 
Loi  sur  les  relations  de  travail»  aux  deuxième  et 
troisième  lignes,  de  «paragraphe  43  (11)  de  la 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail». 

(3)  Le  paragraphe  5  (4)  de  la  Loi  est  modifié 
par  substitution,  à  «paragraphe  41  (11)  de  la 
Loi  sur  les  relations  de  travail»  aux  troisième  et 
quatrième  lignes,  de  «paragraphe  43  (12)  de  la 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail». 

(4)  L'article  5  de  la  Loi  est  modifié  par  ad- 
jonction des  paragraphes  suivants  : 

(5)  L'arbitre  ou  le  conseil  d'arbitrage  ne 
doit  pas  inclure  ni  exiger  des  parties  qu'elles 
incluent,  dans  une  convention  collective,  une 
condition  qui  oblige  l'employeur  à  garantir 
une  offre  d'emploi  pour  les  employés  dont  le 
poste  a  été  ou  peut  être  éliminé  ou  qui  le  force 
autrement  à  continuer  de  les  employer. 

(6)  Le  paragraphe  (5)  ne  s'applique  pas 
lorsque  l'employeur  est  un  organisme  de  la 
Couronne  désigné  en  vertu  de  l'alinéa  29.1  (1) 
a)  de  la  Loi  sur  la  fonction  publique. 

19.  L'article  6  de  la  Loi  est  abrogé. 

20.  (1)  Le  paragraphe  7  (1)  de  la  Loi  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(1)  Le  fonctionnement  de  l'article  48  de  la 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail  est 
assujetti  aux  adaptations  énoncées  dans  le  pré- 
sent article. 

(2)  Le  paragraphe  7  (2)  de  la  Loi  est  abrogé 
et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(2)  Les  paragraphes  48  (  1  )  à  (6)  de  la  Loi  de 
1995  sur  les  relations  de  travail  ne  font  pas 
partie  de  la  présente  loi. 

(3)  Le  paragraphe  7  (4)  de  la  Loi  est  modifié 
par  substitution,  à  «Lorsqu'elle  substitue  une 
peine  moins  sévère  en  vertu  du  paragraphe  45 


Restriction 


Idem 


Art.  48  (Dis- 
position sur 
l'arbitrage) 


Non-applica- 
tion de 
certains 
paragraphes 


Sec  /art  20  (3)  relations  de  travail  et  emploi 

Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993 


Partie  H,  Projet  7 

Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 
de  la  Couronne 


11 


s.  49  (referral 
of  grievance 
to  single 
arbitrator) 


s.  50 

(Consensual 
mediation- 
arbitration) 


Minister  to 
appoint 


s.  64 

(Successor 

rights) 


Same 


Act"  in  the  first,  second  and  third  lines  and 
substituting  "In  substituting  a  penalty  under 
subsection  48  (17)  of  the  Labour  Relations  Act, 
1995". 

(4)  Subsection  7  (6)  of  the  Act  is  amended  by 
striking  out  "In  substituting  a  lesser  penalty 
under  subsection  45  (9)  of  the  Labour  Relations 
Act"  in  the  first  and  second  lines  and  substitut- 
ing "In  substituting  a  penalty  under  subsection 
48  (17)  of  the  Labour  Relations  Act,  1995". 


21.  Section  8  of  the  Act  is  repealed  and  the 
following  substituted: 

8.  Section  49  of  the  Labour  Relations  Act, 
1995  does  not  form  a  part  of  this  Act. 

22.  (1)  Subsection  9  (1)  of  the  Act  is 
repealed  and  the  following  substituted: 

(1)  The  operation  of  section  50  of  the 
Labour  Relations  Act,  1995  is  subject  to  the 
modifications  set  out  in  this  section. 

(2)  Subsection  9  (2)  of  the  Act  is  amended  by 
striking  out  "subsection  46.1  (1)  of  the  Labour 
Relations  Acf  in  the  third  and  fourth  lines  and 
substituting  "subsection  50  (1)  of  the  Labour 
Relations  Act,  1995". 

(3)  Subsection  9  (3)  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 

(3)  Subsection  50  (3)  of  the  Labour  Rela- 
tions Act,  1995  does  not  form  part  of  this  Act. 

(4)  Subsection  9  (4)  of  the  Act  is  amended  by 
striking  out  "subsections  46.1  (4)  and  (5)  of  the 
Labour  Relations  Acf  in  the  first,  second  and 
third  lines  and  substituting  "subsections  50  (4) 
and  (5)  of  the  Labour  Relations  Act,  1995". 

23.  (1)  Section  10  of  the  Act  shall  be  deemed 
to  have  been  repealed  on  October  4,  1995  and 
the  following  substituted: 

10.  (1)  Section  64  of  the  Labour  Relations 
Act  does  not  bind  the  Crown  and  does  not 
apply  with  respect  to  Crown  employees. 

(2)  Despite  the  Labour  Relations  Act,  sec- 
tion 64  of  that  Act  does  not  apply, 

(a)  with  respect  to  a  person  who  is  a  prede- 
cessor employer  or  a  successor 
employer  on  a  sale  by  or  to  the  Crown; 


Art.  49 
(Grief  sou- 
mis  à  un  ar- 
bitre unique) 


(9)  de  la  Loi  sur  les  relations  de  travail»  aux 
première,  deuxième  et  troisième  lignes,  de 
«Lorsqu'elle  substitue  une  peine  en  vertu  du 
paragraphe  48  (17)  de  la  Loi  de  1995  sur  les 
relations  de  travail». 

(4)  Le  paragraphe  7  (6)  de  la  Loi  est  modifié 
par  substitution,  à  «Lorsqu'elle  substitue  une 
peine  moins  sévère  en  vertu  du  paragraphe  45 
(9)  de  la  Loi  sur  les  relations  de  travail»  aux 
première,  deuxième  et  troisième  lignes,  de 
«Lorsqu'elle  substitue  une  peine  en  vertu  du 
paragraphe  48  (17)  de  la  Loi  de  1995  sur  les 
relations  de  travail». 

21.  L'article  8  de  la  Loi  est  abrogé  et  rem- 
placé par  ce  qui  suit  : 

8.  L'article  49  de  la  Loi  de  1995  sur  les 
relations  de  travail  ne  fait  pas  partie  de  la 
présente  loi. 

22.  (1)  Le  paragraphe  9  (1)  de  la  Loi  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(1)  Le  fonctionnement  de  l'article  50  de  la  Art.  50 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail  est  Wédiation- 

.  .  ,  .  ,  arbitrage 

assujetti  aux  adaptations  énoncées  dans  le  pre-  consensuel) 
sent  article. 

(2)  Le  paragraphe  9  (2)  de  la  Loi  est  modifié 
par  substitution,  à  «paragraphe  46.1  (1)  de  la 
Loi  sur  les  relations  de  travail»  aux  troisième  et 
quatrième  lignes,  de  «paragraphe  50  (1)  de  la 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail». 

(3)  Le  paragraphe  9  (3)  de  la  Loi  est  abrogé 
et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(3)  Le  paragraphe  50  (3)  de  la  Loi  de  1995   Désignation 
sur  les  relations  de  travail  ne  fait  pas  partie  de  par  le 

,  r       r  ministre 

la  présente  loi. 

(4)  Le  paragraphe  9  (4)  de  la  Loi  est  modifié 
par  substitution,  à  «paragraphes  46.1  (4)  et  (5) 
de  la  Loi  sur  les  relations  de  travail»  aux  pre- 
mière, deuxième  et  troisième  lignes,  de  «para- 
graphes 50  (4)  et  (5)  de  la  Loi  de  1995  sur  les 
relations  de  travail». 

23.  (1)  L'article  10  de  la  Loi  est  réputé  avoir 
été  abrogé  le  4  octobre  1995  et  remplacé  par  ce 
qui  suit  : 

10.  (1)  L'article  64  de  la  Loi  sur  les  rela-  Art.  64 {Suc- 
rions de  travail  ne  lie  pas  la  Couronne  et  ne  "^"f"" 
s'applique  pas  à  l'égard  des  employés  de  la 
Couronne. 

(2)  Malgré  la  Loi  sur  les  relations  de  tra- 
vail, l'article  64  de  cette  loi  ne  s'applique  pas 
à  l'égard  : 

a)  d'un  employeur  précédent  ou  d'un  em- 
ployeur qui  succède,  lors  d'une  vente 
par  la  Couronne  ou  à  celle-ci; 


Idem 


12  Bill  7,  Part  II  LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sec/art.  23  (1) 

Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993         Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 

de  la  Couronne 


(b)  with  respect  to  an  interested  person, 
trade  union  or  council  of  trade  unions  in 
relation  to  a  sale  in  which  the  Crown  is 
the  predecessor  employer  or  the  succes- 
sor employer; 

(c)  with  respect  to  a  collective  agreement 
that  binds  or,  but  for  this  section,  would 
otherwise  bind  employees  of  the  Crown 
or  of  a  person  described  in  clause  (a),  or 
with  respect  to  the  bargaining  for  such  a 
collective  agreement  as  the  bargaining 
is  affected  by  section  64. 

(2)  On  the  day  on  which  this  Act  receives 
Royal  Assent,  section  10  of  the  Act,  as  re-en- 
acted by  subsection  (1),  is  repealed  and  the 
following  substituted: 

s.  69  (Sue-  10.  (1)  Section  69  of  the  Labour  Relations 

cesser  nghts)    Acf   /995  does  nQt  fonn  paj1  of  ^  Ac{ 

Same  (2)  Despite  the  Labour  Relations  Act,  1995, 

section  69  of  that  Act  does  not  apply, 

(a)  with  respect  to  a  person  who  purchases 
a  business  from  the  Crown  or  sells  a 
business  to  the  Crown; 

(b)  with  respect  to  an  interested  person, 
trade  union  or  council  of  trade  unions  in 
relation  to  a  purchase  or  sale  of  a  busi- 
ness by  the  Crown; 

(c)  with  respect  to  a  collective  agreement 
that  binds  or,  but  for  this  section,  would 
otherwise  bind  employees  of  the  Crown 
or  of  a  person  described  in  clause  (a),  or 
with  respect  to  the  bargaining  for  such  a 
collective  agreement  as  the  bargaining 
is  affected  by  section  69. 

24.  Sections  11  and  12  of  the  Act  are 
repealed. 

25.  Section  13  of  the  Act  is  amended  by 
striking  out  "subsection  74  (2)  of  the  Labour 
Relations  Act"  in  the  second  and  third  lines 
and  substituting  "subsection  79  (2)  of  the 
Labour  Relations  Act,  1995". 

26.  Section  14  of  the  Act  is  repealed. 

27.  (1)  Subsection  15  (1)  of  the  Act  is 
repealed  and  the  following  substituted: 


(1)  The    operation    of   section    86    of   the 
Labour  Relations  Act,   1995  is  subject  to  the 


s.  86 

(Alteration 
of  working 

conditions)      modifications  set  out  in  this  section. 


(2)  Subsection  15  (2)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "clauses  81  (1)  (a)  and  (2)  (a)  of 


b)  d'une  personne,  d'un  conseil  de  syndi- 
cats ou  d'un  syndicat  intéressés  par  rap- 
port à  une  vente  dans  laquelle  la  Cou- 
ronne est  l'employeur  précédent  ou 
l'employeur  qui  succède; 

c)  d'une  convention  collective  qui  lie  ou 
qui,  si  ce  n'était  du  présent  article,  lie- 
rait des  employés  de  la  Couronne  ou 
d'une  personne  visée  à  l'alinéa  a),  ou  à 
l'égard  de  la  négociation  d'une  telle 
convention  collective  dans  la  mesure  où 
cette  négociation  est  touchée  par  l'arti- 
cle 64. 

(2)  Le  jour  où  la  présente  loi  reçoit  la  sanc- 
tion royale,  l'article  10  de  la  Loi,  tel  qu'il  est 
adopté  de  nouveau  par  le  paragraphe  (1),  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

10.  (1)  L'article  69  de  la  Loi  de  1995  sur  Art.69(Suc- 
les  relations  de  travail  ne  fait  partie  de  la  pré-  ^j'°;ns)aux 
sente  loi. 

(2)  Malgré  la  Loi  de  1995  sur  les  relations  idem 
de  travail,  l'article  69  de  cette  loi  ne  s'appli- 
que pas  à  l'égard  : 

a)  de  quiconque  achète-ou  vend  une  entre- 
prise à  la  Couronne; 


b)  d'une  personne,  d'un  conseil  de  syndi- 
cats ou  d'un  syndicat  intéressés  par  rap- 
port à  l'achat  ou  à  la  vente  d'une  entre- 
prise par  la  Couronne; 

c)  d'une  convention  collective  qui  lie  ou 
qui,  si  ce  n'était  du  présent  article,  lie- 
rait des  employés  de  la  Couronne  ou 
d'une  personne  visée  à  l'alinéa  a),  ou  à 
l'égard  de  la  négociation  d'une  telle 
convention  collective  dans  la  mesure  où 
cette  négociation  est  touchée  par  l'arti- 
cle 69. 

24.  Les  articles  11  et  12  de  la  Loi  sont  abro- 
gés. 

25.  L'article  13  de  la  Loi  est  modifié  par 
substitution,  à  «paragraphe  74  (2)  de  la  Loi  sur 
les  relations  de  travail»  aux  première  et 
deuxième  lignes,  de  «paragraphe  79  (2)  de  la 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail». 

26.  L'article  14  de  la  Loi  est  abrogé. 

27.  (1)  Le  paragraphe  15  (1)  de  la  Loi  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(1)  Le  fonctionnement  de  l'article  86  de  la  Art.  86 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail  est  *■*£?£"' 
assujetti  aux  adaptations  énoncées  dans  le  pré-  conditions  de 
sent  article.  tr«vai|) 

(2)  Le  paragraphe  15  (2)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  substitution,  à  «alinéas  81  (1)  a)  et  (2)  a) 


Sec  /art  27  (2)  relations  de  travail  et  emploi 

Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993 


Partie  II,  Projet  7 

Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 
de  la  Couronne 


13 


the  Labour  Relations  Act"  in  the  second  and 
third  lines  and  substituting  "clauses  86  (1)  (a) 
and  (2)  (a)  of  the  Labour  Relations  Act,  1995". 

28.  Subsection  16  (1)  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 

Subs.  %  (4)         (l)  The  operation  of  subsection  96  (4)  of  the 
(Orders  by      LafcoMr  Relations  Act,  1995  is  subject  to  the 

Board)  ,._       .  .      ,  .  .         J 

modifications  set  out  in  this  section. 


29.  (1)    Subsection    17    (1)    of  the    Act   is 
repealed  and  the  following  substituted: 


s.  103 
(Notice  of 
claim  for 

damages, 
etc.) 


Certain 
subss.  not  to 
apply 


s.  110 

(Ontario 

Labour 

Relations 

Board) 


(1)  The  operation  of  section  103  of  the 
Labour  Relations  Act,  1995  is  subject  to  the 
modifications  set  out  in  this  section. 


(2)  Subsection  17  (2)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "subsection  97  (1)  of  the  Labour 
Relations  Acf  in  the  first  and  second  lines  and 
substituting  "subsection  103  (1)  of  the  Labour 
Relations  Act,  1995". 

(3)  Subsection  17  (3)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "subsection  97  (1)  of  the  Labour 
Relations  Acf  in  the  first  and  second  lines  and 
substituting  "subsection  103  (1)  of  the  Labour 
Relations  Act,  199P\ 

(4)  Subsection  17  (4)  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 

(4)  Subsections  103  (2),  (3),  (4),  (6)  and  (7) 
of  the  Labour  Relations  Act,  1995  do  not  form 
part  of  this  Act. 

30.  (1)  Subsection  18  (1)  of  the  Act  is 
repealed  and  the  following  substituted: 

(1)  The  operation  of  section  110  of  the 
Labour  Relations  Act,  1995  is  subject  to  the 
modifications  set  out  in  this  section. 


(2)  Subsection  18  (2)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "subsection  104  (12)  of  the 
Labour  Relations  Acf  in  the  fourth  and  fifth 
lines  and  substituting  "subsection  110  (14)  of 
the  Labour  Relations  Act,  1995". 

(3)  Subsection  18  (3)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "subsection  104  (14)  of  the 
Labour  Relations  Acf  in  the  first  and  second 
lines  and  substituting  "subsection  110  (18)  of 
the  Labour  Relations  Act,  1995,\ 

31.  (1)  Subsection  19  (1)  of  the  Act  is 
repealed  and  the  following  substituted: 

s114  (1)  The   operation   of  section    114   of  the 

(Junsdtction)    Labour  Relations  Actj    ]995  js   subject  to  the 

modifications  set  out  in  this  section. 


de  la  Loi  sur  les  relations  de  travail»  aux  pre- 
mière, deuxième  et  troisième  lignes,  de  «alinéas 
86  (1)  a)  et  (2)  a)  de  la  Loi  de  1995  sur  les 
relations  de  travail». 

28.  Le  paragraphe  16  (1)  de  la  Loi  est  abro- 
gé et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(1)  Le  fonctionnement  du  paragraphe  96  (4) 
de  la  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 
est  assujetti  aux  adaptations  énoncées  dans  le 
présent  article. 

29.  (1)  Le  paragraphe  17  (1)  de  la  Loi  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(1)  Le  fonctionnement  de  l'article  103  de  la 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail  est 
assujetti  aux  adaptations  énoncées  dans  le  pré- 
sent article. 

(2)  Le  paragraphe  17  (2)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  substitution,  à  «paragraphe  97  (1)  de  la 
Loi  sur  les  relations  de  travail»  aux  première  et 
deuxième  lignes,  de  «paragraphe  103  (1)  de  la 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail». 

(3)  Le  paragraphe  17  (3)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  substitution,  à  «paragraphe  97  (1)  de  la 
Loi  sur  les  relations  de  travail»  aux  deuxième  et 
troisième  lignes,  de  «paragraphe  103  (1)  de  la 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail». 

(4)  Le  paragraphe  17  (4)  de  la  Loi  est  abrogé 
et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(4)  Les  paragraphes  103  (2),  (3),  (4),  (6)  et 
(7)  de  la  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  tra- 
vail ne  font  pas  partie  de  la  présente  loi. 

30.  (1)  Le  paragraphe  18  (1)  de  la  Loi  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(1)  Le  fonctionnement  de  l'article  110  de  la 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail  est 
assujetti  aux  adaptations  énoncées  dans  le  pré- 
sent article. 

(2)  Le  paragraphe  18  (2)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  substitution,  à  «paragraphe  104  (12)  de 
la  Loi  sur  les  relations  de  travail»  aux  qua- 
trième et  cinquième  lignes,  de  «paragraphe  110 
(14)  de  la  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  tra- 
vail». 

(3)  Le  paragraphe  18  (3)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  substitution,  à  «paragraphe  104  (14)  de 
la  Loi  sur  les  relations  de  travail»  aux  deuxième 
et  troisième  lignes,  de  «paragraphe  110  (18)  de 
la  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail». 

31.  (1)  Le  paragraphe  19  (1)  de  la  Loi  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(1)  Le  fonctionnement  de  l'article  114  de  la 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail  est 
assujetti  aux  adaptations  énoncées  dans  le  pré- 
sent article. 


Par.  96  (4) 
(Ordon- 
nances de  la 
Commission) 


Art.  103 
(Avis  de 
réclamation 
en  domma- 
ges-intérêts) 


Non-appli- 
cation de 
certains 
paragraphes 


Art.  110 
(Commission 
des  relations 
de  travail  de 
l'Ontario) 


Art.  1 14 

(Compétence 

exclusive) 


14 


Bill  7,  Part  II  labour  relations  and  employment  statute  law  Sec/art.  3 1  (2) 

Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993  Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 

de  la  Couronne 


ss.  126  io 
168  (Con- 
struction 
industry 
provisions) 


Bargaining 

units 

continued 


Restriction 


Bargaining 
agent 


Effect  of 

continuation 


(2)  Subsection  19  (2)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "subsection  108  (2)  of  the 
Labour  Relations  Ac("  in  the  first  and  second 
lines  and  substituting  "subsection  114  (2)  of  the 
Labour  Relations  Act,  7995". 

32.  Section  20  of  the  Act  is  amended  by 
striking  out  "section  118  of  the  Labour  Rela- 
tions Acf  in  the  first  and  second  lines  and 
substituting  "section  125  of  the  Labour  Rela- 
tions Act,  199S". 

33.  Section  21  of  the  Act  is  repealed  and  the 
following  substituted: 

21.  Sections  126  to  168  of  the  Labour 
Relations  Act,  1995  do  not  form  part  of  this 
Act. 


34.  Section  22  of  the  Act  is  amended  by 
striking  out  "subsection  23  (2)"  in  the  third 
line  and  substituting  "subsection  23  (1)". 

35.  Section  23  of  the  Act  is  repealed  and  the 
following  substituted: 

23.  (1)  The  seven  bargaining  units  estab- 
lished under  this  section,  as  it  read  immedi- 
ately before  section  35  of  the  Labour  Relations 
and  Employment  Statute  Law  Amendment  Act, 
1995  came  into  force,  are  continued. 

(2)  The  description  of  a  bargaining  unit 
shall  not  be  amended  until  after  a  collective 
agreement  is  made  following  December  13, 
1993. 

36.  (1)  Subsections  24  (1)  and  (2)  of  the  Act 
are  repealed  and  the  following  substituted: 

24.  (1)  The  Ontario  Public  Service 
Employees  Union  continues  as  the  bargaining 
agent  representing  the  employees  in  the  six 
bargaining  units  established  by  order  of  the 
Lieutenant  Governor  in  Council  under  subsec- 
tion 23  (1),  as  it  read  immediately  before  sec- 
tion 35  of  the  Labour  Relations  and  Employ- 
ment Statute  Law  Amendment  Act,  1995  came 
into  force. 


(2)  The  Ontario  Public  Service  Employees 
Union  represents  the  employees  in  those  bar- 
gaining units  until  it  ceases,  under  this  Act  or 
the  Labour  Relations  Act  as  it  read  before  sub- 
section 1  (2)  of  the  Labour  Relations  and 
Employment  Statute  Law  Amendment  Act, 
1995  came  into  force,  to  represent  them. 


(2)  Subsection  24  (4)  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 


(2)  Le  paragraphe  19  (2)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  substitution,  à  «paragraphe  108  (2)  de 
la  Loi  sur  les  relations  de  travail»  aux  première 
et  deuxième  lignes,  de  «paragraphe  114  (2)  de 
la  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail». 

32.  L'article  20  de  la  Loi  est  modifié  par 
substitution,  à  «l'article  118  de  la  Loi  sur  les 
relations  de  travail»  aux  deuxième  et  troisième 
lignes,  de  «l'article  125  de  la  Loi  de  1995  sur  les 
relations  de  travail». 

33.  L'article  21  de  la  Loi  est  abrogé  et  rem- 
placé par  ce  qui  suit  : 

21.  Les  articles  126  à  168  de  la  Loi  de  1995 
sur  les  relations  de  travail  ne  font  pas  partie  de 
la  présente  loi. 


Art.  126  à 
168  (Dispo- 
sitions 
concernant 
l'industrie  de 
la  construc- 
tion) 


Maintien  des 
unités  de 
négociation 


34.  L'article  22  de  la  Loi  est  modifié  par 
substitution,  à  «paragraphe  23  (2)»  à  la  troi- 
sième ligne,  de  «paragraphe  23  (1)». 

35.  L'article  23  de  la  Loi  est  abrogé  et  rem- 
placé par  ce  qui  suit  : 

23.  (1)  Les  sept  unités  de  négociation  for- 
mées en  vertu  du  présent  article,  tel  qu'il  exis- 
tait immédiatement  avant  l'entrée  en  vigueur 
de  l'article  35  de  la  Loi  de  1995  modifiant  des 
lois  en  ce  qui  concerne  les  relations  de  travail 
et  l'emploi,  sont  maintenues. 

(2)  La  définition  d'une  unité  de  négociation   Restriction 
ne  doit  pas  être  modifiée  avant  qu'une  conven- 
tion collective  n'ait  été  conclue  après  le  13 
décembre  1993. 

36.  (1)  Les  paragraphes  24  (1)  et  (2)  de  la 
Loi  sont  abrogés  et  remplacés  par  ce  qui  suit  : 


24.  (1)  Le  Syndicat  des  employées  et  em- 
ployés de  la  fonction  publique  de  l'Ontario  est 
maintenu  comme  l'agent  négociateur  représen- 
tant les  employés  compris  dans  les  six  unités 
de  négociation  formées  par  décret  du  lieute- 
nant-gouverneur en  conseil  en  vertu  du  para- 
graphe 23  (1),  tel  que  celui-ci  existait  immé- 
diatement avant  l'entrée  en  vigueur  de  l'article 
35  de  la  Loi  de  1995  modifiant  des  lois  en  ce 
qui  concerne  les  relations  de  travail  et  l'em- 
ploi. 

(2)  Le  Syndicat  des  employées  et  employés 
de  la  fonction  publique  de  l'Ontario  représente 
les  employés  compris  dans  ces  unités  de  négo- 
ciation jusqu'à  ce  qu'il  cesse,  aux  termes  de  la 
présente  loi  ou  de  la  Loi  sur  les  relations  de 
travail  telle  qu'elle  existait  avant  l'entrée  en 
vigueur  du  paragraphe  1  (2)  de  la  Loi  de  1995 
modifiant  des  lois  en  ce  qui  concerne  les  rela- 
tions de  travail  et  l'emploi,  de  les  représenter. 

(2)  Le  paragraphe  24  (4)  de  la  Loi  est  abrogé 
et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 


Agent 
négociateur 


Effet  du 
maintien 


Sec  /art  36  (2)  relations  de  travail  et  emploi 

Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993 


Partie  II,  Projet  7 

Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 
de  la  Couronne 


15 


Non- 
application 


Same 


Same 


Enforcement 
of  essential 
services 
agreement 


(4)  Section  66  of  the  Labour  Relations  Act, 
1995  does  not  apply  with  respect  to  the  desig- 
nation of  the  Union  or  the  continuation  of  the 
designation. 

37.  (1)  Subsection  25  (5)  of  the  Act  is 
repealed  and  the  following  substituted: 

(5)  The  description  of  the  deemed  bargain- 
ing unit  shall  not  be  altered. 

(2)  Subsection  25  (6)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "Labour  Relations  Acf  in  the 
first  and  second  lines  and  substituting  "Labour 
Relations  Act,  1995". 

38.  (1)  Subsections  28  (1)  and  (3)  of  the  Act 
are  amended  by  striking  out  "under  the 
Labour  Relations  Act"  wherever  it  appears. 

(2)  Subsection  28  (5)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "subsection  81  (1)  of  the  Labour 
Relations  Act,  clause  81  (1)  (a)"  in  the  first  and 
second  lines  and  substituting  "subsection  86  (1) 
of  the  Labour  Relations  Act,  1995,  clause 
86  (1)  (a)". 

39.  Section  29  of  the  Act  is  amended  by 
striking  out  "Section  41  of  the  Labour  Rela- 
tions Act"  in  the  first  and  second  lines  and 
substituting  "Section  43  of  the  Labour  Rela- 
tions Act,  1995". 

40.  Subsection  32  (2)  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 

(2)  For  the  purposes  of  clause  (1)  (b),  the 
number  of  employees  in  the  bargaining  unit 
that  are  necessary  to  provide  the  essential  ser- 
vices shall  be  determined  without  regard  to  the 
availability  of  other  persons  to  provide  essen- 
tial services. 

41.  Clause  33  (1)  (b)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "section  14  of  the  Labour  Rela- 
tions Acf  in  the  first  and  second  lines  and 
substituting  "section  16  of  the  Labour  Relations 
Act,  1995". 

42.  Section  38  of  the  Act  is  repealed  and  the 
following  substituted: 

38.  (1)  A  party  to  an  essential  services 
agreement  may  apply  to  the  Board  to  enforce 
it. 


(4)  L'article  66  de  la  Loi  de  1995  sur  les  Non; 
relations  de  travail  ne  s'applique  pas  à  l'égard  aPP|Cauon 
de  la  désignation  du  Syndicat  ni  du  maintien 

de  la  désignation. 

37.  (1)  Le  paragraphe  25  (5)  de  la  Loi  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(5)  La  définition  de  l'unité  de  négociation   'dem 
réputée  ne  doit  pas  être  modifiée. 

(2)  Le  paragraphe  25  (6)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  substitution,  à  «Loi  sur  les  relations  de 
travail»  aux  première  et  deuxième  lignes,  de 
«Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail». 

38.  (1)  Les  paragraphes  28  (1)  et  (3)  de  la 
Loi  sont  modifiés  par  suppression  de  «aux 
termes  de  la  Loi  sur  les  relations  de  travail» 
partout  où  cette  expression  figure. 

(2)  Le  paragraphe  28  (5)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  substitution,  à  «paragraphe  81  (1)  de  la 
Loi  sur  les  relations  de  travail,  l'alinéa  81  (1) 
a)»  aux  première,  deuxième  et  troisième  lignes, 
de  «paragraphe  86  (1)  de  la  Loi  de  1995  sur  les 
relations  de  travail,  l'alinéa  86  (1)  a)». 

39.  L'article  29  de  la  Loi  est  modifié  par 
substitution,  à  «L'article  41  de  la  Loi  sur  les 
relations  de  travail»  aux  première  et  deuxième 
lignes,  de  «L'article  43  de  la  Loi  de  1995  sur  les 
relations  de  travail». 

40.  Le  paragraphe  32  (2)  de  la  Loi  est  abro- 
gé et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(2)  Pour  l'application  de  l'alinéa  (1)  b),  le  idem 
nombre  d'employés  compris  dans  l'unité  de 
négociation  qui  sont  nécessaires  pour  fournir 
les  services  essentiels  est  déterminé  sans  tenir 
compte  de  la  disponibilité  d'autres  personnes 
pour  fournir  les  services  essentiels. 

41.  L'alinéa  33  (1)  b)  de  la  Loi  est  modifié 
par  substitution,  à  «l'article  14  de  la  Loi  sur  les 
relations  de  travail»  aux  première  et  deuxième 
lignes,  de  «l'article  16  de  la  Loi  de  1995  sur  les 
relations  de  travail». 

42.  L'article  38  de  la  Loi  est  abrogé  et  rem- 
placé par  ce  qui  suit  : 

38.  (1)  Une  partie  à  une  entente  sur  les  ser-  Exécution  de 

vices  essentiels  peut,  par  voie  de  requête,  de-  ^"e™^ 

mander  à  la  Commission  d'en  forcer  l'exécu-  essentiels 
tion. 


Amendment        (2)  A  party  to  an  agreement  may  apply  to 

of  agreement     me  Boar(j  tQ  amen(j  ^ 

(a)  if  the  agreement  does  not  provide  for 
services  that  are  essential  services; 


(2)  Une  partie  à  une  entente  peut,  par  voie  Modification 
de  requête,  demander  à  la  Commission  d'y  de  l'entente 
apporter  des  modifications  si,  selon  le  cas  : 

a)  l'entente  ne  prévoit  pas  de  services  qui 
sont  des  services  essentiels; 


16 


Order 


Same 


Bill  7,  Part  II  labour  relations  and  employment  statute  law 

Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993 


Sec./art.  42 
Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 
de  la  Couronne 


(b)  if  it  provides  for  levels  of  service  that 
are  greater  or  less  than  required  to  pro- 
vide the  essential  services;  or 

(c)  if  it  provides  for  too  many  or  too  few 
employees  in  the  bargaining  unit  to  pro- 
vide the  essential  services. 


(3)  On  an  application  under  this  section,  the 
Board  may  enforce  the  agreement  or  amend  it 
and  may  make  such  other  orders  as  it  considers 
appropriate  in  the  circumstances. 


(4)  Subsection  32  (2)  applies  with  necessary 
modifications  when  the  Board  is  deciding  an 
application  under  subsection  (2). 

43.  Subsection  40  (4)  of  the  Act  is  repealed. 

44.  Subsection  41  (3)  of  the  Act  is  repealed. 


b)  elle  prévoit  des  niveaux  de  service  qui 
sont  supérieurs  ou  inférieurs  à  ceux  qui 
sont  nécessaires  pour  fournir  les  services 
essentiels; 

c)  elle  prévoit  un  trop  grand  ou  trop  petit 
nombre  d'employés  compris  dans  l'uni- 
té de  négociation  pour  fournir  les  ser- 
vices essentiels. 

(3)  Sur  requête  présentée  en  vertu  du  pré- 
sent article,  la  Commission  peut  forcer  l'exé- 
cution de  l'entente  ou  y  apporter  des  modifica- 
tions et  elle  peut  rendre  les  autres  ordonnances 
qu'elle  estime  appropriées  dans  les  circons- 
tances. 


(4)  Le  paragraphe  32  (2)  s'applique,  avec   idem 
les  adaptations  nécessaires,  lorsque  la  Com- 
mission statue  sur  la  requête  visée  au  paragra- 
phe (2). 


g*. 


Ordonnance 


43.  Le  paragraphe  40  (4)  de  la  Loi  est  abro- 


44.  Le  paragraphe  41  (3)  de  la  Loi  est  abro- 


45.  The  Act  is  amended  by  adding  the  fol- 
lowing section: 

Use  of  other        41.1  (1)  An    essential    services    agreement 
p*"01*  shall   not   directly   or   indirectly   prevent   the 

employer  from  using  a  person  to  perform  any 

work  during  a  strike  or  lock-out. 


Same 


Application 
re  meaning- 
ful bargain- 
ing 


Restriction 


Same 


Deferred 
decision 


Factor  to  be 
considered 


(2)  A  provision  in  an  essential  services 
agreement  that  conflicts  with  subsection  (1)  is 
void. 

46.  Section  42  of  the  Act  is  repealed  and  the 
following  substituted: 

42.  (1)  A  party  to  an  essential  services 
agreement  may  apply  to  the  Ontario  Labour 
Relations  Board  for  a  declaration  that  the 
agreement  has  prevented  meaningful  collective 
bargaining. 

(2)  No  application  may  be  made  until 
employees  in  the  bargaining  unit  have  been  on 
strike  or  locked  out  for  at  least  10  days. 

(3)  The  Board  shall  consider  whether  suffi- 
cient time  has  elapsed  in  the  dispute  between 
the  parties  to  permit  it  to  determine  whether 
meaningful  collective  bargaining  has  been  pre- 
vented. 

(4)  The  Board  may  defer  making  a  decision 
on  the  application  until  such  time  as  it  consid- 
ers appropriate. 

(5)  In  deciding  whether  to  make  the  decla- 
ration, the  Board  shall  consider  only  whether 


45.  La  Loi  est  modifiée  par  adjonction  de 
l'article  suivant  : 

41.1  (1)  Une  entente  sur  les  services  essen- 
tiels ne  doit  pas,  directement  ou  indirectement, 
empêcher  l'employeur  d'avoir  recours  à  une 
personne  pour  effectuer  un  travail  pendant  une 
grève  ou  un  lock-out. 

(2)  Est  nulle  toute  disposition  d'une  entente 
sur  les  services  essentiels  qui  est  incompatible 
avec  le  paragraphe  (1). 

46.  L'article  42  de  la  Loi  est  abrogé  et  rem- 
placé par  ce  qui  suit  : 

42.  (  1  )  Une  partie  à  une  entente  sur  les  ser- 
vices essentiels  peut,  par  voie  de  requête,  de- 
mander à  la  Commission  des  relations  de  tra- 
vail de  l'Ontario  de  déclarer  qu'il  n'a  pas  été 
possible  de  procéder  à  la  négociation  collec- 
tive de  façon  valable  en  raison  de  l'entente. 

(2)  Aucune  requête  ne  peut  être  présentée 
tant  que  les  employés  compris  dans  l'unité  de 
négociation  n'ont  pas  été  en  grève  ou  en  lock- 
out pendant  au  moins  10  jours. 

(3)  La  Commission  juge  s'il  s'est  écoulé  as- 
sez de  temps  depuis  le  début  du  conflit  entre 
les  parties  pour  lui  permettre  de  décider  s'il 
n'a  pas  été  possible  de  procéder  à  la  négocia- 
tion collective  de  façon  valable. 

(4)  La  Commission  peut  remettre  la  prise 
d'une  décision  au  sujet  de  la  requête  à  la  date 
qu'elle  juge  appropriée. 

(5)  Lorsqu'elle  décide  si  elle  doit  faire  la 
déclaration,  la  Commission  juge  seulement  s'il 


Recours  à 

d'autres 

personnes 


Idem 


Requête. 

négociation 

valable 


Restriction 


Idem 


Décision 
différée 


Sec/art.  46 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993 


meaningful  collective  bargaining  is  prevented 
because  of  the  number  of  persons  identified  in 
the  agreement  whose  services  the  employer 
has  used  to  enable  the  employer  to  provide  the 
essential  services. 

Order  (6)  If  the  Board  makes  the  declaration,  the 

Board  may  amend  the  essential  services  agree- 
ment to  change  the  number  of  employee  posi- 
tions or  to  change  the  number  of  employees  in 
the  bargaining  unit  that  are  designated  as  nec- 
essary to  enable  the  employer  to  provide  the 
essential  services. 

47.  Sections  43,  44  and  45  of  the  Act  are 
repealed. 

48.  Subsection  48  (1)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "Labour  Relations  Acf  in  the 
third  line  and  substituting  "Labour  Relations 
Act,  1995". 

49.  (1)  Section  50  of  the  Act  is  amended  by 
adding  the  following  subsection: 

Same  (1.1)  An   employer   and   trade   union    may 

make  an  agreement  as  to  the  sequence  in 
which  the  Grievance  Settlement  Board  shall 
consider  outstanding  matters  in  which  the 
employer  and  trade  union  have  an  interest. 

(2)  Subsection  50  (2)  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 

(2)  Upon  receiving  notice  of  an  agreement 
from  a  party,  the  Grievance  Settlement  Board 
shall  give  effect  to  it. 

50.  Section  51  of  the  Act  is  amended  by  add- 
ing the  following  subsection: 

(2)  An  order  of  the  Grievance  Settlement 
Board  shall  not  require  a  change  to  be  made  in 
the  classification  of  an  employee. 

51.  Section  52  of  the  Act  is  repealed  and  the 
following  substituted: 

52.  (1)  A  provision  in  an  agreement  entered 
into  that  provides  for  the  determination  by  an 
arbitrator,  a  board  of  arbitration  or  another  tri- 
bunal of  any  of  the  following  matters  is  void: 

1.  A  classification  system  of  employees, 
including  creating  a  new  classification 
system  or  amending  an  existing  classifi- 
cation system. 

2.  The  classification  of  an  employee, 
including  changing  an  employee's  clas- 
sification. 

Same  (2)  Subsection    (1)    applies    to    agreements 

entered  into  before  or  after  the  date  on  which 
the  Labour  Relations  and  Employment  Statute 


Effect  of 
agreement 


Same 


Classifica- 
tion issues 


Partie  H,  Projet  7 

Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 
de  la  Couronne 


17 


n'est  pas  possible  de  procéder  à  la  négociation 
collective  de  façon  valable  en  raison  du  nom- 
bre de  personnes  déterminées  dans  l'entente 
aux  services  desquelles  l'employeur  a  eu  re- 
cours pour  lui  permettre  de  fournir  les  services 
essentiels. 

(6)  Si  elle  fait  la  déclaration,  la  Commis-  Ordonnance 
sion  peut  modifier  l'entente  sur  les  services 
essentiels  afin  de  changer  le  nombre  de  postes 
d'employés  ou  le  nombre  d'employés  compris 
dans  l'unité  de  négociation  qui  sont  désignés 
comme  étant  nécessaires  pour  permettre  à 
l'employeur  de  fournir  les  services  essentiels. 

47.  Les  articles  43,  44  et  45  de  la  Loi  sont 
abrogés. 

48.  Le  paragraphe  48  (1)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  substitution,  à  «Loi  sur  les  relations  de 
travail*  à  la  troisième  ligne,  de  «Loi  de  1995  sur 
les  relations  de  travail». 

49.  (1)  L'article  50  de  la  Loi  est  modifié  par 
adjonction  du  paragraphe  suivant  : 

(1.1)  L'employeur  et   un   syndicat  peuvent  idem 
conclure  une  entente  sur  l'ordre  dans  lequel  la 
Commission  de  règlement  des  griefs  examine 
les  questions  en  suspens  qui  les  intéressent. 

(2)  Le  paragraphe  50  (2)  de  la  Loi  est  abrogé 
et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(2)  Dès  qu'elle  est  avisée  d'une  entente  par  Prise  d'effet 
une  partie,  la  Commission  de  règlement  des  de  ' ememe 
griefs  y  donne  effet. 

50.  L'article  51  de  la  Loi  est  modifié  par 
adjonction  du  paragraphe  suivant  : 


(2)  Les  ordonnances  de  la  Commission  de 
règlement  des  griefs  ne  doivent  pas  exiger  de 
changement  à  la  classification  d'un  employé. 

51.  L'article  52  de  la  Loi  est  abrogé  et  rem- 
placé par  ce  qui  suit  : 

52.  (1)  Est  nulle  la  disposition  d'une  en- 
tente conclue  qui  prévoit  qu'un  arbitre,  conseil 
d'arbitrage  ou  autre  tribunal  administratif  sta- 
tue sur  l'une  ou  l'autre  des  questions  sui- 
vantes : 

1.  Un  système  de  classification  d'em- 
ployés, y  compris  la  création  d'un  nou- 
veau système  de  classification  ou  la 
modification  d'un  système  de  classifica- 
tion existant. 

2.  La  classification  d'un  employé,  y  com- 
pris le  changement  de  classification 
d'un  employé. 

(2)  Le  paragraphe  (1)  s'applique  aux  en- 
tentes conclues  avant  ou  après  la  date  à  la- 
quelle la  Loi  de  1995  modifiant  des  lois  en  ce 


Idem 


Questions  de 
classification 


Idem 


18 


Bill  7,  Part  II  labour  relations  and  employment  statute  law  Sec/art.  5 1 

Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993  Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 

de  la  Couronne 


Definitions 


Bargaining 
agents 


' 


Sam 


S.mie 


Law  Amendment  Act,  1995  receives  Royal  As- 
sent. 

52.  Section  53  of  the  Act  is  repealed  and  the 
following  substituted: 

53.  In  sections  54  to  60, 

"Labour  Relations  Act'  means  the  Labour 
Relations  Act  as  it  read  immediately  before 
subsection  1  (2)  of  the  Labour  Relations  and 
Employment  Statute  Law  Amendment  Act, 
1995  came  into  force;  ("Loi  sur  les  relations 
de  travail") 

"old  Act"  means  the  Crown  Employees  Collec- 
tive Bargaining  Act,  being  Chapter  C.50  of 
the  Revised  Statutes  of  Ontario,  1990.  ("an- 
cienne loi") 

53.  (1)  Subsection  54  (1)  of  the  Act  is 
amended  by  inserting  after  "Labour  Relations 
Act"  in  the  fifth  line  and  in  the  last  line  "or  this 
Act". 


(2)  Subsection  54  (2)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "Despite  the  Labour  Relations 
Act"  in  the  first  line  and  substituting  "Despite 
this  Act  and  the  Labour  Relations  Act". 


(3)  Subsection  54  (3)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "established  under"  in  the 
second  line  and  substituting  "continued  by". 

54.  Section  55  of  the  Act  is  repealed  and  the 
following  substituted: 

55.  A  bargaining  agent  that,  immediately 
before  the  repeal  of  the  old  Act,  represented 
employees  in  a  bargaining  unit  to  which  sec- 
tion 54  applies  continues  to  represent  them 
until  it  ceases  to  do  so  under  this  Act. 


55.  (1)  Subsection  56  (1) 
amended  by  adding  at  the  end 
Act". 


of   the    Act    is 
'and  under  this 


(2)  Subsection  56  (3)  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 

(3)  Subsection  (2)  applies  with  respect  to 
any  period  after  the  repeal  of  the  old  Act  and 
before  subsection  1  (2)  of  the  Labour  Relations 
and  Employment  Statute  Law  Amendment  Act, 
1995  came  into  force. 


(3.1)  All  the  provisions  of  this  Act  that 
apply  to  a  collective  agreement  apply  to  a  col- 
lective agreement  referred  to  in  subsection  (1) 
including  provisions  that  deem  collective 
agreements  to  contain  specified  terms. 


qui  concerne  les  relations  de  travail  et  l'em- 
ploi reçoit  la  sanction  royale. 

52.  L'article  53  de  la  Loi  est  abrogé  et  rem- 
placé par  ce  qui  suit  : 

53.  Les  définitions  qui  suivent  s'appliquent  Définitions 
aux  articles  54  à  60. 

«ancienne  loi»  La  Loi  sur  la  négociation  col- 
lective des  employés  de  la  Couronne,  qui 
constitue  le  chapitre  C.50  des  Lois  refon- 
dues de  l'Ontario  de  1990.  («old  Act») 

«Loi  sur  les  relations  de  travail»  La  Loi  sur  les 
relations  de  travail  telle  qu'elle  existait  im- 
médiatement avant  l'entrée  en  vigueur  du 
paragraphe  1  (2)  de  la  Loi  de  1995  modifiant 
des  lois  en  ce  qui  concerne  les  relations  de 
travail  et  l'emploi.  («-Labour  Relations  Act») 

53.  (1)  Le  paragraphe  54  (1)  de  la  Loi  est 
modifié  par  insertion,  après  «Loi  sur  les  rela- 
tions de  travail»  aux  cinquième  et  sixième  li- 
gnes et  aux  huitième  et  neuvième  lignes,  de  «ou 
de  la  présente  loi». 

(2)  Le  paragraphe  54  (2)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  substitution,  à  «Malgré  la  Loi  sur  les 
relations  de  travail»  aux  première  et  deuxième 
lignes,  de  «Malgré  la  présente  loi  et  la  Loi  sur 
les  relations  de  travail». 

(3)  Le  paragraphe  54  (3)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  substitution,  à  «formée  en  vertu  de» 
aux  deuxième  et  troisième  lignes,  de  «mainte- 
nue par». 

54.  L'article  55  de  la  Loi  est  abrogé  et  rem- 
placé par  ce  qui  suit  : 

55.  L'agent  négociateur  qui,  immédiatement   Agents 
avant  l'abrogation  de  l'ancienne  loi,  représen-   né80Cia,eurs 
tait  des  employés  compris  dans  une  unité  de 
négociation  à  laquelle  s'applique  l'article  54 
continue  de  les  représenter  jusqu'à  ce  qu'il 

cesse  de  le  faire  aux  termes  de  la  présente  loi. 

55.  (1)  Le  paragraphe  56  (1)  de  la  Loi  est 
modifié  par  adjonction  de  «et  de  la  présente 
loi». 

(2)  Le  paragraphe  56  (3)  de  la  Loi  est  abrogé 
et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(3)  Le  paragraphe  (2)  s'applique  à  l'égard 
de  toute  période  suivant  l'abrogation  de  l'an- 
cienne loi  et  précédant  l'entrée  en  vigueur  du 
paragraphe  1  (2)  de  la  Loi  de  1995  modifiant 
des  lois  en  ce  qui  concerne  les  relations  de 
travail  et  l'emploi. 

(3.1)  Les  dispositions  de  la  présente  loi  qui 
s'appliquent  à  une  convention  collective  s'ap- 
pliquent à  la  convention  collective  visée  au 
paragraphe  (1),  y  compris  les  dispositions  se- 


Idem 


Idem 


Sec  /art  55  (2)  relations  de  travail  et  emploi 

Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993 


Partie  II,  Projet  7 

Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 
de  la  Couronne 


19 


Same 


Effect  of  des- 
ignation, etc. 


Grievance 
Settlement 
Board 


Same 


Transition, 
definition 


(3.2)  Subsection  (3.1)  applies  with  respect 
to  periods  on  and  after  subsection  1  (2)  of  the 
Labour  Relations  and  Employment  Statute  Law 
Amendment  Act,  1995  comes  into  force. 


(3)  Subsection  56  (6)  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 

(6)  The  establishment  or  continuation  of 
bargaining  units  under  section  23  and  the  des- 
ignation or  continuation  of  a  bargaining  agent 
under  section  24  does  not  affect  the  operation 
of  a  collective  agreement  in  force  at  the  time 
of  the  designation. 

56.  Subsection  57  (3)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "established  under"  in  the 
second  line  and  substituting  "continued  by". 

57.  Section  58  of  the  Act  is  repealed. 

58.  Subsection  59  (6)  of  the  Act  is  repealed. 

59.  Subsection  60  (1)  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 

(1)  Section  51,  as  it  read  immediately 
before  section  59  of  the  Labour  Relations  and 
Employment  Statute  Law  Amendment  Act, 
1995  came  into  force,  applies  with  respect  to 
all  matters  referred  for  arbitration  to  the  Griev- 
ance Settlement  Board  after  June  14,  1993  and 
before  the  day  on  which  that  section  came  into 
force. 


(1.1)  Section  51  applies  with  respect  to  all 
matters  referred  for  arbitration  to  the  Griev- 
ance Settlement  Board  on  and  after  the  day  on 
which  section  59  of  the  Labour  Relations  and 
Employment  Statute  Law  Amendment  Act, 
1995  comes  into  force. 


60.  Section  61  of  the  Act  is  repealed. 

Transitional  Provisions 

61.  In  sections  61  to  67, 

"Labour  Relations  Act"  means  the  Labour 
Relations  Act  as  it  reads  before  its  amend- 
ment under  subsection  1  (3)  and  repeal 
under  subsection  1  (2).  ("Loi  sur  les  relations 
de  travail) 

"new  Act"  means  the  Crown  Employees  Collec- 
tive Bargaining  Act,  1993  as  it  reads  on  the 


Ion  lesquelles  les  conventions  collectives  sont 
réputées  contenir  des  conditions  précises. 

(3.2)  Le  paragraphe  (3.1)  s'applique  à  'dem 
l'égard  de  périodes  qui  commencent  le  jour  de 
l'entrée  en  vigueur  du  paragraphe  1  (2)  de  la 
Loi  de  1995  modifiant  des  lois  en  ce  qui  con- 
cerne les  relations  de  travail  et  l'emploi  ou  par 
la  suite. 

(3)  Le  paragraphe  56  (6)  de  la  Loi  est  abrogé 
et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(6)  La  formation  ou  le  maintien  d'unités  de  Prise  d'effet 
négociation  en  vertu  de  l'article  23  et  la  dési-  ^la    ,. 

.  .  ,        .  désignation 

gnation  ou  le  maintien  d  un  agent  négociateur 
en  vertu  de  l'article  24  n'ont  aucun  effet  sur 
l'application  d'une  convention  collective  en 
vigueur  au  moment  où  la  désignation  a  été 
effectuée. 

56.  Le  paragraphe  57  (3)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  substitution,  à  «formée  en  vertu  de» 
aux  deuxième  et  troisième  lignes,  de  «mainte- 
nue par». 

57.  L'article  58  de  la  Loi  est  abrogé. 

58.  Le  paragraphe  59  (6)  de  la  Loi  est  abro- 
gé- 

59.  Le  paragraphe  60  (1)  de  la  Loi  est  abro- 
gé et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(1)  L'article  51,  tel  qu'il  existait  immédiate-  Commission 
ment  avant  l'entrée  en  vigueur  de  l'article  59  ^f-g™6"' 
de  la  Loi  de  1995  modifiant  des  lois  en  ce  qui 
concerne  les  relations  de  travail  et  l'emploi, 
s'applique  à  l'égard  de  toutes  les  questions 
soumises  à  l'arbitrage  de  la  Commission  de 
règlement  des  griefs  après  le  14  juin  1993, 
mais  avant  le  jour  de  l'entrée  en  vigueur  de  cet 
article. 

(1.1)  L'article  51  s'applique  à  l'égard  de  '<•«" 
toutes  les  questions  soumises  à  l'arbitrage  de 
la  Commission  de  règlement  des  griefs  à 
compter  du  jour  de  l'entrée  en  vigueur  de  l'ar- 
ticle 59  de  la  Loi  de  1995  modifiant  des  lois  en 
ce  qui  concerne  les  relations  de  travail  et  l'em- 
ploi. 

60.  L'article  61  de  la  Loi  est  abrogé. 


Dispositions  transitoires 

61.  Les  définitions  qui  suivent  s'appliquent 
aux  articles  61  à  67. 

«ancienne  loi»  La  Loi  de  1993  sur  la  négocia- 
tion collective  des  employés  de  la  Couronne 
telle  qu'elle  existe  immédiatement  avant 
l'entrée  en  vigueur  du  présent  article,  («old 
Act») 

«Loi  sur  les  relations  de  travail»  La  Loi  sur  les 
relations  de  travail  telle  qu'elle  existe  avant 
qu'elle  soit  modifiée  aux  termes  du  paragra- 


Disposition 
transitoire, 
définition 


20  Bill  7,  Part  II  LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW 

Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993 


Sec/art.  61 
Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 
de  la  Couronne 


Transition, 

proceedings 

(general) 


Transition, 
proceedings 
I  related 
activities  or 

businesses) 


Transition, 

proceedings 

(services 

under 

contract) 


Transition, 
combined 
bargaining 
units  (full- 
time  and 
part-time 
employees) 


Transition, 

combined 

bargaining 

units 

(general) 


Transition, 

bargaining 

units 

(certain 

classes  of 

members) 


day  this  section  comes  into  force;  ("nouvelle 
loi") 

"old  Act"  means  the  Crown  Employees  Collec- 
tive Bargaining  Act,  1993  as  it  reads  immedi- 
ately before  this  section  comes  into  force, 
("ancienne  loi") 

62.  (1)  Proceedings  commenced  under  the 
Labour  Relations  Act  to  which  the  old  Act 
applied,  and  proceedings  commenced  under 
the  old  Act  are  continued  under  the  new  Act 


(2)  Subsections  3  (2)  to  (6)  apply  with  neces- 
sary modifications  to  a  proceeding  continued 
under  subsection  (1). 

(3)  In  this  section, 


"proceeding"  includes  arbitration,  mediation, 
conciliation  and  a  prosecution  under  the 
Provincial  Offences  Act  but  does  not  include 
a  judicial  review  proceeding  or  an  appeal 
from  a  decision  on  a  judical  review. 


63.  An  interim  or  final  decision  issued  on  or 
after  October  4,  1995  and  before  the  day  on 
which  this  Act  receives  Royal  Assent  in  a  pro- 
ceeding relating  to  subsection  1  (4)  of  the 
Labour  Relations  Act,  as  it  applies  under  the 
old  Act  with  respect  to  Crown  employees,  is 
void. 

64.  Section  4  applies  with  necessary  modi- 
fications to  proceedings  relating  to  section  64.2 
of  the  Labour  Relations  Act  to  which  the  new 
Act  would  otherwise  apply  under  section  62. 

65.  Section  5  applies  with  necessary  modi- 
fications with  respect  to  bargaining  units  to 
which  the  new  Act  applies  that  include  both 
full-time  and  part-time  employees  on  the  day 
this  section  comes  into  force. 


66.  Section  6  applies  with  respect  to  bar- 
gaining units  to  which  the  new  Act  applies  that 
were  combined  into  a  single  bargaining  unit 
under  section  7  of  the  Labour  Relations  Act  or 
that  were  combined  into  a  single  bargaining 
unit  on  or  after  January  1,  1993  and  before 
this  section  comes  into  force. 


67.  (1)  This  section  applies  with  respect  to 
bargaining  units  that  include,  on  the  day  this 
section  comes  into  force,  persons  to  whom  the 
old  Act  applied  but  to  whom  the  new  Act  does 
not  apply. 


phe  1  (3)  et  abrogée  aux  termes  du  paragra- 
phe 1  (2).  («Labour  Relations  Act») 

«nouvelle  loi»  La  Loi  de  1993  sur  la  négociation 
collective  des  employés  de  la  Couronne  telle 
qu'elle  existe  le  jour  de  l'entrée  en  vigueur 
du  présent  article,  («new  Act») 

62.  (1)  Les  instances  introduites  en  vertu  de  Dispositions 

la  Loi  sur  les  relations  de  travail  auxquelles  l^^™"^ 

s'appliquait  l'ancienne  loi  et  les  instances  in-  (dispositions 

traduites  en  vertu  de  l'ancienne  loi  se  poursui-  générales) 
vent  sous  le  régime  de  la  nouvelle  loi. 

(2)  Les  paragraphes  3  (2)  à  (6)  s'appliquent, 
avec  les  adaptations  nécessaires,  aux  instances 
qui  se  poursuivent  aux  termes  du  paragra- 
phed). 

(3)  La  définition  qui  suit  s'applique  au  pré- 
sent article. 

«instance»  S'entend  en  outre  de  l'arbitrage,  de 
la  médiation,  de  la  conciliation  et  d'une 
poursuite  prévue  par  la  Loi  sur  les  infrac- 
tions provinciales.  Sont  toutefois  exclus  de  la 
présente  définition  une  instance  en  révision 
judiciaire  et  un  appel  d'une  décision  portant 
sur  une  révision  judiciaire. 


Disposition 

transitoire, 

instances 

(entreprises 

ou  activités 

connexes) 


63.  Est  nulle  la  décision  provisoire  ou  défini- 
tive rendue  le  4  octobre  1995  ou  par  la  suite, 
mais  avant  le  jour  où  la  présente  loi  reçoit  la 
sanction  royale,  dans  une  instance  relative  au 
paragraphe  1  (4)  de  la  Loi  sur  les  relations  de 
travail,  tel  qu'il  s'applique  aux  termes  de  l'an- 
cienne loi  à  l'égard  des  employés  de  la  Cou- 
ronne. 

64.  L'article  4  s'applique,  avec  les  adapta- 
tions nécessaires,  aux  instances  relatives  à  l'ar- 
ticle 64.2  de  la  Loi  sur  les  relations  de  travail 
auxquelles  la  nouvelle  loi  s'appliquerait  aux 
termes  de  l'article  62. 

65.  L'article  5  s'applique,  avec  les  adapta- 
tions nécessaires,  à  l'égard  des  unités  de  négo- 
ciation auxquelles  s'applique  la  nouvelle  loi  qui 
comprennent  à  la  fois  des  employés  à  temps 
plein  et  des  employés  à  temps  partiel  le  jour  de 
l'entrée  en  vigueur  du  présent  article. 

66.  L'article  6  s'applique  à  l'égard  des  uni- 
tés de  négociation  auxquelles  s'applique  la 
nouvelle  loi  qui  ont  été  combinées  en  une  seule 
unité  de  négociation  aux  termes  de  l'article  7 
de  la  Loi  sur  les  relations  de  travail  ou  qui  ont 
été  combinées  en  une  seule  unité  de  négocia- 
tion le  1er  janvier  1993  ou  par  la  suite,  mais 
avant  l'entrée  en  vigueur  du  présent  article. 

67.  (1)    Le    présent    article    s'applique    à  Dispositions 
l'égard  des  unités  de  négociation  qui,  le  jour  de  ^SKi 
l'entrée  en  vigueur  du  présent  article,  com-  négociation 
prennent    des    personnes    auxquelles    s'appli-  (certaines 

catégories 
de  membres) 


Disposition 
transitoire, 
instances 
(services 
fournis  aux 
termes  d'un 
contrat) 
Disposition 
transitoire, 
unités  de 
négociation 
combinées 
(employés  a 
temps  plein 
et  a  temps 
partiel) 

Disposition 

transitoire, 

unités  de 

négociation 

combinées 

(dispositions 

générales) 


Sec  /art  67  (  1  )  relations  de  travail  et  emploi 

Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993 


Partie  II,  Projet  7 
Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 
de  la  Couronne 


21 


Transition, 
arbitration 


(2)  A  trade  union  that  is  the  bargaining 
agent  for  employees  in  a  bargaining  unit  that 
includes  persons  described  in  subsection  (1) 
ceases  to  represent  those  persons  90  days  after 
this  section  conies  into  force,  and  they  cease  to 
be  members  of  the  bargaining  unit 

(3)  Subsection  (2)  applies  even  though  the 
employer  and  the  trade  union  have  entered 
into  an  agreement  before  this  section  comes 
into  force  in  which  the  employer  recognizes  the 
trade  union  as  the  bargaining  agent  for  per- 
sons described  in  subsection  (1). 

(4)  Subsection  (2)  applies  with  respect  to  the 
deemed  bargaining  unit  described  in  subsec- 
tion 25  (4)  of  the  new  Act,  despite  subsection 
25  (5)  of  that  Act 

(5)  A  collective  agreement  or  another  agree- 
ment between  the  employer  and  a  trade  union 
that  applies  with  respect  to  persons  described 
in  subsection  (1)  ceases  to  apply  to  them  on  the 
earlier  of, 

(a)  the  day  on  which  the  collective  agree- 
ment or  other  agreement  expires;  and 

(b)  90  days  after  this  section  comes  into 
force. 

(6)  Subsection  (5)  does  not  apply  to  a  secto- 
ral framework,  a  local  agreement  or  any  other 
agreement  made  for  the  purposes  of  the  Social 
Contract  Act,  1993  that  binds  a  bargaining 
agent  designated  under  subsection  5  (1)  of  that 
Act 

(7)  The  framework  collective  agreement 
dated  March  3,  1995  between  the  Government 
of  Ontario  and  the  Ontario  Crown  Attorneys' 
Association  and  the  Association  of  Law  Offic- 
ers of  the  Crown  is  terminated. 

(8)  Proceedings  commenced  under  the 
framework  collective  agreement  and  proceed- 
ings relating  to  it  are  terminated. 

(9)  An  interim  or  final  decision  issued  on  or 
after  October  4,  1995  in  a  proceeding  com- 
menced under  or  relating  to  the  framework 
collective  agreement  is  void. 


68.  (1)  This  section  applies  if  the  Crown  and 
a  trade  union  agree  in  writing  before  this  sec- 
tion comes  into  force  to  refer  all  matters 
remaining  in  dispute  between  them  to  an  arbi- 
trator or  a  board  of  arbitration  for  final  and 
binding  determination  in  relation  to  the  mak- 
ing of  a  first  collective  agreement  between 
them. 


quait  l'ancienne  loi,  mais  auxquelles  ne  s'appli- 
que pas  la  nouvelle  loi. 

(2)  Le  syndicat  qui  est  l'agent  négociateur 
d'employés  compris  dans  une  unité  de  négocia- 
tion qui  comprend  des  personnes  visées  au  pa- 
ragraphe (1)  cesse  de  représenter  ces  per- 
sonnes 90  jours  après  l'entrée  en  vigueur  du 
présent  article  et  celles-ci  ne  sont  plus  mem- 
bres de  l'unité  de  négociation. 

(3)  Le  paragraphe  (2)  s'applique  même  si 
l'employeur  et  le  syndicat  ont  conclu,  avant 
l'entrée  en  vigueur  du  présent  article,  une  en- 
tente dans  laquelle  l'employeur  reconnaît  le 
syndicat  comme  agent  négociateur  des  per- 
sonnes visées  au  paragraphe  (1). 

(4)  Le  paragraphe  (2)  s'applique  à  l'égard 
de  l'unité  de  négociation  réputée  qui  est  définie 
au  paragraphe  25  (4)  de  la  nouvelle  loi,  malgré 
le  paragraphe  25  (5)  de  cette  loi. 

(5)  La  convention  collective  ou  autre  entente 
conclue  entre  l'employeur  et  un  syndicat  qui 
s'applique  à  l'égard  de  personnes  visées  au  pa- 
ragraphe (1)  cesse  de  s'appliquer  à  celles-ci  à 
celui  des  deux  jours  suivants  qui  est  antérieur 
à  l'autre  : 

a)  le  jour  où  la  convention  collective  ou  au- 
tre entente  expire; 

b)  le  jour  qui  tombe  90  jours  après  l'entrée 
en  vigueur  du  présent  article. 

(6)  Le  paragraphe  (5)  ne  s'applique  pas  à  un 
cadre  sectoriel  établi,  un  accord  local  conclu 
ou  autre  entente  conclue  pour  l'application  de 
la  Loi  de  1993  sur  le  contrat  social  qui  lie  un 
agent  négociateur  désigné  en  vertu  du  para- 
graphe 5  (1)  de  cette  loi. 

(7)  La  convention  collective  cadre  en  date  du 
3  mars  1995  entre  le  gouvernement  de  l'Onta- 
rio, l'Ontario  Crown  Attorneys'  Association  et 
l'Association  des  avocats  de  "  la  Couronne 
prend  fin. 

(8)  Les  instances  introduites  aux  termes  de 
la  convention  collective  cadre  et  celles  qui  s'y 
rapportent  prennent  fin. 

(9)  Est  nulle  la  décision  provisoire  ou  défini- 
tive rendue  le  4  octobre  1995  ou  par  la  suite 
dans  une  instance  introduite  aux  termes  de  la 
convention  collective  cadre  ou  se  rapportant  à 
celle-ci. 

68.  (1)  Le  présent  article  s'applique  si  la 
Couronne  et  un  syndicat  conviennent  par  écrit 
avant  que  le  présent  article  n'entre  en  vigueur 
de  soumettre  toutes  les  questions  encore  en 
litige  à  un  arbitre  ou  à  un  conseil  d'arbitrage 
dont  la  décision  est  définitive  à  l'égard  de  la 
conclusion  entre  eux  d'une  première  conven- 
tion collective. 


Dispositions 
transitoires, 
arbitrage 


22  Bill  7,  Part  II  labour  relations  and  employment  statute  law  Sec/art.  68  (2) 

Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993         Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 

de  la  Couronne 


(2)  The  arbitrator  or  board  of  arbitration 
shall  not  include  or  require  the  parties  to 
include  in  a  collective  agreement, 

(a)  a  term  that  requires  the  employer  to 
guarantee  an  offer  of  a  job  for  employ- 
ees whose  positions  have  been  or  may  be 
eliminated  or  that  otherwise  compels  the 
employer  to  continue  to  employ  them; 


(2)  L'arbitre  ou  le  conseil  d'arbitrage  ne  doit 
pas  inclure  ni  exiger  des  parties  qu'elles 
incluent  dans  une  convention  collective  : 

a)  soit  une  condition  qui  oblige  l'em- 
ployeur à  garantir  une  offre  d'emploi 
pour  les  employés  dont  le  poste  a  été  ou 
peut  être  éliminé  ou  qui  le  force  autre- 
ment à  continuer  de  les  employer; 


Transition, 
essential 
services 
agreement 


(b)  a  term  that  relates  to  pensions,  staffing 
levels  or  work  assignments. 

(3)  A  provision  in  an  agreement  entered  into 
before  this  section  comes  into  force  that 
authorizes  an  arbitrator  or  board  of  arbitra- 
tion to  include  or  to  require  the  parties  to 
include  in  a  collective  agreement  a  term 
described  in  subsection  (2)  is  void. 

(4)  Subsections  (2)  and  (3)  do  not  apply 
when  the  employer  is  an  agency  of  the  Crown 
designated  under  clause  29.1  (1)  (a)  of  the  Pub- 
lic Service  Act. 


69.  (1)  An  essential  services  agreement  that 
is  in  effect  when  this  section  comes  into  force 
shall  be  deemed  to  be  terminated  on  the  day  on 
which  the  employer  and  the  trade  union  first 
enter  into  a  collective  agreement  for  the  bar- 
gaining unit  after  this  section  comes  into  force. 

(2)  If  an  employer  and  a  trade  union  begin 
to  negotiate  an  essential  services  agreement 
before  this  section  comes  into  force  and  the 
agreement  comes  into  effect  after  this  section 
comes  into  force,  the  agreement  shall  be 
deemed  to  be  terminated  on  the  day  on  which 
the  employer  and  the  trade  union  first  enter 
into  a  collective  agreement  for  the  bargaining 
unit  after  this  section  comes  into  force. 

(3)  On  an  application  under  subsection 
36  (1)  of  the  new  Act  concerning  an  employer's 
and  trade  union's  first  essential  services  agree- 
ment to  be  entered  into  after  this  section  comes 
into  force,  the  Ontario  Labour  Relations 
Board  shall  not  consider  the  terms  of  any 
previous  essential  services  agreement  between 
the  parties. 

(4)  For  the  purposes  of  subsection  36  (4)  of 
the  new  Act,  the  amendments  to  that  Act  made 
by  this  Act  and  the  enactment  of  the  Labour 
Relations  Act,  1995  do  not  constitute  a  change 
in  circumstances. 


b)  soit  une  condition  concernant  les  pen- 
sions, les  niveaux  de  dotation  en  person- 
nel ou  les  affectations  de  personnel. 

(3)  Est  nulle  la  disposition  d'une  entente 
conclue  avant  l'entrée  en  vigueur  du  présent 
article  qui  autorise  un  arbitre  ou  un  conseil 
d'arbitrage  à  inclure  ou  à  exiger  des  parties 
qu'elles  incluent,  dans  une  convention  collec- 
tive, une  condition  visée  au  paragraphe  (2). 

(4)  Les  paragraphes  (2)  et  (3)  ne  s'appli- 
quent pas  lorsque  l'employeur  est  un  orga- 
nisme de  la  Couronne  désigné  en  vertu  de  l'ali- 
néa 29.1  (1)  a)  de  la  Loi  sur  la  fonction 
publique. 

69.  (1)  L'entente  sur  les  services  essentiels 
qui  est  en  vigueur  le  jour  de  l'entrée  en  vi- 
gueur du  présent  article  est  réputée  prendre 
fin  le  jour  où  l'employeur  et  le  syndicat  con- 
cluent une  convention  collective  pour  l'unité  de 
négociation  pour  la  première  fois  après  l'en- 
trée en  vigueur  du  présent  article. 

(2)  Si  un  employeur  et  un  syndicat  commen- 
cent à  négocier  une  entente  sur  les  services 
essentiels  avant  l'entrée  en  vigueur  du  présent 
article  et  que  l'entente  entre  en  vigueur  après 
l'entrée  en  vigueur  du  présent  article,  l'entente 
est  réputée  prendre  fin  le  jour  où  l'employeur 
et  le  syndicat  concluent  une  convention  collec- 
tive pour  l'unité  de  négociation  pour  la  pre- 
mière fois  après  l'entrée  en  vigueur  du  présent 
article. 

(3)  Sur  requête  visée  au  paragraphe  36  (1) 
de  la  nouvelle  loi  concernant  une  première  en- 
tente sur  les  services  essentiels  qui  doit  être 
conclue  entre  l'employeur  et  le  syndicat  après 
l'entrée  en  vigueur  du  présent  article,  la  Com- 
mission des  relations  de  travail  de  l'Ontario  ne 
doit  tenir  compte  des  conditions  d'aucune  en- 
tente sur  les  services  essentiels  conclue  anté- 
rieurement entre  les  parties. 

(4)  Pour  l'application  du  paragraphe  36  (4) 
de  la  nouvelle  loi,  les  modifications  apportées  à 
cette  loi  par  la  présente  loi  et  l'adoption  de  la 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail  ne  con- 
stituent pas  un  changement  dans  les  circons- 
tances. 


Dispositions 
transitoires, 
entente  sur 
les  services 
essentiels 


Sec  /art.  70  (  1  )  relations  de  travail  et  emploi 

Crown  Employees  Collective  Bargaining  Act,  1993 


Partie  II,  Projet  7 

Loi  de  1993  sur  la  négociation  collective  des  employés 
de  la  Couronne 


23 


No  reprisais 


Successor 
employers 


70.  (1)  This  section  applies  with  respect  to 
persons  to  whom  the  old  Act  applied  but  to 
whom  the  new  Act  does  not  apply. 

(2)  No  employer,  employer's  organization  or 
person  acting  on  behalf  of  an  employer  or 
employer's  organization  shall  refuse  to  employ 
a  person  or  discriminate  against  a  person 
described  in  subsection  (1)  in  regard  to 
employment  or  a  term  or  condition  of  employ- 
ment because  the  person  was  a  member  of  a 
trade  union  or  had  exercised  or  attempted  to 
exercise  any  rights  under  the  old  Act. 

(3)  Subsection  (2)  may  be  enforced  under  the 
new  Act  as  if  it  formed  a  part  of  that  Act.  For 
the  purposes  of  section  87  and  a  complaint 
under  section  96  of  the  Labour  Relations  Act, 
1995,  "person"  includes  a  person  described  in 
subsection  (1). 


PART  III 

EMPLOYMENT  STANDARDS  ACT 

AMENDMENTS 

Employment  Standards  Act 

71.  Subsection  2  (1)  of  the  Employment  Stan- 
dards Act,  as  amended  by  the  Statutes  of  Onta- 
rio, 1992,  chapter  21,  section  58  and  1993, 
chapter  27,  Sched.,  is  further  amended  by 
striking  out  'Tarts  IX,  X,  XI,  XII,  XIII.2  and 
XIV"  in  the  first  line  and  substituting  "Section 
13.1  and  Parts  IX,  X,  XI,  XII  and  XIV". 


72.  The  Act  is  amended  by  adding  the  fol- 
lowing section: 

13.1  (1)  This  section  applies  with  respect  to 
the  following  types  of  services  provided  at  a 
premises  directly  or  indirectly  by  or  to  a  build- 
ing owner  or  manager: 


1.  The  services  must  be  related  to  servic- 
ing the  premises,  including  providing 
building  cleaning  services,  food  services 
and  security  services. 

2.  The  services  do  not  include, 

i.  construction, 

ii.  maintenance  other  than  mainte- 
nance activities  related  to  cleaning 
the  premises,  or 

iii.   the  production  of  goods  other  than 
goods  related  to  the  provision  of 


70.  (1)  Le  présent  article  s'applique  à 
l'égard  des  personnes  auxquelles  s'appliquait 
l'ancienne  loi,  mais  auxquelles  ne  s'applique 
pas  la  nouvelle  loi. 

(2)  L'employeur,  l'association  patronale  ou 
quiconque  agit  pour  leur  compte  ne  doit  pas 
refuser  d'employer  une  personne  ou  pratiquer 
de  la  discrimination  contre  une  personne  visée 
au  paragraphe  (1)  en  ce  qui  concerne  l'emploi 
ou  une  condition  d'emploi  parce  qu'elle  était 
membre  d'un  syndicat  ou  qu'elle  avait  exercé 
ou  tenté  d'exercer  des  droits  prévus  par  l'an- 
cienne loi. 

(3)  Le  paragraphe  (2)  peut  être  appliqué  aux 
termes  de  la  nouvelle  loi  comme  s'il  en  faisait 
partie.  Pour  l'application  de  l'article  87  et  à 
l'égard  d'une  plainte  visée  à  l'article  96  de  la 
Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail,  «per- 
sonne» s'entend  en  outre  d'une  personne  visée 
au  paragraphe  (1). 

PARTffi  m 

MODIFICATION  DE  LA  LOI  SUR  LES 

NORMES  D'EMPLOI 

Loi  sur  les  normes  d'emploi 

71.  Le  paragraphe  2  (1)  de  la  Loi  sur  les 
normes  d'emploi,  tel  qu'il  est  modifié  par  l'arti- 
cle 58  du  chapitre  21  des  Lois  de  l'Ontario  de 
1992  et  par  l'annexe  du  chapitre  27  des  Lois  de 
l'Ontario  de  1993,  est  modifié  de  nouveau  par 
substitution,  à  «Les  parties  IX,  X,  XI,  XII, 
Mil. 2  et  XIV»  aux  première  et  deuxième  li- 
gnes, de  «L'article  13.1  et  les  parties  IX,  X,  XI, 

xnetxrv». 

72.  La  Loi  est  modifiée  par  adjonction  de 
l'article  suivant  : 

13.1  (1)  Le  présent  article  s'applique  aux 
genres  de  services  suivants  que  fournit  directe- 
ment ou  indirectement  dans  des  locaux  le  pro- 
priétaire ou  le  gérant  d'un  bâtiment,  ou  qui  lui 
sont  fournis  directement  ou  indirectement  dans 
des  locaux  : 

1.  Les  services  doivent  être  reliés  aux  ser- 
vices aux  locaux,  notamment  les  ser- 
vices de  nettoyage,  les  services  d'ali- 
mentation et  les  services  de  sécurité  du 
bâtiment. 

2.  Les  services  ne  comprennent  pas  ce  qui 
suit  : 

i.  la  construction, 

ii.  l'entretien  autre  que  les  activités 
d'entretien  reliées  au  nettoyage  des 
locaux, 

iii.  la  production  de  biens  autres  que 
ceux  reliés  à  la  prestation  de  ser- 
vices d'alimentation,  dans  les  lo- 


Représailles 
interdites 


Employeurs 

qui 

succèdent 


24  Bill  7,  Part  III  LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sec/art.  72 

Employment  Standards  Act  Loi  sur  les  normes  d 'emploi 


food  services  at  the  premises  for 
consumption  on  the  premises. 

Application  (2)  This  section  applies  if,  on  or  after  Octo- 
ber 31,  1995,  one  employer  begins  to  provide 
services  at  a  premises  replacing  another 
employer  who  was  providing  the  services. 


Continuity  of       (3)  if  the  successor  employer  employs  an 
employment     employee  0f  the  previous  employer  to  provide 
the  services  and  the  employee  ceases  to  be 
employed  by  the  previous  employer  as  a  result. 


(a)  the  employment  of  the  employee  by  the 
previous  employer  shall  be  deemed  not 
to  be  terminated  for  the  purpose  deter- 
mining the  previous  employer's  obliga- 
tions under  Part  XIV;  and 

(b)  the  employee's  period  of  employment 
by  the  previous  employer  shall  be 
deemed  to  have  been  employment  by 
the  successor  employer  for  the  purposes 
of  Parts  VU,  VIII,  XI  and  XTV. 


Successor 

employer's 

obligation 


Attributed 
employment 


Same 


Same 


Information 


(4)  If  the  successor  employer  does  not 
employ  an  employee  of  the  previous  employer, 
the  successor  employer  shall  comply  with  Part 
XIV  in  respect  of  the  employee. 

(5)  For  the  purposes  of  subsections  (3)  and 
(4),  the  employee's  period  of  employment  by 
the  previous  employer  includes  any  period  that 
was  attributed  to  the  previous  employer  under 
Part  XIII.2  before  its  repeal. 

(6)  If  the  successor  employer  employs  an 
employee  of  the  previous  employer,  the  previ- 
ous employer  shall  pay  the  employee  the 
amount  of  any  vacation  pay  accrued  in  respect 
of  the  employee  when  he  or  she  begins 
employment  with  the  successor  employer. 

(7)  The  previous  employer  shall  make  the 
payment  described  in  subsection  (6)  within 
seven  days  after  the  earlier  of, 

(a)  the  day  on  which  the  employee  ceases 
to  be  employed  by  the  previous 
employer;  and 

(b)  the  day  on  which  the  previous  employer 
ceases  to  provide  the  services  at  the 
premises. 

(8)  Upon  request,  an  employer  providing 
services  at  a  premises  shall  give  the  owner  or 
the  manager  of  the  premises  such  information 
as  may  be  prescribed  about  the  employees  who 
are  providing  the  services. 


eaux,  aux   fins  de  consommation 
sur  place. 

(2)  Le  présent  article  s'applique  si,  le  31    Application 
octobre  1995  ou  par  la  suite,  un  employeur 
commence  à  fournir  dans  des  locaux  des  ser- 
vices que  fournissait  un  autre  employeur  qu'il 
remplace. 

(3)  Si  l'employeur  qui  succède  emploie  un  Continuité 
employé  de  l'employeur  précédent  pour  four-  delemPl01 
nir  les  services  et  qu'il  s'ensuit  que  l'employé 

cesse  d'être  employé  par  l'employeur  précé- 
dent : 

a)  d'une  part,  l'employé  de  l'employeur 
précédent  est  réputé  ne  pas  être  licencié 
aux  fins  de  déterminer  les  obligations  de 
l'employeur  précédent  aux  termes  de  la 
partie  XIV; 

b)  d'autre  part,  la  période  d'emploi  de 
l'employé  auprès  de  l'employeur  précé- 
dent est  réputée  avoir  été  une  période 
d'emploi  auprès  de  l'employeur  qui  suc- 
cède pour  l'application  des  parties  VU, 

vin,  xi  et  xrv. 

(4)  S'il  n'emploie  pas  un  employé  de  l'em-  Obligation 
ployeur  précédent,  l'employeur  qui  succède  se  d'0'j™"  ui 
conforme  à  la  partie  XTV  à  l'égard  de  l'em-  succède 
ployé. 

(5)  Pour  l'application  des  paragraphes  (3)  et 
(4),  la  période  d'emploi  de  l'employé  auprès 
de  l'employeur  précédent  comprend  toute  pé- 
riode qui  a  été  attribuée  à  l'employeur  précé- 
dent aux  termes  de  la  partie  XIII  2  avant  son 
abrogation. 

(6)  Si  l'employeur  qui  succède  emploie  un  idem 
employé  de  l'employeur  précédent,  celui-ci 
paie  à  l'employé  le  montant  de  l'indemnité  de 
vacances  accumulée  à  l'égard  de  l'employé 
lorsqu'il  commence  son  emploi  auprès  de 
l'employeur  qui  succède. 

(7)  L'employeur  précédent  verse  le  montant  'dem 
prévu  au  paragraphe  (6)  dans  les  sept  jours  qui 
suivent  celui  des  deux  jours  suivants  qui  est 
antérieure  l'autre  : 

a)  le  jour  où  l'employé  cesse  d'être  em- 
ployé par  l'employeur  précédent; 

b)  le  jour  où  l'employeur  précédent  cesse 
de  fournir  les  services  dans  les  locaux. 


Période 

d'emploi 

attribuée 


(8)  Sur  demande,  l'employeur  qui  fournit 
des  services  dans  des  locaux  donne  au  proprié- 
taire ou  au  gérant  des  locaux  les  renseigne- 
ments prescrits  au  sujet  des  employés  qui  four- 
nissent les  services. 


Renseigne- 
ments 


Sec/art.  72 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI  Partie  III,  Projet  7  25 

Employment  Standards  Act  Loi  sur  les  normes  d'emploi 


Same 


Same 


Use  of 
information 


Confiden- 
tiality 


Regulations 


Employment 
standards 
officer  may 
make  order 


Definition 


Termination 
when  bank- 
ruptcy, etc. 


(9)  Upon  request,  the  owner  or  manager  of 
the  premises  shall  give  the  information 
referred  to  in  subsection  (8)  about  the  employ- 
ees who  are  providing  the  services  at  the  prem- 
ises on  the  request  date  to  a  person  who 
becomes  a  successor  employer  providing  the 
services. 

(10)  Upon  request,  the  owner  or  manager  of 
the  premises  shall  give  such  information  as 
may  be  prescribed  about  the  employees  who 
are  providing  the  services  at  the  premises  on 
the  request  date  to  a  person  who  may  become  a 
successor  employer  providing  the  services. 

(11)  A  person  to  whom  information  is  given 
under  this  section  shall  use  the  information 
only  for  the  purpose  of  complying  with  this 
section. 

(12)  A  person  in  possession  of  information 
given  under  this  section  shall  not  disclose  it 
except  as  authorized  by  this  section. 


(13)  The  Lieutenant  Governor  in  Council 
may  make  regulations  prescribing  information 
for  the  purposes  of  subsections  (8)  and  (10). 

(14)  If  a  person  fails  to  comply  with  this 
section,  an  employment  standards  officer  may 
order  what  action,  if  any,  the  person  shall  take 
or  what  the  person  shall  refrain  from  doing  in 
order  to  constitute  compliance  with  this  sec- 
tion and  may  order  what  compensation  shall  be 
paid  by  the  person  to  the  Director  in  trust  for 
other  persons. 

(15)  In  this  section, 


"successor  employer"  means  the  employer 
who  begins  to  provide  services  at  a  premises 
replacing  another  employer  who  was  provid- 
ing the  services. 

73.  Part  XI II. 2  of  the  Act,  as  enacted  by  the 
Statutes  of  Ontario,  1992,  chapter  21,  section 
59,  is  repealed. 

74.  (1)  Section  57  of  the  Act  is  amended  by 
adding  the  following  subsection: 

(2.1)  An  employer  shall  be  deemed  to  have 
terminated  the  employment  of  an  employee  if 
the  employment  is  terminated  by  operation  of 
law, 

(a)  as  a  result  of  the  bankruptcy  of  the 
employer,  whether  or  not  it  is  the 
employer  who  initiates  bankruptcy  pro- 
ceedings; 

(b)  as  a  result  of  the  insolvency  of  the 
employer;  or 


(9)  Sur  demande,  le  propriétaire  ou  le  gé-   ldem 
rant  des  locaux  donne  les  renseignements  visés 

au  paragraphe  (8)  au  sujet  des  employés  qui 
fournissent  les  services  dans  les  locaux  à  la 
date  de  la  demande  à  une  personne  qui  devient 
un  employeur  qui  succède  fournissant  les  ser- 
vices. 

(10)  Sur  demande,  le  propriétaire  ou  le  gé-  >dem 
rant  des  locaux  donne  les  renseignements  pres- 
crits au  sujet  des  employés  qui  fournissent  les 
services  dans  les  locaux  à  la  date  de  la 
demande  à  une  personne  susceptible  de  deve- 
nir un  employeur  qui  succède  fournissant  les 
services. 

(11)  La  personne  à  qui  des  renseignements  Utilisation 
sont  donnés  aux  termes  du  présent  article  ne  g^^"^1 
les  utilise  que  pour  se  conformer  à  celui-ci. 


Confidentia- 
lité 


de  l'agent 
des  normes 
d'emploi 


(12)  La  personne  qui  possède  des  renseigne- 
ments donnés  aux  termes  du  présent  article  ne 
doit  pas  les  divulguer  sauf  comme  l'autorise 
celui-ci. 

(13)  Le    lieutenant-gouverneur    en    conseil   Règlements 
peut,  par  règlement,  prescrire  des  renseigne- 
ments pour  l'application  des  paragraphes  (8)  et 

(10). 

(14)  Si  une  personne  ne  se  conforme  pas  au  Ordonnance 
présent  article,  un  agent  des  normes  d'emploi 
peut,  par  ordonnance,  déterminer  ce  que  la 
personne  doit  faire  ou  ce  qu'elle  doit  s'abstenir 
de  faire  afin  de  se  conformer  au  présent  article 

et  il  peut  fixer  l'indemnité  que  la  personne  doit 
verser  au  directeur  en  fiducie  pour  le  compte 
d'autres  personnes. 

(15)  La   définition   qui    suit   s'applique   au   Définition 
présent  article. 

«employeur  qui  succède»  L'employeur  qui 
commence  à  fournir  dans  des  locaux  des 
services  que  fournissait  un  autre  employeur 
qu'il  remplace. 

73.  La  partie  XIII. 2  de  la  Loi,  telle  qu'elle 
est  adoptée  par  l'article  59  du  chapitre  21  des 
Lois  de  l'Ontario  de  1992,  est  abrogée. 

74.  (1)  L'article  57  de  la  Loi  est  modifié  par 
adjonction  du  paragraphe  suivant  : 

(2.1)  Un  employeur  est  réputé  avoir  licencié  Licencie- 
un  employé  si   le  licenciement  survient  par  ment' notam" 

ment  en  eus 

l'effet  de  la  loi  pour  l'une  ou  l'autre  des  rai-  de  faillite 
sons  suivantes  : 

a)  l'employeur  est  tombé  en  faillite,  qu'il 
ait  ou  non  entamé  l'instance  en  faillite; 


b)  l'employeur  est  insolvable; 


26  Bill  7,  Part  III  labour  relations  and  employment  statute  law 

Employment  Standards  Act  Loi  sur  les  normes  d'emploi 


Sec/art.  74(1) 


Duty  of 
employer 


Exception 


No  offence 


Same 


Termination 
when  bank- 
ruptcy, etc. 


(c)  as  a  result  of  any  operations  of  the 
employer  being  placed  in  receivership. 

(2)  Subsection  57  (12)  of  the  Act,  as  re-en- 
acted by  the  Statutes  of  Ontario,  1992,  chapter 
21,  section  60,  is  repealed  and  the  following 
substituted: 

(12)  An  employer  who  has  terminated  or 
who  proposes  to  terminate  the  employment  of 
employees  shall,  when  required  by  the  Min- 
ister for  the  purpose  of  facilitating  the  re-estab- 
lishment of  the  employees  in  employment, 

(a)  participate  in  such  actions  or  measures 
as  the  Minister  may  direct; 

(b)  participate  in  the  establishment  and 
work  of  a  committee  upon  such  terms  as 
the  Minister  considers  necessary;  and 

(c)  contribute  to  the  reasonable  cost  or 
expense  of  any  committee  referred  to  in 
clause  (b)  in  such  amount  or  proportion 
as  the  Minister  directs.  R.S.O.  1990, 
c.E.14,s.57(12). 

(3)  Section  57  of  the  Act  is  amended  by  add- 
ing the  following  subsection: 

(12.1)  Subsection  (12)  does  not  apply  to  an 
employer  whose  employees  are  deemed  to 
have  been  terminated  under  subsection  (2.1). 

(4)  Section  57  of  the  Act  is  amended  by  add- 
ing the  following  subsections: 

(22)  An  employer  does  not  commit  an 
offence  under  subsection  78  (1)  when  his,  her 
or  its  employees  are  deemed  to  have  been  ter- 
minated under  subsection  (2.1)  and  the 
employer  does  not  comply  with  subsection 
(14). 

(23)  An  officer,  director  or  agent  of  a  corpo- 
ration or  a  person  purporting  to  act  in  any  such 
capacity  does  not  commit  an  offence  under 
subsection  79  (1)  when  the  corporation  is  an 
employer  whose  employees  are  deemed  to 
have  been  terminated  under  subsection  (2.1) 
and  the  corporation  does  not  comply  with  sub- 
section (14). 

75.  (1)  Section  58  of  the  Act  is  amended  by 
adding  the  following  subsection: 

(1.1)  An  employer  shall  be  deemed  to  have 
terminated  the  employment  of  an  employee 
and  the  termination  shall  be  deemed  to  have 
been  caused  by  the  permanent  discontinuance 
of  all  or  part  of  the  business  of  the  employer  at 
an  establishment  if  the  employment  is  termi- 
nated by  operation  of  law, 


c)  l'ensemble  ou  une  partie  des  exploita- 
tions de  l'employeur  fait  l'objet  d'une 
mise  sous  séquestre. 

(2)  Le  paragraphe  57  (12)  de  la  Loi,  tel  qu'il 
est  adopté  de  nouveau  par  l'article  60  du  cha- 
pitre 21  des  Lois  de  l'Ontario  de  1992,  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(12)  À  la  demande  du  ministre  visant  à  faci-  Obligations 
liter  la  réinsertion  professionnelle  d'employés  df  ' em" 

,  .  *,.  .,  ,      ployeur 

qu  un  employeur  a  licenciés  ou  se  propose  de 
licencier,  celui-ci  prend  les  mesures  suivantes  : 

a)  il  prend  part  aux  initiatives  ou  aux  pro- 
grammes que  le  ministre  peut  ordonner; 

b)  il  participe  à  la  constitution  et  aux  tra- 
vaux d'un  comité  aux  conditions  que  le 
ministre  juge  nécessaires; 

c)  il  défraie  la  partie  des  dépenses  raison- 
nables du  comité  mentionné  à  l'alinéa 
b),  selon  ce  que  fixe  le  ministre.  L.R.O. 
1990,  chap.  E.14,  par.  57  (12). 

(3)  L'article  57  de  la  Loi  est  modifié  par 
adjonction  du  paragraphe  suivant  : 

(12.1)  Le  paragraphe  (12)  ne  s'applique  pas  Exception 
à  l'employeur  dont  les  employés  sont  réputés 
avoir  été  licenciés  aux  termes  du  paragraphe 
(2.1). 

(4)  L'article  57  de  la  Loi  est  modifié  par 
adjonction  des  paragraphes  suivants  : 

(22)  Un  employeur  ne  commet  pas  l'infrac- 
tion prévue  au  paragraphe  78  (1)  lorsque  ses 
employés  sont  réputés  avoir  été  licenciés  aux 
termes  du  paragraphe  (2.1)  et  qu'il  ne  se  con- 
forme pas  au  paragraphe  (14). 


(23)  Un  dirigeant,  un  administrateur  ou  un  ldcm 
mandataire  d'une  personne  morale,  ou  une  per- 
sonne prétendant  agir  à  ce  titre,  ne  commet  pas 
l'infraction  prévue  au  paragraphe  79  (1)  lors- 
que la  personne  morale  est  un  employeur  dont 
les  employés  sont  réputés  avoir  été  licenciés 
aux  termes  du  paragraphe  (2.1)  et  qu'elle  ne  se 
conforme  pas  au  paragraphe  (14). 

75.  (1)  L'article  58  de  la  Loi  est  modifié  par 
adjonction  du  paragraphe  suivant  : 


Aucune 
infraction 


(1.1)  Un  employeur  est  réputé  avoir  licencié 
un  employé  et  le  licenciement  est  réputé  avoir 
résulté  de  l'interruption  permanente  de  l'en- 
semble ou  d'une  partie  des  activités  de  l'em- 
ployeur à  un  établissement  si  le  licenciement 
survient  par  l'effet  de  la  loi  pour  l'une  ou  l'au- 
tre des  raisons  suivantes  : 


Licencie- 
ment, notam- 
ment en  cas 
de  faillite 


Sec/art.  75(1) 


Employment  Standards  Act 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  emploi  Partie  III,  Projet  7 

Loi  sur  les  normes  d'emploi 


27 


(a)  as  a  result  of  the  bankruptcy  of  the 
employer,  whether  or  not  it  is  the 
employer  who  initiates  bankruptcy  pro- 
ceedings; 

(b)  as  a  result  of  the  insolvency  of  the 
employer;  or 

(c)  as  a  result  of  any  operations  of  the 
employer  being  placed  in  receivership. 

(2)  Section  58  of  the  Act  is  amended  by  add- 
ing the  following  subsections: 

No  offence  (23)  An    employer    does    not    commit    an 

offence  under  subsection  78  (1)  when  his,  her 
or  its  employees  are  deemed  to  have  been  ter- 
minated under  subsection  (1.1)  and  the 
employer  does  not  comply  with  subsection  (2). 

Same  (24)  An  officer,  director  or  agent  of  a  corpo- 

ration or  a  person  purporting  to  act  in  any  such 
capacity  does  not  commit  an  offence  under 
subsection  79  (1)  when  the  corporation  is  an 
employer  whose  employees  are  deemed  to 
have  been  terminated  under  subsection  (1.1) 
and  the  corporation  does  not  comply  with  sub- 
section (2). 

76.  (1)  Clauses  58.1  (2)  (a)  and  (c)  of  the  Act, 
as  enacted  by  the  Statutes  of  Ontario,  1991, 
chapter  16,  section  5,  are  repealed  and  the  fol- 
lowing substituted: 

(a)  regular  wages,  including  commissions, 
overtime  wages,  vacation  pay  (other 
than  vacation  pay  based  on  termination 
pay)  and  holiday  pay; 


Aucune 
infraction 


a)  l'employeur  est  tombé  en  faillite,  qu'il 
ait  ou  non  entamé  l'instance  en  faillite; 


b)  l'employeur  est  insolvable; 

c)  l'ensemble  ou  une  partie  des  exploita- 
tions de  l'employeur  fait  l'objet  d'une 
mise  sous  séquestre. 

(2)  L'article  58  de  la  Loi  est  modifié  par 
adjonction  des  paragraphes  suivants  : 

(23)  Un  employeur  ne  commet  pas  l'infrac- 
tion prévue  au  paragraphe  78  (1)  lorsque  ses 
employés  sont  réputés  avoir  été  licenciés  aux 
termes  du  paragraphe  (1.1)  et  qu'il  ne  se  con- 
forme pas  au  paragraphe  (2). 

(24)  Un  dirigeant,  un  administrateur  ou  un   idem 
mandataire  d'une  personne  morale,  ou  une  per- 
sonne prétendant  agir  à  ce  titre,  ne  commet  pas 
l'infraction  prévue  au  paragraphe  79  (1)  lors- 
que la  personne  morale  est  un  employeur  dont 

les  employés  sont  réputés  avoir  été  licenciés 
aux  termes  du  paragraphe  (1.1)  et  qu'elle  ne  se 
conforme  pas  au  paragraphe  (2). 

76.  (1)  Les  alinéas  58.1  (2)  a)  et  c)  de  la  Loi, 
tels  qu'ils  sont  adoptés  par  l'article  5  du  chapi- 
tre 16  des  Lois  de  l'Ontario  de  1991,  sont  abro- 
gés et  remplacés  par  ce  qui  suit  : 

a)  le  salaire  normal,  y  compris  les  commis- 
sions, la  rétribution  pour  temps  supplé- 
mentaire, l'indemnité  de  vacances  (autre 
que  celle  fondée  sur  l'indemnité  de  li- 
cenciement) et  l'indemnité  pour  un  jour 
férié; 


(c)  compensation  awarded  under  sections 
45,  48  and  51,  clause  56  (3)  (b)  and  sec- 
tion 56.2  insofar  as  the  compensation  is 
awarded  for  loss  of  earnings;  and 


c)  l'indemnité  accordée  en  vertu  des  arti- 
cles 45,  48  et  51,  de  l'alinéa  56  (3)  b)  et 
de  l'article  56.2  à  condition  qu'elle  soit 
accordée  au  titre  de  la  perte  de  salaire; 


(2)  Subsections  58.1  (6)  and  (7)  of  the  Act,  as 
enacted  by  the  Statutes  of  Ontario,  1991,  chap- 
ter 16,  section  5,  are  repealed. 

77.  Section  58.6  of  the  Act,  as  enacted  by  the 
Statutes  of  Ontario,  1991,  chapter  16,  section  5, 
is  repealed. 

78.  Section  58.8  of  the  Act,  as  enacted  by  the 
Statutes  of  Ontario,  1991,  chapter  16,  section  5, 
is  amended  by  striking  out  "$5,000"  in  the  Fifth 
line  and  substituting  "$2,000". 


(2)  Les  paragraphes  58.1  (6)  et  (7)  de  la  Loi, 
tels  qu'ils  sont  adoptés  par  l'article  5  du  chapi- 
tre 16  des  Lois  de  l'Ontario  de  1991,  sont  abro- 
gés. 

77.  L'article  58.6  de  la  Loi,  tel  qu'il  est 
adopté  par  l'article  5  du  chapitre  16  des  Lois 
de  l'Ontario  de  1991,  est  abrogé. 

78.  L'article  58.8  de  la  Loi,  tel  qu'il  est 
adopté  par  l'article  5  du  chapitre  16  des  Lois 
de  l'Ontario  de  1991,  est  modifié  par  substitu- 
tion, à  «5  000  $»  à  la  cinquième  ligne,  de 
«2  000  $». 


28  Bill  7,  Part  III  labour  relations  and  employment  statute  law  Sec /art  79(1) 

Employment  Standards  Act  Loi  sur  les  normes  d 'emploi 


Transition, 

Employee 

Wage 

Protection 

Program 


Transitional  Provisions 

79.  (1)  The  eligibility  of  an  employee  to 
receive  compensation  from  the  Employee 
Wage  Protection  Program  under  subsection 
58.4  (1)  of  the  Act  is  determined  in  accordance 
with  this  section  for  the  following: 


1.  For  wages,  excluding  termination  pay 
and  severance  pay,  due  and  owing  for  a 
period  that  begins  before  September  7, 
1995. 


2.  For  termination  pay  relating  to  a  termi- 
nation of  employment  that  occurs  before 
September  7,  1995,  other  than  a  lay-off 
described  in  paragraph  3. 

3.  For  termination  pay  relating  to  a  lay-off 
that  is  deemed  before  September  7, 1995 
to  be  a  termination  of  employment 

4.  For  severance  pay  relating  to  a  dismis- 
sal described  in  clause  (a)  of  the  defini- 
tion of  "termination"  in  subsection  58 
(1)  of  the  Act  that  occurs  before  Septem- 
ber 7, 1995. 

5.  For  severance  pay  relating  to  a  lay-off 
described  in  clause  (b)  of  that  definition 
that  begins  before  September  7, 1995. 


6.  For  severance  pay  relating  to  a  lay-off 
described  in  clause  (c)  of  that  definition 
that,  before  September  7,  1995,  equals 
35  weeks  in  a  period  of  52  consecutive 
weeks. 


7.  For  termination  pay  relating  to  a  termi- 
nation of  employment  that  occurs  on  or 
after  September  7,  1995,  other  than  a 
lay-off  described  in  paragraph  8. 

8.  For  termination  pay  relating  to  a  lay-off 
that  is  deemed  on  or  after  September  7, 
1995  to  have  been  a  termination  occur- 
ring before  that  date. 

9.  For  severance  pay  relating  to  a  dismis- 
sal described  in  clause  (a)  of  the  defini- 
tion of  "termination"  in  subsection  58 
(1)  of  the  Act  that  occurs  on  or  after 
September  7, 1995. 

10.  For  severance  pay  relating  to  a  lay-off 
described  in  clause  (b)  of  that  definition 
that  begins  on  or  after  September  7, 
1995. 


Dispositions  transitoires 

79.  (1)  L'admissibilité  d'un  employé,  dans  le 
cadre  du  Programme  de  protection  des  salaires 
des  employés,  à  une  indemnité  aux  termes  du 
paragraphe  58.4  (1)  de  la  Loi  est  déterminée 
conformément  au  présent  article  au  titre  de  ce 
qui  suit  : 

1.  Le  salaire,  à  l'exception  de  l'indemnité 
de  licenciement  et  de  l'indemnité  de  ces- 
sation d'emploi,  exigible  pour  une  pé- 
riode débutant  avant  le  7  septembre 
1995. 

2.  L'indemnité  de  licenciement  ayant  trait 
à  un  licenciement  qui  survient  avant  le  7 
septembre  1995,  à  l'exception  d'une 
mise  à  pied  visée  à  la  disposition  3. 

3.  L'indemnité  de  licenciement  ayant  trait 
à  une  mise  à  pied  qui  est  réputée,  avant 
le  7  septembre  1995,  être  un  licencie- 
ment 

4.  L'indemnité  de  cessation  d'emploi  ayant 
trait  à  un  congédiement  visé  à  l'alinéa  a) 
de  la  définition  de  «licenciement»  au  pa- 
ragraphe 58  (1)  de  la  Loi  qui  survient 
avant  le  7  septembre  1995. 

5.  L'indemnité  de  cessation  d'emploi  ayant 
trait  à  une  mise  à  pied  visée  à  l'alinéa  b) 
de  cette  définition  qui  commence  avant 
le  7  septembre  1995. 

6.  L'indemnité  de  cessation  d'emploi  ayant 
trait  à  une  mise  à  pied  visée  à  l'alinéa  c) 
de  cette  définition  qui,  avant  le  7  sep- 
tembre 1995,  correspond  à  35  semaines 
dans  une  période  de  52  semaines  consé- 
cutives. 

7.  L'indemnité  de  licenciement  ayant  trait 
à  un  licenciement  qui  survient  le  7  sep- 
tembre 1995  ou  par  la  suite,  à  l'excep- 
tion d'une  mise  à  pied  visée  à  la  disposi- 
tion 8. 

8.  L'indemnité  de  licenciement  ayant  trait 
à  une  mise  à  pied  qui  est  réputée,  le 
7  septembre  1995  ou  par  la  suite,  avoir 
été  un  licenciement  survenu  avant  cette 
date. 

9.  L'indemnité  de  cessation  d'emploi  ayant 
trait  à  un  congédiement  visé  à  l'alinéa  a) 
de  la  définition  de  «licenciement»  au  pa- 
ragraphe 58  (1)  de  la  Loi  qui  survient  le 
7  septembre  1995  ou  par  la  suite. 

10.  L'indemnité  de  cessation  d'emploi  ayant 
trait  à  une  mise  à  pied  visée  à  l'alinéa  b) 
de  cette  définition  qui  commence  le 
7  septembre  1995  ou  par  la  suite. 


Dispositions 
transitoires. 
Programme 
de  protec- 
tion des 
salaires  des 
employés 


Sec/art.  79(1) 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  emploi  Partie  III,  Projet  7 

Employment  Standards  Act  Loi  sur  les  normes  d 'emploi 


29 


11.  For  severance  pay  relating  to  a  lay-off 
described  in  clause  (c)  of  that  definition 
that,  on  or  after  September  7,  1995, 
equals  35  weeks  in  a  period  of  52  con- 
secutive weeks. 


(2)  Subject  to  subsections  (4),  (5)  and  (6),  the 
employee  is  eligible  to  receive  compensation 
from  the  Program  in  accordance  with  Part 
XIV.  1  of  the  Act,  as  it  reads  before  sections  76, 
77  and  78  come  into  force,  for  amounts 
described  in  paragraphs  1  to  6  of  subsection 
(1). 

(3)  The  employee  is  not  eligible  for  compen- 
sation from  the  Program  for  amounts 
described  in  paragraphs  7  to  11  of  subsection 
(1). 

(4)  The  maximum  amount  of  compensation 
that  the  employee  is  eligible  to  receive  from  the 
Program  in  respect  of  his  or  her  employment 
with  an  employer  is  $5,000  for  the  following: 

1.  Wages,  excluding  termination  pay  and 
severance  pay,  that  are  due  and  owing 
for  a  period  that  begins  before  Septem- 
ber 7,  1995  and  ends  on  or  after  that 
date. 

2.  Termination  pay  described  in  para- 
graphs 2  and  3  of  subsection  (1). 

3.  Severance  pay  described  in  paragraphs 
4, 5  and  6  of  subsection  (1). 

(5)  The  maximum  amount  of  compensation 
that  the  employee  is  eligible  to  receive  from  the 
Program  is  $5,000  for  the  following: 

1.  Wages,  excluding  termination  pay  and 
severance  pay,  that  are  due  and  owing 
for  a  period  that  begins  and  ends  before 
September  7, 1995. 

2.  Termination  pay  described  in  para- 
graphs 2  and  3  of  subsection  (1). 

3.  Severance  pay  described  in  paragraphs 
4, 5  and  6  of  subsection  (1). 

(6)  The  maximum  amount  of  compensation 
that  the  employee  is  eligible  to  receive  from  the 
Program  for  wages,  excluding  termination  pay 
and  severance  pay,  that  become  due  and  owing 
on  or  after  September  7,  1995  in  respect  of  his 
or  her  employment  with  an  employer  is  $2,000. 


11.  L'indemnité  de  cessation  d'emploi  ayant 
trait  à  une  mise  à  pied  visée  à  l'alinéa  c) 
de  cette  définition  qui,  le  7  septembre 
1995  ou  par  la  suite,  correspond  à  35 
semaines  dans  une  période  de  52  se- 
maines consécutives. 

(2)  Sous  réserve  des  paragraphes  (4),  (5)  et 
(6),  l'employé  est  admissible,  dans  le  cadre  du 
Programme,  à  une  indemnité  conformément  à 
la  partie  XIV.l  de  la  Loi,  telle  qu'elle  existe 
avant  l'entrée  en  vigueur  des  articles  76,  77  et 
78,  au  titre  des  montants  visés  aux  dispositions 
1  à  6  du  paragraphe  (1). 

(3)  L'employé  n'est  admissible  à  aucune  in- 
demnité, dans  le  cadre  du  Programme,  au  titre 
des  montants  visés  aux  dispositions  7  à  11  du 
paragraphe  (1). 

(4)  Le  montant  maximal  de  l'indemnité  à 
laquelle  l'employé  est  admissible  dans  le  cadre 
du  Programme  à  l'égard  de  son  emploi  auprès 
d'un  employeur  est  de  5  000  $  au  titre  de  ce  qui 
suit  : 

1.  Le  salaire,  à  l'exception  de  l'indemnité 
de  licenciement  et  de  l'indemnité  de  ces- 
sation d'emploi,  exigible  pour  une  pé- 
riode débutant  avant  le  7  septembre 
1995  et  se  terminant  à  cette  date  ou  par 
la  suite. 

2.  L'indemnité  de  licenciement  visée  aux 
dispositions  2  et  3  du  paragraphe  (1). 

3.  L'indemnité  de  cessation  d'emploi  visée 
aux  dispositions  4,  5  et  6  du  paragraphe 
(1). 

(5)  Le  montant  maximal  de  l'indemnité  à 
laquelle  l'employé  est  admissible  dans  le  cadre 
du  Programme  est  de  5  000  $  au  titre  de  ce  qui 
suit  : 

1.  Le  salaire,  à  l'exception  de  l'indemnité 
de  licenciement  et  de  l'indemnité  de  ces- 
sation d'emploi,  exigible  pour  une  pé- 
riode antérieure  au  7  septembre  1995. 

2.  L'indemnité  de  licenciement  visée  aux 
dispositions  2  et  3  du  paragraphe  (1). 

3.  L'indemnité  de  cessation  d'emploi  visée 
aux  dispositions  4,  5  et  6  du  paragraphe 
(1). 

(6)  Le  montant  maximal  de  l'indemnité  à 
laquelle  l'employé  est  admissible,  dans  le  cadre 
du  Programme,  au  titre  du  salaire,  à  l'excep- 
tion de  l'indemnité  de  licenciement  et  de  l'in- 
demnité de  cessation  d'emploi,  qui  devient  exi- 
gible le  7  septembre  1995  ou  par  la  suite  à 
l'égard  de  son  emploi  auprès  d'un  employeur 
est  de  2  000  $. 


30  Bill  7,  Part  IV  LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW 

Other  Amendments  Autres  modifications 


Sec/art.  80(1) 


PART  IV 
OTHER  AMENDMENTS 

Agricultural  Labour  Relations  Act,  1994 


Repeal  80.  (1)   The  Agricultural  Labour  Relations 

Act,  1994  is  repealed. 

Transition  (2)  On  the  day  on  which  this  section  conies 

into  force,   a  collective  agreement  ceases  to 
apply  to  a  person  to  whom  that  Act  applied. 

(3)  On  the  day  on  which  this  section  comes 
into  force,  a  trade  union  certified  under  that 
Act  or  voluntarily  recognized  as  the  bargain- 
ing agent  for  employees  to  whom  that  Act 
applies  ceases  to  be  their  bargaining  agent. 

(4)  On  the  day  on  which  this  section  comes 
into  force,  any  proceeding  commenced  under 
that  Act  is  terminated. 

No  reprisals  81.  (1)  No  employer,  employer's  organiza- 
tion or  person  acting  on  behalf  of  an  employer 
or  employer's  organization  shall  refuse  to 
employ  a  person  or  discriminate  against  a  per- 
son in  regard  to  employment  or  a  term  or  con- 
dition of  employment  because  the  person  was  a 
member  of  a  trade  union  or  had  exercised  or 
attempted  to  exercise  any  rights  under  the 
Agricultural  Labour  Relations  Act,  1994. 

(2)  Subsection  (1)  may  be  enforced  under  the 
Labour  Relations  Act,  1995  as  if  it  formed  a 
part  of  that  Act  For  the  purposes  of  section  87 
and  a  complaint  under  section  96  of  that  Act, 
"person"  includes  a  person  described  in  sub- 
section (1). 


Freedom  of  Information  and  Protection  of 
Privacy  Act 

82.  Section  65  of  the  Freedom  of  Informa- 
tion and  Protection  of  Privacy  Act,  as  amended 
by  the  Statutes  of  Ontario,  1994,  chapter  12, 
section  49,  is  further  amended  by  adding  the 
following  subsections: 

s*"*  (6)  Subject  to  subsection  (7),  this  Act  does 

not  apply  to  records  collected,  prepared,  main- 
tained or  used  by  or  on  behalf  of  an  institution 
in  relation  to  any  of  the  following: 

1.  Proceedings  or  anticipated  proceedings 
before  a  court,  tribunal  or  other  entity 
relating  to  labour  relations  or  to  the 
employment  of  a  person  by  the  institu- 
tion. 

2.  Negotiations  or  anticipated  negotiations 
relating  to  labour  relations  or  to  the 


PARTIE  IV 
AUTRES  MODIFICATIONS 

Loi  de  1994  sur  les  relations  de  travail  dans 
l'agriculture 

80.  (1)  La  Loi  de  1994  sur  les  relations  de  Abrogation 
travail  dans  l'agriculture  est  abrogée. 

(2)  Le  jour  de  l'entrée  en  vigueur  du  présent  Dispositions 
article,  une  convention  collective  cesse  de  s'ap-  ,r»nsl,oires 
pliquer  aux  personnes  auxquelles  s'appliquait 

cette  loi. 

(3)  Le  jour  de  l'entrée  en  vigueur  du  présent 
article,  le  syndicat  accrédité  aux  termes  de 
cette  loi  ou  volontairement  reconnu  comme 
agent  négociateur  d'employés  auxquels  s'ap- 
plique celle-ci  cesse  d'être  leur  agent  négocia- 
teur. 

(4)  Le  jour  de  l'entrée  en  vigueur  du  présent 
article,  toute  instance  introduite  en  vertu  de 
cette  loi  prend  fin. 


81.  (1)  L'employeur,  l'association  patronale 
ou  quiconque  agit  pour  leur  compte  ne  doit  pas 
refuser  d'employer  une  personne  ou  pratiquer 
de  la  discrimination  contre  une  personne  en  ce 
qui  concerne  l'emploi  ou  une  condition  d'em- 
ploi parce  qu'elle  était  membre  d'un  syndicat 
ou  qu'elle  avait  exercé  ou  tenté  d'exercer  des 
droits  prévus  par  la  Loi  de  1994  sur  les  rela- 
tions de  travail  dans  l'agriculture. 

(2)  Le  paragraphe  (1)  peut  être  appliqué  aux 
termes  de  la  Loi  de  1995  sur  les  relations  de 
travail  comme  s'il  en  faisait  partie.  Pour  l'ap- 
plication de  l'article  87  et  à  l'égard  d'une 
plainte  visée  à  l'article  96  de  cette  loi,  «per- 
sonne» s'entend  en  outre  d'une  personne  visée 
au  paragraphe  (1). 

Loi  sur  l'accès  à  l'information  et  la  protection 
de  la  vie  privée 

82.  L'article  65  de  la  Loi  sur  l'accès  à  l'in- 
formation et  la  protection  de  la  vie  privée,  tel 
qu'il  est  modifié  par  l'article  49  du  chapitre  12 
des  Lois  de  l'Ontario  de  1994,  est  modifié  de 
nouveau  par  adjonction  des  paragraphes  sui- 
vants : 


(6)  Sous  réserve  du  paragraphe  (7),  la  pré-   Idem 
sente  loi  ne  s'applique  pas  aux  documents  re- 
cueillis, préparés,   maintenus  ou   utilisés  par 
une  institution  ou  pour  son  compte  à  l'égard  de 
ce  qui  suit  : 

1.  Les  instances  ou  les  instances  prévues 
devant  un  tribunal  judiciaire  ou  admi- 
nistratif ou  une  autre  entité  en  ce  qui  a 
trait  aux  relations  de  travail  ou  à  l'em- 
ploi d'une  personne  par  l'institution. 

2.  Les  négociations  ou  les  négociations 
prévues,  en  ce  qui  a  trait  aux  relations 


Représailles 
interdites 


Sec/art.  82 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Other  Amendments 


Partie  IV,  Projet  7 


Autres  modifications 


31 


Exception 


Same 


employment  of  a  person  by  the  institu- 
tion between  the  institution  and  a  per- 
son, bargaining  agent  or  party  to  a  pro- 
ceeding or  an  anticipated  proceeding. 

3.  Meetings,  consultations,  discussions  or 
communications  about  labour  relations 
or  employment-related  matters  in  which 
the  institution  has  an  interest. 


(7)  This    Act    applies    to    the    following 
records: 

1.  An  agreement  between  an  institution 
and  a  trade  union. 

2.  An  agreement  between  an  institution 
and  one  or  more  employees  which  ends 
a  proceeding  before  a  court,  tribunal  or 
other  entity  relating  to  labour  relations 
or  to  employment-related  matters. 


3.  An  agreement  between  an  institution 
and  one  or  more  employees  resulting 
from  negotiations  about  employment-re- 
lated matters  between  the  institution  and 
the  employee  or  employees. 

4.  An  expense  account  submitted  by  an 
employee  of  an  institution  to  that  insti- 
tution for  the  purpose  of  seeking  reim- 
bursement for  expenses  incurred  by  the 
employee  in  his  or  her  employment. 

Municipal  Freedom  of  Information  and 
Protection  of  Privacy  Act 

83.  Section  52  of  the  Municipal  Freedom  of 
Information  and  Protection  of  Privacy  Act  is 
amended  by  adding  the  following  subsection: 

(3)  Subject  to  subsection  (4),  this  Act  does 
not  apply  to  records  collected,  prepared,  main- 
tained or  used  by  or  on  behalf  of  an  institution 
in  relation  to  any  of  the  following: 

1.  Proceedings  or  anticipated  proceedings 
before  a  court,  tribunal  or  other  entity 
relating  to  labour  relations  or  to  the 
employment  of  a  person  by  the  institu- 
tion. 

2.  Negotiations  or  anticipated  negotiations 
relating  to  labour  relations  or  to  the 
employment  of  a  person  by  the  institu- 
tion between  the  institution  and  a  per- 
son, bargaining  agent  or  party  to  a  pro- 
ceeding or  an  anticipated  proceeding. 


de  travail  ou  à  l'emploi  d'une  personne 
par  l'institution,  entre  l'institution  et 
une  personne,  un  agent  négociateur  ou 
une  partie  à  une  instance  ou  à  une 
instance  prévue. 

3.  Les  réunions,  les  consultations,  les  dis- 
cussions ou  les  communications,  en  ce 
qui  a  trait  aux  relations  de  travail  ou  à 
des  questions  en  matière  d'emploi,  dans 
lesquelles  l'institution  a  un  intérêt. 

(7)  La  présente   loi   s'applique   aux   docu-   Exception 
ments  suivants  : 

1.  Un  accord  conclu  entre  une  institution  et 
un  syndicat. 

2.  Un  accord  conclu  entre  une  institution  et 
un  ou  plusieurs  employés  qui  met  fin  à 
une  instance  devant  un  tribunal  judi- 
ciaire ou  administratif  ou  une  autre  enti- 
té en  ce  qui  a  trait  aux  relations  de  tra- 
vail ou  à  des  questions  en  matière 
d'emploi. 

3.  Un  accord  conclu  entre  une  institution  et 
un  ou  plusieurs  employés  à  la  suite  de 
négociations  entre  l'institution  et  l'em- 
ployé ou  les  employés  au  sujet  de  ques- 
tions en  matière  d'emploi. 

4.  Un  compte  de  dépenses  soumis  par  un 
employé  d'une  institution  à  cette  der- 
nière aux  fins  de  remboursement  des  dé- 
penses qu'il  a  engagées  dans  le  cadre  de 
son  emploi. 

Loi  sur  l'accès  à  l'information  municipale 
et  la  protection  de  la  vie  privée 

83.  L'article  52  de  la  Loi  sur  l'accès  à  l'in- 
formation municipale  et  la  protection  de  la  vie 
privée  est  modifié  par  adjonction  du  paragra- 
phe suivant  : 

(3)  Sous  réserve  du  paragraphe  (4),  la  pré- 
sente loi  ne  s'applique  pas  aux  documents  re- 
cueillis, préparés,  maintenus  ou  utilisés  par 
une  institution  ou  pour  son  compte  à  l'égard  de 
ce  qui  suit  : 

1.  Les  instances  ou  les  instances  prévues 
devant  un  tribunal  judiciaire  ou  admi- 
nistratif ou  une  autre  entité  en  ce  qui  a 
trait  aux  relations  de  travail  ou  à  l'em- 
ploi d'une  personne  par  l'institution. 

2.  Les  négociations  ou  les  négociations 
prévues,  en  ce  qui  a  trait  aux  relations 
de  travail  ou  à  l'emploi  d'une  personne 
par  l'institution,  entre  l'institution  et 
une  personne,  un  agent  négociateur  ou 
une  partie  à  une  instance  ou  à  une 
instance  prévue. 


Idem 


32  Bill  7,  Part  IV  labour  relations  and  employment  statute  law 

Other  Amendments  Autres  modifications 


Sec/art.  83 


3.  Meetings,  consultations,  discussions  or 
communications  about  labour  relations 
or  employment-related  matters  in  which 
the  institution  has  an  interest. 


Exception  (4)  This    Act    applies    to    the    following 

records: 

1.  An  agreement  between  an  institution 
and  a  trade  union. 

2.  An  agreement  between  an  institution 
and  one  or  more  employees  which  ends 
a  proceeding  before  a  court,  tribunal  or 
other  entity  relating  to  labour  relations 
or  to  employment-related  matters. 


3.  An  agreement  between  an  institution 
and  one  or  more  employees  resulting 
from  negotiations  about  employment-re- 
lated matters  between  the  institution  and 
the  employee  or  employees. 

4.  An  expense  account  submitted  by  an 
employee  of  an  institution  to  that  insti- 
tution for  the  purpose  of  seeking  reim- 
bursement for  expenses  incurred  by  the 
employee  in  his  or  her  employment. 

Occupational  Health  and  Safety  Act 

84.  (1)  Subsection  50  (7)  of  the  Occupational 
Health  and  Safety  Act,  as  re-enacted  by  the 
Statutes  of  Ontario,  1992,  chapter  21,  section 
63,  is  repealed  and  the  following  substituted: 

(7)  Where  on  an  inquiry  by  the  Ontario 
Labour  Relations  Board  into  a  complaint  ftled 
under  subsection  (2),  the  Board  determines 
that  a  worker  has  been  discharged  or  otherwise 
disciplined  by  an  employer  for  cause  and  the 
contract  of  employment  or  the  collective 
agreement,  as  the  case  may  be,  does  not  con- 
tain a  specific  penalty  for  the  infraction,  the 
Board  may  substitute  such  other  penalty  for 
the  discharge  or  discipline  as  to  the  Board 
seems  just  and  reasonable  in  all  the  circum- 
stances. R.S.O.  1990,  c.  O.l,  s.  50(7). 

Transition  (2)  A  complaint  under  subsection  50  (2)  of 

the  Act  in  which  a  final  decision  has  not  been 
issued  on  the  day  on  which  this  section  comes 
into  force  shall  be  decided  as  if  subsection 
50  (7)  of  the  Act,  as  re-enacted  by  subsection 
(1),  were  in  force  at  all  material  times. 


Board  may 

substitute 

penalty 


3.  Les  réunions,  les  consultations,  les  dis- 
cussions ou  les  communications,  en  ce 
qui  a  trait  aux  relations  de  travail  ou  à 
des  questions  en  matière  d'emploi,  dans 
lesquelles  l'institution  a  un  intérêt. 

(4)  La  présente   loi   s'applique  aux  docu-  Exception 
ments  suivants  : 

1 .  Un  accord  conclu  entre  une  institution  et 
un  syndicat. 

2.  Un  accord  conclu  entre  une  institution  et 
un  ou  plusieurs  employés  qui  met  fin  à 
une  instance  devant  un  tribunal  judi- 
ciaire ou  administratif  ou  une  autre  enti- 
té en  ce  qui  a  trait  aux  relations  de  tra- 
vail ou  à  des  questions  en  matière 
d'emploi. 

3.  Un  accord  conclu  entre  une  institution  et 
un  ou  plusieurs  employés  à  la  suite  de 
négociations  entre  l'institution  et  l'em- 
ployé ou  les  employés  au  sujet  de  ques- 
tions en  matière  d'emploi. 

4.  Un  compte  de  dépenses  soumis  par  un 
employé  d'une  institution  à  cette  der- 
nière aux  fins  de  remboursement  des  dé- 
penses qu'il  a  engagées  dans  le  cadre  de 
son  emploi. 

Loi  sur  la  santi  et  la  sécurité  au  travail 

84.  (1)  Le  paragraphe  50  (7)  de  la  Loi  sur  la 
santé  et  la  sécurité  au  travail,  tel  qu'il  est  adop- 
té de  nouveau,  par  l'article  63  du  chapitre  21 
des  Lois  de  l'Ontario  de  1992,  est  abrogé  et 
remplacé  par  ce  qui  suit  : 


(7)  Si,  dans  le  cas  d'une  enquête  menée  sur 
la  plainte  déposée  en  vertu  du  paragraphe  (2), 
la  Commission  des  relations  de  travail  de  l'On- 
tario conclut  que  le  renvoi  d'un  travailleur  ou 
que  la  prise  de  mesures  disciplinaires  à  son 
égard  est  justifié,  et  que  le  contrat  de  travail  ou 
la  convention  collective,  selon  le  cas,  ne  pré- 
voit aucune  peine  particulière  à  cet  égard,  la 
Commission  peut  substituer  au  renvoi  ou  aux 
mesures  disciplinaires  la  peine  qui  lui  semble 
juste  et  raisonnable  dans  les  circonstances. 
L.R.O  1990,  chap.  0. 1 ,  par.  50  (7). 

(2)  La  plainte  visée  au  paragraphe  50  (2)  de 
la  Loi  à  l'égard  de  laquelle  aucune  décision 
définitive  n'a  été  rendue  le  jour  de  l'entrée  en 
vigueur  du  présent  article  fait  l'objet  d'une 
décision  comme  si  le  paragraphe  50  (7)  de  la 
Loi,  tel  qu'il  est  adopté  de  nouveau  par  le  pa- 
ragraphe (1),  était  en  vigueur  aux  moments 
pertinents. 


Substitution 
de  peine  par 
la  Commis- 


Disposition 
transitoire 


Sec/art.  85(1) 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Other  Amendments 


Partie  IV,  Projet  7 
Autres  modifications 


33 


Public  Service  Act 

85.  (1)  Section  22  of  the  Public  Service  Act  is 
amended  by  adding  the  following  subsection: 


Same,  (4.1)  A  deputy  minister  may  release  from 

reasonable  employment  in  accordance  with  the  regu- 
lations any  public  servant  who  is  employed  in 
a  position  or  class  of  positions  that  is  desig- 
nated in  the  regulations  on  giving  him  or  her 
reasonable  notice  or  compensation  in  lieu  of 
reasonable  notice. 

(2)  Subsection  29  (1)  of  the  Act,  as  amended 
by  the  Statutes  of  Ontario,  1993,  chapter  38, 
section  63,  is  further  amended  by  adding  the 
following  clauses: 

(p.l)  governing  release  from  employment  on 
reasonable  notice  or  compensation  in 
lieu  of  reasonable  notice,  including 
requiring  a  deputy  minister  to  obtain  the 
approval  of  the  Commission  before 
exercising  his  or  her  authority  under 
subsection  22  (4.1); 

(p.2)  designating  positions  or  classes  of  posi- 
tions for  the  purposes  of  subsection 
22(4.1). 

PARTV 
COMMENCEMENT  AND  SHORT  TITLE 


Commence-        86.  (1)  This  Act,  except  as  provided  in  sub- 
ment  sections  (2),  (3),  (4)  and  (5),  comes  into  force  on 

the  day  it  receives  Royal  Assent 

Same  (2)  Subsection  15  (1)  shall  be  deemed  to  have 

come  into  force  on  February  14, 1994. 

Same  (3)  The  following  provisions  shall  be  deemed 

to  have  come  into  force  on  September  7, 1995: 

1.  Subsections  74  (1),  (3)  and  (4). 

2.  Sections  75, 76, 77, 78  and  79. 

(4)  The  following  provisions  shall  be  deemed 
to  have  come  into  force  on  October  4, 1995: 

1.  Subsection  1  (3). 

2.  Section  4. 

3.  Subsection  23  (1). 

4.  Section  64. 

(5)  Sections  71,  72  and  73  shall  be  deemed  to 
have  come  into  force  on  October  31, 1995. 

Short  title  87.  The  short  title  of  this  Act  is  the  Labour 

Relations  and  Employment  Statute  Law  Amend- 
ment Act,  1995. 


Same 


Same 


Loi  sur  la  fonction  publique 

85.  (1)  L'article  22  de  la  Loi  sur  la  fonction 
publique  est  modifié  par  adjonction  du  para- 
graphe suivant  : 

(4.1)  Un  sous-ministre  peut  licencier  con-  idem,  préavis 
fermement  aux  règlements  tout  fonctionnaire  ra>sonnable 
qui  est  employé  dans  un  poste  ou  une  catégorie 
de  postes  qui  est  désigné  dans  les  règlements 
en  lui  donnant  un  préavis  raisonnable  ou  en  lui 
versant  une  indemnité  tenant  lieu  de  préavis 
raisonnable. 

(2)  Le  paragraphe  29  (1)  de  la  Loi,  tel  qu'il 
est  modifié  par  l'article  63  du  chapitre  38  des 
Lois  de  l'Ontario  de  1993,  est  modifié  de  nou- 
veau par  adjonction  des  alinéas  suivants  : 

p.l)  régir  le  licenciement  sur  préavis  raison- 
nable ou  versement  d'une  indemnité 
tenant  lieu  de  préavis  raisonnable,  y 
compris  exiger  d'un  sous-ministre  qu'il 
obtienne  l'approbation  de  la  Commis- 
sion avant  d'exercer  le  pouvoir  que  lui 
confère  le  paragraphe  22  (4. 1  ); 

p.2)  désigner  des  postes  ou  catégories  de 
postes  pour  l'application  du  paragraphe 
22(4.1). 

PARTIE  V 

ENTRÉE  EN  VIGUEUR  ET  TITRE 

ABRÉGÉ 

86.  (1)  Sous  réserve  des  paragraphes  (2),   Entrée  en 
(3),  (4)  et  (5),  la  présente  loi  entre  en  vigueur  le   V18ueur 
jour  où  elle  reçoit  la  sanction  royale. 

(2)  Le  paragraphe  15  (1)  est  réputé  être  en-   idem 
tré  en  vigueur  le  14  février  1994. 

(3)  Les  dispositions  suivantes  sont  réputées   idem 
être  entrées  en  vigueur  le  7  septembre  1995  : 

1.  Les  paragraphes  74  (1),  (3)  et  (4). 

2.  Les  articles  75, 76, 77, 78  et  79. 

(4)  Les  dispositions  suivantes  sont  réputées   Idem 
être  entrées  en  vigueur  le  4  octobre  1995  : 

1.  Le  paragraphe  1  (3). 

2.  L'article  4. 

3.  Le  paragraphe  23  (1). 

4.  L'article  64. 

(5)  Les  articles  71,  72  et  73  sont  réputés  être   idem 
entrés  en  vigueur  le  31  octobre  1995. 

87.  Le  titre  abrégé  de  la  présente  loi  est  Loi  Titre  abrégé 
de  1995  modifiant  des  lois  en  ce  qui  concerne 

les  relations  de  travail  et  l'emploi. 


34  Bill  7  labour  relations  and  employment  statute  law  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


SCHEDULE  A 
LABOUR  RELATIONS  ACT,  1995 


ANNEXE  A 

LOI  DE  1995  SUR  LES  RELATIONS  DE 

TRAVAIL 


Definitions  1.   (1)  In  this  Act, 


qui    Suivent    s'appli-    Définitions 


"accredited  employers'  organization"  means 
an  organization  of  employers  that  is  ac- 
credited under  this  Act  as  the  bargaining 
agent  for  a  unit  of  employers;  ("association 
patronale  accréditée") 

"agriculture"  includes  farming  in  all  its 
branches,  including  dairying,  beekeeping, 
aquaculture,  the  raising  of  livestock  includ- 
ing non-traditional  livestock,  furbearing  ani- 
mals and  poultry,  the  production,  cultiva- 
tion, growing  and  harvesting  of  agricultural 
commodities,  including  eggs,  maple  prod- 
ucts, mushrooms  and  tobacco,  and  any  prac- 
tices performed  as  an  integral  part  of  an 
agricultural  operation,  but  does  not  include 
anything  that  was  not  or  would  not  have 
been  determined  to  be  agriculture  under  sec- 
tion 2  of  the  predecessor  to  this  Act  as  it 
read  on  June  22,  1994;  ("agriculture") 

"bargaining  unit"  means  a  unit  of  employees 
appropriate  for  collective  bargaining, 
whether  it  is  an  employer  unit  or  a  plant  unit 
or  a  subdivision  of  either  of  them;  ("unité  de 
négociation") 

"Board"  means  the  Ontario  Labour  Relations 
Board;  ("Commission") 

"certified  council  of  trade  unions"  means  a 
council  of  trade  unions  that  is  certified  under 
this  Act  as  the  bargaining  agent  for  a  bar- 
gaining unit  of  employees  of  an  employer; 
("conseil  de  syndicats  accrédité") 

"collective  agreement"  means  an  agreement  in 
writing  between  an  employer  or  an  employ- 
ers' organization,  on  the  one  hand,  and  a 
trade  union  that,  or  a  council  of  trade  unions 
that,  represents  employees  of  the  employer 
or  employees  of  members  of  the  employers' 
organization,  on  the  other  hand,  containing 
provisions  respecting  terms  or  conditions  of 
employment  or  the  rights,  privileges  or 
duties  of  the  employer,  the  employers'  orga- 
nization, the  trade  union  or  the  employees, 
and  includes  a  provincial  agreement;  ("con- 
vention collective") 

"construction  industry"  means  the  businesses 
that  are  engaged  in  constructing,  altering, 
decorating,  repairing  or  demolishing  build- 
ings, structures,  roads,  sewers,  water  or  gas 
mains,  pipe  lines,  tunnels,  bridges,  canals  or 
other  works  at  the  site;  ("industrie  de  la 
construction") 


1.  (1)  Les  définitions 
quent  à  la  présente  loi. 

«agriculture»  S'entend  de  tous  ses  domaines 
d'activité,  notamment  la  production  laitière, 
l'apiculture,  l'aquiculture,  l'élevage  du  bé- 
tail, dont  l'élevage  non  traditionnel,  l'éleva- 
ge des  animaux  à  fourrure  et  de  la  volaille, 
la  production,  la  culture  et  la  récolte  de  pro- 
duits agricoles,  y  compris  les  œufs,  les  pro- 
duits de  l'érable,  les  champignons  et  le  ta- 
bac, et  toutes  les  pratiques  qui  font  partie 
intégrante  d'une  exploitation  agricole.  La 
présente  définition  exclut  toutefois  tout  ce 
qui  n'a  pas  ou  n'aurait  pas  été  établi  comme 
étant  de  l'agriculture  aux  termes  de  l'article 
2  de  la  Loi  que  la  présente  loi  remplace  telle 
qu'elle  existait  au  22  juin  1994.  («agricul- 
ture») 

«association  patronale»  Association  d'em- 
ployeurs constituée  pour  régir  notamment 
les  relations  entre  employeurs  et  employés. 
S'entend  en  outre  d'une  association  patrona- 
le accréditée  et  d'un  organisme  négociateur 
patronal  désigné  ou  accrédité,  («employers' 
organization») 

«association  patronale  accréditée»  Association 
d'employeurs  accréditée  en  vertu  de  la  pré- 
sente loi  comme  agent  négociateur  d'une 
unité  d'employeurs,  («accredited  employers' 
organization») 

«Commission»  La  Commission  des  relations 
de  travail  de  l'Ontario.  («Board») 

«conseil  de  syndicats»  S'entend  en  outre  d'un 
conseil  de  métiers  connexes,  d'un  conseil 
des  métiers,  d'une  commission  conjointe  ou 
de  toute  autre  association  de  syndicats, 
(«council  of  trade  unions») 

«conseil  de  syndicats  accrédité»  Conseil  de 
syndicats  accrédité  en  vertu  de  la  présente 
loi  comme  agent  négociateur  d'une  unité  de 
négociation  composée  des  employés  d'un 
même  employeur,  («certified  council  of 
trade  unions») 

«convention  collective»  Convention  écrite 
conclue  entre  un  employeur  ou  une  associa- 
tion patronale,  d'une  part,  et  un  syndicat  ou 
un  conseil  de  syndicats  représentant  les  em- 
ployés de  l'employeur  ou  les  employés  des 
membres  de  l'association  patronale,  d'autre 
part,  qui  comprend  des  dispositions  relatives 
aux  conditions  d'emploi  ou  aux  droits,  privi- 
lèges ou  obligations  de  l'employeur,  de  l'as- 
sociation patronale,  du  syndicat  et  des  em- 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


35 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


"council  of  trade  unions"  includes  an  allied 
council,  a  trades  council,  a  joint  board  and 
any  other  association  of  trade  unions;  ("con- 
seil de  syndicats") 

"dependent  contractor"  means  a  person, 
whether  or  not  employed  under  a  contract  of 
employment,  and  whether  or  not  furnishing 
tools,  vehicles,  equipment,  machinery, 
material,  or  any  other  thing  owned  by  the 
dependent  contractor,  who  performs  work  or 
services  for  another  person  for  compensation 
or  reward  on  such  terms  and  conditions  that 
the  dependent  contractor  is  in  a  position  of 
economic  dependence  upon,  and  under  an 
obligation  to  perform  duties  for,  that  person 
more  closely  resembling  the  relationship  of 
an  employee  than  that  of  an  independent 
contractor;  ("entrepreneur  dépendant") 

"employee"  includes  a  dependent  contractor; 
("employé") 

"employers'  organization"  means  an  organiza- 
tion of  employers  formed  for  purposes  that 
include  the  regulation  of  relations  between 
employers  and  employees  and  includes  an 
accredited  employers'  organization  and  a 
designated  or  accredited  employer  bargain- 
ing agency;  ("association  patronale") 

"lock-out"  includes  the  closing  of  a  place  of 
employment,  a  suspension  of  work  or  a 
refusal  by  an  employer  to  continue  to 
employ  a  number  of  employees,  with  a  view 
to  compel  or  induce  the  employees,  or  to  aid 
another  employer  to  compel  or  induce  that 
employer's  employees,  to  refrain  from  exer- 
cising any  rights  or  privileges  under  this  Act 
or  to  agree  to  provisions  or  changes  in  provi- 
sions respecting  terms  or  conditions  of 
employment  or  the  rights,  privileges  or 
duties  of  the  employer,  an  employers'  orga- 
nization, the  trade  union,  or  the  employees; 
("lock-out") 

"member",  when  used  with  reference  to  a  trade 
union,  includes  a  person  who  has  applied  for 
membership  in  the  trade  union;  ("membre") 

"Minister"  means  the  Minister  of  Labour; 
("ministre") 

"professional  engineer"  means  an  employee 
who  is  a  member  of  the  engineering  profes- 
sion entitled  to  practise  in  Ontario  and 
employed  in  a  professional  capacity;  ("ingé- 
nieur") 

"strike"  includes  a  cessation  of  work,  a  refusal 
to  work  or  to  continue  to  work  by  employees 
in  combination  or  in  concert  or  in  accord- 
ance with  a  common  understanding,  or  a 
slow-down  or  other  concerted  activity  on  the 


ployés.  S'entend  en  outre  d'une  convention 
provinciale,  («collective  agreement») 

«employé»  S'entend  en  outre  d'un  entrepre- 
neur dépendant,  («employee») 

«entrepreneur  dépendant»  Quiconque,  em- 
ployé ou  non  aux  termes  d'un  contrat  de 
travail  et  fournissant  ou  non  ses  propres  ou- 
tils, ses  véhicules,  son  outillage,  sa  machine- 
rie, ses  matériaux  ou  quoi  que  ce  soit,  ac- 
complit un  travail  pour  le  compte  d'une 
autre  personne  ou  lui  fournit  des  services  en 
échange  d'une  rémunération  ou  d'une  rétri- 
bution, à  des  conditions  qui  le  placent  dans 
une  situation  de  dépendance  économique  à 
son  égard  et  l'oblige  à  exercer  pour  cette 
personne  des  fonctions  qui  s'apparentent  da- 
vantage aux  fonctions  d'un  employé  qu'à 
celles  d'un  entrepreneur  indépendant, 
(«dependent  contractons 

«grève»  S'entend  en  outre  de  l'arrêt  de  travail, 
du  refus  de  travailler  ou  de  continuer  de 
travailler  de  la  part  des  employés,  comme 
groupe,  de  concert  ou  d'un  commun  accord, 
ou  d'un  ralentissement  du  travail  ou  d'une 
autre  action  concertée  de  la  part  des  em- 
ployés en  vue  de  limiter  le  rendement, 
(«strike») 

«industrie  de  la  construction»  Les  entreprises 
qui  se  livrent  à  la  construction,  à  la  transfor- 
mation, à  la  décoration,  à  la  réparation  ou  à 
la  démolition  de  bâtiments,  d'ouvrages,  de 
routes,  d'égouts,  de  conduites  d'eau  ou  de 
gaz,  de  canalisations,  de  tunnels,  de  ponts, 
de  canaux  et  à  d'autres  travaux  accessoires, 
effectués  sur  les  lieux,  («construction  indus- 
try») 

«ingénieuD>  Employé  qui  est  un  ingénieur  ha- 
bilité à  exercer  sa  profession  en  Ontario  et 
employé  en  cette  qualité,  («professional 
engineer») 

«lock-out»  S'entend  en  outre  de  la  fermeture 
d'un  lieu  de  travail,  la  suspension  du  travail 
ou  le  refus  d'un  employeur  de  continuer 
d'employer  un  certain  nombre  de  ses  em- 
ployés en  vue  de  les  contraindre  ou  de  les 
inciter,  ou  d'aider  un  autre  employeur  à  con- 
traindre ou  à  inciter  ses  employés  à  ne  pas 
exercer  les  droits  ni  les  privilèges  que  leur 
confère  la  présente  loi  ou  à  donner  leur 
accord  à  des  dispositions  ou  à  des  modifica- 
tions aux  dispositions  qui  ont  trait  aux  con- 
ditions d'emploi  ou  aux  droits,  privilèges  ou 
obligations  de  l'employeur,  d'une  associa- 
tion patronale,  du  syndicat  ou  des  employés, 
(«lock-out») 

«membre»  En  ce  qui  a  trait  à  un  syndicat, 
s'entend  en  outre  de  quiconque  a  demandé  à 
devenir  membre  du  syndicat,  («member») 


36 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Same 


Same 


Same 


Duly  of 
respondents 


part  of  employees  designed  to  restrict  or 
limit  output;  ("grève") 

"trade  union"  means  an  organization  of 
employees  formed  for  purposes  that  include 
the  regulation  of  relations  between  employ- 
ees and  employers  and  includes  a  provincial, 
national,  or  international  trade  union,  a 
certified  council  of  trade  unions  and  a  desig- 
nated or  certified  employee  bargaining 
agency,  ("syndicat")  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  1  (1);  1993,  c.  27,  Sched.,  amended. 


(2)  For  the  purposes  of  this  Act,  no  person 
shall  be  deemed  to  have  ceased  to  be  an 
employee  by  reason  only  of  the  person's  ceas- 
ing to  work  for  the  person's  employer  as  the 
result  of  a  lock-out  or  strike  or  by  reason  only 
of  being  dismissed  by  the  person's  employer 
contrary  to  this  Act  or  to  a  collective  agree- 
ment. 

(3)  Subject  to  section  97,  for  the  purposes 
of  this  Act,  no  person  shall  be  deemed  to  be  an 
employee, 

(a)  who  is  a  member  of  the  architectural, 
dental,  land  surveying,  legal  or  medical 
profession  entitled  to  practise  in  Ontario 
and  employed  in  a  professional  capac- 
ity; or 

(b)  who,  in  the  opinion  of  the  Board,  exer- 
cises managerial  functions  or  is 
employed  in  a  confidential  capacity  in 
matters  relating  to  labour  relations. 

(4)  Where,  in  the  opinion  of  the  Board, 
associated  or  related  activities  or  businesses 
are  carried  on,  whether  or  not  simultaneously, 
by  or  through  more  than  one  corporation,  indi- 
vidual, firm,  syndicate  or  association  or  any 
combination  thereof,  under  common  control  or 
direction,  the  Board  may,  upon  the  application 
of  any  person,  trade  union  or  council  of  trade 
unions  concerned,  treat  the  corporations,  indi- 
viduals, firms,  syndicates  or  associations  or 
any  combination  thereof  as  constituting  one 
employer  for  the  purposes  of  this  Act  and  grant 
such  relief,  by  way  of  declaration  or  otherwise, 
as  it  may  deem  appropriate. 

(5)  Where,  in  an  application  made  pursuant 
to  subsection  (4),  it  is  alleged  that  more  than 
one  corporation,  individual,  firm,  syndicate  or 
association  or  any  combination  thereof  are  or 
were  under  common  control  or  direction,  the 
respondents  to  the  application  shall  adduce  at 
the  hearing  all  facts  within  their  knowledge 


«ministre»  Le  ministre  du  Travail.  («Min- 
ister») 

«syndicat»  Association  d'employés  constituée 
notamment  pour  régir  les  relations  entre  em- 
ployés et  employeurs.  S'entend  en  outre 
d'un  syndicat  provincial,  national  ou  inter- 
national, un  conseil  de  syndicats  accrédité  et 
d'un  organisme  négociateur  syndical  désigné 
au  accrédité,  («trade  union») 

«unité  de  négociation»  Unité  d'employés  ap- 
propriée pour  négocier  collectivement,  qu'il 
s'agisse  d'une  unité  par  employeur  ou  d'une 
unité  par  établissement  ou  d'une  section  de 
l'une  ou  de  l'autre,  («bargaining  unit») 
L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  1  (1);  1993, 
chap.  27,  annexe,  modifié. 

(2)  Pour  l'application  de  la  présente  loi,  nul  idem 
n'est  réputé  avoir  cessé  d'être  un  employé 
pour  l'unique  motif  qu'il  a  cessé  de  travailler 
pour  son  employeur  à  la  suite  d'un  lock-out  ou 
d'une  grève  ou  qu'il  a  été  congédié  par  son 
employeur  contrairement  aux  dispositions  de 

la  présente  loi  ou  aux  stipulations  d'une  con- 
vention collective. 

(3)  Sous  réserve  de  l'article  97,  pour  Tap-   'dem 
plication  de  la  présente  loi,  nui  n'est  réputé  un 
employé  : 

a)  ou  bien,  s'il  est  architecte,  dentiste,  ar- 
penteur-géomètre, avocat  ou  médecin, 
habilité  à  exercer  sa  profession  en  Onta- 
rio et  employé  en  cette  qualité; 

b)  ou  bien,  si  de  l'avis  de  la  Commission, 
il  exerce  des  fonctions  de  direction  ou 
est  employé  à  un  poste  de  confiance 
ayant  trait  aux  relations  de  travail. 

(4)  Si,  de  l'avis  de  la  Commission,  plusieurs  idem 
personnes  morales,  particuliers,  firmes,  consor- 
tiums ou  associations,  ou  une  combinaison  de 
ceux-ci,  sous  un  contrôle  ou  une  direction  con- 
joints, simultanément  ou  non,  gèrent  des  entre- 
prises ou  exercent  des  activités  connexes,  elle 
peut,  à  la  requête  d'une  personne,  d'un  syndi- 
cat ou  d'un  conseil  de  syndicats  intéressés,  les 
considérer  comme  un  seul  employeur  pour 
l'application  de  la  présente  loi  et  ordonner  le 
redressement,  notamment  au  moyen  d'un  juge- 
ment déclaratoire,  qu'elle  estime  convenable. 


(5)  S'il  est  prétendu,  dans  une  requête  pré- 
sentée en  vertu  du  paragraphe  (4),  que  plu- 
sieurs personnes  morales,  particuliers,  firmes, 
consortiums,  associations  ou  une  combinaison 
de  ceux-ci,  sont  ou  étaient  sous  une  direction 
ou  un  contrôle  communs,  les  intimés  sont  te- 
nus d'exposer  à  l'audience  tous  les  faits  dont 


Obligation 
des  intimés 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


37 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Purposes 


Non-applica- 
tion 


that   are   material   to   the   allegation.    R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  1  (2-5). 

Purposes  and  Application  of  Act 

2.  The  following  are  the  purposes  of  the 
Act: 

1.  To  facilitate  collective  bargaining 
between  employers  and  trade  unions 
that  are  the  freely-designated  represen- 
tatives of  the  employees. 

2.  To  recognize  the  importance  of  work- 
place parties  adapting  to  change. 

3.  To  promote  flexibility,  productivity  and 
employee  involvement  in  the  work- 
place. 

4.  To  encourage  communication  between 
employers  and  employees  in  the  work- 
place. 

5.  To  recognize  the  importance  of  eco- 
nomic growth  as  the  foundation  for 
mutually  beneficial  relations  amongst 
employers,  employees  and  trade  unions. 

6.  To  encourage  co-operative  participation 
of  employers  and  trade  unions  in  resolv- 
ing workplace  issues. 

7.  To  promote  the  expeditious  resolution  of 
workplace  disputes.  New. 

3.  This  Act  does  not  apply, 

(a)  to  a  domestic  employed  in  a  private 
home; 

(b)  to  a  person  employed  in  agriculture, 
hunting  or  trapping; 

(c)  to  a  person,  other  than  an  employee  of  a 
municipality  or  a  person  employed  in 
silviculture,  who  is  employed  in  horti- 
culture by  an  employer  whose  primary 
business  is  agriculture  or  horticulture; 

(d)  to  a  member  of  a  police  force  within  the 
meaning  of  the  Police  Services  Act; 

(e)  to  a  full-time  firefighter  within  the 
meaning  of  the  Fire  Departments  Act; 

(f)  to  a  teacher  as  defined  in  the  School 
Boards  and  Teachers  Collective  Negoti- 
ations Act,  except  as  provided  in  that 
Act; 

(g)  to  a  member  of  the  Ontario  Provincial 
Police  Force; 


ils  ont  connaissance  et  qui  sont  pertinents  à  la 
prétention.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  1  (2) 
à  (5). 

Objets  et  champ  d'application  de  la  Loi 

2.  Les  objets  de  la  Loi  sont  les  suivants  :         Objets 

1.  Faciliter  la  négociation  collective  entre 
les  employeurs  et  les  syndicats  qui  sont 
les  représentants  volontairement  dési- 
gnés des  employés. 

2.  Reconnaître  l'importance  de  l'adapta- 
tion au  changement  des  parties  dans  le 
lieu  de  travail. 

3.  Promouvoir  la  flexibilité,  la  productivité 
ainsi  que  la  participation  des  employés 
dans  le  lieu  de  travail. 

4.  Encourager  la  communication  entre  les 
employeurs  et  les  employés  dans  le  lieu 
de  travail. 

5.  Reconnaître  l'importance  de  la  crois- 
sance économique  comme  fondement  de 
rapports  mutuellement  favorables  entre 
employeurs,  employés  et  syndicats. 

6.  Encourager  les  employeurs  et  les  syndi- 
cats à  collaborer  afin  de  régler  les  ques- 
tions relatives  au  lieu  de  travail. 

7.  Promouvoir  le  règlement  rapide  des  dif- 
férends relatifs  au  lieu  de  travail.  Nou- 
veau. 

3.  La  présente  loi  ne  s'applique  pas,  selon  Non-appiica- 
lecas:  Uon 

a)  au  domestique  employé  dans  un  foyer 
privé; 

b)  à  la  personne  qui  est  employée  à  l'agri- 
culture, à  la  chasse  ou  au  piégeage; 

c)  à  la  personne  qui  est  employée  dans 
l'horticulture  par  un  employeur  dont 
l'entreprise  principale  est  l'agriculture 
ou  l'horticulture,  sauf  si  elle  est  au  ser- 
vice d'une  municipalité  ou  employée  en 
sylviculture; 

d)  au  membre  d'un  corps  de  police  au  sens 
de  la  Loi  sur  les  services  policiers; 

e)  au  pompier  professionnel  au  sens  de  la 
Loi  sur  les  services  des  pompiers; 

f)  à  l'enseignant  au  sens  de  la  Loi  sur  la 
négociation  collective  entre  conseils 
scolaires  et  enseignants,  sauf  disposi- 
tions contraires  dans  cette  loi; 

g)  au  membre  de  la  Police  provinciale  de 
l'Ontario; 


38 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Certain 
Crown 
agencies 
bound 


Crown  not 
bound 


Membership 
in  trade 
union 


Membership 
in  employ- 
ers' organi- 
zation 


Application 
for  certifica- 
tion 


Same 


(h)  to  an  employee  within  the  meaning  of 
the  Colleges  Collective  Bargaining  Act; 

(i)  to  a  provincial  judge;  or 

(j)  to  a  person  employed  as  a  labour  medi- 
ator or  labour  conciliator.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  2;  1993,  c.  38,  s.  67  (1), 
amended. 

4.  (1)  This  Act  binds  agencies  of  the  Crown 
other  than, 


(a)  those  that  employ  Crown  employees  as 
defined  in  the  Public  Service  Act;  and 


(b)  those  that  are  designated  under  clause 
29. 1  (  1  )  (a)  of  the  Public  Service  Act. 

(2)  Except  as  provided  in  subsection  (1), 
this  Act  does  not  bind  the  Crown.  New. 

Freedoms 

5.  Every  person  is  free  to  join  a  trade  union 
of  the  person's  own  choice  and  to  participate 
in  its  lawful  activities.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.3. 

6.  Every  person  is  free  to  join  an  employ- 
ers* organization  of  the  person's  own  choice 
and  to  participate  in  its  lawful  activities. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  4. 

Establishment  of  Bargaining  Rights  by 
Certification 

7.  (1)  Where  no  trade  union  has  been  certi- 
fied as  bargaining  agent  of  the  employees  of  an 
employer  in  a  unit  that  a  trade  union  claims  to 
be  appropriate  for  collective  bargaining  and 
the  employees  in  the  unit  are  not  bound  by  a 
collective  agreement,  a  trade  union  may  apply 
at  any  time  to  the  Board  for  certification  as 
bargaining  agent  of  the  employees  in  the  unit. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  5  (1),  amended. 

(2)  Where  a  trade  union  has  been  certified 
as  bargaining  agent  of  the  employees  of  an 
employer  in  a  bargaining  unit  and  has  not 
entered  into  a  collective  agreement  with  the 
employer  and  no  declaration  has  been  made  by 
the  Board  that  the  trade  union  no  longer  repre- 
sents the  employees  in  the  bargaining  unit, 
another  trade  union  may  apply  to  the  Board  for 
certification  as  bargaining  agent  of  any  of  the 
employees  in  the  bargaining  unit  determined  in 
the  certificate  only  after  the  expiration  of  one 
year  from  the  date  of  the  certificate.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  5  (2),  amended. 


h)  à  l'employé  au  sens  de  la  Loi  sur  la 
négociation  collective  dans  les  collèges; 

i)  au  juge  provincial; 

j)  à  la  personne  employée  comme  média- 
teur ou  conciliateur  en  matière  de  rela- 
tions de  travail.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
art.  2;  1993,  chap.  38,  par.  67  (1),  modi- 
fié. 

4.  (1)  La  présente  loi  lie  les  organismes  de  Certains  or- 
la  Couronne  autres  que  les  organismes  sui-  fa*c'ou'ronn^ 
vants  :  sont  liés 

a)  ceux  qui  emploient  des  employés  de  la 
Couronne  au  sens  de  la  Loi  sur  la  fonc- 
tion publique; 

b)  ceux  désignés  en  vertu  de  l'alinéa  29.1 
(1)  a)  de  la  Loi  sur  la  fonction  publique. 

(2)  Sous  réserve  du  paragraphe  (1),  la  pré-  La  Couronne 
sente  loi  ne  lie  pas  la  Couronne.  Nouveau.  nesl  pas  llée 

Liberté  d1  adhésion 

5.  Quiconque  est  libre  d'adhérer  au  syndi-  Adhésion» 
cat  de  son  choix  et  de  participer  à  ses  activités  un  syndical 
légitimes.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  3. 


6.  Quiconque  est  libre  d'adhérer  à  l'asso-  Adhésion 
ciation  patronale  de  son  choix  et  de  participer  J^"™01" 
à  ses  activités  légitimes.    L.R.O.  1990,  chap,  patronale 
L.2,  art.  4. 

Acquisition  du  droit  à  la  négociation 
collective  par  l'accréditation 

7.  (1)  Si  aucun  syndicat  n'a  été  accrédité   Requête  en 
comme  agent  négociateur  pour  les  employés  âCCrtdl,allon 
d'un  même  employeur  compris  dans  une  unité 

que  le  syndicat  prétend  appropriée  pour  négo- 
cier collectivement,  et  que  ces  employés  ne 
sont  pas  liés  par  une  convention  collective,  un 
syndicat  peut  demander  à  la  Commission  par 
voie  de  requête  de  l'accréditer  comme  leur 
agent  négociateur.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
par.  5(1),  modifié. 

(2)  Si  un  syndicat  qui  est  accrédité  comme  '<km 
agent  négociateur  des  employés  d'un  même 
employeur  compris  dans  une  unité  de  négocia- 
tion n'a  pas  conclu  de  convention  collective 
avec  ce  dernier  et  que  la  Commission  n'a  pas 
déclaré  qu'il  ne  représente  plus  ces  employés, 
un  autre  syndicat  peut,  s'il  s'est  écoulé  un  dé- 
lai d'un  an  à  compter  de  la  date  de  l'accrédita- 
tion, demander  à  la  Commission  par  voie  de 
requête  de  l'accréditer  comme  agent  négocia- 
teur de  tous  les  employés  ou  de  quelques-uns 
d'entre  eux  compris  dans  l'unité  de  négocia- 
tion décrite  dans  le  certificat  d'accrédita- 
tion. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  5  (2),  modi- 
fié. 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


39 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Same 


Same 


Same 


Same 


Restriction 


(3)  Where  an  employer  and  a  trade  union 
agree  that  the  employer  recognizes  the  trade 
union  as  the  exclusive  bargaining  agent  of  the 
employees  in  a  defined  bargaining  unit  and  the 
agreement  is  in  writing  signed  by  the  parties 
and  the  parties  have  not  entered  into  a  collec- 
tive agreement  and  the  Board  has  not  made  a 
declaration  under  section  66,  another  trade 
union  may  apply  to  the  Board  for  certification 
as  bargaining  agent  of  any  of  the  employees  in 
the  bargaining  unit  defined  in  the  recognition 
agreement  only  after  the  expiration  of  one  year 
from  the  date  that  the  recognition  agreement 
was  entered  into.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  5  (3), 
amended. 

(4)  Where  a  collective  agreement  is  for  a 
term  of  not  more  than  three  years,  a  trade 
union  may  apply  to  the  Board  for  certification 
as  bargaining  agent  of  any  of  the  employees  in 
the  bargaining  unit  defined  in  the  agreement 
only  after  the  commencement  of  the  last  two 
months  of  its  operation.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  5  (4),  amended. 


(5)  Where  a  collective  agreement  is  for  a 
term  of  more  than  three  years,  a  trade  union 
may  apply  to  the  Board  for  certification  as 
bargaining  agent  of  any  of  the  employees  in 
the  bargaining  unit  defined  in  the  agreement 
only  after  the  commencement  of  the  35th 
month  of  its  operation  and  before  the  com- 
mencement of  the  37th  month  of  its  operation 
and  during  the  two-month  period  immediately 
preceding  the  end  of  each  year  that  the  agree- 
ment continues  to  operate  thereafter  or  after 
the  commencement  of  the  last  two  months  of 
its  operation,  as  the  case  may  be.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  5  (5),  amended. 

(6)  Where  a  collective  agreement  referred 
to  in  subsection  (4)  or  (5)  provides  that  it  will 
continue  to  operate  for  a  further  term  or  suc- 
cessive terms  if  either  party  fails  to  give  to  the 
other  notice  of  termination  or  of  its  desire  to 
bargain  with  a  view  to  the  renewal,  with  or 
without  modifications,  of  the  agreement  or  to 
the  making  of  a  new  agreement,  a  trade  union 
may  apply  to  the  Board  for  certification  as 
bargaining  agent  of  any  of  the  employees  in 
the  bargaining  unit  defined  in  the  agreement 
during  the  further  term  or  successive  terms 
only  during  the  last  two  months  of  each  year 
that  it  so  continues  to  operate,  or  after  the 
commencement  of  the  last  two  months  of  its 
operation,  as  the  case  may  be.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  5  (6),  amended. 

(7)  The  right  of  a  trade  union  to  apply  for 
certification  under  this  section  is  subject  to 


(3)  Si  l'employeur  et  le  syndicat,  dans  un  Idem 
accord  écrit  signé  par  eux,  reconnaissent  le 
syndicat  comme  étant  l'unique  agent  négocia- 
teur des  employés  compris  dans  une  unité  de 
négociation  définie,  qu'ils  n'ont  pas  conclu  de 
convention  collective  et  que  la  Commission 

n'a  pas  fait  la  déclaration  prévue  à  l'article  66, 
un  autre  syndicat  peut,  s'il  s'est  écoulé  un  dé- 
lai d'un  an  à  compter  de  la  date  de  l'accord, 
demander  à  la  Commission  par  voie  de  requête 
de  l'accréditer  comme  agent  négociateur  de 
tous  les  employés  ou  de  quelques-uns  d'entre 
eux  compris  dans  l'unité  de  négociation  défi- 
nie par  l'accord.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par. 
5  (3),  modifié. 

(4)  Si  la  durée  de  la  convention  collective  Wem 
n'excède  pas  trois  ans,  ce  n'est  qu'après  le 
début  des  deux  derniers  mois  de  son  applica- 
tion qu'un  syndicat  peut  demander  à  la  Com- 
mission par  voie  de  requête  de  l'accréditer 
comme  agent  négociateur  de  tous  les  employés 

ou  de  quelques-uns  d'entre  eux  compris  dans 
l'unité  de  négociation  définie  par  la  conven- 
tion. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  5  (4),  modi- 
fié. 

(5)  Si  la  durée  de  la  convention  collective  Idem 
excède  trois  ans,  ce  n'est  qu'après  le  début  du 

35e  mois  de  son  application  et  avant  le  début 
du  37e  mois  de  son  application,  ou,  ensuite, 
pendant  les  deux  derniers  mois  de  chaque  an- 
née pendant  laquelle  elle  continue  de  s'appli- 
quer ou  après  le  début  des  deux  derniers  mois 
de  son  application,  selon  le  cas,  qu'un  syndicat 
peut  demander  à  la  Commission  de  l'accréditer 
comme  agent  négociateur  de  tous  les  employés 
ou  de  quelques-uns  d'entre  eux  compris  dans 
l'unité  de  négociation  définie  par  la  conven- 
tion. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  5  (5),  modi- 
fié. 

(6)  Si  la  convention  collective  visée  au  pa-  'dem 
ragraphe  (4)  ou  (5)  prévoit  sa  reconduction 
tacite  pour  une  autre  période  ou  pour  des  pé- 
riodes successives,  à  défaut  par  une  partie  de 
donner  à  l'autre  un  avis  de  dénonciation  ou  un 
avis  de  son  intention  de  négocier  en  vue  de  son 
renouvellement,  sous  réserve  ou  non  de  modi- 
fications, ou  de  son  remplacement,  ce  n'est 

que  pendant  les  deux  derniers  mois  de  chaque 
année  de  sa  reconduction  ou  après  le  début  des 
deux  derniers  mois  de  son  application,  selon  le 
cas,  qu'un  syndicat  peut  demander  à  la  Com- 
mission de  l'accréditer  comme  agent  négocia- 
teur de  tous  les  employés  ou  quelques-uns 
d'entre  eux  compris  dans  l'unité  de  négocia- 
tion définie  par  la  convention  pour  l'autre  pé- 
riode ou  les  périodes  successives.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  par.  5  (6),  modifié. 

(7)  Le  droit  qu'a  un  syndicat  de  présenter  Restriction 
une  requête  en  accréditation  aux   termes  du 


40 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Withdrawal 
of  applica- 
tion 

Bar  to 
reapplying 


Same 


Notice  to 
employer 


Proposed 

bargaining 

unit 


Evidence 


Same 


Voting 
constituency 


subsection  10  (3),  section  67  and  subsection 
160(3). 

(8)  An  application  for  certification  may  be 
withdrawn  by  the  applicant  upon  such  condi- 
tions as  the  Board  may  determine. 

(9)  If  the  trade  union  withdraws  the  applica- 
tion before  a  representation  vote  is  taken,  the 
Board  may  refuse  to  consider  another  applica- 
tion for  certification  by  the  trade  union  as  the 
bargaining  agent  of  the  employees  in  the  pro- 
posed bargaining  unit  until  one  year  or  such 
shorter  period  as  the  Board  considers  appropri- 
ate has  elapsed  after  the  application  is  with- 
drawn. 

(10)  If  the  trade  union  withdraws  the  appli- 
cation after  the  representation  vote  is  taken, 
the  Board  shall  not  consider  another  applica- 
tion for  certification  by  the  trade  union  as  the 
bargaining  agent  of  the  employees  in  the  pro- 
posed bargaining  unit  until  one  year  has 
elapsed  after  the  application  is  withdrawn. 

(11)  The  trade  union  shall  deliver  a  copy  of 
the  application  for  certification  to  the 
employer  by  such  time  as  is  required  under  the 
rules  made  by  the  Board  and,  if  there  is  no 
rule,  not  later  than  the  day  on  which  the  appli- 
cation is  filed  with  the  Board. 

(12)  The  application  for  certification  shall 
include  a  written  description  of  the  proposed 
bargaining  unit  including  an  estimate  of  the 
number  of  individuals  in  the  unit. 

(13)  The  application  for  certification  shall 
be  accompanied  by  a  list  of  the  names  of  the 
union  members  in  the  proposed  bargaining  unit 
and  evidence  of  their  status  as  union  members, 
but  the  trade  union  shall  not  give  this  informa- 
tion to  the  employer. 

(14)  If  the  employer  disagrees  with  the 
description  of  the  proposed  bargaining  unit,  the 
employer  may  give  the  Board  a  written 
description  of  the  bargaining  unit  that  the 
employer  proposes  and  shall  do  so  within  two 
days  (excluding  Saturdays,  Sundays  and  holi- 
days) after  the  day  on  which  the  employer 
receives  the  application  for  certification.  New. 

8.  (1)  Upon  receiving  an  application  for 
certification,  the  Board  may  determine  the  vot- 
ing constituency  to  be  used  for  a  representation 
vote  and  in  doing  so  shall  take  into  account, 

(a)  the  description  of  the  proposed  bargain- 
ing unit  included  in  the  application  for 
certification;  and 


Avisa 
l'employeur 


présent  article  est  assujetti  au  paragraphe  10 
(3),  à  l'article  67  et  au  paragraphe  160  (3). 

(8)  La  requête  en  accréditation  peut  être  re-  Retrait  de  la 
tirée  par  le  requérant  aux  conditions  que  fixe  la  re<iuêle 
Commission. 

(9)  Si  le  syndicat  retire  la  requête  avant  que   Interdiction 
ne  soit  tenu  un  scrutin  de  représentation,  la 
Commission  peut  refuser  d'examiner  une  autre 
requête  en  accréditation  du  syndicat  comme 

agent  négociateur  des  employés  compris  dans 
l'unité  de  négociation  proposée  tant  qu'il  ne 
s'est  pas  écoulé  un  an  ou  la  période  plus  courte 
que  la  Commission  juge  appropriée  après  le 
retrait  de  la  requête. 

(10)  Si  le  syndicat  retire  la  requête  après  'dem 
que  soit  tenu  le  scrutin  de  représentation,  la 
Commission  ne  peut  examiner  une  autre  re- 
quête en  accréditation  du  syndicat  comme 
agent  négociateur  des  employés  compris  dans 
l'unité  de  négociation  proposée  tant  qu'il  ne 
s'est  pas  écoulé  un  an  après  le  retrait  de  la 
requête. 

(11)  Le  syndicat  remet  une  copie  de  la  re- 
quête en  accréditation  à  l'employeur  dans  les 
délais  prévus  par  les  règles  établies  par  la 
Commission  et,  en  l'absence  de  règles,  au  plus 
tard  le  jour  où  la  requête  est  déposée  auprès  de 
la  Commission. 

(12)  La   requête   en   accréditation   contient  Unité  de 
une  description  écrite  de  l'unité  de  négociation   né8°c^»°" 
proposée,  notamment  une  estimation  du  nom- 
bre de  particuliers  compris  dans  l'unité. 

(13)  La  requête  en  accréditation  est  accom-   Preuve 
pagnée  d'une  liste  des  noms  des  membres  du 
syndicat  compris  dans  l'unité  de  négociation 
proposée  et  d'une  preuve  de  leur  qualité  de 
membres  du  syndicat,  mais  le  syndicat  ne  doit 

pas  fournir  ces  renseignements  à  l'employeur. 

(14)  Si  l'employeur  n'est  pas  d'accord  en  ce 
qui  concerne  la  description  de  l'unité  de  négo- 
ciation proposée,  il  peut  donner  à  la  Commis- 
sion, dans  les  deux  jours,  exception  faite  des 
samedis,  des  dimanches  et  des  jours  fériés,  qui 
suivent  le  jour  où  il  reçoit  la  requête  en  accré- 
ditation, une  description  écrite  de  l'unité  de 
négociation  qu'il  propose.  Nouveau. 

8.  (1)  Sur  réception  d'une  requête  en  accré- 
ditation, la  Commission  peut  déterminer  le 
groupe  d'employés  habiles  à  voter  lors  d'un 
scrutin  de  représentation  et,  pour  ce  faire,  tient 
compte  de  ce  qui  suit  : 

a)  la  description  de  l'unité  de  négociation 
proposée  qui  est  contenue  dans  la  re- 
quête en  accréditation; 


Idem 


Employés 
habiles  a 
voter 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Labour  Relations  Act,  1995 


Projet  7 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


41 


Direction  re 
representa- 
tion vote 


Membership 
in  trade 


No  hearing 


Timing  of 
vote 


Conduct  of 
vote 


Sealing  of 
ballot  box, 
etc. 


Subsequent 
hearing 


Exception 


Board  to 
determine 
appropriate- 
ness of  units 


(b)  the  description,  if  any,  of  the  bargaining 
unit  that  the  employer  proposes. 

(2)  If  the  Board  determines  that  40  per  cent 
or  more  of  the  individuals  in  the  bargaining 
unit  proposed  in  the  application  for  certifica- 
tion appear  to  be  members  of  the  union  at  the 
time  the  application  was  filed,  the  Board  shall 
direct  that  a  representation  vote  be  taken 
among  the  individuals  in  the  voting  constitu- 
ency. 

(3)  The  number  of  individuals  in  the  pro- 
posed bargaining  unit  who  appear  to  be  mem- 
bers of  the  trade  union  shall  be  determined 
with  reference  only  to  the  information  pro- 
vided in  the  application  for  certification  and 
the  accompanying  information  provided  under 
subsection  7  (13). 

(4)  The  Board  shall  not  hold  a  hearing  when 
making  a  decision  under  subsection  (1  )  or  (2). 

(5)  Unless  the  Board  directs  otherwise,  the 
representation  vote  shall  be  held  within  five 
days  (excluding  Saturdays,  Sundays  and  holi- 
days) after  the  day  on  which  the  application 
for  certification  is  filed  with  the  Board. 


(6)  The  representation  vote  shall  be  by  bal- 
lots cast  in  such  a  manner  that  individuals 
expressing  their  choice  cannot  be  identified 
with  the  choice  made. 

(7)  The  Board  may  direct  that  one  or  more 
ballots  be  segregated  and  that  the  ballot  box 
containing  the  ballots  be  sealed  until  such  time 
as  the  Board  directs. 

(8)  After  the  representation  vote  has  been 
taken,  the  Board  may  hold  a  hearing  if  the 
Board  considers  it  necessary  in  order  to  dis- 
pose of  the  application  for  certification. 

(9)  When  disposing  of  an  application  for 
certification,  the  Board  shall  not  consider  any 
challenge  to  the  information  provided  under 
subsection  7(13).  New. 

9.  (1)  Subject  to  subsection  (2),  upon  an 
application  for  certification,  the  Board  shall 
determine  the  unit  of  employees  that  is  appro- 
priate for  collective  bargaining,  but  in  every 
case  the  unit  shall  consist  of  more  than  one 
employee  and  the  Board  may,  before  determin- 
ing the  unit,  conduct  a  vote  of  any  of  the 
employees  of  the  employer  for  the  purpose  of 
ascertaining  the  wishes  of  the  employees  as  to 
the  appropriateness  of  the  unit. 


Ordonnance 
relative  au 
scrutin  de  re- 
présentation 


Adhésion 
au  syndicat 


b)  la  description,  le  cas  échéant,  de  l'unité 
de  négociation  que  l'employeur  pro- 
pose. 

(2)  Si  elle  détermine  que  40  pour  cent  ou 
plus  des  particuliers  compris  dans  l'unité  de 
négociation  proposée  dans  la  requête  en  accré- 
ditation semblent  être  membres  du  syndicat  au 
moment  du  dépôt  de  la  requête,  la  Commission 
ordonne  la  tenue  d'un  scrutin  de  représentation 
auprès  des  particuliers  qui  font  partie  du 
groupe  d'employés  habiles  à  voter. 

(3)  Le  nombre  de  particuliers  qui  sont  com- 
pris dans  l'unité  de  négociation  proposée  et  qui 
semblent  être  membres  du  syndicat  n'est  déter- 
miné que  sur  la  foi  des  renseignements  qui 
sont  fournis  dans  la  requête  en  accréditation  et 
de  ceux  qui  l'accompagnent  aux  termes  du 
paragraphe  7  (13). 

(4)  La  Commission  ne  doit  pas  tenir  d'au- 
dience lorsqu'elle  rend  une  décision  aux 
termes  du  paragraphe  (1)  ou  (2). 

(5)  Sauf  ordonnance  contraire  de  la  Com- 
mission, le  scrutin  de  représentation  se  tient 
dans  les  cinq  jours,  exception  faite  des  same- 
dis, des  dimanches  et  des  jours  fériés,  qui  sui- 
vent le  jour  du  dépôt  de  la  requête  en  accrédi- 
tation auprès  de  la  Commission. 

(6)  Lors  d'un  scrutin  de  représentation,  les 
bulletins  de  vote  sont  remplis  de  manière  que 
l'identité  de  la  personne  qui  vote  ne  puisse  être 
déterminée. 

(7)  La  Commission  peut  ordonner  qu'un  ou 
plusieurs  bulletins  de  vote  soient  séparés  et 
que  les  urnes  où  ils  sont  déposés  soient  scel- 
lées jusqu'au  moment  qu'elle  indique. 

(8)  Une  fois  tenu  le  scrutin  de  représenta- 
tion, la  Commission  peut  tenir  une  audience  si 
elle  le  juge  nécessaire  pour  statuer  sur  la  re- 
quête en  accréditation. 

(9)  Lorsqu'elle  statue  sur  une  requête  en  ac-   Exception 
créditation,    la    Commission    ne    doit    tenir 
compte  d'aucune  contestation  des  renseigne- 
ments  fournis   aux   termes   du   paragraphe   7 

(13).  Nouveau. 

9.  (1)  Sur  requête  en  accréditation,  la  Com- 
mission, sous  réserve  du  paragraphe  (2),  déter- 
mine l'unité  d'employés  qui  est  appropriée 
pour  négocier  collectivement  et  qui,  dans  cha- 
que cas,  doit  comprendre  plus  d'un  employé. 
La  Commission,  avant  de  déterminer  cette  uni- 
té, peut  tenir  un  scrutin  auprès  des  employés 
de  l'employeur  afin  de  connaître  leurs  opinions 
quant  à  l'opportunité  de  l'unité. 


Aucune 
audience 


Délai  de 
tenue  du 
scrutin 


Tenue  du 
scrutin 


Les  urnes 
sont  scellées 


Audience 
subséquente 


La  Commis- 
sion déter- 
mine l'unité 
appropriée 
pour 
négocier 


42  Bill  7  LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Certification 
pending 
resolution  of 
composition 
of  bargaining 
unit 


Crafts  units 


Units  of 

professional 

engineers 


Dependent 
contractors 


Certification 
after  repre- 
sentation 
vote 


No 
certification 


(2)  Where,  upon  an  application  for  certifi- 
cation, the  Board  is  satisfied  that  any  dispute 
as  to  the  composition  of  the  bargaining  unit 
cannot  affect  the  trade  union's  right  to  certifi- 
cation, the  Board  may  certify  the  trade  union 
as  the  bargaining  agent  pending  the  final  reso- 
lution of  the  composition  of  the  bargaining 
unit. 

(3)  Any  group  of  employees  who  exercise 
technical  skills  or  who  are  members  of  a  craft 
by  reason  of  which  they  are  distinguishable 
from  the  other  employees  and  commonly  bar- 
gain separately  and  apart  from  other  employ- 
ees through  a  trade  union  that  according  to 
established  trade  union  practice  pertains  to 
such  skills  or  crafts  shall  be  deemed  by  the 
Board  to  be  a  unit  appropriate  for  collective 
bargaining  if  the  application  is  made  by  a  trade 
union  pertaining  to  the  skills  or  craft,  and  the 
Board  may  include  in  the  unit  persons  who 
according  to  established  trade  union  practice 
are  commonly  associated  in  their  work  and 
bargaining  with  the  group,  but  the  Board  shall 
not  be  required  to  apply  this  subsection  where 
the  group  of  employees  is  included  in  a  bar- 
gaining unit  represented  by  another  bargaining 
agent  at  the  time  the  application  is  made. 

(4)  A  bargaining  unit  consisting  solely  of 
professional  engineers  shall  be  deemed  by  the 
Board  to  be  a  unit  of  employees  appropriate 
for  collective  bargaining,  but  the  Board  may 
include  professional  engineers  in  a  bargaining 
unit  with  other  employees  if  the  Board  is  satis- 
fied that  a  majority  of  the  professional  engi- 
neers wish  to  be  included  in  the  bargaining 
unit. 

(5)  A  bargaining  unit  consisting  solely  of 
dependent  contractors  shall  be  deemed  by  the 
Board  to  be  a  unit  of  employees  appropriate 
for  collective  bargaining  but  the  Board  may 
include  dependent  contractors  in  a  bargaining 
unit  with  other  employees  if  the  Board  is  satis- 
fied that  a  majority  of  the  dependent  contrac- 
tors wish  to  be  included  in  the  bargaining  unit. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  6. 

10.  (1)  The  Board  shall  certify  a  trade 
union  as  the  bargaining  agent  of  the  employees 
in  a  bargaining  unit  that  is  determined  by  the 
Board  to  be  appropriate  for  collective  bargain- 
ing if  more  than  50  per  cent  of  the  ballots  cast 
in  the  representation  vote  by  the  employees  in 
the  bargaining  unit  are  cast  in  favour  of  the 
trade  union. 

(2)  The  Board  shall  not  certify  the  trade 
union  as  bargaining  agent  and  shall  dismiss  the 
application  for  certification  if  50  per  cent  or 
less  of  the  ballots  cast  in  the  representation 
vote  by  the  employees  in  the  bargaining  unit 
are  cast  in  favour  of  the  trade  union. 


(2)  Si,  sur  requête  en  accréditation,  la  Com- 
mission est  convaincue  qu'aucun  différend 
portant  sur  la  composition  de  l'unité  de  négo- 
ciation ne  peut  avoir  d'incidence  sur  le  droit 
du  syndicat  à  l'accréditation,  elle  peut  l'accré- 
diter comme  agent  négociateur  en  attendant  la 
décision  définitive  sur  la  composition  de  l'uni- 
té de  négociation. 

(3)  Un  groupe  d'employés  spécialisés  ou  de 
membres  d'un  corps  de  métier  qui,  à  ce  titre, 
se  distinguent  des  autres  employés  et  d'ordi- 
naire négocient  séparément  et  indépendam- 
ment par  l'intermédiaire  d'un  syndicat  qui  se 
rattache,  suivant  une  pratique  syndicale  bien 
établie,  à  ces  spécialisations  ou  corps  de  mé- 
tier, est  réputé  par  la  Commission,  sur 
demande  de  ce  syndicat,  être  une  unité  appro- 
priée pour  négocier  collectivement.  La  Com- 
mission peut  inclure  dans  cette  unité  de  négo- 
ciation les  personnes  qui,  suivant  une  pratique 
syndicale  bien  établie,  sont  d'ordinaire  asso- 
ciées au  travail  et  à  la  négociation  de  ces  em- 
ployés. Toutefois,  la  Commission  n'est  pas  te- 
nue d'appliquer  le  présent  paragraphe  si  le 
groupe  d'employés  est  compris  dans  une  unité 
de  négociation  que  représente  un  autre  agent 
négociateur  au  moment  où  la  requête  est  pré- 
sentée. 

(4)  L'unité  de  négociation  qui  se  compose 
uniquement  d'ingénieurs  est  réputée  par  la 
Commission  être  appropriée  pour  négocier  col- 
lectivement. Toutefois,  la  Commission  peut, 
dans  une  unité  de  négociation,  inclure  des  in- 
génieurs avec  d'autres  employés,  si  elle  est 
convaincue  que  la  majorité  de  ces  ingénieurs 
le  désire. 


Accrédita- 
tion préala- 
ble à  une 
décision 
définitive  sur 
la  composi- 
tion de 
l'unité  de 
négociation 


Unité  dans 
les  corps  de 
métier 


Unité 
d'ingénieurs 


Entrepre- 
neurs 
dépendants 


(5)  L'unité  de  négociation  qui  se  compose 
uniquement  d'entrepreneurs  dépendants  est  ré- 
putée par  la  Commission  être  appropriée  pour 
négocier  collectivement.  Toutefois,  la  Com- 
mission peut,  dans  une  unité  de  négociation, 
inclure  des  entrepreneurs  dépendants  avec 
d'autres  employés,  si  elle  est  convaincue  que 
la  majorité  de  ces  entrepreneurs  dépendants  le 
désire.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  6. 

10.  (1)  La  Commission  accrédite  un  syndi-   Accrédita- 
cat  comme  agent  négociateur  des  employés  JjjJ^tinde 
compris  dans  une  unité  de  négociation  qu'elle  représema- 
détermine  comme  étant  appropriée  pour  négo-  tirai 
cier  collectivement  si  plus  de  50  pour  cent  des 
voix  exprimées  lors  du  scrutin  de  représenta- 
tion par  les  employés  compris  dans  l'unité  de 
négociation  sont  en  faveur  du  syndicat. 

(2)  La  Commission  ne  peut  pas  accréditer  le  Accrédita- 
syndicat  comme  agent  négociateur  et  rejette  la  tion  refusée 
requête  en  accréditation  si  50  pour  cent  ou 
moins  des  voix  exprimées  lors  du  scrutin  de 
représentation  par  les  employés  compris  dans 
l'unité  de  négociation  sont  en  faveur  du  syndi- 
cat. 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


43 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Bar  to  (3)  if  the  Board  dismisses  an  application  for 

reapplying  certification  under  this  section,  the  Board  shall 
not  consider  another  application  for  certifica- 
tion by  the  trade  union  as  the  bargaining  agent 
of  the  employees  in  the  bargaining  unit  until 
one  year  has  elapsed  after  the  dismissal.  New. 


Certification        n.  (l)  Upon    the    application    of   a    trade 

where  Act       union,  the  Board  may  certify  the  trade  union  as 
contravened  ...  r        \  • 

the  bargaining  agent  for  the  employees  in  a 

bargaining  unit  in  the  following  circumstances: 


1.  An  employer,  employers'  organization 
or  person  acting  on  behalf  of  an 
employer  or  employers'  organization 
has  contravened  the  Act. 

2.  The  result  of  the  contravention  is  that  a 
representation  vote  does  not  or  would 
not  likely  reflect  the  true  wishes  of  the 
employees  in  the  bargaining  unit  about 
being  represented  by  the  trade  union. 

3.  No  other  remedy,  including  the  taking  of 
another  representation  vote,  is  sufficient 
to  counter  the  effects  of  the  contraven- 
tion. 

4.  The  trade  union  has  membership  sup- 
port adequate  for  the  purposes  of  collec- 
tive bargaining  in  a  bargaining  unit 
found  by  the  Board  to  be  appropriate  for 
collective  bargaining. 

(2)  Upon  the  application  of  an  interested 
person,  the  Board  may  dismiss  an  application 
for  certification  of  a  trade  union  as  the  bar- 
gaining agent  for  the  employees  in  a  bargain- 
ing unit  in  the  following  circumstances: 


No 

certification 
where  Act 
contravened 


Use  of  repre- 
sentation 
vote 


1 .  A  trade  union,  council  of  trade  unions  or 
person  acting  on  behalf  of  a  trade  union 
or  council  of  trade  unions  has  contra- 
vened the  Act. 

2.  The  result  of  the  contravention  is  that  a 
representation  vote  does  not  or  would 
not  likely  reflect  the  true  wishes  of  the 
employees  in  the  bargaining  unit  about 
being  represented  by  the  trade  union. 

3.  No  other  remedy,  including  the  taking  of 
another  representation  vote,  is  sufficient 
to  counter  the  effects  of  the  contraven- 
tion. 

(3)  The  Board  may  consider  the  results  of  a 
representation  vote  when  making  a  decision 
under  this  section. 


Accrédita- 
tion s'il  est 
contrevenu  à 
la  Loi 


(3)  Si  elle  rejette  une  requête  en  accrédita-  interdiction 
tion  aux  termes  du  présent  article,  la  Commis- 
sion ne  peut,  avant  qu'un  an  ne  se  soit  écoulé 
après  le  rejet,  examiner  d'autre  requête  en  ac- 
créditation du  syndicat  comme  agent  négocia- 
teur des  employés  compris  dans  l'unité  de  né- 
gociation. Nouveau. 

11.  (1)  Sur  requête  d'un  syndicat,  la  Com- 
mission peut  accréditer  le  syndicat  comme 
agent  négociateur  des  employés  compris  dans 
une  unité  de  négociation  dans  les  circonstances 
suivantes  : 


1.  L'employeur,  l'association  patronale  ou 
une  personne  qui  agit  pour  leur  compte 
a  contrevenu  à  la  Loi. 

2.  Il  résulte  de  la  contravention  qu'un  scru- 
tin de  représentation  ne  reflète  pas  ou  ne 
refléterait  vraisemblablement  pas  les 
vrais  désirs  des  employés  compris  dans 
l'unité  de  négociation  en  ce  qui  a  trait  à 
leur  représentation  par  le  syndicat. 

3.  Aucun  autre  recours,  notamment  la  te- 
nue d'un  autre  scrutin  de  représentation, 
ne  suffit  à  contrer  les  effets  de  la  contra- 
vention. 

4.  Le  syndicat  a  l'appui  d'un  nombre  suffi- 
sant de  membres  pour  négocier  collecti- 
vement au  sein  d'une  unité  de  négocia- 
tion que  la  Commission  juge  appropriée 
pour  négocier  collectivement. 

(2)  Sur  requête  d'une  personne  intéressée, 
la  Commission  peut  rejeter  une  requête  en  ac- 
créditation d'un  syndicat  comme  agent  négo- 
ciateur des  employés  compris  dans  une  unité 
de  négociation  dans  les  circonstances  sui- 
vantes : 


Aucune 
accréditation 
en  cas  de 
contraven- 
tion à  la  Loi 


1.  Le  syndicat,  le  conseil  de  syndicats  ou 
une  personne  qui  agit  pour  leur  compte 
a  contrevenu  à  la  Loi. 


2.  Il  résulte  de  la  contravention  qu'un  scru- 
tin de  représentation  ne  reflète  pas  ou  ne 
refléterait  vraisemblablement  pas  les 
vrais  désirs  des  employés  compris  dans 
l'unité  de  négociation  en  ce  qui  a  trait  à 
leur  représentation  par  le  syndicat. 

3.  Aucun  autre  recours,  notamment  la  te- 
nue d'un  autre  scrutin  de  représentation, 
ne  suffit  à  contrer  les  effets  de  la  contra- 
vention. 

(3)  La  Commission  peut  tenir  compte  des  Tenue  d'un 
résultats     d'un      scrutin     de     représentation   sc™undere- 

,  ,    ,,  ,  , ,    .   .  r  ,       présentation 

lorsqu  elle  rend  une  decision  aux  termes  du 
présent  article. 


44 


Effect  of  rep- 
resentation 
vote 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Certification 
of  councils 
of  trade 
unions 


Postpone- 
ment of 
disposition 


Membership 


Right  of 
access 


Security 
guards 


Trade  union 
with 

members 
other  than 
guards,  etc. 


Mixed 

bargaining 

unit 


If  objection 


(4)  Subsections  10  (1)  and  (2)  do  not  apply 
with  respect  to  a  representation  vote  taken  in 
the  circumstances  described  in  this  section. 
New. 


12.  (1)  Sections  7  to  15,  126  and  128  apply 
with  necessary  modifications  to  an  application 
for  certification  by  a  council  of  trade  unions, 
but,  before  the  Board  certifies  such  a  council 
as  bargaining  agent  for  the  employees  of  an 
employer  in  a  bargaining  unit,  the  Board  shall 
satisfy  itself  that  each  of  the  trade  unions  that 
is  a  constituent  union  of  the  council  has  vested 
appropriate  authority  in  the  council  to  enable  it 
to  discharge  the  responsibilities  of  a  bargaining 
agent. 

(2)  Where  the  Board  is  of  opinion  that 
appropriate  authority  has  not  been  vested  in 
the  applicant,  the  Board  may  postpone  disposi- 
tion of  the  application  to  enable  the  constituent 
unions  to  vest  such  additional  or  other  author- 
ity as  the  Board  considers  necessary.  R.S.O. 
1990.C.  L.2.S.  10(1,2). 

(3)  For  the  purposes  of  sections  7  and  8,  a 
person  who  is  a  member  of  any  constituent 
trade  union  of  a  council  shall  be  deemed  by 
the  Board  to  be  a  member  of  the  council. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  10  (3),  amended. 

13.  Where  employees  of  an  employer 
reside  on  the  property  of  the  employer,  or  on 
property  to  which  the  employer  has  the  right  to 
control  access,  the  employer  shall,  upon  a 
direction  from  the  Board,  allow  the  representa- 
tive of  a  trade  union  access  to  the  property  on 
which  the  employees  reside  for  the  purpose  of 
attempting  to  persuade  the  employees  to  join  a 
trade  union.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  11. 

14.  (1)  This  section  applies  with  respect  to 
guards  who  monitor  other  employees  or  who 
protect  the  property  of  an  employer. 

(2)  Unless  the  employer  notifies  the  Board 
that  it  objects,  a  trade  union  that  admits  to 
membership  persons  who  are  not  guards  or  that 
is  chartered  by  or  affiliated  with  an  organiza- 
tion that  does  so  may  be  certified  as  the  bar- 
gaining agent  for  a  bargaining  unit  composed 
solely  of  guards. 


(3)  Unless  the  employer  notifies  the  Board 
that  it  objects,  a  bargaining  unit  may  include 
guards  and  persons  who  are  not  guards. 

(4)  If  the  employer  objects,  the  trade  union 
must  satisfy  the  Board  that  no  conflict  of  inter- 
est would  result  from  the  trade  union  becom- 
ing the  bargaining  agent  or  from  including  per- 
sons other  than  guards  in  the  bargaining  unit. 


(4)  Les  paragraphes  10  (1)  et  (2)  ne  s'appli-   Effet  du 
quent  pas  à  un  scrutin  de  représentation  tenu   ^^"J^" 
dans  les  circonstances  visées  au  présent  arti- 
cle. Nouveau. 

12,  (1)  Les  articles  7  à  15,  126  et  128  s'ap-  Accrédita- 
pliquent,  avec  les  adaptations  nécessaires,  à  tiond'un 

.       •  conseil  de 

une  requête  en  accréditation  présentée  par  un  syndicats 
conseil  de  syndicats.  Cependant,  avant  d'ac- 
créditer ce  conseil  comme  agent  négociateur 
des  employés  d'un  employeur  compris  dans 
une  unité  de  négociation,  la  Commission  s'as- 
sure que  chacun  des  syndicats  faisant  partie  du 
conseil  l'a  investi  des  pouvoirs  nécessaires 
pour  qu'il  assume  ses  responsabilités  d'agent 
négociateur. 

(2)  Si  la  Commission  est  d'avis  que  le  con-  Décision 
seil  de  syndicats  n'a  pas  été  investi  des  pou-  TtP°née 
voirs  nécessaires,  elle  peut  reporter  sa  décision 

sur  la  requête  pour  permettre  aux  syndicats  qui 
en  font  partie  de  l'investir  des  pouvoirs  supplé- 
mentaires qu'elle  juge  nécessaires.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  par.  10  (1)  et  (2). 

(3)  Pour  l'application  des  articles  7  et  8,  le  Qualité  de 
membre  d'un  syndicat  qui  fait  partie  d'un  con-   membrc 
seil  est  réputé  par  la  Commission  membre  du 
conseil.  L.R.O.   1990,  chap.  L.2,  par.  10  (3), 
modifié. 

13.  Si  des  employés  d'un  même  employeur  Droit  d'accès 
résident  sur  la  propriété  de  l'employeur  ou  sur 

la  propriété  dont  il  commande  l'accès,  l'em- 
ployeur, sur  les  directives  de  la  Commission, 
en  permet  l'accès  au  représentant  d'un  syndi- 
cat aux  fins  de  solliciter  l'adhésion  de  ces  em- 
ployés à  un  syndicat.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
art.  11. 


14.  (1)  Le   présent   article   s'applique   aux  Gardiens 
gardiens  qui  surveillent  d'autres  employés  ou 
qui  protègent  la  propriété  d'un  employeur. 

(2)  À  moins  que  l'employeur  n'avise  la 
Commission  de  son  opposition,  un  syndicat  qui 
admet  parmi  ses  membres  des  personnes  qui  ne 
sont  pas  des  gardiens  ou  qui  tient  sa  charte 
d'une  association  qui  les  admet  ou  est  affilié  à 
une  telle  association  peut  être  accrédité  com- 
me agent  négociateur  d'une  unité  de  négocia- 
tion qui  se  compose  uniquement  de  gardiens. 

(3)  À  moins  que  l'employeur  n'avise  la 
Commission  de  son  opposition,  une  unité  de 
négociation  peut  inclure  des  gardiens  et  des 
personnes  qui  ne  le  sont  pas. 

(4)  En  cas  d'opposition  de  l'employeur,  le  Opposition 
syndicat  doit  convaincre  la  Commission  qu'au- 
cun conflit  d'intérêts  ne  s'ensuivrait  si  le  syn- 
dicat devenait  l'agent  négociateur  ou  si  l'unité 

de  négociation  incluait  des  personnes  qui  ne 
sont  pas  des  gardiens. 


Syndicat 
dont  des 
membres  ne 
sont  pas  des 
gardiens 


Unité  de 

négociation 

mixte 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Labour  Relations  Act,  1995 


Projet  7 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


45 


Conflict  of 
interest 


Certification 


What  unions 
not  to  be 
certified 


(5)  The  Board  shall  consider  the  following 
factors  in  determining  whether  a  conflict  of 
interest  would  result: 

1.  The  extent  of  the  guards'  duties  moni- 
toring other  employees  of  their 
employer  or  protecting  their  employer's 
property. 

2.  Any  other  duties  or  responsibilities  of 
the  guards  that  might  give  rise  to  a  con- 
flict of  interest. 

3.  Such  other  factors  as  the  Board  consid- 
ers relevant. 

(6)  If  the  Board  is  satisfied  that  no  conflict 
of  interest  would  result,  the  Board  may  certify 
the  trade  union  to  represent  the  bargaining 
unit.  New. 

15.  The  Board  shall  not  certify  a  trade 
union  if  any  employer  or  any  employers'  orga- 
nization has  participated  in  its  formation  or 
administration  or  has  contributed  financial  or 
other  support  to  it  or  if  it  discriminates  against 
any  person  because  of  any  ground  of  discrimi- 
nation prohibited  by  the  Human  Rights  Code 
or  the  Canadian  Charter  of  Rights  and  Free- 
doms. R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  13. 


(5)  La  Commission  tient  compte  des  fac- 
teurs suivants  lorsqu'elle  détermine  si  un  con- 
flit d'intérêts  s'ensuivrait  : 


Conflit 
d'intérêts 


1.  La  portée  des  fonctions  des  gardiens  en 
ce  qui  concerne  la  surveillance  d'autres 
employés  de  leur  employeur  ou  la  pro- 
tection de  la  propriété  de  leur  em- 
ployeur. 

2.  Les  autres  fonctions  ou  responsabilités 
des  gardiens  qui  pourraient  entraîner  un 
conflit  d'intérêts. 

3.  Les  autres  facteurs  que  la  Commission 
juge  pertinents. 

(6)  Si  elle  est  convaincue  qu'aucun  conflit 
d'intérêts  ne  s'ensuivrait,  la  Commission  peut 
accréditer  le  syndicat  pour  représenter  l'unité 
de  négociation.  Nouveau. 

15.  La  Commission  n'accrédite  pas  un  syn- 
dicat si  un  employeur  ou  une  association  patro- 
nale a  participé  à  sa  formation  ou  à  son  admi- 
nistration ou  lui  a  fourni  de  l'aide  financière 
ou  autre,  ni  si  le  syndicat  pratique  une  discri- 
mination fondée  sur  une  base  de  discrimination 
qui  est  interdite  aux  termes  du  Code  des  droits 
de  la  personne  ou  de  la  Charte  canadienne  des 
droits  et  libertés.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
art.  13. 


Accrédita- 
tion 


Motifs  de 
refuser  l'ac- 
créditation 


Notice  of 
desire  to 
bargain 


Obligation  to 
bargain 


Appointment 
of  concili- 
ation officer, 
where  notice 
given 


Same,  where 
no  notice 
given 


Negotiation  of  Collective  Agreements 

16.  Following  certification  or  the  voluntary 
recognition  by  the  employer  of  the  trade  union 
as  bargaining  agent  for  the  employees  in  the 
bargaining  unit,  the  trade  union  shall  give  the 
employer  written  notice  of  its  desire  to  bargain 
with  a  view  to  making  a  collective  agreement. 
New 

17.  The  parties  shall  meet  within  15  days 
from  the  giving  of  the  notice  or  within  such 
further  period  as  the  parties  agree  upon  and 
they  shall  bargain  in  good  faith  and  make 
every  reasonable  effort  to  make  a  collective 
agreement.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  15. 

18.  (1)  Where  notice  has  been  given  under 
section  16  or  59,  the  Minister,  upon  the  request 
of  either  party,  shall  appoint  a  conciliation 
officer  to  confer  with  the  parties  and  endeav- 
our to  effect  a  collective  agreement. 

(2)  Despite  the  failure  of  a  trade  union  to 
give  written  notice  under  section  16  or  the 
failure  of  either  party  to  give  written  notice 
under  sections  59  and  131,  where  the  parties 
have  met  and  bargained,  the  Minister,  upon  the 
request  of  either  party,  may  appoint  a  concili- 
ation officer  to  confer  with  the  parties  and 
endeavour  to  effect  a  collective  agreement. 


Négociation  de  conventions  collectives 

16.  A  la  suite  de  l'accréditation  du  syndicat 
ou  de  la  reconnaissance  volontaire  de  celui-ci 
par  l'employeur  comme  agent  négociateur  des 
employés  compris  dans  l'unité  de  négociation, 
le  syndicat  donne  à  l'employeur  un  avis  écrit 
de  son  intention  de  négocier  en  vue  de  con- 
clure une  convention  collective.  Nouveau. 

17.  Les  parties  se  rencontrent  dans  les  15 
jours  de  la  date  de  l'avis  ou  dans  le  délai  plus 
long  dont  elles  conviennent.  Elles  négocient  de 
bonne  foi  et  font  des  efforts  raisonnables  afin 
de  parvenir  à  une  convention  collec- 
tive. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  15. 

18.  (1)  À  la  demande  de  l'une  ou  l'autre 
partie  après  que  l'avis  prévu  à  l'article  16  ou 
59  a  été  donné,  le  ministre  désigne  un  concilia- 
teur pour  s'entretenir  avec  les  parties  et  s'ef- 
forcer de  parvenir  à  une  convention  collective. 

(2)  À  la  demande  de  l'une  ou  l'autre  partie, 
après  qu'elles  se  sont  rencontrées  et  ont  négo- 
cié, même  si  le  syndicat  n'a  pas  donné  l'avis 
prévu  à  l'article  16  ou  si  l'une  ou  l'autre  des 
parties  n'a  pas  donné  l'avis  prévu  aux  articles 
59  et  131,  le  ministre  peut  désigner  un  conci- 
liateur pour  s'entretenir  avec  les  parties  et  s'ef- 
forcer de  parvenir  à  une  convention  collective. 


Avis  de 
l'intention  de 
négocier 


Obligation 
de  négocier 


Désignation 
d'un  conci- 
liateur à  la 
suite  d'un 


Idem,  cas  où 
l'avis  n'est 
pas  donné 


46  Bill  7  LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched ./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Same,  volun- 
tary recogni- 


Second 
conciliation 


Appointment 
of  mediator 


Same 


Dutit-s 


Extension  of 

14-day 

period 


Report  of 
settlement 


Conciliation 
board, 
appointment 
of  members 


(3)  Where  an  employer  and  a  trade  union 
agree  that  the  employer  recognizes  the  trade 
union  as  the  exclusive  bargaining  agent  of  the 
employees  in  a  defined  bargaining  unit  and  the 
agreement  is  in  writing  signed  by  the  parties, 
the  Minister  may,  upon  the  request  of  either 
party,  appoint  a  conciliation  officer  to  confer 
with  the  parties  and  endeavour  to  effect  a  col- 
lective agreement. 

(4)  Despite  anything  in  this  Act,  where  the 
Minister  has  appointed  a  conciliation  officer  or 
a  mediator  and  the  parties  have  failed  to  enter 
into  a  collective  agreement  within  15  months 
from  the  date  of  such  appointment,  the  Min- 
ister may,  upon  the  joint  request  of  the  parties, 
again  appoint  a  conciliation  officer  to  confer 
with  the  parties  and  endeavour  to  effect  a  col- 
lective agreement,  and,  upon  the  appointment 
being  made,  sections  19  to  36  and  79  to  86 
apply,  but  the  appointment  is  not  a  bar  to  an 
application  for  certification  or  for  a  declaration 
that  the  trade  union  no  longer  represents  the 
employees  in  the  bargaining  unit.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  16. 

19.  (1)  Where  the  Minister  is  required  or 
authorized  to  appoint  a  conciliation  officer,  the 
Minister  may,  on  the  request  in  writing  of  the 
parties,  appoint  a  mediator  selected  by  them 
jointly  before  he  or  she  has  appointed  a  con- 
ciliation board  or  has  informed  the  parties  that 
he  or  she  does  not  consider  it  advisable  to 
appoint  a  conciliation  board. 

(2)  Where  the  Minister  has  appointed  a 
mediator  after  a  conciliation  officer  has  been 
appointed,  the  appointment  of  the  conciliation 
officer  is  thereby  terminated.  R.S.O.  1990, 
c.L.2,s.  17. 

20.  (1)  Where  a  conciliation  officer  is 
appointed,  he  or  she  shall  confer  with  the  par- 
ties and  endeavour  to  effect  a  collective  agree- 
ment and  he  or  she  shall,  within  14  days  from 
his  or  her  appointment,  report  the  result  of  his 
or  her  endeavour  to  the  Minister. 

(2)  The  period  mentioned  in  subsection  (1) 
may  be  extended  by  agreement  of  the  parties 
or  by  the  Minister  upon  the  advice  of  the  con- 
ciliation officer  that  a  collective  agreement 
may  be  made  within  a  reasonable  time  if  the 
period  is  extended. 

(3)  Where  the  conciliation  officer  reports  to 
the  Minister  that  the  differences  between  the 
parties  concerning  the  terms  of  a  collective 
agreement  have  been  settled,  the  Minister  shall 
forthwith  by  notice  in  writing  inform  the  par- 
ties of  the  report.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  18. 

21.  If  the  conciliation  officer  is  unable  to 
effect  a  collective  agreement  within  the  time 
allowed  under  section  20, 


(3)  Si  un  employeur  et  un  syndicat  convien-   Idem-  "ton- 
nent  que   l'employeur  reconnaît   le   syndicat  v„l0n^ire 
comme  seul  agent  négociateur  des  employés 

d'une  unité  de  négociation  définie,  et  que  l'ac- 
cord a  été  conclu  par  écrit  et  signé  par  les 
parties,  le  ministre  peut,  à  la  demande  de  l'une 
ou  l'autre,  désigner  un  conciliateur  pour  s'en- 
tretenir avec  les  parties  et  s'efforcer  de  parve- 
nir à  une  convention  collective. 

(4)  Malgré  toute  disposition  de  la  présente  Seconde 
loi,  si  le  ministre  a  désigné  un  conciliateur  ou  concihation 
un  médiateur  et  que  les  parties  ne  sont  pas 
parvenues  à  une  convention  collective  dans  les 

15  mois  de  cette  désignation,  le  ministre  peut, 
à  la  demande  commune  des  parties,  désigner 
un  autre  conciliateur  pour  s'entretenir  avec 
elles  et  s'efforcer  de  parvenir  à  une  convention 
collective.  Les  articles  19  à  36  et  79  à  86 
s'appliquent  après  cette  désignation,  mais 
celle-ci  ne  fait  pas  obstacle  à  une  requête  en 
accréditation  ni  à  une  requête  en  vue  d'obtenir 
une  déclaration  selon  laquelle  le  syndicat  ne 
représente  plus  les  employés  dans  l'unité  de 
négociation.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  16. 

19.  (1)  Lorsque  le  ministre  doit  ou  peut  dé-  Désignation 
signer  un  conciliateur,  il  peut,  à  la  demande  dumédialeur 
écrite  des  parties,  désigner  le  médiateur  qu'el- 
les choisissent  d'un  commun  accord  avant  de 
constituer  une  commission  de  conciliation  ou 
d'informer  les  parties  qu'il  ne  juge  pas  oppor- 
tun d'en  désigner  une. 

(2)  La   désignation    d'un    médiateur   après  'dem 
qu'un  conciliateur  a  été  désigné  met  fin  au 
mandat  de  ce  dernier.   L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
art.  17. 


20.  (1)  Le  conciliateur  s'entretient  avec  les  Obligations 
parties  et  s'efforce  de  parvenir  à  une  conven- 
tion collective.  Dans  les  14  jours  de  sa  dési- 
gnation, il  fait  rapport  au  ministre  du  résultat 

de  ses  efforts. 

(2)  Le  délai  prévu  au  paragraphe  (1)  peut  Prorogation 
être  prorogé  de  l'accord  des  parties  ou  par  le  ^jdoù"de 
ministre,  si  le  conciliateur  est  d'avis  que  la 
prorogation  permettra  de  conclure  une  conven- 
tion collective  dans  un  délai  raisonnable. 

(3)  Dès  que  le  conciliateur  a  fait  rapport  au   Rapport  sur 
ministre  que  les  différends  entre  les  parties  au     en,en,e 
sujet  des  conditions  d'une  convention  collec- 
tive ont  été  réglés,  le  ministre,  sans  délai,  par 

avis  écrit,  informe  les  parties  du  contenu  du 
rapport.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  18. 

21.  Si  le  conciliateur  ne  parvient  pas  à  con-   Désignation 
dure  une  convention  collective  dans  le  délai   j"™^™8 
prévu  à  l'article  20,  le  ministre,  sans  délai,  par  mission  de 

conciliation 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Labour  Relations  Act,  1995 


Projet  7 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


47 


Certain 
persons 
prohibited  as 
members 


Notice  to 
parties  of 
appointment 


Presumption 
of  establish- 
ment 


Vacancies 


(a)  the  Minister  shall  forthwith  by  notice  in 
writing  request  each  of  the  parties, 
within  five  days  of  the  receipt  of  the 
notice,  to  recommend  one  person  to  be  a 
member  of  a  conciliation  board,  and 
upon  the  receipt  of  the  recommenda- 
tions or  upon  the  expiration  of  the  five- 
day  period  he  or  she  shall  appoint  two 
members  who  in  his  or  her  opinion  rep- 
resent the  points  of  view  of  the  respec- 
tive parties,  and  the  two  members  so 
appointed  may,  within  three  days  after 
they  are  appointed,  jointly  recommend  a 
third  person  to  be  a  member  and  chair  of 
the  board,  and  upon  the  receipt  of  the 
recommendation  or  upon  the  expiration 
of  the  three-day  period,  he  or  she  shall 
appoint  a  third  person  to  be  a  member 
and  chair  of  the  board;  or 

(b)  the  Minister  shall  forthwith  by  notice  in 
writing  inform  each  of  the  parties  that 
he  or  she  does  not  consider  it  advisable 
to  appoint  a  conciliation  board.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  19. 

22.  No  person  shall  act  as  a  member  of  a 
conciliation  board  who  has  any  pecuniary 
interest  in  the  matters  coming  before  it  or  who 
is  acting,  or  has,  within  a  period  of  six  months 
preceding  the  date  of  his  or  her  appointment, 
acted  as  solicitor,  counsel  or  agent  of  either  of 
the  parties.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  20. 

23.  (1)  When  the  members  of  the  concili- 
ation board  have  been  appointed,  the  Minister 
shall  forthwith  give  notice  of  their  names  to 
the  parties  and  thereupon  the  board  shall  be 
deemed  to  have  been  established. 

(2)  When  notice  under  subsection  (1)  has 
been  given,  it  shall  be  presumed  conclusively 
that  the  conciliation  board  has  been  established 
in  accordance  with  this  Act,  and  no  order  shall 
be  made  or  process  entered  or  proceedings 
taken  in  any  court,  whether  by  way  of  injunc- 
tion, declaratory  judgment,  certiorari,  manda- 
mus, prohibition,  quo  warranto,  or  otherwise, 
to  question  the  establishment  of  the  concili- 
ation board  or  the  appointment  of  any  of  its 
members,  or  to  review,  prohibit  or  restrain  any 
of  its  proceedings.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  21. 


24.  (1)  If  a  person  ceases  to  be  a  member 
of  a  conciliation  board  by  reason  of  his  or  her 
resignation  or  death  before  it  has  completed  its 
work,  the  Minister  shall  appoint  a  member  in 


avis  écrit,  prend  l'une  ou  l'autre  des  mesures 
suivantes  : 

a)  il  demande  à  chacune  des  parties  de  re- 
commander, dans  les  cinq  jours  de  la 
réception  de  l'avis,  le  nom  d'une  per- 
sonne appelée  à  faire  partie  d'une  com- 
mission de  conciliation  et,  à  la  réception 
des  recommandations  qui  lui  sont  faites 
ou  à  la  fin  du  délai  de  cinq  jours,  il 
désigne  deux  membres  de  la  commis- 
sion qui,  à  son  avis,  représentent  les 
points  de  vue  respectifs  des  parties.  Les 
deux  membres  ainsi  désignés,  dans  les 
trois  jours  de  leur  désignation,  peuvent 
recommander  d'un  commun  accord  une 
troisième  personne  à  titre  de  membre  et 
de  président  de  la  commission.  À  la  ré- 
ception de  cette  recommandation  ou  à  la 
fin  du  délai  de  trois  jours,  le  ministre 
désigne  un  troisième  membre  à  la  prési- 
dence de  la  commission; 

b)  il  informe  chaque  partie  qu'il  ne  juge 
pas  opportun  de  constituer  une  commis- 
sion de  conciliation.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  art.  19. 


22.  Nul  ne  peut  être  membre  d'une  com- 
mission de  conciliation  s'il  a  un  intérêt  pécu- 
niaire dans  les  questions  soumises  à  la  com- 
mission ou  s'il  exerce  ou  a  exercé,  dans  les  six 
mois  qui  précèdent  sa  désignation,  des  fonc- 
tions de  procureur,  d'avocat  ou  de  mandataire 
de  l'une  ou  de  l'autre  partie.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  art.  20. 

23.  (1)  Lorsque  les  membres  d'une  com- 
mission de  conciliation  sont  désignés,  le  minis- 
tre communique  sans  délai  les  noms  aux  par- 
ties. Dès  lors,  la  commission  est  réputée  être 
constituée. 

(2)  L'avis  prévu  au  paragraphe  (1)  crée  la 
présomption  irréfragable  selon  laquelle  la 
commission  de  conciliation  a  été  constituée 
conformément  à  la  présente  loi.  Il  est  interdit 
d'avoir  recours  à  la  justice  pour  demander  des 
ordonnances,  intenter  une  action  ou  une  pour- 
suite, qu'il  s'agisse  d'une  demande  d'injonc- 
tion, de  jugement  déclaratoire,  de  brefs  de  cer- 
tiorari, de  mandamus,  de  prohibition  ou  de  quo 
warranto,  ou  d'une  autre  ordonnance  tendant  à 
mettre  en  cause  la  constitution  de  la  commis- 
sion de  conciliation  ou  la  désignation  de  ses 
membres,  ou  cherchant  à  réviser,  à  prohiber  ou 
à  restreindre  son  activité.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  art.  21. 

24.  (1)  Si  un  membre  d'une  commission  de 
conciliation  démissionne  ou  meurt  avant  que 
celle-ci  ait  terminé  ses  travaux,  le  ministre  le 


Incompatibi- 
lité 


Avis  aux 
parties  de  la 
désignation 


Présomption 
qu'une 
commission 
a  été 
constituée 


Vacance 


48 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Appointment 
of  new  chair 


Terms  of 
reference 


Oath  of 
Office 


Duties 


Procedure 


Appointment 
of  new 
member  in 
place  of 
member 


his  or  her  place  after  consulting  the  party 
whose  point  of  view  was  represented  by  the 
person. 

(2)  If  in  the  opinion  of  the  Minister  a  mem- 
ber of  a  conciliation  board  has  failed  to  enter 
on  his  or  her  duties  so  as  to  enable  it  to  report 
to  the  Minister  within  a  reasonable  time  after 
its  appointment,  the  Minister  may  appoint  a 
member  in  his  or  her  place  after  consulting  the 
party  whose  point  of  view  was  represented  by 
the  person. 

(3)  If  the  chair  of  a  conciliation  board  is 
unable  to  enter  on  his  or  her  duties  so  as  to 
enable  it  to  report  to  the  Minister  within  a 
reasonable  time  after  its  appointment,  he  or 
she  shall  advise  the  Minister  of  his  or  her  ina- 
bility and  the  Minister  may  appoint  a  person  to 
act  as  chair  in  his  or  her  place.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  22. 

25.  As  soon  as  a  conciliation  board  has 
been  established,  the  Minister  shall  deliver  to 
its  chair  a  statement  of  the  matters  referred  to 
it  and  the  Minister  may,  either  before  or  after 
its  report  is  made,  amend  or  add  to  the  state- 
ment. R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  23. 

26.  Each  member  of  a  conciliation  board 
shall,  before  entering  upon  his  or  her  duties, 
take  and  subscribe  before  a  person  authorized 
to  administer  oaths  or  before  another  member 
of  the  board,  and  file  with  the  Minister,  an  oath 
in  the  following  form,  in  English  or  in  French: 

I  do  solemnly  swear  (or  solemnly  affirm)  thai  I 
am  not  disqualified  under  section  22  of  the 
Labour  Relations  Act,  1995  from  acting  as  a 
member  of  a  conciliation  board  and  that  I  will 
faithfully,  truly  and  impartially,  to  the  best  of 
my  knowledge,  skill  and  ability,  execute  and 
perform  the  office  of  member  (or  chair)  of  the 

conciliation  board  established  to 

and 

that  I  will  not,  except  as  I  am  legally  author- 
ized, disclose  to  any  person  any  of  the  evidence 
or  other  matter  brought  before  the  board.  So 
help  me  God.  (omit  this  phrase  in  an  affirma- 
tion). 


R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  24. 

27.  As  soon  as  a  conciliation  board  is 
established,  it  shall  endeavour  to  effect  agree- 
ment between  the  parties  on  the  matters 
referred  to  it.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  25. 

28.  (1)  Subject  to  this  Act,  a  conciliation 
board  shall  determine  its  own  procedure. 


Remplace- 
ment d'un 
membre 


Remplace- 
ment du 
président 


remplace  après  avoir  consulté  la  partie  dont  ce 
membre  représentait  le  point  de  vue. 

(2)  Si,  de  l'avis  du  ministre,  un  membre 
d'une  commission  de  conciliation  n'est  pas  en- 
tré en  fonctions  et  qu'en  conséquence  celle-ci 
ne  peut  lui  présenter  son  rapport  dans  un  délai 
raisonnable  après  sa  constitution,  le  ministre 
peut  le  remplacer  après  avoir  consulté  la  partie 
dont  ce  membre  représentait  le  point  de  vue. 

(3)  Si  le  président  de  la  commission  de 
conciliation  est  empêché  d'entrer  en  fonctions 
et  que  cette  commission  ne  peut  en  consé- 
quence présenter  son  rapport  au  ministre  dans 
un  délai  raisonnable  après  sa  constitution,  il  en 
avise  le  ministre,  et  celui-ci  peut  le  rempla- 
cer. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  22. 


25.  Dès  que  la  commission  de  conciliation  Mandat 
a  été  constituée,  le  ministre  remet  à  son  prési- 
dent un  exposé  des  questions  qui  lui  sont  sou- 
mises. Le  ministre  peut,  soit  avant  ou  après  le 
rapport  de  la  commission,  modifier  ou  complé- 
ter son  mandat.    L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art. 

23. 

26.  Chaque  membre  de  la  commission  de  Serment 


d'entrée  en 
fonction 


conciliation,  avant  d'entrer  en  fonction,  prête 
serment  dans  la  forme  suivante,  en  français  ou 
en  anglais,  devant  une  personne  habilitée  à 
faire  prêter  serment  ou  devant  un  autre  mem- 
bre de  la  commission,  et  le  dépose  auprès  du 
ministre  : 

Je  jure  solennellement  (ou  affirme  solennelle- 
ment) que  je  ne  suis  pas,  en  vertu  de  l'article  22 
de  la  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail, 
inhabile  à  exercer  la  fonction  de  membre  d'une 
commission  de  conciliation  et  que  je  remplirai 
loyalement,  impartialement  et  au  mieux  de  mes 
connaissances  et  de  mon  habilité,  la  fonction  de 
membre  (ou  de  président)  de  la  commission  de 

conciliation   constituée   pour   

et 

que  je  ne  divulguerai  à  personne,  sauf  dans  le 
cas  où  la  loi  m'y  autorise,  aucun  élément  de  la 
preuve  ni  autre  fait  soumis  à  la  commission. 
Ainsi  Dieu  me  soit  en  aide,  (omettre  cette 
dernière  phrase  pour  une  affirmation). 

L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  24. 

27.  Dès  sa  constitution,  la  commission  de  obligations 
conciliation  s'efforce  de  parvenir  à  un  accord 

entre  les  parties  sur  les  questions  qui  lui  sont 
soumises.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  25. 

28.  (1)  Sous  réserve  de  la  présente  loi,  la  Procédure 
commission  de  conciliation  décide  elle-même 

de  la  procédure  à  suivre. 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Labour  Relations  Act,  1995 


Projet  7 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


49 


Presentation         (2)  A    conciliation    board    shall    give    full 
of  evidence      opportunity  to  the  parties  to  present  their  evi- 
dence   and    make    their    submissions.    R.S.O. 
1990,  c.  L.2,s.  26. 


Sittings 


Minister  to 
be  informed 
of  first 
sitting 


Quorum 


Casting  vote 


Power 


29.  The  chair  of  a  conciliation  board  shall, 
after  consultation  with  the  other  members  of 
the  board,  fix  the  time  and  place  of  its  sittings, 
and  he  or  she  shall  notify  the  parties  and  the 
other  members  of  the  board  of  the  time  and 
place  so  fixed.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  27. 

30.  The  chair  of  a  conciliation  board  shall 
in  writing,  immediately  upon  the  conclusion  of 
its  first  sitting,  inform  the  Minister  of  the  date 
on  which  the  sitting  was  held.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  28. 

31.  The  chair  and  one  other  member  of  a 
conciliation  board  or,  in  the  absence  of  the 
chair  and  with  his  or  her  written  consent,  the 
other  two  members  constitute  a  quorum,  but, 
in  the  absence  of  one  of  the  members  other 
than  the  chair,  the  other  members  shall  not 
proceed  unless  the  absent  member  has  been 
given  reasonable  notice  of  the  sitting.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  29. 

32.  If  the  members  of  a  conciliation  board 
are  unable  to  agree  among  themselves  on  mat- 
ters of  procedure  or  as  to  the  admissibility  of 
evidence,  the  decision  of  the  chair  governs. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  30. 

33.  A  conciliation  board  has  power, 

(a)  to  summon  and  enforce  the  attendance 
of  witnesses  and  compel  them  to  give 
oral  or  written  evidence  on  oath,  and  to 
produce  such  documents  and  things  as 
the  board  considers  requisite  to  the  full 
investigation  and  consideration  of  the 
matters  referred  to  it  in  the  same  manner 
as  a  court  of  record  in  civil  cases; 

(b)  to  administer  oaths  and  affirmations; 


(c)  to  accept  such  oral  or  written  evidence 
as  it  in  its  discretion  considers  proper, 
whether  admissible  in  a  court  of  law  or 
not; 

(d)  to  enter  any  premises  where  work  is 
being  done  or  has  been  done  by  the 
employees  or  in  which  the  employer 
carries  on  business  or  where  anything  is 
taking  place  or  has  taken  place  concern- 
ing any  of  the  matters  referred  to  the 
board,  and  inspect  and  view  any  work, 
material,  machinery,  appliance  or  article 
therein,  and  interrogate  any  person 
respecting  any  such  thing  or  any  of  such 
matters; 


(2)  La   commission   de   conciliation   donne  Présentation 
aux  parties  la  pleine  possibilité  de  présenter     e  aPreuve 
leurs  preuves  et  de  faire  valoir  leurs  argu- 
ments. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  26. 

29.  Le  président  de  la  commission  de  con-  Séances 
ciliation,  après  avoir  consulté  les  autres  mem- 
bres, fixe  la  date,  l'heure  et  le  lieu  des  séances 

et  en  avise  les  parties  et  les  autres  mem- 
bres. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  27. 

30.  Dès  que  la  première  séance  de  la  com-  Le  ministre 
mission  de  conciliation  est  terminée,  le  prési-   ^stinformé 

,  ._  .  ..  ,     .      ,     ,       \  de  la  pré- 

dent  informe  le  ministre  par  écrit  de  la  date  a  mjère  séance 

laquelle  elle  a  été  tenue.    L.R.O.  1990,  chap. 

L.2,  art.  28. 

31.  Le  président  et  un  autre  membre  de  la  Quorum 
commission  de  conciliation  ou,  en  l'absence 

du  président  et  avec  son  consentement  écrit, 
les  deux  autres  membres  constituent  le  quo- 
rum. Toutefois,  en  l'absence  d'un  membre  de 
la  commission  autre  que  le  président,  les  autres 
ne  siègent  que  si  le  membre  absent  a  reçu  un 
avis  raisonnable  de  la  séance.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  art.  29. 

32.  Si  les  membres  de  la  commission  de   Voixprépon- 
conciliation  ne  parviennent  pas  à  s'entendre  dérante 
sur  des  questions  de  procédure  ni  sur  l'admis- 
sibilité de  la  preuve,  la  voix  du  président  est 
prépondérante.  L.R.O.    1990,   chap.   L.2,   art. 

30. 


33.  La  commission    de    conciliation 
pouvoir  : 


le    Pouvoirs  de 
la  commis- 


a)  d'assigner  des  témoins,  de  les  contrain- 
dre à  comparaître  et  à  témoigner  sous 
serment,  oralement  ou  par  écrit,  et  à 
produire  les  pièces  et  objets  qu'elle  juge 
nécessaires  à  l'examen  et  à  l'étude  ap- 
profondis des  questions  qui  lui  sont  sou- 
mises, de  la  même  manière  qu'une  cour 
d'archives  en  matière  civile; 

b)  de  faire  prêter  serment  et  de  faire  faire 
les  affirmations  solennelles; 

c)  de  recevoir  la  preuve  orale  ou  écrite 
qu'elle  estime  utile  à  sa  discrétion, 
qu'elle  soit  admissible  ou  non  devant  un 
tribunal  de  justice; 

d)  de  pénétrer  dans  un  local  où  les  em- 
ployés accomplissent  ou  ont  accompli 
un  travail  ou  dans  lequel  l'employeur 
exploite  son  entreprise,  ou  dans  lequel 
se  produisent  ou  se  sont  produits  des 
événements  relatifs  à  une  question  sou- 
mise à  la  commission,  d'inspecter  et 
d'examiner  tout  ouvrage,  matériau,  ap- 
pareil, article  ou  toute  machinerie  qui 
s'y  trouvent  et  d'interroger  quiconque  à 
ce  sujet; 


50  Bill  7  LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


When  report 
to  be  made 


Extension  of 
period 


Report 


Clarification, 
etc.,  of  report 


Copies  of 
reports  to 
parties 


Duty  of 
mediator 


Powers 


Sections  30 
and  34  apply 


(e)  to  authorize  any  person  to  do  anything 
that  the  board  may  do  under  clause  (d) 
and  to  report  to  the  board  thereon. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  31,  revised. 

34.  (1)  A  conciliation  board  shall  report  its 
findings  and  recommendations  to  the  Minister 
within  30  days  after  its  first  sitting. 

(2)  The  period  mentioned  in  subsection  (1) 
may  be  extended, 

(a)  for  a  further  period  not  exceeding  30 
days, 

(i)  by  the  Minister  at  the  request  of 
the  chair  of  the  conciliation  board, 
or 

(ii)  by  agreement  of  the  parties;  or 

(b)  for  a  further  period  beyond  the  period 
fixed  in  clause  (a)  that  the  parties  may 
agree  upon  and  as  the  Minister  may 
approve. 

(3)  The  report  of  the  majority  constitutes 
the  report  of  the  conciliation  board,  but,  where 
there  is  no  majority  agreement  or  where  the 
board  is  unable  to  report  within  the  time 
allowed  under  subsection  (1)  or  (2),  the  chair 
shall  notify  the  Minister  in  writing  that  there 
has  been  no  agreement  or  that  the  board  is 
unable  to  report,  as  the  case  may  be,  and  in 
either  case  the  notification  constitutes  the 
report  of  the  board. 

(4)  After  a  conciliation  board  has  made  its 
report,  the  Minister  may  direct  it  to  clarify  or 
amplify  any  part  of  its  report,  and  the  report 
shall  not  be  deemed  to  have  been  received  by 
the  Minister  until  it  has  been  so  clarified  or 
amplified. 

(5)  On  receipt  of  the  report  of  the  concili- 
ation board  or  the  mediator,  the  Minister  shall 
forthwith  release  a  copy  to  each  of  the  parties. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  32. 

35.  (1)  Where  a  mediator  is  appointed,  he 
or  she  shall  confer  with  the  parties  and  endeav- 
our to  effect  a  collective  agreement. 

(2)  A  mediator  has  all  the  powers  of  a  con- 
ciliation board  under  section  33. 


(3)  Sections  30  and  34  apply  with  necessary 
modifications  to  a  mediator. 


e)  d'autoriser  quiconque  à  exercer  les  pou- 
voirs énumérés  à  l'alinéa  d)  et  de  lui  en 
faire  rapport.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
art.  31,  révisé. 

34.  (1)  La  commission  de  conciliation  pré-   Délai  de 

sente  au  ministre  le  rapport  de  ses  conclusions   Présentat'on 
■     •  ■  i        -.«    •  du  rapport 

et  de  ses  recommandations  dans  les  30  jours 
de  sa  première  séance. 

(2)  Le  délai  visé  au  paragraphe  (1)  :  Prorogation 

a)  peut  être  prorogé  de  30  jours  au  plus  : 

(i)  soit  par  le  ministre  à  la  demande 
du  président  de  la  commission  de 
conciliation, 

(ii)  soit  de  l'accord  des  parties; 

b)  peut  faire  l'objet  d'un  délai  additionnel 
après  le  délai  fixé  en  vertu  de  l'alinéa 
a),  de  l'accord  des  parties  et  de  l'appro- 
bation du  ministre. 

(3)  Le  rapport  de  la  majorité  constitue  le  Rapport 
rapport  de  la  commission  de  conciliation.  Tou- 
tefois, au  cas  où  aucune  majorité  ne  se  dégage, 

ou  que  la  commission  n'arrive  pas  à  faire  rap- 
port dans  le  délai  imparti  au  paragraphe  (1)  ou 
(2),  le  président  en  avise  le  ministre  par  écrit. 
Cet  avis  tient  lieu  de  rapport. 


(4)  La  commission  de  conciliation  ayant 
présenté  son  rapport,  le  ministre  peut  lui  or- 
donner d'en  clarifier  ou  d'en  développer  une 
partie.  Le  rapport  n'est  réputé  reçu  par  le  mi- 
nistre que  lorsqu'il  a  été  ainsi  clarifié  ou  déve- 
loppé. 

(5)  Dès  qu'il  a  reçu  le  rapport  de  la  com- 
mission de  conciliation  ou  du  médiateur,  le 
ministre  en  donne  sans  délai  une  copie  à  cha- 
que partie.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  32. 

35.  (1)  Dès  sa  désignation,  le  médiateur 
s'entretient  avec  les  parties  et  s'efforce  de  par- 
venir à  une  convention  collective. 

(2)  Le  médiateur  possède  tous  les  pouvoirs 
que  l'article  33  confère  à  une  commission  de 
conciliation. 

(3)  Les  articles  30  et  34  s'appliquent  au  mé- 
diateur avec  les  adaptations  nécessaires. 


Clarification 
du  rapport, 
etc. 


Copies  du 
rapport  aux 
parties 


Obligation 
du  médiateur 


Pouvoirs 


Champ  d'ap- 
plication des 
art.  30  et  34 


Report 


Failure  to 
report 


(4)  The  report  of  a  mediator  has  the  same 
effect  as  the  report  of  a  conciliation  board. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  33. 

36.  Failure  of  a  conciliation  officer  to  report 
to  the  Minister  within  the  time  provided  in  this 
Act    does    not    invalidate    the    proceedings 


(4)  Le  rapport  du  médiateur  a  la  même  va-   Rapport 
leur  que  celui  d'une  commission  de  concilia- 
tion. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  33. 

36.  Le  défaut   d'un    conciliateur   de    faire   Défaut  de 
rapport  au  ministre  dans  le  délai  prévu  à  la  faireraPP0,t 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


51 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Industrial 

inquiry 

commission 


Composition 
and  powers 


Remuner- 
ation and 
expenses 


Appointment 
of  special 
officer 


Duties  of 

special 

officer 


Qualifica- 
tions of 
special 
officer 


Disputes 
Advisory 
Committee 


Purpose  of 
Committee 


Voluntary 
arbitration 


of  the  conciliation  officer.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  34. 

37.  (1)  The  Minister  may  establish  an 
industrial  inquiry  commission  to  inquire  into 
and  report  to  the  Minister  on  any  industrial 
matter  or  dispute  that  the  Minister  considers 
advisable. 

(2)  The  industrial  inquiry  commission  shall 
consist  of  one  or  more  members  appointed  by 
the  Minister  and  the  commission  shall  have  all 
the  powers  of  a  conciliation  board  under  sec- 
tion 33. 

(3)  The  chair  and  members  of  the  commis- 
sion shall  be  paid  remuneration  and  expenses 
at  the  same  rate  as  is  payable  to  a  chair  and 
members  of  a  conciliation  board  under  this 
Act.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  35. 


38.  (1)  Where,  at  any  time  during  the  oper- 
ation of  a  collective  agreement,  the  Minister 
considers  that  it  will  promote  more  harmoni- 
ous industrial  relations  between  the  parties,  the 
Minister  may  appoint  a  special  officer  to  con- 
fer with  the  parties  and  assist  them  in  an  exam- 
ination and  discussion  of  their  current  relation- 
ship or  the  resolution  of  anticipated  bargaining 
problems. 

(2)  A  special  officer  appointed  under  sub- 
section (1)  shall  confer  with  the  parties  and 
shall  report  to  the  Minister  within  30  days  of 
his  or  her  appointment  and  upon  the  filing  of 
his  or  her  report  his  or  her  appointment  shall 
terminate  unless  it  is  extended  by  the  Minister. 

(3)  Any  person  knowledgeable  in  industrial 
relations  may  be  appointed  a  special  officer, 
whether  or  not  he  or  she  is  an  employee  of  the 
Crown.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  36. 

39.  (1)  The  Minister  may  appoint  a  Dis- 
putes Advisory  Committee  composed  of  one  or 
more  representatives  of  employers  and  one  or 
more  representatives  of  employees. 

(2)  At  any  time  during  the  course  of  bar- 
gaining, either  before  or  after  the  commence- 
ment of  a  strike  or  lock-out,  where  it  appears 
to  the  Minister  that  the  normal  conciliation  and 
mediation  procedures  have  been  exhausted,  the 
Minister  may  request  that  the  Disputes  Advi- 
sory Committee  be  convened  to  confer  with, 
advise  and  assist  the  bargaining  parties.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  37. 

40.  (1)  Despite  any  other  provision  of  this 
Act,  the  parties  may  at  any  time  following  the 
giving  of  notice  of  desire  to  bargain  under  sec- 
tion 16  or  59,  irrevocably  agree  in  writing  to 
refer  all  matters  remaining  in  dispute  between 
them  to  an  arbitrator  or  a  board  of  arbitration 


présente    loi     ne    rend    pas    nuls    ses    tra- 
vaux. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  34. 

37.  (1)  Le  ministre  peut  constituer  une 
commission  industrielle  d'enquête  pour  mener 
les  enquêtes  qu'il  juge  opportunes  au  sujet  des 
questions  ou  différends  industriels  et  lui  en 
faire  rapport. 

(2)  La  commission  industrielle  d'enquête  se 
compose  d'un  ou  de  plusieurs  membres  dési- 
gnés par  le  ministre.  Elle  possède  tous  les  pou- 
voirs que  l'article  33  confère  à  une  commis- 
sion de  conciliation. 

(3)  Le  président  et  les  membres  de  la  com- 
mission industrielle  d'enquête  touchent  la  ré- 
munération et  les  indemnités  qui  sont  versées, 
en  vertu  de  la  présente  loi,  au  président  et  aux 
membres  d'une  commission  de  concilia- 
tion. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  35. 

38.  (1)  En  tout  temps  pendant  qu'une  con- 
vention collective  est  en  vigueur,  le  ministre 
peut,  s'il  juge  que  les  relations  industrielles 
entre  les  parties  s'amélioreront,  désigner  un 
agent  spécial  pour  rencontrer  les  parties  et  les 
aider  dans  l'examen  et  la  discussion  de  leurs 
relations  courantes  ou  dans  la  solution  de  pro- 
blèmes escomptés  dans  leurs  négociations. 

(2)  L'agent  spécial  désigné  en  vertu  du  pa- 
ragraphe (1)  s'entretient  avec  les  parties  et  fait 
rapport  au  ministre  dans  les  30  jours  de  la  date 
de  sa  désignation.  Son  mandat  prend  fin  au 
dépôt  de  son  rapport  à  moins  que  le  ministre 
ne  le  proroge. 

(3)  Quiconque  est  compétent  en  relations 
industrielles  peut  être  désigné  agent  spécial, 
qu'il  soit  ou  non  fonctionnaire.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  art.  36. 

39.  (1)  Le  ministre  peut  constituer  un  co- 
mité consultatif  sur  les  différends,  composé 
d'un  ou  de  plusieurs  représentants  d'em- 
ployeurs et  d'un  ou  de  plusieurs  représentants 
d'employés. 

(2)  En  tout  temps  au  cours  des  négociations, 
que  ce  soit  avant  ou  après  le  début  d'une  grève 
ou  d'un  lock-out,  lorsqu'il  appert  au  ministre 
que  les  procédures  relatives  à  la  conciliation  et 
à  la  médiation  ont  été  épuisées,  il  peut  deman- 
der au  comité  consultatif  sur  les  différends  de 
se  réunir  et  de  consulter,  conseiller  et  d'aider 
les  parties  dans  les  négociations.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  art.  37. 

40.  (1)  Malgré  toute  autre  disposition  de  la 
présente  loi,  les  parties  peuvent,  en  tout  temps 
après  avoir  donné  l'avis  de  leur  intention  de 
négocier  prévu  à  l'article  16  ou  59,  convenir 
irrévocablement  par  écrit  de  soumettre  toutes 
les  questions  encore  en  litige  à  un  arbitre  ou  à 


Commission 

industrielle 

d'enquête 


Composition 
et  pouvoirs 


Rémunéra- 
tion et 
indemnités 


Désignation 
d'un  agent 
spécial 


Obligations 
de  l'agent 
spécial 


Qualités 
requises  de 
l'agent 
spécial 


Comité 
consultatif 
sur  les 
différends 


Objet  du 
comité 


Accord 
d'arbitrage 


52 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Powers  of 
arbitrator  or 
board  of 
arbitration 


Vote  on 

employees 

offer 


Time  limits 
and  periods 
not  affected 


First 

agreement 

arbitration 


Effect  of 
agreement 


Where 
Minister  may 
require  rati- 
fication vote 


for  final   and   binding  determination.   R.S.O. 
1990,  c.  L.2,s.  38(1). 

(2)  The  agreement  to  arbitrate  shall  super- 
sede all  other  dispute  settlement  provisions  of 
this  Act,  including  those  provisions  relating  to 
conciliation,  mediation,  strike  and  lock-out, 
and  the  provisions  of  subsections  48  (7),  (8), 
(11),  (12)  and  (18)  to  (20)  apply  with  necessary 
modifications  to  the  proceedings  before  the 
arbitrator  or  board  of  arbitration  and  to  its 
decision  under  this  section.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  38  (2),  amended. 

(3)  For  the  purposes  of  section  67  and  sec- 
tion 132,  an  irrevocable  agreement  in  writing 
referred  to  in  subsection  (1)  shall  have  the 
same  effect  as  a  collective  agreement.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  38(3). 

41.  Where,  at  any  time  after  the  com- 
mencement of  a  strike  or  lock-out,  the  Minister 
is  of  the  opinion  that  it  is  in  the  public  interest 
that  the  employees  in  the  affected  bargaining 
unit  be  given  the  opportunity  to  accept  or 
reject  the  offer  of  the  employer  last  received 
by  the  trade  union  in  respect  of  all  matters 
remaining  in  dispute  between  the  parties,  the 
Minister  may,  on  such  terms  as  he  or  she  con- 
siders necessary,  direct  that  a  vote  of  the 
employees  in  the  bargaining  unit  to  accept  or 
reject  the  offer  be  held  forthwith.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  39. 

42.  (1)  Before  or  after  the  commencement 
of  a  strike  or  lock-out,  the  employer  of  the 
employees  in  the  affected  bargaining  unit  may 
request  that  a  vote  of  the  employees  be  taken 
as  to  the  acceptance  or  rejection  of  the  offer  of 
the  employer  last  received  by  the  trade  union 
in  respect  of  all  matters  remaining  in  dispute 
between  the  parties  and  the  Minister  shall,  and 
in  the  construction  industry  the  Minister  may, 
on  the  terms  that  he  or  she  considers  necessary 
direct  that  a  vote  of  the  employees  to  accept  or 
reject  the  offer  be  held  and  thereafter  no  fur- 
ther such  request  shall  be  made. 

(2)  A  request  for  the  taking  of  a  vote,  or  the 
holding  of  a  vote,  under  subsection  (1)  does 
not  abridge  or  extend  any  time  limits  or 
periods  provided  for  in  this  Act.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  40. 

43.  (1)  Where  the  parties  are  unable  to 
effect  a  first  collective  agreement  and  the  Min- 
ister has  released  a  notice  that  it  is  not  consid- 
ered advisable  to  appoint  a  conciliation  board 
or  the  Minister  has  released  the  report  of  a 
conciliation  board,  either  party  may  apply  to 
the  Board  to  direct  the  settlement  of  a  first 
collective  agreement  by  arbitration. 


Pouvoirs  de 
l'arbitre  ou 
du  conseil 
d'arbitrage 


Effet  de 
l'accord 
d'arbitrage 


Cas  où  le 
ministre  peut 
ordonner  la 
tenue  d'un 
scrutin 


un  conseil  d'arbitrage  dont  la  décision  a  force 
de  chose  jugée.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par. 
38(1). 

(2)  Cet  accord  d'arbitrage  remplace  toute 
disposition  de  la  présente  loi  relative  au  règle- 
ment des  différends,  y  compris  celles  qui  se 
rapportent  à  la  conciliation,  à  la  médiation,  à 
la  grève  ou  au  lock-out.  Les  dispositions  des 
paragraphes  48  (7),  (8),  (11),  (12)  et  (18)  à  (20) 
s'appliquent,  avec  les  adaptations  nécessaires, 
aux  instances  tenues  devant  l'arbitre  ou  le  con- 
seil d'arbitrage  et  à  la  décision  rendue  en  vertu 
du  présent  article.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
par.  38  (2),  modifié. 

(3)  Pour  l'application  des  articles  67  et  132, 
l'accord  d'arbitrage  écrit  et  irrévocable  visé  au 
paragraphe  (1)  a  la  même  valeur  qu'une  con- 
vention collective.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
par.  38  (3). 

41.  En  tout  temps  après  le  début  d'une 
grève  ou  d'un  lock-out,  si  le  ministre  est  d'avis 
qu'il  est  dans  l'intérêt  public  de  donner  aux 
employés  compris  dans  l'unité  de  négociation 
visée  l'occasion  d'accepter  ou  de  rejeter  les 
dernières  offres  reçues  de  l'employeur  par  le 
syndicat  sur  toutes  les  questions  encore  en 
litige  entre  les  parties,  il  peut,  aux  conditions 
qu'il  juge  nécessaires,  ordonner  qu'un  scrutin 
soit  tenu  sans  délai  parmi  ces  employés  sur 
l'acceptation  ou  le  rejet  de  ces  offres.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2.  art.  39. 

42.  (1)  Avant  ou  après  le  début  d'une  grève 
ou  d'un  lock-out,  l'employeur  des  employés 
compris  dans  l'unité  de  négociation  visée  peut 
demander  qu'un  scrutin  soit  tenu  sur  l'accepta- 
tion ou  le  rejet  par  ces  employés  des  dernières 
offres  reçues  par  le  syndicat  sur  toutes  les 
questions  encore  en  litige  entre  les  parties.  Le 
ministre  peut  s'il  s'agit  de  l'industrie  de  la 
construction,  et  doit  dans  les  autres  cas  et  aux 
conditions  qu'il  estime  nécessaires,  ordonner 
que  ce  scrutin  soit  tenu.  Pareille  demande  ne 
peut  être  faite  qu'une  fois. 


(2)  La  demande  de  scrutin  ou  le  scrutin  vi-  Délais  de 

ses  au  paragraphe  (1)  sont  sans  effet  sur  les  ^££lon 

délais  de  prescription  ou  autres  que  prévoit  la  délais 
présente  loi.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  40. 


Scrutin  sur 
les  offres  de 
l'employeur 


43.  (  1  )  Si  les  parties  ne  sont  pas  en  mesure 
de  conclure  une  première  convention  collec- 
tive et  que  le  ministre  a  donné  avis  qu'il  n'était 
pas  opportun  de  constituer  une  commission  de 
conciliation  ou  s'il  a  communiqué  le  rapport 
de  celle-ci,  l'une  ou  l'autre  des  parties  peut 
demander  à  la  Commission  par  voie  de  requête 


Arbitrage  de 
la  première 
convention 


Sched/annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Labour  Relations  Act,  1995 


Projet  7 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


53 


Duty  of 
Board 


Choice  of 
arbitrator 


Arbitration 
by  Board 


Same 


Private 
arbitration 


(2)  The  Board  shall  consider  and  make  its 
decision  on  an  application  under  subsection  (1) 
within  30  days  of  receiving  the  application  and 
it  shall  direct  the  settlement  of  a  first  collective 
agreement  by  arbitration  where,  irrespective  of 
whether  section  17  has  been  contravened,  it 
appears  to  the  Board  that  the  process  of  collec- 
tive bargaining  has  been  unsuccessful  because 
of, 

(a)  the  refusal  of  the  employer  to  recognize 
the  bargaining  authority  of  the  trade 
union; 

(b)  the  uncompromising  nature  of  any  bar- 
gaining position  adopted  by  the  respon- 
dent without  reasonable  justification; 

(c)  the  failure  of  the  respondent  to  make 
reasonable  or  expeditious  efforts  to  con- 
clude a  collective  agreement;  or 

(d)  any  other  reason  the  Board  considers 
relevant. 

(3)  Where  a  direction  is  given  under  subsec- 
tion (2),  the  first  collective  agreement  between 
the  parties  shall  be  settled  by  a  board  of  arbi- 
tration unless  within  seven  days  of  the  giving 
of  the  direction  the  parties  notify  the  Board 
that  they  have  agreed  that  the  Board  arbitrate 
the  settlement. 

(4)  Where  the  parties  give  notice  to  the 
Board  of  their  agreement  that  the  Board  arbi- 
trate the  settlement  of  the  first  collective 
agreement,  the  Board, 

(a)  shall  appoint  a  date  for  and  commence  a 
hearing  within  21  days  of  the  giving  of 
the  notice  to  the  Board;  and 

(b)  shall  determine  all  matters  in  dispute 
and  release  its  decision  within  45  days 
of  the  commencement  of  the  hearing. 
R.S.O.  1990,  c.L.2,s.41(l-4). 

(5)  The  parties  to  an  arbitration  by  the 
Board  shall  jointly  pay  to  the  Board  for  pay- 
ment into  the  Consolidated  Revenue  Fund  the 
amount  determined  under  the  regulations  for 
the  expense  of  the  arbitration.  New. 

(6)  Where  the  parties  do  not  agree  that  the 
Board  arbitrate  the  settlement  of  the  first  col- 
lective agreement,  each  party,  within  10  days 
of  the  giving  of  the  direction  under  subsection 
(2),  shall  inform  the  other  party  of  the  name  of 
its  appointee  to  the  board  of  arbitration 
referred  to  in  subsection  (3)  and  the  appointees 
so  selected,  within  five  days  of  the  appoint- 
ment of  the  second  of  them,  shall  appoint  a 
third  person  who  shall  be  the  chair. 


de  la 
Commission 


Choix  de 
l'arbitre 


de  confier  à  l'arbitrage  le  règlement  d'une  pre- 
mière convention  collective. 

(2)  Dans  les  30  jours  de  la  réception  de  la  Obligation 
requête  visée  au  paragraphe  (1),  la  Commis- 
sion l'étudié  et  rend  sa  décision.  Elle  ordonne 
le  règlement  d'une  première  convention  col- 
lective par  voie  d'arbitrage,  qu'il  ait  été  con- 
trevenu ou  non  à  l'article  17,  s'il  lui  semble 
que  les  négociations  collectives  ont  échoué 
pour  l'un  des  motifs  suivants  : 

a)  le  refus  de  l'employeur  de  reconnaître  le 
pouvoir  de  négociation  du  syndicat; 

b)  l'aspect  intransigeant  de  la  position 
qu'adopte  l'intimé  sans  motif  raisonna- 
ble; 

c)  le  défaut  de  l'intimé  de  faire  des  efforts 
rapides  et  raisonnables  en  vue  de  con- 
clure une  convention  collective; 

d)  tout  autre  motif  que  la  Commission  es- 
time pertinent. 

(3)  Si  l'ordre  est  rendu  en  vertu  du  paragra- 
phe (2),  la  première  convention  collective  en- 
tre les  parties  est  réglée  par  un  conseil  d'arbi- 
trage, à  moins  que  dans  les  sept  jours  de 
l'ordre,  les  parties  avisent  la  Commission 
qu'elles  sont  convenues  que  cette  dernière  ar- 
bitre le  règlement. 

(4)  Si  les  parties  avisent  la  Commission 
qu'elles  sont  d'accord  pour  que  celle-ci  arbitre 
le  règlement  de  la  première  convention  collec- 
tive, la  Commission  : 

a)  fixe  une  date  pour  l'audience  qui  com- 
mence dans  les  21  jours  de  l'avis  donné 
à  la  Commission; 

b)  décide  de  toutes  les  questions  en  litige 
et  communique  sa  décision  dans  les  45 
jours  du  début  de  l'audience.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  par.  41  (1)  à  (4). 

(5)  Les  parties  à  un  arbitrage  par  la  Com- 
mission paient  conjointement  à  celle-ci  le 
montant  déterminé  aux  termes  des  règlements 
pour  les  frais  de  l'arbitrage  et  la  Commission 
verse  ce  montant  au  Trésor.  Nouveau. 

(6)  Si  les  parties  ne  sont  pas  d'accord  pour 
que  la  Commission  arbitre  le  règlement  de  la 
première  convention  collective,  chacune  d'el- 
les, dans  les  10  jours  de  l'ordre  visé  au  para- 
graphe (2),  informe  l'autre  partie  du  nom  de  la 
personne  qu'elle  a  désignée  au  conseil  d'arbi- 
trage prévu  au  paragraphe  (3).  Les  personnes 
ainsi  désignées,  dans  les  cinq  jours  de  la  dési- 
gnation de  la  deuxième,  en  désignent  une  troi- 
sième à  la  présidence  du  conseil. 


Arbitrage  de 
la  Commis- 
sion 


Idem 


Arbitrage 
privé 


54 


Same 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act.  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Same 


Same 


Same 


Same 


Same 


Mediation 


Effect  of 
direction  on 
strike  or 
lock-out 


(7)  If  a  party  fails  to  make  appointment  as 
required  by  subsection  (6)  or  if  the  appointees 
fail  to  agree  upon  a  chair  within  the  time  limit- 
ed, the  appointment  shall  be  made  by  the  Min- 
ister upon  the  request  of  either  party. 

(8)  A  board  of  arbitration  appointed  under 
this  section  shall  determine  its  own  procedure 
but  shall  give  full  opportunity  to  the  parties  to 
present  their  evidence  and  make  their  submis- 
sions and  section  116  applies  to  the  board  of 
arbitration,  its  decision  and  proceedings  as  if  it 
were  the  Board. 


(9)  The  remuneration  and  expenses  of  the 
members  of  a  board  of  arbitration  appointed 
under  this  section  shall  be  paid  as  follows: 

1.  A  party  shall  pay  the  remuneration  and 
expenses  of  the  member  appointed  by  or 
on  behalf  of  the  party. 

2.  Each  party  shall  pay  one-half  of  the 
remuneration  and  expenses  of  the  chair. 

(10)  Subsections  6  (8),  (9),  (10),  (12),  (13), 
(14),  (17)  and  (18)  of  the  Hospital  Labour  Dis- 
putes Arbitration  Act  and  subsections  48  (12) 
and  (18)  of  this  Act  apply  with  necessary 
modifications  to  a  board  of  arbitration  estab- 
lished under  this  section. 


(11)  The  date  of  the  first  hearing  of  a  board 
of  arbitration  appointed  under  this  section  shall 
not  be  later  than  21  days  after  the  appointment 
of  the  chair. 

(12)  A  board  of  arbitration  appointed  under 
this  section  shall  determine  all  matters  in  dis- 
pute and  release  its  decision  within  45  days  of 
the  commencement  of  its  hearing  of  the  mat- 
ter. 

(13)  The  Minister  may  appoint  a  mediator 
to  confer  with  the  parties  and  endeavour  to 
effect  a  settlement.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  41 
(5-12). 

(14)  The  employees  in  the  bargaining  unit 
shall  not  strike  and  the  employer  shall  not  lock 
out  the  employees  where  a  direction  has  been 
given  under  subsection  (2)  and,  where  the 
direction  is  made  during  a  strike  by,  or  a  lock- 
out of,  employees  in  the  bargaining  unit,  the 
employees  shall  forthwith  terminate  the  strike 
or  the  employer  shall  forthwith  terminate  the 
lock-out  and  the  employer  shall  forthwith  rein- 
state the  employees  in  the  bargaining  unit  in 
the  employment  they  had  at  the  time  the  strike 
or  lock-out  commenced, 


(7)  Si  une  partie  ne  fait  pas  la  désignation   Idem 
requise  au  paragraphe  (6)  ou  si  les  personnes 
désignées  ne  sont  pas  d'accord  quant  au  choix 

du  président  dans  le  délai  imparti,  le  ministre 
procède  à  la  désignation,  à  la  demande  de 
l'une  ou  l'autre  des  parties. 

(8)  Le    conseil    d'arbitrage    constitué    aux   idem 
termes  du  présent  article  décide  lui-même  de 

la  procédure  à  suivre,  mais  donne  aux  parties 
la  pleine  possibilité  de  présenter  leurs  preuves 
et  de  faire  valoir  leurs  arguments.  L'article  116 
s'applique  au  conseil  d'arbitrage,  à  la  décision 
qu'il  rend  et  aux  affaires  qu'il  instruit,  comme 
s'il  s'agissait  de  la  Commission. 

(9)  La  rémunération  et  les  indemnités  des  idem 
membres  du  conseil  d'arbitrage  désignés  en 
vertu  du  présent  article  sont  fixées  comme 

suit  : 

1.  La  partie  qui  désigne  le  membre,  ou  au 
nom  de  qui  le  membre  est  désigné  verse 
la  rémunération  à  ce  dernier  et  lui  rem- 
bourse ses  dépenses. 

2.  Chacune  des  parties  verse  une  moitié  de 
la  rémunération  au  président  et  lui  rem- 
bourse une  moitié  de  ses  dépenses. 

(10)  Us  paragraphes  6  (8),  (9),  (10),  (12),  idem 
(13),  (14),  (17)  et  (18)  de  la  Loi  sur  l'arbitrage 

des  conflits  de  travail  dans  les  hôpitaux  et  les 
paragraphes  48  (12)  et  (18)  de  la  présente  loi 
s'appliquent,  avec  les  adaptations  nécessaires, 
au  conseil  d'arbitrage  constitué  en  vertu  du 
présent  article. 

(11)  La  date  de  la  première  audience  du   '«km 
conseil  d'arbitrage  constitué  en  vertu  du  pré- 
sent article  ne  peut  être  postérieure  à  21  jours 
après  la  désignation  du  président. 

(12)  Le  conseil  d'arbitrage  décide  de  toutes  idem 
les  questions  en  litige  et  communique  sa  déci- 
sion dans  les  45  jours  du  début  de  l'audience. 


(13)  Le  ministre  peut  désigner  un  médiateur  Médiation 
pour  s'entretenir  avec  les  parties  et  s'efforcer 

de    parvenir   à  un  règlement.     L.R.O.   1990, 
chap.  L.2,  par.  41  (5)  à  (12). 

(14)  Si  un  ordre  a  été  rendu  en  vertu  du 
paragraphe  (2),  les  employés  compris  dans  une 
unité  de  négociation  ne  se  mettent  pas  en  grève 
ni  l'employeur  n'ordonne  de  lock-out.  Si  l'or- 
dre est  rendu  pendant  une  grève  ou  un  lock- 
out, les  employés  doivent  y  mettre  fin  sans 
délai  de  même  que  l'employeur  doit  sans  délai 
cesser  le  lock-out.  L'employeur  réintègre  sans 
délai  les  employés  qui  sont  compris  dans  l'uni- 
té de  négociation  dans  l'emploi  qu'ils  exer- 
çaient au  début  de  la  grève  ou  du  lock-out  : 


Effet  de  I; 
décision 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


55 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Non-applica- 
tion 


(a)  in  accordance  with  any  agreement 
between  the  employer  and  the  trade 
union  respecting  reinstatement  of  the 
employees  in  the  bargaining  unit;  or 

(b)  where  there  is  no  agreement  respecting 
reinstatement  of  the  employees  in  the 
bargaining  unit,  on  the  basis  of  the 
length  of  service  of  each  employee  in 
relation  to  that  of  the  other  employees  in 
the  bargaining  unit  employed  at  the  time 
the  strike  or  lock-out  commenced, 
except  as  may  be  directed  by  an  order  of 
the  Board  made  for  the  purpose  of 
allowing  the  employer  to  resume  normal 
operations.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  41  (13);  1993,  c.  27,  Sched. 

(15)  The  requirement  to  reinstate  employees 
set  out  in  subsection  (14)  applies  despite  the 
fact  that  replacement  employees  may  be  per- 
forming the  work  of  employees  in  the  bargain- 
ing unit,  but  subsection  (14)  does  not  apply  so 
as  to  require  reinstatement  of  an  employee 
where,  because  of  the  permanent  discontinu- 
ance of  all  or  part  of  the  business  of  the 
employer,  the  employer  no  longer  has  persons 
engaged  in  performing  work  of  the  same  or  a 
similar  nature  to  work  which  the  employee 
performed  before  the  strike  or  lock-out.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  41  (14). 

(16)  Where  a  direction  has  been  given 
under  subsection  (2),  the  rates  of  wages  and  all 
other  terms  and  conditions  of  employment  and 
all  rights,  privileges  and  duties  of  the 
employer,  the  employees  and  the  trade  union 
in  effect  at  the  time  notice  was  given  under 
section  16  shall  continue  in  effect,  or,  if  altered 
before  the  giving  of  the  direction,  be  restored 
and  continued  in  effect  until  the  first  collective 
agreement  is  settled.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  41  (15),  revised. 


Non-appika-  (17)  Subsection  (16)  does  not  apply  so  as  to 
effect  any  alteration  in  rates  of  wages  or  in  any 
other  term  or  condition  of  employment  agreed 
to  by  the  employer  and  the  trade  union. 

Matters  io  be        (18)  In  arbitrating  the  settlement  of  a  first 
cmsfdere?      collective  agreement  under  this  section,  mat- 
ters agreed  to  by  the  parties,  in  writing,  shall 
be  accepted  without  amendment. 


Working 
conditions 
not  to  be 
altered 


Effect  of 
settlement 


(19)  A  first  collective  agreement  settled 
under  this  section  is  effective  for  a  period  of 
two  years  from  the  date  on  which  it  is  settled 
and  it  may  provide  that  any  of  the  terms  of  the 
agreement,  except  its  term  of  operation,  shall 
be  retroactive  to  the  day  that  the  Board  may 


Non-applica- 
tion 


a)  soit,  conformément  à  une  convention 
conclue  entre  l'employeur  et  le  syndicat 
concernant  la  réintégration  des  em- 
ployés compris  dans  l'unité  de  négocia- 
tion; 

b)  soit,  en  l'absence  d'une  telle  conven- 
tion, en  se  fondant  sur  les  états  de  ser- 
vice de  chaque  employé  par  rapport  aux 
autres  compris  dans  l'unité  de  négocia- 
tion et  qui  étaient  employés  au  moment 
où  a  commencé  la  grève  ou  le  lock-out, 
sauf  ordre  contraire  de  la  Commission 
visant  à  permettre  à  l'employeur  de  re- 
prendre ses  activités  normales.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  par.  41  (13);  1993, 
chap.  27,  annexe. 

(15)  La  condition  de  réintégrer  des  em- 
ployés compris  dans  l'unité  de  négociation 
énoncée  au  paragraphe  (14)  s'applique,  même 
si  d'autres  employés  les  remplacent  dans  leur 
travail.  Toutefois,  le  paragraphe  (14)  ne  s'ap- 
plique pas  de  façon  à  exiger  la  réintégration 
d'un  employé  si,  en  raison  de  la  cessation  per- 
manente, totale  ou  partielle,  des  opérations  de 
l'employeur,  ce  dernier  n'a  plus  à  sa  disposi- 
tion les  personnes  effectuant  un  travail  de  la 
même  nature  ou  d'une  nature  semblable  que 
l'employé  effectuait  avant  la  grève  ou  le  lock- 
out. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  41  (14). 

(16)  Si  un  ordre  a  été  rendu  en  vertu  du  Lescondi- 
paragraphe  (2),  les  taux  de  salaires,  les  autres  'l0"s  j 
conditions  d'emploi  ainsi  que  les  droits,  privi-  sont  pas 
lèges  et  obligations  de  l'employeur,  des  em-  modifiées 
ployés  et  du  syndicat  en  vigueur  à  la  date  où 

l'avis  a  été  donné  aux  termes  de  l'article  16 
demeurent  en  vigueur,  ou  si  ces  conditions, 
droits,  privilèges  ou  obligations  ont  été  modi- 
fiés avant  que  l'ordre  ne  soit  rendu,  ils  sont 
remis  en  vigueur  et  le  demeurent  jusqu'au  rè- 
glement de  la  première  convention  collec- 
tive. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  41  (15), 
révisé. 

(17)  Le  paragraphe  (16)  ne  s'applique  pas  Non-appiica- 
de  façon  à  modifier  les  taux  de  salaires  ou  les  Uon 
conditions  d'emploi  dont  sont  convenus  le  syn- 
dicat et  l'employeur. 

(18)  Lors  de  l'arbitrage  du  règlement  d'une  Questions 
première  convention  collective  dans  le  cadre  accePtées 
du  présent  article,  les  questions  dont  sont  con- 
venues les  parties  par  écrit,  sont  acceptées  sans 
modification. 

(19)  La  première  convention  collective  ré-  Effet  du 
glée  dans  le  cadre  du  présent  article  demeure  rè8lement 
en  vigueur  pendant  deux  ans  à  compter  de  la 

date  de  son  règlement.  La  convention  peut  pré- 
voir que  l'une  quelconque  de  ses  conditions, 
sauf  sa  durée,  est  rétroactive  au  jour  que  peut 


56 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  SchedVannexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Extension  of 
time 


Non-applica- 
tion 


Application 


Application 
for  termina- 
tion, etc. 


Saine 


Same 


fix,  but  not  earlier  than  the  day  on  which 
notice  was  given  under  section  16. 

(20)  The  parties,  by  agreement  in  writing, 
or  the  Minister  may  extend  any  time  limit  set 
out  in  this  section,  despite  the  expiration  of  the 
time. 

(21)  This  section  does  not  apply  to  the 
negotiation  of  a  first  collective  agreement, 


(a)  where  one  of  the  parties  is  an  employ- 
ers' organization  accredited  under  sec- 
tion 136  as  a  bargaining  agent  for 
employers;  or 

(b)  where  the  agreement  is  a  provincial 
agreement  within  the  meaning  of  sec- 
tion 151. 

(22)  This  section  applies  to  an  employer 
and  a  trade  union  where  the  trade  union  has 
acquired  or  acquires  bargaining  rights  for 
employees  of  the  employer  before  or  after  May 
26,  1986,  and  the  bargaining  rights  have  been 
acquired  since  January  1,  1984  and  continue  to 
exist  at  the  time  of  an  application  under  sub- 
section (1). 

(23)  Despite  subsection  (2),  where  an  appli- 
cation under  subsection  (  1  )  has  been  filed  with 
the  Board  and  a  final  decision  on  the  applica- 
tion has  not  been  issued  by  it  and  there  has 
also  been  filed  with  the  Board,  either  or  both, 

(a)  an  application  for  a  declaration  that  the 
trade  union  no  longer  represents  the 
employees  in  the  bargaining  unit;  and 

(b)  an  application  for  certification  by 
another  trade  union  as  bargaining  agent 
for  employees  in  the  bargaining  unit, 

the  Board  shall  consider  the  applications  in  the 
order  that  it  considers  appropriate  and  if  it 
grants  one  of  the  applications,  it  shall  dismiss 
any  other  application  described  in  this  section 
that  remains  unconsidered. 

(24)  An  application  for  a  declaration  that  a 
trade  union  no  longer  represents  the  employees 
in  the  bargaining  unit  filed  with  the  Board 
after  the  Board  has  given  a  direction  under 
subsection  (2)  is  of  no  effect  unless  it  is 
brought  after  the  first  collective  agreement  is 
settled  and  unless  it  is  brought  in  accordance 
with  subsection  63  (2). 

(25)  An  application  for  certification  by 
another  trade  union  as  bargaining  agent  for 
employees  in  the  bargaining  unit  filed  with  the 


fixer  la  Commission,  mais  pas  à  une  date  anté- 
rieure à  celle  où  l'avis  a  été  donné  en  vertu  de 
l'article  16. 

(20)  Les  parties,  par  accord  écrit,  ou  le  mi-   Prorogation 
nistre,  peuvent  proroger  la  date  limite  fixée  au 
présent   article   malgré   l'expiration   de   cette 

date. 

(21)  Le  présent  article  ne  s'applique  pas  à  la  Non-appiica- 
négociation  d'une  première  convention  collée-  uon 

tive  dans  l'un  ou  l'autre  des  cas  suivants  : 

a)  l'une  des  parties  est  une  association  pa- 
tronale accréditée  en  vertu  de  l'article 
136  en  tant  qu'agent  négociateur  des 
employeurs; 

b)  il  s'agit  d'une  convention  provinciale  au 
sens  de  l'article  151. 


(22)  Le  présent  article  s'applique  à  l'em- 
ployeur et  au  syndicat  si  ce  dernier  a  acquis  ou 
acquiert  des  droits  de  négociation  pour  les  em- 
ployés de  l'employeur  avant  ou  après  le  26 
mai  1986,  et  si  ces  droits  ont  été  acquis  depuis 
le  1er  janvier  1984  et  existent  toujours  au  mo- 
ment où  la  requête  a  été  présentée  en  vertu  du 
paragraphe  (  1  ). 

(23)  Malgré  le  paragraphe  (2),  si  la  requête 
visée  au  paragraphe  (1)  a  été  déposée  auprès 
de  la  Commission  et  que  celle-ci  n'a  pas  rendu 
de  décision  définitive  à  ce  sujet,  et  qu'il  a  été 
déposé  aussi  auprès  de  la  Commission  l'une  ou 
l'autre  des  demandes  suivantes,  ou  les  deux  : 

a)  une  requête  en  vue  d'obtenir  une  décla- 
ration selon  laquelle  le  syndicat  ne  re- 
présente plus  les  employés  compris  dans 
l'unité  de  négociation; 

b)  une  requête  en  accréditation  présentée 
par  un  autre  syndicat  pour  agir  en  tant 
qu'agent  négociateur  pour  les  employés 
compris  dans  l'unité  de  négociation, 

la  Commission  examine  les  requêtes  dans  l'or- 
dre qu'elle  estime  opportun  et,  si  elle  accepte 
une  requête,  elle  rejette  les  autres  visées  au 
présent  article,  qu'elle  n'a  pas  examinées. 


(24)  Sauf  si  elle  est  présentée  après  que  la  i°em 
première  convention  collective  a  été  réglée  et 
conformément  au  paragraphe  63  (2),  est  nulle 

la  requête  déposée  auprès  de  la  Commission 
après  que  celle-ci  a  donné  l'ordre  visé  au  para- 
graphe (2)  et  présentée  en  vue  d'obtenir  la 
déclaration  selon  laquelle  le  syndicat  ne  repré- 
sente plus  les  employés  compris  dans  l'unité 
de  négociation. 

(25)  Sauf  si  elle  est  présentée  après  que  la  idem 
première  convention  collective  a  été  réglée  et 
conformément  aux  paragraphes  7  (4),  (5)  et 


Champ 
d'application 


Demande  de 
résiliation 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


57 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Procedure 


Mandatory 
ratification 
vote 


Exceptions 


Vote 


Recognition 
provision 


Recognition 
of  accredited 
employers' 
organization 


Provision 
against 
strikes  and 
lock-outs 


Deduction 
and  remit- 
tance of 
union  dues 


Board  after  the  Board  has  given  a  direction 
under  subsection  (2)  is  of  no  effect  unless  it  is 
brought  after  the  first  collective  agreement  is 
settled  and  unless  it  is  brought  in  accordance 
with  subsections  7  (4),  (5)  and  (6). 

(26)  The  Arbitration  Act,  1991  does  not 
apply  to  an  arbitration  under  this  section. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  41  (16-25). 

44.  (1)  A  proposed  collective  agreement 
that  is  entered  into  or  memorandum  of  settle- 
ment that  is  concluded  on  or  after  the  day  on 
which  this  section  comes  into  force  has  no 
effect  until  it  is  ratified  as  described  in  subsec- 
tion (3). 

(2)  Subsection  (1)  does  not  apply  with 
respect  to  a  collective  agreement, 

(a)  imposed  by  order  of  the  Board  or  settled 
by  arbitration; 

(b)  that  reflects  an  offer  accepted  by  a  vote 
held  under  section  41  or  subsection 
42(1);  or 

(c)  that  applies  to  employees  in  the  con- 
struction industry. 

(3)  A  proposed  collective  agreement  or 
memorandum  of  settlement  is  ratified  if  a  vote 
is  taken  in  accordance  with  subsections  79  (7) 
to  (9)  and  more  than  50  per  cent  of  those  vot- 
ing vote  in  favour  of  ratifying  the  agreement  or 
memorandum.  New. 

Contents  of  Collective  Agreements 

45.  (1)  Every  collective  agreement  shall  be 
deemed  to  provide  that  the  trade  union  that  is  a 
party  thereto  is  recognized  as  the  exclusive 
bargaining  agent  of  the  employees  in  the  bar- 
gaining unit  defined  therein. 

(2)  Every  collective  agreement  to  which  an 
accredited  employers'  organization  is  a  party 
shall  be  deemed  to  provide  that  the  accredited 
employers'  organization  is  recognized  as  the 
exclusive  bargaining  agent  of  the  employers  in 
the  unit  of  employers  for  whom  the  employers' 
organization  has  been  accredited.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  42. 

46.  Every  collective  agreement  shall  be 
deemed  to  provide  that  there  will  be  no  strikes 
or  lock-outs  so  long  as  the  agreement  contin- 
ues to  operate.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  43. 

47.  (1)  Except  in  the  construction  industry 
and  subject  to  section  52,  where  a  trade  union 
that  is  the  bargaining  agent  for  employees  in  a 
bargaining  unit  so  requests,  there  shall  be 
included  in  the  collective  agreement  between 


Procédure 


Scrutin  de 
ratification 
obligatoire 


(6),  est  nulle  la  requête  en  accréditation  dépo- 
sée auprès  de  la  Commission  après  que  celle-ci 
a  donné  l'ordre  visé  au  paragraphe  (2)  et  pré- 
sentée par  un  autre  syndicat  pour  agir  en  tant 
qu'agent  négociateur  pour  les  employés  com- 
pris dans  l'unité  de  négociation. 

(26)  La  Loi  de  1991  sur  l'arbitrage  ne  s'ap- 
plique pas  à  un  arbitrage  en  vertu  du  présent 
article.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  41  (16)  à 
(25). 

44.  (1)  La  convention  collective  proposée 
ou  le  protocole  d'accord  qui  sont  conclus  le 
jour  de  l'entrée  en  vigueur  du  présent  article 
ou  par  la  suite  sont  sans  effet  tant  qu'ils  ne 
sont  pas  ratifiés  comme  le  prévoit  le  paragra- 
phe (3). 

(2)  Le  paragraphe  (1)  ne  s'applique  pas  à  la  Exceptions 
convention  collective  qui,  selon  le  cas  : 

a)  est  imposée  par  la  Commission  par  voie 
d'ordonnance  ou  réglée  par  voie  d'arbi- 
trage; 

b)  reflète  des  offres  acceptées  par  voie  de 
scrutin  tenu  aux  termes  de  l'article  41 
ou  du  paragraphe  42  (1); 

c)  s'applique  aux  employés  de  l'industrie 
de  la  construction. 


Scrutin 


(3)  La  convention  collective  proposée  ou  le 
protocole  d'accord  sont  ratifiés  si  un  scrutin 
est  tenu  conformément  aux  paragraphes  79  (7) 
à  (9)  et  que  plus  de  50  pour  cent  de  ceux  qui 
votent  ne  votent  en  faveur  de  la  ratification  de 
la  convention  ou  du  protocole.  Nouveau. 

Contenu  des  conventions  collectives 

45.  (1)  Chaque  convention  collective  est 
réputée  stipuler  que  le  syndicat  partie  à  la  con- 
vention est  reconnu  comme  le  seul  agent  négo- 
ciateur des  employés  compris  dans  l'unité  de 
négociation  qui  y  est  définie. 

(2)  Chaque  convention  collective  à  laquelle 
est  partie  une  association  patronale  accréditée 
est  réputée  stipuler  que  celle-ci  est  reconnue 
comme  le  seul  agent  négociateur  des  em- 
ployeurs compris  dans  l'unité  de  négociation 
patronale  pour  laquelle  cette  association  a  été 
accréditée.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  42. 


46.  Chaque  convention  collective  est  repu-   Dispositions 
tée  prévoir  qu'il  n'y  aura  pas  de  grève  ni  de  ""f^6'3, 
lock-out  pendant  que  la  convention  est  en  vi-   lockout 


Stipulations 
sur  la  recon- 
naissance 
syndicale 


Reconnais- 
sance d'une 
association 
patronale 
accréditée 


gueur.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  43. 

47.  (1)  Sauf  s'il  s'agit  de  l'industrie  de  la 
construction  et  sous  réserve  de  l'article  52, 
lorsqu'un  syndicat,  qui  est  l'agent  négociateur 
des  employés  compris  dans  une  unité  de  négo- 
ciation, en  fait  la  demande,  la  convention  entre 


Retenue  et 
remise  des 
cotisations 
syndicales 


58 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Definition 


Arbitration 
provision 


Same 


the  trade  union  and  the  employer  of  the 
employees  a  provision  requiring  the  employer 
to  deduct  from  the  wages  of  each  employee  in 
the  unit  affected  by  the  collective  agreement, 
whether  or  not  the  employee  is  a  member  of 
the  union,  the  amount  of  the  regular  union 
dues  and  to  remit  the  amount  to  the  trade 
union,  forthwith. 

(2)  In  subsection  (  1  ), 


'regular  union  dues"  means, 

(a)  in  the  case  of  an  employee  who  is  a 
member  of  the  trade  union,  the  dues  uni- 
formly and  regularly  paid  by  a  member 
of  the  trade  union  in  accordance  with  the 
constitution  and  by-laws  of  the  trade 
union,  and 

(b)  in  the  case  of  an  employee  who  is  not  a 
member  of  the  trade  union,  the  dues 
referred  to  in  clause  (a),  excluding  any 
amount  in  respect  of  pension,  superannu- 
ation, sickness  insurance  or  any  other 
benefit  available  only  to  members  of  the 
trade  union.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  44. 


48.  (1)  Every  collective  agreement  shall 
provide  for  the  final  and  binding  settlement  by 
arbitration,  without  stoppage  of  work,  of  all 
differences  between  the  parties  arising  from 
the  interpretation,  application,  administration 
or  alleged  violation  of  the  agreement,  includ- 
ing any  question  as  to  whether  a  matter  is 
arbitrable.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  45  (1), 
revised. 

(2)  If  a  collective  agreement  does  not  con- 
tain a  provision  that  is  mentioned  in  subsection 
(1),  it  shall  be  deemed  to  contain  a  provision  to 
the  following  effect: 

Where  a  difference  arises  between  the  parties 
relating  to  the  interpretation,  application  or 
administration  of  this  agreement,  including  any 
question  as  to  whether  a  matter  is  arbitrable,  or 
where  an  allegation  is  made  that  this  agreement 
has  been  violated,  either  of  the  parties  may  after 
exhausting  any  grievance  procedure  established 
by  this  agreement,  notify  the  other  party  in 
writing  of  its  desire  to  submit  the  difference  or 
allegation  to  arbitration  and  the  notice  shall 
contain  the  name  of  the  first  party's  appointee 
to  an  arbitration  board.  The  recipient  of  the 
notice  shall  within  five  days  inform  the  other 
party  of  the  name  of  its  appointee  to  the  arbitra- 
tion board.  The  two  appointees  so  selected 
shall,  within  five  days  of  the  appointment  of  the 
second  of  them,  appoint  a  third  person  who 
shall  be  the  chair.  If  the  recipient  of  the  notice 
fails  to  appoint  an  arbitrator,  or  if  the  two 
appointees  fail  to  agree  upon  a  chair  within  the 
time  limited,  the  appointment  shall  be  made  by 
the  Minister  of  Labour  for  Ontario  upon  the 
request  of  either  party.    The  arbitration  board 


Définition 


celui-ci  et  leur  employeur  contient  une  stipula- 
tion obligeant  ce  dernier  à  retenir  du  salaire  de 
chacun  de  ces  employés  qui  est  visé  par  la 
convention  collective,  qu'ils  soient  ou  non 
membres  du  syndicat,  le  montant  des  cotisa- 
tions syndicales  ordinaires  et  à  les  remettre 
sans  délai  au  syndicat. 

(2)  La  définition  qui  suit  s'applique  au  para- 
graphe (1). 

«cotisations  syndicales  ordinaires»  S'entend  : 

a)  des  cotisations  qu'un  employé  membre 
du  syndicat  verse  à  ce  dernier  uniformé- 
ment et  régulièrement,  conformément  à 
l'acte  constitutif  du  syndicat  et  à  ses  rè- 
glements administratifs; 


b)  si  l'employé  n'est  pas  membre  du  syndi- 
cat, des  cotisations  mentionnées  à  l'ali- 
néa a)  moins  les  montants  qui  se  rappor- 
tent à  une  pension,  à  la  retraite,  à  une 
assurance-maladie  ou  à  d'autres  presta- 
tions auxquelles  seuls  les  membres  du 
syndicat  ont  droit.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  art.  44. 

48.  (1)  Chaque  convention  collective  con-  Disposition 
tient  une  disposition  sur  le  règlement,  par  voie  f.1^.^ 
de  décision  arbitrale  définitive  et  sans  interrup- 
tion du  travail,  de  tous  les  différends  entre  les 
parties  que  soulèvent  l' interprétation,  l'appli- 
cation, l'administration  ou  une  prétendue  vio- 
lation de  la  convention  collective,  y  compris 
la  question  de  savoir  s'il  y  a  matière  à 
arbitrage.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  45  (1), 
révisé. 

(2)  La  convention  collective  qui  ne  contient  idem 
pas   la  disposition   visée   au   paragraphe   (1) 
est  réputée  inclure  une  disposition  à  l'effet 
suivant  : 

En  cas  de  différend  entre  les  parties  relative- 
ment à  l'interprétation,  à  l'application  ou  à 
l'administration  de  la  présente  convention,  y 
compris  sur  la  question  de  savoir  s'il  y  a  ma- 
tière à  arbitrage,  ou  d'allégation  portant  qu'il  y 
a  eu  violation  de  la  présente  convention,  une 
partie  peut,  après  avoir  épuisé  la  procédure  de 
grief  établie  par  la  présente  convention,  aviser 
l'autre  partie  par  écrit  de  son  intention  de  sou- 
mettre le  différend  ou  l'allégation  à  l'arbi- 
trage. L'avis  contient  le  nom  de  la  personne 
que  l'expéditeur  désigne  au  conseil  d'arbi- 
trage. Dans  les  cinq  jours,  le  destinataire  infor- 
me l'expéditeur  du  nom  de  la  personne  qu'il 
désigne  au  conseil  d'arbitrage.  Les  deux  per- 
sonnes ainsi  choisies,  dans  les  cinq  jours  de  la 
seconde  désignation,  désignent  une  troisième 
personne  à  la  présidence.  Si  le  destinataire  ne 
fait  pas  de  désignation  ou  que  les  deux  person- 
nes désignées  ne  s'entendent  pas  sur  le  choix 
du  président  dans  le  délai  imparti,  le  ministre 
du  Travail  de  l'Ontario,  à  la  demande  de  l'une 
ou  de  l'autre  partie,  désigne  le  président.    Le 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


59 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Where 
arbitration 
provision 
inadequate 


Appointment 
of  arbitrator 
by  Minister 


Appointment 
of  settlement 
officer 


Payment  of 
arbitrators 


Time  for 
decision 


Same,  arbi- 
tration board 


shall  hear  and  determine  the  difference  or  alle- 
gation and  shall  issue  a  decision  and  the  deci- 
sion is  final  and  binding  upon  the  parties  and 
upon  any  employee  or  employer  affected  by  it. 
The  decision  of  a  majority  is  the  decision  of  the 
arbitration  board,  but  if  there  is  no  majority  the 
decision  of  the  chair  governs. 

R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  45  (2),  revised. 

(3)  If,  in  the  opinion  of  the  Board,  any  part 
of  the  arbitration  provision,  including  the 
method  of  appointment  of  the  arbitrator  or 
arbitration  board,  is  inadequate,  or  if  the  provi- 
sion set  out  in  subsection  (2)  is  alleged  by 
either  party  to  be  unsuitable,  the  Board  may, 
on  the  request  of  either  party,  modify  the 
provision  so  long  as  it  conforms  with  subsec- 
tion (1),  but,  until  so  modified,  the  arbitration 
provision  in  the  collective  agreement  or  in  sub- 
section (2),  as  the  case  may  be,  applies. 


(4)  Despite  subsection  (3),  if  there  is  failure 
to  appoint  an  arbitrator  or  to  constitute  a  board 
of  arbitration  under  a  collective  agreement,  the 
Minister,  upon  the  request  of  either  party,  may 
appoint  the  arbitrator  or  make  the  appoint- 
ments that  are  necessary  to  constitute  the  board 
of  arbitration,  as  the  case  may  be,  and  any 
person  so  appointed  by  the  Minister  shall  be 
deemed  to  have  been  appointed  in  accordance 
with  the  collective  agreement.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  45  (3, 4). 

(5)  On  the  request  of  either  party,  the  Min- 
ister shall  appoint  a  settlement  officer  to 
endeavour  to  effect  a  settlement  before  the 
arbitrator  or  arbitration  board  appointed  under 
subsection  (4)  begins  to  hear  the  arbitration. 
However,  no  appointment  shall  be  made  if  the 
other  party  objects.  1992,  c.  21,  s.  23  (2). 

(6)  Where  the  Minister  has  appointed  an 
arbitrator  or  the  chair  of  a  board  of  arbitration 
under  subsection  (4),  each  of  the  parties  shall 
pay  one-half  the  remuneration  and  expenses  of 
the  person  appointed,  and,  where  the  Minister 
has  appointed  a  member  of  a  board  of  arbitra- 
tion under  subsection  (4)  on  failure  of  one  of 
the  parties  to  make  the  appointment,  that  party 
shall  pay  the  remuneration  and  expenses  of  the 
person  appointed.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  45 
(5). 

(7)  An  arbitrator  shall  give  a  decision 
within  30  days  after  hearings  on  the  matter 
submitted  to  arbitration  are  concluded. 

(8)  An  arbitration  board  shall  give  a  deci- 
sion within  60  days  after  hearings  on  the  mat- 
ter submitted  to  arbitration  are  concluded. 


conseil  d'arbitrage  entend  et  règle  le  différend 
ou  l'allégation  et  rend  une  décision  qui  est  défi- 
nitive et  qui  lie  les  parties  et  les  employés  ou 
employeurs  visés.  La  décision  de  la  majorité 
constitue  la  décision  du  conseil  d'arbi- 
trage. S'il  n'y  a  pas  de  majorité,  la  voix  du 
président  est  prépondérante. 

L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  45  (2),  révisé. 

(3)  Si,  de  l'avis  de  la  Commission,  un  élé- 
ment de  la  disposition  relative  à  l'arbitrage,  et 
notamment  la  modalité  prévue  pour  désigner 
un  arbitre  ou  constituer  le  conseil  d'arbitrage, 
est  inadéquate,  ou  si  l'une  ou  l'autre  partie 
prétend  que  la  disposition  énoncée  au  paragra- 
phe (2)  ne  convient  pas,  la  Commission  peut,  à 
la  demande  de  l'une  d'elles,  la  modifier,  dans 
les  limites  du  paragraphe  (1).  Tant  qu'elle  n'a 
pas  été  ainsi  modifiée,  cette  disposition  ou 
celle  qui  est  prévue  au  paragraphe  (2),  selon  le 
cas,  s'applique. 

(4)  Malgré  le  paragraphe  (3),  s'il  y  a  défaut 
de  désigner  un  arbitre  ou  de  constituer  un  con- 
seil d'arbitrage  aux  termes  d'une  convention 
collective,  le  ministre,  à  la  demande  d'une  par- 
tie, peut,  selon  le  cas,  désigner  l'arbitre  ou 
constituer  le  conseil  d'arbitrage.  Les  personnes 
désignées  par  le  ministre  sont  réputées  l'avoir 
été  conformément  à  la  convention  collective. 
L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  45  (3)  et  (4). 


(5)  À  la  demande  de  l'une  ou  l'autre  partie, 
le  ministre  désigne  un  agent  de  règlement  pour 
s'efforcer  de  parvenir  à  un  règlement  avant 
que  ne  débute  l'audition  de  l'arbitrage  par  l'ar- 
bitre ou  le  conseil  d'arbitrage  désigné  en  vertu 
du  paragraphe  (4).  Toutefois,  aucune  désigna- 
tion ne  doit  être  faite  si  l'autre  partie  s'y  op- 
pose. 1992,  chap.  21,  par.  23  (2). 

(6)  Si  le  ministre  a  désigné  un  arbitre  ou  le 
président  d'un  conseil  d'arbitrage  en  vertu  du 
paragraphe  (4),  chaque  partie  verse  la  moitié 
de  la  rémunération  et  des  indemnités  aux- 
quelles la  personne  désignée  a  droit.  Si  le  mi- 
nistre a  désigné  un  membre  du  conseil  d'arbi- 
trage en  vertu  du  paragraphe  (4)  à  la  suite  du 
défaut  d'une  partie  de  procéder  à  cette  dési- 
gnation, la  partie  en  défaut  verse  la  rémunéra- 
tion et  les  indemnités  auxquelles  la  personne 
désignée  a  droit.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par. 
45  (5). 

(7)  L'arbitre  rend  une  décision  dans  les  30 
jours  qui  suivent  la  fin  des  audiences  sur  la 
question  soumise  à  l'arbitrage. 

(8)  Le  conseil  d'arbitrage  rend  une  décision 
dans  les  60  jours  qui  suivent  la  fin  des  au- 
diences sur  la  question  soumise  à  l'arbitrage. 


Cas  où  la 
disposition 
sur  l'arbitra- 
ge est 
inadéquate 


Désignation 
d'un  arbitre 
parle 
ministre 


Désignation 
d'un  agent 
de  règlement 


Rémunéra- 
tion des 
arbitres 


Délai  imparti 
pour  rendre 
la  décision 


Idem,  conseil 
d'arbitrage 


60 


Same 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


(9)  The  time  described  in  subsection  (7)  or 
(8)  for  giving  a  decision  may  be  extended, 


Orders  re 
decisions 


(a)  with  the  consent  of  the  parties  to  the 
arbitration;  or 

(b)  in  the  discretion  of  the  arbitrator  or  arbi- 
tration board  so  long  as  he,  she  or  it 
states  in  the  decision  the  reasons  for 
extending  the  time. 

Oral  decision  (10)  An  arbitrator  or  arbitration  board  may 
give  an  oral  decision  and,  if  he,  she  or  it  does 
so,  subsection  (7)  or  (8)  does  not  apply  and  the 
arbitrator  or  arbitration  board, 

(a)  shall  give  the  decision  promptly  after 
hearings  on  the  matter  are  concluded; 

(b)  shall  give  a  written  decision,  without 
reasons,  promptly  upon  the  request  of 
either  party;  and 

(c)  shall  give  written  reasons  for  the  deci- 
sion within  a  reasonable  period  of  time 
upon  the  request  of  either  party. 

(11)  If  the  arbitrator  or  arbitration  board 
does  not  give  a  decision  within  the  time 
described  in  subsection  (7)  or  (8)  or  does  not 
provide  written  reasons  within  the  time 
described  in  subsection  (10),  the  Minister  may, 

(a)  make  such  orders  as  he  or  she  considers 
necessary  to  ensure  that  the  decision  or 
reasons  will  be  given  without  undue 
delay;  and 

(b)  make  such  orders  as  he  or  she  considers 
appropriate  respecting  the  remuneration 
and  expenses  of  the  arbitrator  or  arbitra- 
tion board.  1992,  c.  21,  s.  23  0),part. 

(12)  An  arbitrator  or  the  chair  of  an  arbitra- 
tion board,  as  the  case  may  be,  has  power, 

(a)  to  require  any  party  to  furnish  particu- 
lars before  or  during  a  hearing; 

(b)  to  require  any  party  to  produce  docu- 
ments or  things  that  may  be  relevant  to 
the  matter  and  to  do  so  before  or  during 
the  hearing; 

(c)  to  fix  dates  for  the  commencement  and 
continuation  of  hearings; 

(d)  to  summon  and  enforce  the  attendance 
of  witnesses  and  to  compel  them  to  give 
oral  or  written  evidence  on  oath  in  the 
same  manner  as  a  court  of  record  in 
civil  cases;  and 

(e)  to  administer  oaths  and  affirmations, 


Powers  of 

arbitrators. 

chair  of 

arbitration 

boards,  and 

arbitration 

Nurds 


Arrêtes 
relatifs  aux 
décisions 


(9)  Le  délai  prévu  au  paragraphe  (7)  ou  (8)   Idem 
pour  rendre  une  décision  peut  être  prorogé, 
selon  le  cas  : 

a)  avec  le  consentement  des  parties  à  l'ar- 
bitrage; 

b)  à  la  discrétion  de  l'arbitre  ou  du  conseil 
d'arbitrage,  pourvu  que  les  motifs  de  la 
prorogation  du  délai  soient  énoncés  dans 
la  décision. 

(10)  L'arbitre  ou  le  conseil  d'arbitrage  peut  Décision 
rendre  une  décision  orale  et,  s'il  en  rend  une,  orale 

le  paragraphe  (7)  ou  (8)  ne  s'applique  pas  et 
l'arbitre  ou  le  conseil  d'arbitrage  : 

a)  rend  la  décision  promptement  après  la 
fin  des  audiences  sur  la  question; 

b)  rend  une  décision  par  écrit,  sans  en  don- 
ner les  motifs,  promptement  à  la 
demande  de  l'une  ou  l'autre  partie; 

c)  donne  les  motifs  de  la  décision  par  écrit 
dans  un  délai  raisonnable  à  la  demande 
de  l'une  ou  l'autre  partie. 

(11)  Si  l'arbitre  ou  le  conseil  d'arbitrage  ne 
rend  pas  de  décision  dans  le  délai  prévu  au 
paragraphe  (7)  ou  (8),  ou  ne  fournit  pas  de 
motifs  écrits  dans  le  délai  prévu  au  paragraphe 
(10),  le  ministre  peut  : 

a)  prendre  les  arrêtés  qu'il  juge  nécessaires 
pour  que  la  décision  soit  rendue  ou  que 
les  motifs  soient  donnés  sans  délai  injus- 
tifié; 

b)  prendre  les  arrêtés  qu'il  juge  appropriés 
concernant  la  rémunération  et  les  in- 
demnités de  l'arbitre  ou  du  conseil  d'ar- 
bitrage. 1992,  chap.  21,  par.  23  (3),  en 
partie. 

(12)  L'arbitre  ou  le  président  d'un  conseil 
d'arbitrage,  selon  le  cas,  a  le  pouvoir  : 

a)  d'exiger  qu'une  partie  fournisse  des  dé- 
tails avant  ou  pendant  une  audience; 

b)  d'exiger  qu'une  partie  produise,  avant 
ou  pendant  l'audience,  des  pièces  ou  des 
objets  pouvant  être  pertinents; 

c)  de  fixer  la  date  de  commencement  des 
audiences  et  les  dates  où  elles  doivent  se 
poursuivre; 

d)  d'assigner  des  témoins,  de  les  contrain- 
dre à  comparaître  et  à  témoigner  sous 
serment,  oralement  ou  par  écrit,  de  la 
même  manière  qu'une  cour  d'archives 
en  matière  civile; 

e)  de  faire  prêter  serment  et  de  faire  faire 
les  affirmations  solennelles. 


Pouvoir  des 
arbitres,  des 
présidents  et 
des  conseils 
d'arbitrage 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


61 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


and  an  arbitrator  or  an  arbitration  board,  as  the 
case  may  be,  has  power, 

(f)  to  accept  the  oral  or  written  evidence  as 
the  arbitrator  or  the  arbitration  board,  as 
the  case  may  be,  in  its  discretion  consid- 
ers proper,  whether  admissible  in  a  court 
of  law  or  not; 

(g)  to  enter  any  premises  where  work  is 
being  done  or  has  been  done  by  the 
employees  or  in  which  the  employer 
carries  on  business  or  where  anything  is 
taking  place  or  has  taken  place  concern- 
ing any  of  the  differences  submitted  to 
the  arbitrator  or  the  arbitration  board, 
and  inspect  and  view  any  work,  mater- 
ial, machinery,  appliance  or  article 
therein,  and  interrogate  any  person 
respecting  any  such  thing  or  any  of  such 
differences; 

(h)  to  authorize  any  person  to  do  anything 
that  the  arbitrator  or  arbitration  board 
may  do  under  clause  (g)  and  to  report  to 
the  arbitrator  or  the  arbitration  board 
thereon; 

(i)  to  make  interim  orders  concerning  pro- 
cedural matters; 

(j)  to  interpret  and  apply  human  rights  and 
other  employment-related  statutes, 
despite  any  conflict  between  those  stat- 
utes and  the  terms  of  the  collective 
agreement.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.45(8);  1992,  c.  21,  s.  23  (3),  part, 
amended. 


' 


Restriction  re 

interim 

orders 


Power  re 
mediation 


Enforcement 
power 


Extension  of 


(13)  An  arbitrator  or  the  chair  of  an  arbitra- 
tion board  shall  not  make  an  interim  order 
under  clause  (12)  (i)  requiring  an  employer  to 
reinstate  an  employee  in  employment. 

(14)  An  arbitrator  or  the  chair  of  an  arbitra- 
tion board,  as  the  case  may  be,  may  mediate 
the  differences  between  the  parties  at  any  stage 
in  the  proceedings  with  the  consent  of  the  par- 
ties. If  mediation  is  not  successful,  the  arbitra- 
tor or  arbitration  board  retains  the  power  to 
determine  the  difference  by  arbitration. 

(15)  An  arbitrator  or  the  chair  of  an  arbitra- 
tion board,  as  the  case  may  be,  may  enforce 
the  written  settlement  of  a  grievance.  New 

(16)  Except  where  a  collective  agreement 
states  that  this  subsection  does  not  apply,  an 
arbitrator  or  arbitration  board  may  extend  the 
time  for  the  taking  of  any  step  in  the  grievance 
procedure  under  a  collective  agreement, 
despite  the  expiration  of  the  time,  where  the 
arbitrator  or  arbitration  board  is  satisfied  that 


et  l'arbitre  ou  le  conseil  d'arbitrage,  selon  le 
cas,  a  le  pouvoir  : 

f)  de  recevoir  la  preuve  orale  ou  écrite 
qu'il  estime,  à  sa  discrétion,  utile,  qu'el- 
le soit  admissible  ou  non  devant  une 
cour  de  justice; 

g)  de  pénétrer  dans  un  local  où  les  em- 
ployés accomplissent  ou  ont  accompli 
un  travail  ou  dans  lequel  l'employeur 
exploite  son  entreprise,  ou  dans  lequel 
se  produisent  ou  se  sont  produits  des 
événements  relatifs  à  tout  différend  sou- 
mis à  l'arbitre  ou  au  conseil  d'arbitrage, 
d'inspecter  et  d'examiner  tout  ouvrage, 
matériau,  appareil,  article  ou  toute  ma- 
chinerie qui  s'y  trouvent  et  d'interroger 
quiconque  à  ce  sujet; 

h)  d'autoriser  quiconque  à  exercer  les  pou- 
voirs énumérés  à  l'alinéa  g)  et  de  lui  en 
faire  rapport; 


i)  de  rendre  des  ordonnances  provisoires 
concernant  des  questions  de  procédure; 

j)  d'interpréter  et  d'appliquer  les  lois 
ayant  trait  aux  droits  de  la  personne  ain- 
si que  les  autres  lois  ayant  trait  à  l'em- 
ploi, malgré  toute  incompatibilité  entre 
ces  lois  et  les  conditions  de  la  conven- 
tion collective.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
par.  45  (8);  1992,  chap.  21,  par.  23  (3), 
en  partie,  modifié. 

(13)  L'arbitre  ou  le  président  d'un  conseil 
d'arbitrage  ne  peut  rendre  d'ordonnances  pro- 
visoires en  vertu  de  l'alinéa  (12)  i)  qui  exigent 
d'un  employeur  qu'il  réintègre  un  employé 
dans  son  emploi. 

(14)  L'arbitre  ou  le  président  d'un  conseil 
d'arbitrage,  selon  le  cas,  peut  procéder  à  la 
médiation  des  différends  entre  les  parties  à 
n'importe  quelle  étape  de  l'instance  avec  le 
consentement  des  parties.  Si  la  médiation 
échoue,  l'arbitre  ou  le  conseil  d'arbitrage  con- 
serve le  pouvoir  de  statuer  sur  le  différend  par 
voie  d'arbitrage. 

(15)  L'arbitre  ou  le  président  d'un  conseil 
d'arbitrage,  selon  le  cas,  peut  forcer  l'exécu- 
tion du  règlement  écrit  d'un  grief.  Nouveau. 

(16)  Sauf  lorsqu'une  convention  collective 
prévoit  que  le  présent  paragraphe  ne  s'applique 
pas,  un  arbitre  ou  un  conseil  d'arbitrage  peut 
proroger  le  délai  accordé  par  la  procédure  de 
grief  prévue  dans  une  convention  collective 
pour  prendre  une  mesure,  même  si  le  délai  est 
écoulé,   s'il   est   convaincu   qu'il   existe   des 


Restriction 
concernant 
les  ordon- 
nances 
provisoires 


Pouvoir  en 
matière  de 
médiation 


Pouvoir  de 

forcer 

l'exécution 


Prorogation 
du  délai 


62 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Substitution 
of  penalty 


Effect  of 

arbitrator's 
decision 


there  are  reasonable  grounds  for  the  extension 
and  that  the  opposite  party  will  not  be  substan- 
tially prejudiced  by  the  extension.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  45  (6). 

(17)  Where  an  arbitrator  or  arbitration 
board  determines  that  an  employee  has  been 
discharged  or  otherwise  disciplined  by  an 
employer  for  cause  and  the  collective  agree- 
ment does  not  contain  a  specific  penalty  for 
the  infraction  that  is  the  subject-matter  of  the 
arbitration,  the  arbitrator  or  arbitration  board 
may  substitute  such  other  penalty  for  the  dis- 
charge or  discipline  as  to  the  arbitrator  or  arbi- 
tration board  seems  just  and  reasonable  in  all 
the  circumstances.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  45  (9),  revised. 

(18)  The  decision  of  an  arbitrator  or  of  an 
arbitration  board  is  binding, 

(a)  upon  the  parties; 

(b)  in  the  case  of  a  collective  agreement 
between  a  trade  union  and  an  employ- 
ers' organization,  upon  the  employers 
covered  by  the  agreement  who  are 
affected  by  the  decision; 

(c)  in  the  case  of  a  collective  agreement 
between  a  council  of  trade  unions  and 
an  employer  or  an  employers'  organiza- 
tion, upon  the  members  or  affiliates  of 
the  council  and  the  employer  or  the 
employers  covered  by  the  agreement,  as 
the  case  may  be,  who  are  affected  by  the 
decision;  and 

(d)  upon  the  employees  covered  by  the 
agreement  who  are  affected  by  the  deci- 
sion, 

and  the  parties,  employers,  trade  unions  and 
employees  shall  do  or  abstain  from  doing  any- 
thing required  of  them  by  the  decision. 

(19)  Where  a  party,  employer,  trade  union 
or  employee  has  failed  to  comply  with  any  of 
the  terms  of  the  decision  of  an  arbitrator  or 
arbitration  board,  any  party,  employer,  trade 
union  or  employee  affected  by  the  decision 
may  file  in  the  Ontario  Court  (General  Divi- 
sion) a  copy  of  the  decision,  exclusive  of  the 
reasons  therefor,  in  the  prescribed  form, 
whereupon  the  decision  shall  be  entered  in  the 
same  way  as  a  judgment  or  order  of  that  court 
and  is  enforceable  as  such. 

(20)  The  Arbitration  Act,  1991  does  not 
apply  to  arbitrations  under  collective  agree- 
ments. R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  45  (10-12). 


Referral  of  49,  (l)  Despite  the  arbitration  provision  in 

gnevancesto  collective    agreement    or    deemed    to    be 

a  single  arbi-  .      ,     ,     .    .                ,,                                               . 

trator  included  in  a  collective  agreement  under  sec- 


Enforcement 

of  arbitration 
decisions 


Procedure 


motifs  raisonnables  qui  justifient  la  proroga- 
tion et  que  la  partie  adverse  ne  subit  pas  de 
préjudice  important  de  ce  fait.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  par.  45  (6). 

(17)  Si  l'arbitre  ou  le  conseil  d'arbitrage  Substitution 
juge  qu'un  employé  a  fait  l'objet  d'un  congé-  ^p*"»111* 
diement  ou  d'une  autre  mesure  disciplinaire 
motivés  par  son  employeur  et  que  la  conven- 
tion collective  ne  prévoit  aucune  pénalité  pré- 
cise pour  l'infraction  faisant  l'objet  de  l'arbi- 
trage, il  peut  substituer  au  congédiement  ou  à 
la  mesure  disciplinaire  la  pénalité  qui  lui  sem- 
ble juste  et  raisonnable  dans  les  circons- 
tances. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  45  (9), 
révisé. 


(18)  La  décision  de  l'arbitre  ou  du  conseil   Effet  de  la 
d'arbitrage  lie:  «£* 

a)  les  parties; 

b)  dans  le  cas  d'une  convention  collective 
entre  un  syndicat  et  une  association  pa- 
tronale, les  employeurs  à  qui  s'applique 
la  convention  collective  et  qui  sont  visés 
par  la  décision; 

c)  dans  le  cas  d'une  convention  collective 
entre  un  conseil  de  syndicats  et  un  em- 
ployeur ou  une  association  patronale,  les 
membres  ou  les  affiliés  du  conseil  et 
l'employeur  ou  les  employeurs,  selon  le 
cas,  à  qui  s'applique  la  convention  col- 
lective et  qui  sont  visés  par  la  décision; 

d)  les  employés  à  qui  s'applique  la  conven- 
tion et  qui  sont  visés  par  la  décision, 

et  ces  parties,  employeurs,  syndicats  et  em- 
ployés se  conforment  à  la  décision. 

(19)  Si  la  partie,  l'employeur,  le  syndicat  ou   Exécution 


des  décisions 
arbitrales 


l'employé  ne  s'est  pas  conformé  à  une  condi- 
tion de  la  décision  rendue  par  l'arbitre  ou  le 
conseil  d'arbitrage,  la  partie,  l'employeur,  le 
syndicat  ou  l'employé  visé  par  la  décision  peut 
déposer,  dans  la  forme  prescrite,  à  la  Cour  de 
l'Ontario  (Division  générale),  une  copie  du 
dispositif  de  la  décision.  À  compter  du  dépôt, 
la  décision  est  consignée  de  la  même  façon 
qu'un  jugement  ou  une  ordonnance  de  cette 
Cour  et  devient  exécutoire  au  même  titre. 

(20)  La  Loi  de  1991  sur  l'arbitrage  ne  s'ap-   Procédure 
plique  pas  aux  arbitrages  régis  par  des  conven- 
tions collectives.    L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par. 
45  (10)  à  (12). 

49.  (1)  Malgré  les  dispositions  sur  l'arbitra-  Gnefsoum» 
ge  contenues  dans  une  convention  collective  un""^"* 
ou  réputées  y  être  contenues  en  vertu  de  Parti- 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


63 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Request  for 
references 


Same 


Minister  to 

appoint 

arbitrator 


Same 


Settlement 
officer 


Powers  and 
duties  of 
arbitrator 


tion  48,  a  party  to  a  collective  agreement  may 
request  the  Minister  to  refer  to  a  single  arbitra- 
tor, to  be  appointed  by  the  Minister,  any  differ- 
ence between  the  parties  to  the  collective 
agreement  arising  from  the  interpretation, 
application,  administration  or  alleged  violation 
of  the  agreement,  including  any  question  as  to 
whether  a  matter  is  arbitrable.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  46  (1),  revised. 

(2)  Subject  to  subsection  (3),  a  request 
under  subsection  (1)  may  be  made  by  a  party 
to  the  collective  agreement  in  writing  after  the 
grievance  procedure  under  the  agreement  has 
been  exhausted  or  after  30  days  have  elapsed 
from  the  time  at  which  the  grievance  was  first 
brought  to  the  attention  of  the  other  party, 
whichever  first  occurs,  but  no  such  request 
shall  be  made  beyond  the  time,  if  any,  stipu- 
lated in  or  permitted  under  the  agreement  for 
referring  the  grievance  to  arbitration. 

(3)  Despite  subsection  (2),  where  a  differ- 
ence between  the  parties  to  a  collective  agree- 
ment is  a  difference  respecting  discharge  from 
or  other  termination  of  employment,  a  request 
under  subsection  (1)  may  be  made  by  a  party 
to  the  collective  agreement  in  writing  after  the 
grievance  procedure  under  the  agreement  has 
been  exhausted  or  after  14  days  have  elapsed 
from  the  time  at  which  the  grievance  was  first 
brought  to  the  attention  of  the  other  party, 
whichever  first  occurs,  but  no  such  request 
shall  be  made  beyond  the  time,  if  any,  stipu- 
lated in  or  permitted  under  the  agreement  for 
referring  the  grievance  to  arbitration. 

(4)  Where  a  request  is  received  under  sub- 
section (1),  the  Minister  shall  appoint  a  single 
arbitrator  who  shall  have  exclusive  jurisdiction 
to  hear  and  determine  the  matter  referred  to 
him  or  her,  including  any  question  as  to 
whether  a  matter  is  arbitrable  and  any  question 
as  to  whether  the  request  was  timely. 

(5)  Where  a  request  or  more  than  one 
request  concerns  several  differences  arising 
under  the  collective  agreement,  the  Minister 
may  in  his  or  her  discretion  appoint  an  arbitra- 
tor under  subsection  (4)  to  deal  with  all  the 
differences  raised  in  the  request  or  requests. 

(6)  The  Minister  may  appoint  a  settlement 
officer  to  confer  with  the  parties  and  endeav- 
our to  effect  a  settlement  prior  to  the  hearing 
by  an  arbitrator  appointed  under  subsection 
(4).  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  46  (2-6). 

(7)  An  arbitrator  appointed  under  subsection 
(4)  shall  commence  to  hear  the  matter  referred 
to  him  or  her  within  21  days  after  the  receipt 


Demande 
pour  renvoi  i 
l'arbitrage 


cle  48,  une  partie  à  une  convention  collective 
peut  demander  au  ministre  de  soumettre  à  un 
seul  arbitre,  que  le  ministre  désigne,  un  diffé- 
rend entre  les  parties  à  la  convention  collective 
que  soulèvent  l'interprétation,  l'application, 
l'administration  ou  une  prétendue  violation  de 
la  convention,  y  compris  la  question  de  savoir 
s'il  y  a  matière  à  arbitrage.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  par.  46  (1),  révisé. 

(2)  Sous  réserve  du  paragraphe  (3),  la 
demande  visée  au  paragraphe  (1)  peut  être  pré- 
sentée par  écrit  par  une  partie  à  la  convention 
collective,  une  fois  épuisée  la  procédure  de 
grief  prévue  par  la  convention,  ou  après  que  30 
jours  se  sont  écoulés  à  compter  de  la  date  où  le 
grief  a  été  pour  la  première  fois  porté  à  la 
connaissance  de  l'autre  partie,  selon  le  premier 
de  ces  événements.  Elle  ne  peut  pas  être  pré- 
sentée après  l'expiration  du  délai,  s'il  y  en  a 
un,  imparti  ou  autorisé  en  vertu  de  la  conven- 
tion pour  soumettre  le  grief  à  l'arbitrage. 

(3)  Malgré  le  paragraphe  (2),  lorsqu'un  dif-   Idem 
férend  entre  les  parties  à  une  convention  col- 
lective porte  sur  un  congédiement  ou  une  autre 
cessation  d'emploi,  une  demande  conforme  au 
paragraphe  (1)  peut  être  présentée  par  écrit  par 

une  partie  à  la  convention  collective  une  fois 
épuisée  la  procédure  de  grief  prévue  par  la 
convention,  ou  après  que  14  jours  se  sont  écou- 
lés à  compter  du  jour  où  le  grief  a  été  pour  la 
première  fois  porté  à  la  connaissance  de  l'autre 
partie,  selon  le  premier  de  ces  événements. 
Elle  ne  peut  pas  être  présentée  après  l'expira- 
tion du  délai,  s'il  y  en  a  un,  imparti  ou  autorisé 
en  vertu  de  la  convention  pour  soumettre  le 
grief  à  l'arbitrage. 

(4)  S'il  reçoit  une  demande  conforme  au  Le  ministre 
paragraphe  (1),  le  ministre  désigne  un  arbitre  ^j!^"6"" 
unique  qui  a  compétence  exclusive  pour  enten- 
dre et  trancher  la  question  qui  lui  est  soumise, 

y  compris  les  questions  de  savoir  s'il  y  a  ma- 
tière à  arbitrage  et  si  les  délais  ont  été  respec- 
tés. 

(5)  Si  une  ou  plusieurs  demandes  portent  idem 
sur  plusieurs  différends  découlant  de  la  con- 
vention collective,  le  ministre  peut,  à  sa  discré- 
tion, désigner  un  arbitre  en  vertu  du  paragra- 
phe (4)  pour  se  prononcer  sur  tous  les 
différends  soumis  dans  la  ou  les  demandes. 


Agent  de 
règlement 


(6)  Le  ministre  peut  désigner  un  agent  de 
règlement  pour  s'entretenir  avec  les  parties  et 
s'efforcer  de  parvenir  à  un  règlement  avant 
l'audience  devant  l'arbitre  désigné  en  vertu  du 
paragraphe  (4).  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par. 
46  (2)  à  (6). 

(7)  L'arbitre  désigné  en  vertu  du  paragraphe  Pouvoirs  et 
(4)  tient  sa  première  audience  sur  la  question  zteKji 
qui  lui  est  soumise  dans  les  21  jours  de  la  date 


64 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Oral 
decisions 


Payment  of 
arbitrator 


Approval  of 

arbitrators, 

etc. 


Consensual 
mediation- 
arbitration 


Prerequisite 


Appointment 
by  Minister 


Proceedings 
to  begin 


Same 


Mediation 


of  the  request  by  the  Minister  and  the  provi- 
sions of  subsections  48  (7)  and  (9)  to  (20) 
apply  with  all  necessary  modifications  to  the 
arbitrator,  the  parties  and  the  decision  of  the 
arbitrator.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  46  (7), 
amended. 

(8)  Upon  the  agreement  of  the  parties,  the 
arbitrator  shall  deliver  an  oral  decision  forth- 
with or  as  soon  as  practicable  without  giving 
his  or  her  reasons  in  writing  therefor. 

(9)  Where  the  Minister  has  appointed  an 
arbitrator  under  subsection  (4),  each  of  the  par- 
ties shall  pay  one-half  of  the  remuneration  and 
expenses  of  the  person  appointed. 

(10)  The  Minister  may  establish  a  list  of 
approved  arbitrators  and,  for  the  purpose  of 
advising  him  or  her  with  respect  to  persons 
qualified  to  act  as  arbitrators  and  matters  relat- 
ing to  arbitration,  the  Minister  may  constitute  a 
labour-management  advisory  committee  com- 
posed of  a  chair  to  be  designated  by  the  Min- 
ister and  six  members,  three  of  whom  shall 
represent  employers  and  three  of  whom  shall 
represent  trade  unions,  and  their  remuneration 
and  expenses  shall  be  as  the  Lieutenant  Gover- 
nor in  Council  determines.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  46  (8-10). 

50.  (1)  Despite  any  grievance  or  arbitration 
provision  in  a  collective  agreement  or  deemed 
to  be  included  in  the  collective  agreement 
under  section  48,  the  parties  to  the  collective 
agreement  may,  at  any  time,  agree  to  refer  one 
or  more  grievances  under  the  collective  agree- 
ment to  a  single  mediator-arbitrator  for  the 
purpose  of  resolving  the  grievances  in  an  expe- 
ditious and  informal  manner. 

(2)  The  parties  shall  not  refer  a  grievance  to 
a  mediator-arbitrator  unless  they  have  agreed 
upon  the  nature  of  any  issues  in  dispute. 

(3)  The  parties  may  jointly  request  the  Min- 
ister to  appoint  a  mediator-arbitrator  if  they  are 
unable  to  agree  upon  one  and  the  Minister 
shall  make  the  appointment. 

(4)  Subject  to  subsection  (5),  a  mediator- 
arbitrator  apppointed  by  the  Minister  shall 
begin  proceedings  within  30  days  after  being 
appointed. 

(5)  The  Minister  may  direct  a  mediator- 
arbitrator  appointed  by  him  or  her  to  begin 
proceedings  on  such  date  as  the  parties  jointly 
request. 

(6)  The  mediator-arbitrator  shall  endeavour 
to  assist  the  parties  to  settle  the  grievance  by 
mediation. 


où  le  ministre  a  reçu  la  demande.  Les  paragra- 
phes 48  (7)  et  (9)  à  (20)  s'appliquent,  avec  les 
adaptations  nécessaires,  à  l'arbitre,  aux  parties 
et  à  la  décision  rendue  par  l'arbitre.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  par.  46  (7),  modifié. 

(8)  Après  l'accord  des  parties,  l'arbitre  rend   Décision 
sa  décision  sans  délai  ou  le  plus  tôt  possible,  orale 
oralement  et  sans  motifs  écrits. 


(9)  Lorsque  le  ministre  a  désigné  l'arbitre   Rémunéra- 
en  vertu  du  paragraphe  (4),  chaque  partie  lui   tion 
verse  une  moitié  de  la  rémunération  et  des 
indemnités  auxquelles  a  droit  l'arbitre. 

(10)  Le  ministre  peut  dresser  une  liste  d'ar-  Arbitres 
bitres  agréés.  Dans  le  but  de  le  conseiller  sur  agréés 
les  personnes  ayant  les  qualités  requises  pour 
remplir  les  fonctions  d'arbitre  et  sur  les  ques- 
tions relatives  à  l'arbitrage,  il  peut  constituer 

un  comité  consultatif  syndical-patronal,  com- 
posé d'un  président  désigné  par  le  ministre  et 
de  six  membres  dont  trois  représentent  des  em- 
ployeurs et  trois  représentent  des  syndicats.  Le 
lieutenant-gouverneur  en  conseil  fixe  la  rému- 
nération et  les  indemnités  des  membres  du  co- 
mité. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  46  (8)  à 
(10). 

50.  (1)  Malgré  les  dispositions  sur  le  grief  Médiation- 
ou  l'arbitrage  contenues  dans  une  convention  art"tra8e 

consensuel 

collective  ou  réputées  y  être  incluses  aux 
termes  de  l'article  48,  les  parties  à  la  conven- 
tion collective  peuvent,  à  n'importe  quel  mo- 
ment, convenir  de  soumettre  un  ou  plusieurs 
griefs  découlant  de  la  convention  collective  à 
un  médiateur-arbitre  unique  afin  de  les  résou- 
dre rapidement  et  de  manière  informelle. 

(2)  Les  parties  ne  doivent  pas  soumettre  de  Condition 
grief  à  un  médiateur-arbitre  à  moins  qu'elles 
n'aient  convenu  de  la  nature  des  questions  en 

litige. 

(3)  Les  parties  peuvent  conjointement  de-   Désignation 
mander  au  ministre  de  désigner  un  médiateur-   paHe. 

.....  .  °  ,  ...      ministre 

arbitre  si  elles  ne  parviennent  pas  à  en  choisir 
un  et  le  ministre  effectue  la  désignation. 

(4)  Sous  réserve  du  paragraphe  (5),  le  mé-  Commence- 
diateur-arbitre  désigné  par  le  ministre  com-   SSfL 
mence  l'instance  dans  les  30  jours  qui  suivent 

sa  désignation. 

(5)  Le  ministre  peut  ordonner  au  médiateur-   '«km 
arbitre  qu'il  a  désigné  de  commencer  l'instan- 
ce à  la  date  demandée  conjointement  par  les 
parties. 

(6)  Le    médiateur-arbitre    s'efforce    d'aider  Médiation 
les  parties  à  régler  le  grief  par  voie  de  média- 
tion. 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


65 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Arbitration 


Same 


Time  for 
decision 


Application 


Permissive 
provisions 


Where  non- 
member 
employee 
cannot  be 
required  to 
be 
discharged 


(7)  If  the  parties  are  unable  to  settle  the 
grievance  by  mediation,  the  mediator-arbitra- 
tor shall  endeavour  to  assist  the  parties  to 
agree  upon  the  material  facts  in  dispute  and 
then  shall  determine  the  grievance  by  arbitra- 
tion. 

(8)  When  determining  the  grievance  by 
arbitration,  the  mediator-arbitrator  may  limit 
the  nature  and  extent  of  evidence  and  submis- 
sions and  may  impose  such  conditions  as  he  or 
she  considers  appropriate. 

(9)  The  mediator-arbitrator  shall  give  a  suc- 
cinct decision  within  five  days  after  complet- 
ing proceedings  on  the  grievance  submitted  to 
arbitration. 

(10)  Subsections  48  (12)  to  (19)  apply  with 
respect  to  a  mediator-arbitrator  and  a  settle- 
ment, determination  or  decision  under  this  sec- 
tion. 1992,  c.  21,  s.  25. 

51.  (1)  Despite  anything  in  this  Act,  but 
subject  to  subsection  (4),  the  parties  to  a  col- 
lective agreement  may  include  in  it  provisions, 

(a)  for  requiring,  as  a  condition  of  employ- 
ment, membership  in  the  trade  union 
that  is  a  party  to  or  is  bound  by  the 
agreement  or  granting  a  preference  of 
employment  to  members  of  the  trade 
union,  or  requiring  the  payment  of  dues 
or  contributions  to  the  trade  union; 

(b)  for  permitting  an  employee  who  repre- 
sents the  trade  union  that  is  a  party  to  or 
is  bound  by  the  agreement  to  attend  to 
the  business  of  the  trade  union  during 
working  hours  without  deduction  of  the 
time  so  occupied  in  the  computation  of 
the  time  worked  for  the  employer  and 
without  deduction  of  wages  in  respect  of 
the  time  so  occupied; 

(c)  for  permitting  the  trade  union  that  is  a 
party  to  or  is  bound  by  the  agreement 
the  use  of  the  employer's  premises  for 
the  purposes  of  the  trade  union  without 
payment  therefor. 

(2)  No  trade  union  that  is  a  party  to  a  col- 
lective agreement  containing  a  provision  men- 
tioned in  clause  (1)  (a)  shall  require  the 
employer  to  discharge  an  employee  because, 

(a)  the  employee  has  been  expelled  or  sus- 
pended from  membership  in  the  trade 
union;  or 

(b)  membership  in  the  trade  union  has  been 
denied  to  or  withheld  from  the 
employee; 

for  the  reason  that  the  employee, 


(7)  Si  les  parties  ne  parviennent  pas  à  régler  Arbitrage 
le  grief  par  voie  de  médiation,  le  médiateur- 
arbitre  s'efforce  de  les  aider  à  s'entendre  sur 

les  faits  substantiels  en  litige,  puis  il  statue  sur 
le  grief  par  voie  d'arbitrage. 

(8)  Lorsqu'il   statue  sur  le  grief  par  voie   'dem 
d'arbitrage,  le  médiateur-arbitre  peut  restrein- 
dre la  nature  et  l'étendue  de  la  preuve  et  des 
observations  et  imposer  les  conditions  qu'il 
estime  appropriées. 

(9)  Le  médiateur-arbitre  rend  une  décision   Délai  pour 

concise  dans  les  cinq  jours  qui  suivent  la  fin  de  [,e,ndre  une 

décision 

l'instance  relative  au  grief  soumis  à  l'arbi- 
trage. 

(10)  Les  paragraphes  48  (12)  à  (19)  s'appli-  Champ 
quent  à  l'égard  du  médiateur-arbitre  et  du  rè-  daPP|lcation 
glement  ou  de  la  décision  visés  au  présent  arti- 
cle. 1992,  chap.  21,  art.  25. 

51.  (1)  Malgré  toute  disposition  de  la  pré-   Dispositions 
sente  loi,  mais  sous  réserve  du  paragraphe  (4),   Permises 
les  parties  à  une  convention  collective  peuvent 
y  inclure  des  dispositions  qui  : 

a)  exigent,  comme  condition  d'emploi, 
d'être  membre  du  syndicat  qui  est  partie 
à  la  convention  ou  qui  est  lié  par 
celle-ci,  accordent  une  priorité  d'emploi 
aux  membres  du  syndicat  ou  exigent 
que  soient  versés  au  syndicat  des  cotisa- 
tions ou  contributions; 

b)  permettent  à  un  employé  représentant  le 
syndicat  qui  est  partie  à  la  convention 
ou  qui  est  lié  par  celle-ci  de  s'occuper 
des  affaires  du  syndicat  pendant  les 
heures  de  travail,  sans  exclure  du  calcul 
des  heures  de  son  travail  le  temps  ainsi 
employé  et  sans  diminution  de  salaire; 


c)  permettent  à  un  syndicat  qui  est  partie  à 
la  convention  collective  ou  qui  est  lié 
par  celle-ci  d'utiliser  gratuitement  les 
locaux  de  l'employeur  pour  ses  activités 
syndicales. 

(2)  Nul  syndicat  qui  est  partie  à  une  con-  Cas  où  le 

vention   collective   contenant   une   disposition   C0I,gedie- 

v  ,,   ,•    ,     /.%     s  .  ,     ,,  ment  ne  peut 

prévue  a  1  alinéa  (1)  a)  ne  peut  exiger  de  1  em-  être  exigé 

ployeur  qu'il  congédie  un  employé  : 

a)  ou  bien  qui  n'est  plus  membre  du  syndi- 
cat pour  en  avoir  été  expulsé  ou  suspen- 
du; 

b)  ou  bien  qui  s'est  vu  nier  ou  différer  le 
droit  d'adhérer  au  syndicat. 


pour  le  motif,  selon  le  cas,  qu'il 


66 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Where  subs. 
(2)  does  not 
apply 


Union 
security 
provision 
in  first 
agreement 


(c)  was  or  is  a  member  of  another  trade 
union; 

(d)  has  engaged  in  activity  against  the  trade 
union  or  on  behalf  of  another  trade 
union; 

(e)  has  engaged  in  reasonable  dissent  within 
the  trade  union; 

(f)  has  been  discriminated  against  by  the 
trade  union  in  the  application  of  its 
membership  rules;  or 

(g)  has  refused  to  pay  initiation  fees,  dues 
or  other  assessments  to  the  trade  union 
which  are  unreasonable. 

(3)  Subsection  (2)  does  not  apply  to  an 
employee  who  has  engaged  in  unlawful  activ- 
ity against  the  trade  union  mentioned  in  clause 
(1)  (a)  or  an  officer,  official  or  agent  thereof  or 
whose  activity  against  the  trade  union  or  on 
behalf  of  another  trade  union  has  been  insti- 
gated or  procured  by  the  employee's  employer 
or  any  person  acting  on  the  employer's  behalf 
or  whose  employer  or  a  person  acting  on  the 
employer's  behalf  has  participated  in  such 
activity  or  contributed  financial  or  other  sup- 
port to  the  employee  in  respect  of  the  activity. 

(4)  A  trade  union  and  the  employer  of  the 
employees  concerned  shall  not  enter  into  a  col- 
lective agreement  that  includes  provisions 
requiring,  as  a  condition  of  employment,  mem- 
bership in  the  trade  union  that  is  a  party  to  or 
is  bound  by  the  agreement  unless  the  trade 
union  has  established  at  the  time  it  entered  into 
the  agreement  that  not  less  than  55  per  cent  of 
the  employees  in  the  bargaining  unit  were 
members  of  the  trade  union,  but  this  subsection 
does  not  apply, 

(a)  where  the  trade  union  has  been  certified 
as  the  bargaining  agent  of  the  employ- 
ees of  the  employer  in  the  bargaining 
unit; 

(b)  where  the  trade  union  has  been  a  party 
to  or  bound  by  a  collective  agreement 
with  the  employer  for  at  least  one  year; 

(c)  where  the  employer  becomes  a  member 
of  an  employer's  organization  that  has 
entered  into  a  collective  agreement  with 
the  trade  union  or  council  of  trade 
unions  containing  such  a  provision  and 
agrees  with  the  trade  union  or  council  of 
trade  unions  to  be  bound  by  such  agree- 
ment; or 

(d)  where  the  employer  and  the  employer's 
employees  in  the  bargaining  unit  are 
engaged  in  the  construction,  alteration, 
decoration,   repair   or   demolition    of  a 


c)  était  ou  est  membre  d'un  autre  syndicat; 

d)  s'est  livré  à  des  activités  contre  le  syndi- 
cat ou  pour  le  compte  d'un  autre  syndi- 
cat; 

e)  a  exprimé  des  opinions  dissidentes  rai- 
sonnables au  sein  du  syndicat; 

f)  a  fait  l'objet  de  discrimination  de  la  part 
du  syndicat  dans  l'application  des  règles 
portant  sur  l'affiliation  de  ses  membres; 

g)  a  refusé  de  payer  au  syndicat  ses  droits 
d'adhésion,  sa  cotisation  ou  d'autres  im- 
positions qui  sont  excessifs. 

(3)  Le  paragraphe  (2)  ne  s'applique  pas  à 
l'employé  qui  s'est  livré  à  des  activités  illicites 
contre  le  syndicat  visé  à  l'alinéa  (1)  a),  contre 
son  dirigeant,  agent  ou  représentant,  ou  dont 
les  activités  contre  le  syndicat  ou  pour  le 
compte  d'un  autre  syndicat  ont  été  provoquées 
ou  favorisées  par  son  employeur  ou  par  qui- 
conque agissant  pour  le  compte  de  l'employeur 
ou  dont  l'employeur  ou  une  personne  agissant 
pour  le  compte  de  cet  employeur  a  participé  à 
ces  activités,  y  a  contribué  financièrement  ou 
d'autre  façon. 

(4)  Le  syndicat  ainsi  que  l'employeur  des 
employés  visés  ne  concluent  pas  de  convention 
collective  qui  comprend  des  dispositions  impo- 
sant, comme  condition  d'emploi,  qu'une  per- 
sonne soit  membre  du  syndicat  partie  à  la  con- 
vention ou  lié  par  celle-ci,  à  moins  que  ce 
syndicat  n'ait  démontré  qu'au  moment  où  la 
convention  a  été  conclue,  au  moins  55  pour 
cent  des  employés  compris  dans  l'unité  de  né- 
gociation étaient  membres  du  syndicat.  Toute- 
fois, le  présent  paragraphe  ne  s'applique  pas 
dans  l'un  quelconque  des  cas  suivants  : 

a)  le  syndicat  a  été  accrédité  comme  agent 
négociateur  des  employés  au  service  de 
l'employeur  compris  dans  l'unité  de  né- 
gociation; 

b)  le  syndicat  est  partie  à  une  convention 
collective  avec  l'employeur  ou  est  lié 
par  celle-ci,  depuis  au  moins  un  an; 

c)  l'employeur  devient  membre  d'une 
association  patronale  qui  a  conclu  une 
convention  collective  avec  le  syndicat 
ou  un  conseil  de  syndicats  contenant 
une  telle  disposition  et  a  consenti  à  être 
lié  par  la  convention; 


d)  l'employeur  et  ses  employés  compris 
dans  l'unité  de  négociation  se  livrent  à 
la  construction,  à  la  transformation,  à  la 
décoration,  à  la  réparation  ou  à  la  démo- 


Non-applica- 
tiondu 
par.  (2) 


Dispositions 
sur  la  sécuri- 
té syndicale 
dans  la 
première 
convention 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


67 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Continuation 
of  permissive 
provisions 


Same 


building,  structure,  road,  sewer,  water  or 
gas  main,  pipe  line,  tunnel,  bridge, 
canal,  or  other  work  at  the  site. 


(5)  Despite  anything  in  this  Act,  where  the 
parties  to  a  collective  agreement  have  included 
in  it  any  of  the  provisions  permitted  by  subsec- 
tion (  1  ),  any  of  such  provisions  may  be  contin- 
ued in  effect  during  the  period  when  the  parties 
are  bargaining  with  a  view  to  the  renewal,  with 
or  without  modifications,  of  the  agreement  or 
to  the  making  of  a  new  agreement. 

(6)  Despite  anything  in  this  Act,  where  the 
parties  to  a  collective  agreement  have  included 
in  it  any  of  the  provisions  permitted  by  subsec- 
tion (1)  and  the  employer  who  was  a  party  to 
or  was  bound  by  the  agreement  sells  the 
employer's  business  within  the  meaning  of 
section  69,  any  of  the  provisions  that  were 
included  in  the  collective  agreement  may  be 
continued  in  effect  during  the  period  when  the 
person  to  whom  the  business  was  sold  and  the 
trade  union  that  is  the  bargaining  agent  for  the 
person's  employees  in  the  appropriate  bargain- 
ing unit  by  reason  of  the  sale  bargain  with  a 
view  to  the  making  of  a  new  agreement. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  47. 

52.  (1)  Where  the  Board  is  satisfied  that  an 
employee  because  of  his  or  her  religious  con- 
viction or  belief, 

(a)  objects  to  joining  a  trade  union;  or 

(b)  objects  to  the  paying  of  dues  or  other 
assessments  to  a  trade  union, 


the  Board  may  order  that  the  provisions  of  a 
collective  agreement  of  the  type  mentioned  in 
clause  51  (1)  (a)  do  not  apply  to  the  employee 
and  that  the  employee  is  not  required  to  join 
the  trade  union,  to  be  or  continue  to  be  a  mem- 
ber of  the  trade  union,  or  to  pay  any  dues,  fees 
or  assessments  to  the  trade  union,  provided 
that  amounts  equal  to  any  initiation  fees,  dues 
or  other  assessments  are  paid  by  the  employee 
to  or  are  remitted  by  the  employer  to  a  chari- 
table organization  mutually  agreed  upon  by  the 
employee  and  the  trade  union,  but  if  the 
employee  and  the  trade  union  fail  to  so  agree 
then  to  a  charitable  organization  registered  as  a 
charitable  organization  in  Canada  under  Part  I 
of  the  Income  Tax  Act  (Canada)  that  may  be 
designated  by  the  Board.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.48(l). 

Application         (2)  Subsection  (1)  applies  to  employees  in 
3S  the  employ  of  an  employer  at  the  time  a  col- 

lective agreement  containing  a  provision  of  the 
kind    mentioned    in    subsection    (1)    is    first 


Religious 
objections 


lition  de  bâtiments,  d'ouvrages,  de 
routes,  d'égouts,  de  conduites  d'eau  ou 
de  gaz,  de  canalisations,  de  tunnels,  de 
ponts,  de  canaux  et  à  d'autres  travaux 
accessoires  effectués  sur  les  lieux. 

(5)  Malgré  toute  disposition  de  la  présente  Lesdisposi- 

loi,  si  les  parties  à  une  convention  collective  y   "onsc°nu- 

j  .  .  .  J     nuenl  a 

ont  mclu  des  dispositions  permises  par  le  para-   s'appliquer 

graphe  (1),  le  maintien  de  ces  dispositions  est 

permis  pendant  que  les  parties  négocient  en 

vue  du  renouvellement  de  la  convention,  avec 

ou  sans  modifications,  ou  en  vue  d'en  conclure 

une  nouvelle. 

(6)  Malgré  toute  disposition  de  la  présente   |dem 
loi,  si  les  parties  à  une  convention  collective 

ont  inclu  des  dispositions  permises  par  le  para- 
graphe (1),  et  que  l'employeur  partie  à  la  con- 
vention ou  lié  par  celle-ci  vend  son  entreprise, 
au  sens  de  l'article  69,  le  maintien  de  ces  dis- 
positions est  permis  pendant  que  l'acheteur  et 
le  syndicat  qui  est  l'agent  négociateur  de  ses 
employés  compris  dans  l'unité  de  négociation 
négocient  en  vue  de  conclure  une  nouvelle 
convention.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  47. 


52.  (1)  Si   la  Commission   est   convaincue  Convictions 
qu'un  employé,  à  cause  de  ses  convictions  ou   rel|8ieuses 
de  ses  croyances  religieuses  : 

a)  soit  s'oppose  à  devenir  membre  d'un 
syndicat; 

b)  soit  s'oppose  au  versement  de  cotisa- 
tions ou  d'autres  impositions  au  syndi- 
cat, 

la  Commission  peut  ordonner  que  les  disposi- 
tions d'une  convention  collective  de  la  nature 
de  celles  visées  à  l'alinéa  51  (1)  a)  ne  s'appli- 
quent pas  à  cet  employé  et  qu'il  ne  soit  pas 
tenu  de  devenir  membre  du  syndicat,  de  conti- 
nuer à  en  faire  partie  ni  de  lui  verser  des  coti- 
sations, des  droits  ni  des  impositions  pourvu, 
toutefois,  qu'une  somme  égale  aux  droits 
d'adhésion,  aux  cotisations  ou  à  d'autres  impo- 
sitions soit  versée  par  l'employé  ou  remise  par 
l'employeur  à  une  œuvre  de  bienfaisance  sur 
laquelle  l'employé  et  le  syndicat  se  sont  mis 
d'accord.  Toutefois,  s'il  n'y  a  pas  accord,  la 
somme  doit  être  versée  à  une  œuvre  de  charité 
enregistrée  en  tant  que  telle  au  Canada  en  ver- 
tu de  la  partie  I  de  la  Loi  de  l'impôt  sur  le 
revenu  (Canada)  que  peut  désigner  la  Commis- 
sion. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  48  (1). 

(2)  Le  paragraphe  (1)  s'applique  aux  em-   Champ 
ployés  qui  sont  employés  par  un  employeur  à  j  ap^lcfa1tlon 
la  date  où  une  convention  collective  contenant 
une  disposition  visée  à  ce  même  paragraphe 


68 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Certain 
agreements 
not  to  be 
treated  as 
collective 
agreements 


Discrimina- 
tion prohib- 
ited 


More 
than  one 
collective 
agreement 
prohibited 


Binding 
effect  of 
collective 
agreements 
on  employ- 
ers, trade 
unions  and 
employees 


Binding 
effect  of 
collective 
agreements 
on  members 
of  employ- 
ers' organi- 
zations 


Duty  to 
disclose 


entered  into  with  that  employer  and  only  dur- 
ing the  life  of  such  collective  agreement,  and 
does  not  apply  to  employees  whose  employ- 
ment commences  after  the  entering  into  of  the 
collective  agreement.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  48  (2);  1993,  c.  27,  Sched. 

Operation  of  Collective  Agreements 

53.  An  agreement  between  an  employer  or 
an  employers'  organization  and  a  trade  union 
shall  be  deemed  not  to  be  a  collective  agree- 
ment for  the  purposes  of  this  Act  if  an 
employer  or  employers'  organization  partici- 
pated in  the  formation  or  administration  of  the 
trade  union  or  contributed  financial  or  other 
support  to  the  trade  union.  New. 

54.  A  collective  agreement  must  not  dis- 
criminate against  any  person  if  the  discrimina- 
tion is  contrary  to  the  Human  Rights  Code  or 
the  Canadian  Charter  of  Rights  and  Freedoms. 
1992,  c.  21,  s.  26,  part. 

55.  There  shall  be  only  one  collective 
agreement  at  a  time  between  a  trade  union  or 
council  of  trade  unions  and  an  employer  or 
employers'  organization  with  respect  to  the 
employees  in  the  bargaining  unit  defined  in  the 
collective  agreement.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  50. 

56.  A  collective  agreement  is,  subject  to 
and  for  the  purposes  of  this  Act,  binding  upon 
the  employer  and  upon  the  trade  union  that  is  a 
party  to  trie  agreement  whether  or  not  the  trade 
union  is  certified  and  upon  the  employees  in 
the  bargaining  unit  defined  in  the  agreement. 
R.S.O.  1990.C.  L.2,s.  51. 

57.  (1)  A  collective  agreement  between  an 
employers'  organization  and  a  trade  union  or 
council  of  trade  unions  is,  subject  to  and  for 
the  purposes  of  this  Act,  binding  upon  the 
employers'  organization  and  each  person  who 
was  a  member  of  the  employers'  organization 
at  the  time  the  agreement  was  entered  into  and 
on  whose  behalf  the  employers'  organization 
bargained  with  the  trade  union  or  council  of 
trade  unions  as  if  it  was  made  between  each  of 
such  persons  and  the  trade  union  or  council  of 
trade  unions  and  upon  the  employees  in  the 
bargaining  unit  defined  in  the  agreement,  and, 
if  any  such  person  ceases  to  be  a  member  of 
the  employers'  organization  during  the  term  of 
operation  of  the  agreement,  the  person  shall, 
for  the  remainder  of  the  term  of  operation  of 
the  agreement,  be  deemed  to  be  a  party  to  a 
like  agreement  with  the  trade  union  or  council 
of  trade  unions. 

(2)  When  an  employers'  organization  com- 
mences to  bargain  with  a  trade  union  or  coun- 
cil of  trade  unions,  it  shall  deliver  to  the  trade 


Conventions 
qui  sont 
réputées  ne 
pas  être  des 
conventions 
collectives 


Discrimina- 
tion interdite 


Une  seule 
convention 
collective  à 
la  fois 


est  conclue  pour  la  première  fois  avec  cet  em- 
ployeur et  uniquement  pendant  que  cette  con- 
vention est  en  vigueur.  Il  ne  s'applique  pas  aux 
employés  dont  l'emploi  débute  après  la  con- 
clusion de  la  convention.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  par.  48  (2);  1993,  chap.  27,  annexe. 

Application  de  la  convention  collective 

53.  La  convention  conclue  entre  un  em- 
ployeur ou  une  association  patronale  et  un  syn- 
dicat est  réputée  ne  pas  être  une  convention 
collective  pour  l'application  de  la  présente  loi 
si  un  employeur  ou  une  association  patronale  a 
participé  à  la  formation  ou  à  l'administration 
du  syndicat  ou  lui  a  fourni  une  aide  financière 
ou  autre.  Nouveau. 

54.  La  convention  collective  ne  doit  pas 
établir  de  discrimination  à  l'endroit  de  quicon- 
que si  celle-ci  est  contraire  au  Code  des  droits 
de  la  personne  ou  à  la  Charte  canadienne  des 
droits  et  libertés.  1992,  chap.  21,  art.  26,  en 
partie. 

55.  Il  ne  doit  y  avoir  qu'une  seule  conven- 
tion collective  à  la  fois  entre  un  syndicat  ou  un 
conseil  de  syndicats  et  un  employeur  ou  une 
association  patronale  à  l'égard  des  employés 
compris  dans  l'unité  de  négociation  définie 
dans  la  convention.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
art.  50. 

56.  La  convention  collective,  sous  réserve  Force  obiig»- 
et  pour  l'application  de  la  présente  loi,  lie  ,0,re 
l'employeur  et  le  syndicat  qui  est  partie  à  la 
convention,  que  ce  dernier  soit  accrédité  ou 
non.  La  convention  lie  aussi  les  employés 
compris  dans  l'unité  de  négociation  qui  y  est 
définie.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  51. 

57.  (1)  Sous  réserve  et  pour  l'application 
de  la  présente  loi,  une  convention  collective 
conclue  entre  une  association  patronale  et  un 
syndicat  ou  un  conseil  de  syndicats  lie  l'asso- 
ciation patronale  et  chaque  employeur  qui  en 
était  membre  à  la  date  de  sa  conclusion  et  pour 
le  compte  de  laquelle  l'association  a  négocié, 
de  la  même  façon  que  si  la  convention  avait 
été  conclue  entre  chaque  employeur  et  le  syn- 
dicat ou  le  conseil  de  syndicats.  Cette  conven- 
tion lie  aussi  tous  les  employés  compris  dans 
l'unité  de  négociation  qui  y  est  définie.  L'em- 
ployeur qui  cesse  d'être  membre  de  l'associa- 
tion patronale  pendant  que  la  convention  est 
toujours  en  vigueur  est  réputé,  jusqu'à  l'expi- 
ration de  celle-ci,  partie  à  une  convention 
identique  conclue  entre  lui  et  le  syndicat  ou  le 
conseil  de  syndicats. 


(2)  Lorsqu'une  association  patronale  entre-   Obligation 
prend  de  négocier  avec  un  syndicat  ou  un  con-   ^^Jf^ 
seil  de  syndicats,  elle  lui  remet  une  liste  des   mandants 


Force  obliga- 
toire — 
associations 
patronales 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


69 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Binding 
effect  of 
collective 
agreements 
on  members 
of  certified 
councils 


Binding 
effect  of 
collective 
agreements 
on  members 
or  affiliates 
of  councils 
of  trade 


Duty  to 
disclose 


union,  or  council  of  trade  unions  a  list  of  the 
names  of  the  employers  on  whose  behalf  it  is 
bargaining  and,  in  default  of  so  doing,  it  shall 
be  deemed  to  bargain  for  all  members  of  the 
employers'  organization  for  whose  employees 
the  trade  union  or  council  of  trade  unions  is 
entitled  to  bargain  and  to  make  a  collective 
agreement  at  that  time,  except  an  employer 
who,  either  alone  or  through  the  employers' 
organization,  has  notified  the  trade  union  or 
council  of  trade  unions  in  writing  before  the 
agreement  was  entered  into  that  the  employer 
will  not  be  bound  by  a  collective  agreement 
between  the  employers'  organization  and  the 
trade  union  or  council  of  trade  unions. 

(3)  A  collective  agreement  between  a  certi- 
fied council  of  trade  unions  and  an  employer 
is,  subject  to  and  for  the  purposes  of  this  Act, 
binding  upon  each  trade  union  that  is  a  constit- 
uent union  of  such  a  council  as  if  it  had  been 
made  between  each  of  such  trade  unions  and 
the  employer. 

(4)  A  collective  agreement  between  a  coun- 
cil of  trade  unions,  other  than  a  certified  coun- 
cil of  trade  unions,  and  an  employer  or  an 
employers'  organization  is,  subject  to  and  for 
the  purposes  of  this  Act,  binding  upon  the 
council  of  trade  unions  and  each  trade  union 
that  was  a  member  of  or  affiliated  with  the 
council  of  trade  unions  at  the  time  the  agree- 
ment was  entered  into  and  on  whose  behalf  the 
council  of  trade  unions  bargained  with  the 
employer  or  employers'  organization  as  if  it 
was  made  between  each  of  such  trade  unions 
and  the  employer  or  employers'  organization, 
and  upon  the  employees  in  the  bargaining  unit 
defined  in  the  agreement  and,  if  any  such  trade 
union  ceases  to  be  a  member  of  or  affiliated 
with  the  council  of  trade  unions  during  the 
term  of  operation  of  the  agreement,  it  shall,  for 
the  remainder  of  the  term  of  operation  of  the 
agreement,  be  deemed  to  be  a  party  to  a  like 
agreement  with  the  employer  or  employers' 
organization,  as  the  case  may  be. 

(5)  Where  a  council  of  trade  unions,  other 
than  a  certified  council  of  trade  unions,  com- 
mences to  bargain  with  an  employer  or  an 
employers'  organization,  it  shall  deliver  to  the 
employer  or  employers'  organization  a  list  of 
the  names  of  the  trade  unions  on  whose  behalf 
it  is  bargaining  and,  in  default  of  so  doing,  it 
shall  be  deemed  to  bargain  for  all  members  or 
affiliates  of  the  council  of  trade  unions  for 
whose  employees  the  respective  trade  unions 
are  entitled  to  bargain  and  to  make  a  collective 
agreement  at  that  time  with  the  employer  or 
the  employers'  organization,  except  a  trade 
union  that,  either  by  itself  or  through  the  coun- 
cil of  trade  unions,  has  notified  the  employer 
or  employer's  organization  in  writing  before 


employeurs  pour  le  compte  desquels  elle  négo- 
cie. A  défaut,  elle  est  réputée  négocier  pour 
tous  les  membres  de  l'association  ayant  des 
employés  pour  lesquels,  à  cette  date,  le  syndi- 
cat ou  le  conseil  de  syndicats  ont  le  droit  de 
négocier  et  de  conclure  une  convention  collec- 
tive. Toutefois  un  membre  peut,  avant  que  la 
convention  ne  soit  conclue,  valablement  aviser 
le  syndicat  ou  le  conseil  de  syndicats,  qu'il  ne 
sera  pas  lié  par  une  convention  collective  entre 
l'association  patronale  et  le  syndicat  ou  le  con- 
seil de  syndicats.  L'avis  est  écrit  et  communi- 
qué soit  directement  soit  par  l'intermédiaire  de 
l'association  patronale. 

(3)  Sous  réserve  et  pour  l'application  de  la 
présente  loi,  une  convention  collective  conclue 
entre  un  conseil  de  syndicats  accrédité  et  un 
employeur  lie  chaque  syndicat  qui  fait  partie 
du  conseil,  de  la  même  façon  que  si  elle  avait 
été  conclue  entre  chacun  de  ces  syndicats  et 
l'employeur. 

(4)  Sous  réserve  et  pour  l'application  de  la 
présente  loi,  une  convention  collective  conclue 
entre  un  conseil  de  syndicats  non  accrédité  et 
un  employeur  ou  une  association  patronale  lie 
le  conseil  et  chaque  syndicat  qui  au  moment  de 
sa  conclusion  était  membre  ou  affilié  du  con- 
seil et  pour  le  compte  desquels  il  a  négocié 
comme  si  elle  était  conclue  entre  chacun  de 
ces  syndicats  et  l'employeur  ou  l'association 
patronale.  La  convention  lie  aussi  tous  les  em- 
ployés compris  dans  l'unité  de  négociation  qui 
y  est  définie.  Le  syndicat  qui  cesse  d'être 
membre  du  conseil  ou  d'y  être  affilié  pendant 
que  la  convention  est  en  vigueur  est  réputé, 
jusqu'à  l'expiration  de  celle-ci,  partie  à  une 
convention  identique  conclue  entre  le  syndicat 
et  l'employeur  ou  l'association  patronale,  se- 
lon le  cas. 


(5)  Si  un  conseil  de  syndicats  non  accrédité 
entreprend  de  négocier  avec  un  employeur  ou 
une  association  patronale,  il  lui  remet  une  liste 
des  noms  des  syndicats  pour  le  compte  des- 
quels il  négocie.  À  défaut  de  ce  faire,  il  est 
réputé  négocier  pour  tous  les  membres  ou  syn- 
dicats affiliés  du  conseil  qui  ont  qualité,  à  cette 
date,  pour  négocier  et  conclure  une  convention 
collective  avec  l'employeur  ou  l'association 
patronale  pour  le  compte  des  employés  de 
ceux-ci.  Toutefois,  un  syndicat  peut,  avant  que 
la  convention  ne  soit  conclue,  valablement  avi- 
ser par  écrit  l'employeur  ou  l'association  pa- 
tronale, soit  directement  soit  par  l'inter- 
médiaire du  conseil  de  syndicats,  qu'il  ne  sera 
pas  lié  par  une  convention  collective  entre  le 


Force  obliga- 
toire — 
membres  des 
conseils 
accrédités 


Force  obliga- 
toire — 
membres  des 
conseils  non 
accrédités 


Obligation 
de  divulguer 
les  noms  des 
mandants 


70 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Minimum 
term  of 
collective 
agreements 


Extension  of 
term  of 
collective 
agreement 


Early  termi- 
nation of 
collective 
agreements 


Same 


Revision  by 

mutual 

consent 


Notice  of 
desire  to 
bargain 
for  new 
collective 
agreement 


the  agreement  is  entered  into  that  it  will  not  be 
bound  by  a  collective  agreement  between  the 
council  of  trade  unions  and  the  employer  or 
employers*  organization.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.52. 

58.  (1)  If  a  collective  agreement  does  not 
provide  for  its  term  of  operation  or  provides 
for  its  operation  for  an  unspecified  term  or  for 
a  term  of  less  than  one  year,  it  shall  be  deemed 
to  provide  for  its  operation  for  a  term  of  one 
year  from  the  date  that  it  commenced  to  oper- 
ate. 

(2)  Despite  subsection  (1),  the  parties  may, 
in  a  collective  agreement  or  otherwise  and 
before  or  after  the  collective  agreement  has 
ceased  to  operate,  agree  to  continue  the  oper- 
ation of  the  collective  agreement  or  any  of  its 
provisions  for  a  period  of  less  than  one  year 
while  they  are  bargaining  for  its  renewal  with 
or  without  modifications  or  for  a  new  agree- 
ment, but  such  continued  operation  does  not 
bar  an  application  for  certification  or  for  a 
declaration  that  the  trade  union  no  longer  rep- 
resents the  employees  in  the  bargaining  unit 
and  the  continuation  of  the  collective  agree- 
ment may  be  terminated  by  either  party  upon 
30  days  notice  to  the  other  party. 

(3)  A  collective  agreement  shall  not  be  ter- 
minated by  the  parties  before  it  ceases  to  oper- 
ate in  accordance  with  its  provisions  or  this 
Act  without  the  consent  of  the  Board  on  the 
joint  application  of  the  parties. 

(4)  Despite  anything  in  this  section,  where 
an  employer  joins  an  employers'  organization 
that  is  a  party  to  a  collective  agreement  with  a 
trade  union  or  council  of  trade  unions  and  the 
employer  agrees  with  the  trade  union  or  coun- 
cil of  trade  unions  to  be  bound  by  the  collec- 
tive agreement  between  the  trade  union  or 
council  of  trade  unions  and  the  employers' 
organization,  the  agreement  ceases  to  be  bind- 
ing upon  the  employer  and  the  trade  union  or 
council  of  trade  unions  at  the  same  time  as  the 
agreement  between  the  employers'  organiza- 
tion and  the  trade  union  or  council  of  trade 
unions  ceases  to  be  binding. 

(5)  Nothing  in  this  section  prevents  the  revi- 
sion by  mutual  consent  of  the  parties  at  any 
time  of  any  provision  of  a  collective  agree- 
ment other  than  a  provision  relating  to  its  term 
of  operation.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  53. 

59.  (1)  Either  party  to  a  collective  agree- 
ment may,  within  the  period  of  90  days  before 
the  agreement  ceases  to  operate,  give  notice  in 
writing  to  the  other  party  of  its  desire  to  bar- 
gain with  a  view  to  the  renewal,  with  or  with- 
out modifications,  of  the  agreement  then  in 


Durée  mini- 
male  d'une 
convention 
collective 


Prorogation 
d'une 
convention 
collective 


conseil  de  syndicats  et  l'employeur  ou  l'asso- 
ciation patronale.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art. 
52. 


58.  (1)  Si  la  convention  collective  ne  pré- 
voit pas  de  durée,  ou  prévoit  qu'elle  s'applique 
pour  une  durée  indéterminée  ou  pour  moins 
d'un  an,  la  convention  est  réputée  prévoir  une 
durée  d'un  an  à  compter  de  la  date  à  laquelle 
elle  est  entrée  en  vigueur. 

(2)  Malgré  le  paragraphe  (1),  les  parties 
peuvent,  dans  une  convention  collective  ou 
d'une  autre  façon,  même  après  son  expiration, 
s'entendre  pour  la  proroger  ou  en  proroger  une 
partie  pour  moins  d'un  an  pendant  qu'elles 
négocient  son  renouvellement,  avec  ou  sans 
modifications,  ou  cherchent  à  en  conclure  une 
nouvelle.  Cette  prorogation  ne  fait  pas  obstacle 
à  la  présentation  d'une  requête  en  accréditation 
ni  d'une  demande  de  déclaration  selon  laquelle 
le  syndicat  ne  représente  plus  les  employés 
compris  dans  cette  unité.  Chaque  partie  peut 
mettre  fin  à  la  prorogation  par  avis  de  30  jours 
donné  à  l'autre  partie. 


(3)  Les  parties  ne  peuvent  pas  mettre  fin  à  Expiration 
une  convention  collective  avant  son  terme  con-  P^maturee 
ventionnel  ou  légal  sans  l'assentiment  de  la  convention 
Commission  donné  sur  requête  commune  des  collective 
parties. 

(4)  Malgré  toute  disposition  du  présent  arti-   idem 
cle,  si  un  employeur  devient  membre  d'une 
association  patronale  qui  est  partie  à  une  con- 
vention collective  conclue  avec  un  syndicat  ou 

un  conseil  de  syndicats  et  qu'il  consent  avec 
eux  d'être  lié  par  celle-ci,  la  convention  ne  le 
lie  plus  ainsi  que  le  syndicat  ou  le  conseil  de 
syndicats  à  partir  du  moment  où  la  convention 
conclue  entre  l'association  patronale  et  le  syn- 
dicat ou  le  conseil  de  syndicats  n'a  plus  force 
obligatoire. 


(5)  Rien  dans  le  présent  article  n'empêche  Consente- 
la  révision,  du  consentement  mutuel  des  par-   "•«>«  mutuel 
ties,  d'une  disposition  de  la  convention  collec- 
tive,   sauf   de    celle    qui    porte    sur    sa    du- 
rée. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  53. 


59.  (1)  Chaque  partie  à  une  convention  col- 
lective peut,  dans  les  90  jours  qui  précèdent  la 
date  de  son  expiration,  donner  un  avis  écrit  à 
l'autre  partie  de  son  intention  de  négocier  son 
renouvellement,  avec  ou  sans  modifications, 
ou  d'en  conclure  une  nouvelle. 


Avis 

d'intention 
de  négocier 
une  nouvelle 
convention 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


71 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Notice  of 
desire  for 
new 

collective 
agreement 
for  employ- 
ers' organi- 
zation 


Same 


operation  or  to  the  making  of  a  new  agree- 
ment. 

Same  (2)  A  notice  given  by  a  party  to  a  collective 

agreement  in  accordance  with  provisions  in  the 
agreement  relating  to  its  termination  or 
renewal  shall  be  deemed  to  comply  with  sub- 
section (1). 

(3)  Where  notice  is  given  by  or  to  an 
employers'  organization  that  has  a  collective 
agreement  with  a  trade  union  or  council  of 
trade  unions,  it  shall  be  deemed  to  be  a  notice 
given  by  or  to  each  member  of  the  employers' 
organization  who  is  bound  by  the  agreement  or 
who  has  ceased  to  be  a  member  of  the  employ- 
ers' organization  but  has  not  notified  the  trade 
union  or  council  of  trade  unions  in  writing  that 
he,  she  or  it  has  ceased  to  be  a  member. 

(4)  Where  notice  is  given  by  or  to  a  council 
of  trade  unions,  other  than  a  certified  council 
of  trade  unions,  that  has  a  collective  agreement 
with  an  employer  or  employers'  organization, 
it  shall  be  deemed  to  be  a  notice  given  by  or  to 
each  member  or  affiliate  of  the  council  of  trade 
unions  that  is  bound  by  the  agreement  or  that 
has  ceased  to  be  a  member  or  affiliate  of  the 
council  of  trade  unions  but  has  not  notified  the 
employer  or  employers'  organization  in  writ- 
ing that  it  has  ceased  to  be  a  member  or  affili- 
ate. R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  54. 

60.  Sections  17  to  36  apply  to  the  bargain- 
ing that  follows  the  giving  of  a  notice  under 
section  59.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  55. 

61.  (1)  Where  a  certified  council  of  trade 
unions  is  a  party  to  or  is  bound  by  a  collective 
agreement,  no  resolution,  by-law  or  other 
action  by  the  constituent  unions  of  a  certified 
council  of  trade  unions  to  dissolve  the  council 
or  by  a  constituent  union  of  such  a  council  to 
withdraw  from  the  council,  as  the  case  may  be, 
has  effect, 

(a)  unless  a  copy  of  the  resolution,  by-law 
or  other  action  is  delivered  to  the 
employer  or  the  employers'  organization 
and,  in  the  case  of  a  withdrawal,  to  the 
other  constituent  members  and  to  the 
council  at  least  90  days  before  the  col- 
lective agreement  ceases  to  operate;  and 

(b)  until  the  collective  agreement  ceases  to 
operate. 

Same  (2)  Where    a    certified    council    of    trade 

unions  is  not  a  party  to  or  is  not  bound  by  a 
collective  agreement,  no  resolution,  by-law  or 
other  action  by  the  constituent  unions  of  a 
certified  council  of  trade  unions  to  dissolve  the 
council  or  by  a  constituent  union  of  such  a 
council  to  withdraw  from  the  council,  as  the 
case  may  be,  has  effect  until  the  90th  day  after 


Application 
of  ss.  17  to 
36 


Dissolution 
of  councils 
of  certified 
trade  unions 


(2)  L'avis  donné  par  une  partie  à  une  con- 
vention collective  conformément  aux  disposi- 
tions de  la  convention  qui  portent  sur  la  façon 
d'y  mettre  fin  ou  de  la  renouveler,  est  réputé 
conforme  au  paragraphe  (1). 

(3)  Si  l'avis  est  donné  ou  reçu  par  une  asso- 
ciation patronale  qui  a  conclu  une  convention 
collective  avec  un  syndicat  ou  un  conseil  de 
syndicats,  il  est  réputé  l'être  par  chaque  mem- 
bre de  l'association  lié  par  la  convention  ainsi 
que  par  chaque  employeur  qui  n'en  est  plus 
membre  tant  que  ce  dernier  n'a  pas  avisé  par 
écrit  le  syndicat  ou  le  conseil  de  syndicats  de 
ce  fait. 


(4)  Si  l'avis  est  donné  ou  reçu  par  un  con- 
seil de  syndicats  non  accrédité,  qui  a  conclu 
une  convention  collective  avec  un  employeur 
ou  une  association  patronale,  il  est  réputé  l'être 
par  chaque  membre  du  conseil  de  syndicats  ou 
par  chaque  conseil  de  syndicats  affilié  qui  est 
lié  par  la  convention  ou  qui  a  cessé  d'être 
membre  ou  affilié  tant  que  ce  dernier  n'a  pas 
avisé  par  écrit  l'employeur  ou  l'association  pa- 
tronale de  ce  fait.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
art.  54. 


Idem 


L'avis  lie 

l'ancien 

membre 


Idem 


60.  Les  articles  17  à  36  s'appliquent  aux  champdap- 
négociations  qui  suivent  l'avis  visé  à  l'article  pl!c^7°àndes 
59.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  55. 

61.  (1)  Si  un  conseil  de  syndicats  accrédité  Dissolution 
est  partie  à  une  convention  collective  ou  est  lié  ^^ndicats 
par  celle-ci,  les  résolutions,  règlements  admi-   accrédités 
nistratifs   et   autres   mesures   qu'adoptent   les 
syndicats  participants  en  vue  de  dissoudre  le 

conseil  ou  de  s'en  retirer  : 


a)  sont  nuls  à  moins  que  copie  n'en  soit 
remise  à  l'employeur  ou  à  l'association 
patronale  et,  dans  le  cas  d'un  retrait,  aux 
autres  membres  du  conseil  de  syndicats 
ainsi  qu'au  conseil,  au  moins  90  jours 
avant  l'expiration  de  la  convention  col- 
lective; 

b)  ne  prennent  pas  effet  avant  l'expiration 
de  la  convention  collective. 

(2)  Si  un  conseil  de  syndicats  accrédité  'dem 
n'est  pas  partie  à  une  convention  collective  ni 
lié  par  celle-ci,  les  résolutions,  règlements  ad- 
ministratifs et  autres  mesures  qu'adoptent,  se- 
lon le  cas,  le  conseil  de  syndicats  ou  un  syndi- 
cat qui  en  fait  partie  en  vue  de  dissoudre  le 
conseil  ou  de  s'en  retirer,  n'ont  pas  d'effet 
avant  le  90e  jour  qui  suit  la  date  où  copie  en 


72 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Effect  of 
certification 


Same 


Application 
for  termina- 
tion, no 
agreement 


Same, 
agreement 


the  day  on  which  a  copy  of  such  resolution, 
by-law  or  other  action  is  delivered  to  the 
employer  or  the  employers'  organization  and, 
in  the  case  of  a  withdrawal,  to  the  other  con- 
stituent members  and  to  the  council.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  56. 

Termination  of  Bargaining  Rights 

62.  (1)  If  the  trade  union  that  applies  for 
certification  under  subsection  7  (4),  (5)  or  (6) 
is  certified  as  bargaining  agent  for  any  of  the 
employees  in  the  bargaining  unit  defined  in  the 
collective  agreement,  the  trade  union  that  was 
or  is  a  party  to  the  agreement,  as  the  case  may 
be,  forthwith  ceases  to  represent  the  employees 
in  the  bargaining  unit  determined  in  the  certifi- 
cate and  the  agreement  ceases  to  operate  in  so 
far  as  it  affects  such  employees. 


(2)  If  the  trade  union  that  applies  for  certifi- 
cation under  subsection  7  (2)  is  certified  as 
bargaining  agent  for  any  of  the  employees  in 
the  bargaining  unit  defined  in  the  certificate 
issued  to  the  trade  union  that  was  previously 
certified,  the  latter  trade  union  forthwith 
ceases  to  represent  the  employees  in  the  bar- 
gaining unit  defined  in  the  certificate  issued  to 
the  former  trade  union.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  57. 

63.  (1)  If  a  trade  union  does  not  make  a 
collective  agreement  with  the  employer  within 
one  year  after  its  certification,  any  of  the 
employees  in  the  bargaining  unit  determined  in 
the  certificate  may,  subject  to  section  67,  apply 
to  the  Board  for  a  declaration  that  the  trade 
union  no  longer  represents  the  employees  in 
the  bargaining  unit.  R.S.O.  1990.  c.  L.2, 
s.  58(1). 

(2)  Any  of  the  employees  in  the  bargaining 
unit  defined  in  a  collective  agreement  may, 
subject  to  section  67,  apply  to  the  Board  for  a 
declaration  that  the  trade  union  no  longer  rep- 
resents the  employees  in  the  bargaining  unit, 


(a)  in  the  case  of  a  collective  agreement  for 
a  term  of  not  more  than  three  years, 
only  after  the  commencement  of  the  last 
two  months  of  its  operation; 

(b)  in  the  case  of  a  collective  agreement  for 
a  term  of  more  than  three  years,  only 
after  the  commencement  of  the  35th 
month  of  its  operation  and  before  the 
commencement  of  the  37th  month  of  its 
operation  and  during  the  two-month 
period  immediately  preceding  the  end  of 


est  remise  à  l'employeur,  à  l'association  patro- 
nale et,  dans  le  cas  d'un  retrait,  aux  autres 
membres  du  conseil  ainsi  qu'au  con- 
seil. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  56. 


Cessation  du  droit  de  négocier 

62.  (1)  Si  le  syndicat  qui  présente  une  re- 
quête en  accréditation  en  vertu  du  paragraphe 
7  (4),  (5)  ou  (6)  est  accrédité  comme  agent 
négociateur  de  tous  les  employés  ou  quelques- 
uns  d'entre  eux  compris  dans  une  unité  de  né- 
gociation définie  dans  la  convention  collective, 
le  syndicat  qui  est  ou  était  partie  à  la  conven- 
tion, selon  le  cas,  cesse  aussitôt  de  représenter 
les  employés  compris  dans  l'unité  déterminée 
dans  le  certificat  d'accréditation  et  la  conven- 
tion collective  ne  s'applique  plus  à  ces  em- 
ployés. 

(2)  Si  le  syndicat  qui  présente  une  requête 
en  accréditation  en  vertu  du  paragraphe  7  (2) 
est  accrédité  comme  agent  négociateur  de  tous 
les  employés  ou  quelques-uns  d'entre  eux 
compris  dans  l'unité  de  négociation  définie 
dans  le  certificat  d'accréditation  délivré  au 
syndicat  accrédité  antérieurement,  l'ancien 
syndicat  ne  représente  plus  les  employés  com- 
pris dans  l'unité  de  négociation  définie  dans  le 
certificat  d'accréditation  délivré  au  nouveau 
syndicat.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  57. 

63.  (1)  Si  un  syndicat  ne  conclut  pas  de 
convention  collective  avec  l'employeur  dans 
l'année  qui  suit  la  date  de  son  accréditation, 
tout  employé  compris  dans  l'unité  de  négocia- 
tion définie  dans  le  certificat  d'accréditation 
peut,  sous  réserve  de  l'article  67,  demander  à 
la  Commission  par  voie  de  requête  de  déclarer 
que  le  syndicat  ne  représente  plus  les  employés 
compris  dans  cette  unité.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  par.  58(1). 

(2)  Tout  employé  compris  dans  l'unité  de 
négociation  définie  dans  la  convention  collec- 
tive peut,  sous  réserve  de  l'article  67,  deman- 
der à  la  Commission  par  voie  de  requête  de 
déclarer  que  le  syndicat  ne  représente  plus  les 
employés  compris  dans  cette  unité,  mais  seule- 
ment : 

a)  dans  le  cas  où  la  durée  de  la  convention 
collective  n'excède  pas  trois  ans,  après 
le  début  des  deux  derniers  mois  de  son 
application; 

b)  dans  le  cas  où  la  durée  de  la  convention 
excède  trois  ans,  après  le  début  du  35e 
mois  de  son  application  et  avant  le  dé- 
but du  37e  mois  de  son  application  et, 
ensuite,  pendant  les  deux  mois  qui  pré- 
cèdent immédiatement  la  fin  de  chaque 
année  pendant  laquelle  elle  continue  de 


Effet  de  l'ac- 
créditation 


Idem 


Absence  de 
convention 
collective 


Idem,  une 
convention 
collective  a 
été  conclue 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Labour  Relations  Act,  1995 


Projet  7 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


73 


Notice  to 
employer, 
trade  union 


Evidence 


Direction  re 
representa- 


Same 


Same 


No  hearing 


Timing  of 
vote 


each  year  that  the  agreement  continues 
to  operate  thereafter  or  after  the  com- 
mencement of  the  last  two  months  of  its 
operation,  as  the  case  may  be; 

(c)  in  the  case  of  a  collective  agreement 
referred  to  in  clause  (a)  or  (b)  that  pro- 
vides that  it  will  continue  to  operate  for 
any  further  term  or  successive  terms  if 
either  party  fails  to  give  to  the  other 
notice  of  termination  or  of  its  desire  to 
bargain  with  a  view  to  the  renewal,  with 
or  without  modifications,  of  the  agree- 
ment or  to  the  making  of  a  new  agree- 
ment, only  during  the  last  two  months  of 
each  year  that  it  so  continues  to  operate 
or  after  the  commencement  of  the  last 
two  months  of  its  operation,  as  the  case 
may  be.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  58  (2), 
revised. 

(3)  The  applicant  shall  deliver  a  copy  of  the 
application  to  the  employer  and  the  trade 
union  by  such  time  as  is  required  under  the 
rules  made  by  the  Board  and,  if  there  is  no 
rule,  not  later  than  the  day  on  which  the  appli- 
cation is  filed  with  the  Board. 

(4)  The  application  filed  with  the  Board 
shall  be  accompanied  by  a  list  of  the  names  of 
the  employees  in  the  bargaining  unit  who  have 
expressed  a  wish  not  to  be  represented  by  the 
trade  union  and  evidence  of  the  wishes  of 
those  employees,  but  the  applicant  shall  not 
give  this  information  to  the  employer  or  trade 
union. 

(5)  If  the  Board  determines  that  40  per  cent 
or  more  of  the  employees  in  the  bargaining 
unit  appear  to  have  expressed  a  wish  not  to  be 
represented  by  the  trade  union  at  the  time  the 
application  was  filed,  the  Board  shall  direct 
that  a  representation  vote  be  taken  among  the 
employees  in  the  bargaining  unit. 

(6)  The  number  of  employees  in  the  bar- 
gaining unit  who  appear  to  have  expressed  a 
wish  not  to  be  represented  by  the  trade  union 
shall  be  determined  with  reference  only  to  the 
information  provided  in  the  application  and  the 
accompanying  information  provided  under 
subsection  (4). 

(7)  The  Board  may  consider  such  informa- 
tion as  it  considers  appropriate  to  determine 
the  number  of  employees  in  the  bargaining 
unit. 

(8)  The  Board  shall  not  hold  a  hearing  when 
making  a  decision  under  subsection  (5). 

(9)  Unless  the  Board  directs  otherwise,  the 
representation  vote  shall  be  held  within  five 


s'appliquer  ou  après  le  début  des  deux 
derniers  mois  de  son  application,  selon 
le  cas; 

c)  dans  le  cas  où  la  convention  collective 
visée  à  l'alinéa  a)  ou  b)  prévoit  sa  re- 
conduction pour  une  autre  période  ou 
pour  des  périodes  successives  à  défaut 
par  une  partie  de  donner  à  l'autre  un 
avis  de  dénonciation  ou  un  avis  de  son 
intention  de  négocier  en  vue  de  son  re- 
nouvellement, sous  réserve  ou  non  de 
modifications  ou  de  son  remplacement, 
pendant  les  deux  derniers  mois  de  cha- 
que année  de  sa  reconduction  ou  après 
le  début  des  deux  derniers  mois  de  son 
application,  selon  le  cas.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  par.  58  (2),  révisé. 

(3)  Le  requérant  remet  une  copie  de  la  re- 
quête à  l'employeur  et  au  syndicat  dans  les 
délais  prévus  par  les  règles  établies  par  la 
Commission  et,  en  l'absence  de  règles,  au  plus 
tard  le  jour  où  la  requête  est  déposée  auprès  de 
la  Commission. 

(4)  La  requête  qui  est  déposée  auprès  de  la 
Commission  est  accompagnée  d'une  liste  des 
noms  des  employés  compris  dans  l'unité  de 
négociation  qui  ont  exprimé  le  désir  de  ne  pas 
être  représentés  par  le  syndicat  ainsi  que  de  la 
preuve  des  désirs  de  ces  employés,  mais  le 
requérant  ne  doit  pas  donner  ces  renseigne- 
ments à  l'employeur  ni  au  syndicat. 

(5)  Si  elle  détermine  que  40  pour  cent  ou 
plus  des  employés  compris  dans  l'unité  de  né- 
gociation semblent  avoir  exprimé  le  désir  de 
ne  pas  être  représentés  par  le  syndicat  au  mo- 
ment du  dépôt  de  la  requête,  la  Commission 
ordonne  la  tenue  d'un  scrutin  de  représentation 
auprès  des  employés  compris  dans  l'unité  de 
négociation. 

(6)  Le  nombre  d'employés  compris  dans 
l'unité  de  négociation  qui  semblent  avoir  ex- 
primé le  désir  de  ne  pas  être  représentés  par  le 
syndicat  n'est  déterminé  que  sur  la  foi  des 
renseignements  fournis  dans  la  requête  et  de 
ceux  qui  l'accompagnent  aux  termes  du  para- 
graphe (4). 

(7)  La  Commission  peut  tenir  compte  des 
renseignements  qu'elle  estime  appropriés  pour 
déterminer  le  nombre  d'employés  compris 
dans  l'unité  de  négociation. 

(8)  La  Commission  ne  doit  pas  tenir  d'au- 
dience lorsqu'elle  rend  une  décision  aux 
termes  du  paragraphe  (5). 

(9)  Sauf  ordonnance  contraire  de  la  Com- 
mission, le  scrutin  de  représentation  se  tient 


Avis  à  l'em- 
ployeur et  au 
syndicat 


Preuve 


Ordonnance 
relative  au 
scrutin  de  re- 
présentation 


Idem 


Idem 


Aucune 
audience 


Délai  de 
tenue  du 
scrutin 


74 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Conduct  of 
vote 


Sealing  of 
ballot  box, 
etc. 


Subsequent 
hearing 


Exception 


Declaration 
of  termina- 
tion follow- 
ing vote 


Dismissal  of 
application 


Same, 

employer 

misconduct 


Declaration 
of  termina- 
tion of 
abandonment 


Declaration 
to  terminate 
agreement 


Where 

certificate 
obtained  by 
fraud 


days  (excluding  Saturdays,  Sundays  and  holi- 
days) after  the  day  on  which  the  application  is 
filed  with  the  Board. 


(10)  The  representation  vote  shall  be  by  bal- 
lots cast  in  such  a  manner  that  individuals 
expressing  their  choice  cannot  be  identified 
with  the  choice  made. 

(11)  The  Board  may  direct  that  one  or  more 
ballots  be  segregated  and  that  the  ballot  box 
containing  the  ballots  be  sealed  until  such  time 
as  the  Board  directs. 

(12)  After  the  representation  vote  has  been 
taken,  the  Board  may  hold  a  hearing  if  the 
Board  considers  it  necessary  in  order  to  dis- 
pose of  the  application. 

(13)  When  disposing  of  an  application,  the 
Board  shall  not  consider  any  challenge  to  the 
information  provided  under  subsection  (4). 
New. 

(14)  If  on  the  taking  of  the  representation 
vote  more  than  50  per  cent  of  the  ballots  cast 
are  cast  in  opposition  to  the  trade  union,  the 
Board  shall  declare  that  the  trade  union  that 
was  certified  or  that  was  or  is  a  party  to  the 
collective  agreement,  as  the  case  may  be,  no 
longer  represents  the  employees  in  the  bargain- 
ing unit.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  58  (4). 

(15)  The  Board  shall  dismiss  the  application 
unless  more  than  50  per  cent  of  the  ballots  cast 
in  the  representation  vote  by  the  employees  in 
the  bargaining  unit  are  cast  in  opposition  to  the 
trade  union. 

(16)  Despite  subsections  (5)  and  (14),  the 
Board  may  dismiss  the  application  if  the  Board 
is  satisfied  that  the  employer  or  a  person  acting 
on  behalf  of  the  employer  initiated  the  applica- 
tion or  engaged  in  threats,  coercion  or  intimi- 
dation in  connection  with  the  application.  New. 

(17)  Upon  an  application  under  subsection 
(1)  or  (2),  where  the  trade  union  concerned 
informs  the  Board  that  it  does  not  desire  to 
continue  to  represent  the  employees  in  the  bar- 
gaining unit,  the  Board  may  declare  that  the 
trade  union  no  longer  represents  the  employees 
in  the  bargaining  unit. 

(18)  Upon  the  Board  making  a  declaration 
under  subsection  (14)  or  (17),  any  collective 
agreement  in  operation  between  the  trade 
union  and  the  employer  that  is  binding  upon 
the  employees  in  the  bargaining  unit  ceases  to 
operate  forthwith.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  58 
(5,  6). 

64.  (1)  If  a  trade  union  has  obtained  a  cer- 
tificate by  fraud,  the  Board  may  at  any  time 


dans  les  cinq  jours,  exception  faite  des  same- 
dis, des  dimanches  et  des  jours  fériés,  qui  sui- 
vent le  jour  du  dépôt  de  la  requête  auprès  de  la 
Commission. 

(10)  Lors  d'un  scrutin  de  représentation,  les 
bulletins  de  vote  sont  remplis  de  manière  que 
l'identité  de  la  personne  qui  vote  ne  puisse  être 
déterminée. 

(11)  La  Commission  peut  ordonner  qu'un 
ou  plusieurs  bulletins  de  vote  soient  séparés  et 
que  les  urnes  où  ils  sont  déposés  soient  scel- 
lées jusqu'au  moment  qu'elle  indique. 

(12)  Une  fois  tenu  le  scrutin  de  représenta- 
tion, la  Commission  peut  tenir  une  audience  si 
elle  le  juge  nécessaire  pour  statuer  sur  la  re- 
quête. 

(13)  Lorsqu'elle  statue  sur  une  requête,  la 
Commission  ne  doit  tenir  compte  d'aucune 
contestation  des  renseignements  fournis  aux 
termes  du  paragraphe  (4).  Nouveau. 

(14)  Si,  lors  de  ce  scrutin,  plus  de  50  pour 
cent  des  bulletins  de  vote  sont  à  rencontre  du 
syndicat,  la  Commission  déclare  que  le  syndi- 
cat accrédité  ou  qui  est  ou  était  partie  à  la 
convention,  selon  le  cas,  ne  représente  plus  les 
employés  compris  dans  l'unité  de  négocia- 
tion. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  58  (4). 

(15)  La  Commission  rejette  la  requête  à 
moins  que  plus  de  50  pour  cent  des  voix  expri- 
mées lors  du  scrutin  de  représentation  par  les 
employés  compris  dans  l'unité  de  négociation 
ne  le  soient  contre  le  syndicat. 

(16)  Malgré  les  paragraphes  (5)  et  (14),  la 
Commission  peut  rejeter  la  requête  si  elle  est 
convaincue  que  l'employeur  ou  une  personne 
qui  agit  pour  son  compte  est  à  l'origine  de  la 
requête  ou  a  eu  recours  à  la  menace,  à  la  con- 
trainte ou  à  l'intimidation  relativement  à  la 
requête.  Nouveau. 

(17)  Lorsqu'une  requête  conforme  au  para- 
graphe (1)  ou  (2)  a  été  présentée,  et  que  le 
syndicat  intéressé  avise  la  Commission  qu'il 
ne  veut  plus  représenter  les  employés  compris 
dans  l'unité  de  négociation,  la  Commission 
peut  déclarer  que  le  syndicat  ne  les  représente 
plus. 

(18)  Dès  le  moment  de  la  déclaration  pré- 
vue au  paragraphe  (14)  ou  (17),  la  convention 
collective  en  vigueur  entre  le  syndicat  et  l'em- 
ployeur qui  lie  les  employés  compris  dans 
l'unité  de  négociation  prend  fin  sans  dé- 
lai. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  58  (5)  et  (6). 

64.  (1)  Si  un  syndicat  a  obtenu  son  certifi- 
cat d'accréditation  par  fraude,  la  Commission 


Tenue  du 
scrutin 


Les  urnes 
sont  scellées 


Audience 
subséquente 


Exception 


Révocation  à 
la  suite  d'un 
scrutin 


Rejet  de  la 
requête 


Idem,  in- 
conduite de 
l'employeur 


Révocation 
sans  scrutin 


Effet  de  la 
déclaration 
sur  la 
convention 


Accrédita- 
tion obtenue 
par  fraude 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Labour  Relations  Act,  1995 


Projet  7 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


75 


Non-applica- 
tion 


Decertifica- 
tion obtained 
by  fraud 


Non-applica- 
tion 


Termination 
for  failure  to 
give  notice 


Same,  for 
failure  to 
bargain 


Termination 
of  bargaining 
rights  after 
voluntary 
recognition 


declare  that  the  trade  union  no  longer  repre- 
sents the  employees  in  the  bargaining  unit  and, 
upon  the  making  of  such  a  declaration,  the 
trade  union  is  not  entitled  to  claim  any  rights 
or  privileges  flowing  from  certification  and,  if 
it  has  made  a  collective  agreement  binding 
upon  the  employees  in  the  bargaining  unit,  the 
collective  agreement  is  void.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  59. 

(2)  Subsection  8  (9)  does  not  apply  with 
respect  to  an  application  for  a  declaration 
under  subsection  (1). 

(3)  If  an  applicant  has  obtained  a  declara- 
tion under  section  63  by  fraud,  the  Board  may 
at  any  time  rescind  the  declaration.  If  the 
declaration  is  rescinded,  the  trade  union  is 
restored  as  the  bargaining  agent  for  the 
employees  in  the  bargaining  unit  and  any  col- 
lective agreement  that,  but  for  the  declaration, 
would  have  applied  with  respect  to  the 
employees  becomes  binding  as  if  the  declara- 
tion had  not  been  made. 

(4)  Subsection  63  (13)  does  not  apply  with 
respect  to  an  application  for  the  recission 
under  subsection  (3)  of  a  declaration.  New. 

65.  (1)  If  a  trade  union  fails  to  give  the 
employer  notice  under  section  16  within  60 
days  following  certification  or  if  it  fails  to  give 
notice  under  section  59  and  no  such  notice  is 
given  by  the  employer,  the  Board  may,  upon 
the  application  of  the  employer  or  of  any  of 
the  employees  in  the  bargaining  unit,  and  with 
or  without  a  representation  vote,  declare  that 
the  trade  union  no  longer  represents  the 
employees  in  the  bargaining  unit.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  60  (1);  1993,  c.  27,  Sched. 

(2)  Where  a  trade  union  that  has  given 
notice  under  section  16  or  section  59  or  that 
has  received  notice  under  section  59  fails  to 
commence  to  bargain  within  60  days  from  the 
giving  of  the  notice  or,  after  having  com- 
menced to  bargain  but  before  the  Minister  has 
appointed  a  conciliation  officer  or  mediator, 
allows  a  period  of  60  days  to  elapse  during 
which  it  has  not  sought  to  bargain,  the  Board 
may,  upon  the  application  of  the  employer  or 
of  any  of  the  employees  in  the  bargaining  unit 
and  with  or  without  a  representation  vote, 
declare  that  the  trade  union  no  longer  repre- 
sents the  employees  in  the  bargaining  unit. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  60  (2);  1993,  c.  27, 
Sched. 

66.  (1)  Where  an  employer  and  a  trade 
union  that  has  not  been  certified  as  the  bar- 
gaining agent  for  a  bargaining  unit  of  employ- 
ees of  the  employer  enter  into  a  collective 
agreement,  or  a  recognition  agreement  as  pro- 


Non-applica- 
tion 


Retrait  de 
l'accrédita- 
tion obtenu 
frauduleuse- 
ment 


peut,  en  tout  temps,  déclarer  qu'il  ne  repré- 
sente plus  les  employés  compris  dans  l'unité 
de  négociation,  auquel  cas  le  syndicat  est  dé- 
chu des  droits  et  privilèges  découlant  de  l'ac- 
créditation. S'il  a  conclu  une  convention  col- 
lective qui  lie  les  employés  compris  dans 
l'unité  de  négociation,  cette  convention  est 
nulle.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  59. 

(2)  Le  paragraphe  8  (9)  ne  s'applique  pas  à 
une  requête  présentée  en  vue  d'obtenir  une 
déclaration  prévue  au  paragraphe  (1). 

(3)  Si  un  requérant  a  obtenu  frauduleuse- 
ment une  déclaration  prévue  à  l'article  63,  la 
Commission  peut  en  tout  temps  annuler  la  dé- 
claration, auquel  cas  le  syndicat  est  rétabli 
comme  agent  négociateur  des  employés  com- 
pris dans  l'unité  de  négociation  et  toute  con- 
vention collective  qui,  n'eut  été  de  la  déclara- 
tion, se  serait  appliquée  aux  employés  lie  les 
parties  comme  si  la  déclaration  n'avait  pas  été 
faite. 

(4)  Le  paragraphe  63  (13)  ne  s'applique  pas 
à  une  requête  présentée  en  vue  de  l'annulation, 
aux  termes  du  paragraphe  (3),  d'une  déclara- 
tion. Nouveau. 

65.  (1)  Si  un  syndicat  ne  donne  pas  à  l'em- 
ployeur l'avis  prévu  par  l'article  16  dans  les  60 
jours  de  son  accréditation,  ou  s'il  ne  donne  pas 
l'avis  prévu  par  l'article  59  et  que  cet  avis 
n'est  pas  donné  par  l'employeur,  la  Commis- 
sion peut,  à  la  requête  de  l'employeur  ou  de 
tout  employé  compris  dans  l'unité  de  négocia- 
tion, qu'elle  tienne  ou  non  un  scrutin  de  repré- 
sentation, déclarer  que  ce  dernier  ne  représente 
plus  ces  employés.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
par.  60  (1);  1993,  chap.  27,  annexe. 

(2)  Si  un  syndicat  qui  a  donné  l'avis  prévu 
par  l'article  16  ou  59  ou  qui  a  reçu  l'avis  prévu 
par  l'article  59  n'engage  pas  de  négociations 
dans  les  60  jours  de  la  date  de  l'avis  ou  lors- 
que, une  fois  les  négociations  engagées  mais 
avant  la  désignation  par  le  ministre  d'un  conci- 
liateur ou  d'un  médiateur,  il  laisse  s'écouler  60 
jours  sans  chercher  à  négocier,  la  Commission 
peut,  à  la  requête  de  l'employeur  ou  de  tout 
employé  compris  dans  l'unité  de  négociation, 
qu'elle  tienne  ou  non  un  scrutin  de  représenta- 
tion, déclarer  que  ce  dernier  ne  représente  plus 
ces  employés.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  60 
(2);  1993,  chap.  27,  annexe. 


66.  (1)  Si  un  employeur  et  un  syndicat,  qui  Révocation 

n'est  pas  accrédité  comme  agent  négociateur  dl; dro"  d,e, 

,,  „'    a         x        •  .•         ?        -      j  négocier  a  la 

d  une  unite  de   négociation  formée  des  em-  suite  d'une 

ployés  de  cet  employeur,  concluent  une  con-  reconnais- 

vention  collective  ou  l'accord  de  reconnais-  sance  voion- 


Non-applica- 
tion 


Révocation 
suite  au 
défaut  de 
donner  avis 


Idem,  défaut 
de  négocier 


76  Bill  7  LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Powers  of 
Board  before 
disposing  of 
application 


Onus 


Declaration 
to  terminate 
agreement 


Application 
for  certifica- 
tion or  termi- 
nation after 
conciliation 


vided  for  in  subsection  18  (3),  the  Board  may, 
upon  the  application  of  any  employee  in  the 
bargaining  unit  or  of  a  trade  union  representing 
any  employee  in  the  bargaining  unit,  during 
the  first  year  of  the  period  of  time  that  the  first 
collective  agreement  between  them  is  in  oper- 
ation or,  if  no  collective  agreement  has  been 
entered  into,  within  one  year  from  the  signing 
of  such  recognition  agreement,  declare  that  the 
trade  union  was  not,  at  the  time  the  agreement 
was  entered  into,  entitled  to  represent  the 
employees  in  the  bargaining  unit.  R.S.O.  1990, 
c.L.2,  s.  61  (1). 

(2)  Before  disposing  of  an  application  under 
subsection  (1),  the  Board  may  make  such 
inquiry,  require  the  production  of  such  evi- 
dence and  the  doing  of  such  things,  or  hold 
such  representation  votes,  as  it  considers 
appropriate.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  61  (2); 
1993,  c.  27,  Sched. 

(3)  On  an  application  under  subsection  (1), 
the  onus  of  establishing  that  the  trade  union 
was  entitled  to  represent  the  employees  in  the 
bargaining  unit  at  the  time  the  agreement  was 
entered  into  rests  on  the  parties  to  the  agree- 
ment. 

(4)  Upon  the  Board  making  a  declaration 
under  subsection  (1),  the  trade  union  forthwith 
ceases  to  represent  the  employees  in  the 
defined  bargaining  unit  in  the  recognition 
agreement  or  collective  agreement  and  any 
collective  agreement  in  operation  between  the 
trade  union  and  the  employer  ceases  to  operate 
forthwith  in  respect  of  the  employees  affected 
by  the  application.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  61 
(3,  4). 

Timeliness  of  Representation  Applications 

67.  (1)  Subject  to  subsection  (3),  where  a 
trade  union  has  not  made  a  collective  agree- 
ment within  one  year  after  its  certification  and 
the  Minister  has  appointed  a  conciliation 
officer  or  a  mediator  under  this  Act,  no  appli- 
cation for  certification  of  a  bargaining  agent 
of,  or  for  a  declaration  that  a  trade  union  no 
longer  represents,  the  employees  in  the  bar- 
gaining unit  determined  in  the  certificate  shall 
be  made  until, 


(a)  30  days  have  elapsed  after  the  Minister 
has  released  to  the  parties  the  report  of  a 
conciliation  board  or  mediator; 


(b)  30  days  have  elapsed  after  the  Minister 
has  released  to  the  parties  a  notice  that 
he  or  she  does  not  consider  it  advisable 
to  appoint  a  conciliation  board;  or 


sance  volontaire  prévu  au  paragraphe  1 8  (3),  la 
Commission,  après  avoir  reçu  une  requête  à  ce 
sujet  d'un  employé  compris  dans  l'unité  de 
négociation  ou  d'un  syndicat  représentant  un 
employé  de  cette  unité,  dans  la  première  année 
de  la  première  convention  collective  conclue 
entre  eux  ou,  si  aucune  convention  collective 
n'a  été  conclue,  dans  l'année  de  la  signature  de 
l'accord  de  reconnaissance  volontaire,  peut  dé- 
clarer que  le  syndicat  n'avait  pas,  à  la  date  de 
la  signature  de  la  convention  ou  de  l'accord, 
qualité  de  représenter  les  employés  compris 
dans  l'unité  de  négociation.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  par.  61  (1). 

(2)  Avant  de  se  prononcer  sur  une  requête 
présentée  en  vertu  du  paragraphe  (1),  la  Com- 
mission peut,  selon  ce  qu'elle  estime  opportun, 
faire  des  enquêtes,  exiger  la  production  de 
preuves  et  l'accomplissement  d'actes  ou  tenir 
des  scrutins  de  représentation.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  par.  61  (2);  1993,  chap.  27,  annexe. 

(3)  Lorsqu'une  requête  est  présentée  en  ver- 
tu du  paragraphe  (1),  le  fardeau  d'établir  que 
le  syndicat  avait  la  qualité  de  représenter  les 
employés  compris  dans  l'unité  de  négociation 
à  la  date  où  elle  a  été  conclue  incombe  aux 
parties  à  la  convention. 

(4)  Dès  le  moment  de  la  déclaration  prévue 
au  paragraphe  (1),  le  syndicat  ne  représente 
plus  les  employés  compris  dans  l'unité  de  né- 
gociation définie  dans  l'accord  de  reconnais- 
sance volontaire  ou  dans  la  convention  collec- 
tive. Toute  convention  collective  alors  en 
vigueur  entre  le  syndicat  et  l'employeur  cesse 
aussitôt  de  s'appliquer  aux  employés  visés  par 
la  requête.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  61  (3) 
et  (4). 

DÉLAIS  DE  PRÉSENTATION  DES  REQUÊTES 

67.  (1)  Sous  réserve  du  paragraphe  (3),  si 
un  syndicat  n'a  pas  conclu  de  convention  col- 
lective dans  l'année  de  son  accréditation  et  que 
le  ministre  a  désigné  un  conciliateur  ou  un 
médiateur  en  vertu  de  la  présente  loi,  aucune 
requête  en  accréditation  d'un  agent  négocia- 
teur pour  l'unité  de  négociation  définie  dans  le 
certificat  d'accréditation,  ni  en  déclaration  se- 
lon laquelle  le  syndicat  ne  représente  plus  les 
employés  compris  dans  cette  unité,  n'est  rece- 
vable,  selon  le  cas  : 

a)  avant  que  30  jours  ne  se  soient  écoulés 
depuis  la  remise  aux  parties  par  le  mi- 
nistre du  rapport  d'une  commission  de 
conciliation  ou  d'un  médiateur; 

b)  avant  que  30  jours  ne  se  soient  écoulés 
depuis  la  remise  aux  parties  par  le  mi- 
nistre d'un  avis  les  informant  qu'il  ne 
juge  pas  opportun  de  constituer  une 
commission  de  conciliation; 


Pouvoirs  de 
la  Commis- 
sion avant  de 
se  prononcer 
sur  une  re- 
quête 


Fardeau  de  la 
preuve 


Déclaration 
qui  met  fin  à 
une  conven- 
tion 


Requêtes  en 
accréditation 
ou  en 
révocation 
après  la 
conciliation 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


77 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Same 


Application 
for  certifica- 
tion or  termi- 
nation during 
lawful  strike 


(c)  six  months  have  elapsed  after  the  Min- 
ister has  released  to  the  parties  a  notice 
of  a  report  of  the  conciliation  officer 
that  the  differences  between  the  parties 
concerning  the  terms  of  a  collective 
agreement  have  been  settled, 

as  the  case  may  be. 

(2)  Where  notice  has  been  given  under  sec- 
tion 59  and  the  Minister  has  appointed  a  con- 
ciliation officer  or  a  mediator,  no  application 
for  certification  of  a  bargaining  agent  of  any  of 
the  employees  in  the  bargaining  units  as 
defined  in  the  collective  agreement  and  no 
application  for  a  declaration  that  the  trade 
union  that  was  a  party  to  the  collective  agree- 
ment no  longer  represents  the  employees  in  the 
bargaining  unit  as  defined  in  the  agreement 
shall  be  made  after  the  date  when  the  agree- 
ment ceased  to  operated  or  the  date  when  the 
Minister  appointed  a  conciliation  officer  or  a 
mediator,  whichever  is  later,  unless  following 
the  appointment  of  a  conciliation  officer  or  a 
mediator,  if  no  collective  agreement  has  been 
made, 

(a)  at  least  12  months  have  elapsed  from 
the  date  of  the  appointment  of  the  con- 
ciliation officer  or  a  mediator; 

(b)  a  conciliation  board  or  a  mediator  has 
been  appointed  and  30  days  have 
elapsed  after  the  report  of  the  concili- 
ation board  or  the  mediator  has  been 
released  by  the  Minister  to  the  parties; 
or 

(c)  30  days  have  elapsed  after  the  Minister 
has  informed  the  parties  that  he  or  she 
does  not  consider  it  desirable  to  appoint 
a  conciliation  board, 

whichever  is  later. 

(3)  Where  a  trade  union  has  given  notice 
under  section  16  and  the  employees  in  the  bar- 
gaining unit  on  whose  behalf  the  trade  union 
was  certified  as  bargaining  agent  thereafter 
engage  in  a  lawful  strike  or  the  employer  law- 
fully locks  out  the  employees,  no  application 
for  certification  of  a  bargaining  agent  of,  or  for 
a  declaration  that  the  trade  union  no  longer 
represents,  the  employees  in  the  bargaining 
unit  determined  in  the  certificate  shall  be 
made, 


(a)  until  six  months  have  elapsed  after  the 
strike  or  lock-out  commenced;  or 

(b)  until  seven  months  have  elapsed  after 
the  Minister  has  released  to  the  parties 
the  report  of  the  conciliation  board  or 
mediator  or  a  notice  that  the  Minister 


c)  avant  que  six  mois  ne  se  soient  écoulés 
depuis  la  remise  aux  parties  par  le  mi- 
nistre d'un  avis  du  rapport  du  concilia- 
teur selon  lequel  les  différends  entre  les 
parties  sur  les  conditions  d'une  conven- 
tion collective  ont  été  réglés. 


(2)  Si  l'avis  prévu  à  l'article  59  a  été  donné  idem 
et  que  le  ministre  a  désigné  un  conciliateur  ou 
un  médiateur,  aucune  requête  en  accréditation 
d'un  agent  négociateur  pour  le  compte  des  em- 
ployés compris  dans  l'unité  de  négociation  dé- 
finie dans  la  convention  collective,  ni  aucune 
requête  pour  obtenir  une  déclaration  selon  la- 
quelle le  syndicat,  qui  était  partie  à  la  conven- 
tion collective,  ne  représente  plus  ces  em- 
ployés n'est  recevable  après  que  la  convention 
a  pris  fin  ou  après  la  désignation  d'un  concilia- 
teur ou  d'un  médiateur  par  le  ministre,  selon  la 
dernière  de  ces  dates.  Toutefois,  à  la  suite  de 
cette  désignation  et  si  une  convention  collec- 
tive n'a  pas  été  conclue,  cette  requête  est  de 
nouveau  recevable  après  la  dernière  des  dates 
suivantes  : 

a)  12  mois  au  moins  à  compter  de  la  date 
de  la  désignation  du  conciliateur  ou  du 
médiateur; 

b)  si  une  commission  de  conciliation  a  été 
constituée  ou  un  médiateur  désigné,  30 
jours  à  compter  de  la  remise  aux  parties 
par  le  ministre  de  leur  rapport; 


c)  30  jours  à  compter  de  l'avis  du  ministre 
aux  parties  qu'il  ne  juge  pas  opportun  de 
constituer  une  commission  de  concilia- 
tion. 


(3)  Si  un  syndicat  a  donné  l'avis  prévu  à 
l'article  16  et  que  les  employés  compris  dans 
l'unité  de  négociation,  pour  laquelle  le  syndi- 
cat a  été  accrédité  comme  agent  négociateur 
font  par  la  suite  une  grève  licite  ou  que  l'em- 
ployeur déclare  licitement  un  lock-out,  aucune 
requête  en  accréditation  d'un  nouvel  agent  né- 
gociateur pour  l'unité  de  négociation  définie 
dans  le  certificat  d'accréditation,  ni  de  déclara- 
tion selon  laquelle  le  syndicat  ne  représente 
plus  les  employés  compris  dans  l'unité,  n'est 
recevable  avant  la  première  des  dates  sui- 
vantes : 

a)  six  mois  à  compter  du  début  de  la  grève 
ou  du  lock-out; 

b)  sept  mois  à  compter  de  la  remise  aux 
parties  par  le  ministre  du  rapport  de  la 
commission  de  conciliation  ou  d'un  avis 


Requête  en 
accréditation 
ou  en 
révocation 
pendant  une 
grève  licite 


78 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Lo>  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Application 

of 

subss.  (1,3) 


Declaration 
of  successor 


Same 


Same 


Successor 
employer 


does  not  consider  it  advisable  to  appoint 
a  conciliation  board, 

whichever  occurs  first. 

(4)  Subsections  (1)  and  (3)  apply  with  nec- 
essary modifications  to  an  application  made 
under  subsection  7  (3).  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.62. 

Successor  Rights 

68.  (1)  Where  a  trade  union  claims  that  by 
reason  of  a  merger  or  amalgamation  or  a  trans- 
fer of  jurisdiction  it  is  the  successor  of  a  trade 
union  that  at  the  time  of  the  merger,  amalgam- 
ation or  transfer  of  jurisdiction  was  the  bar- 
gaining agent  of  a  unit  of  employees  of  an 
employer  and  any  question  arises  in  respect  of 
its  rights  to  act  as  the  successor,  the  Board,  in 
any  proceeding  before  it  or  on  the  application 
of  any  person  or  trade  union  concerned,  may 
declare  that  the  successor  has  or  has  not,  as  the 
case  may  be,  acquired  the  rights,  privileges 
and  duties  under  this  Act  of  its  predecessor,  or 
the  Board  may  dismiss  the  application.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  63(1). 

(2)  Before  issuing  a  declaration  under  sub- 
section (1),  the  Board  may  make  such  inquiry, 
require  the  production  of  such  evidence  or 
hold  such  representation  votes  as  it  considers 
appropriate.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  63  (2); 
1993,  c.  27,  Sched. 


(3)  Where  the  Board  makes  an  affirmative 
declaration  under  subsection  (1),  the  successor 
shall  for  the  purposes  of  this  Act  be  conclu- 
sively presumed  to  have  acquired  the  rights, 
privileges  and  duties  of  its  predecessor, 
whether  under  a  collective  agreement  or  other- 
wise, and  the  employer,  the  successor  and  the 
employees  concerned  shall  recognize  such  sta- 
tus in  all  respects.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  63  (3). 

Definitions  69.  (1)  In  this  section, 

"business"   includes  a  part  or  parts   thereof; 
("entreprise") 


"sells"  includes  leases,  transfers  and  any  other 
manner  of  disposition,  and  "sold"  and  "sale" 
have  corresponding  meanings,  ("vend", 
"vendu",  "vente") 


(2)  Where  an  employer  who  is  bound  by  or 
is  a  party  to  a  collective  agreement  with  a 
trade  union  or  council  of  trade  unions  sells  his, 
her  or  its  business,  the  person  to  whom  the 
business  has  been  sold  is,  until  the  Board 
otherwise  declares,  bound  by  the  collective 
agreement  as  if  the  person  had  been  a  party 
thereto  and,  where  an  employer  sells  his,  her 


selon  lequel  le  ministre  ne  juge  pas  op- 
portun d'en  constituer  une. 


(4)  Les  paragraphes  (1)  et  (3)  s'appliquent,  Champ dap- 

avec  les  adaptations  nécessaires,  à  une  requête  p^rca|l,°)n  des 

présentée  en  vertu  du  paragraphe  7  (3).  L.R.O.  (3) 
1990,  chap.  L.2,  art.  62. 


Succession  aux  qualités 

68.  (1)  Si  un  syndicat  prétend,  qu'en  raison 
d'une  fusion  ou  d'un  transfert  de  compétence, 
il  succède  au  syndicat  qui,  à  la  date  de  cet 
événement,  était  l'agent  négociateur  d'une  uni- 
té d'employés  d'un  même  employeur  et  que  sa 
prétention  est  contestée,  la  Commission,  au 
cours  de  toute  instance  devant  elle  ou  à  la 
requête  de  tout  intéressé,  peut  déclarer  que  le 
syndicat  a  ou  n'a  pas,  selon  le  cas,  succédé  au 
syndicat  précédent  dans  les  droits,  les  privi- 
lèges et  les  obligations  prévus  à  la  présente  loi, 
ou  peut  rejeter  la  requête.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  par.  63(1). 


(2)  Préalablement  à  la  déclaration  visée  au   '<*em 
paragraphe  (1),  la  Commission  peut  faire  des 
enquêtes,  exiger  la  production  de  preuves  ou 
tenir  des  scrutins  de  représentation  selon  ce 
qu'elle  juge  opportun.   L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 

par.  63  (2);  1993,  chap.  27,  annexe. 

(3)  À  la  déclaration  affirmative  visée  au  pa-   idem 
ragraphe  (1),  le  successeur,  pour  l'application 

de  la  présente  loi,  est  réputé,  incontestable- 
ment, être  le  successeur  du  syndicat  précédent 
dans  ses  droits,  privilèges  et  obligations,  en 
vertu  d'une  convention  collective  ou  autre- 
ment, et  l'employeur,  le  successeur  et  les  em- 
ployés intéressés  sont  tenus  à  la  reconnais- 
sance, à  tous  égards,  de  ces  qualités.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  par.  63(3). 


Déclaration 
du  syndicat 
qui  succède  à 
un  autre 


Définitions 


69.  (1)  Les  définitions  qui  suivent  s'appli 
quent  au  présent  article. 

«entreprise»  S'entend  en  outre  d'une  ou  de 
plusieurs  parties  de  l'entreprise.  («busi- 
ness») 

«vend»  S'entend  en  outre  des  termes  «loue»  et 
«transfère»,  et  de  tout  autre  mode  d'aliéna- 
tion et  les  termes  «vendu»  et  «vente»  ont  un 
sens  correspondant,  («sells»,  «sold»,  «sale») 

(2)  Si  l'employeur  qui  est  lié  par  une  con-  Employeur 
vention  collective  ou  qui  y  est  partie  vend  son  qui  succède 
entreprise,  la  personne  à  qui  l'entreprise  a  été 
vendue  est,  jusqu'à  déclaration  contraire  de  la 
Commission,  également  lié  par  la  convention 
collective  comme  s'il  en  était  partie.  Si  l'em- 
ployeur vend  son  entreprise  alors  qu'il  est  par- 
tie à  une  requête  en  accréditation  ou  en  révo- 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


79 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Same 


Powers  of 
Board 


or  its  business  while  an  application  for  certifi- 
cation or  termination  of  bargaining  rights  to 
which  the  employer  is  a  party  is  before  the 
Board,  the  person  to  whom  the  business  has 
been  sold  is,  until  the  Board  otherwise 
declares,  the  employer  for  the  purposes  of  the 
application  as  if  the  person  were  named  as  the 
employer  in  the  application. 

(3)  Where  an  employer  on  behalf  of  whose 
employees  a  trade  union  or  council  of  trade 
unions,  as  the  case  may  be,  has  been  certified 
as  bargaining  agent  or  has  given  or  is  entitled 
to  give  notice  under  section  16  or  59,  sells  his, 
her  or  its  business,  the  trade  union,  or  council 
of  trade  unions  continues,  until  the  Board 
otherwise  declares,  to  be  the  bargaining  agent 
for  the  employees  of  the  person  to  whom  the 
business  was  sold  in  the  like  bargaining  unit  in 
that  business,  and  the  trade  union  or  council  of 
trade  unions  is  entitled  to  give  to  the  person  to 
whom  the  business  was  sold  a  written  notice  of 
its  desire  to  bargain  with  a  view  to  making  a 
collective  agreement  or  the  renewal,  with  or 
without  modifications,  of  the  agreement  then 
in  operation  and  such  notice  has  the  same 
effect  as  a  notice  under  section  16  or  59,  as  the 
case  requires. 

(4)  Where  a  business  was  sold  to  a  person 
and  a  trade  union  or  council  of  trade  unions 
was  the  bargaining  agent  of  any  of  the  employ- 
ees in  such  business  or  a  trade  union  or  council 
of  trade  unions  is  the  bargaining  agent  of  the 
employees  in  any  business  carried  on  by  the 
person  to  whom  the  business  was  sold,  and, 

(a)  any  question  arises  as  to  what  consti- 
tutes the  like  bargaining  unit  referred  to 
in  subsection  (3);  or 

(b)  any  person,  trade  union  or  council  of 
trade  unions  claims  that,  by  virtue  of  the 
operation  of  subsection  (2)  or  (3),  a  con- 
flict exists  between  the  bargaining  rights 
of  the  trade  union  or  council  of  trade 
unions  that  represented  the  employees 
of  the  predecessor  employer  and  the 
trade  union  or  council  of  trade  unions 
that  represents  the  employees  of  the  per- 
son to  whom  the  business  was  sold, 

the  Board  may,  upon  the  application  of  any 
person,  trade  union  or  council  of  trade  unions 
concerned, 

(c)  define  the  composition  of  the  like  bar- 
gaining unit  referred  to  in  subsection  (3) 
with  such  modification,  if  any,  as  the 
Board  considers  necessary;  and 

(d)  amend,  to  such  extent  as  the  Board  con- 
siders necessary,  any  bargaining  unit  in 
any  certificate  issued  to  any  trade  union 


cation  du  droit  de  négocier  en  cours  devant  la 
Commission,  la  personne  à  qui  l'entreprise  a 
été  vendue  est,  jusqu'à  déclaration  contraire  de 
la  Commission,  également  l'employeur  aux 
fins  de  la  requête. 


(3)  Si  l'employeur  ayant  à  son  service  des  idem 
employés  pour  lesquels  un  syndicat  ou  un  con- 
seil de  syndicats,  selon  le  cas,  a  été  accrédité 
comme  agent  négociateur  ou  a  donné  ou  est  en 
droit  de  donner  l'avis  prévu  à  l'article  16  ou 
59,  vend  son  entreprise,  le  syndicat  ou  le  con- 
seil de  syndicats  demeure,  jusqu'à  déclaration 
contraire  de  la  Commission,  l'agent  négocia- 
teur des  employés  de  la  personne  à  qui  l'entre- 
prise a  été  vendue  qui  sont  compris  dans  pa- 
reille unité  de  négociation  de  cette 
entreprise.  Le  syndicat  ou  le  conseil  de  syndi- 
cats a  le  droit  de  donner  à  la  personne  à  qui 
l'entreprise  a  été  vendue  un  avis  écrit  de  son 
intention  de  négocier  en  vue  de  conclure  une 
convention  collective  ou  de  renouveler,  avec 
ou  sans  modifications,  celle  qui  est  en  vi- 
gueur. Cet  avis  a  la  même  valeur  que  l'avis 
prévu  à  l'article  16  ou  59,  selon  le  cas. 


(4)  Si  l'entreprise  a  été  vendue  et  qu'un 
syndicat  ou  un  conseil  de  syndicats  était 
l'agent  négociateur  d'employés  de  cette  entre- 
prise ou  d'employés  de  toute  entreprise  exploi- 
tée par  la  personne  à  qui  l'entreprise  a  été 
vendue  et,  selon  le  cas  : 

a)  qu'une  question  se  pose  au  sujet  de  ce 
qui  constitue  l'unité  de  négociation  vi- 
sée au  paragraphe  (3); 

b)  que  quiconque,  un  syndicat  ou  un  con- 
seil de  syndicats  prétend  qu'en  vertu  du 
paragraphe  (2)  ou  (3)  un  conflit  existe 
entre  le  droit  de  négocier  propre  au  syn- 
dicat ou  au  conseil  de  syndicats  qui  re- 
présentait les  employés  de  l'employeur 
précédent  et  le  syndicat  ou  le  conseil  de 
syndicats  qui  représente  les  employés  de 
la  personne  à  qui  l'entreprise  a  été  ven- 
due, 

la  Commission  peut,  à  la  requête  de  quicon- 
que, d'un  syndicat  ou  d'un  conseil  de  syndicats 
intéressés  : 

c)  préciser  la  composition  de  l'unité  de  né- 
gociation visée  au  paragraphe  (3),  en  y 
apportant  les  modifications,  le  cas 
échéant,  qu'elle  juge  nécessaires; 

d)  modifier,  dans  la  mesure  où  elle  le  juge 
nécessaire,  l'unité  de  négociation  défi- 
nie dans  un  certificat  délivré  à  un  syndi- 


Pouvoirs  de 
la  Commis- 
sion 


80 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Same 


Same 


or  any  bargaining  unit  defined  in  any 
collective  agreement. 

(5)  The  Board  may,  upon  the  application  of 
any  person,  trade  union  or  council  of  trade 
unions  concerned,  made  within  60  days  after 
the  successor  employer  referred  to  in  subsec- 
tion (2)  becomes  bound  by  the  collective 
agreement,  or  within  60  days  after  the  trade 
union  or  council  of  trade  unions  has  given  a 
notice  under  subsection  (3),  terminate  the  bar- 
gaining rights  of  the  trade  union  or  council  of 
trade  unions  bound  by  the  collective  agree- 
ment or  that  has  given  notice,  as  the  case  may 
be,  if,  in  the  opinion  of  the  Board,  the  person 
to  whom  the  business  was  sold  has  changed  its 
character  so  that  it  is  substantially  different 
from  the  business  of  the  predecessor  employer. 

(6)  Despite  subsections  (2)  and  (3),  where  a 
business  was  sold  to  person  who  carries  on  one 
or  more  other  businesses  and  a  trade  union  or 
council  of  trade  unions  is  the  bargaining  agent 
of  the  employees  in  any  of  the  businesses  and 
the  person  intermingles  the  employees  of  one 
of  the  businesses  with  those  of  another  of  the 
businesses,  the  Board  may,  upon  the  applica- 
tion of  any  person,  trade  union  or  council  of 
trade  unions  concerned, 

(a)  declare  that  the  person  to  whom  the 
business  was  sold  is  no  longer  bound  by 
the  collective  agreement  referred  to  in 
subsection  (2); 

(b)  determine  whether  the  employees  con- 
cerned constitute  one  or  more  appropri- 
ate bargaining  units; 

(c)  declare  which  trade  union,  trade  unions 
or  council  of  trade  unions,  if  any,  shall 
be  the  bargaining  agent  or  agents  for  the 
employees  in  the  unit  or  units;  and 

(d)  amend,  to  such  extent  as  the  Board  con- 
siders necessary,  any  certificate  issued 
to  any  trade  union  or  council  of  trade 
unions  or  any  bargaining  unit  defined  in 
any  collective  agreement. 

(7)  Where  a  trade  union  or  council  of  trade 
unions  is  declared  to  be  the  bargaining  agent 
under  subsection  (6)  and  it  is  not  already 
bound  by  a  collective  agreement  with  the  suc- 
cessor employer  with  respect  to  the  employees 
for  whom  it  is  declared  to  be  the  bargaining 
agent,  it  is  entitled  to  give  to  the  employer  a 
written  notice  of  its  desire  to  bargain  with  a 
view  to  making  a  collective  agreement,  and 
the  notice  has  the  same  effect  as  a  notice  under 
section  14.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  64  (1-7). 

Power,  of  (8)  Before    disposing    of    any    application 

Ss^ingo'     Under  th'S  section'  tne  Board  may  make  sucn 
application       inquiry,  may  require  the  production  of  such 


Notice  to 
bargain 


cat  ou  définie  dans  une  convention  col- 
lective. 

(5)  La  Commission  peut,  à  la  requête  de  idem 
quiconque,  d'un  syndicat  ou  d'un  conseil  de 
syndicats  intéressés,  présentée  dans  les  60 
jours  de  la  date  à  laquelle  le  successeur  visé  au 
paragraphe  (2)  devient  lié  par  la  convention 
collective,  ou  dans  les  60  jours  de  la  date  à 
laquelle  le  syndicat  ou  le  conseil  de  syndicats  a 
donné  l'avis  prévu  au  paragraphe  (3),  révoquer 
le  droit  de  négocier  du  syndicat  ou  du  conseil 
de  syndicats  qui,  selon  le  cas,  est  lié  par  la 
convention  collective  ou  a  donné  avis  si,  de 
l'avis  de  la  Commission,  la  personne  à  qui 
l'entreprise  a  été  vendue  en  a  changé  la  nature 
au  point  qu'elle  diffère  sensiblement  de  l'en- 
treprise de  l'employeur  précédent. 

(6)  Malgré  les  paragraphes  (2)  et  (3),  si  idem 
l'entreprise  a  été  vendue  à  une  personne  qui  en 
exploite  une  ou  plusieurs  autres,  qu'un  syndi- 
cat ou  un  conseil  de  syndicats  est  l'agent  négo- 
ciateur des  employés  de  l'une  de  ces  entre- 
prises et  que  cette  personne  réunit  les 
employés  d'une  entreprise  avec  ceux  d'une  au- 
tre, la  Commission  peut,  à  la  requête  de  qui- 
conque, d'un  syndicat  ou  d'un  conseil  de  syn- 
dicats intéressés  : 

a)  déclarer  que  la  personne  à  qui  l'entre- 
prise a  été  vendue  n'est  plus  liée  par  la 
convention  collective  visée  au  paragra- 
phe (2); 

b)  préciser  que  les  employés  visés  forment 
ou  non  une  ou  plusieurs  unités  appro- 
priées pour  négocier  collectivement; 

c)  désigner  le  ou  les  syndicats  ou  le  conseil 
de  syndicats  qui  seront,  le  cas  échéant, 
agents  négociateurs  des  employés  com- 
pris dans  de  telles  unités; 

d)  modifier,  dans  la  mesure  où  elle  le  juge 
nécessaire,  le  certificat  délivré  à  un  syn- 
dicat ou  à  un  conseil  de  syndicats  ou 
l'unité  de  négociation  définie  dans  une 
convention  collective. 

(7)  Si  le  syndicat  ou  le  conseil  de  syndicats  Avis  de 
est  déclaré  agent  négociateur  en  vertu  du  para-  niix,a 
graphe  (6)  et  n'est  pas  encore  lié  par  une  con- 
vention collective  au  successeur  de  l'em- 
ployeur à  l'égard  des  employés  qu'il 
représente,  il  est  en  droit  de  donner  à  l'em- 
ployeur un  avis  écrit  de  son  intention  de  négo- 
cier en  vue  de  conclure  une  convention  collec- 
tive, et  cet  avis  a  la  même  valeur  que  l'avis 
prévu  à  l'article  14.    L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 

par.  64(1)  à  (7). 

(8)  Avant  de  se  prononcer  sur  une  requête   Pouvoirs  de 
présentée  en  vertu  du  présent  article,  la  Corn-   '"  ^°.ml"'sL. 

r  .  r  .  sion  avant  oc 

mission  peut  faire  des  enquêtes,  exiger  la  pro-   se  prononcer 

sur  une  re- 
quête 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


81 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Where 

employer  not 
required  to 
bargain 


Effect  of 
notice  of 
declaration 


Successor 
municipal- 
ities 


Power  of 
Board  to 
determine 
whether  sale 


evidence  and  the  doing  of  such  things,  or  may 
hold  such  representation  votes,  as  it  considers 
appropriate.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  64  (8); 
1993,  c.  27,  Sched. 

(9)  Where  an  application  is  made  under  this 
section,  an  employer  is  not  required,  despite 
the  fact  that  a  notice  has  been  given  by  a  trade 
union  or  council  of  trade  unions,  to  bargain 
with  that  trade  union  or  council  of  trade  unions 
concerning  the  employees  to  whom  the  appli- 
cation relates  until  the  Board  has  disposed  of 
the  application  and  has  declared  which  trade 
union  or  council  of  trade  unions,  if  any,  has  the 
right  to  bargain  with  the  employer  on  behalf  of 
the  employees  concerned  in  the  application. 

(10)  For  the  purposes  of  sections  7,  63,  65, 
67  and  132,  a  notice  given  by  a  trade  union  or 
council  of  trade  unions  under  subsection  (3)  or 
a  declaration  made  by  the  Board  under  subsec- 
tion (6)  has  the  same  effect  as  a  certification 
under  section  10. 


(11)  Where  one  or  more  municipalities  as 
defined  in  the  Municipal  Affairs  Act  are 
erected  into  another  municipality,  or  two  or 
more  such  municipalities  are  amalgamated, 
united  or  otherwise  joined  together,  or  all  or 
part  of  one  such  municipality  is  annexed, 
attached  or  added  to  another  such  municipality, 
the  employees  of  the  municipalities  concerned 
shall  be  deemed  to  have  been  intermingled, 
and, 

(a)  the  Board  may  exercise  the  like  powers 
as  it  may  exercise  under  subsections  (6) 
and  (8)  with  respect  to  the  sale  of  a 
business  under  this  section; 

(b)  the  new  or  enlarged  municipality  has  the 
like  rights  and  obligations  as  a  person  to 
whom  a  business  is  sold  under  this  sec- 
tion and  who  intermingles  the  employ- 
ees of  two  of  the  person's  businesses; 
and 

(c)  any  trade  union  or  council  of  trade 
unions  concerned  has  the  like  rights  and 
obligations  as  it  would  have  in  the  case 
of  the  intermingling  of  employees  in 
two  or  more  businesses  under  this  sec- 
tion. 

(12)  Where,  on  any  application  under  this 
section  or  in  any  other  proceeding  before  the 
Board,  a  question  arises  as  to  whether  a  busi- 
ness has  been  sold  by  one  employer  to  another, 
the  Board  shall  determine  the  question  and  its 
decision  is  final  and  conclusive  for  the  pur- 
poses of  this  Act. 


Cas  où  l'em- 
ployeur n'est 
pas  tenu  de 
négocier 


duction  de  preuves  et  l'accomplissement  d'ac- 
tes ou  tenir  des  scrutins  de  représentation  selon 
ce  qu'elle  juge  opportun.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  par.  64  (8);  1993,  chap.  27,  annexe. 

(9)  Si  une  requête  est  présentée  en  vertu  du 
présent  article,  un  employeur  n'est  pas  tenu, 
même  après  qu'un  avis  lui  a  été  donné  par  un 
syndicat  ou  un  conseil  de  syndicats,  de  négo- 
cier avec  ce  syndicat  ou  ce  conseil  au  sujet  des 
employés  visés  par  la  requête,  tant  que  la 
Commission  ne  s'est  pas  prononcée  et  n'a  pas 
déclaré  quel  syndicat  ou  conseil  de  syndicats  a 
le  droit  de  négocier  avec  l'employeur  pour  le 
compte  des  employés  visés  par  la  requête. 


(10)  Pour  l'application  des  articles  7,  63,  Effet  dun 


avis  ou  d'une 
déclaration 


65,  67  et  132,  un  avis  donné  par  un  syndicat  ou 
un  conseil  de  syndicats  en  vertu  du  paragraphe 
(3)  ou  une  déclaration  de  la  Commission  en 
vertu  du  paragraphe  (6),  a  la  même  valeur 
qu'une  accréditation  accordée  en  vertu  de  l'ar- 
ticle 10. 

(11)  Si  une  ou  plusieurs  municipalités  au   Municipaii- 

sens  de  la  Loi  sur  les  affaires  municipales  sont       q.u!    , 
JJ  .   .      ./,  succèdent 

constituées  en  une  autre  municipalité  ou  que 

deux  municipalités  ou  plus  sont  fusionnées, 
unies  ou  regroupées  d'une  autre  façon,  ou  que 
cette  municipalité,  en  totalité  ou  en  partie,  soit 
annexée,  rattachée  ou  ajoutée  à  une  autre,  les 
employés  des  municipalités  intéressées  sont  ré- 
putés réunis  et  : 

a)  la  Commission  peut  exercer  les  pouvoirs 
que  lui  confèrent  les  paragraphes  (6)  et 
(8)  en  cas  de  vente  d'une  entreprise; 

b)  la  nouvelle  municipalité  ou  la  municipa- 
lité agrandie  a  les  mêmes  droits  et  obli- 
gations que  la  personne  à  qui  une  entre- 
prise a  été  vendue  en  vertu  du  présent 
article  et  qui  réunit  les  employés  de 
deux  de  ses  entreprises; 

c)  tout  syndicat  ou  conseil  de  syndicats  in- 
téressé a  les  mêmes  droits  et  obligations 
qu'il  aurait  si  les  employés  de  deux  en- 
treprises ou  plus  étaient  réunis  en  vertu 
du  présent  article. 

(12)  Si,  à  l'égard  d'une  requête  présentée  en   Pouvoirs  de 

vertu  du  présent  article  ou  d'une  instance  in-   laCommis" 
.   .       j  ,      _  ....  .         siondedeci- 

troduite  devant  la  Commission,  il  est  question  der  si  une 

de  déterminer  si  une  entreprise  a  été  vendue  entreprise  a 

par  un  employeur  à  un  autre  employeur,  la  étévendue 

Commission  en  décide.  Sa  décision  a  force  de 

chose  jugée  pour  l'application  de  la  présente 

loi. 


82 


Duty  of 
respondents 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./atinexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Lo>  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Employers, 
etc.,  not  to 
interfere  with 
unions 


Unions  not 
to  interfere 
with  employ- 
ers' organi- 
zations 


Employers 
not  to  inter- 
fere with 
employees' 
rights 


(13)  Where,  on  an  application  under  this 
section,  a  trade  union  alleges  that  the  sale  of  a 
business  has  occurred,  the  respondents  to  the 
application  shall  adduce  at  the  hearing  all  facts 
within  their  knowledge  that  are  material  to  the 
allegation.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  64  (9-13). 


Unfair  Practices 

70.  No  employer  or  employers'  organiza- 
tion and  no  person  acting  on  behalf  of  an 
employer  or  an  employers'  organization  shall 
participate  in  or  interfere  with  the  formation, 
selection  or  administration  of  a  trade  union  or 
the  representation  of  employees  by  a  trade 
union  or  contribute  financial  or  other  support 
to  a  trade  union,  but  nothing  in  this  section 
shall  be  deemed  to  deprive  an  employer  of  the 
employer's  freedom  to  express  views  so  long 
as  the  employer  does  not  use  coercion,  intimi- 
dation, threats,  promises  or  undue  influence. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  65. 

71.  No  trade  union  and  no  person  acting  on 
behalf  of  a  trade  union  shall  participate  in  or 
interfere  with  the  formation  or  administration 
of  an  employers'  organization  or  contribute 
financial  or  other  support  to  an  employers' 
organization.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  66. 

72.  No  employer,  employers'  organization 
or  person  acting  on  behalf  of  an  employer  or 
an  employers'  organization, 

(a)  shall  refuse  to  employ  or  to  continue  to 
employ  a  person,  or  discriminate  against 
a  person  in  regard  to  employment  or  any 
term  or  condition  of  employment 
because  the  person  was  or  is  a  member 
of  a  trade  union  or  was  or  is  exercising 
any  other  rights  under  this  Act; 

(b)  shall  impose  any  condition  in  a  contract 
of  employment  or  propose  the  imposi- 
tion of  any  condition  in  a  contract  of 
employment  that  seeks  to  restrain  an 
employee  or  a  person  seeking  employ- 
ment from  becoming  a  member  of  a 
trade  union  or  exercising  any  other 
rights  under  this  Act;  or 

(c)  shall  seek  by  threat  of  dismissal,  or  by 
any  other  kind  of  threat,  or  by  the  impo- 
sition of  a  pecuniary  or  other  penalty,  or 
by  any  other  means  to  compel  an 
employee  to  become  or  refrain  from 
becoming  or  to  continue  to  be  or  to 
cease  to  be  a  member  or  officer  or  rep- 
resentative of  a  trade  union  or  to  cease 
to  exercise  any  other  rights  under  this 
Act.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  67,  revised. 


Obligation 
des  intimés 


Les  em- 
ployeurs, etc. 
ne  s'ingèrent 
pas  dans  les 
affaires  syn- 
dicales 


(13)  Si  un  syndicat,  à  l'égard  d'une  requête 
présentée  en  vertu  du  présent  article,  prétend 
qu'une  entreprise  a  été  vendue,  les  intimés 
sont  tenus  de  présenter  à  l'audience  tous  les 
faits  dont  ils  ont  connaissance  et  qui  sont  perti- 
nents à  la  prétention.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
par.  64  (9)  à  (13). 

Pratiques  déloyales 

70.  L'employeur,  l'association  patronale  et 
une  personne  qui  agit  pour  leur  compte  ne 
participent  à  la  formation,  au  choix  ou  à  l'ad- 
ministration d'un  syndicat  ou  à  la  représenta- 
tion des  employés  par  un  syndicat  ni  ne  s'y 
ingèrent.  Ils  ne  doivent  pas  non  plus  apporter  à 
ce  dernier  une  aide  financière  ou  autre.  Toute- 
fois, l'employeur  demeure  libre  d'exprimer 
son  point  de  vue,  pourvu  qu'il  ne  recoure  pas  à 
la  contrainte,  à  l'intimidation,  à  la  menace,  à 
une  promesse  ni  n'abuse  de  son  influence. 
L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  65. 


71.  Le  syndicat  et  quiconque  agit  pour  le  Non- 
compte  de  celui-ci  ne  participent  à  la  forma-  sn^"Tdu 
tion  ou  à  l'administration  d'une  association  pa-  dans  les 
tronale,  ne  s'y  ingèrent  ni  n'y  apportent  une  associations 
aide  financière  ou  autre.    L.R.O.  1990,  chap.  Patronales 
L.2,  art.  66. 

72.  L'employeur,  l'association  patronale  et  Non- 
une  personne  qui  agit  pour  leur  compte  ne  Uj*6™"" 
doivent  pas,  selon  le  cas  :  employeurs 

dans  les 

a)  refuser  d  employer  ou  de  continuer  droits  des 
d'employer  une  personne,  ou  pratiquer  employés 
de  la  discrimination  contre  une  personne 

en  ce  qui  concerne  l'emploi  ou  une  con- 
dition d'emploi  parce  qu'elle  était  ou  est 
membre  d'un  syndicat  ou  qu'elle  exer- 
çait ou  exerce  d'autres  droits  que  lui 
confère  la  présente  loi; 

b)  imposer  ou  proposer  d'imposer,  dans  un 
contrat  de  travail,  une  condition  qui  vise 
à  restreindre  le  droit  d'un  employé  ou 
de  celui  qui  cherche  un  emploi  de  deve- 
nir membre  d'un  syndicat  ou  d'exercer 
d'autres  droits  que  lui  confère  la  pré- 
sente loi; 


c)  chercher,  par  la  menace  de  congédie- 
ment ou  autre,  ou  par  l'imposition  d'une 
peine  pécuniaire  ou  autre,  ou  par  un  au- 
tre moyen  quelconque  à  obliger  un  em- 
ployé à  devenir  ou  à  ne  pas  devenir,  à 
continuer  ou  à  cesser  d'être  membre, 
dirigeant  ou  agent  d'un  syndicat  ou  à 
s'abstenir  d'exercer  d'autres  droits  que 
lui  confère  la  présente  loi.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  art.  67,  révisé. 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


83 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Employers 
not  to  inter- 
fere with 
bargaining 
rights 


Trade  unions 
not  to  inter- 
fere with 
bargaining 
rights 


Duty  of  fair 
representa- 
tion by  trade 
union,  etc. 


Duty  of  fair 
referral,  etc., 
by  trade 
unions 


Intimidation 
and  coercion 


Persuasion 
during 
working 
hours 


73.  (1)  No  employer,  employers'  organiza- 
tion or  person  acting  on  behalf  of  an  employer 
or  an  employers'  organization  shall,  so  long  as 
a  trade  union  continues  to  be  entitled  to  repre- 
sent the  employees  in  a  bargaining  unit,  bar- 
gain with  or  enter  into  a  collective  agreement 
with  any  person  or  another  trade  union  or  a 
council  of  trade  unions  on  behalf  of  or  purport- 
ing, designed  or  intended  to  be  binding  upon 
the  employees  in  the  bargaining  unit  or  any  of 
them. 

(2)  No  trade  union  council  of  trade  unions 
or  person  acting  on  behalf  of  a  trade  union  or 
council  of  trade  unions  shall,  so  long  as 
another  trade  union  continues  to  be  entitled  to 
represent  the  employees  in  a  bargaining  unit, 
bargain  with  or  enter  into  a  collective  agree- 
ment with  an  employer  or  an  employers'  orga- 
nization on  behalf  of  or  purporting,  designed 
or  intended  to  be  binding  upon  the  employees 
in  the  bargaining  unit  or  any  of  them.  R.S.O. 
1990,c.L.2,s.  68. 

74.  A  trade  union  or  council  of  trade 
unions,  so  long  as  it  continues  to  be  entitled  to 
represent  employees  in  a  bargaining  unit,  shall 
not  act  in  a  manner  that  is  arbitrary,  discrimi- 
natory or  in  bad  faith  in  the  representation  of 
any  of  the  employees  in  the  unit,  whether  or 
not  members  of  the  trade  union  or  of  any  con- 
stituent union  of  the  council  of  trade  unions,  as 
the  case  may  be.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  69. 

75.  Where,  pursuant  to  a  collective  agree- 
ment, a  trade  union  is  engaged  in  the  selection, 
referral,  assignment,  designation  or  scheduling 
of  persons  to  employment,  it  shall  not  act  in  a 
manner  that  is  arbitrary,  discriminatory  or  in 
bad  faith.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  70;  1993, 
c.  27,  Sched. 

76.  No  person,  trade  union  or  employers' 
organization  shall  seek  by  intimidation  or  coer- 
cion to  compel  any  person  to  become  or 
refrain  from  becoming  or  to  continue  to  be  or 
to  cease  to  be  a  member  of  a  trade  union  or  of 
an  employers'  organization  or  to  refrain  from 
exercising  any  other  rights  under  this  Act  or 
from  performing  any  obligations  under  this 
Act.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  71. 

77.  Nothing  in  this  Act  authorizes  any  per- 
son to  attempt  at  the  place  at  which  an 
employee  works  to  persuade  the  employee  dur- 
ing the  employee's  working  hours  to  become 
or  refrain  from  becoming  or  continuing  to  be  a 
member  of  a  trade  union.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.72. 


78.  (1)  No    person,    employer,    employers' 


Strike- 
misconduct,     organization  or  person  acting  on  behalf  of  an 
etc.,  prohib- 
ited 


Non- 
ingérence 
des 

employeurs 
dans  le  droit 
de  négocier 


Non- 
ingérence 
des  syndicats 
dans  le  droit 
de  négocier 


Obligation 
du  syndicat 
d'être  impar- 
tial dans 
son  rôle  de 
représentant 


73.  (1)  Tant  qu'un  syndicat  conserve  la 
qualité  de  représenter  les  employés  compris 
dans  une  unité  de  négociation,  l'employeur, 
l'association  patronale  et  quiconque  agit  pour 
leur  compte  ne  concluent  avec  une  autre  per- 
sonne, avec  un  autre  syndicat  ou  un  autre  con- 
seil de  syndicats,  une  convention  collective  qui 
vise  à  lier  ou  qui  prétend  lier  même  une  partie 
des  employés  compris  dans  cette  unité,  ni  ne 
négocient  une  telle  convention  pour  leur 
compte. 

(2)  Tant  qu'un  autre  syndicat  conserve  la 
qualité  de  représenter  les  employés  compris 
dans  une  unité  de  négociation,  le  syndicat,  le 
conseil  de  syndicats  et  quiconque  agit  pour 
leur  compte,  ne  concluent  avec  un  employeur 
ou  une  association  patronale  une  convention 
collective  qui  vise  à  lier  ou  qui  prétend  lier 
même  une  partie  des  employés  compris  dans 
cette  unité,  ni  ne  négocient  une  telle  conven- 
tion pour  leur  compte.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  art.  68. 

74.  Le  syndicat  ou  le  conseil  de  syndicats, 
tant  qu'il  conserve  la  qualité  de  représenter  les 
employés  compris  dans  une  unité  de  négocia- 
tion, ne  se  comporte  de  façon  arbitraire  ou 
discriminatoire,  ni  fait  preuve  de  mauvaise  foi 
dans  la  représentation  d'un  employé  compris 
dans  l'unité  de  négociation,  qu'il  soit  membre 
ou  non  du  syndicat  ou  d'un  syndicat  qui  fait 
partie  du  conseil  de  syndicats,  selon  le 
cas.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  69. 

75.  Un  syndicat  qui,  en  vertu  d'une  con- 
vention collective,  participe  au  choix,  à 
l'orientation,  à  l'affectation,  à  la  désignation 
ou  au  classement  des  personnes  en  vue  d'un 
emploi  ne  se  comporte  pas  de  façon  arbitraire 
ou  discriminatoire  ni  ne  fait  preuve  de  mau- 
vaise foi.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  70; 
1993,  chap.  27,  annexe. 

76.  Le  syndicat,  l'association  patronale  ou   Menaces 
une  personne  ne  tentent  pas  par  la  menace  de 
contraindre  quiconque  à  devenir  ou  à  ne  pas 
devenir,  à  continuer  ou  à  cesser  d'être  membre 

d'un  syndicat  ou  d'une  association  patronale 
ou  à  s'abstenir  d'exercer  d'autres  droits  que  lui 
confère  la  présente  loi  ou  de  s'acquitter  des 
obligations  qu'elle  lui  impose.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  art.  71. 

77.  Rien  dans  la  présente  loi  n'autorise  qui-  Recrutement 
conque  à  essayer  de  persuader  un  employé,  ^am'ies 
durant  ses  heures  de  travail  et  sur  le  lieu  de  ce  heures  de 
dernier,  de  devenir  ou  demeurer  membre  d'un  travail 
syndicat  ou   de   s'en   abstenir.    L.R.O.  1990, 

chap.  L.2,  art.  72. 

78.  (1)  Une  personne,  l'employeur,  l'asso-   inconduite 
ciation  patronale  ou  une  personne  qui  agit  pour  m,erdlte 


Obligation 
du  syndicat 
d'être  impar- 
tial dans  le 
choix  des 
employés 
pour  un 
emploi,  etc. 


84  Bill  7  LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  SchedVannexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


employer  or  employers'  organization  shall 
engage  in  strike-related  misconduct  or  retain 
the  services  of  a  professional  strike  breaker 
and  no  person  shall  act  as  a  professional  strike 
breaker. 

Definitions         (2)  For  the  purposes  of  subsection  (  1  ), 


"professional  strike  breaker"  means  a  person 
who  is  not  involved  in  a  dispute  whose  pri- 
mary object,  in  the  Board's  opinion,  is  to 
interfere  with,  obstruct,  prevent,  restrain  or 
disrupt  the  exercise  of  any  right  under  this 
Act  in  anticipation  of,  or  during,  a  lawful 
strike  or  lock-out;  ("briseur  de  grève  profes- 
sionnel") 

"strike-related  misconduct"  means  a  course  of 
conduct  of  incitement,  intimidation,  coer- 
cion, undue  influence,  provocation,  infiltra- 
tion, surveillance  or  any  other  like  course  of 
conduct  intended  to  interfere  with,  obstruct, 
prevent,  restrain  or  disrupt  the  exercise  of 
any  right  under  this  Act  in  anticipation  of,  of 
during,  a  lawful  strike  or  lock-out.  ("incon- 
duite liée  à  une  grève) 


Other  rights 
not  affected 


Strike  or 
lock-out, 
agreement 


No 
agreement 


Mandatory 
strike  vote 


(3)  Nothing  in  this  section  shall  be  deemed 
to  restrict  or  limit  any  right  or  prohibition  con- 
tained in  any  other  provision  of  this  Act. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  73. 

79.  (1)  Where  a  collective  agreement  is  in 
operation,  no  employee  bound  by  the  agree- 
ment shall  strike  and  no  employer  bound  by 
the  agreement  shall  lock  out  such  an 
employee. 

(2)  Where  no  collective  agreement  is  in 
operation,  no  employee  shall  strike  and  no 
employer  shall  lock  out  an  employee  until  the 
Minister  has  appointed  a  conciliation  officer  or 
a  mediator  under  this  Act  and, 

(a)  seven  days  have  elapsed  after  the  day 
the  Minister  has  released  or  is  deemed 
pursuant  to  subsection  122  (2)  to  have 
released  to  the  parties  the  report  of  a 
conciliation  board  or  mediator;  or 

(b)  14  days  have  elapsed  after  the  day  the 
Minister  has  released  or  is  deemed  pur- 
suant to  subsection  122  (2)  to  have 
released  to  the  parties  a  notice  that  he  or 
she  does  not  consider  it  advisable  to 
appoint  a  conciliation  board.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  74(1,2). 

(3)  If  a  collective  agreement  is  or  has  been 
in  operation,  no  employee  shall  strike  unless  a 
strike  vote  is  taken  30  days  or  less  before  the 


leur  compte  ne  font  preuve  d'inconduite  liée  à 
une  grève  ni  ne  retiennent  les  services  d'un 
briseur  de  grève  professionnel  et  nul  ne  doit 
agir  à  ce  titre. 

(2)  Les  définitions  qui  suivent  s'appliquent  Définitions 
au  paragraphe  (1). 

«briseur  de  grève  professionnel»  Personne  qui 
n'est  pas  partie  à  un  différend  et  dont  le  but 
principal,  de  l'avis  de  la  Commission,  vise  à 
s'ingérer  dans  un  droit  que  confère  la  pré- 
sente loi,  y  faire  obstacle,  en  empêcher  ou 
en  perturber  l'exercice  dans  l'attente  d'une 
grève  ou  d'un  lock-out  licites  ou  pendant 
ceux-ci.  («professional  strike  breaker») 

«inconduite  liée  à  une  grève»  Ligne  de  con- 
duite visant  à  créer  une  incitation,  une 
intimidation,  une  menace,  un  abus  d'influen- 
ce, une  provocation,  un  noyautage,  une  sur- 
veillance, ou  une  autre  ligne  de  conduite 
semblable  visant  à  s'ingérer  dans  un  droit 
que  confère  la  présente  loi,  y  faire  obstacle, 
en  empêcher  ou  en  perturber  l'exercice  dans 
l'attente  d'une  grève  ou  d'un  lock-out  licites 
ou  pendant  ceux-ci.  («strike-related  miscon- 
duct») 

(3)  Rien  dans  le  présent  article  n'est  réputé   Autres  droits 
restreindre  ni  limiter  un  droit  ou  une  interdic- 
tion que  contient  une  autre  disposition  de  la 
présente  loi.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  73. 

79.  (1)  Aucun  employé  ne  doit  faire  grève  Grève  ou 
et  aucun  employeur  ne  doit  lock-outer  un  em-  l0^"0"""' 

.       ,  ,•,  .-,  ■  terdits  pour 

ployé  tant  qu  ils  sont  liés  par  une  convention   ia  durée  de  la 

collective.  convention 


Absence  de 
convention 
collective 


(2)  En  l'absence  de  convention  collective, 
aucun  employé  ne  doit  faire  grève  et  aucun 
employeur  ne  doit  lock-outer  un  employé 
avant  que  le  ministre  n'ait  désigné  un  concilia- 
teur ou  un  médiateur  en  vertu  de  la  présente  loi 
et  que,  selon  le  cas  : 

a)  sept  jours  se  soient  écoulés  après  la  date 
à  laquelle  le  ministre  a  remis  ou  est  ré- 
puté, en  vertu  du  paragraphe  122  (2), 
avoir  remis  aux  parties  le  rapport  d'une 
commission  de  conciliation  ou  d'un  mé- 
diateur; 

b)  14  jours  se  soient  écoulés  après  que  le 
ministre  a  remis  ou  est  réputé,  en  vertu 
du  paragraphe  122  (2),  avoir  remis  aux 
parties  l'avis  qu'il  ne  juge  pas  opportun 
de  constituer  une  commission  de  conci- 
liation. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  74 
(l)et(2). 

(3)  Si  une  convention  collective  est  ou  a  été  Scrutin  de 
en  vigueur,  aucun  employé  ne  doit  faire  grève  «^ivc  obhga 
à  moins  qu'un  scrutin  de  grève  ne  soit  tenu 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


85 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


collective  agreement  expires  or  at  any  time 
after  the  agreement  expires  and  more  than  50 
per  cent  of  those  voting  vote  in  favour  of  a 
strike. 


Same  (4)  If  no  collective  agreement  has  been  in 

operation,  no  employee  shall  strike  unless  a 
strike  vote  is  taken  on  or  after  the  day  on 
which  a  conciliation  officer  is  appointed  and 
more  than  50  per  cent  of  those  voting  vote  in 
favour  of  a  strike. 

Exception  (5)  Subsections  (3)  and  (4)  do  not  apply  to 

an  employee  in  the  construction  industry.  New. 


Threatening 
strike  or 
lock-out 


Strike  or  rati- 
fication vote 
to  be  secret 


(6)  No  employee  shall  threaten  an  unlawful 
strike  and  no  employer  shall  threaten  an 
unlawful  lock-out  of  an  employee.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  74  (4). 

(7)  A  strike  vote  or  a  vote  to  ratify  a  pro- 
posed collective  agreement  or  memorandum  of 
settlement  taken  by  a  trade  union  shall  be  by 
ballots  cast  in  such  a  manner  that  persons 
expressing  their  choice  cannot  be  identified 
with  the  choice  expressed. 

Right  to  vote  (8)  All  employees  in  a  bargaining  unit, 
whether  or  not  the  employees  are  members  of 
the  trade  union  or  of  any  constituent  union  of  a 
council  of  trade  unions,  shall  be  entitled  to 
participate  in  a  strike  vote  or  a  vote  to  ratify  a 
proposed  collective  agreement  or  memoran- 
dum of  settlement.  New. 


Opportunity 
to  vote 


Reinstate- 
ment of 
employee 


Exceptions 


(9)  Any  vote  mentioned  in  subsection  (7) 
shall  be  conducted  in  such  a  manner  that  those 
entitled  to  vote  have  ample  opportunity  to  cast 
their  ballots.  If  the  vote  taken  is  otherwise 
than  by  mail,  the  time  and  place  for  voting 
must  be  reasonably  convenient.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  74  (6),  amended. 

80.  (1)  Where  an  employee  engaging  in  a 
lawful  strike  makes  an  unconditional  applica- 
tion in  writing  to  the  employee's  employer 
within  six  months  from  the  commencement  of 
the  lawful  strike  to  return  to  work,  the 
employer  shall,  subject  to  subsection  (2),  rein- 
state the  employee  in  the  employee's  former 
employment,  on  such  terms  as  the  employer 
and  employee  may  agree  upon,  and  the 
employer  in  offering  terms  of  employment 
shall  not  discriminate  against  the  employee  for 
exercising  or  have  exercised  any  rights  under 
this  Act. 

(2)  An  employer  is  not  required  to  reinstate 
an  employee  who  has  made  an  application  to 
return  to  work  in  accordance  with  subsection 
(1), 

(a)  where  the  employer  no  longer  has  per- 
sons engaged  in  performing  work  of  the 


dans  les  30  jours  qui  précèdent  l'expiration  de 
la  convention  collective  ou  à  n'importe  quel 
moment  après  son  expiration  et  que  plus  de  50 
pour  cent  de  ceux  qui  votent  ne  votent  en  fa- 
veur de  la  grève. 

(4)  Si  aucune  convention  collective  n'a  été   idem 
en  vigueur,  aucun  employé  ne  doit  faire  grève 

à  moins  qu'un  scrutin  de  grève  ne  soit  tenu  le 
jour  où  un  conciliateur  est  désigné  ou  par  la 
suite  et  que  plus  de  50  pour  cent  de  ceux  qui 
votent  ne  votent  en  faveur  de  la  grève. 

(5)  Les  paragraphes  (3)  et  (4)  ne  s'appli-  Exception 
quent  pas  aux  employés  de  l'industrie  de  la 
construction.  Nouveau. 


Menace  de 
grève  ou  de 
lock-out 


Secret  d'un 
scrutin  de 
grève  ou  de 
ratification 


Droit  de  vote 


Occasion  de 
voter 


(6)  Aucun  employé  ne  doit  menacer  de  faire 
une  grève  illicite  et  aucun  employeur  ne  doit 
menacer  un  employé  d'un  lock-out  illicite. 
L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  74  (4). 

(7)  Quand  un  syndicat  tient  un  scrutin  de 
grève  ou  de  ratification  d'une  convention  col- 
lective proposée  ou  d'un  protocole  d'accord, 
les  bulletins  de  vote  sont  remplis  de  manière 
que  l'identité  de  la  personne  qui  vote  ne  puisse 
être  déterminée. 

(8)  L'employé  compris  dans  une  unité  de 
négociation,  qu'il  soit  ou  non  membre  du  syn- 
dicat ou  d'un  syndicat  qui  fait  partie  d'un  con- 
seil de  syndicats,  a  droit  de  vote  lors  d'un 
scrutin  de  grève  ou  de  ratification  d'une  con- 
vention collective  proposée  ou  d'un  protocole 
d'accord.  Nouveau. 

(9)  Le  scrutin  visé  au  paragraphe  (7)  est 
tenu  de  manière  à  donner  largement  l'occasion 
de  voter  à  quiconque  en  a  le  droit.  Si  le  scrutin 
est  tenu  autrement  que  par  la  poste,  l'heure  et 
le  lieu  du  scrutin  doivent  être  raisonnablement 
commodes.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  74 
(6),  modifié. 

80.  (1)  Si  un  employé  en  grève  licite 
demande  par  écrit  et  sans  réserve  à  son  em- 
ployeur de  retourner  au  travail  dans  les  six 
mois  du  début  de  cette  grève,  l'employeur, 
sous  réserve  du  paragraphe  (2),  le  réintègre 
dans  son  emploi  antérieur  aux  conditions  dont 
ils  peuvent  convenir.  L'employeur,  en  posant 
des  conditions  d'emploi,  n'exerce  pas  de  dis- 
crimination due  au  fait  que  l'employé  exerce 
ou  a  exercé  un  droit  que  lui  confère  la  présente 
loi. 


(2)  L'employeur  n'est  pas  tenu  de  réintégrer  Exceptions 
l'employé  visé  au  paragraphe  (1)  dans  l'un  ou 
l'autre  cas  suivant  : 


a)  il  n'emploie  plus  de  personnes  qui  exer- 
cent le  même  travail  ou  un  travail  de 


Réintégra- 
tion d'un 
employé 


86 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Lo>  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Unlawful 
strike 


Unlawful 
lock-out 


Causing 
unlawful 
strikes, 
lock-outs 


Application 
of  subs.  (  I  ) 


Saving 


Refusal  to 
engage  in 
unlawful 
strike 


Working 
conditions 
may  not  be 
altered 


same  or  similar  nature  to  work  which 
the  employee  performed  prior  to  the  em- 
ployee's cessation  of  work;  or 

(b)  where  there  has  been  a  suspension  or 
discontinuance  for  cause  of  an 
employer's  operations,  or  any  part 
thereof,  but,  if  the  employer  resumes 
such  operations,  the  employer  shall  first 
reinstate  those  employees  who  have 
made  an  application  under  subsection 
(l).R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  75. 

81.  No  trade  union  or  council  of  trade 
unions  shall  call  or  authorize  or  threaten  to  call 
or  authorize  an  unlawful  strike  and  no  officer, 
official  or  agent  of  a  trade  union  or  council  of 
trade  unions  shall  counsel,  procure,  support  or 
encourage  an  unlawful  strike  or  threaten  an 
unlawful  strike.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  76. 

82.  No  employer  or  employers'  organiza- 
tion shall  call  or  authorize  or  threaten  to  call  or 
authorize  an  unlawful  lock-out  and  no  officer, 
official  or  agent  of  an  employer  or  employers' 
organization  shall  counsel,  procure,  support  or 
encourage  an  unlawful  lock-out  or  threaten  an 
unlawful  lock-out.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  77. 

83.  (1)  No  person  shall  do  any  act  if  the 
person  knows  or  ought  to  know  that,  as  a  prob- 
able and  reasonable  consequence  of  the  act, 
another  person  or  persons  will  engage  in  an 
unlawful  strike  or  an  unlawful  lock-out. 

(2)  Subsection  (1)  does  not  apply  to  any  act 
done  in  connection  with  a  lawful  strike  or  law- 
ful lock-out.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  78. 

84.  Nothing  in  this  Act  prohibits  any  sus- 
pension or  discontinuance  for  cause  of  an 
employer's  operations  or  the  quitting  of 
employment  for  cause  if  the  suspension,  dis- 
continuance or  quitting  does  not  constitute  a 
lock-out  or  strike.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  79. 

85.  No  trade  union  shall  suspend,  expel  or 
penalize  in  any  way  a  member  because  the 
member  has  refused  to  engage  in  or  to  con- 
tinue to  engage  in  a  strike  that  is  unlawful 
under  this  Act.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  80. 


86.  (1)  Where  notice  has  been  given  under 
section  16  or  section  59  and  no  collective 
agreement  is  in  operation,  no  employer  shall, 
except  with  the  consent  of  the  trade  union, 
alter  the  rates  of  wages  or  any  other  term  or 
condition  of  employment  or  any  right,  privi- 
lege or  duty,  of  the  employer,  the  trade  union 
or  the  employees,  and  no  trade  union  shall, 
except  with  the  consent  of  the  employer,  alter 


même  nature  que  celui  qu'accomplissait 
l'employé  avant  de  cesser  de  travailler; 

b)  il  a  suspendu  ou  a  interrompu  ses  activi- 
tés ou  une  partie  de  celles-ci  pour  un 
motif  déterminé.  Toutefois,  s'il  reprend 
ses  activités,  il  réintègre  d'abord  les  em- 
ployés qui  lui  ont  fait  la  demande  pré- 
vue au  paragraphe  (1).  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  art.  75. 

81.  Le  syndicat  et  le  conseil  de  syndicats  Grève  illicite 
ne  déclarent  pas  ni  n'autorisent  une  grève  illi- 
cite ni  ne  menacent  d'en  faire  une.  Le  diri- 
geant et  l'agent  syndical  ne  recommandent,  ne 
provoquent,  n'appuient  ni  n'encouragent  une 
grève  illicite  ni  ne  menacent  d'en  faire 
une.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  76. 

82.  L'employeur  ou  l'association  patronale  Lock-out  mi- 
ne déclarent  pas  ni  n'autorisent  un  lock-out  CM 
illicite  ni  ne  menacent  de  ce  faire.  Le  dirigeant 

et  l'agent  d'un  employeur  ou  d'une  association 
patronale  ne  recommandent,  ne  provoquent, 
n'appuient  ni  n'encouragent  un  lock-out  illicite 
ni  ne  menacent  de  ce  faire.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  art.  77. 

83.  (1)  Nul  ne  doit  poser  un  acte  s'il  sait  ou  incitation  à 
devrait  savoir  qu'il  s'ensuivra  probablement  et  J^*^^1, 
naturellement  la  participation  d'autrui  à  une  .incites 
grève  ou  à  un  lock-out  illicites. 


(2)  Le  paragraphe  (1)  ne  s'applique  pas  à  Champ 

<<>pplic 
par.  (1) 


l'acte  posé  à  l'occasion  d'une  grève  ou  d'un  jjuafpl 


lock-out  licites. 
78 


L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art. 


84.  Rien  dans  la  présente  loi  n'interdit  la  Exception 
suspension  ou  la  cessation  des  activités  de 
l'employeur  ni  l'abandon  d'emploi  pour  un 
motif  valable  si  cette  suspension,  cette  cessa- 
tion ou  cet  abandon  d'emploi  ne  constituent 
pas  une  grève  ni  un  lock-out.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  art.  79. 


85.  Le  syndicat  ne  suspend  pas,  n'expulse 
pas  ni  ne  pénalise  ses  membres  de  quelque 
façon  que  ce  soit  pour  avoir  refusé  de  partici- 
per ou  de  continuer  de  participer  à  une  grève 
qui  est  illicite  en  vertu  de  la  présente 
loi.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  80. 

86.  (1)  Si  l'avis  prévu  à  l'article  16  ou  59  a 
été  donné  et  qu'aucune  convention  collective 
n'est  en  vigueur,  l'employeur  ne  peut  pas  mo- 
difier les  taux  de  salaire  ou  les  autres  condi- 
tions d'emploi,  ni  les  droits,  privilèges  ou  de- 
voirs de  l'employeur,  du  syndicat  ou  des 
employés,  sauf  avec  le  consentement  du  syndi- 
cat, et  le  syndicat  ne  peut  pas  modifier  les 
conditions  d'emploi,  ni  les  droits,  privilèges  ou 


Refus  de  par- 
ticiper à  une 
grève  illicite 


Les  condi- 
tions de  tra- 
vail peuvent 
ne  pas  tire 
modifiées 


Sched/annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


87 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Same 


: 


Differences 
may  be 
arbitrated 


Protection  of 

witnesses 

rights 


any  term  or  condition  of  employment  or  any 
right,  privilege  or  duty  of  the  employer,  the 
trade  union  or  the  employees, 

(a)  until  the  Minister  has  appointed  a  con- 
ciliation officer  or  a  mediator  under  this 
Act,  and, 

(i)  seven  days  have  elapsed  after  the 
Minister  has  released  to  the  parties 
the  report  of  a  conciliation  board 
or  mediator,  or 

(ii)  14  days  have  elapsed  after  the 
Minister  has  released  to  the  parties 
a  notice  that  he  or  she  does  not 
consider  it  advisable  to  appoint  a 
conciliation  board, 

as  the  case  may  be;  or 

(b)  until  the  right  of  the  trade  union  to  rep- 
resent the  employees  has  been  termi- 
nated, 

whichever  occurs  first. 

(2)  Where  a  trade  union  has  applied  for  cer- 
tification and  notice  thereof  from  the  Board 
has  been  received  by  the  employer,  the 
employer  shall  not,  except  with  the  consent  of 
the  trade  union,  alter  the  rates  of  wages  or  any 
other  term  or  condition  of  employment  or  any 
right,  privilege  or  duty  of  the  employer  or  the 
employees  until, 

(a)  the  trade  union  has  given  notice  under 
section  16,  in  which  case  subsection  (1) 
applies;  or 

(b)  the  application  for  certification  by  the 
trade  union  is  dismissed  or  terminated 
by  the  Board  or  withdrawn  by  the  trade 
union. 

(3)  Where  notice  has  been  given  under  sec- 
tion 59  and  no  collective  agreement  is  in  oper- 
ation, any  difference  between  the  parties  as  to 
whether  or  not  subsection  (1)  of  this  section 
was  complied  with  may  be  referred  to  arbitra- 
tion by  either  of  the  parties  as  if  the  collective 
agreement  was  still  in  operation  and  section  48 
applies  with  necessary  modifications  thereto. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  81. 

87.  (1)  No  employer,  employers'  organiza- 
tion or  person  acting  on  behalf  of  an  employer 
or  employers'  organization  shall, 

(a)  refuse  to  employ  or  continue  to  employ 
a  person; 

(b)  threaten  dismissal  or  otherwise  threaten 
a  person; 

(c)  discriminate  against  a  person  in  regard 
to  employment  or  a  term  or  condition  of 
employment;  or 


devoirs  de  l'employeur,  du  syndicat  ou  des 
employés,  sauf  avec  le  consentement  de  l'em- 
ployeur, tant  que  la  première  des  éventualités 
suivantes  n'est  pas  survenue  : 

a)  le  ministre  a  désigné  un  conciliateur  ou 
un  médiateur  en  vertu  de  la  présente  loi 
et,  selon  le  cas  : 

(i)  sept  jours  se  sont  écoulés  après  la 
remise  aux  parties  par  le  ministre 
du  rapport  d'une  commission  de 
conciliation  ou  d'un  médiateur, 

(ii)  14  jours  se  sont  écoulés  après  la 
remise  aux  parties  par  le  ministre 
de  l'avis  selon  lequel  il  ne  juge  pas 
opportun  de  constituer  une  com- 
mission de  conciliation; 


b)  le  droit  du  syndicat  de  représenter  les 
employés  est  révoqué. 


(2)  Si  un  syndicat  a  présenté  une  requête  en   idem 
accréditation  et  que  l'employeur  en  a  été  avisé 

par  la  Commission,  l'employeur  ne  modifie 
pas,  sauf  s'il  a  le  consentement  du  syndicat,  les 
taux  de  salaires  ou  les  autres  conditions  d'em- 
ploi, ou  les  droits,  privilèges  ou  devoirs  de 
l'employeur  ou  des  employés  avant  que,  selon 
le  cas  : 

a)  le  syndicat  n'ait  donné  l'avis  prévu  à 
l'article  16,  auquel  cas  le  paragraphe  (1) 
s'applique; 

b)  la  requête  en  accréditation  présentée  par 
le  syndicat  n'ait  été  rejetée  par  la  Com- 
mission ou  que  celle-ci  y  ait  mis  fin,  ou 
que  le  syndicat  ne  s'en  soit  désisté. 

(3)  Si  l'avis  prévu  à  l'article  59  a  été  donné  Différends 
et  tant  qu'aucune  convention  collective  n'est  ?,U1  Peuvent 

t  .  être  soumis  à 

en  vigueur,  tout  différend  entre  les  parties  au  rarbitrage 
sujet  du  respect  des  dispositions  du  paragraphe 
(1)  peut  être  soumis  à  l'arbitrage  par  l'une  ou 
l'autre  partie  comme  si  la  convention  collec- 
tive était  toujours  en  vigueur.  L'article  48  s'ap- 
plique avec  les  adaptations  nécessaires. 
L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  81. 

87.  (1)  L'employeur,  l'association  patrona- 
le ou  quiconque  agit  pour  leur  compte,  parce 
qu'ils  croient  que,  dans  une  instance  prévue  à 
la  présente  loi,  une  personne  peut  témoigner 
ou  a  divulgué  ou  est  sur  le  point  de  divulguer 
des  renseignements  en  réponse  aux  exigences 
de  cette  instance,  ou  qu'elle  a  participé  à 
l'instance  ou  est  sur  le  point  d'y  participer,  ou 
parce  qu'elle  a  présenté  une  requête  ou  déposé 
une  plainte  dans  le  cadre  de  la  présente  loi,  ne 


Protection 
des  témoins 


88 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Same 


Removal, 
etc.,  of 
posted 
notices 


Trusteeship 
over  local 
unions 


(d)  intimidate  or  coerce  or  impose  a  pecuni- 
ary or  other  penalty  on  a  person, 

because  of  a  belief  that  the  person  may  testify 
in  a  proceeding  under  this  Act  or  because  the 
person  has  made  or  is  about  to  make  a  disclos- 
ure that  may  be  required  in  a  proceeding  under 
this  Act  or  because  the  person  has  made  an 
application  or  filed  a  complaint  under  this  Act 
or  has  participated  in  or  is  about  to  participate 
in  a  proceeding  under  this  Act. 


(2)  No  trade  union,  council  of  trade  unions 
or  person  acting  on  behalf  of  a  trade  union  or 
council  of  trade  unions  shall, 

(a)  discriminate  against  a  person  in  regard 
to  employment  or  a  term  or  condition  of 
employment;  or 

(b)  intimidate  or  coerce  or  impose  a  pecuni- 
ary or  other  penalty  on  a  person, 

because  of  a  belief  that  the  person  may  testify 
in  a  proceeding  under  this  Act  or  because  the 
person  has  made  or  is  about  to  make  a  disclos- 
ure that  may  be  required  in  a  proceeding  under 
this  Act  or  because  the  person  has  made  an 
application  or  filed  a  complaint  under  this  Act 
or  has  participated  in  or  is  about  to  participate 
in  a  proceeding  under  this  Act.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  82. 

88.  No  person  shall  wilfully  destroy,  muti- 
late, obliterate,  alter,  deface  or  remove  or 
cause  to  be  destroyed,  mutilated,  obliterated, 
altered,  defaced  or  removed  any  notice  that  the 
Board  has  required  to  be  posted  during  the 
period  that  the  notice  is  required  to  be  posted. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  83. 

Locals  Under  Trusteeship 

89.  (1)  A  provincial,  national  or  interna- 
tional trade  union  that  assumes  supervision  or 
control  over  a  subordinate  trade  union,  where- 
by the  autonomy  of  such  subordinate  trade 
union,  under  the  constitution  or  by-laws  of  the 
provincial,  national  or  international  trade 
union  is  suspended,  shall,  within  60  days  after 
it  has  assumed  supervision  or  control  over  the 
subordinate  trade  union,  file  with  the  Board  a 
statement  in  the  prescribed  form,  verified  by 
the  affidavit  of  its  principal  officers,  setting  out 
the  terms  under  which  supervision  or  control  is 
to  be  exercised  and  it  shall,  upon  the  direction 
of  the  Board,  file  such  additional  information 
concerning  such  supervision  and  control  as  the 
Minister  may  from  time  to  time  require. 


doit  prendre  à  son  égard  aucune  des  mesures 
suivantes  : 

a)  refuser  de  l'employer  ou  de  la  garder  à 
leur  emploi; 

b)  la  menacer  de  congédiement  ou  autre- 
ment; 

c)  exercer  de  la  discrimination  relative- 
ment à  son  emploi  ou  à  une  condition  de 
celui-ci; 

d)  l'intimider,  la  contraindre  ou  lui  impo- 
ser des  peines  pécuniaires  ou  autres. 

(2)  Le  syndicat,  le  conseil  de  syndicats  ou  'dem 
quiconque  agit  pour  leur  compte,  parce  qu'ils 
croient  que,  dans  une  instance  prévue  à  la  pré- 
sente loi,  une  personne  peut  témoigner  ou  a 
divulgué  ou  est  sur  le  point  de  divulguer  des 
renseignements  en  réponse  aux  exigences  de 
cette  instance,  ou  qu'elle  a  participé  à  l'instan- 
ce ou  est  sur  le  point  d'y  participer,  ou  parce 
qu'elle  a  présenté  une  requête  ou  déposé  une 
plainte  dans  le  cadre  de  la  présente  loi,  ne  doit 
pas  prendre  à  son  égard  l'une  ou  l'autre  des 
mesures  suivantes  : 

a)  exercer  de  la  discrimination  relative- 
ment à  son  emploi  ou  à  une  condition  de 
son  emploi; 

b)  l'intimider,  la  contraindre  ou  lui 
imposer  des  peines  pécuniaires  ou 
autres.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  82. 

88.  Nul  ne    doit    volontairement    détruire,   Destruction. 
mutiler,  oblitérer,  modifier,  lacérer  ni  enlever  **"*"*jJ 
un  avis  dont  la  Commission  a  exigé  l'afficha-  affiché 
ge,  ni  faire  en  sorte  que  ces  actes  soient  ac- 
complis et  ce,  pendant  la  période  requise  d'af- 
fichage. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  83. 


Mise  en  tutelle  de  syndicats  locaux 

89.  (1)  Le  syndicat  provincial,  national  ou 
international  qui  assume  la  surveillance  ou  le 
contrôle  d'un  syndicat  subalterne,  suspendant 
ainsi  son  autonomie  en  vertu  des  statuts  ou  des 
règlements  administratifs  de  ce  syndicat,  est 
tenu,  dans  les  60  jours  de  la  date  où  la  tutelle  a 
commencé,  de  déposer  auprès  de  la  Commis- 
sion, dans  la  forme  prescrite,  une  déclaration 
attestée  par  ('affidavit  de  ses  principaux  diri- 
geants, qui  énonce  les  conditions  d'exercice  de 
cette  surveillance  ou  de  ce  contrôle.  Le  syndi- 
cat, sur  les  directives  de  la  Commission,  dé- 
pose les  renseignements  supplémentaires  au 
sujet  de  cette  tutelle  que  le  ministre  peut  exi- 
ger à  l'occasion. 


Tutelle  de 
syndicats 
locan 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


89 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Duration  of  (2)  Where  a  provincial,  national  or  interna- 
trusteeship  tional  trade  union  has  assumed  supervision  or 
control  over  a  subordinate  trade  union,  such 
supervision  or  control  shall  not  continue  for 
more  than  12  months  from  the  date  of  such 
assumption,  but  such  supervision  or  control 
may  be  continued  for  a  further  period  of  12 
months  with  the  consent  of  the  Board.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  84. 

Information 

Collective  90.  Each  party   to   a   collective   agreement 

t8b?mT      sha11-  forthwith  after  it  is  made,  file  one  copy 
with  the  Minister.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  85. 


Officers, 

constitution, 

etc. 


Duty  of 
union  to 
furnish 
financial 
statement  to 
members 


Complaint 
that  financial 
statement 
inadequate 


91.  The  Board  may  direct  a  trade  union, 
council  of  trade  unions  or  employers'  organi- 
zation to  file  with  the  Board  within  the  time 
prescribed  in  the  direction  a  copy  of  its  consti- 
tution and  by-laws  and  a  statutory  declaration 
of  its  president  or  secretary  setting  forth  the 
names  and  addresses  of  its  officers.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  86. 

92.  (1)  Every  trade  union  shall  upon  the 
request  of  any  member  furnish  the  member, 
without  charge,  with  a  copy  of  the  audited 
financial  statement  of  its  affairs  to  the  end  of 
its  last  fiscal  year  certified  by  its  treasurer  or 
other  officer  responsible  for  the  handling  and 
administration  of  its  funds  to  be  a  true  copy, 
and,  upon  the  complaint  of  any  member  that 
the  trade  union  has  failed  to  furnish  such  a 
statement,  the  Board  may  direct  the  trade 
union  to  file  with  the  Registrar  of  the  Board, 
within  such  time  as  the  Board  may  determine, 
a  copy  of  the  audited  financial  statement  of  its 
affairs  to  the  end  of  its  last  fiscal  year  verified 
by  the  affidavit  of  its  treasurer  or  other  officer 
responsible  for  the  handling  and  administration 
of  its  funds  and  to  furnish  a  copy  of  the  state- 
ment to  the  members  of  the  trade  union  that 
the  Board  in  its  discretion  may  direct,  and  the 
trade  union  shall  comply  with  the  direction 
according  to  its  terms. 

(2)  Where  a  member  of  a  trade  union  com- 
plains that  an  audited  financial  statement  is 
inadequate,  the  Board  may  inquire  into  the 
complaint  and  the  Board  may  order  the  trade 
union  to  prepare  another  audited  financial 
statement  in  a  form  and  containing  the  particu- 
lars that  the  Board  considers  appropriate  and 
the  Board  may  further  order  that  the  audited 
financial  statement,  as  rectified,  be  certified  by 
a  person  licensed  under  the  Public  Account- 
ancy Act  or  a  firm  whose  partners  are  licensed 
under  that  Act.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  87. 


(2)  La  tutelle  d'un  syndicat  subalterne,  par  Durée  de  la 
un   syndicat  provincial,   national   ou   interna-   tute  e 
tional  ne  dure  pas  plus  de  12  mois.  Toutefois, 
elle  peut  être  prorogée  d'une  autre  période  de 
12  mois  avec  l'autorisation  de  la  Commis- 
sion. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  84. 


Accès  aux  renseignements 

90.  Chaque  partie  à  une  convention  collec- 
tive, dès  que  celle-ci  est  conclue,  en  dépose 
sans  délai  une  copie  auprès  du  ministre. 
L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  85. 

91.  La  Commission  peut  ordonner  au  syn- 
dicat, au  conseil  de  syndicats  ou  à  l'association 
patronale  de  déposer  auprès  d'elle,  dans  le  dé- 
lai qu'elle  prescrit,  une  copie  de  leurs  statuts  et 
de  leurs  règlements  administratifs  et  une  décla- 
ration solennelle  de  leur  président  ou  de  leur 
secrétaire  portant  les  noms  et  adresses  de  leurs 
dirigeants.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  86. 

92.  (1)  Chaque  syndicat,  à  la  demande  d'un 
de  ses  membres,  lui  fournit  sans  frais  une  co- 
pie de  son  état  financier  vérifié  à  la  fin  de  son 
dernier  exercice,  attesté  par  son  trésorier  ou 
par  le  dirigeant  chargé  d'administrer  ses  fonds. 
A  la  suite  d'une  plainte  d'un  membre  déclarant 
que  le  syndicat  ne  lui  a  pas  fourni  cet  état 
financier,  la  Commission  peut  ordonner  au 
syndicat  de  déposer  auprès  du  greffier  de  la 
Commission,  dans  le  délai  qu'elle  prescrit,  une 
copie  de  l'état  financier  vérifié  jusqu'à  la  fin 
du  dernier  exercice,  attesté  par  affidavit  par 
son  trésorier  ou  le  dirigeant  chargé  d'adminis- 
trer ses  fonds  et  d'en  fournir  une  copie  aux 
membres  du  syndicat  que  la  Commission  peut 
désigner  et  le  syndicat  obéit  à  l'ordre  de  la 
Commission. 


Dépôt  de  la 
convention 
collective 


Constitution, 

dirigeants, 

etc. 


Obligation 
du  syndicat 
de  fournir  un 
état  financier 
à  ses 
membres 


(2)  Si  un  membre  d'un  syndicat  se  plaint  Plainte 
qu'un  état  financier  vérifié  est  insuffisant,  la  }^cierm 
Commission  peut  s'informer  et  ordonner  au  n'est  pas 
syndicat  d'en  dresser  un  autre  dans  une  forme  satisfaisant 
convenable  et  en  y  incluant  les  détails  qu'elle 
considère  nécessaires.  La  Commission  peut  de 
plus  ordonner  que  l'état  financier  vérifié,  ainsi 
complété,  soit  attesté  par  un  comptable  habilité 
en  vertu  de  la  Loi  sur  la  comptabilité  publique 
ou  par  une  société  en  nom  collectif  dont  les 
associés    sont  ainsi  habilités.     L.R.O.    1990, 
chap.  L.2,  art.  87. 


90 


Definition 


Bill  7  labour  relations  and  employment  statute  law  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Lo>  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Annual  filing 
of  statement 


Furnishing  of 
copy  to 
member  of 
trade  union 


Where  Board 
may  direct 
compliance 


93.  (1)  In  this  section, 

'administrator"  means  any  trade  union,  trustee 
or  person  responsible  for  the  control,  man- 
agement or  disposition  of  money  received  or 
contributed  to  a  vacation  pay  fund  or  a  wel- 
fare benefit  or  pension  plan  or  fund  for  the 
members  of  a  trade  union  or  their  survivors 
or  beneficiaries. 


(2)  Every  administrator  shall  file  annually 
with  the  Minister  not  later  than  June  1  in  each 
year  or  at  such  other  time  or  times  as  the  Min- 
ister may  direct,  a  copy  of  the  audited  financial 
statement  certified  by  a  person  licensed  under 
the  Public  Accountancy  Act  or  a  firm  whose 
partners  are  licensed  under  that  Act  of  a  vaca- 
tion pay  fund,  or  a  welfare  benefit  or  pension 
plan  or  fund  setting  out  its  financial  condition 
for  the  preceding  fiscal  year  and  disclosing, 

(a)  a  description  of  the  coverage  provided 
by  the  fund  or  plan; 

(b)  the  amount  contributed  by  each 
employer; 

(c)  the  amounts  contributed  by  the  members 
and  the  trade  union,  if  any; 

(d)  a  statement  of  the  assets,  specifying  the 
total  amount  of  each  type  of  asset; 

(e)  a  statement  of  liabilities,  receipts  and 
disbursements; 

(0  a  statement  of  salaries,  fees  and  com- 
missions charged  to  the  fund  or  plan,  to 
whom  paid,  in  what  amount  and  for 
what  purposes;  and 

(g)  such  further  information  as  the  Minister 
may  require. 

(3)  The  administrator,  upon  the  request  in 
writing  of  any  member  of  the  trade  union 
whose  employer  has  made  payments  or  contri- 
butions into  the  fund  or  plan,  shall  furnish  to 
the  member  without  charge  a  copy  of  the 
audited  financial  statement  required  to  be  filed 
by  subsection  (2). 

(4)  Where  an  administrator  has  failed  to 
comply  with  subsection  (2)  or  (3),  upon  a  cer- 
tificate of  failure  so  to  comply  signed  by  the 
Minister  or  upon  complaint  by  the  member,  the 
Board  may  direct  the  administrator  to  comply 
within  the  time  that  the  Board  may  determine. 
R.S.O.  1990,c.L.2,s.  88. 


93.  (1)  La  définition  qui  suit  s'applique  au   Définition 
présent  article. 

«administrateur»  S'entend  d'un  syndicat,  d'un 
fiduciaire  ou  de  quiconque  est  chargé  de  la 
garde,  de  la  gestion  ou  de  l'affectation  de 
l'argent  perçu  ou  versé  à  un  fonds  de  va- 
cances ou  à  un  régime  de  bien-être  ou  de 
pension  au  profit  des  membres  d'un  syndi- 
cat, de  leurs  survivants  ou  de  leurs  bénéfi- 
ciaires. 

(2)  Chaque  administrateur,  au  plus  tard  le  Dépôt  annuel 
1er  juin  de  chaque  année  ou  à  la  date  que  fixe  {;„„„."', 

le  ministre,  dépose  auprès  de  ce  dernier  une 
copie  de  l'état  financier  vérifié  d'un  fonds  de 
vacances,  d'un  régime  de  bien-être  ou  de  pen- 
sion pour  l'exercice  précédent.  Cet  état  finan- 
cier est  attesté  par  un  comptable  habilité  en 
vertu  de  la  Loi  sur  la  comptabilité  publique  ou 
par  une  société  en  nom  collectif  dont  les  asso- 
ciés sont  ainsi  habilités.  Cet  état  financier 
expose  : 

a)  une  description  de  la  couverture  qu'of- 
fre le  fonds  ou  le  régime; 

b)  le  montant  de  la  cotisation  de  chaque 
employeur; 

c)  le  montant  des  cotisations  des  membres 
et  du  syndicat,  le  cas  échéant; 

d)  un  relevé  de  l'actif  précisant  le  montant 
total  de  chaque  type  d'actif; 

e)  un  relevé  du  passif,  des  recettes  et  dé- 
bours; 

f)  un  relevé  des  salaires,  des  droits  et  des 
commissions  débités  au  compte  du 
fonds  ou  du  régime,  des  personnes  qui 
les  ont  touchés,  pour  tel  montant  et  à  tel 
titre; 

g)  les  autres  renseignements  que  peut  exi- 
ger le  ministre. 

(3)  L'administrateur,  à  la  demande  écrite  de  Copieàcha- 
tout  membre  du  syndicat  pour  qui  l'employeur  dîTsîndica™ 
a  versé  des  cotisations  au  fonds  ou  au  régime, 

lui  remet  sans  frais  une  copie  de  l'état  finan- 
cier vérifié  dont  le  dépôt  est  exigé  au  paragra- 
phe (2). 


(4)  Sur  certificat  du  ministre  ou  plainte  du  Cas  où  la 

Commission 


membre  du  syndicat  portant  qu'un  administra- 
teur ne  s'est  pas  conformé  aux  dispositions  du  ordonner  de 
paragraphe  (2)  ou  (3),  la  Commission  peut  le  se  conformer 
sommer  de  s'y  conformer  dans  le  délai  qu'elle  ™p"j  (2) 
fixe.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  88. 


peut 


ou  (3) 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


91 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Representa- 
tive for 
service  of 
process 


Change  in 
representa- 
tive 


Service  of 
notice 


Publications 


94.  (1)  Every  trade  union  and  unincorpo- 
rated employers'  organization  in  Ontario  that 
has  members  in  Ontario  shall,  within  15  days 
after  it  has  enrolled  its  first  member,  file  with 
the  Board  a  notice  in  the  prescribed  form  giv- 
ing the  name  and  address  of  a  person  resident 
in  Ontario  who  is  authorized  by  the  trade  union 
or  unincorporated  employers'  organization  to 
accept  on  its  behalf  service  of  process  and 
notices  under  this  Act. 

(2)  Whenever  a  trade  union  or  unincorpo- 
rated employers'  organization  changes  the 
authorization  referred  to  in  subsection  (1),  it 
shall  file  with  the  Board  notice  thereof  in  the 
prescribed  form  within  15  days  after  making 
such  change. 

(3)  Service  on  the  person  named  in  a  notice 
or  the  latest  notice,  as  the  case  may  be,  filed 
under  subsection  (1)  is  good  and  sufficient  ser- 
vice for  the  purposes  of  this  Act  on  the  trade 
union  or  unincorporated  employers'  organiza- 
tion that  filed  the  notice.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  89. 


95.  Every  publication  that  deals  with  the 
relations  between  employers  or  employers' 
organizations  and  trade  unions  or  employees 
shall  bear  the  names  and  addresses  of  its 
printer  and  its  publisher.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.90. 


Changement 
de  manda- 
taire 


94.  (1)  Le  syndicat  et  l'association  patrona-   Mandataire 
le  de   l'Ontario   non  constituée  en  personne  sienification 
morale  qui  a  des  membres  en  Ontario  sont 

tenus,  dans  les  15  jours  du  recrutement  de  leur 
premier  membre,  de  déposer  auprès  de  la 
Commission  un  avis  dans  la  forme  prescrite 
portant  le  nom  et  l'adresse  d'un  résident  de 
l'Ontario  autorisé  par  le  syndicat  ou  l'associa- 
tion à  accepter  pour  son  compte  la  significa- 
tion des  actes  et  avis  prévus  par  la  présente  loi. 

(2)  Toutes  les  fois  que  le  syndicat  ou  l'asso- 
ciation patronale  non  constituée  en  personne 
morale  modifient  l'autorisation  visée  au  para- 
graphe (1),  ils  déposent  un  avis  de  cette  modi- 
fication auprès  de  la  Commission,  dans  la 
forme  prescrite  et  dans  les  15  jours  de  cette 
modification. 

(3)  La  signification  faite  à  la  personne  indi- 
quée dans  un  avis  ou  dans  le  dernier  avis,  selon 
le  cas,  déposé  en  vertu  du  paragraphe  (1)  cons- 
titue une  signification  suffisante  pour  l'appli- 
cation de  la  présente  loi  au  syndicat  ou  à  l'as- 
sociation patronale  non  constituée  en  personne 
morale  qui  a  déposé  l'avis.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  art.  89. 

95.  Toute  publication   qui   traite   des   rela-  Publications 
tions  entre  employeurs  ou  associations  patro- 
nales et  syndicats  ou  employés,  porte  les  noms 

et  adresses  de  l'imprimeur  et  de  l'édi- 
teur. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  90. 


Signification 
d'un  avis 


Inquiry  by 
labour  rela- 
tions officer 


Duties 


Report 


Remedy  for 
discrimina- 
tion 


Enforcement 

96.  (1)  The  Board  may  authorize  a  labour 
relations  officer  to  inquire  into  any  complaint 
alleging  a  contravention  of  this  Act. 

(2)  The  labour  relations  officer  shall  forth- 
with inquire  into  the  complaint  and  endeavour 
to  effect  a  settlement  of  the  matter  complained 
of. 

(3)  The  labour  relations  officer  shall  report 
the  results  of  his  or  her  inquiry  and  endeavours 
to  the  Board. 

(4)  Where  a  labour  relations  officer  is 
unable  to  effect  a  settlement  of  the  matter 
complained  of  or  where  the  Board  in  its  discre- 
tion considers  it  advisable  to  dispense  with  an 
inquiry  by  a  labour  relations  officer,  the  Board 
may  inquire  into  the  complaint  of  a  contraven- 
tion of  this  Act  and  where  the  Board  is  satis- 
fied that  an  employer,  employers'  organiza- 
tion, trade  union,  council  of  trade  unions, 
person  or  employee  has  acted  contrary  to  this 
Act  it  shall  determine  what,  if  anything,  the 
employer,  employers'  organization,  trade 
union,  council  of  trade  unions,  person  or 
employee  shall  do  or  refrain  from  doing  with 


Application 

96.  (1)  La  Commission   peut  autoriser  un  Enquête  par 

agent  des  relations  de  travail  de  faire  enquête  ""^f^  ^ 

sur  toute  plainte  de  prétendue  infraction  à  la  travail 
présente  loi. 

(2)  L'agent  fait  enquête  sans  délai  sur  la  Mission 
plainte  et  s'efforce  de  régler  la  question  qui  en 
fait  l'objet. 


(3)  L'agent  fait  rapport  à  la  Commission  du   Rapport 
résultat  de  son  enquête  et  de  ses  démarches. 

(4)  Si  l'agent  ne  parvient  pas  à  régler  la  Recours  en 
question  ou  que  la  Commission,  à  sa  discré-  ^n^orT0" 
tion,  juge  que  cette  enquête  par  un  agent  des 
relations  de  travail  n'est  pas  opportune,  elle 

peut  faire  enquête  elle-même.  Si  elle  est  con- 
vaincue que  quiconque,  et  notamment  un  em- 
ployeur, une  association  patronale,  un  syndi- 
cat, un  conseil  de  syndicats  ou  un  employé  ont 
enfreint  la  présente  loi,  elle  décide,  s'il  y  a 
lieu,  de  quelle  façon  ces  personnes  ou  associa- 
tions doivent  rétablir  la  situation.  À  cet  effet, 
elle  peut  notamment,  malgré  les  dispositions 
d'une  convention  collective,  ordonner,  selon  le 
cas,  l'une  ou  plusieurs  des  mesures  suivantes  : 


92 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Burden  of 
proof 


Filing  in 
court 


Effect  of 

settlement 


respect  thereto  and  such  determination,  with- 
out limiting  the  generality  of  the  foregoing 
may  include,  despite  the  provisions  of  any  col- 
lective agreement,  any  one  or  more  of, 

(a)  an  order  directing  the  employer, 
employers'  organization,  trade  union, 
council  of  trade  unions,  employee  or 
other  person  to  cease  doing  the  act  or 
acts  complained  of; 

(b)  an  order  directing  the  employer, 
employers'  organization,  trade  union, 
council  of  trade  unions,  employee  or 
other  person  to  rectify  the  act  or  acts 
complained  of;  or 

(c)  an  order  to  reinstate  in  employment  or 
hire  the  person  or  employee  concerned, 
with  or  without  compensation,  or  to 
compensate  instead  of  hiring  or  rein- 
statement for  loss  of  earnings  or  other 
employment  benefits  in  an  amount  that 
may  be  assessed  by  the  Board  against 
the  employer,  employers'  organization, 
trade  union,  council  of  trade  unions, 
employee  or  other  person  jointly  or 
severally.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  91 
(1-4). 

(5)  On  an  inquiry  by  the  Board  into  a  com- 
plaint under  subsection  (4)  that  a  person  has 
been  refused  employment,  discharged,  dis- 
criminated against,  threatened,  coerced,  intimi- 
dated or  otherwise  dealt  with  contrary  to  this 
Act  as  to  the  person's  employment,  opportu- 
nity for  employment  or  conditions  of  employ- 
ment, the  burden  of  proof  that  any  employer  or 
employers'  organization  did  not  act  contrary  to 
this  Act  lies  upon  the  employer  or  employers' 
organization.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  91  (5); 
1993,c.27,Sched. 


(6)  A  trade  union,  council  of  trade  unions, 
employer,  employers'  organization  or  person 
affected  by  the  determination  may  file  the 
determination,  excluding  the  reasons,  in  the 
prescribed  form  in  the  Ontario  Court  (General 
Division)  and  it  shall  be  entered  in  the  same 
way  as  an  order  of  that  court  and  is  enforce- 
able as  such.  1992,  c.  21,  s.  36  (3). 

(7)  Where  a  proceeding  under  this  Act  has 
been  settled,  whether  through  the  endeavours 
of  the  labour  relations  officer  or  otherwise,  and 
the  terms  of  the  settlement  have  been  put  in 
writing  and  signed  by  the  parties  or  their  repre- 
sentatives, the  settlement  is  binding  upon  the 
parties,  the  trade  union,  council  of  trade 
unions,  employer,  employers'  organization, 
person  or  employee  who  have  agreed  to  the 
settlement  and  shall  be  complied  with  accord- 


a)  l'abstention  par  le  contrevenant  de  poser 
à  l'avenir  l'acte  ou  les  actes  faisant 
l'objet  de  la  plainte; 


b)  la  réparation  par  le  contrevenant  du  pré- 
judice qui  en  a  résulté; 


c)  la  réintégration  dans  son  emploi  ou  l'en- 
gagement de  la  personne  ou  de  l'em- 
ployé intéressés,  avec  ou  sans  indemni- 
sation, ou  pour  tenir  lieu  d'engagement 
ou  de  réintégration,  le  versement  d'une 
indemnité  au  montant  qu'elle  fixe  pour 
sa  perte  de  salaire  et  autres  avantages 
rattachés  à  son  emploi.  Elle  peut  porter 
cette  indemnité  à  la  charge  solidaire  des 
contrevenants.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
par.  91(1)  à  (4). 

(5)  Pour  les  besoins  d'une  enquête  de  la  Fardeau  de  la 
Commission  sur  une  plainte  visée  au  paragra-  Preuve 
phe  (4),  selon  laquelle  une  personne  s'est  vu 

refuser  un  emploi,  a  été  congédiée,  a  fait  l'ob- 
jet de  discrimination,  de  menaces,  de  con- 
trainte, d'intimidation,  ou  a  été  traitée  d'une 
façon  contraire  à  la  présente  loi  dans  son  em- 
ploi, ses  possibilités  d'emploi  ou  ses  condi- 
tions d'emploi,  le  fardeau  de  la  preuve  que 
l'employeur  ou  l'association  patronale  n'a  pas 
enfreint  la  présente  loi  revient  à  ces  der- 
niers. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  91  (5); 
1993,  chap.  27,  annexe. 

(6)  Le   syndicat,   le   conseil   de   syndicats,   Dépôt  à  la 
l'employeur,  l'association  patronale  ou  la  per-  Cour 
sonne  intéressés  par  la  décision  peut  déposer 
celle-ci  sans  les  motifs  selon  la  formule  pres- 
crite à  la  Cour  de  l'Ontario  (Division  géné- 
rale). Cette  décision  est  consignée  de  la  même 

façon  qu'une  ordonnance  de  la  Cour  et  est 
exécutoire  au  même  titre.  1992,  chap.  21,  par. 
36  (3). 

(7)  Le  règlement  d'une  instance  prévue  par  Effet  de 
la  présente  loi,  que  ce  soit  grâce  aux  démar-  ' accord 
ches  de  l'agent  des  relations  de  travail  ou  au- 
trement, mis  par  écrit  et  signé  par  les  parties 
ou  par  leurs  représentants,  les  lie  et  doit  être 
respecté  selon  ses  conditions,  qu'il  s'agisse  du 
syndicat,  du  conseil  de  syndicats,  de  l'em- 
ployeur, de  l'association  patronale,  de  l'em- 
ployé ou  d'une  autre  personne.  Une  plainte 
fondée  sur  le  fait  qu'une  personne  qui  a  con- 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


93 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


"Person" 
defined  for 
purposes  of 
ss.  87,  96 


ing  to  its  terms,  and  a  complaint  that  the  trade 
union,  council  of  trade  unions,  employer, 
employers'  organization,  person  or  employee 
who  has  agreed  to  the  settlement  has  not  com- 
plied with  the  terms  of  the  settlement  shall  be 
deemed  to  be  a  complaint  under  subsection 
(1).  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  91  (7);  1992,  c.  21, 
s.  36  (4). 

97.  For  the  purposes  of  section  87  and  any 
complaint  made  under  section  96, 


"person"  includes  any  person  otherwise 
excluded  by  subsection  1  (3).  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  92. 

Board  power       98.  (1)  On  application  in  a  pending  pro- 
rc'"^nm        ceeding,  the  Board  may  make  interim  orders 
concerning  procedural  matters. 


Exception 


Jurisdic- 
tional, etc., 
disputes 


Withdrawal 
of  complaint 


No  hearing 


Meeting  of 
representa- 
tives 


(2)  The  Board  shall  not  make  an  order 
under  subsection  (1)  requiring  an  employer  to 
reinstate  an  employee  in  employment.  New. 

99.  (1)  This  section  applies  when  the  Board 
receives  a  complaint, 

(a)  that  a  trade  union  or  council  of  trade 
unions,  or  an  agent  of  either  was  or  is 
requiring  an  employer  or  employers' 
organization  to  assign  particular  work  to 
persons  in  a  particular  trade  union  or  in 
a  particular  trade,  craft  or  class  rather 
than  to  persons  in  another; 


(b)  that  an  employer  was  or  is  assigning 
work  to  persons  in  a  particular  trade 
union  rather  than  to  persons  in  another; 
or 

(c)  that  a  trade  union  has  failed  to  comply 
with  its  duties  under  section  74  or  75. 
1992,  c.  21,  s.  38  (I),  part,  amended. 

(2)  A  complaint  described  in  subsection  (1) 
may  be  withdrawn  by  the  complainant  upon 
such  conditions  as  the  Board  may  determine. 
New. 

(3)  The  Board  is  not  required  to  hold  a  hear- 
ing to  determine  a  complaint  under  this  sec- 
tion. 

(4)  Representatives  of  the  trade  union  or 
council  of  trade  unions  and  of  the  employer  or 
employers'  organization  or  their  substitutes 
shall  promptly  meet  and  attempt  to  settle  the 
matters  raised  by  a  complaint  under  clause 


senti  au  règlement  ne  le  respecte  pas,  est  répu- 
tée une  plainte  au  sens  du  paragraphe  (1). 
L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  91  (7);  1992, 
chap.  21,  par.  36  (4). 


97.  Pour  l'application  de  l'article  87  et  à  Définition  de 
l'égard  de  toute  plainte  portée  en  vertu  de  Par-   "P6™11"6» 
HHpQfi-  pourlapph- 
iiLic  7u  .                                                                                 cation  des 

art.  87  et  % 

«personne»  S  entend  en  outre  de  quiconque  est 
exclu  au  paragraphe  1  (3).  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  art.  92. 

98.  (1)  Sur    requête    présentée    dans    une   Pouvoir  de  la 
instance  en  cours,  la  Commission  peut  rendre  Cornrm*slon 

,  .  r  .  en  matière 

des  ordonnances  provisoires  sur  des  questions  dordon- 
de  procédure.  nances 

provisoires 

(2)  La  Commission  ne  peut,  en  vertu  du  pa-   Exception 
ragraphe  (1),  rendre  d'ordonnance  qui  exige 
d'un  employeur  qu'il  réintègre   un  employé 
dans  son  emploi.  Nouveau. 

99.  (1)  Le  présent  article  s'applique  lorsque  Conflits 
la  Commission  reçoit  une  plainte  portant  que, 

selon  le  cas  : 

a)  un  syndicat,  un  conseil  de  syndicats  ou 
un  représentant  de  l'un  ou  de  l'autre 
exige  ou  a  exigé  d'un  employeur  ou 
d'une  association  patronale  qu'un  tra- 
vail déterminé  soit  attribué  à  des  per- 
sonnes appartenant  à  un  syndicat  donné 
ou  à  une  profession,  un  corps  de  métier 
ou  une  catégorie  donnés  plutôt  qu'à  des 
personnes  appartenant  à  un  autre  ou  une 
autre; 

b)  un  employeur  attribue  ou  a  attribué  du 
travail  à  des  personnes  appartenant  à  un 
syndicat  donné  plutôt  qu'à  des  per- 
sonnes appartenant  à  un  autre  syndicat; 

c)  un  syndicat  ne  s'est  pas  conformé  aux 
obligations  que  lui  impose  l'article  74 
ou  75.  1992,  chap.  21,  par.  38  (1),  en 
partie,  modifié. 

(2)  Le  plaignant  peut  retirer  la  plainte  visée   Retrait  de  la 
au  paragraphe  (1)  aux  conditions  que  fixe  la  Plainte 
Commission.  Nouveau. 


(3)  La  Commission  n'est  pas  obligée  de  te- 
nir une  audience  pour  statuer  sur  une  plainte 
visée  au  présent  article. 

(4)  Des  représentants  du  syndicat  ou  du 
conseil  de  syndicats  et  de  l'employeur  ou  de 
l'association  patronale  ou  leurs  remplaçants  se 
rencontrent  promptement  et  tentent  de  régler 
les  questions  qui  sont  soulevées  par  une  plainte 


Aucune 
audience 


Rencontre 
des  représen- 
tants 


94  Bill  7  LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Orders 


(l)(a)  or  (b)  and  shall  report  the  outcome  to 
the  Board. 

(5)  The  Board  may  make  any  interim  or 
final  order  it  considers  appropriate  after  con- 
sulting with  the  parties.  New. 


visée  à  l'alinéa  (1)  a)  ou  b).  Ils  font  rapport  des 
résultats  obtenus  à  la  Commission. 

(5)  La  Commission  peut  rendre  l'ordonnan-   Ordonnances 
ce  provisoire  ou  définitive  qu'elle  juge  appro- 
priée après  avoir  consulté  les  parties.     Nou- 


Cease  and 
desist  orders 


Alteration  of 

bargaining 

unit 


Same 


(6)  In  an  interim  order  or  after  making  an 
interim  order,  the  Board  may  order  any  person, 
employers'  organization,  trade  union  or  coun- 
cil of  trade  unions  to  cease  and  desist  from 
doing  anything  intended  or  likely  to  interfere 
with  the  terms  of  an  interim  order  respecting 
the  assignment  of  work.  1992,  c.  21,  s.  38  (7), 
part. 


(7)  When  making  an  order  or  at  any  time 
after  doing  so,  the  Board  may  alter  a  bargain- 
ing unit  determined  in  a  certificate  or  defined 
in  a  collective  agreement.  1992,  c.  21, 
s.  38(8),/kj/7. 

(8)  If  a  collective  agreement  requires  the 
reference  of  any  difference  between  the  parties 
arising  out  of  work  assignment  to  a  tribunal 
mutually  selected  by  them,  the  Board  may 
alter  the  bargaining  unit  determined  in  a  certif- 
icate or  defined  in  a  collective  agreement  as  it 
considers  proper  to  enable  the  parties  to  con- 
form to  the  decision  of  the  tribunal.  1992, 
c.  21,  s.  38  (9),  part. 


(9)  Where  an  employer  is  a  party  to  or  is 
bound  by  two  or  more  collective  agreements 
and  it  appears  that  the  description  of  the  bar- 
gaining unit  in  one  of  the  agreements  conflicts 
with  the  description  of  the  bargaining  unit  in 
the  other  or  another  of  the  agreements,  the 
Board  may,  upon  the  application  of  the 
employer  or  any  of  the  trade  unions  concerned, 
alter  the  description  of  the  bargaining  units  in 
any  such  agreement  as  it  considers  proper,  and 
the  agreement  or  agreements  shall  be  deemed 
to  have  been  altered  accordingly.  R.S.O.  1990, 
c.L.2,  s.  93(18). 

(10)  A  party  to  an  interim  or  final  order 
may  file  it,  excluding  the  reasons,  in  the  pre- 
scribed form  in  the  Ontario  Court  (General 
Division)  and  it  shall  be  entered  in  the  same 
way  as  an  order  of  that  court  and  is  enforce- 
able as  such. 


Enforcement  (\\)  An  order  that  has  been  filed  with  the 
court  is  enforceable  by  a  person,  employers' 
organization,  trade  union  or  council  of  trade 
unions  affected  by  it  and  is  enforceable  on  the 


Same, 

conflicting 

agreements 


Filing  in 
court 


d'une  unité 
de  négocia- 


(6)  Dans    une    ordonnance    provisoire    ou  Ordonnance 
après   avoir  rendu   une   telle   ordonnance,   la  <|e  cesser  et 

-5  .     .  ,  .  de  s  abstenir 

Commission  peut  ordonner  a  une  personne, 
une  association  patronale,  un  syndicat  ou  un 
conseil  de  syndicats  de  cesser  ou  de  s'abstenir 
d'accomplir  tout  acte  visant  à  entraver  ou 
ayant  vraisemblablement  pour  conséquence 
d'entraver  l'application  d'une  ordonnance 
provisoire  relative  à  l'affectation  du  tra- 
vail. 1 992,  chap.  2 1 ,  par.  38  (7),  en  partie. 

(7)  Lorsqu'elle  rend  une  ordonnance  ou  à   Modificat 
n'importe  quel  moment  après  l'avoir  fait,  la 
Commission  peut  modifier  une  unité  de  négo-  Son 
ciation  décrite  dans  un  certificat  d'accrédita- 
tion ou  définie  dans  une  convention  collec- 
tive. 1992,  chap.  21,  par.  38  (8),  enpartie. 

(8)  Si  une  convention  collective  exige  la  '«km 
soumission  des  différends  entre  les  parties  rela- 
tifs à  l'affectation  du  travail  à  un  tribunal  ad- 
ministratif qu'elles  ont  choisi  d'un  commun 
accord,  la  Commission  peut  modifier,  de  la 
façon  qu'elle  estime  opportune,  l'unité  de  né- 
gociation décrite  dans  le  certificat  d'accrédita- 
tion ou  définie  dans  une  convention  collective 
de  façon  à  permettre  aux  parties  de  se  confor- 
mer à  la  décision  du  tribunal  administra- 
tif. 1 992,  chap.  2 1 ,  par.  38  (9),  en  partie. 

(9)  Si  l'employeur  est  partie  à  deux  conven- 
tions collectives  ou  plus  ou  est  lié  par  celles-ci 
et  que  les  définitions  d'une  unité  de  négocia- 
tion contenues  dans  ces  conventions  sont  in- 
conciliables, la  Commission  peut,  à  la  requête 
de  l'employeur  ou  du  syndicat  intéressés,  mo- 
difier ces  définitions  selon  ce  qu'elle  estime 
opportun.  La  modification  est  réputée  intégrée 
aux  conventions  visées.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  par.  93  (18). 


Idem,  con- 
ventions in- 
conciliables 


(10)  Une  partie  à  une  ordonnance  provisoire   Dépôt  à  u 
ou  définitive  peut  déposer  celle-ci   sans  les  Cour 
motifs  selon  la  formule  prescrite  à  la  Cour  de 
l'Ontario   (Division    générale).    Cette    ordon- 
nance est  consignée  de  la  même  façon  qu'une 
ordonnance  de  la  Cour  et  est  exécutoire  au 

même  titre. 

(11)  L'exécution  d'une  ordonnance  déposée   Exécution 
à  la  Cour  peut  être  demandée  par  la  personne, 
l'association  patronale,  le  conseil  de  syndicats 

ou  le  syndicat  intéressés  par  l'ordonnance  et 
celle-ci  est  exécutoire  le  jour  qui  suit  la  date 


SchecL/annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


95 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Interim 

orders 

prevail 


Same 


Declaration 
and  direction 
by  Board  re 
unlawful 
strike 


Declaration 
and  direction 
by  Board  in 
respect  of 
unlawful 
lock-out 


day  after  the  date  fixed  in  the  order  for  compli- 
ance. 1993,  c.  38,  s.  67  (5). 

(12)  A  person,  employers'  organization, 
trade  union  or  council  of  trade  unions  affected 
by  an  interim  order  made  by  the  Board  under 
this  section  shall  comply  with  it  despite  any 
provision  of  this  Act  or  of  any  collective 
agreement  relating  to  the  assignment  of  the 
work  to  which  the  order  relates. 


(13)  A  person,  employers'  organization, 
trade  union  or  council  of  trade  unions  who  is 
complying  with  an  interim  order  made  by  the 
Board  under  this  section  is  deemed  not  to  have 
violated  any  provision  of  this  Act  or  of  any 
collective  agreement.  1992,  s.  21,  s.  38  (9). 

100.  Where,  on  the  complaint  of  a  trade 
union,  council  of  trade  unions,  employer  or 
employers'  organization,  the  Board  is  satisfied 
that  a  trade  union  or  council  of  trade  unions 
called  or  authorized  or  threatened  to  call  or 
authorize  an  unlawful  strike  or  that  an  officer, 
official  or  agent  of  a  trade  union  or  council  of 
trade  unions  counselled  or  procured  or  sup- 
ported or  encouraged  an  unlawful  strike  or 
threatened  an  unlawful  strike  or  that  employ- 
ees engaged  in  or  threatened  to  engage  in  an 
unlawful  strike  or  any  person  has  done  or  is 
threatening  to  do  an  act  that  the  person  knows 
or  ought  to  know  that,  as  a  probable  and  rea- 
sonable consequence  of  the  act,  another  person 
or  persons  will  engage  in  an  unlawful  strike, 
the  Board  may  so  declare  and  it  may  direct 
what  action,  if  any,  a  person,  employee, 
employer,  employers'  organization,  trade 
union  or  council  of  trade  unions  and  their 
officers,  officials  or  agents  shall  do  or  refrain 
from  doing  with  respect  to  the  unlawful  strike 
or  the  threat  of  an  unlawful  strike.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  94. 

101.  Where,  on  the  complaint  of  a  trade 
union,  council  of  trade  unions,  employer  or 
employers'  organization,  the  Board  is  satisfied 
that  an  employer  or  employers  organization 
called  or  authorized  or  threatened  to  call  or 
authorize  an  unlawful  lock-out  or  locked  out  or 
threatened  to  lock  out  employees  or  that  an 
officer,  official  or  agent  of  an  employer  or 
employers'  organization  counselled  or  pro- 
cured or  supported  or  encouraged  an  unlawful 
lock-out  or  threatened  an  unlawful  lock-out, 
the  Board  may  so  declare  and,  in  addition,  in 
its  discretion,  it  may  direct  what  action  if  any  a 
person,  employee,  employer,  employers'  orga- 
nization, trade  union  or  council  of  trade  unions 
and  their  officers,  officials  or  agents  shall  do  or 
refrain  from  doing  with  respect  to  the  unlawful 
lock-out  or  the  threat  of  an  unlawful  lock-out. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  95. 


Déclaration 
et  décision 
delà 

Commission 
en  matière  de 
grève  illicite 


fixée  dans  l'ordonnance  pour  s'y  conformer. 
1993,  chap.  38,  par.  67(5). 

(12)  La  personne,  l'association  patronale,  le  L'ordonnan- 

conseil  de  syndicats  ou  le  syndicat  intéressés  f.e  Provisoire 

,  ...  ,1  emporte 

par  une  ordonnance  provisoire  rendue  par  la 

Commission  en  vertu  du  présent  article  s'y 
conforme  malgré  toute  disposition  de  la  pré- 
sente loi  ou  de  toute  convention  collective 
ayant  trait  à  l'affectation  du  travail  que  vise 
l'ordonnance. 

(13)  La  personne,  l'association  patronale,  le   Idem 
syndicat  ou  le  conseil  de  syndicats  qui  se  con- 
forme à  une  ordonnance  provisoire  rendue  par 

la  Commission  en  vertu  du  présent  article  est 
réputé  ne  pas  avoir  enfreint  une  disposition  de 
la  présente  loi  ou  d'une  convention  collec- 
tive. 1992,  chap.  21,  par.  38  (9). 

100.  Si,  à  la  suite  de  la  plainte  déposée  par 
un  syndicat,  un  conseil  de  syndicats,  un  em- 
ployeur ou  une  association  patronale,  la  Com- 
mission est  convaincue  qu'un  syndicat  ou  un 
conseil  de  syndicats  a  ordonné  ou  autorisé  une 
grève  illicite  ou  menacé  de  ce  faire  ou  qu'un 
de  ses  dirigeants  ou  agents  a  recommandé,  pro- 
voqué, appuyé  ou  encouragé  cette  grève  ou  a 
menacé  d'y  prendre  part,  ou  que  des  employés 
y  ont  pris  part  ou  ont  menacé  de  ce  faire,  ou 
que  quiconque  a  accompli  ou  menace  d'ac- 
complir un  acte  dont  il  sait  ou  devrait  savoir 
que  la  conséquence  probable  et  raisonnable  se- 
ra qu'une  ou  plusieurs  personnes  participeront 
à  une  grève  illicite,  la  Commission  peut  décla- 
rer qu'il  s'agit  là  d'une  grève  illicite.  Elle  peut 
ordonner  les  mesures,  le  cas  échéant,  qu'une 
personne,  un  employé,  un  employeur,  une 
association  patronale,  un  syndicat  ou  un  con- 
seil de  syndicats  et  leurs  dirigeants  ou  agents 
sont  tenus  de  prendre  ou  de  s'abstenir  de  pren- 
dre relativement  à  la  grève  illicite  ou  à  la  me- 
nace d'une  telle  grève.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  art.  94. 

101.  Si,  à  la  suite  de  la  plainte  déposée  par  Déclaration 
un  syndicat,  un  conseil  de  syndicats,  un  em-  j"}^01810" 
ployeur  ou  une  association  patronale,  la  Com-  commission 
mission  est  convaincue  qu'un  employeur  ou  en  matière  de 
une  association  patronale  a  décrété  ou  autorisé  lockout llh" 
un  lock-out  illicite  ou  menacé  de  ce  faire  ou  a 
ordonné  un  lock-out  à  l'égard  d'employés  ou  a 

menacé  de  ce  faire  ou  qu'un  de  ses  dirigeants 
ou  agents  a  recommandé,  provoqué,  appuyé  ou 
encouragé  ce  lock-out  ou  a  menacé  d'en  or- 
donner un,  la  Commission  peut  déclarer  qu'il 
s'agit  là  d'un  lock-out  illicite.  Elle  peut  en 
outre,  à  sa  discrétion,  ordonner  les  mesures,  le 
cas  échéant,  qu'une  personne,  un  employé,  un 
employeur,  une  association  patronale,  un  syn- 
dicat ou  un  conseil  de  syndicats  et  leurs  diri- 
geants ou  agents  sont  tenus  de  prendre  ou  de 
s'abstenir  de  prendre  relativement  au  lock-out 


96 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Filing  in 
court 


Notice  of 
claim  for 
damages 
after  unlaw- 
ful strike  or 
lock-out 
where  no 
collective 
agreement 


Appointment 
of  arbitration 
board 


Same 


Same 


Decision  of 

arbitration 

board 


102.  A  party  to  a  direction  made  under  sec- 
tion 100  or  101  may  file  it,  excluding  the  rea- 
sons, in  the  prescribed  form  in  the  Ontario 
Court  (General  Division)  and  it  shall  be 
entered  in  the  same  way  as  an  order  of  that 
court  and  is  enforceable  as  such.  1992,  c.  21, 
s.  39 


103.  (1)  Where  the  Board  declares  that  a 
trade  union  or  council  of  trade  unions  has 
called  or  authorized  an  unlawful  strike  or  that 
an  employer  or  employers'  organization  has 
called  or  authorized  an  unlawful  lock-out  and 
no  collective  agreement  is  in  operation 
between  the  trade  union  or  council  of  trade 
unions  and  the  employer  or  employers'  organi- 
zation, as  the  case  may  be,  the  trade  union  or 
council  of  trade  unions  or  employer  or 
employers'  organization  may,  within  15  days 
of  the  release  of  the  Board's  declaration,  but 
not  thereafter,  notify  the  employer  or  employ- 
ers' organization  or  trade  union  or  council  of 
trade  unions,  as  the  case  may  be,  in  writing  of 
its  intention  to  claim  damages  for  the  unlawful 
strike  or  lock-out,  and  the  notice  shall  contain 
the  name  of  its  appointee  to  an  arbitration 
board. 

(2)  The  recipient  of  the  notice  shall  within 
five  days  inform  the  sender  of  the  notice  of  the 
name  of  its  appointee  to  the  arbitration  board. 

(3)  The  two  appointees  so  selected  shall, 
within  five  days  of  the  appointment  of  the 
second  of  them,  appoint  a  third  person  who 
shall  be  the  chair. 

(4)  If  the  recipient  of  the  notice  fails  to 
name  an  appointee,  or  if  the  two  appointees 
fail  to  agree  upon  a  chair  within  the  time  limit- 
ed, the  appointment  shall  be  made  by  the  Min- 
ister upon  the  request  of  either  party. 

(5)  The  arbitration  board  shall  hear  and 
determine  the  claim  for  damages  including  any 
question  as  to  whether  the  claim  is  arbitrable 
and  shall  issue  a  decision  and  the  decision  is 
final  and  binding  upon  the  parties  to  the  arbi- 
tration, and, 

(a)  in  the  case  of  a  council  of  trade  unions, 
upon  the  members  of  affiliates  of  the 
council  who  are  affected  by  the  deci- 
sion; and 

(b)  in  the  case  of  an  employers'  organiza- 
tion, upon  the  employers  in  the  organi- 
zation who  are  affected  by  the  decision. 


illicite    ou    à    la    menace    d'un    tel 
out.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  95. 


lock- 


102.  Une  partie  à  une  décision  rendue  en   Dépôt  à  la 
vertu  de  l'article   100  ou   101   peut  déposer  Cour 
celle-ci  sans  les  motifs  selon  la  formule  pres- 
crite à  la  Cour  de  l'Ontario  (Division  géné- 
rale). Cette  décision  est  consignée  de  la  même 

façon  qu'une  ordonnance  de  la  Cour  et  est 
exécutoire  au  même  titre.  1992,  chap.  21, 
art.  39. 

103.  (1)  Si   la  Commission  déclare  qu'un   Avisderé- 
syndicat  ou  un  conseil  de  syndicats,  un  em-  d'0il^mtl0"sen 
ployeur  ou   une   association   patronale,   alors   intérêts 
qu'aucune  convention  collective  n'est  en  vi- 
gueur, a  ordonné  ou  autorisé,  selon  le  cas,  soit 

une  grève  illicite,  soit  un  lock-out  illicite,  le 
syndicat  ou  le  conseil  de  syndicats,  ou  l'em- 
ployeur ou  l'association  patronale  peut,  au  plus 
tard  dans  les  15  jours  de  la  date  où  la  déclara- 
tion de  la  Commission  leur  a  été  remise,  aviser 
par  écrit  l'autre  partie  de  son  intention  de  de- 
mander les  dommages-intérêts  causés  par  le 
lock-out  ou  la  grève  illicites.  L'avis  porte  le 
nom  de  la  personne  que  l'expéditeur  désigne 
au  conseil  d'arbitrage. 


(2)  Le  destinataire  de  l'avis,  dans  les  cinq  DésignaUo 
jours  de  la  réception,  informe  l'expéditeur  du  j.^^" 
nom  de  la  personne  qu'il  désigne  au  conseil 
d'arbitrage. 

(3)  Les    deux    personnes    ainsi    désignées,   Idem 
dans  les  cinq  jours  de  la  seconde  désignation, 
désignent  une  troisième  personne  à  titre  de 
président. 

(4)  Si  le  destinataire  de  l'avis  omet  de  dési-  '<Jem 
gner  une  personne  ou  si  les  deux  personnes 
désignées  ne  s'entendent  pas  sur  le  choix  d'un 
président  dans  le  délai  imparti,  le  ministre,  à  la 
demande  de  l'une  ou  de  l'autre  partie,  désigne 
celui-ci. 

(5)  Le  conseil  d'arbitrage  entend  et  tranche  Décision  < 
le  différend,  y  compris  la  question  de  savoir  si  J^^'iaoe 
la  demande  peut  faire  l'objet  d'un  arbitrage. 
La  sentence  a  force  de  chose  jugée,  et  lie  les 
parties  à  l'arbitrage  et  les  personnes  sui- 
vantes : 

a)  dans  le  cas  d'un  conseil  de  syndicats,  les 
membres  des  affiliés  du  conseil  visés 
par  la  décision; 

b)  dans  le  cas  d'une  association  patronale, 
les  employeurs  faisant  partie  de  l'asso- 
ciation visés  par  la  décision. 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


97 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Same 


Remuner- 
ation of 
members  of 
board 


Procedure  of 
board 


Offences 


Continued 
offences 


Disposition 
of  fines 


Information 
may  be  in 
respect  of 
one  or  more 
offences 


Parties 


(6)  The  decision  of  a  majority  is  the  deci- 
sion of  the  arbitration  board,  but  if  there  is  no 
majority  the  decision  of  the  chair  governs. 

(7)  The  chair  and  members  of  the  arbitra- 
tion board  under  this  section  shall  be  paid 
remuneration  and  expenses  at  the  same  rate  as 
is  payable  to  a  chair  and  members  of  a  concili- 
ation board  under  this  Act,  and  the  parties  to 
the  arbitration  are  jointly  and  severally  liable 
for  the  payment  of  the  fees  and  ex- 
penses. R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  97  (1-7). 

(8)  In  an  arbitration  under  this  section,  sub- 
sections 48  (6),  (8),  (9),  (11)  to  (13),  (19)  and 
(20)  apply  with  necessary  modifica- 
tions. R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  97  (8),  amended. 

104.  (1)  Every  person,  trade  union,  council 
of  trade  unions  or  employers'  organization  that 
contravenes  any  provision  of  this  Act  or  of  any 
decision,  determination,  interim  order,  order, 
direction,  declaration  or  ruling  made  under  this 
Act  is  guilty  of  an  offence  and  on  conviction  is 
liable, 

(a)  if  an  individual,  to  a  fine  of  not  more 
than  $2,000;  or 

(b)  if  a  corporation,  trade  union,  council  of 
trade  unions  or  employers'  organization, 
to  a  fine  of  not  more  than  $25,000. 

(2)  Each  day  that  a  person,  trade  union, 
council  of  trade  unions  or  employers'  organi- 
zation contravenes  any  provision  of  this  Act  or 
of  any  decision,  determination,  interim  order, 
order,  direction,  declaration  or  ruling  made 
under  this  Act  constitutes  a  separate  offence. 


(3)  Every  fine  recovered  for  an  offence 
under  this  Act  shall  be  paid  to  the  Treasurer  of 
Ontario  and  shall  form  part  of  the  Consoli- 
dated Revenue  Fund.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.98. 

105.  An  information  in  respect  of  a  contra- 
vention of  this  Act  may  be  for  one  or  more 
offences  and  no  information,  warrant,  convic- 
tion or  other  step  or  procedure  in  any  such 
prosecution  is  objectionable  or  insufficient  by 
reason  of  the  fact  that  it  relates  to  two  or  more 
offences.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  99. 

106.  If  a  corporation,  trade  union,  council 
of  trade  unions  or  employers'  organization  is 
guilty  of  an  offence  under  this  Act,  every 
officer,  official  or  agent  thereof  who  assented 
to  the  commission  of  the  offence  shall   be 


Idem 


Rémunéra- 
tion des 
membres  du 
conseil 
d'arbitrage 


Procédure 
devant  le 
conseil 


Infractions 


(6)  La  décision  de  la  majorité  constitue  la 
décision  du  conseil  d'arbitrage.  S'il  n'y  a  pas 
de  majorité,  la  voix  du  président  est  prépondé- 
rante. 

(7)  Le  président  et  les  membres  du  conseil 
d'arbitrage  désignés  en  vertu  du  présent  article 
touchent  la  même  rémunération  et  les  mêmes 
indemnités  que  le  président  et  les  membres 
d'une  commission  de  conciliation  constituée 
en  vertu  de  la  présente  loi.  Ces  honoraires  et 
indemnités  sont  à  la  charge  solidaire  des  par- 
ties. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  97  (1)  à  (7). 

(8)  Les  paragraphes  48  (6),  (8),  (9),  (11)  à 
(13),  (19)  et  (20)  s'appliquent,  avec  les  adapta- 
tions nécessaires,  à  l'arbitrage  prévu  au  présent 
article.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  97  (8), 
modifié. 

104.  (1)  Quiconque,  et  notamment  un  syn- 
dicat, un  conseil  de  syndicats  ou  une  associa- 
tion patronale,  enfreint  une  disposition  de  la 
présente  loi  ou  une  décision,  une  ordonnance 
même  provisoire,  une  déclaration,  une  direc- 
tive ou  un  jugement  rendus  en  vertu  de  la  pré- 
sente loi,  est  coupable  d'une  infraction  et  pas- 
sible, sur  déclaration  de  culpabilité  : 

a)  s'il  s'agit  d'une  personne  physique, 
d'une  amende  d'au  plus  2  000  $; 

b)  s'il  s'agit  d'une  personne  morale,  d'un 
syndicat,  d'un  conseil  de  syndicats  ou 
d'une  association  patronale,  d'une 
amende  d'au  plus  25  000  $. 

(2)  Chaque  jour  que  quiconque,  et  notam- 
ment un  syndicat,  un  conseil  de  syndicats  ou 
une  association  patronale  enfreint  une  disposi- 
tion de  la  présente  loi  ou  une  décision,  une 
ordonnance  même  provisoire,  une  déclaration, 
une  directive  ou  un  jugement  rendus  en  vertu 
de  la  présente  loi  constitue  une  infraction  dis- 
tincte. 

(3)  Toute  amende  perçue  pour  une  infrac- 
tion à  la  présente  loi  est  remise  au  trésorier  de 
l'Ontario  et  versée  au  Trésor.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  art.  98. 


105.  La  dénonciation  qui  se  rapporte  à  une  Dénonciation 

contravention  à  la  présente  loi  n'est  pas  inac-  iulse 

,  ,  •  i  •/-,!•  •  rapporte  a 

ceptable  pour  le  seul  motif  qu  elle  comprend  uneou 

plusieurs  infractions  à  la  présente  loi.  Ce  motif  plusieurs 

est  également  sans  effet  sur  la  validité  des  Infractl0ns 
mandats,  des  condamnations  ou  des  autres  pro- 
cédures    ou     mesures     prises     dans     l'ins- 
tance. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  99. 


Infractions 
répétées 


Versement 
des  amendes 


106.  Si  la  personne  morale,  le  syndicat,  le 
conseil  de  syndicats  ou  l'association  patronale 
est  coupable  d'une  infraction  à  la  présente  loi, 
chaque  dirigeant  ou  agent  qui  a  consenti  à  la 
perpétration  de  l'infraction  en  est  réputé  partie 


Parties 


98 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Lo*  àe  1995  sur  les  relations  de  travail 


Style  of 
prosecution 


Vicarious 
responsibil- 
ity 


Proceedings 
in  Ontario 
Court 
(General 
Division) 


Consent 


Information 


deemed  to  be  a  party  to  and  guilty  of  the 
offence.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  100. 

107.  (1)  A  prosecution  for  an  offence  under 
this  Act  may  be  instituted  against  a  trade  union 
or  council  of  trade  unions  or  employers'  orga- 
nization in  the  name  of  the  union,  council  or 
organization. 

(2)  Any  act  or  thing  done  or  omitted  by  an 
officer,  official  or  agent  of  a  trade  union  or 
council  of  trade  unions  or  employers'  organi- 
zation within  the  scope  of  the  officer,  official 
or  agent's  authority  to  act  on  behalf  of  the 
union,  council  or  organization  shall  be  deemed 
to  be  an  act  or  thing  done  or  omitted  by  the 
union,  council  or  organization.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  101. 

108.  Where  a  trade  union,  a  council  of 
trade  unions  or  an  unincorporated  employers' 
organization  is  affected  by  a  determination  of 
the  Board  under  section  96,  an  interim  order  of 
the  Board  under  section  99  or  a  direction  of  the 
Board  under  section  100,  101  or  144  or  a  deci- 
sion of  an  arbitrator  or  arbitration  board 
including  a  decision  under  section  103,  pro- 
ceedings to  enforce  the  determination,  interim 
order,  direction  or  decision  may  be  instituted 
in  the  Ontario  Court  (General  Division)  by  or 
against  the  union,  council  or  organization  in 
the  name  of  the  union,  council  or  organization, 
as  the  case  may  be.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  102, 
amended. 

109.  (1)  No  prosecution  for  an  offence 
under  this  Act  shall  be  instituted  except  with 
the  consent  in  writing  of  the  Board. 

(2)  An  application  for  consent  to  institute  a 
prosecution  for  an  offence  under  this  Act  may 
be  made  by  a  trade  union,  a  council  of  trade 
unions,  a  corporation  or  an  employers'  organi- 
zation among  others,  and,  if  the  consent  is 
given  by  the  Board,  the  information  may  be 
laid  by  any  officer,  official  or  member  of  the 
trade  union,  council  of  trade  unions,  corpora- 
tion or  employers'  organization  among 
others.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  103. 


et  coupable  de  celle-ci. 
L.2,  art.  100. 


L.R.O.   1990,  chap. 


107.  (1)  L'association  patronale,  le  syndicat  intitulé  de  la 
ou  le  conseil  de  syndicats  peut  être  poursuivi   P°ursui,e 
en  tant  que  tel  pour  ses  infractions  à  la  pré- 
sente loi. 


(2)  L'acte  ou  l'omission  du  dirigeant  ou  de  Responsabi- 
l'agent  du  syndicat,  du  conseil  de  syndicats  ou  |j^udtni[ait 
de  l'association  patronale  dans  l'exercice  de 
son  mandat,  est  réputé  l'acte  ou  l'omission  du 
mandant.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  101. 


108.  Lorsqu'un  syndicat,  un  conseil  de  syn-   Exécution 
dicats  ou  une  association  patronale  non  consti- 
tuée en  personne  morale  est  visé  par  la  déci- 
sion rendue  par  la  Commission  en  vertu  de 
l'article  96,  par  l'ordonnance  provisoire  visée 

à  l'article  99  ou  par  la  décision  visée  à  l'article 
100,  101  ou  144,  ou  par  la  décision  rendue  par 
l'arbitre  ou  le  conseil  d'arbitrage,  y  compris  la 
décision  rendue  en  vertu  de  l'article  103,  les 
instances  visant  à  faire  exécuter  ces  décisions 
et  l'ordonnance  provisoire  peuvent  être  intro- 
duites devant  la  Cour  de  l'Ontario  (Division 
générale)  par  ce  syndicat,  conseil  ou  cette 
association  ou  en  leur  nom,  ou  contre  eux, 
selon  le  cas.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  102, 
modifié. 

109.  (1)  La  poursuite  pour  une  infraction  à  Autorisation 
la  présente  loi  est  irrecevable  sans  l'autorisa-  Sm^*jJ 
tion  écrite  de  la  Commission. 

(2)  Peuvent  demander  cette  autorisation,  Dénonciatio» 
notamment  un  syndicat,  un  conseil  de  syndi- 
cats, une  personne  morale  ou  une  association 
patronale.  Si  la  Commission  accorde  l'autori- 
sation, la  dénonciation  peut  être  déposée  no- 
tamment par  leurs  dirigeants,  agents  ou  mem- 
bres. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  103. 


Board, 
continued 


Composition 

and 

appointment 


Administration 

110.  (1)  The  board  known  as  the  Ontario 
Labour  Relations  Board  is  continued  under  the 
name  Ontario  Labour  Relations  Board  in  Eng- 
lish and  Commission  des  relations  de  travail  de 
l'Ontario  in  French. 

(2)  The  Board  shall  be  composed  of  a  chair, 
one  or  more  vice-chairs  and  as  many  members 
equal  in  number  representative  of  employers 
and  employees  respectively  as  the  Lieutenant 
Governor  in  Council  considers  proper,  all  of 


Administration 

110.  (1)  La  commission  appelée  Ontario 
Labour  Relations  Board  est  maintenue  sous  le 
nom  de  Commission  des  relations  de  travail  de 
l'Ontario  en  français  et  sous  le  nom  de  Ontario 
Labour  Relations  Board  en  anglais. 

(2)  La  Commission  se  compose  d'un  prési- 
dent, d'un  ou  plusieurs  vice-présidents  et  des 
autres  membres  répartis  en  un  nombre  égal  de 
représentants  des  employeurs  et  de  représen- 
tants des  employés  que  le  lieutenant-gouver- 
neur en   conseil  juge   nécessaires.   Ces   per- 


Maintien 

delà 

Commission 


Composition 

delà 

Commission 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


99 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Divisions 


Construction 

industry 

division 


Vacancies 


Powers 
following 
resignation, 
etc. 


Oath  of 
office 


Quorum 


May  sit  in 
divisions 


whom  shall  be  appointed  by  the  Lieutenant 
Governor  in  Council. 

(3)  The  Lieutenant  Governor  in  Council 
shall  designate  one  of  the  vice-chairs  to  be  the 
alternate  chair. 

(4)  The  chair  or,  in  the  case  of  his  or  her 
absence  from  the  office  of  the  Board  or  his  or 
her  inability  to  act,  the  alternate  chair  shall 
from  time  to  time  assign  the  members  of  the 
Board  to  its  various  divisions  and  may  change 
any  such  assignment  at  any  time.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,s.  104(1-4). 

(5)  One  of  the  divisions  of  the  Board  shall 
be  designated  by  the  chair  as  the  construction 
industry  division,  and  it  shall  exercise  the  pow- 
ers of  the  Board  under  this  Act  in  proceedings 
to  which  sections  126  to  168  apply,  but  nothing 
in  this  subsection  impairs  the  authority  of  any 
other  division  to  exercise  such  powers.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  104  (5),  amended. 

(6)  Vacancies  in  the  membership  of  the 
Board  from  any  cause  may  be  filled  by  the 
Lieutenant  Governor  in  Council.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  104(6). 

(7)  If  a  member  of  the  Board  resigns  or  his 
or  her  appointment  expires,  the  chair  of  the 
Board  may  authorize  the  member  to  complete 
the  duties  or  responsibilities  and  exercise  the 
powers  of  a  member  in  connection  with  any 
matter  in  respect  of  which  there  was  a  pro- 
ceeding in  which  he  or  she  participated  as  a 
member.  1992,  c.  21,  s.  42  (2). 

(8)  Each  member  of  the  Board  shall,  before 
entering  upon  his  or  her  duties,  take  and  sub- 
scribe before  the  Clerk  of  the  Executive  Coun- 
cil and  file  in  his  or  her  office  an  oath  of  office 
in  the  following  form  in  English  or  French: 

I  do  solemnly  swear  (or  solemnly  affirm)  that  I 
will  faithfully,  truly  and  impartially,  to  the  best 
of  my  judgment,  skill  and  ability,  execute  and 
perform  the  office  of  chair,  (or  vice-chair,  or 
member)  of  the  Ontario  Labour  Relations  Board 
and  I  will  not,  except  in  the  discharge  of  my 
duties,  disclose  to  any  person  any  of  the  evi- 
dence or  any  other  matter  brought  before  the 
Board.  So  help  me  God.  (omit  this  phrase  in  an 
affirmation). 


(9)  The  chair  or  a  vice-chair,  one  member 
representative  of  employers  and  one  member 
representative  of  employees  constitute  a  quo- 
rum and  are  sufficient  for  the  exercise  of  all 
the  jurisdiction  and  powers  of  the  Board. 

(10)  The  Board  may  sit  in  two  or  more  divi- 
sions simultaneously  so  long  as  a  quorum  of 
the  Board  is  present  in  each  division. 


sonnes  sont  nommées  par  le  lieutenant-gouver- 
neur en  conseil. 

(3)  Le  lieutenant-gouverneur  en  conseil  dé-  Président 
signe  le  vice-président  qui  sera  président  sup-  suPPléam 
pléant. 

(4)  Le  président  ou,  en  cas  d'absence  ou  Sections 
d'empêchement,  le  président  suppléant  affecte 

les  membres  de  la  Commission  à  ses  diffé- 
rentes sections  à  l'occasion  et  demeure  libre  de 
modifier  ces  affectations.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  par.  104(1)  à  (4). 


Section  de 
l'industrie  de 
la  construc- 
tion 


Pouvoirs 
après  une 
démission 


(5)  Le  président  attribue  à  l'une  des  sections 
l'industrie  de  la  construction.  Cette  section 
exerce  les  attributions  de  la  Commission  en 
vertu  de  la  présente  loi  dans  les  affaires  où  les 
articles  126  à  168  s'appliquent.  Toutefois,  rien 
dans  le  présent  paragraphe  ne  porte  atteinte  à 
la  compétence  des  autres  sections  en  la  ma- 
tière. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  104  (5), 
modifié. 

(6)  Le    lieutenant-gouverneur    en    conseil   Vacance 
peut  pourvoir  à  toute  vacance  parmi  les  mem- 
bres de  la  Commission.    L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  par.  104  (6). 

(7)  Si  un  membre  de  la  Commission  démis- 
sionne ou  que  son  mandat  expire,  le  président 
de  la  Commission  peut  l'autoriser  à  compléter 
les  tâches  et  exercer  les  pouvoirs  de  membre 
en  rapport  avec  les  questions  pour  lesquelles  il 
y  a  eu  une  instance  à  laquelle  il  a  participé  en 
qualité  de  membre.  1992,  chap.  21,  par.  42 
(2). 

(8)  Chaque  membre  de  la  Commission, 
avant  son  entrée  en  fonction,  prête  serment 
dans  la  forme  suivante,  en  anglais  ou  en  fran- 
çais, le  signe  devant  le  greffier  du  Conseil  exé- 
cutif et  le  dépose  à  son  bureau  : 

Je  soussigné(e)  jure  (ou  affirme)  solennellement 
que  je  remplirai  fidèlement,  loyalement  et  im- 
partialement, au  meilleur  de  mon  jugement,  de 
ma  connaissance  et  de  mon  habileté,  la  fonction 
de  président  (ou  de  vice-président  ou  de 
membre)  de  la  Commission  des  relations  de  tra- 
vail de  l'Ontario  et  que  je  ne  divulguerai  à  per- 
sonne, sauf  dans  l'exercice  de  mes  fonctions, 
aucun  élément  de  la  preuve  ni  autre  fait  soumis 
à  la  Commission.  Ainsi  Dieu  me  soit  en  aide, 
(omettre  cette  dernière  phrase  dans  une  affir- 
mation). 

(9)  Le  président  ou  un   vice-président,  un  Quorum 
membre   représentant   les   employeurs   et   un 
membre  représentant  les  employés  constituent 

le  quorum  et  peuvent  exercer  les  attributions 
de  la  Commission. 

(10)  La  Commission  peut  siéger  simultané-   Les  sections 
ment  dans  deux  ou  plusieurs  sections  s'il  y  a  ^uvem 
quorum  dans  chacune.  muitanémem 


Serment 
d'entrée  en 
fonction 


100 


Decisions 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Death  or 
incapacity 


Same 


When  chair 
or  vice-chair 
may  sit  alone 


Sjiiie 


Practice  and 
procedure 


Rules  of 
practice 


Same 


(11)  The  decision  of  the  majority  of  the 
members  of  the  Board  present  and  constituting 
a  quorum  is  the  decision  of  the  Board,  but,  if 
there  is  no  majority,  the  decision  of  the  chair 
or  vice-chair  governs.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  104(8-11). 

(12)  Despite  subsections  (9),  (10)  and  (11), 
if  a  member  representative  of  either  employers 
or  employees  dies  or  is  unable  to  continue  to 
hear  and  determine  an  application,  request, 
complaint,  matter  or  thing,  the  chair  or  vice- 
chair,  as  the  case  may  be,  who  was  also  hear- 
ing it  may  sit  alone  to  hear  and  determine  it 
and  may  exercise  all  of  the  jurisdiction  and 
powers  of  the  Board  when  doing  so. 

(13)  The  chair  or  vice-chair  shall  decide 
whether  to  sit  alone  in  the  circumstances 
described  in  subsection  (12).  1992,  c.  21,  s.  42 
(3). 

(14)  Despite  subsections  (9),  (10)  and  (11), 
the  chair  may  sit  alone  or  may  authorize  a 
vice-chair  to  sit  alone  to  hear  and  determine  a 
matter  and  to  exercise  all  the  powers  of  the 
Board  when  doing  so, 

(a)  if  the  chair  considers  it  advisable  to  do 
so;  or 

(b)  if  the  parties  consent.  New. 

(15)  For  the  purposes  of  subsection  (14),  if 
the  chair  is  absent  or  not  able  to  act,  the  alter- 
nate chair  may  act  in  his  or  her  stead.  1992, 
c.21,s.42(4). 

(16)  The  Board  shall  determine  its  own 
practice  and  procedure  but  shall  give  full 
opportunity  to  the  parties  to  any  proceedings  to 
present  their  evidence  and  to  make  their  sub- 
missions. 

(17)  The  Board  may  make  rules  governing 
its  practice  and  procedure  and  the  exercise  of 
its  powers  and  prescribing  such  forms  as  it 
considers  advisable.  1992,  c.  21,  s.  42  (5), 
part. 

(18)  The  Board  may  make  rules  to  expedite 
proceedings  to  which  the  following  provisions 
apply: 

1.  Section    13    (right    of   access)    or   98 
(interim  orders). 

2.  Section    99    (jurisdictional,    etc.,    dis- 
putes). 

3.  Subsection  114  (2)  (status  as  employee 
or  guard). 


(11)  La  décision  de  la  majorité  des  mem-  Décisions 
bres  de  la  Commission  présents  qui  constitue 

le  quorum  est  la  décision  de  la  Commission.  Si 
aucune  majorité  ne  se  dégage,  la  voix  du  prési- 
dent ou  du  vice-président  est  prépondé- 
rante. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  104  (8)  à 
(11). 

(12)  Malgré  les  paragraphes  (9),  (10)  et  Décès  ou 
(11),  si  un  membre  représentant  les  em-  incaPacité 
ployeurs  ou  les  employés  décède  ou  n'est  plus 

en  mesure  d'entendre  une  requête,  demande, 
plainte,  question  ou  affaire  et  de  statuer  sur 
celle-ci,  le  président  ou  le  vice-président,  selon 
le  cas,  qui  participait  également  à  l'audience 
peut  siéger  seul  pour  procéder  à  l'audition  et 
rendre  une  décision,  et  il  peut  exercer  alors 
toutes  les  attributions  de  la  Commission. 

(13)  Le  président  ou  le  vice-président  dé-   idem 
cide  s'il  doit  siéger  seul  dans  les  circonstances 
visées  au  paragraphe  (12).   1992,  chap.  21,  par. 

42  (3). 

(14)  Malgré   les   paragraphes   (9),   (10)   et  Casoùie 
(11),  le  président  peut  siéger  seul,  ou  autoriser  £^jlc<£mou 
un  vice-président  à  ce  faire,  pour  entendre  une  président 
question  et  statuer  sur  celle-ci  et  pour  exercer  à  peut  siéger 
ces  fins  tous  les  pouvoirs  de  la  Commission  si,  !eul 
selon  le  cas  : 

a)  le  président  estime  qu'il  est  opportun  de 
procéder  ainsi; 

b)  les  parties  y  consentent.  Nouveau. 

(15)  Pour  l'application  du  paragraphe  (14),   idem 
en  cas  d'absence  ou  d'empêchement  du  prési- 
dent, le  président  suppléant  peut  le  rempla- 
cer. 1992,  chap.  21,  par.  42  (4). 

(16)  La  Commission  régit  sa  propre  prati-   Règles  de 
que  et  procédure,  mais  donne  aux  parties  à  une  ^procédure 
instance  la  pleine  possibilité  de  présenter  leur 

preuve  et  de  faire  valoir  leurs  arguments. 

(17)  La  Commission  peut  établir  des  règles  Regies  de 
régissant  sa  pratique  et  procédure  ainsi  que  Prauiue 
l'exercice  de  ses  pouvoirs,  et  prescrivant  les 
formules    qu'elle    estime    opportunes.    1992, 
chap.  21 ,  par.  42  (5),  en  partie. 

(18)  La  Commission  peut  établir  des  règles   idem 
en   vue  d'accélérer  le  déroulement  des   ins- 
tances auxquelles  s'appliquent  les  dispositions 
suivantes  : 

1.  L'article  13  (droit  d'accès)  ou  98  (or- 
donnances provisoires). 

2.  L'article  99  (conflits). 


3.  Le  paragraphe   114  (2)  (statut  en  tant 
qu'employé  ou  gardien). 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


101 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Effective 
date  of  rules 


Special 
provisions 


4.  Sections  126  to  168  (construction  indus- 
try). 

5.  Such  other  provisions  as  the  Lieutenant 
Governor  in  Council  may  by  regulation 
designate.  New. 

(19)  Rules  made  under  subsection  (18) 
come  into  force  on  such  dates  as  the  Lieuten- 
ant Governor  in  Council  may  by  order  deter- 
mine. 

(20)  Rules  made  under  subsection  (18), 

(a)  may  provide  that  the  Board  is  not 
required  to  hold  a  hearing; 

(b)  may  limit  the  extent  to  which  the  Board 
is  required  to  give  full  opportunity  to 
the  parties  to  present  their  evidence  and 
to  make  their  submissions;  and 


(c)  may  authorize  the  Board  to  make  or 
cause  to  be  made  such  examination  of 
records  and  such  other  inquiries  as  it 
considers  necessary  in  the  circum- 
stances. 

Conflict  with  (21)  Rules  made  under  subsection  (18) 
Spowé°7  aPPly  despite  anything  in  the  Statutory  Powers 
Procedure       Procedure  Act.  1992,  c.  21,  s.  42  (5),  part. 

Act 


Rules  not  (22)  Rules  made  under  subsection  (17)  or 

regulations      (ig)  are  not  regulations  within  the  meaning  of 
the  Regulations  Act.  1993,  c.  38,  s.  67  (6). 


Board, 
registrar,  etc. 


Remuner- 
ation 


Seal 

Office, 

sittings 


(23)  The  Lieutenant  Governor  in  Council 
may  appoint  a  registrar,  such  other  officers  and 
such  clerks  and  servants  as  are  required  for  the 
purposes  of  the  Board  and  they  shall  exercise 
the  powers  and  perform  the  duties  as  are  con- 
ferred or  imposed  upon  them  by  the  Board. 

(24)  The  members,  the  other  officers  and 
the  clerks  and  servants  of  the  Board  shall  be 
paid  such  remuneration  as  the  Lieutenant  Gov- 
ernor in  Council  may  determine. 

(25)  The  Board  shall  have  an  official  seal. 

(26)  The  office  of  the  Board  shall  be  in 
Toronto,  but  the  Board  may  sit  at  other  places 
that  it  considers  expedient.  R.S.O.  1990, 
c.L.2,s.  104(15-18). 


111.  (1)  The  Board  shall  exercise  the  pow- 
ers and  perform  the  duties  that  are  conferred  or 


Powers  and 
duties  of 

general  imposed  upon  it  by  or  under  this  Act.  R.S.O. 

1990,  c.  L.2,  s.  105  (1). 

Specific  (2)  Without  limiting  the  generality  of  sub- 

section (1),  the  Board  has  power, 


4.  Les  articles  126  à  168  (industrie  de  la 
construction). 

5.  Les  autres  dispositions  que  le  lieutenant- 
gouverneur  en  conseil  désigne  par  règle- 
ment. Nouveau. 

(19)  Les  règles  établies  en  vertu  du  paragra-  Date  d'entrée 
phe  (18)  entrent  en  vigueur  aux  dates  que  le  ^reTT 
lieutenant-gouverneur  en  conseil  fixe  par  dé- 
cret. 

(20)  Les  règles  établies  en  vertu  du  paragra-   Dispositions 
phe  (18)  :  sPéciales 

a)  peuvent  prévoir  que  la  Commission 
n'est  pas  obligée  de  tenir  d'audience; 

b)  peuvent  limiter  la  mesure  dans  laquelle 
la  Commission  est  obligée  de  donner 
aux  parties  la  pleine  possibilité  de  pré- 
senter leur  preuve  et  de  faire  valoir  leurs 
arguments; 

c)  peuvent  permettre  à  la  Commission 
d'examiner  ou  de  faire  examiner  les 
dossiers  et  de  mener  ou  de  faire  mener 
les  autres  enquêtes  qu'elle  estime  néces- 
saires dans  les  circonstances. 

(21)  Les  règles  établies  en  vertu  du  paragra- 
phe (18)  s'appliquent  malgré  toute  disposition 
de  la  Loi  sur  l'exercice  des  compétences  lé- 
gales. 1992,  chap.  21,  par.  42  (5),  en  partie. 


Incompatibi- 
lité avec  la 
Loi  sur 
l'exercice 
des  compé- 
tences lé- 
gales 

Les  règles  ne 
sont  pas  des 
règlements 


(22)  Les  règles  établies  en  vertu  du  paragra- 
phe (17)  ou  (18)  ne  sont  pas  des  règlements  au 
sens  de  la  Loi  sur  les  règlements.  1993,  chap. 
38,  par.  67  (6). 

(23)  Le    lieutenant-gouverneur    en    conseil  Commission, 
peut  nommer  un  registrateur  et  le  personnel   |g™8ei2ra* 
nécessaire  au  fonctionnement  de  la  Commis- 
sion. Ils  exercent  les  attributions  que  leur  con- 
fie la  Commission. 


(24)  Les   membres   et   le   personnel   de   la  Rémunéra- 
Commission    reçoivent    la    rémunération    que  Uon 
fixe  le  lieutenant-gouverneur  en  conseil. 


(25)  La  Commission  a  un  sceau  officiel. 

(26)  Le  siège  de  la  Commission  est  à 
Toronto  mais  elle  peut  siéger  ailleurs.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  par.  104  (15)  à  (18). 


Sceau 

Siège  de  la 
Commission 


111.  (1)  La  Commission   exerce   les   pou-  Pouvoirs  et 

voirs  et  les  fonctions  que  lui  confère  ou  lui  fo"Jtionsde 

n  ./>««  laCommis- 

împose  la  présente  loi.     L.R.O.   1990,  chap.  sjon 

L.2,  par.  105(1). 

(2)  Sans  préjudice  de  la  portée  générale  du  Pouvoirs 

paragraphe  (1),  la  Commission  a  le  pouvoir  :  spécifiques 


102 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  <k  1995  sur  les  relations  de  travail 


(a)  to  require  any  party  to  furnish  particu- 
lars before  or  during  a  hearing; 

(b)  to  require  any  party  to  produce  docu- 
ments or  things  that  may  be  relevant  to 
a  matter  before  it  and  to  do  so  before  or 
during  a  hearing; 

(c)  to  summon  and  enforce  the  attendance 
of  witnesses  and  compel  them  to  give 
oral  or  written  evidence  on  oath,  and  to 
produce  the  documents  and  things  that 
the  Board  considers  requisite  to  the  full 
investigation  and  consideration  of  mat- 
ters within  its  jurisdiction  in  the  same 
manner  as  a  court  of  record  in  civil 
cases; 

(d)  to  administer  oaths  and  affirmations; 

(e)  to  accept  such  oral  or  written  evidence 
as  it  in  its  discretion  considers  proper, 
whether  admissible  in  a  court  of  law  or 
not; 

(0  to  require  persons  or  trade  unions, 
whether  or  not  they  are  parties  to  pro- 
ceedings before  the  Board,  to  post  and 
to  keep  posted  upon  their  premises  in  a 
conspicuous  place  or  places,  where  they 
are  most  likely  to  come  to  the  attention 
of  all  persons  concerned,  any  notices 
that  the  Board  considers  necessary  to 
bring  to  the  attention  of  such  persons  in 
connection  with  any  proceedings  before 
the  Board; 

(g)  to  enter  any  premises  where  work  is 
being  or  has  been  done  by  the  employ- 
ees or  in  which  the  employer  carries  on 
business,  whether  or  not  the  premises 
are  those  of  the  employer,  and  inspect 
and  view  any  work,  material,  machin- 
ery, appliance  or  article  therein,  and 
interrogate  any  person  respecting  any 
matter  and  post  therein  any  notice 
referred  to  in  clause  (0; 

(h)  to  enter  upon  the  premises  of  employers 
and  conduct  representation  votes,  strike 
votes  and  ratification  votes  during  work- 
ing hours  and  give  such  directions  in 
connection  with  the  vote  as  it  considers 
necessary; 

(i)  to  authorize  any  person  to  do  anything 
that  the  Board  may  do  under  clauses  (a) 
to  (h)  and  to  report  to  the  Board  thereon; 

(j)  to  authorize  the  chair,  a  vice-chair  or  a 
labour  relations  officer  to  inquire  into 
any  application,  request,  complaint, 
matter  or  thing  within  the  jurisdiction  of 


a)  d'imposer  aux  parties  de  fournir  des  dé- 
tails avant  ou  pendant  une  audience; 

b)  d'imposer  aux  parties  de  produire,  avant 
ou  pendant  une  audience,  des  pièces  ou 
des  objets  pouvant  se  rapporter  à  la 
question  dont  elle  est  saisie; 

c)  d'assigner  des  témoins,  de  les  contrain- 
dre à  comparaître  et  à  témoigner  sous 
serment,  oralement  ou  par  écrit,  et  à 
produire  les  pièces  et  objets  qu'elle  juge 
nécessaires  à  l'examen  et  à  l'étude  ap- 
profondis des  questions  qui  sont  de  son 
ressort,  de  la  même  manière  qu'une 
cour  d'archives  en  matière  civile; 

d)  de  faire  prêter  serment  et  de  faire  faire 
les  affirmations; 

e)  de  recevoir  la  preuve  orale  ou  écrite 
qu'elle  estime  utile,  qu'elle  soit  admis- 
sible ou  non  devant  un  tribunal  de  jus- 
tice; 

0  d'imposer  aux  personnes  ou  aux  syndi- 
cats, qu'ils  soient  parties  ou  non  à  une 
instance,  d'afficher  et  de  garder  affichés 
dans  leurs  locaux,  à  un  ou  plusieurs  en- 
droits bien  en  vue  pour  qu'ils  puissent 
attirer  l'attention  de  tous  les  intéressés, 
les  avis  que  la  Commission  veut  leur 
communiquer  relativement  aux  ins- 
tances devant  celle-ci; 


g)  de  pénétrer  dans  un  local  où  les  em- 
ployés accomplissent  ou  ont  accompli 
un  travail  ou  dans  lequel  l'employeur 
exploite  son  entreprise,  que  ce  local  soit 
ou  non  celui  de  l'employeur,  d'inspecter 
et  d'examiner  tout  ouvrage,  matériau, 
appareil,  article  ou  toute  machinerie  qui 
s'y  trouvent  et  d'interroger  quiconque 
sur  toute  question  et  d'afficher  dans  ce 
local  un  avis  visé  à  l'alinéa  fi; 

h)  de  pénétrer  dans  les  locaux  des  em- 
ployeurs pour  y  tenir,  pendant  les  heures 
de  travail,  des  scrutins  de  représenta- 
tion, des  scrutins  de  grève  et  des  scru- 
tins de  ratification,  et  de  donner  les  di- 
rectives qu'elle  estime  nécessaires  à  cet 
égard; 

i)  d'autoriser  quiconque  à  exercer  les  pou- 
voirs énumérés  aux  alinéas  a)  à  h)  et  de 
lui  en  faire  rapport; 

j)  d'autoriser  le  président,  un  vice-prési- 
dent ou  un  agent  des  relations  de  travail 
à  faire  enquête  sur  toute  requête, 
demande,  plainte,  question  ou  affaire  ou 
partie  de  celles-ci   qui   relèvent  de  la 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


103 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Subsequent 
applications 
for  certifica- 
tion, etc. 


the  Board,  or  any  part  of  any  of  them, 
and  to  report  to  the  Board  thereon; 

(k)  to  bar  an  unsuccessful  applicant  for  any 
period  not  exceeding  one  year  from  the 
date  of  the  dismissal  of  the  unsuccessful 
application,  or  to  refuse  to  entertain  a 
new  application  by  an  unsuccessful 
applicant  or  by  any  of  the  employees 
affected  by  an  unsuccessful  application 
or  by  any  person  or  trade  union  repre- 
senting the  employees  within  any  period 
not  exceeding  one  year  from  the  date  of 
the  dismissal  of  the  unsuccessful  appli- 
cation; 

(1)  to  determine  the  form  in  which  evidence 
of  membership  in  a  trade  union  or  of 
signification  by  employees  that  they  no 
longer  wish  to  be  represented  by  a  trade 
union  shall  be  presented  to  the  Board  on 
an  application  for  certification  or  for  a 
declaration  terminating  bargaining 
rights,  and  to  refuse  to  accept  any  evi- 
dence of  membership  or  signification 
that  is  not  presented  in  the  form  so 
determined; 

(m)  to  determine  the  form  in  which  and  the 
time  as  of  which  evidence  of  representa- 
tion by  an  employers'  organization  or  of 
objection  by  employers  to  accreditation 
of  an  employers'  organization  or  of  sig- 
nification by  employers  that  they  no 
longer  wish  to  be  represented  by  an 
employers'  organization  shall  be  pre- 
sented to  the  Board  in  an  application  for 
accreditation  or  for  a  declaration  termi- 
nating bargaining  rights  of  an  employ- 
ers' organization  and  to  refuse  to  accept 
any  evidence  of  representation  or  objec- 
tion or  signification  that  is  not  presented 
in  the  form  and  as  of  the  time  so  deter- 
mined; 

(n)  to  determine  the  form  in  which  and  the 
time  as  of  which  any  party  to  a  proceed- 
ing before  the  Board  must  file  or  present 
any  thing,  document  or  information  and 
to  refuse  to  accept  any  thing,  document 
or  information  that  is  not  filed  or  pre- 
sented in  that  form  or  by  that  time. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  105  (2);  1992, 
c.21,  s.  43  (1),  (4);  1993,  c.  27,  Sched; 
1993,  c.  38,  s.  67  (7),  amended. 


(3)  Despite  sections  7  and  63,  where  an 
application  has  been  made  for  certification  of  a 
trade  union  as  bargaining  agent  for  employees 
in  a  bargaining  unit  or  for  a  declaration  that 
the    trade    union    no    longer    represents    the 


compétence  de  la  Commission  et  à  lui 
en  faire  rapport; 

k)  de  priver  le  requérant  débouté,  pendant 
une  période  d'un  an  au  plus  après  le 
rejet  de  sa  requête,  du  droit  de  présenter 
une  requête,  ou  de  refuser  pendant  cette 
période  de  recevoir  une  nouvelle  re- 
quête présentée  par  ce  requérant,  par  un 
employé  qu'intéressait  la  requête  reje- 
tée, par  quiconque  ou  un  syndicat  qui 
représente  cet  employé; 


1)  de  fixer,  dans  le  cadre  des  requêtes  en 
accréditation  ou  de  déclaration  selon  la- 
quelle le  syndicat  ne  représente  plus  les 
employés,  les  modalités  de  présentation 
de  la  preuve  devant  la  Commission  de 
l'affiliation  au  syndicat  ou  de  la  mani- 
festation de  la  volonté  des  employés  de 
ne  plus  être  représentés  par  le  syndicat, 
et  de  rejeter  la  preuve  qui  ne  respecte 
pas  les  modalités  ainsi  fixées; 

m)  de  fixer,  dans  le  cadre  des  requêtes  en 
accréditation  ou  de  déclaration  selon  la- 
quelle l'association  patronale  ne  repré- 
sente plus  les  employeurs,  la  date  à  la- 
quelle doit  se  rapporter  la  preuve  de 
l'affiliation  des  employeurs,  de  l'oppo- 
sition des  employeurs  à  l'accréditation 
ou  de  la  manifestation  de  leur  volonté 
de  ne  plus  être  représentés  par  l'associa- 
tion patronale,  ainsi  que  les  modalités 
de  présentation  de  cette  preuve  devant 
la  Commission,  et  de  rejeter  la  preuve 
qui  ne  respecte  pas  les  exigences  ainsi 
fixées; 


n)  de  fixer  les  modalités  selon  lesquelles 
une  partie  à  une  instance  devant  la 
Commission  doit  déposer  ou  présenter 
des  objets,  pièces  ou  renseignements 
ainsi  que  la  date  à  laquelle  ils  doivent, 
au  plus  tard,  être  déposés  ou  présentés, 
et  de  rejeter  ceux  qui  ne  sont  pas  dépo- 
sés ou  présentés  selon  ces  modalités  ou, 
au  plus  tard,  à  cette  date.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  par.  105  (2);  1992,  chap.  21, 
par.  43  (1)  et  (4);  1993,  chap.  27,  an- 
nexe; 1993,  chap.  38,  par.  67  (7),  modi- 
fié. 

(3)  Malgré  les  articles  7  et  63,  lorsqu'une   Requête 
requête  en  accréditation  d'un  syndicat  comme  en\Sœrédita 
agent  négociateur  pour  les  employés  compris   don,  etc. 
dans  une  unité  de  négociation  ou  une  requête 
visant  une  déclaration  portant  que  le  syndicat 


104  Bill  7  LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Determina- 
tion of  union 
membership 


Additional 
votes 


Same 


Mistakes  in 
names  of 
parties 


employees  in  a  bargaining  unit  and  a  final 
decision  of  the  application  has  not  been  issued 
by  the  Board  at  the  time  a  subsequent  applica- 
tion for  the  certification  or  for  trie  declaration 
is  made  with  respect  to  any  of  the  employees 
affected  by  the  original  application,  the  Board 
may, 

(a)  treat  the  subsequent  application  as  hav- 
ing been  made  on  the  date  of  the  mak- 
ing of  the  original  application; 

(b)  postpone  consideration  of  the  subse- 
quent application  until  a  final  decision 
has  been  issued  on  the  original  applica- 
tion and  thereafter  consider  the  subse- 
quent application  but  subject  to  any 
final  decision  issued  by  the  Board  on  the 
original  application;  or 

(c)  refuse  to  entertain  the  subsequent  appli- 
cation. 

(4)  Where  the  Board  is  satisfied  that  a  trade 
union  has  an  established  practice  of  admitting 
persons  to  membership  without  regard  to  the 
eligibility  requirements  of  its  charter,  constitu- 
tion or  by-laws,  the  Board,  in  determining 
whether  a  person  is  a  member  of  a  trade  union, 
need  not  have  regard  for  the  eligibility  require- 
ments. R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  105  (3,  4). 

(5)  Where  the  Board  determines  that  a  rep- 
resentation vote  is  to  be  taken  amongst  the 
employees  in  a  bargaining  unit  or  voting  con- 
stituency, the  Board  may  hold  the  additional 
representation  votes  as  it  considers  necessary 
to  determine  the  true  wishes  of  the  em- 
ployees. R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  105  (5);  1993, 
c.  27,  Sched. 

(6)  Where,  in  the  taking  of  a  representation 
vote,  the  Board  determines  that  the  employees 
are  to  be  given  a  choice  between  two  or  more 
trade  unions, 

(a)  the  Board  may  include  on  a  ballot  a 
choice  indicating  that  an  employee  does 
not  wish  to  be  represented  by  a  trade 
union;  and 

(b)  the  Board,  when  it  decides  to  hold  the 
additional  representation  votes  that  may 
be  necessary,  may  eliminate  from  the 
choice  on  the  ballot  the  choice  from  the 
previous  ballot  that  has  obtained  the 
lowest  number  of  votes  cast.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  105  (6);  1993,  c.  27, 
Sched. 

112.  Where  in  any  proceeding  before  the 
Board  the  Board  is  satisfied  that  a  mistake  has 
been  made  in  good  faith  with  the  result  that  the 
proper  person  or  trade  union  has   not  been 


ne  représente  plus  les  employés  compris  dans 
une  unité  de  négociation  a  été  présentée  à  la 
Commission  et,  avant  que  celle-ci  n'ait  pu 
prendre  de  décision  définitive  sur  la  requête,  la 
Commission  est  saisie  d'une  deuxième  requête 
du  genre  visant  tout  ou  partie  des  employés 
touchés  par  la  première  requête,  la  Commis- 
sion peut,  selon  le  cas  : 

a)  agir  à  l'égard  de  ces  requêtes  comme  si 
elles  avaient  été  présentées  le  même 
jour; 

b)  reporter  l'examen  de  la  deuxième  re- 
quête jusqu'à  ce  que  la  décision  défini- 
tive sur  la  première  ait  été  prise  et  alors 
ne  l'examiner  que  sous  réserve  de  cette 
décision; 


c)  refuser  d'examiner  la  deuxième  requête. 

(4)  Si  la  Commission  est  convaincue  qu'un 
syndicat  a  pour  pratique  bien  établie  d'admet- 
tre des  membres  sans  égard  aux  conditions 
d'admissibilité  prévues  dans  sa  charte,  ses  sta- 
tuts ou  ses  règlements  administratifs,  elle  n'a 
pas  à  tenir  compte  de  ces  conditions  en  déci- 
dant qu'une  personne  est  membre  du  syndi- 
cat. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  105  (3)  et 
(4). 

(5)  Si  la  Commission  décide  de  tenir  un 
scrutin  de  représentation  auprès  des  employés 
compris  dans  une  unité  de  négociation  ou  dans 
un  regroupement,  elle  peut  tenir  des  scrutins 
supplémentaires  pour  déterminer  les  désirs  vé- 
ritables des  employés.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
par.  105  (5);  1993,  chap.  27,  annexe. 


(6)  Si,  au  moment  d'un  scrutin  de  représen-   'd<=m 
tation,  la  Commission  décide  d'offrir  aux  em- 
ployés le  choix  entre  deux  syndicats  ou  plus, 
elle  peut  : 

a)  inclure  dans  le  bulletin  de  vote  le  choix 
de  ne  pas  être  représenté  par  un  syndi- 
cat; 


b)  en  cas  de  scrutin  supplémentaire,  retran- 
cher du  bulletin  le  choix  qui  a  recueilli 
le  moins  de  votes  au  scrutin  précé- 
dent. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  105 
(6);  1993,  chap.  27,  annexe. 


112.  Si  la  personne  ou  le  syndicat  compé-   Erreur 


Admission 
des  membres 
au  syndicat 


Scrutins  sup- 
plémentaires 


tents  ne  sont  pas  mis  en  cause  ou  sont  désignés 
de  façon  inexacte,  la  Commission  peut,  si  elle 
est  convaincue  qu'il  s'agit  d'une  erreur  faite  de 


nom  des 
parties 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Labour  Relations  Act,  1995 


Projet  7 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


105 


Proof  of 
status  of 
trade  union 


Jurisdiction 


Same 


Findings  of 
hearing- 
officer 
conclusive 


Reference  of 
questions 


Same 


named  as  a  party  or  has  been  incorrectly 
named,  the  Board  may  order  the  proper  person 
or  trade  union  to  be  substituted  or  added  as  a 
party  to  the  proceedings  or  to  be  correctly 
named  upon  such  terms  as  appear  to  the  Board 
to  be  just.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  106. 

113.  Where  in  any  proceeding  under  this 
Act  the  Board  has  found  or  finds  that  an  orga- 
nization of  employees  is  a  trade  union  within 
the  meaning  of  subsection  1  (1),  such  finding 
is  proof,  in  the  absence  of  evidence  to  the 
contrary,  in  any  subsequent  proceeding  under 
this  Act  that  the  organization  of  employees  is  a 
trade  union  for  the  purposes  of  this  Act.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  107. 

114.  (1)  The  Board  has  exclusive  jurisdic- 
tion to  exercise  the  powers  conferred  upon  it 
by  or  under  this  Act  and  to  determine  all  ques- 
tions of  fact  or  law  that  arise  in  any  matter 
before  it,  and  the  action  or  decision  of  the 
Board  thereon  is  final  and  conclusive  for  all 
purposes,  but  nevertheless  the  Board  may  at 
any  time,  if  it  considers  it  advisable  to  do  so, 
reconsider  any  decision,  order,  direction,  dec- 
laration or  ruling  made  by  it  and  vary  or 
revoke  any  such  decision,  order,  direction,  dec- 
laration or  ruling. 

(2)  If,  in  the  course  of  bargaining  for  a  col- 
lective agreement  or  during  the  period  of  oper- 
ation of  a  collective  agreement,  a  question 
arises  as  to  whether  a  person  is  an  employee  or 
as  to  whether  a  person  is  a  guard,  the  question 
may  be  referred  to  the  Board  and  the  decision 
of  the  Board  thereon  is  final  and  conclusive  for 
all  purposes. 

(3)  Where  the  Board  has  authorized  the 
chair  or  a  vice-chair  to  make  an  inquiry  under 
clause  111  (2)  (j),  his  or  her  findings  and  con- 
clusions on  facts  are  final  and  conclusive  for 
all  purposes,  but  nevertheless  he  or  she  may,  if 
he  or  she  considers  it  advisable  to  do  so,  recon- 
sider his  or  her  findings  and  conclusions  on 
facts  and  vary  or  revoke  any  such  finding  or 
conclusion.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  108. 

115.  (1)  The  Minister  may  refer  to  the 
Board  any  question  which  in  his  or  her  opinion 
relates  to  the  exercise  of  his  or  her  powers 
under  this  Act  and  the  Board  shall  report  its 
decision  on  the  question.  1992,  c.  21,  s.  44  (1). 

(2)  If  the  Minister  refers  to  the  Board  a 
question  involving  the  applicability  of  section 
68  (declaration  of  successor  union)  or  69  (sale 
of  a  business),  the  Board  has  the  powers  it 
would  have  if  an  interested  party  had  applied 
to  the  Board  for  such  a  determination  and  may 
give  such  directions  as  to  the  conduct  of  its 


Preuve  de 
qualité  de 
syndicat 


bonne  foi,  prévoir  la  mise  en  cause  ou  la  cor- 
rection de  la  désignation.  La  décision  peut  être 
assortie  de  conditions  que  la  Commission  es- 
time justes.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  106. 


113.  Dans  une  instance  tenue  en  vertu  de  la 
présente  loi,  la  reconnaissance  par  la  Commis- 
sion qu'une  association  d'employés  est  un  syn- 
dicat au  sens  du  paragraphe  1  (1)  est  une 
preuve,  en  l'absence  de  preuve  contraire,  dans 
toute  instance  subséquente  tenue  en  vertu  de  la 
présente  loi.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  107. 


114.  (1)  La  Commission  a  compétence  Compétence 
exclusive  pour  exercer  les  pouvoirs  que  lui  exc  uslve 
confère  la  présente  loi  ou  qui  lui  sont  conférés 
en  vertu  de  celle-ci  et  trancher  toutes  les  ques- 
tions de  fait  ou  de  droit  soulevées  à  l'occasion 
d'une  affaire  qui  lui  est  soumise.  Ses  décisions 
ont  force  de  chose  jugée.  Toutefois,  la  Com- 
mission peut  à  l'occasion,  si  elle  estime  que  la 
mesure  est  opportune,  réviser,  modifier  ou  an- 
nuler ses  propres  décisions,  ordonnances,  di- 
rectives ou  déclarations. 


au 


Idem 


Constata- 
tions du 
président 
délégué 


(2)  La  Commission  peut  être  saisie 
cours  de  la  négociation  collective  ou  de  l'ap- 
plication d'une  convention  collective,  des  dif- 
férends relatifs  à  la  classification  d'une  per- 
sonne en  tant  qu'employé  ou  gardien.  Sa 
décision  a  force  de  chose  jugée. 


(3)  Les  constatations  de  fait  du  président  ou 
d'un  vice-président  délégué  à  l'enquête  en  ver- 
tu de  l'alinéa  111  (2)  j)  ont  force  de  chose 
jugée.  Toutefois,  s'il  estime  que  la  mesure  est 
opportune,  il  peut  revoir  ses  propres  constata- 
tions et  conclusions  et  les  modifier  ou  les  révo- 
quer. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  108. 


115.  (1)  Le  ministre  peut  renvoyer  à  la  Renvoi 
Commission  les  questions  qui,  selon  lui,  ont 
trait  à  l'exercice  de  ses  pouvoirs  en  vertu  de  la 
présente  loi,  et  la  Commission  fait  rapport  de 
sa  décision  sur  la  question.  1992,  chap.  21, 
par.  44(1). 

(2)  Si  le  ministre  renvoie  à  la  Commission  idem 
une  question  ayant  trait  à  l'applicabilité  de 
l'article  68  (déclaration  du  syndicat  qui  succè- 
de à  un  autre)  ou  69  (vente  d'une  entre- 
prise), la  Commission  a  les  mêmes  pouvoirs 
que  si  une  partie  concernée  lui  avait  demandé, 
par  voie  de  requête,  de  rendre  une  telle  déci- 
sion. La  Commission  peut  donner  les  direc- 


106 


Board's 
orders  not 
subject  to 
review 


Testimony  in 
civil  pro- 
ceedings, 
etc. 


Secrecy  as  to 

union 

membership 


Non- 
disclosure 


Bill  7  LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./antiexe  Af 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


proceedings  as  it  considers  advisable, 
c.  21,  s.  44(2),  amended. 


1992, 


Documentary 
evidence 


116.  No  decision,  order,  direction,  declara- 
tion or  ruling  of  the  Board  shall  be  questioned 
or  reviewed  in  any  court,  and  no  order  shall  be 
made  or  process  entered,  or  proceedings  taken 
in  any  court,  whether  by  way  of  injunction, 
declaratory  judgment,  certiorari,  mandamus, 
prohibition,  quo  warranto,  or  otherwise,  to 
question,  review,  prohibit  or  restrain  the  Board 
or  any  of  its  proceedings.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  110. 

117.  Except  with  the  consent  of  the  Board, 
no  member  of  the  Board,  nor  its  registrar,  nor 
any  of  its  other  officers,  nor  any  of  its  clerks  or 
servants  shall  be  required  to  give  testimony  in 
any  civil  proceeding  or  in  any  proceeding 
before  the  Board  or  in  any  proceeding  before 
any  other  tribunal  respecting  information 
obtained  in  the  discharge  of  their  duties  or 
while  acting  within  the  scope  of  their  employ- 
ment under  this  Act.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  Ill;  1992,  c.  21,  s.  45. 

118.  The  production  in  a  court  of  a  docu- 
ment purporting  to  be  or  to  contain  a  copy  of  a 
decision,,  determination,  report,  interim  order, 
order,  direction,  declaration  or  ruling  of  the 
Board,  a  conciliation  board,  a  mediator,  an 
arbitrator  or  an  arbitration  board  and  purport- 
ing to  be  signed  by  a  member  of  the  Board  or 
its  registrar,  the  chair  of  the  conciliation  board, 
the  mediator,  the  arbitrator  or  the  chair  of  the 
arbitration  board,  as  the  case  may  be,  is  proof, 
in  the  absence  of  evidence  to  the  contrary,  of 
the  document  without  proof  of  the  appoint- 
ment, authority  or  signature  of  the  person  who 
signed  the  document.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  112. 


General 

119.  (1)  The  records  of  a  trade  union  relat- 
ing to  membership  or  any  records  that  may 
disclose  whether  a  person  is  or  is  not  a  mem- 
ber of  a  trade  union  or  does  or  does  not  desire 
to  be  represented  by  a  trade  union  produced  in 
a  proceeding  before  the  Board  is  for  the  exclu- 
sive use  of  the  Board  and  its  officers  and  shall 
not,  except  with  the  consent  of  the  Board,  be 
disclosed,  and  no  person  shall,  except  with  the 
consent  of  the  Board,  be  compelled  to  disclose 
whether  a  person  is  or  is  not  a  member  of  a 
trade  union  or  does  or  does  not  desire  to  be 
represented  by  a  trade  union. 

(2)  No  information  or  material  furnished  to 
or  received  by  a  conciliation  officer  or  a  medi- 
ator, 


tives  qu'elle  estime  opportunes  en  ce  qui  con- 
cerne la  conduite  de  ses  instances.  1992,  chap. 
21,  par.  44(2),  modifié. 

116.  Sont  irrecevables  devant  un  tribunal 
les  demandes  en  contestation  ou  en  révision 
des  décisions,  ordonnances,  directives  ou  dé- 
clarations de  la  Commission  ou  les  instances 
visant  la  contestation,  la  révision,  la  limitation 
ou  l'interdiction  de  ses  activités,  par  voie  no- 
tamment d'injonctions,  de  jugement  déclara- 
toire,  de  brefs  de  certiorari,  mandamus,  pro- 
hibition ou  quo  warranto.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  art.  110. 

117.  Sauf  si  la  Commission  y  consent,  ses 
membres,  son  registrateur,  et  les  autres  mem- 
bres de  son  personnel  sont  exemptés  de  l'obli- 
gation de  témoigner  dans  une  instance  civile 
ou  dans  une  instance  devant  la  Commission  ou 
devant  toute  autre  commission,  en  ce  qui  con- 
cerne des  renseignements  obtenus  dans  le 
cadre  de  leurs  fonctions  ou  en  rapport  avec 
celles-ci  dans  le  cadre  de  la  présente 
loi.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  111;  1992, 
chap.  21,  art.  45. 

118.  La  pièce  présentée  au  tribunal  qui  se 
présente  comme  étant  une  copie  ou  comme 
renfermant  une  copie  d'une  décision,  d'un  rap- 
port, d'une  ordonnance,  même  provisoire, 
d'une  directive,  d'une  déclaration  ou  d'une  dé- 
cision préparatoire  de  la  Commission,  d'une 
commission  de  conciliation,  d'un  médiateur, 
d'un  arbitre  ou  d'un  conseil  d'arbitrage  et  qui 
se  présente  comme  étant  signée  par  un  membre 
de  la  Commission,  son  registrateur,  le  prési- 
dent de  la  commission  de  conciliation,  le  mé- 
diateur, l'arbitre  ou  le  président  du  conseil 
d'arbitrage,  selon  le  cas,  constitue  une  preuve, 
en  l'absence  de  preuve  contraire,  de  son  au- 
thenticité, sans  qu'il  soit  nécessaire  d'établir 
l'authenticité  de  la  signature  qui  y  est  apposée 
ni  la  qualité  officielle  du  signataire.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  art.  112. 

DISPOSITIONS  GÉNÉRALES 

119.  (1)  Les  dossiers  d'un  syndicat  concer- 
nant ses  membres  ou  les  dossiers  pouvant  di- 
vulguer qu'une  personne  est  membre  ou  non 
d'un  syndicat  ou  qu'elle  désire  ou  non  être 
représentée  par  le  syndicat  dans  une  instance 
tenue  devant  la  Commission,  demeurent  à 
l'usage  exclusif  de  celle-ci  et  de  ses  dirigeants 
et  ne  doivent  pas,  à  moins  d'autorisation  de  la 
Commission,  être  divulgués.  Personne  n'est 
contraignable,  à  moins  d'autorisation  de  la 
Commission,  à  divulguer  qu'une  personne  est 
membre  ou  non  d'un  syndicat  ou  désire  être 
représentée  ou  non  par  un  syndicat. 

(2)  Ne  sont  divulgués  qu'au  ministre,  au 
sous-ministre  du  Travail  ou  au  conciliateur  en 


La  décision 
delà 
Commis 
n'est  pas 
susceptible 
de  révision 


Témoignage 
dans  une 
instance 
civile 


Secret  de 

l'affiliation 

syndicale 


Divulgation 
interdite 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


107 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Same 


Same,  labour 
relations 
officers,  etc. 


i 


Same 


Authoriza- 
tion to 
disclose 


Competency 
as  a  witness 


(a)  under  this  Act;  or 

(b)  in  the  course  of  any  endeavour  that  a 
conciliation  officer  may  make  under  the 
direction  of  the  Minister  to  effect  a  col- 
lective agreement  after  the  Minister, 

(i)  has  released  the  report  of  a  concili- 
ation board  or  a  mediator,  or 

(ii)  has  informed  the  parties  that  he  or 
she  does  not  consider  it  advisable 
to  appoint  a  conciliation  board, 

shall  be  disclosed  except  to  the  Minister,  the 
Deputy  Minister  of  Labour  or  the  chief  concili- 
ation officer  of  the  Ministry  of  Labour. 


(3)  No  report  of  a  conciliation  officer  shall 
be  disclosed  except  to  the  Minister,  the  Deputy 
Minister  of  Labour  or  the  chief  conciliation 
officer  of  the  Ministry  of  Labour.  R.S.O.  1990, 
c.L.2,s.  113(1-3). 

(4)  Subject  to  subsection  (6),  no  informa- 
tion or  material  furnished  to  or  received  by  a 
labour  relations  officer,  grievance  mediator  or 
other  person  appointed  under  this  Act  to  effect 
the  settlement  of  a  dispute  or  the  mediation  of 
a  matter  shall  be  disclosed  except  to  the  Board 
or  to  the  director  of  the  Office  of  Arbitration. 


(5)  Subject  to  subsection  (6),  no  report  of  a 
labour  relations  officer,  grievance  mediator  or 
other  person  appointed  under  this  Act  to  effect 
the  settlement  of  a  dispute  or  the  mediation  of 
a  matter  shall  be  disclosed  except  to  the  Board 
or  to  the  director  of  the  Office  of  Arbitration. 

(6)  The  Board  or  the  director  of  the  Office 
of  Arbitration,  as  the  case  may  be,  may  author- 
ize the  disclosure  of  information,  material  or 
reports.  1992,  c.  21,  s.  46. 

120.  (1)  The  following  persons  are  not 
competent  or  compellable  witnesses  before  a 
court  or  tribunal  respecting  any  information  or 
material  furnished  to  or  received  by  them 
when  endeavouring  to  effect  a  collective 
agreement: 

1.  The  Minister. 

2.  A  deputy  minister  employed  in  the  Min- 
istry of  Labour. 

3.  An  assistant  deputy  minister  of  Labour. 

4.  The  director  of  the  Office  of  Mediation. 

5.  The  chair  or  a  member  of  a  conciliation 
board. 


chef  du  ministère  du  Travail,  les  renseigne- 
ments ou  les  documents  fournis  à  un  concilia- 
teur ou  à  un  médiateur  ou  reçus  par  lui  : 

a)  ou  bien  en  vertu  de  la  présente  loi; 

b)  ou  bien  à  l'occasion  de  démarches 
qu'un  conciliateur  peut  tenter  sur  direc- 
tive du  ministre  en  vue  de  conclure  une 
convention  collective  après  que  le  mi- 
nistre : 

(i)  soit  a  rendu  public  le  rapport  d'une 
commission  de  conciliation  ou 
d'un  médiateur, 

(ii)  soit  a  avisé  les  parties  qu'il  ne  juge 
pas  opportun  de  constituer  une 
commission  de  conciliation. 

(3)  Le  rapport  d'un  conciliateur  n'est  pas 
divulgué,  sauf  au  ministre,  au  sous-ministre  du 
Travail  ou  au  conciliateur  en  chef  du  ministère 
du  Travail.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  113 
(l)à(3). 

(4)  Sous  réserve  du  paragraphe  (6),  ne  sont 
divulgués  qu'à  la  Commission  ou  au  directeur 
du  Bureau  d'arbitrage  les  renseignements  ou 
les  documents  qui  sont  fournis  à  un  agent  des 
relations  de  travail,  à  un  médiateur  des  griefs 
ou  à  une  autre  personne  désignée  en  vertu  de  la 
présente  loi  pour  régler  un  différend  ou  procé- 
der à  la  médiation  sur  une  question,  ou  que 
ceux-ci  reçoivent  à  ces  fins. 

(5)  Sous  réserve  du  paragraphe  (6),  ne  sont 
divulgués  qu'à  la  Commission  ou  au  directeur 
du  Bureau  d'arbitrage  les  rapports  d'un  agent 
des  relations  de  travail,  d'un  médiateur  des 
griefs  ou  d'une  autre  personne  désignée  en  ver- 
tu de  la  présente  loi  pour  régler  un  différend  ou 
procéder  à  la  médiation  sur  une  question. 

(6)  La  Commission  ou  le  directeur  du 
Bureau  d'arbitrage,  selon  le  cas,  peut  autoriser 
la  divulgation  de  renseignements,  de  docu- 
ments ou  de  rapports.  1992,  chap.  21,  art.  46. 

120.  (1)  Les  personnes  suivantes  ne  sont  ni 
habiles  ni  contraignables  à  témoigner  devant 
un  tribunal  judiciaire  ou  administratif  en  ce  qui 
concerne  les  renseignements  ou  les  documents 
qui  leur  sont  fournis  ou  qu'elles  reçoivent  dans 
leurs  démarches  pour  que  soit  conclue  une 
convention  collective  : 

1.  Le  ministre. 

2.  Un  sous-ministre  employé  par  le  minis- 
tère du  Travail. 

3.  Un  sous-ministre  adjoint  du  Travail. 

4.  Le  directeur  du  Bureau  de  médiation. 

5.  Le  président  ou  un  membre  d'une  com- 
mission de  conciliation. 


Idem 


Idem,  agents 
des  relations 
de  travail 


Idem 


Divulgation 
autorisée 


Habilité  à  té- 
moigner 


108 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Same 


Delegation 


Proof  of 
appointment. 


Mailed 
notices 


Time  of 
release  of 
documents 


6.  Any  other  person  appointed  by  the  Min- 
ister under  this  Act  who  is  endeavouring 
to  effect  a  collective  agreement. 

(2)  The  following  persons  are  not  compe- 
tent or  compellable  witnesses  before  a  court  or 
tribunal  respecting  any  information  or  material 
furnished  to  or  received  by  them  while  acting 
within  the  scope  of  their  employment  under 
this  Act: 

1 .  The  director  of  the  Office  of  Arbitration. 

2.  A  person  appointed  by  the  Minister 
under  this  Act  or  under  a  collective 
agreement  to  effect  the  settlement  of  a 
dispute  or  the  mediation  of  a  matter. 
1992,  c.  21,  s.  47. 

121.  (1)  The  Minister  may  delegate  in  writ- 
ing to  any  person  the  Minister's  power  to  make 
an  appointment,  order  or  direction  under  this 
Act. 

(2)  An  appointment,  an  order  or  a  direction 
made  under  this  Act  that  purports  to  be  signed 
by  or  on  behalf  of  the  Minister  shall  be 
received  in  evidence  in  any  proceeding  as 
proof,  in  the  absence  of  evidence  to  the  con- 
trary, of  the  facts  stated  in  it  without  proof  of 
the  signature  or  the  position  of  the  person 
appearing  to  have  signed  it.  1992,  c.  21,  s.  48. 

122.  (1)  For  the  purposes  of  this  Act  and  of 
any  proceedings  taken  under  it,  any  notice  or 
communication  sent  through  Her  Majesty's 
mails  shall  be  presumed,  unless  the  contrary  is 
proved,  to  have  been  received  by  the  addressee 
in  the  ordinary  course  of  mail.  R.S.O.  1990, 
c.L.2,s.  115(1). 

(2)  A  decision,  determination,  report, 
interim  order,  order,  direction,  declaration  or 
ruling  of  the  Board,  a  notice  from  the  Minister 
that  he  or  she  does  not  consider  it  advisable  to 
appoint  a  conciliation  board,  a  notice  from  the 
Minister  of  a  report  of  a  conciliation  board  or 
of  a  mediator,  or  a  decision  of  an  arbitrator  or 
of  an  arbitration  board, 

(a)  if  sent  by  mail  and  addressed  to  the  per- 
son, employers'  organization,  trade 
union  or  council  of  trade  unions  con- 
cerned at  his,  her  or  its  last-known 
address,  shall  be  deemed  to  have  been 
released  on  the  second  day  after  the  day 
on  which  it  was  so  mailed;  or 

(b)  if  delivered  to  a  person,  employers' 
organization,  trade  union  or  council  of 
trade  unions  concerned  at  his,  her  or  its 


6.  Toute  autre  personne  désignée  par  le  mi- 
nistre en  vertu  de  la  présente  loi,  qui  fait 
des  démarches  pour  que  soit  conclue 
une  convention  collective. 

(2)  Les  personnes  suivantes  ne  sont  ni  ha-  idem 
biles  ni  contraignables  à  témoigner  devant  un 
tribunal  judiciaire  ou  administratif  en  ce  qui 
concerne  les  renseignements  ou  les  documents 
qui  leur  sont  fournis  ou  qu'elles  reçoivent  pen- 
dant qu'elles  agissent  dans  le  cadre  de  leur 
emploi  en  vertu  de  la  présente  loi  : 

1 .  Le  directeur  du  Bureau  d'arbitrage. 

2.  Une  personne  désignée  par  le  ministre 
en  vertu  de  la  présente  loi  ou  aux  termes 
d'une  convention  collective  pour  régler 
un  différend  ou  procéder  à  la  médiation 
sur  une  question.  1992,  chap.  21,  art. 
47. 

121.  (1)  Le  ministre  peut  déléguer  par  écrit   Délégation 
à  quiconque  le  pouvoir  que  la  présente  loi  lui 
confère  de  faire  des  désignations,  de  prendre 

des  arrêtés  ou  de  donner  des  directives. 

(2)  Une  désignation  faite,  un  arrêté  pris  ou  Preuve  de  la 
une  directive  donnée  en  vertu  de  la  présente  loi  désignation 
et  qui  se  présente  comme  étant  signé  par  le 
ministre  ou  au  nom  de  celui-ci  est  reçu  en 
preuve  dans  une  instance  et  fait  foi,  en  l'absen- 
ce de  preuve  contraire,  des  faits  qui  y  figurent 
sans  qu'il  soit  nécessaire  de  faire  authentifier 
la  signature  ou  le  poste  de  la  personne  qui 
paraît  l'avoir  signé.  1992,  chap.  21,  art.  48. 

122.  (1)  Pour  l'application  de  la  présente  Avis  par 
loi  et  dans  les  instances  qui  en  relèvent,  l'avis  coumer 
ou  la  communication  expédiés  par  courrier  de 

Sa  Majesté,  sont  présumés,  sauf  preuve  con- 
traire, reçus  par  le  destinataire  dans  le  cours 
ordinaire  du  courrier.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
par.  115(1). 

(2)  Les  décisions,  les  rapports  et  les  ordon- 
nances, même  provisoires,  les  directives,  les 
déclarations  de  la  Commission,  l'avis  du  mi- 
nistre selon  lequel  il  ne  juge  pas  opportun  de 
constituer  une  commission  de  conciliation, 
l'avis  du  ministre  qui  fait  part  du  rapport  d'une 
commission  de  conciliation  ou  d'un  médiateur 
et  la  décision  d'un  arbitre  ou  d'un  conseil  d'ar- 
bitrage, sont  réputés  : 

a)  remis  à  la  personne,  à  l'association  pa- 
tronale, au  syndicat  ou  au  conseil  de 
syndicats  le  deuxième  jour  qui  suit  la 
date  de  leur  mise  à  la  poste,  s'ils  ont  été 
expédiés  par  courrier  à  sa  dernière 
adresse  connue; 

b)  communiqués  à  la  personne,  à  l'associa- 
tion patronale,  au  syndicat  ou  au  conseil 
de  syndicats  le  jour  qui  suit  la  date  de 


Date  de  la 
remise  des 
pièces 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


109 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Failure  to 
receive 
documents 
a  defence 


Second 
notice  of 
desire  to 
bargain 


Defects  in 
form; 
technical 
irregularities 


Administra- 
tion cost 


Regulations 


last-known  address,  shall  be  deemed  to 
have  been  released  on  the  day  next  after 
the  day  on  which  it  was  so  delivered. 

(3)  Proof  by  a  person,  employers'  organiza- 
tion, trade  union  or  council  of  trade  unions  of 
failure  to  receive  a  determination  under  section 
96  or  an  interim  order  or  direction  under  sec- 
tion 99  or  a  direction  of  the  Board  under  sec- 
tion 100,  101  or  144,  or  a  decision  of  an  arbi- 
trator or  of  an  arbitration  board  including  a 
decision  under  section  103  sent  by  mail  and 
addressed  to  the  person,  employers'  organiza- 
tion, trade  union  or  council  of  trade  unions  at 
his,  her  or  its  last-known  address  is  a  defence 
by  the  person,  employers'  organization,  trade 
union  or  council  of  trade  unions  to  an  applica- 
tion for  consent  to  institute  a  prosecution  or  to 
enforce  as  an  order  of  the  Ontario  Court  (Gen- 
eral Division)  the  determination,  interim  order, 
direction  or  decision. 

(4)  Where  a  notice  has  been  given  under 
section  59  by  registered  mail  and  the  addressee 
claims  that  he,  she  or  it  has  not  received  the 
notice,  the  person,  employers'  organization, 
trade  union  or  council  of  trade  unions  that 
gave  the  notice  may  give  a  second  notice  to 
the  addressee  forthwith  after  he,  she  or  it  as- 
certains that  the  first  notice  had  not  been 
received,  but  in  no  case  may  the  second  notice 
be  given  more  than  three  months  after  the  day 
on  which  the  first  notice  was  mailed,  and  the 
second  notice  has  the  same  force  and  effect  for 
the  purposes  of  this  Act  as  the  first  notice 
would  have  had  if  it  had  been  received  by  the 
addressee.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  115  (3-5). 

123.  No  proceeding  under  this  Act  is 
invalid  by  reason  of  any  defect  of  form  or  any 
technical  irregularity  and  no  proceeding  shall 
be  quashed  or  set  aside  if  no  substantial  wrong 
or  miscarriage  of  justice  has  occurred.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  116. 

124.  The  expenses  incurred  in  the  adminis- 
tration of  this  Act  shall  be  paid  out  of  the 
money  that  is  appropriated  by  the  Legislature 
for  the  purpose.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  1 17. 

125.  The  Lieutenant  Governor  in  Council 
may  make  regulations, 

(a)  providing  for  and  regulating  the  engage- 
ment of  experts,  investigators  and  other 
assistants  by  conciliation  boards; 

(b)  governing  the  assignment  of  arbitrators 
to  conduct  arbitrations  and  the  carrying 
out  and  completion  of  the  assignments; 

(c)  providing  for  and  prescribing  a  scale  of 
fees  and  expenses  allowable  to  arbitra- 


Le  défaut  de 
recevoir  des 
documents 
est  un  moyen 
de  défense 


leur  délivrance,  s'ils  lui  ont  été  livrés  à 
sa  dernière  adresse  connue. 


(3)  La  preuve  de  non-réception  de  la  déci- 
sion prévue  à  l'article  96,  des  décisions  ou 
ordonnances,  même  provisoires,  prévues  à  l'ar- 
ticle 99,  100,  101  ou  144  ou  de  la  décision 
d'un  arbitre  ou  d'un  conseil  d'arbitrage,  y 
compris  celle  qui  est  rendue  en  vertu  de  l'arti- 
cle 103,  expédiés  par  courrier  à  une  personne, 
une  association  patronale,  un  syndicat  ou  un 
conseil  de  syndicats  à  sa  dernière  adresse  con- 
nue constitue  un  moyen  de  défense  à  la  requête 
en  vue  d'obtenir  l'autorisation  requise  pour  in- 
troduire une  poursuite  visant  l'exécution  de  la 
décision  ou  de  l'ordonnance  à  titre  d'ordon- 
nance de  la  Cour  de  l'Ontario  (Division  géné- 
rale). 


(4)  Si  la  personne,  l'association  patronale,   Second  avis 
le  syndicat  ou  le  conseil  de  syndicats  qui  a    . in,ention 

oc  nécocicr 

remis  l'avis  visé  à  l'article  59  par  courrier  re- 
commandé reconnaît  la  prétention  du  destina- 
taire de  ne  pas  avoir  reçu  cet  avis,  cette  per- 
sonne, cette  association,  ce  syndicat  ou  ce 
conseil  de  syndicats  peut  sans  délai,  mais  seu- 
lement dans  les  trois  mois  de  l'expédition  du 
premier  avis,  lui  en  donner  un  second.  Pour 
l'application  de  la  présente  loi,  le  second  avis 
a  la  même  valeur  qu'aurait  eue  le  premier  s'il 
avait  été  reçu  par  le  destinataire.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  par.  115  (3)  à  (5). 


123.  Les  instances   introduites   en   applica-  vice  de 
tion  de  la  présente  loi  ne  sont  pas  nulles  en  forme 
raison  d'un  vice  de  forme.  Elles  ne  sont  pas 
rejetées  ni  annulées,  à  moins  qu'il  n'en  résulte 

un  préjudice  grave  ou  une  erreur  judiciaire 
fondamentale.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art. 
116. 

124.  Les  frais    engagés    pour    l'application  Coût 

de  la  présente  loi  sont  prélevés  sur  les  fonds  d'aPPlicatlon 
affectés  à  cette  fin  par  la  Législature.    L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  art.  117. 

125.  Le  lieutenant-gouverneur    en    conseil   Règlements 
peut,  par  règlement  : 

a)  prévoir  et  réglementer  l'embauche  par 
les  commissions  de  conciliation  d'ex- 
perts, d'enquêteurs  et  de  personnel  auxi- 
liaire; 

b)  régir  l'affectation  d'arbitres  et  la  façon 
d'accomplir  les  tâches  qui  leur  sont  con- 
fiées; 

c)  prévoir  le  tarif  des  honoraires  et  indem- 
nités des  arbitres  en  ce  qui  a  trait  aux 


110 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  SchedVannexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


tors  in  respect  of  arbitrations  and  limit- 
ing or  restricting  the  application  of  such 
a  regulation; 

(d)  providing  a  procedure  for  the  review 
and  determination  of  disputes  concern- 
ing the  fees  and  expenses  charged  or 
claimed  by  an  arbitrator; 

(e)  governing  the  filing  of  schedules  of  fees 
and  expenses  by  arbitrators,  requiring 
arbitrators  to  provide  parties  with  a  copy 
of  the  schedules  upon  being  appointed 
and  requiring  arbitrators  to  charge  fees 
and  expenses  in  accordance  with  the 
filed  schedules; 

(f)  respecting  training  programs  for  arbitra- 
tors; 

(g)  providing  for  and  fixing  the  remuner- 
ation and  expenses  of  chairs  and  other 
members  of  conciliation  boards  and 
mediators; 

(h)  governing  the  conduct  of  arbitration 
hearings  and  prescribing  procedures 
therefor; 

(i)  requiring  the  filing  with  the  Ministry  of 
Labour  of  awards  of  arbitrators  and  arbi- 
tration boards; 

(j)  prescribing  amounts  or  a  method  of 
determining  amounts  payable  under  sub- 
section 43  (5)  for  the  expense  of  an  arbi- 
tration by  the  Board; 

(k)  prescribing  amounts  for  the  expense  of 
proceedings  under  section  133  and 
providing  for  the  adjustment  of  the 
amounts  in  exceptional  circumstances; 

(1)  prescribing  forms  and  providing  for 
their  use,  including  the  form  in  which 
the  documents  mentioned  in  sections  48, 
96,  99,  102,  103  and  144  shall  be  filed 
in  the  Ontario  Court  (General  Division); 


(m)  respecting  any  matter  necessary  or 
advisable  to  carry  out  the  intent  and  pur- 
pose of  this  Act.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  1 1 8;  1992,  c.  2 1 ,  s.  50  (  1  ),  amended. 

Construction  Industry 

Definitions  126.  In  this  section  and  in  sections  127  to 

168, 


"council  of  trade  unions"  means  a  council  that 
is  formed  for  the  purpose  of  representing  or 
that  according  to  established  bargaining 
practice  represents  trade  unions  as  defined  in 
this  section;  ("conseil  de  syndicats") 


arbitrages  et  délimiter  le  champ  d'appli- 
cation de  ce  règlement; 

d)  prévoir  la  procédure  à  suivre  pour  l'étu- 
de et  le  règlement  des  différends  portant 
sur  les  honoraires  et  les  indemnités  ré- 
clamés par  un  arbitre; 

e)  régir  le  dépôt  des  états  d'honoraires  et 
d'indemnités  par  les  arbitres,  exiger  de 
ces  derniers  qu'ils  en  fournissent  une 
copie  aux  parties  au  moment  où  ils  sont 
désignés  et  exiger  d'eux  qu'ils  deman- 
dent leurs  honoraires  et  indemnités  con- 
formément aux  états  déposés; 

f)  régir  les  programmes  de  formation  des 
arbitres; 

g)  prévoir  et  fixer  la  rémunération  et  les 
indemnités  des  présidents  et  des  autres 
membres  des  commissions  de  concilia- 
tion et  des  médiateurs; 

h)  régir  la  conduite  des  audiences  arbi- 
trales et  en  prescrire  la  procédure; 

i)  exiger  le  dépôt  auprès  du  ministère  du 
Travail  des  décisions  des  arbitres  ou  des 
commissions  d'arbitrage; 

j)  prescrire  tout  montant  à  payer  aux 
termes  du  paragraphe  43  (5)  pour  les 
frais  d'un  arbitrage  par  la  Commission, 
ou  la  méthode  de  calcul  de  ce  montant; 

k)  prescrire  le  coût  des  instances  tenues  en 
vertu  de  l'article  133  et  en  prévoir  le 
rajustement  dans  des  circonstances  ex- 
ceptionnelles; 

1)  prescrire  des  formules  et  les  modalités 
de  leur  emploi,  y  compris  la  forme  dans 
laquelle  les  documents  visés  aux  articles 
48,  96,  99,  102,  103  et  144  doivent  être 
déposés  à  la  Cour  de  l'Ontario  (Division 
générale); 

m)  traiter  de  toute  question  jugée  utile  ou 
nécessaire  pour  réaliser  l'objet  de  la  pré- 
sente loi.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art. 
1 1 8;  1 992,  chap.  2 1 ,  par.  50  (  1  ),  modifié. 

Industrie  de  la  construction 

126.  Les  définitions    qui    suivent    s'appli-   Definition 
quent  au  présent  article  et  aux  articles  127  à 
168. 

«association  patronale»  Association  constituée 
dans  le  but  de  représenter  ou  qui  représente 
des  employeurs  au  sens  du  terme  «em- 
ployeur» défini  au  présent  article,  («employ- 
ers' organization») 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Labour  Relations  Act,  1995 


Projet  7 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


111 


Conflict 


Bargaining 
units  in  the 
construction 
industry 


Determina- 
tion of 
number  of 
members  in 
bargaining 
unit 


Notice  of 
desire  to 
bargain 


"employee"  includes  an  employee  engaged  in 
whole  or  in  part  in  off-site  work  but  who  is 
commonly  associated  in  work  or  bargaining 
with  on-site  employees;  ("employé") 

"employer"  means  a  person  who  operates  a 
business  in  the  construction  industry,  and  for 
purposes  of  an  application  for  accreditation 
means  an  employer  for  whose  employees  a 
trade  union  or  council  of  trade  unions 
affected  by  the  application  has  bargaining 
rights  in  a  particular  geographic  area  and 
sector  or  areas  or  sectors  or  parts  thereof; 
("employeur") 

"employers'  organization"  means  an  organiza- 
tion that  is  formed  for  the  purpose  of  repre- 
senting or  represents  employers  as  defined 
in  this  section;  ("association  patronale") 

"sector"  means  a  division  of  the  construction 
industry  as  determined  by  work  characteris- 
tics and  includes  the  industrial,  commercial 
and  institutional  sector,  the  residential  sec- 
tor, the  sewers  and  watermains  sector,  the 
roads  sector,  the  heavy  engineering  sector, 
the  pipeline  sector  and  the  electrical  power 
systems  sector;  ("secteur") 

"trade  union"  means  a  trade  union  that  accord- 
ing to  established  trade  union  practice  per- 
tains to  the  construction  industry,  ("syndi- 
cat") R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  119,  amended. 


127.  Where  there  is  conflict  between  any 
provision  in  sections  128  to  144  and  any  provi- 
sion in  sections  7  to  63  and  68  to  125,  the 
provisions  in  sections  128  to  144  prevail. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  120,  amended. 

128.  (1)  Where  a  trade  union  applies  for 
certification  as  bargaining  agent  of  the 
employees  of  an  employer,  the  Board  shall 
determine  the  unit  of  employees  that  is  appro- 
priate for  collective  bargaining  by  reference  to 
a  geographic  area  and  it  shall  not  confine  the 
unit  to  a  particular  project. 

(2)  In  determining  whether  a  trade  union  to 
which  subsection  (1)  applies  has  met  the 
requirements  of  subsection  8  (2),  the  Board 
need  not  have  regard  to  any  increase  in  the 
number  of  employees  in  the  bargaining  unit 
after  the  application  was  made.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  121. 

129.  (1)  Where  notice  has  been  given  by  a 
trade  union  to  an  employer  under  section  16  or 
by  a  trade  union  or  a  council  of  trade  unions  or 
an  employer  or  employers'  organization  under 
section  59,  the  parties  shall  meet  within  five 


«conseil  de  syndicats»  Conseil  constitué  dans 
le  but  de  représenter  ou  qui,  suivant  la  prati- 
que établie  en  matière  de  négociations,  re- 
présente des  syndicats  au  sens  du  terme 
«syndicat»  défini  au  présent  article,  («coun- 
cil of  trade  unions») 

«employé»  S'entend  en  outre  de  quiconque  est 
employé  en  totalité  ou  en  partie  hors  d'un 
lieu  de  travail,  mais  qui  est  associé  habituel- 
lement aux  employés  sur  le  lieu  de  travail  ou 
négocie  avec  eux.  («employee») 

«employeur  Quiconque  exploite  une  entre- 
prise dans  l'industrie  de  la  construction  et, 
dans  le  cadre  d'une  requête  en  accréditation, 
l'employeur  d'employés  pour  qui  le  syndicat 
ou  le  conseil  de  syndicats  visés  par  la  re- 
quête a  acquis  le  droit  de  négocier,  dans  une 
ou  plusieurs  régions  géographiques  ou  pour 
un  ou  plusieurs  secteurs,  ou  partie  de  ceux- 
ci.  («employer») 

«secteur»  Catégorie  de  l'industrie  de  la  con- 
struction qui  se  définit  par  les  caractères  dis- 
tinctifs  du  travail,  y  compris  le  secteur  in- 
dustriel, commercial  et  institutionnel,  le 
secteur  de  l'habitation,  des  routes,  des  con- 
duites d'eau  et  des  égouts,  de  l'industrie 
lourde,  des  canalisations  et  du  réseau  d'éner- 
gie hydroélectrique,  («sector») 

«syndicat»  Syndicat  qui,  suivant  la  pratique 
syndicale  bien  établie,  se  rattache  à  l'indus- 
trie de  la  construction.  («trade 
union»)  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  119, 
modifié. 

127.  Les  dispositions  des  articles  128  à  144  incompatibi- 
prévalent    sur   les   dispositions    incompatibles   llté 
des  articles  7  à  63  et  68  à  125.     L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  art.  120,  modifié. 


128.  (1)  Si  le  syndicat  présente  une  requête 
en  accréditation  comme  agent  négociateur  des 
employés  d'un  même  employeur,  la  Commis- 
sion définit  l'unité  d'employés  appropriée  pour 
négocier  collectivement  dans  une  région  géo- 
graphique et  ne  limite  pas  cette  unité  à  un 
chantier  en  particulier. 

(2)  Quand  la  Commission  décide  si  le  syn- 
dicat visé  par  le  paragraphe  (1)  s'est  conformé 
aux  dispositions  du  paragraphe  8  (2),  elle  n'a 
pas  à  tenir  compte  de  l'augmentation  du  nom- 
bre d'employés  compris  dans  l'unité  de  négo- 
ciation postérieure  à  la  présentation  de  la  re- 
quête. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  121. 

129.  (1)  Si  le  syndicat  a  donné  à  l'em- 
ployeur l'avis  prévu  à  l'article  16  ou  que  le 
syndicat,  le  conseil  de  syndicats,  l'employeur 
ou  l'association  patronale  a  donné  l'avis  prévu 
à  l'article  59,  les  parties  doivent  se  rencontrer 


Unités  de 
négociation 
dans  l'in- 
dustrie de  la 
construction 


Nombre  de 
membres 
d'une  unité 
de  négocia- 
tion 


Avis 

d'intention 
de  négocier 


112 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Extension  of 

14-day 

period  for 

conciliation 

officer's 

report 


Appointment 
of  concili- 
ation board 


When  report 
to  be  made 


What 

deemed  lobe 
a  collective 
agreement 


Notice  of 
desire  to 
bargain  for 
new 

collective 
agreement 


days  from  the  giving  of  such  notice  or  within 
such  further  period  as  the  parties  agree  upon. 

(2)  Where  the  Minister  appoints  a  concili- 
ation officer  or  a  mediator  at  the  request  of  a 
trade  union,  council  of  trade  unions  or  an 
employer  or  employers'  organization  to  confer 
with  the  parties  and  endeavour  to  effect  a  col- 
lective agreement  binding  upon  employees  of 
the  employer  or  upon  employees  of  members 
of  the  employers'  organization,  the  period 
mentioned  in  subsection  20  (1)  may  be 
extended  only  by  agreement  of  the  parties. 

(3)  Where  the  Minister  has  appointed  a  con- 
ciliation officer  under  subsection  (2)  and  the 
conciliation  officer  is  unable  to  effect  a  collec- 
tive agreement  within  the  time  allowed,  the 
Minister  shall,  unless  the  parties  inform  him  or 
her  in  writing  that  they  desire  him  or  her  to 
appoint  a  conciliation  board,  forthwith  by 
notice  in  writing  inform  each  of  the  parties  that 
he  or  she  does  not  consider  it  advisable  to 
appoint  a  conciliation  board. 

(4)  Where  a  conciliation  board  has  been 
appointed  under  subsection  (3),  it  shall  report 
its  findings  and  recommendations  to  the  Min- 
ister within  14  days  after  its  first  sitting,  but 
such  period  may  be  extended, 

(a)  for  a  further  period  not  exceeding  30 
days  by  agreement  of  the  parties;  or 

(b)  for  a  further  period  beyond  the  period 
fixed  in  clause  (a)  as  the  parties  may 
agree  upon  and  as  the  Minister  may 
approve.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  122. 

130.  An  agreement  in  writing  between  an 
employer  or  employers'  organization,  on  the 
one  hand,  and  a  trade  union  that  has  been  certi- 
fied as  bargaining  agent  for  a  unit  of  employ- 
ees of  the  employer,  or  a  trade  union  or  a 
council  of  trade  unions  that  is  entitled  to 
require  the  employer  or  the  employers'  organi- 
zation to  bargain  with  it  for  the  renewal,  with 
or  without  modifications,  of  the  agreement 
then  in  operation  or  for  the  making  of  a  new 
agreement,  on  the  other  hand,  shall  be  deemed 
to  be  a  collective  agreement  despite  the  fact 
that  there  were  no  employees  in  the  bargaining 
unit  or  units  affected  at  the  time  the  agreement 
was  entered  into.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  123. 

131.  Each  party  to  a  collective  agreement 
between  an  employer  or  employers'  organiza- 
tion and  a  trade  union  or  council  of  trade 
unions   may,   within    the   period   of  90  days 


Prorogation 
du  délai  de 
14  jours 
accordé  au 
conciliateur 


Commission 
de  concilia- 
tion 


dans  les  cinq  jours  de  la  date  où  l'avis  a  été 
donné  ou  dans  un  délai  plus  long  convenu  en- 
tre elles. 

(2)  Si  le  ministre  désigne  un  conciliateur  ou 
un  médiateur  à  la  demande  d'un  syndicat,  d'un 
conseil  de  syndicats,  d'un  employeur  ou  d'une 
association  patronale  pour  s'entretenir  avec  les 
parties  et  s'efforcer  de  parvenir  à  une  conven- 
tion collective  liant  les  employés  d'un  même 
employeur  ou  les  employés  des  membres  de 
l'association  patronale,  le  délai  mentionné  au 
paragraphe  20  (1)  ne  peut  être  prorogé  qu'avec 
le  consentement  des  parties. 

(3)  Si  le  conciliateur  désigné  par  le  ministre 
en  vertu  du  paragraphe  (2)  n'a  pas  obtenu  de 
convention  collective  dans  le  délai  imparti,  et 
que  les  parties  n'ont  pas  exprimé  par  écrit  au 
ministre  leur  désir  qu'il  constitue  une  commis- 
sion de  conciliation,  le  ministre  avise  chacune 
des  parties  par  écrit  et  sans  délai  qu'il  ne  juge 
pas  opportun  de  constituer  une  telle  commis- 
sion. 


(4)  Si  la  commission  de  conciliation  a  été   Délai  pour  it 
constituée  en  vertu  du  paragraphe  (3),  elle  fait  |>résenIa,ion 

,  ,      .  ,  du  rapport 

rapport  au  ministre  de  ses  conclusions  et  de  ses 
recommandations  dans  les  14  jours  de  la  date 
de  sa  première  séance.  Toutefois,  ce  délai  peut 
être  prorogé  : 

a)  soit  de  30  jours  au  plus  avec  l'accord 
des  parties; 

b)  soit  pour  une  période  plus  longue  que 
celle  visée  à  l'alinéa  a),  avec  l'accord 
des  parties  et  l'approbation  du  minis- 
tre. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  122. 

130.  Est  réputée  une  convention  collective,  Ce  qui  est 
même  s'il  n'y  a  pas,  à  la  date  de  sa  conclusion,   répullJ  "ne 

,,  .       ,      J       r   .       .  ,,       .   ,  ,  .   ,      convention 

d  employés  compris  dans  1  unité  ou  les  unités  collective 
de  négociation  qu'elle  vise,  la  convention 
écrite  conclue  d'une  part  entre  un  employeur 
ou  une  association  d'employeurs  et,  d'autre 
part,  un  syndicat  qui  a  été  accrédité  comme 
agent  négociateur  d'une  unité  d'employés  de 
cet  employeur,  un  syndicat  ou  un  conseil  de 
syndicats  qui  a  le  droit  d'exiger  de  l'em- 
ployeur ou  de  l'association  patronale  qu'elle 
négocie  avec  lui  en  vue  de  renouveler,  avec  ou 
sans  modifications,  la  convention  collective  en 
vigueur  ou  d'en  conclure  une  nouvelle.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  art.  123. 

131.  Chaque  partie  à  une  convention  col-  Av'« 
lective  conclue  entre  un  employeur  ou   une  A. intcnllon 
association  patronale  et  un  syndicat  ou  un  con-  une  nouvelle 
seil  de  syndicats  peut,  dans  les  90  jours  avant  convention 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


113 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Application 
for  termina- 
tion, no 
agreement 


Agreement 


Application 
of  s.  63 


Referral  of 
grievance  to 
Board 


Hearing 


Jurisdiction 
of  Board 


before  the  agreement  ceases  to  operate,  give 
notice  in  writing  to  the  other  party  of  its  desire 
to  bargain  with  a  view  to  the  renewal,  with  or 
without  modifications,  of  the  agreement  then 
in  operation  or  to  the  making  of  a  new  agree- 
ment, and  the  notice  has  for  all  purposes  the 
same  effect  as  a  notice  under  section  59. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  124. 

132.  (1)  If  a  trade  union  does  not  make  a 
collective  agreement  with  the  employer  within 
six  months  after  its  certification,  any  of  the 
employees  in  the  bargaining  unit  determined  in 
the  certificate  may  apply  to  the  Board  for  a 
declaration  that  the  trade  union  no  longer  rep- 
resents the  employees  in  the  bargaining  unit. 

(2)  Despite  subsection  63  (2),  any  of  the 
employees  in  the  bargaining  unit  defined  in  a 
first  agreement  between  an  employer  and  a 
trade  union,  where  the  trade  union  has  not 
been  certified  as  the  bargaining  agent  of  the 
employees  of  the  employer  in  the  bargaining 
unit,  may  apply  to  the  Board  for  a  declaration 
that  the  trade  union  no  longer  represents  the 
employees  in  the  bargaining  unit  after  the 
305th  day  of  its  operation  and  before  the  365th 
day  of  its  operation. 

(3)  Subsections  63  (5)  to  (18)  apply  to  an 
application  under  subsection  (1)  or  (2).  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  125. 


133.  (1)  Despite  the  grievance  and  arbitra- 
tion provisions  in  a  collective  agreement  or 
deemed  to  be  included  in  a  collective  agree- 
ment under  section  48,  a  party  to  a  collective 
agreement  between  an  employer  or  employers' 
organization  and  a  trade  union  or  council  of 
trade  unions  may  refer  a  grievance  concerning 
the  interpretation,  application,  administration 
or  alleged  violation  of  the  agreement,  includ- 
ing any  question  as  to  whether  a  matter  is 
arbitrable,  to  the  Board  for  final  and  binding 
determination.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  126  (1), 
revised. 

(2)  A  referral  under  subsection  (1)  may  be 
made  in  writing  in  the  prescribed  form  by  a 
party  at  any  time  after  delivery  of  the  written 
grievance  to  the  other  party,  and  the  Board 
shall  appoint  a  date  for  and  hold  a  hearing 
within  14  days  after  receipt  of  the  referral  and 
may  appoint  a  labour  relations  officer  to  confer 
with  the  parties  and  endeavour  to  effect  a 
settlement  before  the  hearing.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,s.  126(2). 

(3)  Upon  a  referral  under  subsection  (1),  the 
Board  has  exclusive  jurisdiction  to  hear  and 
determine  the  difference  or  allegation  raised  in 
the   grievance   referred   to   it,    including   any 


son  expiration,  donner  à  l'autre  partie  un  avis 
écrit  de  son  intention  de  négocier  en  vue  de  la 
renouveler,  avec  ou  sans  modifications,  ou 
d'en  conclure  une  nouvelle.  Cet  avis  a,  pour 
toutes  fins,  la  même  valeur  qu'un  avis  donné 
aux  termes  de  l'article  59.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  art.  124. 

132.  (1)  Si  le  syndicat  ne  conclut  pas  de  Requête  en 
convention  collective  dans  les  six  mois  de  son  revocation 
accréditation,  l'employé  compris  dans  l'unité 
de  négociation  précisée  dans  le  certificat  d'ac- 
créditation peut  s'adresser  à  la  Commission 
pour  obtenir  la  déclaration  selon  laquelle  le 
syndicat  ne  représente  plus  ces  employés. 

(2)  Malgré  le  paragraphe  63  (2),  l'employé  Convention 
compris  dans  une  unité  de  négociation  définie 
par  la  première  convention  conclue  entre  un 
employeur  et  un  syndicat  peut,  lorsque  le  syn- 
dicat n'a  pas  été  accrédité  comme  agent  négo- 
ciateur de  ces  employés,  s'adresser  à  la  Com- 
mission, entre  le  305e  et  le  365e  jour  de 
l'entrée  en  vigueur  de  la  convention  pour  obte- 
nir la  déclaration  selon  laquelle  le  syndicat  ne 
les  représente  plus. 


(3)  Les  paragraphes  63  (5)  à  (18)  s'appli-  Champ 
quent  à  une  requête  présentée  en  vertu  du  para-    .  "{S03^0" 
graphe  (1)  ou  (2).     L.R.O.   1990,  chap.  L.2, 
art.  125. 

133.  (1)  Malgré  les  dispositions  de  la  con-   Grief 


soumis  à  la 
Commission 


vention  collective  portant  sur  le  règlement  des 
griefs  et  sur  l'arbitrage  ou  qui  sont  réputées  y 
être  incluses  en  vertu  de  l'article  48,  la  partie  à 
une  convention  collective  entre  un  employeur 
ou  une  association  patronale  et  le  syndicat  ou 
le  conseil  de  syndicats,  peut  soumettre  à  la 
Commission  un  grief  portant  sur  l'interpréta- 
tion, l'application,  l'administration  ou  une  pré- 
tendue violation  de  la  convention,  y  compris  la 
question  de  savoir  s'il  y  a  matière  à  arbitrage. 
La  décision  de  la  Commission  a  force  de  chose 
jugée.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  126  (1), 
révisé. 

(2)  Le  grief  prévu  au  paragraphe  (1)  peut  Audience 
être  soumis  à  la  Commission  par  écrit,  selon  la 
formule  prescrite,  après  remise  du  grief  écrit  à 
l'autre  partie.  La  Commission  fixe  la  date  de 
l'audience,  qui  a  lieu  dans  les  14  jours  de  la 
réception  du  grief.  La  Commission  peut  dési- 
gner un  agent  des  relations  de  travail  pour 
s'entretenir  avec  les  parties  et  s'efforcer  de 
parvenir  à  un  règlement  avant  l'audien- 
ce. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  126  (2). 

(3)  Une  fois  le  grief  soumis  à  la  Commis-  Compétence 
sion  aux  termes  du  paragraphe  (1),  celle-ci  a  co^mission 
compétence  exclusive  pour  entendre  et  tran- 
cher le  différend  ou  l'allégation  mentionnée 


114 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Expense 


Accredit- 
ation of 
employers' 
organization 


Board  to 
determine 
appropriate- 
ness of  unit 


Same 


Determina- 
tions by 
Board 


question  as  to  whether  the  matter  is  arbitrable, 
and  subsections  48  (10)  and  (12)  to  (20)  apply 
with  necessary  modifications  to  the  Board  and 
to  the  enforcement  of  the  decision  of  the 
Board.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  126  (3), 
amended. 

(4)  The  expense  of  proceedings  under  this 
section,  in  the  amount  fixed  by  the  regulations, 
shall  be  jointly  paid  by  the  parties  to  the  Board 
for  payment  into  the  Consolidated  Revenue 
Fund.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  126  (4). 

134.  Where  a  trade  union  or  council  of 
trade  unions  has  been  certified  or  has  been 
granted  voluntary  recognition  under  sec- 
tion 18  as  the  bargaining  agent  for  a  unit  of 
employees  of  more  than  one  employer  in  the 
construction  industry  or  where  a  trade  union  or 
council  of  trade  unions  has  entered  into  collec- 
tive agreements  with  more  than  one  employer 
covering  a  unit  of  employees  in  the  construc- 
tion industry,  an  employers'  organization  may 
apply  to  the  Board  to  be  accredited  as  the 
bargaining  agent  for  all  employers  in  a  particu- 
lar sector  of  the  industry  and  in  the  geographic 
area  described  in  the  said  certificates,  volun- 
tary recognition  documents  or  collective  agree- 
ments, as  the  case  may  be.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  127. 

135.  (1)  Upon  an  application  for  accredit- 
ation, the  Board  shall  determine  the  unit  of 
employers  that  is  appropriate  for  collecdve 
bargaining  in  a  particular  geographic  area  and 
sector,  but  the  Board  need  not  confine  the  unit 
to  one  geographic  area  or  sector  but  may,  if  it 
considers  it  advisable,  combine  areas  or  sec- 
tors or  both  or  parts  thereof. 

(2)  The  unit  of  employers  shall  comprise  all 
employers  as  defined  in  section  126  in  the 
geographic  area  and  sector  determined  by  the 
Board  to  be  appropriate.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  128. 

136.  (1)  Upon  an  application  for  accredit- 
ation, the  Board  shall  ascertain, 

(a)  the  number  of  employers  in  the  unit  of 
employers  on  the  date  of  the  making  of 
the  application  who  have  within  one 
year  prior  to  such  date  had  employees  in 
their  employ  for  whom  the  trade  union 
or  council  of  trade  unions  has  bargain- 
ing rights  in  the  geographic  area  and 
sector  determined  by  the  Board  to  be 
appropriate; 

(b)  the  number  of  employers  in  clause  (a) 
represented  by  the  employers'  organiza- 


dans  le  grief,  y  compris  la  question  de  savoir 
s'il  y  a  matière  à  arbitrage.  Les  paragraphes 
48  (10)  et  (12)  à  (20)  s'appliquent,  avec  les 
adaptations  nécessaires,  à  la  Commission  et  à 
l'exécution  de  sa  décision.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  par.  126  0),  modifié. 

(4)  Les  frais  engagés  pour  les  instances  ins-  Frais 
truites  en  vertu  du  présent  article  sont  à  la 
charge  commune  des  parties,  au  montant  que 
fixent  les  règlements.  Ils  sont  payés  à  la  Com- 
mission qui  les  verse  au  Trésor.  L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  par.  126(4). 

134.  Si  le  syndicat  ou  le  conseil  de  syndi-  Accrédiu- 
cats  a  obtenu  un  certificat  d'accréditation  com-   tioiJJ?.  ""* 

,  ,,  .   ,  ,  association 

me  agent  négociateur  d  une  unité  d  employés  patronale 
de  plus  d'un  employeur  dans  l'industrie  de  la 
construction,  l'association  patronale  peut  de- 
mander accréditation  comme  agent  négocia- 
teur de  tous  les  employeurs  d'un  secteur  donné 
de  cette  industrie  et  de  la  région  géographique 
définie  dans  le  certificat  d'accréditation  syndi- 
cale. Il  en  va  de  même  de  la  reconnaissance 
volontaire  d'un  syndicat  ou  d'un  conseil  de 
syndicats  en  vertu  de  l'article  18,  et  de  la  con- 
clusion par  eux  de  conventions  collectives 
avec  plus  d'un  employeur  d'une  unité  d'em- 
ployés de  l'industrie  de  la  construction. 
L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  127. 

135.  (1)  Lorsqu'elle  est  saisie  d'une  re-  Définition  de 
quête  en  accréditation,  la  Commission  définit  JjUenJ,télo  eur 
l'unité  d'employeurs  appropriée  pour  négocier  s  appropriée 
collectivement  dans  une  région  géographique  pour 

et  pour  un  secteur  donnés.  Toutefois,  elle  n'est  né8°c>er  c* 

r  ,  .  .         lecuvement 

pas  tenue  de  limiter  l'unité  à  une  seule  région 

géographique  ni  à  un  seul  secteur,  mais  elle 

peut  grouper  des  régions  ou  des  secteurs  ou  des 

parties  des  deux. 

(2)  L'unité  d'employeurs  comprend  tous  les   'd«m 
employeurs,  au  sens  de  l'article  126,  de  la  ré- 
gion géographique  et  du  secteur  qu'a  fixés  la 
Commission.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  128. 


136.  (1)  Après  avoir  été  saisie  d'une  re-   Décision 
quête  en  accréditation,  la  Commission  véri-  çommission 
fie  : 

a)  le  nombre  d'employeurs  compris  dans 
l'unité  d'employeurs  à  la  date  de  la  pré- 
sentation de  la  requête  qui,  dans  l'année 
précédant  cette  date,  ont  employé  des 
employés  pour  qui  le  syndicat  ou  le  con- 
seil de  syndicats  avait  le  droit  de  négo- 
cier dans  la  région  géographique  et  le 
secteur  fixés; 

b)  le  nombre  d'employeurs  visés  à  l'alinéa 
a)  que  représente  l'association  patronale 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Labour  Relations  Act,  1995 


Projet  7 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


115 


Accredit- 
ation 


Authority  of 

employers' 

organization 


Same 


What 
employers' 

organization 
inottobe 
accredited 


tion  on  the  date  of  the  making  of  the 
application;  and 

(c)  the  number  of  employees  of  employers 
in  clause  (a)  on  the  payroll  of  each  such 
employer  for  the  weekly  payroll  period 
immediately  preceding  the  date  of  the 
application  or  if,  in  the  opinion  of  the 
Board,  the  payroll  period  is  unsatisfac- 
tory for  any  one  or  more  of  the  employ- 
ers in  clause  (a),  such  other  weekly  pay- 
roll period  for  any  one  or  more  of  the 
said  employers  as  the  Board  considers 
advisable.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  129 
(1);  1993,  c.  27,  Sched. 

(2)  If  the  Board  is  satisfied, 

(a)  that  a  majority  of  the  employers  in 
clause  (1)  (a)  is  represented  by  the 
employers'  organization;  and 

(b)  that  such  majority  of  employers 
employed  a  majority  of  the  employees 
in  clause  (1)  (c), 

the  Board,  subject  to  subsection  (3),  shall  ac- 
credit the  employers'  organization  as  the  bar- 
gaining agent  of  the  employers  in  the  unit  of 
employers  and  for  the  other  employers  for 
whose  employees  the  trade  union  or  council  of 
trade  unions  may,  after  the  date  of  the  making 
of  the  application,  obtain  bargaining  rights 
through  certification  or  voluntary  recognition 
in  the  appropriate  geographic  area  and  sector. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  129  (2);  1993,  c.  27, 
Sched. 

(3)  Before  accrediting  an  employers'  orga- 
nization under  subsection  (2),  the  Board  shall 
satisfy  itself  that  the  employers'  organization 
is  a  properly  constituted  organization  and  that 
each  of  the  employers  whom  it  represents  has 
vested  appropriate  authority  in  the  organiza- 
tion to  enable  it  to  discharge  the  responsibil- 
ities of  an  accredited  bargaining  agent. 

(4)  Where  the  Board  is  of  the  opinion  that 
appropriate  authority  has  not  been  vested  in 
the  employers'  organization,  the  Board  may 
postpone  disposition  of  the  application  to 
enable  employers  represented  by  the  organiza- 
tion to  vest  the  additional  or  other  authority  in 
the  organization  that  the  Board  considers  nec- 
essary. 

(5)  The  Board  shall  not  accredit  any 
employers'  organization  if  any  trade  union  or 
council  of  trade  unions  has  participated  in  its 
formation  or  administration  or  has  contributed 
financial  or  other  support  to  it  or  if  it  discrimi- 
nates against  any  person  because  of  any 
ground  of  discrimination  prohibited  by  the 
Human  Rights  Code,  or  the  Canadian  Charter 


à  la  date  de  la  présentation  de  la  re- 
quête; 

c)  le  nombre  d'employés  des  employeurs 
visés  à  l'alinéa  a)  d'après  les  feuilles  de 
paie  relatives  à  la  semaine  qui  précède 
immédiatement  la  date  de  la  requête  ou 
si,  de  l'avis  de  la  Commission,  cette  pé- 
riode de  paie  n'est  pas  typique  dans  le 
cas  d'un  ou  de  plusieurs  employeurs  vi- 
sés à  l'alinéa  a),  la  semaine  que  la  Com- 
mission estime  opportune  pour  chaque 
employeur.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par. 
129  (1);  1993,  chap.  27,  annexe. 

(2)  Si  la  Commission  est  convaincue  que  : 

a)  d'une  part,  l'association  patronale  repré- 
sente la  majorité  des  employeurs  visés  à 
l'alinéa  (1)  a); 

b)  d'autre  part,  cette  majorité  d'em- 
ployeurs employaient  une  majorité  des 
employés  visés  à  l'alinéa  (1)  c), 

la  Commission,  sous  réserve  du  paragraphe 
(3),  accrédite  l'association  patronale  comme 
agent  négociateur  de  ces  employeurs.  L'accré- 
ditation s'étend  en  outre  aux  employeurs  qui 
ont  à  leur  service  des  employés  pour  qui  le 
syndicat  ou  le  conseil  de  syndicats  peut,  après 
la  date  de  la  présentation  de  la  requête,  obtenir 
par  accréditation  ou  reconnaissance  volontaire 
le  droit  de  négocier  dans  les  mêmes  régions 
géographiques  et  secteurs.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  par.  129  (2);  1993,  chap.  27,  annexe. 


Accrédita- 
tion 


aux  Pouvoirs  de 
l'association 
patronale 


(3)  Avant  d'accorder  l'accréditation 
termes  du  paragraphe  (2),  la  Commission  s'as- 
sure que  l'association  patronale  est  régulière- 
ment constituée  et  que  chacun  des  employeurs 
qu'elle  représente  l'a  investie  des  pouvoirs  né- 
cessaires pour  s'acquitter  des  fonctions  d'un 
agent  négociateur  accrédité. 

(4)  Si,  de  l'avis  de  la  Commission,  l'asso-   idem 
ciation  patronale  n'a  pas  été  investie  des  pou- 
voirs nécessaires,  la  Commission  peut  reporter 

sa  décision  pour  permettre  aux  employeurs  re- 
présentés d'assurer  les  pouvoirs  additionnels 
que  la  Commission  estime  nécessaires. 


(5)  La  Commission  n'accrédite  pas  une  Motifs  de 
association  patronale  si  un  syndicat  ou  un  con-  ^^tation0 
seil  de  syndicats  a  participé  à  sa  formation  ou 
à  son  administration  ou  lui  a  fourni  une  aide 
financière  ou  autre,  ni  si  elle  exerce  de  la  dis- 
crimination fondée  sur  une  base  de  discrimina- 
tion qui  est  interdite  aux  termes  du  Code  des 
droits  de  la  personne  ou  de  la  Charte  cana- 


116  Bill  7  LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Effect  of  ac- 
creditation 


Effect  of  ac- 
creditation 
on  collective 
agreements 


Same 


Same 


Same 


Same 


Application 
of  s.  58(1) 


of  Rights  and  Freedoms.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  129  (3-5). 

137.  (1)  Upon  accreditation,  all  rights, 
duties  and  obligations  under  this  Act  of 
employers  for  whom  the  accredited  employers' 
organization  is  or  becomes  the  bargaining 
agent  apply  with  necessary  modifications  to 
the  accredited  employers'  organization. 

(2)  Upon  accreditation,  any  collective 
agreement  in  operation  between  the  trade 
union  or  council  of  trade  unions  and  any 
employer  in  clause  136  (1)  (a)  is  binding  on 
the  parties  thereto  only  for  the  remainder  of 
the  term  of  operation  of  the  agreement,  regard- 
less of  any  provision  therein  respecting  its 
renewal. 

(3)  When  any  collective  agreement  men- 
tioned in  subsection  (2)  ceases  to  operate,  the 
employer  shall  thereupon  be  bound  by  any  col- 
lective agreement  then  in  existence  between 
the  trade  union  or  council  of  trade  unions  and 
the  accredited  employers'  organization  or  sub- 
sequently entered  into  by  the  said  parties. 

(4)  Where,  after  the  date  of  the  malting  of 
an  application  for  accreditation,  the  trade 
union  or  council  of  trade  unions  obtains  bar- 
gaining rights  for  the  employees  of  an 
employer  through  certification  or  voluntary 
recognition,  that  employer  is  bound  by  any 
collective  agreement  in  existence  at  the  time 
of  the  certification  or  voluntary  recognition 
between  the  trade  union  or  council  of  trade 
unions  and  the  applicant  employers'  organiza- 
tion or  subsequently  entered  into  by  the  said 
parties. 

(5)  A  collective  agreement  between  a  trade 
union  or  council  of  trade  unions  and  an 
employer  who,  but  for  the  one-year  require- 
ment, would  have  been  included  in  clause 
136(1)  (a)  is  binding  on  the  parties  thereto 
only  for  the  remainder  of  the  term  of  operation 
of  the  agreement  regardless  of  any  provisions 
therein  respecting  its  renewal. 

(6)  Where  any  collective  agreement  men- 
tioned in  subsection  (5)  ceases  to  operate,  the 
employer  shall  thereupon  be  bound  by  any  col- 
lective agreement  then  in  existence  between 
the  trade  union  or  council  of  trade  unions  and 
the  accredited  employers'  organization  or  sub- 
sequently entered  into  by  the  said  parties. 

(7)  Where,  under  this  section,  an  employer 
becomes  bound  by  a  collective  agreement 
between  a  trade  union  or  council  of  trade 
unions  and  an  accredited  employers'  organiza- 
tion after  the  said  agreement  has  commenced 
to  operate,  the  agreement  ceases  to  be  binding 
on  the  employer  in  accordance  with  the  terms 


Effet  de  l'ac- 
créditation 


dienne   des   droits   et   libertés.  L.R.O.    1990, 
chap.  L.2,  par.  129  (3)  à  (5). 

137.  (1)  L'accréditation  transmet  à  l'asso- 
ciation patronale,  avec  les  modifications  né- 
cessaires, les  droits,  devoirs  et  obligations  que 
la  présente  loi  reconnaît  aux  employeurs  dont 
elle  est  ou  devient  l'agent  négociateur. 


(2)  À  la  suite  de  l'accréditation,  la  conven-  Effet  de  l'ac- 
tion collective  en  vigueur  entre  le  syndicat  ou  ^f}^0" 
le  conseil  de  syndicats  et  l'employeur  visé  à  convention» 
l'alinéa  136  (1)  a)  ne  lie  les  parties  que  pour  le  collectives 
reste  de  la  durée  de  la  convention,  sans  qu'il 
soit  tenu  compte  des  dispositions  relatives  à  sa 
reconduction. 


(3)  À  compter  de  l'expiration  de  la  conven-  idem 
tion  collective  visée  au  paragraphe  (2),  l'em- 
ployeur est  lié  par  la  convention  collective  en 
vigueur  ou  conclue  par  la  suite  entre  le  syndi- 
cat ou  le  conseil  de  syndicats  et  l'association 
patronale  accréditée. 

(4)  Lorsque,  après  la  présentation  de  la  re-  ldem 
quête  en  accréditation  de  l'association  patrona- 
le, le  syndicat  ou  conseil  de  syndicats,  soit  par 
accréditation,  soit  par  reconnaissance  volon- 
taire obtient  le  droit  de  négocier  pour  les  em- 
ployés d'un  employeur,  cet  employeur  est  lié 

par  la  convention  collective  alors  en  vigueur 
entre  le  syndicat  ou  conseil  de  syndicats  et 
l'association  patronale,  ainsi  que  par  les  con- 
ventions conclues  par  la  suite  entre  ces  parties. 


(5)  La  convention  collective  conclue  entre 
le  syndicat  ou  le  conseil  de  syndicats  et  l'em- 
ployeur qui,  sans  l'exigence  d'une  année 
d'emploi,  aurait  été  compris  dans  le  calcul  visé 
à  l'alinéa  136  (1)  a),  ne  lie  les  parties  que  pour 
le  reste  de  la  durée  de  la  convention,  sans  qu'il 
soit  tenu  compte  des  dispositions  relatives  à  sa 
reconduction. 

(6)  À  l'expiration  de  la  convention  collec- 
tive visée  au  paragraphe  (5),  l'employeur  est 
lié  par  celle  qui  est  alors  en  vigueur  entre  le 
syndicat  ou  le  conseil  de  syndicats  et  l'associa- 
tion patronale  accréditée,  ainsi  que  par  les  con- 
ventions conclues  par  la  suite  entre  ces  parties. 

(7)  Si,  en  vertu  du  présent  article,  l'em- 
ployeur devient  lié  par  la  convention  collective 
conclue  entre  le  syndicat  ou  le  conseil  de  syn- 
dicats et  l'association  patronale  accréditée 
après  l'entrée  en  vigueur  de  la  convention, 
celle-ci  ne  lie  plus  l'employeur  conformément 
aux  conditions  qui  s'y  rattachent,  malgré  le 


Idem 


Idem 


Champ 
d'application 
du  par.  58(1) 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Labour  Relations  Act,  1995 


Projet  7 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


117 


thereof,    despite    subsection    58    (1).    R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  130. 

Application         138.  (1)  Subsections  57  (1)  and  (2)  do  not 
of  s.  57(1,2)    appiy  to  an  accredited  employers'   organiza- 
tion. 


paragraphe   58  (1).  L.R.O. 
art.  130. 


1990,   chap.   L.2, 


Binding 
effect  of 
collective 
agreement  on 
employer 


», 


inding 
effect  of 
collective 
agreement  on 
^employees 


Termination 
of  accredit- 
ation 


Jctermina- 

ionby 

3oard 


(2)  A  collective  agreement  between  an  ac- 
credited employers'  organization  and  a  trade 
union  or  council  of  trade  unions  is,  subject  to 
and  for  the  purposes  of  this  Act,  binding  upon 
the  accredited  employers'  organization  and  the 
trade  union  or  council  of  trade  unions,  as  the 
case  may  be,  and  upon  each  employer  in  the 
unit  of  employers  represented  by  the  ac- 
credited employers'  organization  at  the  time 
the  agreement  was  entered  into  and  upon  the 
other  employers  that  may  subsequently  be 
bound  by  the  said  agreement,  as  if  it  was  made 
between  each  of  the  employers  and  the  trade 
union  or  council  of  trade  unions  and,  if  any 
such  employer  ceases  to  be  represented  by  the 
accredited  employers'  organization  during  the 
term  of  operation  of  the  agreement,  the 
employer  shall,  for  the  remainder  of  the  term 
of  operation  of  the  agreement,  be  deemed  to  be 
a  party  to  a  like  agreement  with  the  trade 
union  or  council  of  trade  unions. 

(3)  A  collective  agreement  between  an  ac- 
credited employers'  organization  and  a  trade 
union  or  council  of  trade  unions  is  binding  on 
the  employees  in  the  bargaining  unit  defined  in 
the  agreement  of  any  employer  bound  by  the 
collective  agreement.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  131. 

139.  (1)  If  an  accredited  employers'  organi- 
zation does  not  make  a  collective  agreement 
with  the  trade  union  or  council  of  trade  unions, 
as  the  case  may  be,  within  one  year  after  its 
accreditation,  any  of  the  employers  in  the  unit 
of  employers  determined  in  the  accreditation 
certificate  may  apply  to  the  Board  only  during 
the  two  months  following  the  said  one  year  for 
a  declaration  that  the  accredited  employers' 
organization  no  longer  represents  the  employ- 
ers in  the  unit  of  employers. 

(2)  Any  of  the  employers  in  the  unit  of 
employers  defined  in  a  collective  agreement 
between  an  accredited  employers'  organization 
and  a  trade  union  or  council  of  trade  unions,  as 
the  case  may  be,  may  apply  to  the  Board  only 
during  the  last  two  months  of  its  operation  for 
a  declaration  that  the  accredited  employers' 
organization  no  longer  represents  the  employ- 
ers in  the  unit  of  employers. 

(3)  Upon  an  application  under  subsection 
(1)  or  (2),  the  Board  shall  ascertain, 


138.  (1)  Les  paragraphes  57  (1)  et  (2)  ne 
s'appliquent  pas  à  l'association  patronale  ac- 
créditée. 

(2)  La  convention  collective  conclue  entre 
l'association  patronale  accréditée  et  le  syndicat 
ou  le  conseil  de  syndicats,  sous  réserve  et  pour 
l'application  de  la  présente  loi,  lie  l'associa- 
tion patronale  accréditée  et  le  syndicat  ou  le 
conseil  de  syndicats,  selon  le  cas,  ainsi  que 
chacun  des  employeurs  faisant  alors  partie  de 
l'unité  représentée  par  l'association  patronale 
accréditée  ainsi  que  ceux  qui  peuvent  par  la 
suite  être  liés  par  cette  convention  comme  si 
elle  avait  été  conclue  entre  chacun  des  em- 
ployeurs et  le  syndicat  ou  le  conseil  de  syndi- 
cats. Si  l'employeur  cesse  d'être  représenté  par 
l'association  patronale  accréditée  pendant  que 
la  convention  est  toujours  en  vigueur,  il  est 
réputé,  jusqu'à  l'expiration  de  celle-ci,  partie  à 
une  convention  identique  avec  le  syndicat  ou 
le  conseil  de  syndicats. 


(3)  La  convention  collective  conclue  entre 
une  association  patronale  accréditée  et  un  syn- 
dicat ou  un  conseil  de  syndicats  lie  les  em- 
ployés compris  dans  l'unité  de  négociation  dé- 
finie dans  la  convention  collective  au  service 
de  tout  employeur  lié  par  cette  conven- 
tion. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  131. 

139.  (1)  Si  l'association  patronale  ne  con- 
clut pas  de  convention  collective  avec  le  syn- 
dicat ou  le  conseil  de  syndicats,  selon  le  cas, 
dans  l'année  qui  suit  son  accréditation,  tout 
employeur  compris  dans  l'unité  d'employeurs 
définie  dans  le  certificat  d'accréditation  ne 
peut  présenter  une  requête  à  la  Commission 
que  pendant  les  deux  mois  qui  suivent  cette 
année,  afin  d'obtenir  la  déclaration  selon  la- 
quelle l'association  ne  représente  plus  ces  em- 
ployeurs. 

(2)  Tout  employeur  compris  dans  l'unité 
d'employeurs  définie  dans  une  convention  col- 
lective conclue  entre  une  association  accrédi- 
tée d'employeurs  et  un  syndicat  ou  un  conseil 
de  syndicats,  selon  le  cas,  ne  peut  présenter 
une  requête  à  la  Commission  que  pendant  les 
deux  derniers  mois  de  l'application  de  la  con- 
vention, afin  d'obtenir  la  déclaration  selon  la- 
quelle l'association  ne  représente  plus  ces  em- 
ployeurs. 

(3)  Après  avoir  été  saisie  d'une  requête  pré- 
sentée en  vertu  du  paragraphe  (1)  ou  (2),  la 
Commission  vérifie  : 


Non-applica- 
tion des  par. 
57(1)  et  (2) 


Force  exécu- 
toire de  la 
convention 
collective  sur 
l'employeur 


Force  exé- 
cutoire de  la 
convention 
collective  sur 
les  employés 


Révocation 
de  l'accrédi- 
tation 


Idem 


Décision  de 
la  Commis- 
sion 


118 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Declaration 
by  Board 


Declaration 
of  termina- 
tion on 
abandonment 


Effect  of 
declaration 


(a)  the  number  of  employers  in  the  unit  of 
employers  on  the  date  of  the  making  of 
the  application; 

(b)  the  number  of  employers  in  the  unit  of 
employers  who,  within  the  two-month 
period  immediately  preceding  the  date 
of  the  making  of  the  application,  have 
voluntarily  signified  in  writing  that  they 
no  longer  wish  to  be  represented  by  the 
accredited  employers'  organization;  and 

(c)  the  number  of  employees  affected  by 
the  application  of  employers  in  the  unit 
of  employers  on  the  payroll  of  each 
employer  for  the  weekly  payroll  period 
immediately  preceding  the  date  of  the 
making  of  the  application  or  if,  in  the 
opinion  of  the  Board,  the  payroll  period 
is  unsatisfactory  for  any  one  or  more  of 
the  employers  in  clause  (a),  such  other 
weekly  payroll  period  for  any  one  or 
more  of  the  said  employers  as  the  Board 
considers  advisable.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  132(1-3). 

(4)  If  the  Board  is  satisfied, 

(a)  that  a  majority  of  the  employers  in 
clause  (3)  (a)  has  voluntarily  signified  in 
writing  that  they  no  longer  wish  to  be 
represented  by  the  accredited  employ- 
ers' organization;  and 

(b)  that  such  majority  of  employers 
employed  a  majority  of  the  employees 
in  clause  (3)  (c), 

the  Board  shall  declare  that  the  employers' 
organization  that  was  accredited  or  that  was  or 
is  a  party  to  the  collective  agreement,  as  the 
case  may  be,  no  longer  represents  the  employ- 
ers in  the  unit  of  employers.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  132  (4);  1993,  c.  27,  Sched. 

(5)  Upon  an  application  under  subsection 
(1)  or  (2),  when  the  employers'  organization 
informs  the  Board  that  it  does  not  desire  to 
continue  to  represent  the  employers  in  the  unit 
of  employers,  the  Board  may  declare  that  the 
employers'  organization  no  longer  represents 
the  employers  in  the  unit. 

(6)  Upon  the  Board  making  a  declaration 
under  subsection  (4)  or  (5), 

(a)  any  collective  agreement  in  operation 
between  the  trade  union  or  council  of 
trade  unions  and  the  employers'  organi- 
zation that  is  binding  upon  the  employ- 
ers in  the  unit  of  employers  ceases  to 
operate  forthwith; 

(b)  all  rights,  duties  and  obligations  under 
this  Act  of  the  employers'  organization 
revert  with  necessary  modifications  to 


a)  le  nombre  d'employeurs  compris  dans 
l'unité  d'employeurs  à  la  date  de  la  pré- 
sentation de  la  requête; 

b)  le  nombre  de  ces  employeurs  qui,  dans 
les  deux  mois  qui  précèdent  immédiate- 
ment la  date  de  la  présentation  de  la 
requête,  ont  signifié  librement  par  écrit 
qu'ils  ne  désirent  plus  être  représentés 
par  l'association  patronale  accréditée; 

c)  le  nombre  d'employés  visés  par  la  re- 
quête de  ces  employeurs  d'après  la 
feuille  de  paie  de  chacun  de  ces  em- 
ployeurs concernant  la  semaine  de  paie 
précédant  immédiatement  la  date  de  la 
requête  ou  si,  de  l'avis  de  la  Commis- 
sion, cette  période  de  paie  n'est  pas  ty- 
pique dans  le  cas  d'un  ou  de  plusieurs 
employeurs  visés  à  l'alinéa  a),  la  se- 
maine que  la  Commission  estime  oppor- 
tune pour  chaque  employeur.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  par.  132  (1)  à  (3). 

(4)  Si  la  Commission  est  convaincue  : 

a)  d'une  part,  qu'une  majorité  des  em- 
ployeurs visés  à  l'alinéa  (3)  a)  ont  signi- 
fié librement  par  écrit  qu'ils  ne  désirent 
plus  être  représentés  par  l'association 
patronale  accréditée; 

b)  d'autre  part,  que  cette  majorité  d'em- 
ployeurs employaient  une  majorité  des 
employés  visés  à  l'alinéa  (3)  c), 

la  Commission  déclare  que  l'association  patro- 
nale qui  était  accréditée  ou  qui  est  ou  était, 
selon  le  cas,  partie  à  la  convention  collective, 
ne  représente  plus  les  employeurs  compris 
dans  l'unité  d'employeurs.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  par.  132  (4);  1993,  chap.  27,  annexe. 

(5)  Si  en  réponse  à  la  requête  visée  au  para-  Déclaration 
graphe  (1)  ou  (2),  l'association  patronale  avise  évocation 
la  Commission  qu'elle  ne  veut  plus  représenter 

les  employeurs  compris  dans  l'unité  d'em- 
ployeurs, la  Commission  peut  faire  une  décla- 
ration en  ce  sens. 


Déclaration 
delà 

Commission 


(6)  À  la  déclaration  de  la  Commission  pré- 
vue au  paragraphe  (4)  ou  (5)  : 

a)  toute  convention  collective  en  vigueur 
entre  le  syndicat  ou  le  conseil  de  syndi- 
cats et  l'association  patronale  qui  lie  les 
employeurs  compris  dans  l'unité  d'em- 
ployeurs prend  fin  immédiatement; 

b)  les  droits,  devoirs  et  obligations  de  l'as- 
sociation patronale  en  vertu  de  la  pré- 
sente loi   reviennent,  avec  les  adapta- 


Effets  de  11 
déclaration 


Jched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


119 


Individual 
bargaining 
prohibited 


aving 


>uty  of  fair 
jpresenta- 
onby 
mployers' 

rganization 


Labour  Relations  Act,  1995 


the  individual  employers  represented  by 
the  employers'  organization;  and 

(c)  the  trade  union  or  council  of  trade 
unions,  as  the  case  may  be,  is  entitled  to 
give  to  any  employer  in  the  unit  of 
employers  a  written  notice  of  its  desire 
to  bargain  with  a  view  to  making  a  col- 
lective agreement,  and  the  notice  has 
the  same  effect  as  a  notice  under  section 
14.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  132  (5,  6). 

140.  (1)  No  trade  union  or  council  of  trade 
unions  that  has  bargaining  rights  for  employees 
of  employers  represented  by  an  accredited 
employers'  organization  and  no  such  employer 
or  person  acting  on  behalf  of  such  employer, 
trade  union  or  council  of  trade  unions  shall,  so 
long  as  the  accredited  employers'  organization 
continues  to  be  entitled  to  represent  the 
employers  in  a  unit  of  employers,  bargain  with 
each  other  with  respect  to  such  employees  or 
enter  into  a  collective  agreement  designed  or 
intended  to  be  binding  upon  such  employees 
and  if  any  such  agreement  is  entered  into  it  is 
void. 

(2)  No  trade  union  or  council  of  trade 
unions  that  has  bargaining  rights  for  employees 
of  employers  represented  by  an  accredited 
employers'  organization  and  no  such  employer 
or  person  acting  on  behalf  of  the  employer, 
trade  union  or  council  of  trade  unions  shall,  so 
long  as  the  accredited  employers'  organization 
continues  to  be  entitled  to  represent  the 
employers  in  a  unit  of  employers,  enter  into 
any  agreement  or  understanding,  oral  or  writ- 
ten, that  provides  for  the  supply  of  employees 
during  a  legal  strike  or  lock-out,  and  if  any 
such  agreement  or  understanding  is  entered 
into  it  is  void  and  no  such  trade  union  or  coun- 
cil of  trade  unions  or  person  shall  supply  such 
employees  to  the  employer. 

(3)  Nothing  in  this  Act  prohibits  an 
employer,  represented  by  an  accredited 
employers'  organization,  from  continuing  or 
attempting  to  continue  the  employer's  oper- 
ations during  a  strike  or  lock-out  involving 
employees  of  employers  represented  by  the  ac- 
credited employers'  organization.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  133. 

141.  An  accredited  employers'  organiza- 
tion, so  long  as  it  continues  to  be  entitled  to 
represent  employers  in  a  unit  of  employers, 
shall  not  act  in  a  manner  that  is  arbitrary,  dis- 
criminatory or  in  bad  faith  in  the  representa- 
tion of  any  of  the  employers  in  the  unit, 
whether  members  of  the  accredited  employers' 
organization  or  not.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  134. 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Négociation 
individuelle 
interdite 


tions  nécessaires,  à  chacun  de  ces  em- 
ployeurs; 

c)  le  syndicat  ou  le  conseil  de  syndicats, 
selon  le  cas,  a  le  droit  de  donner  à  cha- 
cun de  ces  employeurs  un  avis  écrit  de 
son  intention  de  négocier  en  vue  de  con- 
clure une  convention  collective,  et  cet 
avis  a  la  même  valeur  que  l'avis  prévu  à 
l'article  14.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
par.  132  (5)  et  (6). 

140.  (1)  Un  syndicat  ou  un  conseil  de  syn- 
dicats qui  a  le  droit  de  négocier  pour  le  compte 
des  employés  au  service  des  employeurs  repré- 
sentés par  une  association  patronale  accréditée 
et  ces  employeurs,  ou  quiconque  agit  pour  le 
compte  de  l'une  de  ces  parties,  n'ont  le  droit, 
tant  que  l'association  patronale  accréditée 
garde  sa  qualité  de  représentation,  de  négocier 
entre  eux  relativement  à  ces  employés  ni  de 
conclure  une  convention  collective  en  vue  de 
les  lier  et  une  pareille  convention,  si  elle  est 
conclue,  est  nulle. 


(2)  Un  syndicat  ou  un  conseil  de  syndicats   interdiction 
qui  a  le  droit  de  négocier  pour  le  compte  des  defoumirde 
employés  au  service  des  employeurs  représen-  d'œuvreau 
tés  par  une  association  patronale  accréditée,  et  cours  d'une 
ces   employeurs  ou   quiconque   agit   pour   le  ^ève,ouk 
compte  d'une  de  ces  parties,  n'ont  le  droit,  tant  0ut  légaux 
que  l'association  patronale  accréditée  garde  sa 
qualité  de  représentation,  de  conclure  une  con- 
vention ou  une  entente  verbale  ou  écrite  pré- 
voyant une  offre  de  main-d'œuvre  au  cours 
d'une  grève  ou  d'un  lock-out  légaux.  Pareille 
convention  ou  entente,  si  elle  est  conclue,  est 
nulle.  Le  syndicat,  le  conseil  de  syndicats  ou 
leur  mandataire  ne  fournit  pas  de  la  main- 
d'œuvre  à  l'employeur. 


(3)  La  présente  loi  n'a  pas  pour  effet  d'in-  Exception 
terdire  à  l'employeur  représenté  par  une  asso- 
ciation patronale  accréditée  de  continuer  ou  de 
tenter  de  continuer  d'exploiter  son  entreprise 
au  cours  d'une  grève  ou  d'un  lock-out  qui  im- 
plique des  employés  au  service  d'employeurs 
représentés  par  l'association  patronale.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  art.  133. 


141.  L'association  patronale  accréditée,  tant 
qu'elle  conserve  la  qualité  de  représenter  les 
employeurs  compris  dans  une  unité  d'em- 
ployeurs, ne  se  comporte  pas  de  façon  arbi- 
traire ou  discriminatoire,  ni  fait  preuve  de 
mauvaise  foi  dans  la  représentation  d'un  em- 
ployeur compris  dans  l'unité,  qu'il  soit  mem- 
bre ou  non  de  l'association  patronale  accrédi- 
tée. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  134. 


Obligation 
de  l'associa- 
tion patrona- 
le d'être 
impartiale 


1 20  Bill  7  labour  relations  and  employment  statute  law  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Membership 
in  employ- 
ers' organi- 
zation 


Fees 


Direction  by 
Board  re 
unlawful 
strike 


Direction  by 
Board  re 
unlawful 
lock-out 


Direction  by 
Board  re 
unlawful 
agreements 


142.  Membership  in  an  accredited  employ- 
ers' organization  shall  not  be  denied  or  termi- 
nated except  for  cause  which,  in  the  opinion  of 
the  Board,  is  fair  and  reasonable.  R.S.O.  1990, 
c.L.2,  s.  135. 

143.  An  accredited  employers'  organization 
shall  not  charge,  levy  or  prescribe  initiation 
fees,  dues  or  assessments  that,  in  the  opinion 
of  the  Board,  are  unreasonable  or  discrimina- 
tory. R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  136. 

144.  (1)  Where,  on  the  complaint  of  an 
interested  person,  trade  union,  council  of  trade 
unions  or  employers'  organization,  the  Board 
is  satisfied  that  a  trade  union  or  council  of 
trade  unions  called  or  authorized  or  threatened 
to  call  or  authorize  an  unlawful  strike  or  that 
an  officer,  official  or  agent  of  a  trade  union  or 
council  of  trade  unions  counselled  or  procured 
or  supported  or  encouraged  an  unlawful  strike 
or  threatened  an  unlawful  strike,  or  that 
employees  engaged  in  or  threatened  to  engage 
in  an  unlawful  strike  or  any  person  has  done  or 
is  threatening  to  do  any  act  that  the  person 
knows  or  ought  to  know  that,  as  a  probable  and 
reasonable  consequence  of  the  act,  another 
person  or  persons  will  engage  in  an  unlawful 
strike,  it  may  direct  what  action,  if  any,  a  per- 
son, employee,  employer,  employers'  organi- 
zation, trade  union  or  council  of  trade  unions 
and  their  officers,  officials  or  agents  shall  do  or 
refrain  from  doing  with  respect  to  the  unlawful 
strike  or  the  threat  of  an  unlawful  strike. 

(2)  Where,  on  the  complaint  of  an  interested 
person,  trade  union,  council  of  trade  unions  or 
employers'  organization,  the  Board  is  satisfied 
that  an  employer  or  employers'  organization 
called  or  authorized  or  threatened  to  call  or 
authorize  an  unlawful  lock-out  or  locked  out  or 
threatened  to  lock  out  employees  or  that  an 
officer,  official  or  agent  of  an  employer  or 
employers'  organization  counselled  or  pro- 
cured or  supported  or  encouraged  an  unlawful 
lock-out  or  threatened  an  unlawful  lock-out,  it 
may  direct  what  action  if  any  a  person, 
employee,  employer,  employers'  organization, 
trade  union  or  council  of  trade  unions  and  their 
officers,  officials  or  agents  shall  do  or  refrain 
from  doing  with  respect  to  the  unlawful  lock- 
out or  the  threat  of  an  unlawful  lock-out. 

(3)  Where,  on  the  complaint  of  an  interested 
person,  trade  union,  council  of  trade  unions, 
employers'  organization,  employee  bargaining 
agency  or  employer  bargaining  agency,  the 
Board  is  satisfied  that  a  person,  employee, 
trade  union,  council  of  trade  unions,  affiliated 
bargaining  agent,  employee  bargaining  agency, 
employer,  employers'  organization,  group  of 
employers'  organizations  or  employer  bargain- 
ing agency,  bargained  for,  attempted  to  bargain 
for,  or  concluded  any  collective  agreement  or 


142.  L'affiliation  à  une  association  patrona- 
le accréditée  n'est  ni  refusée  ni  révoquée,  sauf 
pour  un  motif  qui,  de  l'avis  de  la  Commission, 
est  juste  et  raisonnable.  L.R.O.  1990,  chap. 
L.2,  art.  135. 


Affiliation 
des  membres 
d'une 
association 
patronale 


143.  L'association      patronale      accréditée  Cotisations 
n'exige,   ne   prélève   ni    ne   prescrit   de   frais 
d'adhésion  ni  de  cotisations  qui,  de  l'avis  de  la 
Commission,    sont    excessifs   ou    discrimina- 
toires. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  136. 


Décision  de 
la  Commis- 
sion en  cas 
de  grève  illé- 
gale 


144.  (1)  À  la  suite  d'une  plainte  déposée 
par  un  syndicat,  un  conseil  de  syndicats,  une 
association  patronale  ou  un  autre  intéressé,  si 
la  Commission  est  convaincue  qu'un  syndicat 
ou  conseil  de  syndicats  a  ordonné  ou  autorisé 
une  grève  illégale  ou  menacé  de  ce  faire  ou 
qu'un  de  ses  dirigeants  ou  agents  a  recomman- 
dé, provoqué,  appuyé  ou  encouragé  une  grève 
illégale  ou  menacé  d'y  prendre  part,  que  des 
employés  y  ont  pris  part  ou  ont  menacé  de  ce 
faire  ou  qu'une  personne  a  accompli  ou  mena- 
cé d'accomplir  un  acte  dont  elle  sait  ou  devrait 
savoir  qu'il  entraînerait  probablement  une  ou 
plusieurs  autres  personnes  à  participer  à  une 
grève  illégale,  la  Commission  peut  décider  ce 
que  quiconque,  et  notamment  un  employé,  un 
employeur,  une  association  patronale,  un  syn- 
dicat, un  conseil  de  syndicats  et  leurs  diri- 
geants ou  agents  doivent  faire  ou  ne  pas  faire, 
le  cas  échéant,  à  l'égard  de  la  grève  illégale  ou 
de  la  menace  de  grève  illégale. 

(2)  A  la  suite  d'une  plainte  déposée  par  une 
personne  intéressée,  un  syndicat,  un  conseil  de 
syndicats  ou  une  association  patronale,  si  la 
Commission  est  convaincue  qu'un  employeur 
ou  une  association  patronale  a  ordonné  ou  au- 
torisé un  lock-out  illégal  ou  menacé  de  ce 
faire,  ou  qu'un  de  ses  dirigeants  ou  agents  a 
recommandé,  provoqué,  appuyé  ou  encouragé 
un  lock-out  illégal  ou  menacé  de  ce  faire,  elle 
peut  décider  ce  que  quiconque,  et  notamment 
un  employé,  un  employeur,  une  association  pa- 
tronale, un  syndicat,  un  conseil  de  syndicats  et 
leurs  dirigeants  ou  agents  doivent  faire  ou  ne 
pas  faire,  le  cas  échéant,  à  l'égard  du  lock-out 
illégal  ou  de  la  menace  de  lock-out  illégal. 


(3)  À  la  suite  d'une  plainte  déposée  par  une   Décision  de 
personne  intéressée,  un  syndicat,  un  conseil  de  lïCommi* 

r  .     ,  *  sionencas 

syndicats,  une  association  patronale,  un  orga-   deconvcn- 

nisme  négociateur  syndical  ou  un  organisme  tions  illiàni 
patronal  de  négociation,  si  la  Commission  est 
convaincue  qu'une  personne,  un  employé,  un 
syndicat,  un  conseil  de  syndicats,  un  agent  né- 
gociateur affilié,  un  organisme  négociateur 
syndical,  un  organisme  patronal  de  négocia- 
tion, un  employeur,  une  association  patronale, 
un  groupe  d'associations  patronales  ont  négo- 


Décision  dt 
la  Commis- 
sion en  cas 
de  lock-out 
illégal 


5ched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


121 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Filing  in 
court 


other  arrangement  affecting  employees  repre- 
sented by  affiliated  bargaining  agents  other 
than  a  provincial  agreement  as  contemplated 
by  subsection  162  (1),  it  may  direct  what 
action,  if  any,  a  person,  employee,  trade  union, 
council  of  trade  unions,  affiliated  bargaining 
agent,  employee  bargaining  agency,  employer, 
employers'  organization,  group  of  employers' 
organizations,  or  employer  bargaining  agency, 
shall  do  or  refrain  from  doing  with  respect  to 
the  bargaining  for,  the  attempting  to  bargain 
for,  or  the  concluding  of  a  collective  agree- 
ment or  other  arrangement  other  than  a  provin- 
cial agreement  as  contemplated  by  subsection 
162  (1).  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  137  (1-3) 

(4)  A  party  to  a  direction  made  under  this 
section  may  file  it,  excluding  the  reasons,  in 
the  prescribed  form  in  the  Ontario  Court  (Gen- 
eral Division)  and  it  shall  be  entered  in  the 
same  way  as  an  order  of  that  court  and  is 
enforceable  as  such.  1992,  c.  21,  s.  56. 


i Definitions         145.  (l)  In  sections  146  to  150, 

"constitution"  means  an  organizational  docu- 
ment governing  the  establishment  or  oper- 
ation of  a  trade  union  and  includes  a  charter 
and  by-laws  and  rules  made  under  a  consti- 
tution; ("acte  constitutif) 

"jurisdiction"  includes  geographic,  sectoral 
and  work  jurisdiction;  ("juridiction") 

"local  trade  union"  means,  in  relation  to  a 
parent  trade  union,  a  trade  union  in  Ontario 
that  is  affiliated  with  or  subordinate  or 
directly  related  to  the  parent  trade  union  and 
includes  a  council  of  trade  unions;  ("syndi- 
cat local") 

"parent  trade  union"  means  a  provincial, 
national  or  international  trade  union  which 
has  at  least  one  affiliated  local  trade  union  in 
Ontario  that  is  subordinate  or  directly 
related  to  it.  ("syndicat  parent") 


Conflict,  (2)  in  the  event  of  a  conflict  between  any 

provisions  of    provjsjon  jn  secti0ns  146  to  150  and  any  other 

provision  of  this  Act,  the  provisions  in  sections 

146  to  150  prevail. 


cié,  ont  tenté  de  négocier  ou  ont  conclu  une 
convention  collective  ou  une  autre  entente 
concernant  les  employés  représentés  par  des 
agents  négociateurs  affiliés  et  qui  n'est  pas  la 
convention  provinciale  visée  au  paragraphe 
162  (1),  elle  peut  décider  ce  que  les  personnes 
et  organismes  susmentionnés  doivent  faire  ou 
ne  pas  faire,  le  cas  échéant,  à  l'égard  de  la 
négociation,  la  tentative  de  négociation  ou  la 
conclusion  d'une  convention  collective  ou 
d'une  autre  entente,  à  l'exclusion  de  la  con- 
vention provinciale  visée  au  paragraphe  162 
(1).  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  137  (1)  à  (3). 


(4)  Une  partie  à  une  décision  rendue  en  ver- 
tu du  présent  article  peut  déposer  celle-ci  sans 
les  motifs  selon  la  formule  prescrite  à  la  Cour 
de  l'Ontario  (Division  générale).  Cette  déci- 
sion est  consignée  de  la  même  façon  qu'une 
ordonnance  de  la  Cour  et  est  exécutoire  au 
même  titre.  1992,  chap.  21,  art.  56. 

145.  (1)  Les  définitions  qui  suivent  s'appli- 
quent aux  articles  146  à  150. 

«acte  constitutif»  Document  organisationnel 
régissant  l'établissement  ou  le  fonctionne- 
ment d'un  syndicat.  S'entend  en  outre  d'une 
charte  ainsi  que  des  règlements  administra- 
tifs et  des  règles  adoptés  aux  termes  d'un 
acte  constitutif,  («constitution») 

«juridiction»  S'entend  notamment  de  la  juri- 
diction sur  les  plans  géographique  et  secto- 
riel, et  sur  le  plan  du  travail,  («jurisdiction») 

«syndicat  local»  Par  rapport  à  un  syndicat 
parent,  syndicat  en  Ontario  qui  est  affilié, 
subordonné  ou  directement  apparenté  à  un 
syndicat  parent.  S'entend  en  outre  d'un  con- 
seil de  syndicats,  («local  trade  union») 

«syndicat  parent»  Syndicat  provincial,  national 
ou  international  qui  compte  au  moins  un 
syndicat  local  affilié  en  Ontario  qui  lui  est 
subordonné  ou  directement  apparenté, 
(«parent  trade  union») 

(2)  Les  dispositions  des  articles  146  à  150 
prévalent  sur  les  autres  dispositions  incompati- 
bles de  la  présente  loi. 


Dépôt  à  la 
Cour 


Définitions 


Incompatibi- 
lité avec  les 
dispositions 
de  la  Loi 


Same,  trade 

union 

■constitution 


Application 


(3)  In  the  event  of  a  conflict  between  any 
provision  in  sections  146  to  150  and  any  provi- 
sion in  the  constitution  of  a  trade  union,  the 
provisions  in  sections  146  to  150  prevail.  1993, 
c.  36,  s.  I,  part. 

146.  (1)  This  section  applies  with  respect  to 
employees  in  a  bargaining  unit  in  the  construc- 
tion industry  other  than  in  the  industrial,  com- 


(3)  Les  dispositions  des  articles  146  à  150  idem,  acte 

prévalent  sur  les  dispositions  incompatibles  de  j?"^utut 

l'acte  constitutif  d'un  syndicat.     1993,  chap,  syndicat 
36,  art.  1 ,  en  partie. 

146.  (1)  Le    présent    article    s'applique    à  Champ 
l'égard  d'employés  compris  dans  une  unité  de      app  lcaUon 
négociation  au  sein  de  l'industrie  de  la  cons- 
truction, ailleurs  que  dans  le  secteur  indus- 


122  Bill  7  LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  statute  law  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Bargaining 
rights 


Party  to  the 

collective 

agreement 


Council 


Rules  of 

operation, 

etc. 


Compliance 


Jurisdiction 
of  the  local 
trade  union 


Notice 


Determina- 
tion of  just 
cause 


mercial  and  institutional  sector  referred  to  in 
the  definition  of  "sector"  in  section  126. 

(2)  If  a  parent  trade  union  is  the  bargaining 
agent  for  employees  described  in  subsection 
(1),  each  of  its  local  trade  unions  is  deemed  to 
be  bargaining  agent,  together  with  the  parent 
trade  union,  for  employees  in  the  bargaining 
unit  within  the  jurisdiction  of  the  local  trade 
union. 

(3)  If  a  parent  trade  union  is  a  party  to  a 
collective  agreement  that  applies  to  employees 
described  in  subsection  (1),  the  local  trade 
union  is  deemed  to  be  a  party,  together  with 
the  parent  trade  union,  to  the  collective  agree- 
ment with  respect  to  the  jurisdiction  of  the 
local  trade  union. 

(4)  The  Minister  may,  upon  such  conditions 
as  the  Minister  considers  appropriate,  require  a 
parent  trade  union  and  its  local  trade  unions  to 
form  a  council  of  trade  unions  for  the  purpose 
of  conducting  bargaining  and  concluding  a  col- 
lective agreement, 

(a)  if  an  affected  local  trade  union,  parent 
trade  union  or  employer  requests  the 
Minister  to  do  so;  and 

(b)  if  the  Minister  considers  that  doing  so  is 
necessary  to  resolve  a  disagreement 
between  a  parent  trade  union  and  a  local 
trade  union  concerning  conducting  bar- 
gaining or  concluding  a  collective 
agreement. 

(5)  The  Minister  may  make  rules  governing 
the  formation  or  operation  of  the  council  of 
trade  unions,  including  the  ratification  of  col- 
lective agreements,  if  the  parent  trade  union 
and  the  local  trade  unions  do  not  make  their 
own  rules  within  60  days  after  the  Minister's 
decision  under  subsection  (4). 

(6)  The  parent  trade  union  and  the  local 
trade  unions  shall  comply  with  rules  made  by 
the  Minister.  1993,  c.  36,  s.  \,part. 

147.  (1)  A  parent  trade  union  shall  not, 
without  just  cause,  alter  the  jurisdiction  of  a 
local  trade  union  as  the  jurisdiction  existed  on 
May  1,  1992,  whether  it  was  established  under 
a  constitution  or  otherwise. 

(2)  The  parent  trade  union  shall  give  the 
local  trade  union  written  notice  of  an  alteration 
at  least  15  days  before  it  comes  into  effect. 

(3)  On  an  application  relating  to  this  sec- 
tion, the  Board  shall  consider  the  following 
when  deciding  whether  there  is  just  cause  for 
an  alteration: 


triel,  commercial  et  institutionnel  visé  à  la  dé- 
finition de  «secteur»  à  l'article  126. 

(2)  Si  un  syndicat  parent  est  l'agent  négo-   Droit  de 
ciateur  d'employés  visés  au  paragraphe  (1),  né&°c'er 
chacun  de  ses  syndicats  locaux  est  réputé  être 
l'agent  négociateur,  avec  le  syndicat  parent, 
d'employés  compris  dans  l'unité  de  négocia- 
tion  relevant   de   la  juridiction   du   syndicat 

local. 

(3)  Si  un  syndicat  parent  est  partie  à  une  Partie  à  u 
convention  collective  qui  s'applique  à  des  em-  ^|^"°" 
ployés  visés  au  paragraphe  (1),  le  syndicat 
local  est  réputé  être  partie,  avec  le  syndicat 
parent,  à  la  convention  collective  en  ce  qui 
concerne  la  juridiction  du  syndicat  local. 


(4)  Le  ministre  peut,  aux  conditions  qu'il 
estime  appropriées,  exiger  qu'un  syndicat 
parent  et  ses  syndicats  locaux  forment  un  con- 
seil de  syndicats  pour  qu'il  procède  à  des  né- 
gociations et  qu'il  conclue  une  convention  col- 
lective si  : 

a)  d'une  part,  un  syndicat  local,  syndicat 
parent  ou  employeur  visé  le  lui 
demande; 

b)  d'autre  part,  le  ministre  estime  qu'il  est 
nécessaire  de  ce  faire  pour  résoudre  un 
désaccord  entre  un  syndicat  parent  et  un 
syndicat  local  pour  ce  qui  est  de  procé- 
der à  des  négociations  ou  de  conclure 
une  convention  collective. 

(5)  Le  ministre  peut  établir  des  règles  régis- 
sant la  formation  ou  le  fonctionnement  du  con- 
seil de  syndicats,  y  compris  la  ratification  de 
conventions  collectives,  si  le  syndicat  parent  et 
les  syndicats  locaux  n'établissent  pas  leurs 
propres  règles  dans  les  60  jours  qui  suivent  la 
prise  d'une  décision  par  le  ministre  aux  termes 
du  paragraphe  (4). 

(6)  Le  syndicat  parent  et  les  syndicats  lo- 
caux doivent  se  conformer  aux  règles  établies 
par  le  ministre.  1993,  chap.  36,  art.  1,  en  par- 
tie. 

147.  (1)  Un  syndicat  parent  ne  doit  pas, 
sans  motif  valable,  modifier  la  juridiction  d'un 
syndicat  local,  telle  qu'elle  existait  au  1er  mai 
1992,  qu'elle  ait  été  établie  aux  termes  d'un 
acte  constitutif  ou  autrement. 

(2)  Le  syndicat  parent  donne  au  syndicat 
local  un  avis  écrit  de  la  modification  au  moins 
1 5  jours  avant  son  entrée  en  vigueur. 

(3)  Sur  requête  concernant  le  présent  arti- 
cle, la  Commission  prend  en  considération  les 
éléments  suivants  lorsqu'elle  décide  si  une 
modification  est  fondée  sur  un  motif  valable  : 


Conseil 


Règles  c 

fonctio 

ment 


Conformité 


Juridiction 
du  syndicat 
local 


Avis 


Éléments 
concernant  le 
motif  valable 


1 .  The  trade  union  constitution. 


1 .  L'acte  constitutif  du  syndicat. 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Labour  Relations  Act,  1995 


Projet  7 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


123 


Same 


Complaint 


Applica 


Jrovince- 

*ide 

agreements 


nterference 

tith  the 
cal  trade 
inion 


>ame. 

ifficials  and 
Members 


toard 

/owers 


2.  The  ability  of  the  local  trade  union  to 
carry  out  its  duties  under  this  Act. 

3.  The  wishes  of  the  members  of  the  local 
trade  union. 

4.  Whether  the  alteration  would  facilitate 
viable  and  stable  collective  bargaining 
without  causing  serious  labour  relations 
problems. 

(4)  The  Board  is  not  bound  by  the  trade 
union  constitution  when  deciding  whether 
there  is  just  cause  for  an  alteration. 

(5)  If  a  local  trade  union  makes  a  complaint 
to  the  Board  concerning  the  alteration  of  its 
jurisdiction  by  a  parent  trade  union,  the  altera- 
tion shall  be  deemed  not  to  have  been  effective 
until  the  Board  disposes  of  the  matter.  1993, 
c.  36,  s.  \,part. 

148.  (1)  This  section  applies  if,  on  May  1, 
1992, 

(a)  a  parent  trade  union  was  party  to  a  col- 
lective agreement  whose  geographic 
scope  included  the  province  and  which 
applied  to  employees  described  in  sub- 
section 146  (1);  or 

(b)  a  parent  trade  union  had  given  notice  to 
bargain  for  the  renewal  of  such  a  collec- 
tive agreement. 

(2)  Sections  146  and  147  do  not  operate  to 
authorize  a  local  trade  union  to  enter  into  a 
separate  collective  agreement  or  a  separate 
renewal  collective  agreement  or  to  alter  the 
geographic  scope  of  the  collective  agreement. 
1993,  c.  36,  s.  I, part. 

149.  (1)  A  parent  trade  union  or  a  council 
of  trade  unions  shall  not,  without  just  cause, 
assume  supervision  or  control  of  or  otherwise 
interfere  with  a  local  trade  union  directly  or 
indirectly  in  such  a  way  that  the  autonomy  of 
the  local  trade  union  is  affected. 


(2)  A  parent  trade  union  or  a  council  of 
trade  unions  shall  not,  without  just  cause, 
remove  from  office,  change  the  duties  of  an 
elected  or  appointed  official  of  a  local  trade 
union  or  impose  a  penalty  on  such  an  official 
or  on  a  member  of  a  local  trade  union. 

(3)  On  an  application  relating  to  this  sec- 
tion, when  deciding  whether  there  is  just 
cause,  the  Board  shall  consider  the  trade  union 
constitution  but  is  not  bound  by  it  and  shall 
consider  such  other  factors  as  it  considers 
appropriate. 


2.  La  capacité  du  syndicat  local  de  remplir 
les  obligations  que  lui  confère  la  pré- 
sente loi. 

3.  Les  désirs  des  membres  du  syndicat 
local. 

4.  La  question  de  savoir  si  la  modification 
faciliterait  une  négociation  collective 
viable  et  stable  sans  causer  de  graves 
problèmes  au  niveau  des  relations  de 
travail. 

(4)  La  Commission  n'est  pas  liée  par  l'acte  'dem 
constitutif  du  syndicat  lorsqu'elle  décide  si  une 
modification  est  fondée  sur  un  motif  valable. 


(5)  Si  un  syndicat  local  présente  une  plainte 
à  la  Commission  au  sujet  de  la  modification  de 
sa  juridiction  par  un  syndicat  parent,  la  modi- 
fication est  réputée  ne  pas  être  entrée  en  vi- 
gueur tant  que  la  Commission  n'a  pas  statué 
sur  la  question.  1993,  chap.  36,  art.  1,  en  par- 
tie. 

148.  (1)  Le  présent  article  s'applique  si,  au 
1er  mai  1992,  selon  le  cas  : 

a)  un  syndicat  parent  était  partie  à  une  con- 
vention collective  dont  l'étendue  géo- 
graphique comprenait  la  province  et  qui 
s'appliquait  aux  employés  visés  au  para- 
graphe 146  (1); 

b)  un  syndicat  parent  avait  donné  un  avis 
d'intention  de  négocier  en  vue  de  renou- 
veler une  telle  convention  collective. 

(2)  Les  articles  146  et  147  n'ont  pas  pour 
effet  d'autoriser  un  syndicat  local  à  conclure 
une  convention  collective  distincte,  à  renouve- 
ler séparément  la  convention  collective  ou  à 
modifier  l'étendue  géographique  de  la  conven- 
tion collective.  1993,  chap.  36,  art.  1,  en  par- 
tie. 

149.  (1)  Un  syndicat  parent  ou  un  conseil 
de  syndicats  ne  doit  pas,  sans  motif  valable, 
assumer  directement  ou  indirectement  la 
supervision  ou  le  contrôle  d'un  syndicat  local, 
ni  entraver  autrement  celui-ci  d'une  manière 
directe  ou  indirecte,  de  façon  à  porter  atteinte 
à  son  autonomie. 

(2)  Un  syndicat  parent  ou  un  conseil  de  syn- 
dicats ne  doit  pas,  sans  motif  valable,  destituer 
un  dirigeant  élu  ou  désigné  d'un  syndicat  local 
ni  modifier  ses  fonctions,  ni  imposer  une  peine 
à  un  tel  dirigeant  ou  à  un  membre  d'un  syndi- 
cat local. 

(3)  Sur  requête  concernant  le  présent  arti- 
cle, la  Commission,  lorsqu'elle  décide  s'il  y  a 
un  motif  valable,  prend  en  considération  l'acte 
constitutif  du  syndicat,  mais  elle  n'est  pas  liée 
par  celui-ci  et  prend  en  considération  les  autres 
facteurs  qu'elle  estime  appropriés. 


Plainte 


Champ 
d'application 


Conventions 
à  l'échelle  de 
la  province 


Entrave  du 

syndicat 

local 


Idem,  diri- 
geants et 
membres 


Pouvoirs  de 
la  Commis- 
sion 


124 


Orders  when 
just  cause 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  / 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Administra- 
tion of  bene- 
fit plans 


Same,  more 
than  one 
local  trade 
union 


Same, 
members 
outside 
Ontario 


Effect  of 
agreement 


Appointment 
process 


Definition 


(4)  If  the  Board  determines  that  an  action 
described  in  subsection  (  1  )  was  taken  with  just 
cause,  the  Board  may  make  such  orders  and 
give  such  directions  as  it  considers  appropri- 
ate, including  orders  respecting  the  continua- 
tion of  supervision  or  control  of  the  local  trade 
union.  1993,  c.  36,  s.  I, part. 

150.  (1)  If  benefits  are  provided  under  an 
employment  benefit  plan  primarily  to  members 
of  one  local  trade  union  or  to  their  dependants 
or  beneficiaries,  the  local  trade  union  is  enti- 
tled to  appoint  at  least  a  majority  of  the  trus- 
tees who  administer  the  plan,  excluding  the 
trustees  who  are  appointed  by  employers. 


(2)  If  benefits  are  provided  under  such  a 
plan  primarily  to  members  of  more  than  one 
local  trade  union  or  to  their  dependants  or 
beneficiaries,  those  local  trade  unions  are  enti- 
tled together  to  appoint  at  least  a  majority  of 
the  trustees  who  administer  the  plan,  excluding 
the  trustees  who  are  appointed  by  employers. 

(3)  If,  in  the  circumstances  described  in 
subsection  (2),  benefits  are  provided  to  mem- 
bers outside  of  Ontario  or  to  their  dependants 
or  beneficiaries,  the  local  trade  unions  are  enti- 
tled together  to  appoint  that  proportion  of  the 
trustees  (excluding  trustees  appointed  by 
employers)  that  corresponds  to  the  proportion 
that  the  members  in  Ontario  of  the  local  trade 
unions  bear  to  the  total  number  of  members 
participating  in  the  plan. 

(4)  Subsections  (1),  (2)  and  (3)  apply 
despite  any  provision  to  the  contrary  in  any 
agreement  or  other  document. 

(5)  Unless  otherwise  agreed  by  the  inter- 
ested local  trade  unions,  the  appointment  of 
trustees  under  subsection  (2)  or  (3)  shall  be 
determined  by  a  majority  vote  of  those  local 
trade  unions  voting,  with  each  local  trade 
union  being  entitled  to  cast  a  single  ballot. 

(6)  In  this  section, 

"employment  benefit  plan"  means  a  plan  that 
provides  any  type  of  benefit  to  an  individual 
or  his  or  her  dependants  or  beneficiaries 
because  of  the  individual's  employment  or 
his  or  her  membership  in  a  trade  union  and 
includes  a  pension  plan  or  another  arrange- 
ment whereby  money  is  contributed  by  or  on 
behalf  of  the  individual  for  retirement  pur- 
poses. 1993,  c.  36,  s.  2,  part. 


(4)  Si  la  Commission  décide  qu'une  mesure  Ordonnant*; 
visée  au  paragraphe  (1)  a  été  prise  avec  motif  valable1™" 
valable,  elle  peut  rendre  les  ordonnances  et 
donner  les  directives  qu'elle  estime  appro- 
priées, notamment  des  ordonnances  relatives 
au  maintien  de  la  supervision  ou  du  contrôle 
du  syndicat  local.  1993,  chap.  36,  art.  1,  en 
partie. 

150.  (1)  Si,  aux  termes  d'un  régime 
d'avantages  rattachés  à  l'emploi,  des  avan- 
tages sont  offerts  principalement  aux  membres 
d'un  syndicat  local  ou  aux  personnes  à  leur 
charge  ou  à  leurs  bénéficiaires,  le  syndicat 
local  a  le  droit  de  désigner  au  moins  la  majori- 
té des  fiduciaires  chargés  d'administrer  le  ré- 
gime, à  l'exclusion  des  fiduciaires  qui  sont 
désignés  par  les  employeurs. 

(2)  Si  des  avantages  sont  offerts  aux  termes 
d'un  tel  régime  principalement  aux  membres 
de  plus  d'un  syndicat  local  ou  aux  personnes  à 
leur  charge  ou  à  leurs  bénéficiaires,  ces  syndi- 
cats locaux  ont  le  droit  ensemble  de  désigner 
au  moins  la  majorité  des  fiduciaires  chargés 
d'administrer  le  régime,  à  l'exclusion  des  fidu- 
ciaires qui  sont  désignés  par  les  employeurs. 

(3)  Si,  dans  les  circonstances  décrites  au  pa- 
ragraphe (2),  des  avantages  sont  offerts  aux 
membres  de  l'extérieur  de  l'Ontario  ou  aux 
personnes  à  leur  charge  ou  à  leurs  bénéfi- 
ciaires, les  syndicats  locaux  ont  le  droit  ensem- 
ble de  désigner  la  proportion  des  fiduciaires  (à 
l'exclusion  des  fiduciaires  qui  sont  désignés 
par  les  employeurs)  qui  correspond  au  rapport 
entre  le  nombre  de  membres  en  Ontario  des 
syndicats  locaux  et  le  nombre  total  de  mem- 
bres qui  participent  au  régime. 

(4)  Les  paragraphes  (1),  (2)  et  (3)  s'appli- 
quent malgré  toute  disposition  contraire  d'une 
convention  ou  d'un  autre  document. 


Idem,  plut 
d'un 
syndicat 
local 


Effet  d'une 
convention 


(5)  Sauf  si  les  syndicats  locaux  intéressés  en  Processusd 
conviennent  autrement,  la  désignation  de  fidu-  ^'S"8"0" 
ciaires  prévue  au  paragraphe  (2)  ou  (3)  se  fait  à 

la  majorité  des  voix  des  syndicats  locaux  inté- 
ressés qui  votent,  chacun  d'eux  n'ayant  droit 
qu'à  une  voix. 

(6)  La  définition  qui  suit  s'applique  au  pré-   Définition 
sent  article. 

«régime  d'avantages  rattachés  à  l'emploi» 
S'entend  d'un  régime  qui  offre  tous  genres 
d'avantages  à  un  particulier  ou  aux  per- 
sonnes à  sa  charge  ou  à  ses  bénéficiaires  en 
raison  de  l'emploi  du  particulier  ou  de  son 
adhésion  à  un  syndicat.  S'entend  en  outre 
d'un  régime  de  retraite  ou  d'un  autre 
arrangement  selon  lequel  des  sommes  sont 
versées  par  le  particulier  ou  pour  son  compte 
à  des  fins  de  retraite.  1993,  chap.  36,  art.  2, 
en  partie. 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


125 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Province- Wide  Bargaining 

Definitions  151.  (1)  In  this  section  and  in  sections  144 

and  152  to  168, 


"affiliated  bargaining  agent"  means  a  bargain- 
ing agent  that,  according  to  established  trade 
union  practice  in  the  construction  industry, 
represents  employees  who  commonly  bar- 
gain separately  and  apart  from  other 
employees  and  is  subordinate  or  directly 
related  to,  or  is,  a  provincial,  national  or 
international  trade  union,  and  includes  an 
employee  bargaining  agency;  ("agent  négo- 
ciateur affilié") 

"bargaining",  except  when  used  in  reference  to 
an  affiliated  bargaining  agent,  means  prov- 
ince-wide, multi-employer  bargaining  in  the 
industrial,  commercial  and  institutional  sec- 
tor of  the  construction  industry  referred  to  in 
the  definition  of  "sector"  in  section  126; 
("négociation") 

"employee  bargaining  agency"  means  an  orga- 
nization of  affiliated  bargaining  agents  that 
are  subordinate  or  directly  related  to  the 
same  provincial,  national  or  international 
trade  union,  and  that  may  include  the  parent 
or  related  provincial,  national  or  interna- 
tional trade  union,  formed  for  purposes  that 
include  the  representation  of  affiliated  bar- 
gaining agents  in  bargaining  and  which  may 
be  a  single  provincial,  national  or  interna- 
tional trade  union;  ("organisme  négociateur 
syndical") 

"employer  bargaining  agency"  means  an 
employers'  organization  or  group  of 
employers'  organizations  formed  for  pur- 
poses that  include  the  representation  of 
employers  in  bargaining;  ("organisme  négo- 
ciateur patronal") 

"provincial  agreement"  means  an  agreement  in 
writing  covering  the  whole  of  the  Province 
of  Ontario  between  a  designated  or  ac- 
credited employer  bargaining  agency  that 
represents  employers,  on  the  one  hand,  and  a 
designated  or  certified  employee  bargaining 
agency  that  represents  affiliated  bargaining 
agents,  on  the  other  hand,  containing  provi- 
sions respecting  terms  or  conditions  of 
employment  or  the  rights,  privileges  or 
duties  of  the  employer  bargaining  agency, 
the  employers  represented  by  the  employer 
bargaining  agency  and  for  whose  employees 
the  affiliated  bargaining  agents  hold  bargain- 
ing rights,  the  affiliated  bargaining  agents 
represented  by  the  employee  bargaining 
agency,  or  the  employees  represented  by  the 
affiliated  bargaining  agents  and  employed  in 
the  industrial,  commercial  and  institutional 


NÉGOCIATIONS  À  L'ÉTENDUE  DE  LA  PROVINCE 

151.  (1)  Les  définitions  qui  suivent  s'appli-   Définitions 
quent  au  présent  article,  à  l'article  144  et  aux 
articles  152  à  168. 

«agent  négociateur  affilié»  Agent  négociateur 
qui,  suivant  une  pratique  syndicale  bien  éta- 
blie dans  l'industrie  de  la  construction,  re- 
présente des  employés  qui  habituellement 
négocient  séparément  et  indépendamment 
des  autres  employés  et  qui  est  un  syndicat 
provincial,  national  ou  international  ou  lui 
est  subordonné  ou  apparenté.  S'entend  en 
outre  d'un  organisme  négociateur  syndical, 
(«affiliated  bargaining  agent») 

«convention  provinciale»  Convention  écrite 
applicable  à  l'ensemble  de  la  province  de 
l'Ontario  conclue  entre  un  organisme  négo- 
ciateur patronal  désigné  ou  accrédité  qui  re- 
présente les  employeurs,  d'une  part,  et  un 
organisme  négociateur  syndical  désigné  ou 
accrédité  qui  représente  les  agents  négocia- 
teurs affiliés,  d'autre  part,  et  qui  contient  des 
dispositions  portant  sur  les  conditions  d'em- 
ploi ou  sur  les  droits,  privilèges  ou  obliga- 
tions de  l'organisme  négociateur  patronal, 
des  employeurs  représentés  par  un  orga- 
nisme négociateur  patronal  et  qui  ont  à  leur 
service  des  employés  pour  qui  les  agents 
négociateurs  affiliés  ont  le  droit  de  négocier, 
des  agents  négociateurs  affiliés  représentés 
par  l'organisme  négociateur  syndical  ou  des 
employés  représentés  par  les  agents  négocia- 
teurs affiliés  et  qui  sont  employés  dans  le 
secteur  industriel,  commercial  et  institution- 
nel de  l'industrie  de  la  construction  visé  à  la 
définition  du  terme  «secteur»  qui  figure  à 
l'article  126.  («provincial  agreement») 

«négociation»  Négociation  multipatronale  à 
l'étendue  de  la  province  dans  le  secteur  in- 
dustriel, commercial  et  institutionnel  de  l'in- 
dustrie de  la  construction  visé  à  la  définition 
du  terme  «secteun>  qui  figure  à  l'article  126, 
sauf  si  ce  mot  est  employé  par  rapport  à  un 
agent  négociateur  affilié,  («bargaining») 

«organisme  négociateur  patronal»  Association 
ou  groupe  d'associations  patronales  consti- 
tuées à  des  fins  qui  comprennent  celle  de 
représenter  les  employeurs  dans  les  négocia- 
tions, («employer  bargaining  agency») 

«organisme  négociateur  syndical»  Association 
d'agents  négociateurs  affiliés  qui  sont  subor- 
donnés ou  directement  apparentés  au  même 
syndicat  provincial,  national  ou  interna- 
tional, ce  qui  peut  comprendre  le  syndicat 
provincial,  national  ou  international  parent 
ou  apparenté,  constitué  à  des  fins  qui  com- 
prennent le  rôle  de  représentants  confié  aux 
agents  négociateurs  affiliés  dans  les  négocia- 


126 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Deemed 
recognition 
of  affiliated 
bargaining 
agents 


Conflict 


Designation 
by  Minister 


Exclusion  of 
certain 
bargaining 
relationships 


sector  of  the  construction  industry  referred 
to  in  the  definition  of  "sector"  in  section 
126.  ("convention  provinciale")  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  139  (1);  1991,  c.  56,  s.  1; 
1993,  c.  27,  Sched. 

(2)  Where  an  employer  is  represented  by  a 
designated  or  accredited  employer  bargaining 
agency,  the  employer  shall  be  deemed  to  have 
recognized  all  of  the  affiliated  bargaining 
agents  represented  by  a  designated  or  certified 
employee  bargaining  agency  that  bargains  with 
the  employer  bargaining  agency  as  the  bar- 
gaining agents  for  the  purpose  of  collective 
bargaining  in  their  respective  geographic  juris- 
dictions in  respect  of  the  employees  of  the 
employer  employed  in  the  industrial,  commer- 
cial or  institutional  sector  of  the  construction 
industry,  referred  to  in  the  definition  of  "sec- 
tor" in  section  126,  except  those  employees  for 
whom  a  trade  union  other  than  one  of  the 
affiliated  bargaining  agents  holds  bargaining 
rights.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  139  (2);  1993, 
c.  27,  Sched. 

152.  Where  there  is  conflict  between  any 
provision  in  sections  153  to  167  and  any  provi- 
sion in  sections  7  to  63  and  68  to  144,  the 
provisions  in  sections  153  to  167  prevail. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  140,  amended. 

153.  (1)  The  Minister  may,  upon  such 
terms  and  conditions  as  the  Minister  considers 
appropriate, 

(a)  designate  employee  bargaining  agencies 
to  represent  in  bargaining  provincial 
units  of  affiliated  bargaining  agents,  and 
describe  those  provincial  units; 

(b)  despite  an  accreditation  of  an  employ- 
ers' organization  as  the  bargaining  agent 
of  employers,  designate  employer  bar- 
gaining agencies  to  represent  in  bargain- 
ing provincial  units  of  employers  for 
whose  employees  affiliated  bargaining 
agents  hold  bargaining  rights,  and 
describe  those  provincial  units. 


(2)  Where  affiliated  bargaining  agents  that 
are  subordinate  or  directly  related  to  the  differ- 
ent provincial,  national  or  international  trade 
unions  bargain  as  a  council  of  trade  unions 
with  a  single  employer  bargaining  agency  for  a 
province-wide  collective  agreement,  the  Min- 
ister may  exclude  such  bargaining  relation- 
ships from  the  designations  made  under  sub- 
section (1),  and  subsection  162  (2)  shall  not 
apply  to  such  exclusion. 


tions  et  qui  peut  être  un  seul  syndicat  pro- 
vincial, national  ou  international, 
(«employee  bargaining  agency»)  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  par.  139  (1);  1991,  chap. 
56,  art.  1;  1993,  chap.  27,  annexe. 

(2)  S'il  est  représenté  par  un  organisme  né-   Reconnais- 
gociateur  patronal  désigné  ou  accrédité,  l'em-  ^cae„^"tée 
ployeur    est    réputé    avoir    reconnu    tous    les   négociateurs    j 
agents  négociateurs  affiliés  représentés  par  un   affiliés 
organisme  négociateur  syndical   accrédité  ou 
désigné  qui  négocient  avec  cet  organisme  en 
qualité  d'agents  négociateurs  aux  fins  des  né- 
gociations  collectives   qui    se   tiennent   dans 
leurs    régions    géographiques    respectives    à 
l'égard  des  employés  de  cet  employeur  qui 
sont  employés  dans  le  secteur  industriel,  com- 
mercial ou  institutionnel  de  l'industrie  de  la 
construction  visé  à  la  définition  du  terme  «sec- 
teur» qui  figure  à  l'article  126,  à  l'exception 
de  ceux  pour  qui  un  syndicat  qui  n'est  pas  un 
agent  négociateur  affilié  a  le  droit  de  négo- 
cier. L.R.O.    1990,   chap.   L.2,   par.    139   (2); 
1993,  chap.  27,  annexe. 

152.  Les  dispositions  des  articles  153  à  167   incompatibi- 
prévalent   sur   les   dispositions   incompatibles  hlé 
des  articles  7  à  63  et  68  à  144.    L.R.O.  1990, 
chap.  L.2,  art.  140,  modifié. 

153.  (1)  Le  ministre  peut,  aux  conditions   Désignation 
qu'il  juge  opportunes  :  du  ministre 

a)  désigner  des  organismes  négociateurs 
syndicaux  pour  représenter  dans  les  né- 
gociations collectives  des  unités  provin- 
ciales d'agents  négociateurs  affiliés,  et 
définir  ces  unités  provinciales; 

b)  désigner,  malgré  l'accréditation  d'une 
association  patronale  comme  agent  né- 
gociateur des  employeurs,  des  orga- 
nismes négociateurs  patronaux  pour  re- 
présenter dans  les  négociations 
collectives  des  unités  provinciales  d'em- 
ployeurs dont  les  employés  sont  repré- 
sentés par  des  agents  négociateurs  syn- 
dicaux affiliés,  et  définir  ces  unités 
provinciales. 

(2)  Si  des  agents  négociateurs  affiliés,  qui 
sont  subordonnés  ou  directement  apparentés  à 
des  syndicats  provinciaux,  nationaux  ou  inter- 
nationaux différents,  négocient  à  titre  de  con- 
seil de  syndicats  avec  un  seul  organisme  négo- 
ciateur patronal  en  vue  d'en  arriver  à  une 
convention  collective  provinciale,  le  ministre 
peut  exclure  ces  négociations  de  celles  qui  sont 
désignées  en  vertu  du  paragraphe  (  1  ).  Le  para- 
graphe 162  (2)  ne  s'applique  pas  à  cette  exclu- 
sion. 


Exclusions 
de  certains 
types  de 
négociation 


Sched/annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


127 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Minister  may 

convene 

conference 


Reference  of 
question 


Minister  may 
alter,  etc., 
designation 


Non-applica- 
tion 


Application 
to  Board  by 
employee 
bargaining 
agency 


Certification 
by  Board 


Application 
to  Board  by 
employer 
bargaining 
agency 


;  Accredit- 
ation by 
Board 


(3)  Where  a  designation  is  not  made  by  the 
Minister  of  an  employee  bargaining  agency  or 
an  employer  bargaining  agency  under  subsec- 
tion (1)  within  60  days  after  October  27,  1977, 
the  Minister  may  convene  a  conference  of 
trade  unions,  councils  of  trade  unions,  employ- 
ers and  employers'  organizations,  as  the  case 
may  be,  for  the  purpose  of  obtaining  recom- 
mendations with  respect  to  the  making  of  a 
designation. 

(4)  The  Minister  may  refer  to  the  Board  any 
question  that  arises  concerning  a  designation, 
or  any  terms  or  conditions  therein,  and  the 
Board  shall  report  to  the  Minister  its  decision 
on  the  question. 

(5)  Subject  to  sections  154  and  155,  the 
Minister  may  alter,  revoke  or  amend  any  des- 
ignation from  time  to  time  and  may  make 
another  designation. 

(6)  The  Regulations  Act  does  not  apply  to  a 
designation  made  under  subsection  (1).  R.S.O. 
1990,  c.L.2,8.  141. 

154.  (1)  During  the  period  between  the 
120th  and  the  180th  days  prior  to  the  termina- 
tion of  a  provincial  agreement,  an  employee 
bargaining  agency,  whether  designated  or  not, 
may  apply  to  the  Board  to  be  certified  to  repre- 
sent in  bargaining  a  provincial  unit  of  affiliated 
bargaining  agents. 

(2)  Where  the  Board  is  satisfied  that  a 
majority  of  the  affiliated  bargaining  agents 
falling  within  the  provincial  unit  is  represented 
by  the  employee  bargaining  agency  and  that 
the  majority  of  affiliated  bargaining  agents 
holds  bargaining  rights  for  a  majority  of 
employees  that  would  be  bound  by  a  provin- 
cial agreement,  the  Board  shall  certify  the 
employee  bargaining  agency.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  142. 

155.  (1)  During  the  period  between  the 
120th  and  the  180th  days  prior  to  the  termina- 
tion of  a  provincial  agreement,  an  employer 
bargaining  agency,  whether  designated  or  not, 
may  apply  to  the  Board  to  be  accredited  to 
represent  in  bargaining  a  provincial  unit  of 
employers  for  whose  employees  affiliated  bar- 
gaining agents  hold  bargaining  rights. 

(2)  Where  the  Board  is  satisfied  that  a 
majority  of  employers  falling  within  the  pro- 
vincial unit  is  represented  by  the  employer  bar- 
gaining agency  and  that  the  majority  of 
employers  employ  a  majority  of  the  employees 
for  whom  the  affiliated  bargaining  agents  hold 
bargaining  rights,  the  Board  shall  accredit  the 
employer  bargaining  agency.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  143. 


(3)  Si  le  ministre  n'a  pas  désigné  d'organis- 
me négociateur  syndical  ou  patronal  en  vertu 
du  paragraphe  (1)  dans  les  60  jours  qui  suivent 
le  27  octobre  1977,  il  peut  réunir  les  syndicats, 
conseils  de  syndicats,  employeurs  ou  associa- 
tions patronales,  selon  le  cas,  afin  d'obtenir 
leurs  recommandations  sur  les  désignations. 


(4)  Le  ministre  peut  renvoyer  à  la  Commis- 
sion toute  question  relative  à  une  désignation 
ou  à  une  condition  afférente.  La  Commission 
fait  rapport  au  ministre  de  sa  décision  sur  cette 
question. 

(5)  Sous  réserve  des  articles  154  et  155,  le 
ministre  peut,  à  l'occasion,  changer,  modifier 
ou  révoquer  une  désignation  et  en  faire  une 
autre. 

(6)  La  Loi  sur  les  règlements  ne  s'applique 
pas  à  une  désignation  faite  en  vertu  du  para- 
graphe (1).  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  141. 

154.  (1)  Entre  le  120e  et  le  180e  jour  qui 
précède  la  date  d'expiration  d'une  convention 
provinciale,  un  organisme  négociateur  syndi- 
cal, désigné  ou  non,  peut  demander  à  la  Com- 
mission d'être  accrédité  pour  représenter,  dans 
des  négociations  collectives,  une  unité  provin- 
ciale d'agents  négociateurs  affiliés. 

(2)  La  Commission  accrédite  un  organisme 
négociateur  syndical  si  elle  est  convaincue 
qu'une  majorité  des  agents  négociateurs  affi- 
liés relevant  de  l'unité  provinciale  sont  repré- 
sentés par  cet  organisme  et  que  cette  majorité 
d'agents  négociateurs  affiliés  a  le  droit  de  né- 
gocier pour  le  compte  d'une  majorité  des  em- 
ployés qui  seraient  liés  par  une  convention 
provinciale.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  142. 

155.  (1)  Entre  le  120e  et  le  180e  jour  qui 
précède  la  date  d'expiration  d'une  convention 
provinciale,  l'organisme  négociateur  patronal, 
désigné  ou  non,  peut  demander  à  la  Commis- 
sion d'être  accrédité  pour  représenter,  dans  des 
négociations  collectives,  une  unité  provinciale 
d'employeurs  dont  les  employés  sont  représen- 
tés par  des  agents  négociateurs  affiliés  qui  ont 
le  droit  de  négocier  pour  leur  compte. 

(2)  La  Commission  accrédite  un  organisme 
négociateur  patronal  si  elle  est  convaincue 
qu'une  majorité  des  employeurs  relevant  de 
l'unité  provinciale  sont  représentés  par  cet  or- 
ganisme et  que  cette  majorité  d'employeurs 
ont  à  leur  service  une  majorité  d'employés 
pour  qui  des  agents  négociateurs  affiliés  ont  le 
droit  de  négocier.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
art.  143. 


Le  ministre 
peut  convo- 
quer une 
réunion 


Renvoi 

d'une 

question 


Le  ministre 
peut  modifier 
une  désigna- 
tion 


Non-applica- 
tion 


Requête  à  la 

Commission 

par  un 

organisme 

négociateur 

syndical 


Organisme 
accrédité  par 
la  Commis- 
sion 


Requête  à  la 
Commission 
par  un  or- 
ganisme 
négociateur 
patronal 


Accrédita- 
tion par  la 
Commission 


128 


Employee 
bargaining 
agencies, 
vesting  of 
rights,  etc. 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  &  1995  sur  les  relations  de  travail 


Employer 
bargaining 
agencies, 
vesting  of 
rights,  etc. 


Application 
for  certifica- 
tion in  the 
industrial, 
commercial 
and  inslitu- 
tional  sector 


156.  Where  an  employee  bargaining  agency 
has  been  designated  under  section  153  or  certi- 
fied under  section  154  to  represent  a  provincial 
unit  of  affiliated  bargaining  agents,  all  rights, 
duties  and  obligations  under  this  Act  of  the 
affiliated  bargaining  agents  for  which  it  bar- 
gains shall  vest  in  the  employee  bargaining 
agency,  but  only  for  the  purpose  of  conducting 
bargaining  and,  subject  to  the  ratification  pro- 
cedures of  the  employee  bargaining  agency, 
concluding  a  provincial  agreement.  R.S.O. 
1990,  c.  L.2,  s.  144. 

157.  Where  an  employer  bargaining  agency 
has  been  designated  under  section  153  or  ac- 
credited under  section  155  to  represent  a  pro- 
vincial unit  of  employers, 

(a)  all  rights,  duties  and  obligations  under 
this  Act  of  employers  for  which  it  bar- 
gains shall  vest  in  the  employer  bargain- 
ing agency,  but  only  for  the  purpose  of 
conducting  bargaining  and  concluding  a 
provincial  agreement;  and 

(b)  an  accreditation  heretofore  made  under 
section  136  of  an  employers'  organiza- 
tion as  bargaining  agent  of  the  employ- 
ers in  the  industrial,  commercial  and 
institutional  sector  of  the  construction 
industry,  referred  to  in  the  definition  of 
"sector"  in  section  126,  represented  or 
to  be  represented  by  the  employer  bar- 
gaining agency  is  null  and  void  from  the 
time  of  such  designation  under  section 
153  or  accreditation  under  section  155. 
R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  145. 


158.  (1)  An  application  for  certification  as 
bargaining  agent  which  relates  to  the  indus- 
trial, commercial  and  institutional  sector  of  the 
construction  industry  referred  to  in  the  defini- 
tion of  "sector"  in  section  126  shall  be  brought 
by  either. 


(a)  an  employee  bargaining  agency;  or 

(b)  one  or  more  affiliated  bargaining  agents 
of  the  employee  bargaining  agency, 

on  behalf  of  all  affiliated  bargaining  agents  of 
the  employee  bargaining  agency  and  the  unit 
of  employees  shall  include  all  employees  who 
would  be  bound  by  a  provincial  agreement 
together  with  all  other  employees  in  at  least 
one  appropriate  geographic  area  unless  bar- 
gaining rights  for  such  geographic  area  have 
already  been  acquired  under  subsection  (2)  or 


156.  Si  l'organisme  négociateur  syndical  a 
été  désigné  en  vertu  de  l'article  153  ou  a  été 
accrédité  en  vertu  de  l'article  154  pour  repré- 
senter une  unité  provinciale  d'agents  négocia- 
teurs affiliés,  il  assume  les  droits,  devoirs  et 
obligations,  en  vertu  de  la  présente  loi,  des 
agents  négociateurs  affiliés  qu'il  représente, 
mais  seulement  pour  les  besoins  de  la  négocia- 
tion collective  et,  sous  réserve  de  la  procédure 
de  ratification  de  l'organisme  négociateur  syn- 
dical, de  la  conclusion  d'une  convention  pro- 
vinciale. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  144. 

157.  Si  l'organisme  négociateur  patronal  a 
été  désigné  en  vertu  de  l'article  153  ou  a  été 
accrédité  en  vertu  de  l'article  155  pour  repré- 
senter une  unité  provinciale  d'employeurs  : 

a)  cet  organisme  assume  les  droits,  devoirs 
et  obligations,  en  vertu  de  la  présente 
loi,  des  employeurs  pour  qui  il  négocie, 
mais  seulement  pour  les  besoins  de  la 
négociation  et  de  la  conclusion  d'une 
convention  provinciale; 

b)  est  nulle  et  sans  effet  à  compter  du  jour 
de  la  désignation  en  vertu  de  l'article 
153  ou  de  l'accréditation  en  vertu  de 
l'article  155  l'accréditation  précédem- 
ment accordée  en  vertu  de  l'article  136 
à  une  association  patronale  comme 
agent  négociateur  des  employeurs  œu- 
vrant dans  le  secteur  industriel,  com- 
mercial et  institutionnel  de  l'industrie  de 
la  construction  visé  à  la  définition  du 
terme  «secteur»  qui  figure  à  l'article 
126  représentés  ou  destinés  à  être  repré- 
sentés par  l'organisme  négociateur  pa- 
tronal. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  145. 

158.  (1)  La  requête  en  accréditation  com- 
me agent  négociateur  dans  le  secteur  indus- 
triel, commercial  et  institutionnel  de  l'indus- 
trie de  la  construction  visé  à  la  définition  du 
terme  «secteur»  qui  figure  à  l'article  126  est 
présentée,  pour  le  compte  de  tous  les  agents 
négociateurs  affiliés  à  l'organisme  négociateur 
syndical  : 

a)  soit  par  un  organisme  négociateur  syndi- 
cal; 

b)  soit  par  un  ou  plusieurs  agents  négocia- 
teurs affiliés  à  l'organisme  négociateur 
syndical. 

L'unité  syndicale  comprend  tous  les  employés 
que  lierait  une  convention  provinciale  ainsi 
que  tous  les  employés  compris  dans  au  moins 
une  région  géographique  pertinente,  sauf  si  le 
droit  de  négocier  pour  cette  région  a  déjà  été 
acquis  en  vertu  du  paragraphe  (2)  ou  à  la  suite 
d'un  accord  de  reconnaissance  volontaire. 
L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  146  (1). 


Attributions 
de  l'organis- 
me négocia- 
teur syndical 


Attributions 
de  l'organis- 
me négocia- 
teur patronal 


Requête  en 
accréditation 
comme  agent 
négociateur 
dans  le 
secteur 
industriel, 
commercial 
et  institution- 
nel 


SchedVannexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


129 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Saving 


Voluntary 

recognition 

agreements 


Exception 


Voting 
constituency 


Direction  for 
representa- 
,  tion  vote 


Subss.  8 
I  W)  apply 


by  voluntary  recognition.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  146(1). 

(2)  Despite  subsection  128  (1),  a  trade 
union  represented  by  an  employee  bargaining 
agency  may  bring  an  application  for  certifica- 
tion in  relation  to  a  unit  of  employees 
employed  in  all  sectors  of  a  geographic  area 
other  than  the  industrial,  commercial  and  insti- 
tutional sector  and  the  unit  shall  be  deemed  to 
be  a  unit  of  employees  appropriate  for  collec- 
tive bargaining.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  146  (3); 
1993,  c.  27,  Sched. 


(3)  A  voluntary  recognition  agreement  in  so 
far  as  it  relates  to  the  industrial,  commercial 
and  institutional  sector  of  the  construction 
industry  shall  be  between  an  employer  on  the 
one  hand  and  either, 

(a)  an  employee  bargaining  agency; 

(b)  one  or  more  affiliated  bargaining  agents 
represented  by  an  employee  bargaining 
agency;  or 

(c)  a  council  of  trade  unions  on  behalf  of 
one  or  more  affiliated  bargaining  agents 
affiliated  with  the  council  of  trade 
unions, 

on  the  other  hand,  and  shall  be  deemed  to  be 
on  behalf  of  all  the  affiliated  bargaining  agents 
of  the  employee  bargaining  agency  and  the 
defined  bargaining  unit  in  the  agreement  shall 
include  those  employees  who  would  be  bound 
by  a  provincial  agreement. 

(4)  Despite  subsections  (1)  and  (3),  a  trade 
union  that  is  not  represented  by  a  designated  or 
certified  employee  bargaining  agency  may 
bring  an  application  for  certification  or  enter 
into  a  voluntary  recognition  agreement  on  its 
own  behalf.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  146  (4,  5). 

159.  (1)  The  Board  shall  determine  the  vot- 
ing constituency  to  be  used  for  a  representation 
vote. 

(2)  If  the  Board  determines  that  40  per  cent 
or  more  of  the  individuals  in  the  bargaining 
unit  proposed  in  the  application  for  certifica- 
tion appear  to  be  members  of  the  trade  unions 
at  the  time  the  application  was  filed,  the  Board 
shall  direct  that  a  representation  vote  be  taken 
among  the  individuals  in  the  voting  consti- 
tuency. 

(3)  Subsections  8  (3)  to  (9)  apply  with 
respect  to  the  powers  of  the  Board  and  the 
representation  vote.  New. 


(2)  Malgré  le  paragraphe  128  (1),  le  syndi-  Exception 
cat  représenté  par  un  organisme  négociateur 
syndical  peut  présenter  une  requête  en  accrédi- 
tation relative  à  une  unité  de  négociation  com- 
posée d'employés  qui  sont  employés  dans  tous 
les  secteurs  d'activité  d'une  région  géographi- 
que à  l'exception  des  employés  du  secteur  in- 
dustriel, commercial  et  institutionnel.  Cette 
unité  est  réputée  une  unité  d'employés  appro- 
priée pour  négocier  collectivement.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  par.  146  (3);  1993,  chap.  27, 
annexe. 


Accord  de 
reconnais- 
sance 
volontaire 


(3)  L'accord  de  reconnaissance  volontaire 
dans  la  mesure  où  il  se  rapporte  au  secteur 
industriel,  commercial  et  institutionnel  de  l'in- 
dustrie de  la  construction,  est  conclu  entre  un 
employeur,  d'une  part,  et,  d'autre  part,  selon  le 
cas  : 

a)  un  organisme  négociateur  syndical; 

b)  un  ou  plusieurs  agents  négociateurs  affi- 
liés représentés  par  un  organisme  négo- 
ciateur syndical; 

c)  un  conseil  de  syndicats  agissant  pour  le 
compte  d'un  ou  de  plusieurs  agents  né- 
gociateurs affiliés  au  conseil. 


Cet  accord  est  réputé  conclu  pour  le  compte  de 
tous  les  agents  négociateurs  affiliés  à  l'organis- 
me négociateur  syndical,  et  l'unité  de  négocia- 
tion définie  dans  l'accord  comprend  les  em- 
ployés que  lierait  une  convention  provinciale. 

(4)  Malgré  les  paragraphes  (1)  et  (3),  le  syn-  Exception 
dicat  qui  n'est  pas  représenté  par  un  organisme 
négociateur  syndical  désigné  ou  accrédité,  peut 
présenter  une  requête  en  accréditation  ou  con- 
clure en  son  propre  nom  un  accord  de  recon- 
naissance volontaire.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
par.  146  (4)  et  (5). 


159.  (1)  La  Commission  détermine  le 
groupe  d'employés  habiles  à  voter  lors  d'un 
scrutin  de  représentation. 

(2)  Si  elle  détermine  que  40  pour  cent  ou 
plus  des  particuliers  compris  dans  l'unité  de 
négociation  proposée  dans  la  requête  en  accré- 
ditation semblent  être  membres  des  syndicats 
au  moment  du  dépôt  de  la  requête,  la  Commis- 
sion ordonne  la  tenue  d'un  scrutin  de  représen- 
tation auprès  des  particuliers  qui  font  partie  du 
groupe  d'employés  habiles  à  voter. 

(3)  Les  paragraphes  8  (3)  à  (9)  s'appliquent 
aux  pouvoirs  de  la  Commission  et  au  scrutin 
de  représentation.  Nouveau. 


Employés 
habiles  à 
voter 


Ordonnance 
relative  au 
scrutin  de  re- 
présentation 


Application 
des  par.  8  (3) 
à  (9) 


130 


Certification 
after  repre- 
sentation 
vote 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Subs.  10  (2) 
applies 


Bar  to 
reapplying 


Termination 
of  collective 
agreement 


Same 


Provincial 
agreement 
binding 


160.  (1)  The  Board  shall  certify  the  trade 
unions  on  whose  behalf  an  application  for  cer- 
tification is  brought  as  the  bargaining  agent  of 
the  employees  in  the  bargaining  unit  if  more 
than  50  per  cent  of  the  ballots  cast  in  the  repre- 
sentation vote  by  the  employees  in  the  bargain- 
ing unit  are  cast  in  favour  of  the  trade  unions. 
The  Board  shall  issue  one  certificate  that  is 
confined  to  the  industrial,  commercial  and 
institutional  sector  and  another  certificate  in 
relation  to  all  other  sectors  in  the  appropriate 
geographic  area  or  areas. 

(2)  Subsection  10  (2)  applies  with  necessary 
modifications  with  respect  to  a  certification 
under  this  section. 

(3)  If  the  Board  dismisses  an  application  for 
certification  under  this  section,  the  Board  shall 
not  consider  another  application  for  certifica- 
tion by  the  employee  bargaining  agency  or  the 
affiliated  bargaining  agent  or  agents  to  certify 
the  trade  unions  as  bargaining  agent  for  the 
employees  in  the  bargaining  unit  until  one  year 
has  elapsed  after  the  dismissal.  New. 


161.  (1)  Subject  to  subsection  (2),  any  col- 
lective agreement  in  operation  on  October  27, 
1977  in  respect  of  employees  employed  in  the 
industrial,  commercial  and  institutional  sector 
of  the  construction  industry  referred  to  in  the 
definition  of  "sector"  in  section  126  and  repre- 
sented by  affiliated  bargaining  agents  is 
enforceable  by  and  binding  on  the  parties 
thereto  only  for  the  remainder  of  the  term  of 
operation  of  the  agreement,  regardless  of  any 
provision  respecting  its  renewal. 

(2)  Despite  subsection  58  (1),  every  collec- 
tive agreement  in  respect  of  employees 
employed  in  the  industrial,  commercial  and 
institutional  sector  of  the  construction  industry 
referred  to  in  the  definition  of  "sector"  in  sec- 
tion 126  and  represented  by  affiliated  bargain- 
ing agents  entered  into  after  January  1,  1977 
and  before  April  30,  1978  shall  be  deemed  to 
expire  not  later  than  April  30,  1978,  regardless 
of  any  provision  respecting  its  term  of  oper- 
ation or  its  renewal. 

(3)  Where  any  collective  agreement  men- 
tioned in  subsection  (1)  ceases  to  operate,  the 
affiliated  bargaining  agent,  the  employer  and 
the  employees  for  whom  the  affiliated  bargain- 
ing agent  holds  bargaining  rights  shall  be 
bound  by  the  provincial  agreement  made 
between  an  employee  bargaining  agency  repre- 
senting the  affiliated  bargaining  agent  and  the 
employer  bargaining  agency  representing  the 
employer. 


160.  (1)  La  Commission  accrédite  les  syn- 
dicats pour  le  compte  desquels  une  requête  en 
accréditation  est  présentée  comme  agent  négo- 
ciateur des  employés  compris  dans  l'unité  de 
négociation  si  plus  de  50  pour  cent  des  voix 
exprimées  lors  du  scrutin  de  représentation  par 
les  employés  compris  dans  l'unité  de  négocia- 
tion sont  en  faveur  des  syndicats.  La  Commis- 
sion délivre  un  certificat  d'accréditation  au 
seul  secteur  industriel,  commercial  et  institu- 
tionnel et  un  autre  certificat  relativement  à 
tous  les  autres  secteurs  dans  les  régions  géo- 
graphiques pertinentes. 

(2)  Le  paragraphe  10  (2)  s'applique,  avec 
les  adaptations  nécessaires,  à  l'accréditation 
visée  au  présent  article. 

(3)  Si  elle  rejette  une  requête  en  accrédita- 
tion aux  termes  du  présent  article,  la  Commis- 
sion ne  peut  examiner  d'autre  requête  en 
accréditation  présentée  par  l'organisme  négo- 
ciateur syndical  ou  par  l'agent  ou  les  agents 
négociateurs  affiliés  en  vue  d'accréditer  les 
syndicats  comme  agent  négociateur  des  em- 
ployés compris  dans  l'unité  de  négociation 
avant  qu'un  an  ne  se  soit  écoulé  après  le  re- 
jet. Nouveau. 

161.  (1)  Sous  réserve  du  paragraphe  (2),  la 
convention  collective  en  vigueur  le  27  octobre 
1977,  qui  s'applique  aux  employés  du  secteur 
industriel,  commercial  et  institutionnel  de  l'in- 
dustrie de  la  construction  visé  à  la  définition 
du  terme  «secteur»  qui  figure  à  l'article  126  et 
qui  sont  représentés  par  des  agents  négocia- 
teurs affiliés,  demeure  en  vigueur  et  ne  lie  les 
parties  que  jusqu'à  son  terme  conventionnel, 
sans  tenir  compte  des  dispositions  relatives  à 
sa  reconduction. 

(2)  Malgré  le  paragraphe  58  (1),  est  réputée 
expirer  au  plus  tard  le  30  avril  1978,  sans  tenir 
compte  d'une  disposition  relative  à  sa  durée  ou 
à  son  renouvellement,  toute  convention  collec- 
tive qui  s'applique  aux  employés  du  secteur 
industriel,  commercial  et  institutionnel  de  l'in- 
dustrie de  la  construction  visé  à  la  définition 
du  terme  «secteur»  qui  figure  à  l'article  126  et 
qui  sont  représentés  par  des  agents  négocia- 
teurs affiliés,  et  qui  est  conclue  après  le 
1er  janvier  1977  mais  avant  le  30  avril  1978. 

(3)  Lorsqu'une  convention  collective  visée 
au  paragraphe  (1)  prend  fin,  l'agent  négocia- 
teur affilié,  l'employeur  et  les  employés  pour 
qui  il  a  le  droit  de  négocier  sont  liés  par  une 
convention  provinciale  conclue  entre  un  orga- 
nisme négociateur  syndical  représentant 
l'agent  négociateur  affilié  et  l'organisme  négo- 
ciateur patronal  représentant  l'employeur. 


Accrédita- 
tion à  la  suite 
du  scrutin  de 
représenta- 
tion 


Application 
du  par.  10(2) 


Interdiction 


Fin  de  la 

convention 

collective 


Idem 


Convention 
provinciale 
exécutoire 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


131 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


(4)  After  April  30,  1978,  where  an  affiliated 
bargaining  agent  obtains  bargaining  rights 
through  certification  or  voluntary  recognition 
in  respect  of  employees  employed  in  the  indus- 
trial, commercial  and  institutional  sector  of  the 
construction  industry  referred  to  in  the  defini- 
tion of  "sector"  in  section  126,  the  employer, 
the  affiliated  bargaining  agent,  and  the 
employees  for  whom  the  affiliated  bargaining 
agent  has  obtained  bargaining  rights  are  bound 
by  the  provincial  agreement  made  between  an 
employee  bargaining  agency  representing  the 
affiliated  bargaining  agent  and  an  employer 
bargaining  agency  representing  a  provincial 
unit  of  employers  in  which  the  employer 
would  have  been  included. 

(5)  Despite  subsection  58  (1),  where,  under 
the  provisions  of  this  section,  an  employer, 
affiliated  bargaining  agent  or  employees 
become  bound  by  a  provincial  agreement  after 
the  agreement  has  commenced  to  operate,  the 
agreement  ceases  to  be  binding  on  the 
employer,  affiliated  bargaining  agent  or 
employees  in  accordance  with  the  terms 
thereof.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  147. 

162.  (1)  An  employee  bargaining  agency 
and  an  employer  bargaining  agency  shall  make 
only  one  provincial  agreement  for  each  provin- 
cial unit  that  it  represents.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  148(1). 

(2)  Subject  to  sections  153  and  161,  no  per- 
son, employee,  trade  union,  council  of  trade 
unions,  affiliated  bargaining  agent,  employee 
bargaining  agency,  employer,  employers'  orga- 
nization, group  of  employers'  organizations  or 
employer  bargaining  agency  shall  bargain  for, 
attempt  to  bargain  for,  or  conclude  any  collec- 
tive agreement  or  other  arrangement  affecting 
employees  represented  by  affiliated  bargaining 
agents  other  than  a  provincial  agreement  as 
contemplated  by  subsection  (1),  and  any  col- 
lective agreement  or  other  arrangement  that 
does  not  comply  with  subsection  (1)  is  null  and 
void.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  148  (2),  revised. 

(3)  Every  provincial  agreement  shall  pro- 
vide for  the  expiry  of  the  agreement  on  April 
30  calculated  triennially  from  April  30,  1992. 
1991,  c.  56,  s.  2. 


(4)  Après  le  30  avril  1978,  si  l'agent  négo-  Idem 
ciateur  affilié  acquiert  par  accréditation  ou  par 
un  accord  de  reconnaissance  volontaire  le  droit 
de  négocier  pour  les  employés  du  secteur  in- 
dustriel, commercial  et  institutionnel  de  l'in- 
dustrie de  la  construction  visé  à  la  définition 
du  terme  «secteun>  qui  figure  à  l'article  126, 
l'employeur,  l'agent  négociateur  affilié  et  les 
employés,  pour  qui  ce  dernier  a  obtenu  le  droit 
de  négocier,  sont  liés  par  une  convention  pro- 
vinciale conclue  entre  un  organisme  négocia- 
teur syndical  représentant  l'agent  négociateur 
affilié  et  un  organisme  négociateur  patronal 
représentant  une  unité  provinciale  qui  aurait 
compris  l'employeur. 


(5)  Malgré  le  paragraphe  58  (1),  si,  en  vertu  Expiration 
du  présent  article,  l'employeur,  l'agent  négo-  Jîonvtntion 
ciateur  affilié  ou  des  employés  deviennent  liés  provinciale 
par  une  convention  provinciale  après  son  en- 
trée en  vigueur,  la  convention  ne  les  lie  plus 
conformément  aux  conditions  qui   s'y  ratta- 
chent. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art.  147. 


Un  orga- 
nisme 
négociateur 
ne  peut 
conclure 
qu'une  seule 
convention 
La 

convention 
provinciale 
seulement 


162.  (1)  L'organisme  négociateur  syndical 
et  l'organisme  négociateur  patronal  ne  con- 
cluent qu'une  seule  convention  provinciale 
pour  chaque  unité  provinciale  qu'ils  représen- 
tent. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  148  (1). 

(2)  Sous  réserve  des  articles  153  et  161,  une 
personne,  un  employé,  un  syndicat,  un  conseil 
de  syndicats,  un  agent  négociateur  affilié,  un 
organisme  négociateur  syndical,  un  employeur, 
un  organisme  patronal,  un  groupe  d'organis- 
mes patronaux  ou  un  organisme  négociateur 
patronal  ne  doivent  pas  négocier,  tenter  de  né- 
gocier ni  conclure  une  convention  collective 
ou  une  autre  entente  visant  des  employés  que 
représentent  des  agents  négociateurs  affiliés,  à 
l'exclusion  d'une  convention  provinciale  visée 
au  paragraphe  (1).  Toute  convention  collective 
ou  autre  entente  qui  n'est  pas  conforme  au 
paragraphe  (1)  est  nulle  et  sans  effet.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  par.  148  (2),  révisé. 

(3)  Toute  convention  provinciale  prévoit  Expiration 
son  expiration  le  30  avril,  tous  les  trois  ans  convention 
après  le  30  avril  1992.  1991,  chap.  56,  art.  2.        provinciale 


Non-applica- 
lon  of  s.  57 


Provincial 
agreement 
oinding 


163.  (1)  Section  57  does  not  apply  to  a  des- 
ignated or  accredited  employer  bargaining 
agency  or  a  designated  or  certified  employee 
bargaining  agency. 

(2)  A  provincial  agreement  is,  subject  to 
and  for  the  purposes  of  this  Act,  binding  upon 
the  employer  bargaining  agency,  the  employers 
represented  by  the  employer  bargaining 
agency,  the  employee  bargaining  agency,  the 


163.  (1)  L'article  57  ne  s'applique  pas  à  un  Non-appiica- 
organisme  négociateur  patronal  ni  syndical  ac-  "°n  e  art' 
crédités  ou  désignés. 

(2)  La  convention  provinciale,  sous  réserve  Convention 
et  pour  l'application  de  la  présente  loi,  lie  l'or-  ^écutoire6 
ganisme    négociateur    patronal    et    les    em- 
ployeurs qu'il  représente,  l'organisme  négocia- 
teur syndical  et  les  agents  négociateurs  qu'il 


132 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  àe  1995  sur  les  relations  de  travail 


Parties 


Calling  of 
strikes 


Calling  of 
lock-outs 


Who  may 

vote, 

employees 


affiliated  bargaining  agents  represented  by  the 
employee  bargaining  agency,  the  employees 
represented  by  the  affiliated  bargaining  agents 
and  employed  in  the  industrial,  commercial 
and  institutional  sector  of  the  construction 
industry  referred  to  in  the  definition  of  "sec- 
tor" in  section  126,  and  upon  such  employers, 
affiliated  bargaining  agents  and  employees  as 
may  be  subsequently  bound  by  the  said  agree- 
ment. 

(3)  Any  employee  bargaining  agency,  affili- 
ated bargaining  agent,  employer  bargaining 
agency  and  employer  bound  by  a  provincial 
agreement  shall  be  considered  to  be  a  party  for 
the  purposes  of  section  133.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  149. 

164.  (1)  Where  an  employee  bargaining 
agency  desires  to  call  or  authorize  a  lawful 
strike,  all  of  the  affiliated  bargaining  agents  it 
represents  shall  call  or  authorize  the  strike  in 
respect  of  all  the  employees  represented  by  all 
affiliated  bargaining  agents  affected  thereby  in 
the  industrial,  commercial  and  institutional 
sector  of  the  construction  industry  referred  to 
in  the  definition  of  "sector"  in  section  126,  and 
no  affiliated  bargaining  agent  shall  call  or 
authorize  a  strike  of  the  employees  except  in 
accordance  with  this  subsection.  R.S.O.  1990, 
c.L.2,s.  150(1). 

(2)  Where  an  employer  bargaining  agency 
desires  to  call  or  authorize  a  lawful  lock-out, 
all  employers  it  represents  shall  call  or  author- 
ize the  lock-out  in  respect  of  all  employees 
employed  by  such  employers  and  represented 
by  all  the  affiliated  bargaining  agents  affected 
thereby  in  the  industrial,  commercial  and  insti- 
tutional sector  of  the  construction  industry 
referred  to  in  the  definition  of  "sector"  in  sec- 
tion 126  and  no  employer  shall  lock  out  the 
employees  except  in  accordance  with  this  sub- 
section. R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  150  (2). 


165.  (1)  Where  an  employee  bargaining 
agency  or  an  affiliated  bargaining  agent  con- 
ducts a  strike  vote  relating  to  a  provincial  bar- 
gaining unit  or  a  vote  to  ratify  a  proposed 
provincial  agreement,  the  only  persons  entitled 
to  cast  ballots  in  the  vote  shall  be, 

(a)  employees  in  the  provincial  bargaining 
unit  on  the  date  the  vote  is  conducted; 
and 

(b)  persons  who  are  members  of  the  affili- 
ated bargaining  agent  or  employee  bar- 
gaining agency  and  who  are  not 
employed  in  any  employment, 


représente,  les  employés  du  secteur  industriel, 
commercial  et  institutionnel  de  la  construction 
visé  à  la  définition  du  terme  «secteun>  qui  fi- 
gure à  l'article  126  représentés  par  les  agents 
négociateurs  affiliés  et  les  autres  employeurs, 
agents  négociateurs  affiliés  et  employés  qui 
peuvent,  par  la  suite,  être  liés  par  cette  conven- 
tion. 


(3)  L'organisme  négociateur  syndical,  Parties 
l'agent  négociateur  affilié,  l'organisme  négo- 
ciateur patronal  et  l'employeur  liés  par  une 
convention  provinciale  sont  réputés  y  être  par- 
ties pour  l'application  de  l'article  133.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  art.  149. 

164.  (1)  Si  l'organisme  négociateur  syndi-  Grève 
cal  a  l'intention  d'ordonner  ou  d'autoriser  une 
grève  licite,  tous  les  agents  négociateurs  affi- 
liés qu'il  représente  ordonnent  ou  autorisent  la 
grève  de  tous  les  employés  du  secteur  indus- 
triel, commercial  et  institutionnel  de  l'indus- 
trie de  la  construction  visé  à  la  définition  du 
terme  «secteur»  qui  figure  à  l'article  126,  re- 
présentés par  tous  les  agents  négociateurs  inté- 
ressés. Les  agents  négociateurs  affiliés  n'or- 
donnent ni  n'autorisent  une  grève  de  ces 
employés  si  ce  n'est  conformément  au  présent 
paragraphe.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  150 
(1). 

(2)  Si  l'organisme  négociateur  patronal  a  Lo*h 
l'intention  d'ordonner  ou  d'autoriser  un  lock- 
out licite,  tous  les  employeurs  qu'il  représente 
décrètent  ou  autorisent  le  lock-out  de  tous  les 
employés  de  ces  employeurs  et  que  représen- 
tent tous  les  agents  négociateurs  du  secteur 
industriel,  commercial  et  institutionnel  de  l'in- 
dustrie de  la  construction  visé  à  la  définition 
du  terme  «secteur»  qui  figure  à  l'article  126  à 
leur  service  représentés  par  tous  les  agents  né- 
gociateurs intéressés.  Les  employeurs  ne  doi- 
vent pas  lock-outer  les  employés  si  ce  n'est 
conformément  au  présent  paragraphe.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  par.  150(2). 

165.  (1)  Si  un  organisme  négociateur  syn-  Droit  de 
dical  ou  un  agent  négociateur  affilié  procède  à  gJjJf^L, 
un  vote  de  grève  portant  sur  une  unité  de  négo- 
ciation provinciale,  ou  à  un  vote  visant  à  rati- 
fier une  convention  provinciale  proposée,  les 
seules  personnes  admissibles  à  déposer  un  bul- 
letin de  vote  sont  les  suivantes  : 

a)  les  employés  compris  dans  l'unité  de 
négociation  provinciale  le  jour  du  vote; 

b)  les  membres  de  l'agent  négociateur  affi- 
lié ou  de  l'organisme  négociateur  syndi- 
cal et  qui  n'exercent  aucun  emploi  : 


Sched./annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


133 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


(i)  on  the  day  the  vote  is  conducted,  if 
the  vote  is  conducted  at  a  time 
when  there  is  no  strike  or  lock-out 
relating  to  the  provincial  bargain- 
ing unit,  or 

(ii)  on  the  day  before  the  commence- 
ment of  the  strike  or  lock-out,  if 
the  vote  is  conducted  during  a 
strike  or  lock-out  relating  to  the 
provincial  bargaining  unit. 

Same,  (2)  Where  an  employer  bargaining  agency 

employers  or  emp]0yers'  organization  conducts  a  lock-out 
vote  relating  to  a  provincial  bargaining  unit  or 
a  vote  to  ratify  a  proposed  provincial  agree- 
ment, the  only  employers  entitled  to  cast  bal- 
lots in  the  vote  shall  be  employers  represented 
by  the  employer  bargaining  agency  or  employ- 
ers' organization  that  employed, 

(a)  on  the  day  the  vote  is  conducted,  if  the 
vote  is  conducted  at  a  time  when  there 
is  no  strike  or  lock-out  relating  to  the 
provincial  bargaining  unit;  or 

(b)  on  the  day  before  the  commencement  of 
the  strike  or  lock-out,  if  the  vote  is  con- 
ducted during  a  strike  or  lock-out  relat- 
ing to  the  provincial  bargaining  unit, 

employees  who  are  represented  by  the 
employee  bargaining  agency  or  an  affiliated 
bargaining  agent  that  would  be  affected  by  the 
lock-out  or  would  be  bound  by  the  provincial 
agreement.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  152  (1,  2). 


No  counting 
until  all 
voting 
completed 


Certification 

of 

compliance 


(3)  In  a  vote  to  ratify  a  proposed  provincial 
agreement,  no  ballots  shall  be  counted  until  the 
voting  is  completed  throughout  the  province. 
1991,  c.  56,  s.  3(1). 

(4)  Within  five  days  after  a  vote  is  com- 
pleted, the  employee  bargaining  agency,  affili- 
ated bargaining  agent,  employers'  organization 
or  employer  bargaining  agency  conducting  the 
vote,  as  the  case  may  be,  shall  file  with  the 
Minister  a  declaration  in  the  prescribed  form 
certifying  the  result  of  the  vote  and  that  it  took 
reasonable  steps  to  secure  compliance  with 
subsection  (1)  or  (2),  as  the  case  may  be,  and 
with  subsection  (3).  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  152  (3);  1991,  c.  56,  s.  3(2). 


Complaints  (5)  where  a  complaint  is  made  to  the  Min- 
ister that  subsection  (1),  (2)  or  (3)  has  been 
contravened  and  that  the  result  of  a  vote  has 
been  affected  materially  thereby,  the  Minister 
may,  in  the  Minister's  discretion,  refer  the  mat- 
ter to  the  Board.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  152  (4);  1991,  c.  56,  s.  3(3). 


(i)  soit  le  jour  où  se  tient  le  vote  s'il 
n'y  a  pas,  à  ce  moment,  de  grève 
ou  de  lock-out  liés  à  l'unité  de  né- 
gociation provinciale, 

(ii)  soit  le  jour  qui  précède  le  début  de 
la  grève  ou  du  lock-out,  si  le  vote 
se  tient  pendant  une  grève  ou  un 
lock-out  liés  à  l'unité  de  négocia- 
tion provinciale. 

(2)  Si  un  organisme  négociateur  patronal  ou 
une  association  patronale  procède  à  un  vote  de 
lock-out  portant  sur  une  unité  de  négociation 
provinciale,  ou  à  un  vote  visant  à  ratifier  une 
convention  provinciale  proposée,  les  seuls  em- 
ployeurs admissibles  à  déposer  un  bulletin  de 
vote  sont  ceux  que  représente  l'organisme  né- 
gociateur patronal  ou  l'association  patronale 
qui  : 

a)  soit  le  jour  où  se  tient  le  vote  s'il  n'y  a 
pas,  à  ce  moment,  de  grève  ou  de  lock- 
out liés  à  l'unité  de  négociation  provin- 
ciale; 

b)  soit  le  jour  qui  précède  le  début  de  la 
grève  ou  du  lock-out,  si  le  vote  se  tient 
pendant  une  grève  ou  un  lock-out  liés  à 
l'unité  de  négociation  provinciale, 

a  eu  à  son  service  des  employés  que  représente 
l'organisme  négociateur  syndical  ou  un  agent 
négociateur  affilié  qui  serait  visé  par  le  lock- 
out ou  qui  serait  lié  par  la  convention  provin- 
ciale. L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  152  (1)  et 
(2). 

(3)  Lorsqu'il  est  tenu  un  vote  visant  à  rati- 
fier une  convention  provinciale  proposée,  le 
dépouillement  des  bulletins  de  vote  ne  se  fait 
qu'une  fois  la  tenue  du  vote  terminée  dans  la 
province.  1991,  chap.  56,  par.  3  (1). 

(4)  Dans  les  cinq  jours  qui  suivent  la  tenue 
du  vote,  l'organisme  négociateur  syndical, 
l'agent  négociateur  affilié,  l'organisme  patro- 
nal ou  l'organisme  négociateur  patronal  qui 
procèdent  au  vote,  selon  le  cas,  déposent  au- 
près du  ministre  une  déclaration  rédigée  selon 
la  formule  prescrite  qui  certifie  le  résultat  du 
vote  et  qui  atteste  qu'il  a  pris  les  mesures  rai- 
sonnables afin  de  se  conformer  au  paragraphe 
(1)  ou  (2),  selon  le  cas,  et  au  paragraphe 
(3).  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  152  (3); 
1991,  chap.  56,  par.  3(2). 

(5)  Si  le  ministre  est  saisi  d'une  plainte  se- 
lon laquelle  le  paragraphe  (1),  (2)  ou  (3)  a  été 
enfreint  et  qu'en  conséquence,  le  résultat  du 
vote  a  été  altéré  de  façon  importante,  le  minis- 
tre peut,  à  sa  discrétion,  renvoyer  l'affaire  de- 
vant la  Commission.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
par.  152  (4);  1991,  chap.  56,  par.  3  (3). 


Idem, 
employeurs 


Dépouille- 
ment une 
fois  la  tenue 
du  vote  ter- 
minée 


Certificat  de 
conformité 


Plaintes 


134 


Same 


Same 


Bill  7 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Declaration 
and  direction 
by  Board 


Power  of 
Board 


Bargaining 
agency  not 
to  act  in  bad 
faith,  etc. 


Same 


Corporation 
to  facilitate 
ICI  bargain- 
ing 


(6)  No  complaint  alleging  a  contravention 
of  this  section  shall  be  made  except  as  may  be 
referred  to  the  Board  under  subsection  (5). 


(7)  No  complaint  shall  be  considered  by  the 
Minister  unless  it  is  received  within  10  days 
after  the  vote  is  completed.  R.S.O.  1990, 
c.  L.2,  s.  152  (5,  6). 

(8)  Where,  upon  a  matter  being  referred  to 
the  Board,  the  Board  is  satisfied  that  subsec- 
tion (1),  (2)  or  (3)  has  been  contravened  and 
that  such  contravention  has  affected  materially 
the  results  of  a  vote,  the  Board  may  so  declare 
and  it  may  direct  what  action,  if  any,  a  person, 
employer,  employers'  organization,  affiliated 
bargaining  agent,  employee  bargaining  agency 
or  employer  bargaining  agency  shall  do  or 
refrain  from  doing  with  respect  to  the  vote  and 
the  provincial  agreement  or  any  related  matter 
and  such  declaration  or  direction  shall  have 
effect  from  and  after  the  day  the  declaration  or 
direction  is  made.  R.S.O.  1990,  c.  L.2, 
s.  152  (7);  1991,  c.  56,  s.  3(4). 

166.  The  Board  shall,  upon  the  application 
of  a  trade  union,  a  council  of  trade  unions,  or 
an  employer  or  employers'  organization,  deter- 
mine any  question  that  arises  as  to  whether 
work  performed  or  to  be  performed  by 
employees  is  within  the  industrial,  commercial 
and  institutional  sector  of  the  construction 
industry  referred  to  in  the  definition  of  "sec- 
tor" in  section  126.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  153. 

167.  (1)  A  designated  or  certified  employee 
bargaining  agency  shall  not  act  in  a  manner 
that  is  arbitrary,  discriminatory  or  in  bad  faith 
in  the  representation  of  the  affiliated  bargain- 
ing agents  in  the  provincial  unit  of  affiliated 
bargaining  agents  for  which  it  bargains, 
whether  members  of  the  designated  or  certified 
employee  bargaining  agency  or  not  and  in  the 
representation  of  employees,  whether  members 
of  an  affiliated  bargaining  agent  or  not. 


(2)  A  designated  or  accredited  employer 
bargaining  agency  shall  not  act  in  a  manner 
that  is  arbitrary,  discriminatory  or  in  bad  faith 
in  the  representation  of  any  of  the  employers 
in  the  provincial  unit  of  employers  for  which  it 
bargains,  whether  members  of  the  designated 
or  accredited  employer  bargaining  agency  or 
not.  R.S.O.  1990,  c.  L.2,  s.  154. 


168.  (1)  This  section  applies  with  respect  to 
corporation  established  under  a  regulation 


Pouvoirs 
de  la 
Commission 


(6)  Une  plainte  selon  laquelle  il  est  préten-  Idem 
du  que  le  présent  article  a  été  enfreint  ne  peut 

être  présentée,  sauf  dans  le  cas  d'un  renvoi 
devant  la  Commission  visé  au  paragraphe  (5). 

(7)  Le  ministre  n'examine  la  plainte  que  s'il   'dem 
la  reçoit  dans   les    10  jours  qui   suivent  le 
vote.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  par.  152  (5)  et 

(6). 

(8)  Après  renvoi  de  l'affaire  devant  la  Com-  Déclaration 
mission,  si  celle-ci  est  convaincue  que  le  para-  Jjte<h\rectlve 
graphe  (1),  (2)  ou  (3)  a  été  enfreint,  et  que  cela  commission 
a  influé  de  façon  importante  sur  les  résultats 

du  vote,  elle  peut  faire  une  déclaration  en  ce 
sens.  Elle  peut  ordonner  les  mesures,  le  cas 
échéant,  que  doit  prendre  ou  s'abstenir  de 
prendre  une  personne,  un  employeur,  une  asso- 
ciation patronale,  un  agent  négociateur  affilié, 
un  organisme  négociateur  syndical  ou  un  orga- 
nisme négociateur  patronal  en  ce  qui  concerne 
le  vote  et  la  convention  provinciale  ou  toute 
question  connexe.  Cette  déclaration  ou  cet  or- 
dre prennent  effet  à  partir  du  jour  où  ils  sont 
émis  ou  formulés.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2, 
par.  152  (7);  1991,  chap.  56,  par.  3  (4). 

166.  La  Commission,  à  la  requête  d'un 
syndicat,  d'un  conseil  de  syndicats,  d'un  em- 
ployeur ou  d'une  association  patronale,  décide 
si  le  travail  exécuté  ou  destiné  à  être  exécuté 
par  des  employés  relève  du  secteur  industriel, 
commercial  et  institutionnel  de  l'industrie  de 
la  construction  visé  à  la  définition  du  terme 
«secteur»  qui  figure  à  l'article  126.  L.R.O. 
1990,  chap.  L.2,  art.  153. 

167.  (1)  L'organisme   négociateur   syndical   L'organisme 
désigné  ou  accrédité  ne  se  comporte  pas  d'une  J^""1"* 
façon  arbitraire,  n'exerce  pas  de  discrimination   bonne  foi, 
ni  n'agit  de  mauvaise  foi  dans  l'exercice  de  sa  etc. 
fonction  de  représentant  des  agents  négocia- 
teurs affiliés  compris  dans  l'unité  syndicale 
provinciale   pour    laquelle    il    négocie,    qu'ils 

soient  membres  ou  non  de  l'organisme  négo- 
ciateur syndical  désigné  ou  accrédité  ni  dans 
l'exercice  de  sa  fonction  de  représentant  des 
employés,  qu'ils  soient  membres  ou  non  d'un 
agent  négociateur  affilié. 

(2)  L'organisme  négociateur  patronal  dési-  'dem 
gné  ou  accrédité  ne  se  comporte  pas  d'une 
façon  arbitraire,  n'exerce  pas  de  discrimination 
ni  n'agit  de  mauvaise  foi  dans  l'exercice  de  ses 
fonctions  de  représentant  des  employeurs  com- 
pris dans  l'unité  patronale  provinciale  pour  la- 
quelle il  négocie,  qu'ils  soient  membres  ou 
non  de  l'organisme  négociateur  patronal  dési- 
gné ou  accrédité.  L.R.O.  1990,  chap.  L.2,  art. 
154. 


168.  (1)  Le  présent  article  s'applique  à 
l'égard  d'une  personne  morale  constituée  aux 
termes  d'un  règlement  pris  en  application  du 


Personne 
morale 


Sched/annexe  A 


RELATIONS  DE  TRAVAIL  ET  EMPLOI 


Projet  7 


135 


Labour  Relations  Act,  1995 


Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


Objects 


Not  agency 
!  of  Crown 

Members  of 
corporation 


Board  of 
.directors 


Funding  of 
corporation 


'    I 


If  non- 
payment 


Regulations 


under  this  section  or  under  a  predecessor  to 
this  section.  1991,  c.  56,  s.  4  (1),  revised. 

(2)  The  objects  of  the  corporation  are  to 
facilitate  collective  bargaining  in,  and  other- 
wise assist,  the  industrial,  commercial  and 
institutional  sector  of  the  construction  industry 
including, 

(a)  collecting,  analyzing  and  disseminating 
information  concerning  collective  bar- 
gaining and  economic  conditions  in  the 
industrial,  commercial  and  institutional 
sector  of  the  construction  industry; 

(b)  holding  conferences  involving  represen- 
tatives of  the  employer  bargaining  agen- 
cies and  the  employee  bargaining  agen- 
cies; and 

(c)  carrying  out  such  additional  objects  as 
are  prescribed. 

(3)  The  corporation  is  not  an  agency  of  the 
Crown. 

(4)  The  members  of  the  corporation  shall  be 
appointed  in  the  prescribed  manner  and  shall 
consist  of  equal  numbers  of  representatives  of 
labour,  management  and  the  Government  of 
Ontario. 

(5)  The  board  of  directors  of  the  corporation 
shall  be  composed  of  all  the  members  of  the 
corporation. 

(6)  The  employer  bargaining  agencies  and 
the  employee  bargaining  agencies  shall  make 
payments  to  the  corporation  in  accordance 
with  the  regulations. 

(7)  The  corporation  may  make  a  complaint 
to  the  Board  alleging  a  contravention  of  sub- 
section (6)  and  section  96  applies  with  respect 
to  such  a  complaint. 

(8)  The  Lieutenant  Governor  in  Council 
may  make  regulations, 

(a)  establishing  a  corporation  without  share 
capital; 

(b)  governing  the  corporation  including, 


(i)  providing  for  its  dissolution, 

(ii)  governing     the     appointment     of 
members,  and 

(iii)  prescribing  additional  objects; 

(c)  governing  the  payments  to  be  made  to 
the  corporation  by  the  employer  bar- 
gaining agencies  and  the  employee  bar- 
gaining agencies  including  prescribing 
methods  for  determining  the  payments. 


présent  article  ou  d'un  article  que  le  présent 
article  remplace.  1991,  chap.  56,  par.  4  (1), 
révisé. 

(2)  La  personne  morale  a  pour  but  d'aider  le   But 
secteur  industriel,  commercial  et  institutionnel 

de  l'industrie  de  la  construction,  notamment  de 
faciliter  les  négociations  collectives,  en  exer- 
çant les  fonctions  suivantes  : 

a)  la  collecte,  l'analyse  et  la  diffusion  de 
renseignements  sur  les  négociations  col- 
lectives et  les  conditions  économiques 
dans  le  secteur  industriel,  commercial  et 
institutionnel  de  l'industrie  de  la  con- 
struction; 

b)  la  tenue  de  conférences  réunissant  des 
représentants  des  organismes  négocia- 
teurs patronaux  et  des  organismes  négo- 
ciateurs syndicaux; 

c)  la  poursuite  de  tout  autre  but  supplé- 
mentaire prescrit. 

(3)  La  personne  morale  n'est  pas  un  orga-  Pasunor- 
nisme  de  la  Couronne.  f  ™isme  de 

la  Couronne 

(4)  Les  membres  de  la  personne  morale  sont  Membres  de 

nommés  de  la  manière  prescrite  et  leur  nombre  la  Pei'sonne 
...  r        ,  .  ,.     ,       morale 

est  réparti  également  entre  la  partie  syndicale, 
la  partie  patronale  et  le  gouvernement  de  l'On- 
tario. 

(5)  Le  conseil  d'administration  de  la  per-  Conseil  d'ad- 
sonne  morale  se  compose  de  tous  les  membres  tmnis,ratlon 
de  la  personne  morale. 

(6)  Les  organismes  négociateurs  patronaux  Financement 


delà 

personne 

morale 


et  les  organismes  négociateurs  syndicaux  font 
des  paiements  à  la  personne  morale  conformé- 
ment aux  règlements. 

(7)  La  personne  morale  peut  porter  plainte  à  Non-paie- 
la  Commission  en  cas  de  prétendue  infraction  ment 

au  paragraphe  (6),  et  l'article  96  s'applique  à 
l'égard  de  la  plainte. 

(8)  Le    lieutenant-gouverneur    en    conseil   Règlements 
peut,  par  règlement  : 

a)  constituer  une  personne  morale  sans  ca- 
pital-actions; 

b)  régir  les  affaires  de  la  personne  morale 
et,  notamment  : 

(i)  prévoir  sa  dissolution, 

(ii)  régir  la  nomination  des  membres, 


(iii)  prescrire  des  buts  supplémentaires; 

c)  régir  les  paiements  que  les  organismes 
négociateurs  patronaux  et  les  orga- 
nismes négociateurs  syndicaux  doivent 
faire  à  la  personne  morale  et  prescrire 


136 


Bill  7 


Same 


Short  title 


LABOUR  RELATIONS  AND  EMPLOYMENT  STATUTE  LAW  Sched./annexe  A 

Labour  Relations  Act,  1995  Loi  de  1995  sur  les  relations  de  travail 


(9)  A  regulation  made  under  subclause 
(8)  (b)  (ii)  may  provide  for  the  selection,  by 
persons  or  organizations,  of  persons  to  be 
appointed  as  members.  1991,  c.  56,  s.  4  (2-9). 

SHORT  TITLE 

169.  The  short  title  of  this  Act  is  the  Labour 
Relations  Act,  1995. 


les  méthodes  à  utiliser  pour  établir  ces 
paiements. 

(9)  Un   règlement   pris   en   application   du  idem 
sous-alinéa  (8)  b)  (ii)  peut  prévoir  la  sélec- 
tion, par  des  personnes  ou  des  organisations, 
des   personnes   devant   être   nommées   mem- 
bres. 1991,  chap.  56,  par.  4  (2)  à  (9). 

TITRE  ABRÉGÉ 

169.  Le  titre  abrégé  de  la  présente  loi  est  Loi  Titre  abrégé 
de  1995  sur  les  relations  de  travail 


X 


Clerk    ^ 

OF  the  > 

LEGISLATIVE  ASSEMBLY" 

1st  SESSION,  36th  LEGISLATURE,  ONTARIO 
44  ELIZABETH  II,  1995 


His  Honour 

the 

Lieutenant  Governor 

lre  SESSION,  36e  LÉGISLATURE,  ONTARIO 
44  ELIZABETH  II,  1995 


Bill  8 


Projet  de  loi  8 


(Chapter  4 
Statutes  of  Ontario,  1995) 


(Chapitre  4 
Lois  de  l'Ontario  de  1995) 


An  Act  to  repeal  job  quotas  and  to 

restore  merit-based  employment 

practices  in  Ontario 


Loi  abrogeant  le  contingentement  en 

matière  d'emploi  et  rétablissant  en 

Ontario  les  pratiques  d'emploi  fondées 

sur  le  mérite 


The  Hon.  M.  Mushinski 

Minister  of  Citizenship,  Culture  and  Recreation 


L'honorable  M.  Mushinski 

Ministre  des  Affaires  civiques,  de  la  Culture 
et  des  Loisirs 


1st  Reading 

2nd  Reading 

3rd  Reading 

Royal  Assent 


October  11,  1995 
November  2,  1995 
December  13,  1995 
December  14,  1995 


lre  lecture 

2e  lecture 

3e  lecture 

Sanction  royale 


11  octobre  1995 
2  novembre  1995 

13  décembre  1995 

14  décembre  1995 


Printed  by  the  Legislative  Assembly 
of  Ontario 


0 


Imprimé  par  l'Assemblée  législative 
de  l'Ontario 


Bill  8 


1995         Projet  de  loi  8 


1995 


An  Act  to  repeal  job  quotas 

and  to  restore  merit-based 

employment  practices  in  Ontario 


Loi  abrogeant  le  contingentement 

en  matière  d'emploi  et  rétablissant 

en  Ontario  les  pratiques  d'emploi 

fondées  sur  le  mérite 


Her  Majesty,  by  and  with  the  advice  and  con- 
sent of  the  Legislative  Assembly  of  the  Prov- 
ince of  Ontario,  enacts  as  follows: 

EMPLOYMENT  EQUITY  ACT,  1993 


1.  (1)  The  Employment  Equity  Act,  1993  is 
repealed. 

(2)  All  orders  made  and  policy  directives 
issued  by  the  Employment  Equity  Commission 
and  all  orders  made  by  the  Employment 
Equity  Tribunal  are  of  no  force  or  effect. 


(3)  All  agreements  entered  into  under  sub- 
section 26  (2)  of  the  Employment  Equity  Act, 
1993  cease  to  be  binding  on  the  parties  and  are 
of  no  force  or  effect 

(4)  All  proceedings  instituted  before  the 
Employment  Equity  Tribunal  and  all  prosecu- 
tions instituted  with  the  consent  of  the  Tri- 
bunal, but  not  concluded  before  this  Act 
comes  into  force,  are  hereby  discontinued, 
without  costs. 

(5)  Every  person  in  possession  of  informa- 
tion collected  and  compiled  exclusively  for  the 
purpose  of  complying  with  section  10  of  the 
Employment  Equity  Act,  1993  shall  destroy  the 
information  as  soon  as  reasonably  possible 
after  this  Act  comes  into  force. 


EDUCATION  ACT 

2.  (1)  Paragraph  29  of  subsection  8  (1)  of  the 
Education  Act,  as  re-enacted  by  the  Statutes  of 
Ontario,  1992,  chapter  16,  section  2,  is 
repealed. 

(2)  Subsection  135  (5)  of  the  Act  is  repealed. 


Sa  Majesté,  sur  l'avis  et  avec  le  consentement 
de  l'Assemblée  législative  de  la  province  de 
l'Ontario,  édicté  : 

LOI  DE  1993  SUR  L'ÉQUITÉ  EN 
MATBÈRE  D'EMPLOI 

1.  (1)  La  Loi  de  1993  sur  l'équité  en  matière 
d'emploi  est  abrogée. 

(2)  Les  ordonnances  rendues  et  les  direc- 
tives en  matière  de  politiques  données  par  la 
Commission  de  l'équité  en  matière  d'emploi 
ainsi  que  les  ordonnances  rendues  par  le  Tri- 
bunal de  l'équité  en  matière  d'emploi  sont 
sans  effet 

(3)  Les  accords  conclus  aux  termes  du  para- 
graphe 26  (2)  de  la  Loi  de  1993  sur  l'équité  en 
matière  d'emploi  ne  lient  plus  les  parties  et 
sont  sans  effet 

(4)  Par  le  présent  paragraphe,  il  est  mis  fin, 
sans  dépens,  aux  instances  introduites  devant 
le  Tribunal  de  l'équité  en  matière  d'emploi  et 
aux  poursuites  intentées  avec  le  consentement 
du  Tribunal  qui  n'ont  pas  été  menées  à  terme 
avant  l'entrée  en  vigueur  de  la  présente  loi. 

(5)  Toute  personne  qui  possède  des  rensei- 
gnements recueillis  et  compilés  dans  le  but 
unique  de  se  conformer  à  l'article  10  de  la  Loi 
de  1993  sur  l'équité  en  matière  d'emploi  doit 
détruire  ces  renseignements  dès  qu'il  est  rai- 
sonnablement possible  de  le  faire  après  l'en- 
trée en  vigueur  de  la  présente  loi. 

LOI  SUR  L'ÉDUCATION 

2.  (1)  La  disposition  29  du  paragraphe  8  (1) 
de  la  Loi  sur  l'éducation,  telle  qu'elle  est  adop- 
tée de  nouveau  par  l'article  2  du  chapitre  16 
des  Lois  de  l'Ontario  de  1992,  est  abrogée. 

(2)  Le  paragraphe  135  (5)  de  la  Loi  est 
abrogé. 


Bill  g 


JOB  QUOTAS  REPEAL 


Sec./art.  3(1) 


Crown 
bound 


HUMAN  RIGHTS  CODE 

3.  (1)  Section  14.1  of  the  Human  Rights 
Code,  as  enacted  by  the  Statutes  of  Ontario, 
1993,  chapter  35,  section  56,  is  repealed. 


(2)  Section  24.1  of  the  Code,  as  enacted  by 
the  Statutes  of  Ontario,  1993,  chapter  35, 
section  56  and  amended  by  1994,  chapter  27, 
section  65,  is  repealed. 

(3)  Section  41.1  of  the  Code,  as  enacted  by 
the  Statutes  of  Ontario,  1993,  chapter  35, 
section  56  and  amended  by  1994,  chapter  27, 
section  65,  is  repealed. 


POLICE  SERVICES  ACT 

4.  (1)  Clause  3  (2)  (c)  of  the  Police  Services 
Act  is  repealed. 

(2)  Subsection  17  (3)  of  the  Act  is  repealed. 


(3)  Clause  22  (1)  (b)  of  the  Act  is  repealed. 

(4)  Subsections  23  (2)  and  (4)  of  the  Act  are 
repealed. 

(5)  Subsection  23  (5)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "or  paragraph  3  of  subsection 
(2)"  in  the  second  and  third  lines. 


(6)  Subsections  23  (13)  and  (14)  of  the  Act 
are  repealed. 

(7)  Clause  31  (1)  (f)  of  the  Act  is  repealed. 

(8)  Clause  41  (1)  (f)  of  the  Act  is  repealed. 

(9)  Clause  41  (1)  (g)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "and  on  the  implementation  of 
the  employment  equity  plan"  in  the  third, 
fourth  and  fifth  Unes. 

(10)  Section  48  of  the  Act  is  repealed. 

(11)  Paragraphs  10  and  11  of  subsection  135 
(1)  of  the  Act  are  repealed. 

(12)  AU  hearings  before  the  Ontario  Civilian 
Commission  on  Police  Services  under  subsec- 
tion 23  (2)  of  the  Police  Services  Act  that  were 
commenced  but  not  concluded  before  this  Act 
comes  into  force  are  hereby  discontinued, 
without  costs. 


GENERAL 

5.  This  Act  binds  the  Crown. 


CODE  DES  DROITS  DE  LA  PERSONNE 

3.  (1)  L'article  14.1  du  Code  des  droits  de  la 
personne,  tel  qu'il  est  adopté  par  l'article  56 
du  chapitre  35  des  Lois  de  l'Ontario  de  1993, 
est  abrogé. 

(2)  L'article  24.1  du  Code,  tel  qu'U  est  adop- 
té par  l'article  56  du  chapitre  35  des  Lois  de 
l'Ontario  de  1993  et  modifié  par  l'article  65  du 
chapitre  27  des  Lois  de  l'Ontario  de  1994,  est 
abrogé. 

(3)  L'article  41.1  du  Code,  tel  qu'il  est  adop- 
té par  l'article  56  du  chapitre  35  des  Lois  de 
l'Ontario  de  1993  et  modifié  par  l'article  65  du 
chapitre  27  des  Lois  de  l'Ontario  de  1994,  est 
abrogé. 

LOI  SUR  LES  SERVICES  POLICIERS 

4.  (1)  L'alinéa  3  (2)  c)  de  la  Loi  sur  les  ser- 
vices policiers  est  abrogé. 

(2)  Le  paragraphe  17  (3)  de  la  Loi  est 
abrogé. 

(3)  L'alinéa  22  (1)  b)  de  la  Loi  est  abrogé. 

(4)  Les  paragraphes  23  (2)  et  (4)  de  la  Loi 
sont  abrogés. 

(5)  Le  paragraphe  23  (5)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  suppression  de  «ou  de  la  disposition  3 
du  paragraphe  (2)»  aux  deuxième  et  troisième 
lignes. 

(6)  Les  paragraphes  23  (13)  et  (14)  de  la  Loi 
sont  abrogés. 

(7)  L'alinéa  31  (1)  f)  de  la  Loi  est  abrogé. 

(8)  L'alinéa  41  (1)  0  de  la  Loi  est  abrogé. 

(9)  L'alinéa  41  (1)  g)  de  la  Loi  est  modifié 
par  suppression  de  «et  sur  la  mise  en  œuvre 
du  programme  d'équité  en  matière  d'emploi» 
aux  quatrième,  cinquième  et  sixième  lignes. 

(10)  L'article  48  de  la  Loi  est  abrogé. 

(11)  Les  dispositions  10  et  11  du  paragraphe 
135  (1)  de  la  Loi  sont  abrogées. 

(12)  Par  le  présent  paragraphe,  il  est  mis 
fin,  sans  dépens,  aux  audiences  devant  la 
Commission  civile  des  services  policiers  de 
l'Ontario  visées  par  le  paragraphe  23  (2)  de  la 
Loi  sur  les  services  policiers  qui  ont  été  com- 
mencées mais  qui  n'ont  pas  été  terminées 
avant  l'entrée  en  vigueur  de  la  présente  loi. 

DISPOSITIONS  GÉNÉRALES 

5.  La  présente  loi  lie  la  Couronne. 


La  Cou- 
ronne est 
life 


Commence-         6.    This  Act  conies  into  force  on  the  day  it 
ment  receives  Royal  Assent. 

Short  title  7.     The  short  title  of  this  Act  is  the  Job 

Quotas  Repeal  Act,  1995. 


6.  La  présente  loi  entre  en  vigueur  le  jour   Entrée  en 
où  elle  reçoit  la  sanction  royale.  vigueur 

7.  Le  titre  abrégé  de  la  présente  loi  est  Loi   Titre  abrégé 
de    1995    abrogeant    le    contingentement    en 

matière  d'emploi. 


\ 


%r\o-a>ét?^ 


Clerk 

of  THE 

ÏEGISLATIVE  ASSEMBLY 


1st  SESSION,  36th  LEGISLATURE,  ONTARIO 
44  ELIZABETH  II,  1995 


Bill  15 


{Chapter  5 
Statutes  of  Ontario,  1995) 


An  Act  to  amend  the  Workers' 

Compensation  Act  and  the 

Occupational  Health  and  Safety  Act 


His  Honour 
the 

SrM^,4>HTAfi<9VERNOR 


iresEssio; 

44  ELIZABETH  II,  1995 


Projet  de  loi  15 


(Chapitre  5 
Lois  de  l'Ontario  de  1995) 


Loi  modifiant  la  Loi  sur  les  accidents 

du  travail  et  la  Loi  sur  la  santé 

et  la  sécurité  au  travail 


The  Hon.  E.  Witmer 

Minister  of  Labour 


L'honorable  E.  Witmer 

Ministre  du  Travail 


1st  Reading 

2nd  Reading 

3rd  Reading 

Royal  Assent 


November  1,  1995 
November  17,  1995 
December  13,  1995 
December  14,  1995 


lre  lecture 

1er  novembre  1995 

2e  lecture 

17  novembre  1995 

3e  lecture 

13  décembre  1995 

ion  royale 

14  décembre  1995 

M** 

ë 

Ito* 


Printed  by  the  Legislative  Assembly 
of  Ontario 


Imprimé  par  l'Assemblée  législative 
de  l'Ontario 


Bill  15 


1995         Projet  de  loi  15 


1995 


An  Act  to  amend  the  Workers' 

Compensation  Act  and  the 

Occupational  Health  and  Safety  Act 


Loi  modifiant  la  Loi  sur  les  accidents 

du  travail  et  la  Loi  sur  la  santé  et  la 

sécurité  au  travail 


Her  Majesty,  by  and  with  the  advice  and 
consent  of  the  Legislative  Assembly  of  the 
Province  of  Ontario,  enacts  as  follows: 

PARTI 
WORKERS'  COMPENSATION  ACT 


Sa  Majesté,  sur  l'avis  et  avec  le  consentement 
de  l'Assemblée  législative  de  la  province  de 
l'Ontario,  édicté  : 

PARTIE  I 
LOI  SUR  LES  ACCIDENTS  DU  TRAVAIL 


1.  Section  0.1  of  the  Workers'  Compensation 
Act,  as  enacted  by  the  Statutes  of  Ontario, 
1994,  chapter  24,  section  1,  is  repealed  and  the 
following  substituted: 

PART  0.1 
PURPOSE  AND  INTERPRETATION 


1.  L'article  0.1  de  la  Loi  sur  les  accidents  du 
travail,  tel  qu'il  est  adopté  par  l'article  1  du 
chapitre  24  des  Lois  de  l'Ontario  de  1994,  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

PARTIE  0.1 
OBJET  ET  INTERPRÉTATION 


Purpose 


Over- 
payments 


0.1  The  purpose  of  this  Act  is  to  accom- 
plish the  following  in  a  financially  responsible 
and  accountable  manner: 

1.  To  provide  fair  compensation  to 
workers  who  sustain  personal  injury 
arising  out  of  and  in  the  course  of  their 
employment  or  who  suffer  from  occu- 
pational disease  and  to  their  survivors 
and  dependants. 

2.  To  provide  health  care  benefits  to  those 
workers. 

3.  To  provide  for  rehabilitation  services 
and  programs  to  facilitate  the  workers' 
return  to  work. 

4.  To  provide  for  rehabilitation  programs 
for  their  survivors. 

5.  To  prevent  or  reduce  the  occurrence  of 
injuries  and  occupational  diseases  at 
work. 

6.  To  promote  health  and  safety  in  work- 
places. 

2.  Subsection  20  (2)  of  the  Act  is  repealed. 

3.  The  Act  is  amended  by  adding  the 
following  section: 

21.1  (1)  An  overpayment  made  by  the 
Board  to  a  person  who  receives  compensation 


0.1    L'objet  de  la  présente  loi  est  d'accom-   Objet 
plir  ce  qui  suit  en  pratiquant  une  saine  gestion 
financière  assortie  de  l'obligation  de  rendre 
compte  : 

1.  Fournir  une  indemnité  équitable  aux 
travailleurs  qui  subissent  une  lésion  cor- 
porelle survenant  du  fait  et  au  cours  de 
leur  emploi  ou  souffrent  d'une  maladie 
professionnelle  ainsi  qu'à  leurs  survi- 
vants et  leurs  personnes  à  charge. 

2.  Prévoir  pour  ces  travailleurs  des  presta- 
tions au  titre  des  soins  médicaux. 

3.  Prévoir  des  programmes  et  des  services 
de  réadaptation  afin  de  faciliter  le  re- 
tour au  travail  des  travailleurs. 

4.  Prévoir  des  programmes  de  réadapta- 
tion pour  leurs  survivants. 

5.  Empêcher  ou  réduire  la  survenance  de 
lésions  et  de  maladies  professionnelles 
au  travail. 

6.  Promouvoir  la  santé  et  la  sécurité  dans 
les  milieux  de  travail. 

2.  Le  paragraphe  20  (2)  de  la  Loi  est  abro- 
gé. 

3.  La  Loi  est  modifiée  par  adjonction  de 
l'article  suivant  : 

21.1    (1)  Le  montant  excédentaire  versé  par  Montants  ex- 
la  Commission  à  une  personne  qui  reçoit  une  cédentaires 


Bill  15 


WORKERS-  COMPENSATION  AND  OCCUPATIONAL  HEALTH  AND  SAFETY 


Sec/art.  3 


Amount 


Material 
change  in 
circum- 
stances 


under  the  Act  is  a  debt  due  and  owing  to  the 
Board  at  the  time  the  overpayment  is  made. 

(2)  The  amount  of  the  overpayment  is  as 
determined  by  the  Board. 

4.  The  Act  is  amended  by  adding  the 
following  section: 

22.1  A  person  receiving  benefits  or  who 
may  be  entitled  to  receive  benefits  under  the 
Act  shall  notify  the  Board  of  a  material 
change  in  circumstances  in  connection  with 
his  or  her  entitlement  to  benefits  within  10 
days  after  the  material  change  occurs. 

5.  Subsection  50  (9)  of  the  Act  is  repealed. 


6.  (1)  Subsections  56  (1)  and  (2)  of  the  Act, 
as  re-enacted  by  the  Statutes  of  Ontario,  1994, 
chapter  24,  section  12,  shall  be  deemed  to  have 
been  repealed  on  November  1,  1995  and  the 
following  substituted: 

(1)  A  president  shall  be  appointed  by  the 
Lieutenant  Governor  in  Council  to  govern  the 
corporation  and  to  exercise  the  powers  and 
perform  the  duties  of  the  Board. 

(2)  The  president  may  exercise  the  powers 
and  shall  perform  the  duties  of  the  board  of 
directors,  the  chair  and  the  president. 

(2.1)  The  remuneration,  benefits  and 
expenses  of  the  president  shall  be  determined 
by  the  Lieutenant  Governor  in  Council  and 
shall  be  part  of  the  administrative  expenses  of 
the  Board. 

(2.2)  Subsections  65  (1)  and  (2)  do  not 
apply  while  the  president  is  exercising  the 
powers  and  performing  the  duties  of  the  board 
of  directors  and  the  chair. 

(2)  On  a  day  to  be  named  by  proclamation 
of  the  Lieutenant  Governor,  subsection  56  (1) 
and  (2)  of  the  Act,  as  re-enacted  by  subsection 
(1),  and  subsections  56  (2.1)  and  (2.2),  as 
enacted  by  subsection  (1),  are  repealed  and  the 
following  substituted: 

(1)  A  board  of  directors  shall  be  appointed 
by  the  Lieutenant  Governor  in  Council  to  gov- 
ern the  corporation  and  to  exercise  the  powers 
and  perform  the  duties  of  the  Board. 

Composition        (l.l)  The  board  of  directors  shall  be  com- 
posed of, 

(a)  the  chair; 

(b)  the  president;  and 

(c)  a  minimum  of  three  and  a  maximum  of 
seven  members  who  are  representative 


Governance 


Effect  of 
appointment 


Remuner- 
ation, etc. 


Meetings 
and  quorum 


Board  of 
directors 


indemnité  en  vertu  de  la  Loi  devient  une 
créance  de  la  Commission  au  moment  où  le 
montant  excédentaire  est  versé. 

(2)  Le  montant  excédentaire  est  déterminé   Montant 
par  la  Commission. 

4.     La  Loi  est  modifiée  par  adjonction  de 
l'article  suivant  : 


Changement 
important 


22.1  Quiconque  reçoit  des  prestations  ou 
peut  y  avoir  droit  aux  termes  de  la  Loi  avise  la 
Commission  de  tout  changement  important 
dans  les  circonstances  en  ce  qui  concerne  son 
droit  à  des  prestations,  dans  les  10  jours  qui 
suivent  le  changement. 

5.  Le  paragraphe  50  (9)  de  la  Loi  est  abro- 
gé- 

6.  (1)  Les  paragraphes  56  (1)  et  (2)  de  la 
Loi,  tels  qu'ils  sont  adoptés  de  nouveau  par 
l'article  12  du  chapitre  24  des  Lois  de  l'Onta- 
rio de  1994,  sont  réputés  avoir  été  abrogés  le 
1er  novembre  1995  et  remplacés  par  ce  qui 
suit  : 

(1)  Un  président  de  la  Commission  est 
nommé  par  le  lieutenant-gouverneur  en  con- 
seil pour  régir  la  personne  morale  et  exercer 
les  pouvoirs  et  fonctions  de  la  Commission. 

(2)  Le  président  de  la  Commission  peut 
exercer  les  pouvoirs,  et  exerce  les  fonctions, 
du  conseil  d'administration,  du  président  et  du 
président  de  la  Commission. 

(2.1)  La  rémunération,  les  indemnités  et  les 
dépenses  du  président  de  la  Commission  sont 
fixées  par  le  lieutenant-gouverneur  en  conseil 
et  font  partie  des  dépenses  administratives  de 
la  Commission. 

(2.2)  Les  paragraphes  65  (1)  et  (2)  ne  s'ap- 
pliquent pas  lorsque  le  président  de  la  Com- 
mission exerce  les  pouvoirs  et  fonctions  du 
conseil  d'administration  et  du  président. 

(2)  Le  jour  que  le  lieutenant-gouverneur 
fixe  par  proclamation,  les  paragraphes  56  (1) 
et  (2)  de  la  Loi,  tels  qu'ils  sont  adoptés  de 
nouveau  par  le  paragraphe  (1),  et  les  paragra- 
phes 56  (2.1)  et  (2.2),  tels  qu'ils  sont  adoptés 
par  le  paragraphe  (1),  sont  abrogés  et  rempla- 
cés par  ce  qui  suit  : 

(1)  Un  conseil  d'administration  est  nommé 
par  le  lieutenant-gouverneur  en  conseil  pour 
régir  la  personne  morale  et  exercer  les  pou- 
voirs et  fonctions  de  la  Commission. 

(1.1)  Le  conseil  d'administration  est  com-  Composition 
posé  des  personnes  suivantes  : 

a)  le  président; 

b)  le  président  de  la  Commission; 

c)  de  trois  à  sept  membres  qui  représentent 
les  travailleurs,  les  employeurs  et  les 


Régie 


Effet  de  la 
nomination 


Rémunéra- 
tion 


Réunions  et 
quorum 


Conseil  d'ad- 
ministration 


Sec/art.  6  (2) 


ACCIDENTS  DU  TRAVAIL  ET  SANTÉ  ET  SÉCURITÉ  AU  TRAVAIL 


Projet  15 


Consultation 
re  president 


Transition 


Transition 


Same 


Same 


Same 


a  amc 


of  workers,  employers  and  such  others 
as  the  Lieutenant  Governor  in  Council 
considers  appropriate. 

(2)  The  Lieutenant  Governor  in  Council 
shall  consult  with  the  chair  and  the  members 
described  in  clause  (1.1)  (c)  before  appointing 
the  president. 

(2.1)  Subsection  (2)  does  not  apply  with 
respect  to  the  first  president  appointed  upon 
the  coming  into  force  of  subsection  (1.1). 

(3)  Section  56  of  the  Act,  as  re-enacted  by 
the  Statutes  of  Ontario,  1994,  chapter  24, 
section  12,  is  further  amended  by  adding  the 
following  subsections: 

(5)  An  appointment  of  a  president  by  the 
Lieutenant  Governor  in  Council  made  on  or 
after  November  1,  1995  and  before  the  date  on 
which  the  Workers'  Compensation  and  Occu- 
pational Health  and  Safety  Amendment  Act, 
1995  receives  Royal  Assent  shall  be  deemed 
to  have  been  authorized  under  the  Act  at  the 
time  it  was  made. 


(6)  The  termination  by  the  Lieutenant  Gov- 
ernor in  Council  on  November  1,  1995  of  the 
appointment  of  each  member  of  the  board  of 
directors  then  in  office  shall  be  deemed  to 
have  been  authorized  by  law  at  the  time  it 
occurred. 

(7)  No  proceeding  may  be  commenced  or 
continued  in  which  a  decision  of  the  Lieuten- 
ant Governor  in  Council  appointing  or  replac- 
ing a  president  during  the  period  beginning  on 
November  1,  1995  and  ending  on  the  date  on 
which  the  Workers'  Compensation  and  Occu- 
pational Health  and  Safety  Amendment  Act, 
1995  receives  Royal  Assent  is  challenged. 

(8)  No  proceeding  may  be  commenced  or 
continued  in  which  the  decision  of  the  Lieu- 
tenant Governor  in  Council  terminating  the 
appointments  of  the  board  of  directors  as  it 
existed  on  October  31,  1995  is  challenged. 

(9)  No  proceeding  may  be  commenced  or 
continued  in  which  the  validity  of  a  decision 
of  the  president  is  challenged  solely  on  the 
grounds  that  he  or  she  did  not  have  the  author- 
ity to  exercise  the  powers  and  perform  the 
duties  of  the  board  of  directors,  the  chair  or  a 
vice-chair  or  the  president  during  the  period 
beginning  on  November  1,  1995  and  ending 
on  the  date  on  which  the  Workers'  Compensa- 
tion and  Occupational  Health  and  Safety 
Amendment  Act,  1995  receives  Royal  Assent. 


autres  personnes  que  le  lieutenant-gou- 
verneur en  conseil  estime  appropriées. 

(2)  Le  lieutenant-gouverneur  en  conseil 
consulte  le  président  et  les  membres  visés  à 
l'alinéa  (1.1)  c)  avant  de  nommer  le  président 
de  la  Commission. 

(2.1)  Le  paragraphe  (2)  ne  s'applique  pas  à 
l'égard  du  premier  président  de  la  Commis- 
sion nommé  dès  l'entrée  en  vigueur  du  para- 
graphe (1.1). 

(3)  L'article  56  de  la  Loi,  tel  qu'il  est  adopté 
de  nouveau  par  l'article  12  du  chapitre  24  des 
Lois  de  l'Ontario  de  1994,  est  modifié  de  nou- 
veau par  adjonction  des  paragraphes  sui- 
vants : 

(5)  La  nomination  d'un  président  de  la 
Commission  faite  par  le  lieutenant-gouverneur 
en  conseil  le  1er  novembre  1995  ou  par  la 
suite,  mais  avant  la  date  où  la  Loi  de  1995 
modifiant  la  Loi  sur  les  accidents  du  travail  et 
la  Loi  sur  la  santé  et  la  sécurité  au  travail 
reçoit  la  sanction  royale,  est  réputée  avoir  été 
autorisée  aux  termes  de  la  Loi  au  moment  où 
elle  a  été  faite. 

(6)  Le  fait  pour  le  lieutenant-gouverneur  en 
conseil  de  mettre  fin  le  1er  novembre  1995  au 
mandat  de  chaque  membre  du  conseil  d'admi- 
nistration alors  en  poste  est  réputé  avoir  été 
autorisé  par  la  loi  au  moment  où  il  est  mis  fin 
à  celui-ci. 

(7)  Ne  peut  être  engagée  ou  se  poursuivre 
aucune  instance  remettant  en  question  une  dé- 
cision du  lieutenant-gouverneur  en  conseil 
nommant  ou  remplaçant  un  président  de  la 
Commission  pendant  la  période  débutant  le  1er 
novembre  1995  et  se  terminant  à  la  date  où  la 
Loi  de  1995  modifiant  la  Loi  sur  les  accidents 
du  travail  et  la  Loi  sur  la  santé  et  la  sécurité 
au  travail  reçoit  la  sanction  royale. 

(8)  Ne  peut  être  engagée  ou  se  poursuivre 
aucune  instance  remettant  en  question  la  déci- 
sion du  lieutenant-gouverneur  en  conseil  met- 
tant fin  au  mandat  des  membres  du  conseil 
d'administration  tel  que  celui-ci  existait  le 
31  octobre  1995. 

(9)  Ne  peut  être  engagée  ou  se  poursuivre 
aucune  instance  remettant  en  question  la  vali- 
dité d'une  décision  du  président  de  la  Com- 
mission pour  le  seul  motif  qu'il  n'était  pas 
autorisé  à  exercer  les  pouvoirs  et  fonctions  du 
conseil  d'administration,  du  président  ou  d'un 
vice-président  ou  du  président  de  la  Commis- 
sion pendant  la  période  débutant  le  1er  novem- 
bre 1995  et  se  terminant  à  la  date  où  la  Loi  de 
1995  modifiant  la  Loi  sur  les  accidents  du 
travail  et  la  Loi  sur  la  santé  et  la  sécurité  au 
travail  reçoit  la  sanction  royale. 


Consultation 
au  sujet  du 
président  de 
la  Commis- 


Disposition 
transitoire 


Disposition 
transitoire 


Idem 


Idem 


Idem 


Idem 


Bill  15 


WORKERS'  COMPENSATION  AND  OCCUPATIONAL  HEALTH  AND  SAFETY 


Sec/art.  6  (3) 


Same 


Same 


(10)  A  decision  in  a  proceeding  described 
in  subsection  (7),  (8)  or  (9)  made  before  the 
Workers'  Compensation  and  Occupational 
Health  and  Safety  Amendment  Act,  1995 
receives  Royal  Assent  is  unenforceable. 

7.  Section  58  of  the  Act,  as  re-enacted  by 
the  Statutes  of  Ontario,  1994,  chapter  24,  sec- 
tion 13,  is  amended  by  adding  the  following 
subsection: 

(2)  The  board  of  directors  shall  act  in  a 
financially  responsible  and  accountable  man- 
ner in  exercising  its  powers  and  performing  its 
duties. 

8.  Section  59  of  the  Act,  as  re-enacted  by 
the  Statutes  of  Ontario,  1994,  chapter  24, 
section  13,  is  repealed. 

9.  (1)  Subsection  60  (1)  of  the  Act,  as 
amended  by  the  Statutes  of  Ontario,  1994, 
chapter  24,  section  14,  is  further  amended  by 
striking  out  "each  vice-chair"  in  the  amend- 
ment of  1994. 

(2)  Subsection  60  (2)  of  the  Act,  as  amended 
by  the  Statutes  of  Ontario,  1994,  chapter  24, 
section  14,  is  further  amended  by  striking  out 
"a  vice-chair"  in  the  amendment  of  1994. 


10.  Subsection  63  (4)  of  the  Act  is  repealed. 


Idem 


(10)  Est  inexécutoire  la  décision  rendue  Idem 
dans  une  instance  visée  au  paragraphe  (7),  (8) 
ou  (9)  avant  que  la  Loi  de  1995  modifiant  la 
Loi  sur  les  accidents  du  travail  et  la  Loi  sur  la 
santé  et  la  sécurité  au  travail  ne  reçoive  la 
sanction  royale. 

7.  L'article  58  de  la  Loi,  tel  qu'il  est  adopté 
de  nouveau  par  l'article  13  du  chapitre  24  des 
Lois  de  l'Ontario  de  1994,  est  modifié  par  ad- 
jonction du  paragraphe  suivant  : 

(2)  Le  conseil  d'administration  pratique 
une  saine  gestion  financière  assortie  de  l'obli- 
gation de  rendre  compte  lorsqu'il  exerce  ses 
pouvoirs  et  fonctions. 

8.  L'article  59  de  la  Loi,  tel  qu'il  est  adopté 
de  nouveau  par  l'article  13  du  chapitre  24  des 
Lois  de  l'Ontario  de  1994,  est  abrogé. 

9.  (1)  Le  paragraphe  60  (1)  de  la  Loi,  tel 
qu'il  est  modifié  par  l'article  14  du  chapitre  24 
des  Lois  de  l'Ontario  de  1994,  est  modifié  de 
nouveau  par  suppression  de  «chaque  vice-pré- 
sident,» dans  la  modification  de  1994. 

(2)  Le  paragraphe  60  (2)  de  la  Loi,  tel  qu'il 
est  modifié  par  l'article  14  du  chapitre  24  des 
Lois  de  l'Ontario  de  1994,  est  modifié  de  nou- 
veau par  suppression  de  «à  un  vice-président,» 
dans  la  modification  de  1994. 

10.  Le  paragraphe  63  (4)  de  la  Loi  est  abro- 


11.  Subsection  65  (2)  of  the  Act,  as  re-en- 
acted by  the  Statutes  of  Ontario,  1994,  chapter 
24,  section  16,  is  amended  by  striking  out 
"Seven"  in  the  first  Une  and  substituting 
"Five". 

12.  Subsection  65.1  (4)  of  the  Act,  as 
enacted  by  the  Statutes  of  Ontario,  1994, 
chapter  24,  section  17,  is  repealed. 

13.  Subsections  65.2  (1)  and  (2)  of  the  Act, 
as  enacted  by  the  Statutes  of  Ontario,  1994, 
chapter  24,  section  18,  are  repealed  and  the 
following  substituted: 


(1)  Every  five  years,  the  Board  and  the 
Minister  shall  enter  into  a  memorandum  of 


Memoran- 
dum of 
understand- 
ing understanding  containing  only  such  terms  as 

may  be  directed  by  the  Minister. 

Contenu  (2)  The    memorandum    of    understanding 

must  impose  the  following  requirements: 

1.  Each  year,  the  Board  must  give  the 
Minister  a  strategic  plan  setting  out  its 
plans  for  the  following  five  years. 

2.  The  Board  must  give  the  Minister  an 
annual  statement  setting  out  its  pro- 
posed priorities  for  administering  the 
Act  and  regulations. 


11.  Le  paragraphe  65  (2)  de  la  Loi,  tel  qu'il 
est  adopté  de  nouveau  par  l'article  16  du  cha- 
pitre 24  des  Lois  de  l'Ontario  de  1994,  est 
modifié  par  substitution,  à  «Sept»  à  la  pre- 
mière ligne,  de  «Cinq». 

12.  Le  paragraphe  65.1  (4)  de  la  Loi,  tel 
qu'il  est  adopté  par  l'article  17  du  chapitre  24 
des  Lois  de  l'Ontario  de  1994,  est  abrogé. 

13.  Les  paragraphes  65.2  (1)  et  (2)  de  la 
Loi,  tels  qu'ils  sont  adoptés  par  l'article  18  du 
chapitre  24  des  Lois  de  l'Ontario  de  1994,  sont 
abrogés  et  remplacés  par  ce  qui  suit  : 

(1)  Tous  les  cinq  ans,  la  Commission  et  le  Protocole 
ministre  concluent  un  protocole  d'entente  ne  dentenle 
contenant  que  les  conditions  qu'ordonne  le 
ministre. 


(2)  Le  protocole  d'entente  impose  les  obli- 
gations suivantes  : 

1.  La  Commission  remet  chaque  année  au 
ministre  un  plan  stratégique  énonçant 
ses  projets  pour  les  cinq  années  sui- 
vantes. 

2.  La  Commission  remet  au  ministre  un 
énoncé  annuel  des  priorités  qu'elle  en- 
tend établir  aux  fins  de  l'application  de 
la  Loi  et  des  règlements. 


Contenu 


Sec/art.  13 


ACCIDENTS  DU  TRAVAIL  ET  SANTÉ  ET  SÉCURITÉ  AU  TRAVAIL 


Projet  15 


Same 


Collection  of 
debts 


Remedies 


Value  for 
money  audit 


Same 


Same 


Employer 
registration 


Information 
requirement 


3.  The  Board  must  give  the  Minister  an 
annual  statement  of  its  investment  poli- 
cies and  goals. 

(2.1)  The  memorandum  of  understanding 
must  address  any  matter  that  may  be  required 
by  order  of  the  Lieutenant  Governor  in  Coun- 
cil or  by  a  direction  of  Management  Board  of 
Cabinet. 

(2.2)  The  memorandum  of  understanding 
may  address  the  following  matters: 

1.  Any  direction  by  the  Minister  about 
programs  to  be  reviewed  under  subsec- 
tion 77  (2). 

2.  Any  matter  proposed  by  the  Board  and 
agreed  to  by  the  Minister. 

3.  Any  other  matter  the  Minister  considers 
appropriate. 

14.  The  Act  is  amended  by  adding  the 
following  section: 

66.  (1)  The  Board  may  deduct  from  money 
payable  to  a  person  by  the  Board  all  or  part  of 
a  debt  due  to  the  Board  from  the  person. 

(2)  The  Board  may  pursue  such  other  rem- 
edies as  it  considers  appropriate  to  recover  a 
debt  due  to  it. 

15.  Subsection  71  (8)  of  the  Act  is  repealed. 


16.  Section  77  of  the  Act  is  amended  by 
adding  the  following  subsections: 

(2)  The  board  of  directors  shall  ensure  that 
a  review  is  performed  each  year  of  the  cost, 
efficiency  and  effectiveness  of  at  least  one 
program  that  is  delivered  by  the  Board. 

(3)  The  Minister  may  determine  which  pro- 
gram is  to  be  reviewed. 

(4)  The  review  must  be  performed  under 
the  direction  of  the  Provincial  Auditor  by  one 
or  more  public  accountants  who  are  licensed 
under  the  Public  Accountancy  Act. 

17.  The  Act  is  amended  by  adding  the 
following  section: 

108.1  (1)  An  employer  in  an  industry 
included  in  Schedule  1  or  Schedule  2  shall 
register  with  the  Board  within  10  days  after 
becoming  an  employer. 

(2)  When  registering  and  at  such  other 
times  as  the  Board  may  require,  an  employer 
in  an  industry  included  in  Schedule  1  shall 
provide  such  information  to  the  Board  as  it 
may  require  to  assign  the  employer  to  a  class, 
subclass  or  group  and  to  determine  the  amount 


3.  La  Commission  remet  au  ministre  un 
énoncé  annuel  de  ses  politiques  et  ob- 
jectifs en  matière  de  placement. 

(2.1)  Le  protocole  d'entente  traite  de  toute   idem 
question  qu'exige  par  décret  le  lieutenant-gou- 
verneur en  conseil  ou,  par  directive,  le  Conseil 

de  gestion  du  gouvernement. 

(2.2)  Le  protocole  d'entente  peut  traiter  des  idem 
questions  suivantes  : 

1.  Toute  directive  du  ministre  concernant 
les  programmes  qui  doivent  être  exami- 
nés aux  termes  du  paragraphe  77  (2). 

2.  Toute  question  que  propose  la  Commis- 
sion et  dont  le  ministre  a  convenu. 

3.  Toute  autre  question  que  le  ministre  es- 
time appropriée. 

14.    La  Loi  est  modifiée  par  adjonction  de 
l'article  suivant  : 


66.  (1)  La  Commission  peut  déduire  des 
sommes  qu'elle  doit  payer  à  une  personne  la 
totalité  ou  une  partie  des  sommes  que  celle-ci 
lui  doit. 

(2)  La  Commission  peut  exercer  les  autres 
recours  qu'elle  estime  appropriés  pour  recou- 
vrer une  somme  qui  lui  est  due. 

15.  Le  paragraphe  71  (8)  de  la  Loi  est  abro- 

16.  L'article  77  de  la  Loi  est  modifié  par 
adjonction  des  paragraphes  suivants  : 

(2)  Le  conseil  d'administration  fait  en  sorte 
que  chaque  année  au  moins  un  des  pro- 
grammes offerts  par  la  Commission  soit  exa- 
miné au  plan  des  coûts,  de  l'efficience  et  de 
l'efficacité. 

(3)  Le  ministre  peut  déterminer  le  pro- 
gramme qui  doit  faire  l'objet  de  l'examen. 

(4)  L'examen  est  effectué,  sous  la  direction 
du  vérificateur  provincial,  par  un  ou  plusieurs 
comptables  publics  qui  sont  titulaires  d'un 
permis  délivré  en  vertu  de  la  Loi  sur  la  comp- 
tabilité publique. 

17.  La  Loi  est  modifiée  par  adjonction  de 
l'article  suivant  : 

108.1  (1)  L'employeur  qui  fait  partie  d'une 
industrie  figurant  à  l'annexe  1  ou  2  s'inscrit 
auprès  de  la  Commission  au  plus  tard  10  jours 
après  qu'il  est  devenu  un  employeur. 

(2)  Au  moment  de  l'inscription  et  à  tout 
autre  moment  fixé  par  la  Commission,  l'em- 
ployeur qui  fait  partie  d'une  industrie  figurant 
à  l'annexe  1  fournit  à  la  Commission  les  ren- 
seignements dont  celle-ci  a  besoin  pour  affec- 
ter l'employeur  à  une  catégorie,  à  une  sous- 


Recouvre- 
ment des 
créances 


Recours 


Vérification 
de  l'optimi- 
sation 


Idem 


Idem 


Inscription 
de  l'em- 
ployeur 


Renseigne- 
ments exigés 


Bill  15 


WORKERS'  COMPENSATION  AND  OCCUPATIONAL  HEALTH  AND  SAFETY 


Sec/art.  17 


Same 


Consequence 
of  default 


Same 


Same 


Same 


Material 
change  in 
circum- 
stances 


Over- 
payments to 
employers 


Amount 


that  the  employer  is  required  to  contribute 
under  the  Act. 

(3)  When  registering  and  at  such  other 
times  as  the  Board  may  require,  an  employer 
in  an  industry  included  in  Schedule  2  shall 
provide  such  information  to  the  Board  as  it 
may  require  to  determine  the  amount  of  any 
payment  to  the  Board  that  may  be  required 
under  the  Act. 

18.  Subsection  109  (6)  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 

(6)  An  employer  who  fails  to  furnish  a 
statement  required  by  subsection  (1),  (2),  (3) 
or  (4)  shall  pay  an  additional  percentage  of 
assessment  or  shall  pay  interest,  as  fixed  by 
the  Board. 

(7)  An  employer  who  does  not  furnish  a 
statement  by  the  date  required  under  subsec- 
tion (1),  (2),  (3)  or  (4)  or  by  the  date  required 
by  the  Board  shall  pay  an  additional  percent- 
age of  assessment  or  shall  pay  interest,  as 
fixed  by  the  Board. 

(8)  An  employer  who  provides  an  insuffi- 
cient estimate  of  the  employer's  expenditure 
for  wages  in  a  statement  furnished  under  this 
section  shall  pay  an  additional  percentage  of 
assessment  or  shall  pay  interest,  as  fixed  by 
the  Board. 

(9)  A  payment  required  under  subsection 
(6),  (7)  or  (8)  shall  be  in  addition  to  any  pen- 
alty imposed  by  a  court  for  an  offence  under 
section  157. 

19.  The  Act  is  amended  by  adding  the 
following  section: 

109.1  An  employer  shall  notify  the  Board 
of  a  material  change  in  circumstances  in  con- 
nection with  the  employer's  obligations  under 
the  Act  within  10  days  after  the  material 
change  occurs. 

20.  Subsection  HI  (3)  of  the  Act  is  repealed. 

21.  Subsection  113  (2)  of  the  Act  is 
repealed. 

22.  Subsection  114  (2)  of  the  Act  is 
repealed. 

23.  Subsection  130  (3)  of  the  Act  is 
repealed. 

24.  The  Act  is  amended  by  adding  the 
following  section: 

130.1  (1)  An  overpayment  made  by  the 
Board  to  an  employer  is  a  debt  due  and  owing 
to  the  Board  at  the  time  the  overpayment  is 
made. 

(2)  The  amount  of  the  overpayment  is  as 
determined  by  the  Board. 


catégorie  ou  à  un  groupe  et  déterminer  le 
montant  qu'il  doit  verser  aux  termes  de  la  Loi. 

(3)  Au  moment  de  l'inscription  et  à  tout  'dem 
autre  moment  fixé  par  la  Commission,  l'em- 
ployeur qui  fait  partie  d'une  industrie  figurant 
à  l'annexe  2  fournit  à  la  Commission  les  ren- 
seignements dont  celle-ci  a  besoin  pour  déter- 
miner tout  montant  dont  la  Loi  exige  le  paie- 
ment à  la  Commission. 

18.  Le  paragraphe  109  (6)  de  la  Loi  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(6)  L'employeur  qui  ne  présente  pas  l'état   Effet  du 
exigé  par  le  paragraphe  (1),  (2),  (3)  ou  (4)  paie  défam 
un  pourcentage  supplémentaire  de  cotisation 

ou  des  intérêts,  selon  ce  que  fixe  la  Commis- 
sion. 

(7)  L'employeur  qui  ne  présente  pas  l'état   'dem 
au  plus  tard  à  la  date  exigée  par  le  paragraphe 

(1),  (2),  (3)  ou  (4)  ou  par  la  Commission  paie 
un  pourcentage  supplémentaire  de  cotisation 
ou  des  intérêts,  selon  ce  que  fixe  la  Commis- 
sion. 

(8)  L'employeur  qui  fournit  une  prévision  'dem 
insuffisante  des  dépenses  au  titre  des  salaires 
dans  un  état  présenté  aux  termes  du  présent 
article  paie  un  pourcentage  supplémentaire  de 
cotisation  ou  des  intérêts,  selon  ce  que  fixe  la 
Commission. 

(9)  Le  paiement  exigé  aux  termes  du  para-   idem 
graphe  (6),  (7)  ou  (8)  s'ajoute  à  toute  peine 
imposée  par  un  tribunal  pour  une  infraction 
prévue  à  l'article  157. 

19.  La  Loi  est  modifiée  par  adjonction  de 
l'article  suivant  : 

109.1     L'employeur  avise  la  Commission  Changement 
de  tout  changement  important  dans  les  cir-   ""P0"""' 
constances  en  ce  qui  concerne  les   obligations 
que  lui  impose  la  Loi,  dans  les  10  jours  qui 
suivent  le  changement. 

20.  Le  paragraphe  111  (3)  de  la  Loi  est 
abrogé. 

21.  Le  paragraphe  113  (2)  de  la  Loi  est 
abrogé. 

22.  Le  paragraphe  114  (2)  de  la  Loi  est 
abrogé. 

23.  Le  paragraphe  130  (3)  de  la  Loi  est 
abrogé. 

24.  La  Loi  est  modifiée  par  adjonction  de 
l'article  suivant  : 

130.1     (1)  Le  montant  excédentaire  versé   Montants  ex- 
par  la  Commission  à  un  employeur  devient   c   en,aires 
une  créance  de  la  Commission  au  moment  où 
le  montant  excédentaire  est  versé. 

(2)  Le  montant  excédentaire  est  déterminé   Montant 
par  la  Commission. 


Sec/art.  24 


ACCIDENTS  DU  TRAVAIL  ET  SANTÉ  ET  SÉCURITÉ  AU  TRAVAIL 


Projet  15 


Collection  (3)  In  the  case  of  an  employer  in  an  indus- 

try included  in  Schedule  1,  the  Board  has  the 
same  powers  and  is  entitled  to  the  same  rem- 
edies for  enforcing  payment  of  an  overpay- 
ment as  it  has  for  payment  of  assessments.  In 
the  case  of  an  employer  in  an  industry 
included  in  Schedule  2,  the  Board  may  add  the 
amount  of  an  overpayment  to  the  amount  pay- 
able by  the  employer  under  subsection  137 
(1). 

25.  Subsection    133    (2)    of   the    Act   is 
repealed. 

26.  Section  138  of  the  Act  is  repealed. 

27.  The  Act  is  amended  by  adding  the 
following  Part: 

PARTV 
OFFENCES  AND  PENALTIES 


(3)  Dans  le  cas  d'un  employeur  qui  fait  par- 
tie d'une  industrie  figurant  à  l'annexe  1,  le 
montant  excédentaire  est  exigible  par  la  Com- 
mission au  même  titre  et  de  la  même  façon 
que  les  cotisations.  Dans  le  cas  d'un  em- 
ployeur qui  fait  partie  d'une  industrie  figurant 
à  l'annexe  2,  la  Commission  peut  ajouter  le 
montant  excédentaire  au  montant  que  l'em- 
ployeur doit  payer  aux  termes  du  paragraphe 
137(1). 

25.  Le  paragraphe  133  (2)  de  la  Loi  est 
abrogé. 

26.  L'article  138  de  la  Loi  est  abrogé. 

27.  La  Loi  est  modifiée  par  adjonction  de  la 
partie  suivante  : 

PARTIE  V 
INFRACTIONS  ET  PEINES 


Recouvre- 
ment 


Offence, 
deduction 
from  wages 

Restitution 
order 


152.  (1)  A  person  who  contravenes  subsec- 
tion 20  (1)  is  guilty  of  an  offence. 

(2)  If  a  person  is  convicted  of  an  offence 
under  this  section,  the  court  shall  also  order 
the  person  to  pay  to  the  Board  on  behalf  of  the 
affected  worker  any  sum  deducted  from  the 
worker's  wages  or  any  sum  that  the  worker 
was  required  or  permitted  to  pay  in  contraven- 
tion of  subsection  20  (1). 

(3)  When  the  court  makes  an  order  under 
subsection  (2),  the  Board  shall  pay  the  sum 
determined  under  the  order  to  the  worker. 


(4)  The  sum  determined  under  the  order  is 
a  debt  due  to  the  Board  from  the  person  con- 
victed of  the  offence. 


Offence,  153.     (i)  An   employer  who,   directly   or 

fromworkers  indirectly,  collects  or  receives  or  retains  from 
a  worker  any  contribution  toward  the  expense 
of  health  care  is  guilty  of  an  offence. 


Same 


Restitution 
order 


Same 


Same 


(2)  The  Board  may  order  an  employer  who 
is  convicted  of  an  offence  under  subsection  (1) 
to  pay  the  Board  on  behalf  of  the  worker 
treble  the  amount  of  any  sum  collected, 
received  or  retained  by  the  employer  in  con- 
travention of  that  subsection. 

(3)  If  the  Board  makes  an  order  under  sub- 
section (2),  the  Board  shall  pay  the  sum  deter- 
mined under  the  order  to  the  worker. 


(4)  The  sum  determined  under  the  order  is 
a  debt  due  to  the  Board  from  the  employer. 


152.  (1)  Est  coupable  d'une  infraction  qui- 
conque contrevient  au  paragraphe  20  (1). 

(2)  Le  tribunal  ordonne  également  à  qui- 
conque est  déclaré  coupable  de  l'infraction 
prévue  au  présent  article  de  verser  à  la  Com- 
mission pour  le  compte  du  travailleur  concer- 
né toute  somme  qui  a  été  retenue  sur  le  salaire 
de  celui-ci  ou  toute  somme  que  le  travailleur  a 
été  obligé  de  payer  ou  autorisé  à  payer  con- 
trairement au  paragraphe  20  (1). 

(3)  Lorsque  le  tribunal  rend  une  ordon- 
nance aux  termes  du  paragraphe  (2),  la  Com- 
mission verse  au  travailleur  la  somme  fixée 
aux  termes  de  l'ordonnance. 

(4)  La  somme  fixée  aux  termes  de  l'ordon- 
nance constitue  une  dette  envers  la  Commis- 
sion de  la  personne  déclarée  coupable  de  l'in- 
fraction. 

153.  (1)  Est  coupable  d'une  infraction 
l'employeur  qui,  directement  ou  indirecte- 
ment, perçoit,  reçoit  ou  retient  d'un  travailleur 
une  contribution  au  titre  des  dépenses  relatives 
aux  soins  médicaux. 

(2)  La  Commission  peut  ordonner  à  l'em- 
ployeur qui  est  déclaré  coupable  de  l'infrac- 
tion prévue  au  paragraphe  (1)  de  lui  verser 
pour  le  compte  du  travailleur  trois  fois  le  mon- 
tant qu'il  a  perçu,  reçu  ou  retenu  contraire- 
ment à  ce  paragraphe. 

(3)  Si  elle  rend  une  ordonnance  en  vertu  du 
paragraphe  (2),  la  Commission  verse  au  tra- 
vailleur la  somme  fixée  aux  termes  de  l'or- 
donnance. 

(4)  La  somme  fixée  aux  termes  de  l'ordon- 
nance constitue  une  dette  de  l'employeur  en- 
vers la  Commission. 


Infraction, 
retenues  sur 
le  salaire 

Ordonnance 
de  restitution 


Idem 


Idem 


Infraction, 
contribution 
des  travail- 
leurs 


Ordonnance 
de  restitution 


Idem 


Idem 


Bill  15 


WORKERS'  COMPENSATION  AND  OCCUPATIONAL  HEALTH  AND  SAFETY 


Sec/art.  27 


Offence, 
regulations 


Same,  rule  of 
association 


Restriction 
on  prosecu- 


Offence, 

confidential 

information 


Same,  Board 
officers,  etc. 

Offence, 
registration. 


Offence, 
statements 
and  records 

Same 


Offence, 
obstruction 


Same 


Offence, 
payments 


Offence, 
notice  of 
accident 


154.  (1)  A  person  who  contravenes  a  regu- 
lation made  under  subsection  63  (1)  is  guilty 
of  an  offence. 

(2)  A  person  who  contravenes  a  rule  of  an 
association  formed  under  subsection  135  (1) 
that  has  been  approved  and  ratified  as  pro- 
vided under  subsection  1 35  (2)  is  guilty  of  an 
offence. 

(3)  No  prosecution  shall  be  instituted  for  an 
offence  under  this  section  except  with  the  con- 
sent in  writing  of  the  Board. 

155.  (1)  An  employer  or  employer's  repre- 
sentative who  contravenes  subsection  71  (7)  is 
guilty  of  an  offence. 

(2)  A  person  who  contravenes  subsection 
114  (1)  is  guilty  of  an  offence. 

156.  An  employer  who  fails  to  register  or 
to  provide  the  information  required  by  the 
Board  under  section  108.1  is  guilty  of  an 
offence. 

157.  (1)  An  employer  who  fails  to  comply 
with  subsection  109  (1),  (2),  (3)  or  (4)  is  guilty 
of  an  offence. 

(2)  An  employer  who  provides  a  statement 
under  subsection  109  (1),  (2),  (3)  or  (4)  that  is 
not  a  true  and  accurate  statement  of  any  of  the 
matters  required  to  be  set  forth  in  it  is  guilty 
of  an  offence. 

158.  (1)  A  person  who  obstructs  or  hinders 
an  examination  and  inquiry  authorized  by  sub- 
section 111  (  1  )  is  guilty  of  an  offence. 

(2)  A  person  who  obstructs  or  hinders  an 
inspection  authorized  by  subsection  113  (1)  is 
guilty  of  an  offence. 

159.  An  employer  who  fails  to  comply 
with  a  requirement  of  the  Board  under  subsec- 
tion 130  (1)  is  guilty  of  an  offence. 

160.  An  employer  who  fails  to  comply 
with  subsection  133  (1)  is  guilty  of  an  offence. 


154.  (1)  Est  coupable  d'une  infraction  qui- 
conque contrevient  à  un  règlement  pris  en 
application  du  paragraphe  63  (1). 

(2)  Est  coupable  d'une  infraction  quicon- 
que contrevient  à  une  règle  d'une  association 
constituée  en  vertu  du  paragraphe  135  (1)  qui 
a  été  approuvée  et  ratifiée  comme  le  prévoit  le 
paragraphe  135  (2). 

(3)  Est    irrecevable    la   poursuite    intentée   Restriction 
pour  une  infraction  prévue  au  présent  article 

sans  le  consentement  écrit  de  la  Commission. 


Infraction, 
règlements 


Idem,  règle 
d'une  associ- 
ation 


155.  (1)  Est  coupable  d'une  infraction 
l'employeur  ou  son  représentant  qui  contre- 
vient au  paragraphe  7 1  (7). 

(2)  Est  coupable  d'une  infraction  quicon- 
que contrevient  au  paragraphe  114  (1). 

156.  Est  coupable  d'une  infraction  l'em- 
ployeur qui  ne  s'inscrit  pas  ou  ne  fournit  pas 
les  renseignements  dont  la  Commission  a  be- 
soin, conformément  à  l'article  108.1. 

157.  (1)  Est  coupable  d'une  infraction 
l'employeur  qui  ne  se  conforme  pas  au  para- 
graphe 109  (1).  (2),  (3)  ou  (4). 

(2)  Est  coupable  d'une  infraction  l'em- 
ployeur qui  fournit  un  état  aux  termes  du  para- 
graphe 109  (1),  (2),  (3)  ou  (4)  qui  ne  repré- 
sente pas  un  état  véritable  et  exact  de  chacun 
des  points  qui  doivent  y  être  indiqués. 

158.  (1)  Est  coupable  d'une  infraction  qui- 
conque gêne  ou  entrave  un  examen  et  une 
enquête  autorisés  par  le  paragraphe  111  (1). 

(2)  Est  coupable  d'une  infraction  quicon- 
que gêne  ou  entrave  une  inspection  autorisée 
par  le  paragraphe  113(1). 

159.  Est  coupable  d'une  infraction  l'em- 
ployeur qui  ne  se  conforme  pas  à  une  exigence 
de  la  Commission  prévue  au  paragraphe 
130(1). 

160.  Est  coupable  d'une  infraction  l'em- 
ployeur qui  ne  se  conforme  pas  au  paragraphe 
133(1). 


Infraction, 
renseigne- 
ments confi- 
dentiels 

Idem,  agents 
de  la  Com- 
mission 

Infraction, 
inscription 


Infraction, 
états  et  dos- 
siers 

Idem 


Infraction, 
entrave 


Idem 


Infraction, 
versements 


Infraction, 
avis  d'acci- 
dent 


Offence, 
false  or 
misleading 
statement 


Same, 
material 
change  in 
circum- 
stances 


Same 


161.  (1)  A  person  who  knowingly  makes  a 
false  or  misleading  statement  or  representation 
to  the  Board  in  connection  with  any  person's 
entitlement  to  benefits  is  guilty  of  an  offence. 

(2)  A  person  who  wilfully  fails  to  inform 
the  Board  of  a  material  change  in  circum- 
stances in  connection  with  his  or  her  entitle- 
ment to  benefits  within  10  days  after  the 
material  change  occurs  is  guilty  of  an  offence. 

(3)  An  employer  who  wilfully  fails  to 
inform  the  Board  of  a  material  change  in  cir- 
cumstances in  connection  with  an  obligation 


161.  (1)  Est  coupable  d'une  infraction  qui- 
conque fait  sciemment  à  la  Commission  une 
déclaration  fausse  ou  trompeuse  en  ce  qui  con- 
cerne le  droit  d'une  personne  à  des  presta- 
tions. 


Infraction, 
déclaration 
fausse  ou 
trompeuse 


(2)  Est  coupable  d'une  infraction  quicon-   idem.chan- 

que  omet  délibérément  d'informer  la  Commis-  5!men,"m" 
...  .         ,  portant 

sion  d  un  changement  important  dans  les  cir- 
constances en  ce  qui  concerne  son  droit  à  des 
prestations,  dans  les  10  jours  qui  suivent  le 
changement. 

(3)  Est    coupable    d'une    infraction    l'em-  idem 
ployeur  qui  omet  délibérément  d'informer  la 
Commission  d'un  changement  important  dans 


Sec/art.  27 


ACCIDENTS  DU  TRAVAIL  ET  SANTÉ  ET  SÉCURITÉ  AU  TRAVAIL 


Projet  15 


of  the  employer  under  the  Act  within  10  days 
after  the  material  change  occurs  is  guilty  of  an 
offence. 

Same,  by  (4)  A  person  who  knowingly  makes  a  false 

supplier,  etc.  or  misleading  statement  or  representation  to 
the  Board  to  obtain  payment  for  goods  or  ser- 
vices provided  to  the  Board,  whether  or  not 
the  Board  received  the  goods  or  services,  is 
guilty  of  an  offence. 

(5)  If  a  person  is  convicted  of  an  offence 
under  this  section,  the  court  may  also  order 
the  person  to  pay  to  the  Board  any  money 
received  by  the  person  or  obtained  by  the  per- 
son on  behalf  of  another  person  by  reason  of 
the  commission  of  the  offence. 


Restitution 
order 


Enforcement 
of  restitution 
order 


Other  rem- 
edies 


Restriction 
on  prosecu- 


Offence  by 

director, 

officer 


(6)  The  Board  may  file  a  certified  copy  of 
the  order  made  under  subsection  (5)  in  a  court 
of  competent  jurisdiction  and  thereupon  the 
order  shall  be  deemed  to  be  an  order  of  that 
court  and  may  be  enforced  as  such. 

(7)  Subsections  (5)  and  (6)  do  not  limit  the 
right  of  the  Board  to  take  such  other  steps  as  it 
considers  appropriate  to  recover  money  owing 
toit. 


(8)  A  prosecution  for  an  offence  under  this 
section  shall  not  be  commenced  more  than 
two  years  after  the  date  on  which  the  most 
recent  act  or  omission  upon  which  the  prose- 
cution is  based  came  to  the  attention  of  the 
Board. 

162.  If  a  corporation  commits  an  offence 
under  the  Act,  every  director  or  officer  of  the 
corporation  who  knowingly  authorized,  per- 
mitted or  acquiesced  in  the  commission  of  the 
offence  is  guilty  of  an  offence,  whether  or  not 
the  corporation  has  been  prosecuted  or  con- 
victed. 


Penalty  163.     a  person  who  is  convicted  of  an 

offence  under  the  Act  is  liable  to  the  following 
penalty: 

1.  If  the  person  is  an  individual,  he  or  she 
is  liable  to  a  fine  not  exceeding  $25,000 
or  to  imprisonment  not  exceeding  six 
months  or  to  both. 

2.  If  the  person  is  not  an  individual,  the 
person  is  liable  to  a  fine  not  exceeding 
$100,000. 

164.  Any  fine  paid  for  an  offence  under 
the  Act  shall  be  paid  to  the  Board  and  shall 
form  part  of  the  accident  fund. 


les  circonstances  en  ce  qui  concerne  une  obli- 
gation que  lui  impose  la  Loi,  dans  les  10  jours 
qui  suivent  le  changement. 

(4)  Est  coupable  d'une  infraction  quicon- 
que fait  sciemment  à  la  Commission  une  dé- 
claration fausse  ou  trompeuse  en  vue  d'obtenir 
un  paiement  pour  des  biens  ou  services  fournis 
à  la  Commission,  que  celle-ci  les  ait  reçus  ou 
non. 

(5)  Le  tribunal  peut  également  ordonner  à 
quiconque  est  déclaré  coupable  d'une  infrac- 
tion prévue  au  présent  article  de  rembourser  à 
la  Commission  les  sommes  qu'il  a  reçues  ou 
qu'il  a  obtenues  pour  le  compte  d'une  autre 
personne  du  fait  de  la  commission  de  l'infrac- 
tion. 

(6)  La  Commission  peut  déposer  une  copie 
certifiée  conforme  de  l'ordonnance  rendue  en 
vertu  du  paragraphe  (5)  devant  un  tribunal 
compétent.  À  compter  du  dépôt,  l'ordonnance 
est  réputée  une  ordonnance  de  ce  tribunal  et 
est  exécutoire  au  mêm»  titre. 

(7)  Les  paragraphes  (5)  et  (6)  n'ont  pas 
pour  effet  de  restreindre  le  droit  qu'a  la  Com- 
mission de  prendre  les  autres  mesures  qu'elle 
estime  appropriées  pour  recouvrer  une 
créance. 

(8)  Est  irrecevable  la  poursuite  intentée 
pour  une  infraction  prévue  au  présent  article 
plus  de  deux  ans  après  la  date  à  laquelle  l'acte 
ou  l'omission  le  plus  récent  sur  lequel  la  pour- 
suite est  fondée  a  été  porté  à  la  connaissance 
de  la  Commission. 

162.  Si  une  personne  morale  commet  une 
infraction  prévue  par  la  Loi,  l'administrateur 
ou  le  dirigeant  de  la  personne  morale  qui, 
sciemment,  a  autorisé  ou  permis  la  commis- 
sion de  l'infraction  ou  y  a  consenti  est  coupa- 
ble d'une  infraction,  que  la  personne  morale 
ait  ou  non  été  poursuivie  ou  déclarée  coupa- 
ble. 

163.  Quiconque  est  déclaré  coupable  d'une 
infraction  prévue  par  la  Loi  est  passible  des 
peines  suivantes  : 

1.  S'il  s'agit  d'une  personne  physique,  une 
amende  d'au  plus  25  000  $  et  un  empri- 
sonnement d'au  plus  six  mois,  ou  une 
seule  de  ces  peines. 

2.  S'il  ne  s'agit  pas  d'une  personne  physi- 
que, une  amende  d'au  plus  100  000  $. 

164.  Les  amendes  payées  pour  une  infrac- 
tion prévue  par  la  Loi  sont  versées  à  la  Com- 
mission et  font  partie  des  fonds  de  la  caisse 
des  accidents. 


Idem,  four- 
nisseur 


Ordonnance 
de  restitution 


Exécution  de 
l'ordonnance 


Autres 
recours 


Restriction 


Infraction 
d'un  admi- 
nistrateur ou 
d'un  diri- 
geant 


Peine 


Amendes 


10 


Bill  15 


WORKERS'  COMPENSATION  AND  OCCUPATIONAL  HEALTH  AND  SAFETY 


Sec/art.  28 


PART  II 

OCCUPATIONAL  HEALTH  AND  SAFETY 

ACT 


PARTIE  II 

LOI  SUR  LA  SANTÉ  ET  LA  SÉCURITÉ 

AU  TRAVAIL 


28.  Subsections  13  (2)  to  (8)  of  the  Occupa- 
tional Health  and  Safety  Act  are  repealed  and 
the  following  substituted: 

Composition  (2)  The  Agency  is  composed  of  its  execu- 
tive director,  who  shall  be  appointed  by  the 
Lieutenant  Governor  in  Council. 


Transition, 
proceedings 


Same 


Same 


Same 


Executive 
director 


(3)  No  proceeding  may  be  commenced  or 
continued  in  which  the  validity  of  the  decision 
of  the  Lieutenant  Governor  in  Council  termi- 
nating the  appointments  of  the  board  of  direc- 
tors of  the  Agency  as  it  existed  on  August  22, 
1995  is  challenged. 

(4)  No  proceeding  may  be  commenced  or 
continued  in  which  the  validity  of  a  decision 
of  the  Lieutenant  Governor  in  Council 
appointing  or  replacing  an  executive  director 
during  the  period  beginning  on  August  23, 
1995  and  ending  on  the  date  on  which  the 
Workers'  Compensation  and  Occupational 
Health  and  Safety  Amendment  Act,  1995 
receives  Royal  Assent  is  challenged. 

(5)  No  proceeding  may  be  commenced  or 
continued  in  which  the  validity  of  a  decision 
of  the  executive  director  is  challenged  solely 
on  the  grounds  that  he  or  she  did  not  have  the 
authority  to  act  as  the  Agency,  the  board  of 
directors,  the  chair,  a  vice-chair  or  the  execu- 
tive director  during  the  period  beginning  on 
August  23,  1995  and  ending  on  the  date  on 
which  the  Workers'  Compensation  and  Occu- 
pational Health  and  Safety  Amendment  Act, 
1995  receives  Royal  Assent. 

(6)  A  decision  of  the  Lieutenant  Governor 
in  Council  described  in  subsection  (3)  or  (4)  or 
a  decision  of  the  executive  director  described 
in  subsection  (5)  made  before  the  Workers' 
Compensation  and  Occupational  Health  and 
Safety  Amendment  Act,  1995  receives  Royal 
Assent  shall  be  deemed  to  be  valid  despite  a 
proceeding  described  in  one  of  those  subsec- 
tions. 

29.  Subsection  14  (1)  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 

(1)  The  executive  director  of  the  Agency 
shall  perform  the  functions  of  the  Agency  and 
shall  manage  its  operations.  He  or  she  shall 
do  so  in  accordance  with  the  directions,  if  any, 
of  the  Lieutenant  Governor  in  Council  or  the 
Minister. 

30.  (1)  Subsection  16  (8)  of  the  Act  is 
repealed. 

(2)  Subsection  16  (9)  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 


transitoire, 
instance 


28.  Les  paragraphes  13  (2)  à  (8)  de  la  Loi 
sur  la  santé  et  la  sécurité  au  travail  sont  abro- 
gés et  remplacés  par  ce  qui  suit  : 

(2)  L'Agence  se  compose  de  son  directeur  Composition 
général,  qui  est  nommé  par  le  lieutenant-gou- 
verneur en  conseil. 

(3)  Ne  peut  être  engagée  ou  se  poursuivre  Disposition 
aucune  instance  remettant  en  question  la  vali- 
dité de  la  décision  du  lieutenant-gouverneur 
en  conseil  mettant  fin  au  mandat  des  membres 
du  conseil  d'administration  de  l'Agence,  tel 
qu'il  existait  le  22  août  1995. 

(4)  Ne  peut  être  engagée  ou  se  poursuivre  |dem 
aucune  instance  remettant  en  question  la  vali- 
dité d'une  décision  du  lieutenant-gouverneur 
en  conseil  nommant  ou  remplaçant  un  direc- 
teur général  pendant  la  période  débutant  le  23 
août  1995  et  se  terminant  à  la  date  où  la  Loi 
de  1995  modifiant  la  Loi  sur  les  accidents  du 
travail  et  la  Loi  sur  la  santé  et  la  sécurité  au 
travail  reçoit  la  sanction  royale. 

(5)  Ne  peut  être  engagée  ou  se  poursuivre  idem 
aucune  instance  remettant  en  question  la  vali- 
dité d'une  décision  du  directeur  général  pour 
le  seul  motif  qu'il  n'était  pas  autorisé  à  agir 
comme  étant  l'Agence,  le  conseil  d'adminis- 
tration, le  président,  un  vice-président  ou  le 
directeur  général  pendant  la  période  débutant 
le  23  août  1995  et  se  terminant  à  la  date  où  la 
Loi  de  1995  modifiant  la  Loi  sur  les  accidents 
du  travail  et  la  Loi  sur  la  santé  et  la  sécurité 
au  travail  reçoit  la  sanction  royale. 

(6)  Toute  décision  du  lieutenant-gouverneur  'dem 
en  conseil  visée  au  paragraphe  (3)  ou  (4)  ou 
décision  du  directeur  général  visée  au  paragra- 
phe (5)  qui  a  été  rendue  avant  que  la  Loi  de 
1995  modifiant  la  Loi  sur  les  accidents  du 
travail  et  la  Loi  sur  la  santé  et  la  sécurité  au 
travail  ne  reçoive  la  sanction  royale  est  répu- 
tée valide  malgré  toute  instance  visée  à  l'un 
ou  l'autre  de  ces  paragraphes. 

29.  Le  paragraphe  14  (1)  de  la  Loi  est  abro- 
gé et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(1)  Le  directeur  général  de  l'Agence  exerce   Directeur 
les  fonctions  de  celle-ci  et  gère  son  fonction-  8*néraJ 
nement,  conformément  aux  directives,  le  cas 
échéant,  du  lieutenant-gouverneur  en  conseil 
ou  du  ministre. 

30.  (1)  Le  paragraphe  16  (8)  de  la  Loi  est 
abrogé. 

(2)  Le  paragraphe  16  (9)  de  la  Loi  est  abro- 
gé et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 


Sec/art.  30  (2) 


ACCIDENTS  DU  TRAVAIL  ET  SANTÉ  ET  SÉCURITÉ  AU  TRAVAIL 


Projet  15 


11 


Delegation  (9)  The  executive  director  may  delegate  in 

writing  any  of  the  Agency's  powers  or  duties 
to  an  employee  of  the  Agency  who  may  act  in 
the  place  of  the  Agency. 

Transition  (10)  A  delegation  by  the  board  of  directors 

of  the  Agency  made  before  August  23,  1995 
that  was  in  effect  immediately  before  that  date 
shall  be  deemed  to  have  been  made  by  the 
executive  director. 

31.  Subsections  17  (5)  and  (6)  of  the  Act  are 
repealed. 

32.  Clause  65  (1)  (b)  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 

(b)  the  executive  director  or  an  employee 
of  the  Agency  or  a  person  who  acts  as 
an  advisor  for  the  Agency. 

PART  III 
COMMENCEMENT  AND  SHORT  TITLE 


Disposition 
transitoire 


(9)  Le  directeur  général  peut  déléguer  par   Délégation 
écrit  les  pouvoirs  ou  fonctions  de  l'Agence  à 

un  employé  de  celle-ci,  qui  peut  agir  à  la 
place  de  l'Agence. 

(10)  Toute  délégation  faite  par  le  conseil 
d'administration  de  l'Agence  avant  le  23  août 
1995  qui  était  en  vigueur  immédiatement 
avant  cette  date  est  réputée  avoir  été  faite  par 
le  directeur  général. 

31.  Les  paragraphes  17  (5)  et  (6)  de  la  Loi 
sont  abrogés. 

32.  L'alinéa  65  (1)  b)  de  la  Loi  est  abrogé  et 
remplacé  par  ce  qui  suit  : 

b)  le  directeur  général  ou  un  employé  de 
l'Agence  ou  une  personne  agissant 
comme  conseiller  auprès  de  l'Agence. 

PARTIE  III 

ENTRÉE  EN  VIGUEUR  ET 

TITRE  ABRÉGÉ 


Commence-  33.  (l)  This  Act,  except  as  provided  in  sub- 
sections (2),  (3)  and  (4),  comes  into  force  on 
the  day  it  receives  Royal  Assent 

Same  (2)  The  following  provisions  shall  be  deemed 

to  have  come  into  force  on  August  23, 1995: 

1.  Sections  28  and  29. 

2.  Subsection  30  (2). 

3.  Sections  31  and  32. 

Sam«  (3)  Subsections  6  (1)  and  (3)  and  sections  8 

and  9  shall  be  deemed  to  have  come  into  force 
on  November  1, 1995. 

Same  (4)  The  following  provisions  come  into  force 

on  a  day  to  be  named  by  proclamation  of  the 
Lieutenant  Governor: 

1.  Subsection  6  (2). 

2.  Sections  7  and  11. 

3.  Subsection  30  (1). 

Short  tide  34.      The   short   title   of  this   Act  is   the 

Workers'     Compensation     and     Occupational 
Health  and  Safety  Amendment  Act,  1995. 


33.  (1)  La  présente  loi,  sous  réserve  des   Entrée  en 
paragraphes  (2),  (3)  et  (4),  entre  en  vigueur  le   v,%aeur 
jour  où  elle  reçoit  la  sanction  royale. 

(2)  Les  dispositions  suivantes  sont  réputées   idem 
être  entrées  en  vigueur  le  23  août  1995  : 

1.  Les  articles  28  et  29. 

2.  Le  paragraphe  30  (2). 

3.  Les  articles  31  et  32. 

(3)  Les  paragraphes  6  (1)  et  (3)  et  les  arti-   Idem 
clés  8  et  9  sont  réputés  être  entrés  en  vigueur 

le  1er  novembre  1995. 

(4)  Les  dispositions  suivantes  entrent  en  vi-   idem 
gueur  le  jour  que  le  lieutenant-gouverneur  fixe 

par  proclamation  : 

1.  Le  paragraphe  6  (2). 

2.  Les  articles  7  et  11. 

3.  Le  paragraphe  30  (1). 

34.  Le  titre  abrégé  de  la  présente  loi  est  Loi  Titre  abrégé 
de  1995  modifiant  la  Loi  sur  les  accidents  du 

travail  et  la  Loi  sur  la  santé  et  la  sécurité  au 
travail. 


Clerk 

of  THE 
LEGISLATIVE  ASSEMBLY 

1st  SESSION,  36th  LEGISLATURE,  ONTARIO 
45  ELIZABETH  II,  1996 


His  Honour 

the 

Lieutenant  Governor 


SESSION,  36c  LEGISLATURE,  ONTARIO 
45  ELIZABETH  II,  1996 


Bill  19 

(Chapter  2 
Statutes  of  Ontario,  1996) 


Projet  de  loi  19 

(Chapitre  2 
Lois  de  l'Ontario  de  1996) 


An  Act  to  repeal  the  Advocacy  Act, 

1992,  revise  the  Consent  to 

Treatment  Act,  1992,  amend  the 

Substitute  Decisions  Act,  1992  and 

amend  other  Acts  in  respect  of 

related  matters 


Loi  abrogeant  la  Loi  de  1992  sur 

l'intervention,  révisant  la  Loi  de 

1992  sur  le  consentement  au 

traitement,  modifiant  la  Loi  de  1992 

sur  la  prise  de  décisions  au  nom 

d'autrui  et  modifiant  d'autres  lois  en 

ce  qui  concerne  des  questions 

connexes 


The  Hon.  C.  Harnick 

Attorney  General 


L'honorable  C.  Harnick 

Procureur  général 


1st  Reading 

2nd  Reading 

3rd  Reading 

Royal  Assent 


November  15,  1995 
November  27,  1995 
March  26,  1996 
March  28,  1996 


lre  lecture 

2e lecture 

3e  lecture 

Sanction  royale 


15  novembre  1995 

27  novembre  1995 
26  mars  1996 

28  mars  1996 


Printed  by  the  Legislative  Assembly 
of  Ontario 


G 


Imprimé  par  l'Assemblée  législative 
de  l'Ontario 


Bill  19 


1996         Projet  de  loi  19 


1996 


An  Act  to  repeal  the  Advocacy  Act, 
1992,  revise  the  Consent  to  Treatment 

Act,  1992,  amend  the  Substitute 

Decisions  Act,  1992  and  amend  other 

Acts  in  respect  of  related  matters 


Loi  abrogeant  la  Loi  de  1992  sur 

l'intervention,  révisant  la  Loi  de  1992 

sur  le  consentement  au  traitement, 

modifiant  la  Loi  de  1992  sur  la  prise 

de  décisions  au  nom  d'autrui  et 

modifiant  d'autres  lois  en  ce  qui 

concerne  des  questions  connexes 


CONTENTS 

SOMMAIRE 

Part 

Sections 

Partie 

Articles 

I            Advocacy  Act,  1992 

1 

I 

Loi  de  1992  sur  l'intervention 

1 

II          Health  Care  Consent  Act,  1996 

2 

II 

Loi  de  1996  sur  le  consentement 

III         Substitute  Decisions  Act,  1992 

3-60 

aux  soins  de  santé 

2 

IV         Amendments  to  other  Acts 

61-75 

III 

Loi  de  1992  sur  la  prise  de 

Charitable  Institutions  Act 

61 

décisions  au  nom  d'autrui 

3-60 

Child  and  Family  Services  Act 

62 

IV 

Modifications  apportées  à  d'autres 

Children's  Law  Reform  Act 

63 

lois 

61-75 

Consent  and  Capacity  Statute 

Loi  sur  les  établissements  de 

Law  Amendment  Act,  1992 

64 

bienfaisance 

61 

Education  Act 

65 

Loi  sur  les  services  à  l'enfance  et  à 

Freedom  of  Information  and 

la  famille 

62 

Protection  of  Privacy  Act 

66 

Loi  portant  réforme  du  droit  de 

Health  Protection  and 

l'enfance 

63 

Promotion  Act 

67 

Loi  de  1992  modifiant  des  lois  en 

Homes  for  the  Aged  and  Rest 

ce  qui  concerne  le  consentement 

Homes  Act 

68 

et  la  capacité 

64 

Liquor  Licence  Act 

69 

Loi  sur  l'éducation 

65 

Loan  and  Trust  Corporations 

Loi  sur  l'accès  à  l'information  et 

Act 

70 

la  protection  de  la  vie  privée 

66 

Long-Term  Care  Act,  1994 

71 

Loi  sur  la  protection  et  la 

Mental  Health  Act 

72 

promotion  de  la  santé 

67 

Municipal  Freedom  of  Infor- 

Loi sur  les  foyers  pour  personnes 

mation  and  Protection  of 

âgées  et  les  maisons  de  repos 

68 

Privacy  Act 

73 

Loi  sur  les  permis  d'alcool 

69 

Nursing  Homes  Act 

74 

Loi  sur  les  sociétés  de  prêt  et  de 

Public  Guardian  and  Trustee 

fiducie 

70 

Act 

75 

Loi  de  1994  sur  les  soins  de 

V          Transition,  Commencement  and 

longue  durée 

71 

Short  Title 

76-79 

Loi  sur  la  santé  mentale 

72 

Schedule  A  - 

Loi  sur  l'accès  à  l'information 

Health  Care  Consent  Act,  1996 

V 

municipale  et  la  protection  de 

la  vie  privée 
Loi  sur  les  maisons  de  soins 

infirmiers 
Loi  sur  le  Tuteur  et  curateur 

public 
Dispositions  transitoires,  entrée 
en  vigueur  et  titre  abrégé 

73 

74 

75 

76-79 

Annexe  A  -  Loi  de  1996  sur  le  consentement 

aux 

soins  de  santé 

Bill  19 


ADVOCACY,  CONSENT  AND  SUBSTITUTE  DECISIONS  STATUTE  LAW 


Relatives 


Her  Majesty,  by  and  with  the  advice  and 
consent  of  the  Legislative  Assembly  of  the 
Province  of  Ontario,  enacts  as  follows: 

PARTI 
ADVOCACY  ACT,  1992 

1.  The  Advocacy  Act,  1992  is  repealed. 


PART  II 
HEALTH  CARE  CONSENT  ACT,  1996 

2.  (1)  The  Health  Care  Consent  Act,  1996, 
as  set  out  in  Schedule  A  to  this  Act,  is  hereby 
enacted  and  comes  into  force  on  the  day  this 
section  comes  into  force. 

(2)  The  Consent  to  Treatment  Act,  1992,  as 
amended  by  the  Statutes  of  Ontario,  1994, 
chapter  27,  section  43,  is  repealed. 


PART  HI 
SUBSTITUTE  DECISIONS  ACT,  1992 

3.  (1)  The  definition  of  "advocate"  in 
subsection  1  (1)  of  the  Substitute  Decisions 
Act,  1992  is  repealed. 

(2)  The  definition  of  "prescribed"  in  sub- 
section 1  (1)  of  the  Act  is  repealed  and  the  fol- 
lowing substituted: 

"prescribed"  means  prescribed  by  the  regula- 
tions, ("present") 

(3)  Subsection  1  (1)  of  the  Act  is  amended 
by  adding  the  following  definition: 

"psychiatric  facility"  has  the  same  meaning 
as  in  the  Mental  Health  Act.  ("établisse- 
ment psychiatrique") 

(4)  Subsection  1  (1)  of  the  Act  is  amended 
by  adding  the  following  definition: 

"regulations"  means  the  regulations  made 
under  this  Act.  ("règlements") 

(5)  Subsection  1  (1)  of  the  Act  is  amended 
by  adding  the  following  definition: 

"will"  has  the  same  meaning  as  in  the 
Succession  Law  Reform  Act.  ("testament") 

(6)  Section  1  of  the  Act  is  amended  by  add- 
ing the  following  subsection: 

(2.1)  Two  persons  are  relatives  for  the 
purpose  of  this  Act  if  they  are  related  by 
blood,  marriage  or  adoption. 

(7)  Subsection  1  (3)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "An  advocate  or  other  per- 


Sa  Majesté,  sur  l'avis  et  avec  le  consente- 
ment de  l'Assemblée  législative  de  la  pro- 
vince de  l'Ontario,  édicté  : 

PARTIE  I 
LOI  DE  1992  SUR  L'INTERVENTION 

1.  La  Loi  de  1992  sur  l'intervention  est 
abrogée. 

PARTIE  II 

LOI  DE  1996  SUR  LE  CONSENTEMENT 

AUX  SOINS  DE  SANTÉ 

2.  (1)  La  Loi  de  1996  sur  le  consentement 
aux  soins  de  santé,  telle  qu'elle  figure  à  l'an- 
nexe A  de  la  présente  loi,  est  édictée  au  pré- 
sent paragraphe  et  entre  en  vigueur  le  jour  de 
l'entrée  en  vigueur  du  présent  article. 

(2)  La  Loi  de  1992  sur  le  consentement  au 
traitement,  telle  qu'elle  est  modifiée  par  l'arti- 
cle 43  du  chapitre  27  des  Lois  de  l'Ontario  de 
1994,  est  abrogée. 

PARTIE  III 
LOI  DE  1992  SUR  LA  PRISE  DE 
DÉCISIONS  AU  NOM  D'AUTRUI 

3.  (1)  La  définition  du  terme  «inter- 
venant» qui  figure  au  paragraphe  1  (1)  de  la 
Loi  de  1992  sur  la  prise  de  décisions  au  nom 
d 'autrui  est  abrogée. 

(2)  La  définition  du  terme  «prescrit»  qui 
figure  au  paragraphe  1  (1)  de  la  Loi  est  abro- 
gée et  remplacée  par  ce  qui  suit  : 

«prescrit»  Prescrit  par  les  règlements, 
(«prescribed») 

(3)  Le  paragraphe  1  (1)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  adjonction  de  la  définition  suivante  : 

«établissement  psychiatrique»  S'entend  au 
sens  de  la  Loi  sur  la  santé  mentale. 
(«psychiatrie  facility») 

(4)  Le  paragraphe  1  (1)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  adjonction  de  la  définition  suivante  : 

«règlements»  Les  règlements  pris  en  applica- 
tion de  la  présente  loi.  («regulations») 

(5)  Le  paragraphe  1  (1)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  adjonction  de  la  définition  suivante  : 

«testament»  S'entend  au  sens  de  la  Loi  por- 
tant réforme  du  droit  des  successions. 
(«will») 

(6)  L'article  1  de  la  Loi  est  modifié  par 
adjonction  du  paragraphe  suivant  : 

(2.1)  Deux  personnes  sont  parentes  pour 
l'application  de  la  présente  loi  si  elles  sont 
liées  par  le  sang,  le  mariage  ou  l'adoption. 

(7)  Le  paragraphe  1  (3)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  substitution,  à  «Un  intervenant  ou  une 


Parents 


Sec/art.  3  (7)  intervention,  consentement  et  prise  de  décisions    Partie  III,  Projet  19 

Substitute  Decisions  Act,  1992  Loi  de  1992  sur  la  prise  de  décisions  au  nom 

a  'autrui 


P.G.T.  may- 
be attorney 


son"  in  the  first  line  and  substituting 
person". 


4.  (1)  Subsection  7  (1)  of  the  Act  is 
repealed  and  the  following  substituted: 

Continuing  (1)  A  power  of  attorney  for  property  is  a 

attorney  for     continuing  power  of  attorney  if, 

property 

(a)  it  states  that  it  is  a  continuing  power  of 
attorney;  or 

(b)  it  expresses  the  intention  that  the 
authority  given  may  be  exercised  dur- 
ing the  grantor's  incapacity  to  manage 
property. 

(2)  Subsection  7  (3)  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 

(3)  The  continuing  power  of  attorney  may 
name  the  Public  Guardian  and  Trustee  as 
attorney  if  his  or  her  consent  in  writing  is 
obtained  before  the  power  of  attorney  is  exe- 
cuted. 

(3)  Subsection  7  (5)  of  the  Act  is  amended 
by  inserting  "of  managing  property"  after 
"incapable"  in  the  third  line. 

(4)  Section  7  of  the  Act  is  amended  by  add- 
ing the  following  subsection: 

(7.1)  The  continuing  power  of  attorney 
need  not  be  in  any  particular  form. 

(5)  Subsection  7  (1)  of  the  Act,  as  re- 
enacted  by  subsection  (1)  of  this  section, 
applies  to  powers  of  attorney  given  before  or 
after  this  section  comes  into  force. 

5.  Subsection  9  (3)  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 

(3)  If  the  continuing  power  of  attorney 
provides  that  it  comes  into  effect  when  the 
grantor  becomes  incapable  of  managing 
property  but  does  not  provide  a  method  for 
determining  whether  that  situation  has 
arisen,  the  power  of  attorney  comes  into 
effect  when, 

(a)  the  attorney  is  notified  in  the  pre- 
scribed form  by  an  assessor  that  the 
assessor  has  performed  an  assessment 
of  the  grantor's  capacity  and  has  found 
that  the  grantor  is  incapable  of  manag- 
ing property;  or 

(b)  the  attorney  is  notified  that  a  certifi- 
cate of  incapacity  has  been  issued  in 
respect  of  the  grantor  under  the 
Mental  Health  Act. 


Form 


Determining 
incapacity 


autre  personne  de  qui  la  présente  loi  exige 
qu'il»  aux  première  et  deuxième  lignes,  de 
«La  personne  de  qui  la  présente  loi  exige 
qu'elle». 

4.   (1)  Le  paragraphe  7  (1)  de  la  Loi  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(1)  Une  procuration  relative  aux  biens  Procurati,on 

v      .  r  .  .,  perpétuelle 

constitue  une  procuration  perpétuelle  si,  reiative  aux 
selon  le  cas  :  biens 

a)  il  y  est  énoncé  qu'elle  constitue  une 
procuration  perpétuelle; 

b)  il  y  est  formulé  l'intention  selon 
laquelle  les  pouvoirs  donnés  peuvent 
être  exercés  pendant  la  durée  de  l'in- 
capacité du  mandant  à  gérer  ses  biens. 

(2)  Le  paragraphe  7  (3)  de  la  Loi  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(3)  La  procuration  perpétuelle  peut  nom-  ^  Tuteur  et 

curateur 

mer  procureur  le  Tuteur  et  curateur  public,  public  peut 
si  son  consentement  est  obtenu  par  écrit  être  le  procu- 
avant  la  passation  de  la  procuration. 


(3)  Le  paragraphe  7  (5)  de  la  Loi  est  modi- 
fié par  insertion  de  «de  gérer  ses  biens»  après 
«incapable»  à  la  quatrième  ligne. 

(4)  L'article  7  de  la  Loi  est  modifié  par 
adjonction  du  paragraphe  suivant  : 


(7.1)  Il  n'est  pas  nécessaire  que  la  procu- 
ration perpétuelle  soit  rédigée  selon  une  for- 
mule particulière. 

(5)  Le  paragraphe  7  (1)  de  la  Loi,  tel  qu'il 
est  adopté  de  nouveau  par  le  paragraphe  (1) 
du  présent  article,  s'applique  aux  procura- 
tions données  avant  ou  après  l'entrée  en 
vigueur  du  présent  article. 

5.  Le  paragraphe  9  (3)  de  la  Loi  est  abrogé 
et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(3)  Si  la  procuration  perpétuelle  prévoit 
qu'elle  prend  effet  lorsque  le  mandant 
devient  incapable  de  gérer  ses  biens,  mais  ne 
prévoit  aucune  méthode  pour  déterminer  s'il 
l'est  devenu,  elle  prend  effet  lorsque,  selon 
le  cas  : 


a)  le  procureur  est  avisé,  selon  la  formule 
prescrite,  par  un  évaluateur  que  ce 
dernier  a  évalué  la  capacité  du  man- 
dant et  a  constaté  que  le  mandant  est 
incapable  de  gérer  ses  biens; 

b)  le  procureur  est  avisé  qu'un  certificat 
d'incapacité  a  été  délivré  à  l'égard  du 
mandant  en  vertu  de  la  Loi  sur  la 
santé  mentale. 


Formule 


Détermina- 
tion de  l'inca- 
pacité 


Bill  19,  Part  III    advocacy,  consent  and  substitute  decisions  statute  law  Sec/art.  6(1) 

Substitute  Decisions  Act,  1992  Loi  de  1992  sur  la  prise  de  décisions  au  nom 

d'autrui 


Execution 


Exception 


Notice  to 

other 

persons 


6.  (1)  Subsection  10  (1)  of  the  Act  is 
repealed  and  the  following  substituted: 

(1)  A  continuing  power  of  attorney  shall 
be  executed  in  the  presence  of  two  witnesses, 
each  of  whom  shall  sign  the  power  of  attor- 
ney as  witness. 

(2)  Subsection  10  (3)  of  the  Act  is  repealed. 

(3)  Subsection  10  (4)  of  the  Act  is  amended 
by  striking  out  "subsections  (1)  to  (3)"  in  the 
second  line  and  substituting  "subsections  (1) 
and  (2)". 

7.  (1)  Clause  11  idi  of  the  Act  is  repealed 
and  the  following  substituted: 

(d)  unless  the  power  of  attorney  provides 
otherwise,  the  grantor's  spouse  or 
partner  and  the  relatives  of  the  grantor 
who  are  known  to  the  attorney  and 
reside  in  Ontario,  if, 

(i)  the  attorney  is  of  the  opinion  that 
the  grantor  is  incapable  of  man- 
aging property,  and 

(ii)  the  power  of  attorney  does  not 
provide  for  the  substitution  of 
another  person  or  the  substitute 
is  not  able  and  willing  to  act. 

(2)  Section  11  of  the  Act  is  amended  by 
adding  the  following  subsection: 

(1.1)  Clause  (1)  (d)  does  not  require  a 
copy  of  the  resignation  to  be  delivered  to, 

(a)  the  grantor's  spouse,  if  the  grantor  and 
the  spouse  are  living  separate  and 
apart  within  the  meaning  of  the 
Divorce  Act  (Canada);  or 

(b)  a  relative  of  the  grantor,  if  the  grantor 
and  the  relative  are  related  only  by 
marriage  and  the  grantor  and  his  or 
her  spouse  are  living  separate  and 
apart  within  the  meaning  of  the 
Divorce  Act  (Canada). 

(3)  Section  11  of  the  Act  is  amended  by 
adding  the  following  subsection: 

(2)  An  attorney  who  resigns  shall  make 
reasonable  efforts  to  give  notice  of  the  resig- 
nation to  persons  with  whom  the  attorney 
previously  dealt  on  behalf  of  the  grantor  and 
with  whom  further  dealings  are  likely  to  be 
required  on  behalf  of  the  grantor. 

8.  (1)  Clause  12  (1)  (a)  of  the  Act  is 
amended  by  inserting  "of  managing  prop- 


Passation 


6.  (1)  Le  paragraphe  10  (1)  de  la  Loi  est 
abrogé  et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

(1)  La  procuration  perpétuelle  est  passée 
en  présence  de  deux  témoins  qui,  chacun,  la 
signent  en  qualité  de  témoin. 

(2)  Le  paragraphe  10  (3)  de  la  Loi  est 
abrogé. 

(3)  Le  paragraphe  10  (4)  de  la  Loi  est 
modifié  par  substitution,  à  «paragraphes  (1)  à 
(3)»  à  la  deuxième  ligne,  de  «paragraphes  (1) 
et  (2)». 

7.  (1)  L'alinéa  11  d)  de  la  Loi  est  abrogé 
et  remplacé  par  ce  qui  suit  : 

d)  à  moins  que  la  procuration  ne  prévoit 
autrement,  le  conjoint  ou  le  partenaire 
du  mandant  et  les  parents  du  mandant 
qui  sont  connus  du  procureur  et  qui 
résident  en  Ontario,  si  les  conditions 
suivantes  sont  réunies  : 

(i)  le  procureur  est  d'avis  que  le 
mandant  est  incapable  de  gérer 
ses  biens, 

(ii)  la  procuration  ne  prévoit  pas  le 
remplacement  du  procureur  par 
une  autre  personne  ou  le  rempla- 
çant ne  peut  pas  et  ne  veut  pas 
agir  à  ce  titre. 

(2)  L'article  11  de  la  Loi  est  modifié  par 
adjonction  du  paragraphe  suivant  : 

(1.1)  L'alinéa  (1)  d)  n'exige  pas  qu'une  e^p1'»" 
copie  de  la  démission  soit  remise,  selon  le 
cas  : 

a)  au  conjoint  du  mandant,  si  le  mandant 
et  le  conjoint  vivent  séparément  au 
sens  de  la  Loi  sur  le  divorce  (Canada); 

b)  à  un  parent  du  mandant,  si  le  mandant 
et  le  parent  sont  liés  uniquement  par 
le  mariage  et  que  le  mandant  et  son 
conjoint  vivent  séparément  au  sens  de 
la  Loi  sur  le  divorce  (Canada). 

(3)  L'article  11  de  la  Loi  est  modifié  par 
adjonction  du  paragraphe  suivant  : 

(2)  Le  procureur  qui  démissionne  fait  des 
efforts  raisonnables  pour  aviser  de  sa  démis-  ^nnës 
sion  les  personnes  avec  lesquelles  il  a  eu 
affaire  antérieurement  au  nom  du  mandant 
et  avec  lesquelles  il  faudra  vraisemblable- 
ment avoir  de  nouveau  affaire  au  nom  de 
celui-ci. 

8.  (1)  L'alinéa  12  (1)  a)  de  la  Loi  est 
modifié  par  insertion  de  «de  gérer  ses  biens» 
après  «incapable»  à  la  deuxième  ligne. 


Avis  donné  à 
d'autres  per- 


Sec/art.  8  (1)  intervention,  consentement  et  prise  de  décisions    Partie  III,  Projet  19 

Substitute  Decisions  Act,  1992  Loi  de  1992  sur  la  prise  de  décisions  au  nom 

a  'autrui 


erty"  after 
second  lines. 


'incapable"  in  the  first  and 


Assessment 
of  capacity 
for  statutory 
guardianship 


Form  of 
request 


(2)  Clause  12  (1)  (b)  of  the  Act  is  repealed. 

9.  Section  15  of  the  Act  is  amended  by 
striking  out  "as  defined  in  that  Act"  in  the 
third  and  fourth  lines. 

10.  Section  16  of  the  Act,  as  amended  by 
the  Statutes  of  Ontario,  1994,  chapter  27,  sec- 
tion 62,  is  repealed  and  the  following 
substituted: 

16.  (1)A